SpiroLattic Resurrection [en]

[fr] En 2001, j'ai créé ce qui était (à ma connaissance) le premier wiki qui soit à la fois conforme aux standards web, joli, et partiellement francophone. Je fais dans ce billet l'historique du wiki, des pages marquantes qu'il a hébergées (dont la page qui a donné naissance à SwissBlogs.com!), de sa mort par le spam, et de sa lente résurrection. J'ai récupéré certaines pages dans l'archive internet.

In November 2001, I discovered wikis. I [decided to set one up for myself](http://climbtothestars.org/archives/2001/11/12/spirolattic/ “See the announcement post.”) and the people I was gravitating around with: [SpiroLattic](http://spirolattic.net/). The wiki died due to spam and is now up again. Prepare for a trip down memory lane.

Back in 2001, I was all a-buzz about [web standards](http://webstandards.org/ “The Web Standards Project.”), after the [“browser push” campaign](http://web.archive.org/web/20010604123432/webstandards.org/upgrade/). Who remembers those times? It seems like so long ago, now. I first [thought about it](http://climbtothestars.org/archives/2001/02/24/tableaux-ou-non/ “Should we stop using HTML tables for layout?”), [translated “To Hell With Bad Browsers”](http://climbtothestars.org/archives/2001/03/21/faire-part/ “Announcement.”) and launched [Pompage.net](http://pompage.net “A respected French-speaking translation ressource for web design and standards.”) in the process, before [converting my site to a tableless layout](http://climbtothestars.org/archives/2001/04/16/site-going-tableless/ “Here I am at it.”) and publishing [a tutorial which soon became pretty popular](http://climbtothestars.org/coding/tableless “Have a peek. Still uses the old layout, haven’t imported it into WordPress yet.”). As I understood very recently during an interview, I’m interested in doing what not many people are doing. I like the cutting-edge stuff. So at the time, it was web standards — because people needed evangelising and convincing that you could do great stuff with CSS, and that producing standards-compliant markup was important. Now, most people are sold on the topic, so I’ve moved on. I guess that when nobody wonders if they need a blog or not, or what blogs can do for them, I’ll have moved on to something else too.

So, anyway. That’s for the historical context. At the end of 2001, there were hardly any French-language wikis (I think I found a couple), and wikis were [bland-looking](http://c2.com/cgi/wiki “Like the original wiki.”) and didn’t [validate](http://validator.w3.org “Don’t try, there are probably a few validation errors in this page!”).

So, I downloaded [PHPWiki](http://phpwiki.sourceforge.net/), because it was in PHP and I knew I could hack it, dug through lines and lines of code, and finally ended up with a wiki engine which output valid HTML. Then, with the help of [Stephanie Troeth](http://unadorned.org/dandruff/ “Keep an eye on her blog.”), who came up with the neat background graphic and kept my bad design sense in check while I did the CSS, I came up with what was, to my knowledge, the first pretty standards-compliant wiki.

We had fun for a moment with it. It was bilingual, like CTTS. We talked about [hiding one’s real name](http://web.archive.org/web/20040330025101/spirolattic.net/index.php?pagename=VraiNomDiscussion), about [education](http://web.archive.org/web/20041028083904/http://spirolattic.net/Education). I wrote one of the first articles on what a weblog was in French on SpiroLattic: [C’est quoi un weblog?](http://spirolattic.net/CestQuoiUnWeblog “Written in July 2002. Top search result for ages.”). Sometime in [May 2002](http://climbtothestars.org/archives/2002/05/14/swiss-weblogs/ “View the post.”), I started collecting all the [Swiss blogs I could lay my hands upon](http://web.archive.org/web/20020807210524/http://spirolattic.net/SwissBlogs “See what the list was like in July 2002.”), and that list grew and grew, to finally become [SwissBlogs](http://swissblogs.com “The oldest directory of Swiss blogs. Soon to be revamped.). I used it as a scrap-book for various projects. It was a working space for the launch of [OpenWeb](http://openweb.eu.org “Another respected French language web standards community.”).

So, what happened?

Well, first, the wiki never reached critical mass, so contributions slowly dwindled away. Then, spam. Some of the pages on the wiki were very popular and became the target of ugly spambots. At some point, [I got tired of cleaning up all the spam](http://climbtothestars.org/archives/2004/12/17/wiki-spam-on-phpwiki/) and decided to pull the site down and install another engine. [Which I did](http://climbtothestars.org/archives/2005/03/27/mediawiki/). It just took time.

So, dating from today, [SpiroLattic](http://spirolattic.net/) is back into existance. As transferring the pages from PHPwiki to MediaWiki proved a monstrous problem, particularly as I don’t have a working install of PHPwiki anymore, I’ve hunted through the [internet archive](http://web.archive.org/web/*/http://spirolattic.net/ “Look through the internet archive of SpiroLattic.”) for clean versions of some old pages that I’ve either transferred into the new wiki or [just collected on a special page](http://spirolattic.net/InternetArchiveMaterial “Check it out.”).

I know it won’t reach critical mass or even attract much public, but at least I have a wiki playground for whenever I need it!

Similar Posts:

Power Laws, Popularity, Authority, A-Lists and the Rest… [en]

Things are colliding in my mind and slowly falling into place. A word of warning, however: contents may have settled while shipping. Here are the ingredients:

– [An “Interesting” Photograph](http://flickr.com/photos/bunny/74221361/in/set-1292259/) — of mine… that’s what started it all, actually
– [Visibility is in Feedback Loops](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/05/visibility-is-in-feedback-loops/) — me
– [Technorati adds authority weighting](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/13/technorati-adds-authority-weighting/) — Robert Scoble
– [Power Laws, Weblogs, and Inequality](http://shirky.com/writings/powerlaw_weblog.html) — Clay Shirky
– [The Science of Hit Songs](http://www.livescience.com/humanbiology/060209_hit_songs.html) — Bjorn Carey
– [Tips for joining the A list](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/14/tips-for-joining-the-a-list/) — Robert Scoble
– [Scoble on Tips For Joining The A-List](http://www.stoweboyd.com/message/2006/02/scoble_on_tips_.html) — Stowe Boyd
– a paragraph in [Blogs to Riches](http://newyorkmetro.com/news/media/15967/index1.html) — Clive Thompson
– plus a few random posts and conversations… (thanks Kevin Marks)

**Popularity begets popularity**

Neige et lune 13When the photograph you see here suddenly ranked number twelve in Flickr “interestingness” for the day it was taken, I got a bunch of very appreciative comments about it. But something bothered me: it’s a nice photograph, but it’s certainly not the best photograph I’ve taken. However, it was attracting all the attention. And as it was attracting attention, it was becoming more and more “Flickr-interesting”.

Then I stayed stuck on the [Wordpress.com home page](http://wordpress.com) for a couple of days, and [watched my traffic soar up and come right back down again](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/05/visibility-is-in-feedback-loops/). I was getting visitors because I had been labeled as “fast-growing” or whatever, not because I had suddenly become brilliant. Proof being the decrease in traffic after the peak. What’s popular becomes more popular, or stays popular, because it’s popular. At some point, just being popular is enough.

And, as I was already hinting in [my previous post on the subject](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/05/visibility-is-in-feedback-loops/ “Same post as the one linked right above.”), it’s normal. That’s the way things go. I found confirmation of what I suspected in this article on [hit songs](http://www.livescience.com/humanbiology/060209_hit_songs.html). They explain that we are more likely to say we like a song if we see that others have already said they like it. Yeah, it’s not a part of us we like looking at, but we’re influenceable. It’s human. They set up an experiment with two groups which have to rate songs. One group can see ratings of other group members, but the other cannot.

In the independent condition, participants chose which songs to listen to based solely on the names of the bands and their songs. While listening to the song, they were asked to rate it from one star (“I hate it”) to five stars (“I love it”). They were also given the option of downloading the song for keeps.

.[…]

In the social influence group, participants were provided with the same song list, but could also see how many times each song had been downloaded.

Researchers found that popular songs were popular and unpopular songs were unpopular, regardless of their quality established by the other group. They also found that as a particular songs’ popularity increased, participants selected it more often.

So, let’s say it so it’s said: it’s *normal* that the most “popular” blogs get the most visibility, links, and visitors. That happens because they’re popular. They don’t totally suck, of course, or they wouldn’t have got “popular enough” for the feedback loop to work in the first place, but they are helped in remaining popular by the fact they are popular. Which maybe puts pressure on some to keep the quality level up.

**Popularity or authority?**

Popular? Visited, linked, or some combination thereof. People hear about it, talk about it, go and see it. That’s popular. Popularity is pretty close to things you can measure, like how many visitors a site has (that’s the numbers you see in news articles), or how many incoming links it has (that’s what Technorati tracks).

But is that what we really want? People who blog clearly want recognition of some sort (otherwise, we wouldn’t take the trouble of writing in a public space), but is recognition in numbers really what we’re after? At LIFT’06, I heard Robert say that it wasn’t the *number* of readers of his blog that mattered, but *who* these people were. Is your readership going to come and leave without a word, or react, start conversations, influence the people around them? What matters is how your audience scales. But in some way, we’re still thinking about numbers, here: “how can I have the most influence?”

I think that what we’re really after isn’t recognition by numbers, because somewhere inside we know that numbers are fake. I can be hugely popular but still not feel recognized for who I am or what I’m worth or what I’m saying. I suspect that what we want to be recognized for is more along the lines of *authority* in a certain field (ie, what we write about). We want people to see that we have something valid to say. That we have ideas that are original or provocative or that help things move along. That we know what we’re talking about. That, for me, is authority. And that cannot be measured by incoming links, visitors, or even [conversational indexes](http://www.stoweboyd.com/message/2006/02/the_social_scal.html).

This is why I find it increasingly disturbing that [Technorati is calling (and has been calling “authority” something which is in fact much nearer to “popularity”](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/13/technorati-adds-authority-weighting/ “Read the comments.”). It gives us the impression it’s measuring what we want (authority) when in fact it’s measuring something which is maybe more superficial (linkedness-popularity) but more measurable. So we get all worked up by the A list popularity problem, and gatekeepers, and stuff like that — when in fact being in the A list probably isn’t really what most people want. It’s confusing something qualitative (authority) with something quantitative (number of links).

**Quality and visibility**

Robert wrote a post giving [tips for joining the A list](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/14/tips-for-joining-the-a-list/), and [Stowe Boyd responded with tips of his own](http://www.stoweboyd.com/message/2006/02/scoble_on_tips_.html), saying Robert’s were a bit superficial.

Both posts have valid tips and insights, but they run along two different lines. Robert’s post is more about “how to be more visible/become more popular” and Stowe’s is more about “being a good blogger”. Both are important. You can be a good blogger, have a good blog, but stay in the shadows more than you deserve because you’re not visible enough. And you can make yourself visible all you want, all that agitation isn’t going to bring you recognition if you don’t have “good content” (in the wide sense).

**A list thoughts**

People often think that getting mentioned in some high-traffic blog will automatically bring visibility. Not true. Robert mentioned me twice in his blog during the last week (and he actually said [really nice things](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/04/going-skiing-today/) about me), but that just made a bump in my stats. Not a huge peak with server overload and comments pouring in and hundreds of other links. Just a little bump. (And it’s not like I already have 5’000 readers anyway.) On the same day, Robert talked about [coComment](http://cocomment.com), also saying [really nice things](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/04/track-your-comments-no-matter-where-you-make-them/) , and as a result, [all hell broke loose](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/05/what-did-we-do/) and in a matter of hours, coComment was [all over the blogosphere](http://technorati.com/search/cocomment “See what Technorati says.”). Well, that’s because coComment is a major advancement for the blogosphere, and I’m not. It’s not being linked which is important — it’s what you are. (So, if you’re a post or a blog, whether you’re an interesting post or blog.)

Another interesting thing about most of these so-called “A list blogs” is that I barely read them (OK, I barely read any blogs, but that’s another story). The only reason I drop by on [Boing Boing](http://boingboing.net/) every now and again is because it’s “blog number one” and people talk about it all the time. It’s not on *my* A list. (Which isn’t to say it’s bad — it isn’t — it’s just not a compelling read for me.) [Robert’s blog](http://scobleizer.wordpress.com) was exactly the same for me until recently. I’m reading it now, but that’s because I met him at LIFT’06 and discovered he’s a really sweet person. I read his blog because I appreciate him as a person, and I’m generally interested in reading what people I like are writing.

Maybe I’m a weird blogger who doesn’t know how to recognize a great blog and only reads blogs of people she knows. I see this trend in my reading habits, I’ll be honest about that. I think [Random Acts of Reality](http://randomreality.blogware.com/) is one of the rare exceptions to this rule. I remember when the “A list complaining” was about [Megnut](http://www.megnut.com/), [Evhead](http://www.evhead.com/), [Kottke](http://kottke.org/) and the like, in the good ol’ [Blogger](http://blogger.com) days. None of these blogs really attracted me as a reader, their popularity put aside.

**Wrap-up**

I’m not sure many of you will have had the patience to trudge through this long, rambling post, so I’ll try to summarize things for you:

– being popular helps you stay popular; it’s a normal thing, because we tend to like what other people like; nothing wrong with that, just be aware of it;
– popularity is not authority; popularity is easy to measure, it’s quantitative; authority is qualitative; maybe we think we want popularity, but what we really want is recognition for our authority;
– being a good blogger and being a visible blogger are not the same thing, though they can work together well; different tips apply;
– a link on an A list blog is not going to drive tons of traffic your way and put you in the limelight unless you really deserve it; A list blogs aren’t necessarily fascinating for all readers — remember part of their popularity comes from being popular, so don’t fret if you don’t understand what all the fuss is about.

As a final note, I’m pretty happy where I am:

– in the [Swiss French media](/about/presse “Press appearances.”), I have what amounts to “popularity which begets popularity”, and it’s not always all that great: I often feel I get called for interviews more because my name is all over the place than because the journalist has read stuff I wrote and wants to know more about what I have to say on this or that topic;
– I’m not certain I’d like to have 20’000 readers ready to tear apart every post I made;
– I don’t think I’d like people gravitating around me in the hope I’d “out” them and bring them their well-deserved popularity;
– and I certainly wouldn’t like having resident trolls!

Thanks for reading (or skimming), and feel free to react to what I say here. I’m aware some of it is probably a little clumsy or beside the point. Show me where.

Similar Posts:

Tags and Categories are not the Same! [en]

[fr] Les tags et les catégories, ce n'est pas la même chose. En bref, les catégories forment une structure hiérarchique, prédéfinie, qui régit l'architecture de notre contenu et aide autrui à s'y retrouver. Les tags sont spontanés, ad hoc, de granularité variable, tournés vers le partage et la recherche d'information.

Update, Sept. 2007: when I saw Matt in San Francisco this winter, he told me he had finally “seen the light” (his words!) about tags and categories. Six months later, it’s a reality for WordPress users. Thanks for listening.

I got a bit heated up last night between [Matt’s comment that tags and categories function the same](http://steph.wordpress.com/2006/02/09/give-us-real-tags-on-wordpresscom/#comment-182) and a discussion I was having with [Kevin](http://epeus.blogspot.com/) on IM at the same time, about the fact that [Technorati parses categories as tags](http://technorati.com/help/tags.html).

I went back to read two of my old posts: [Technorati Tagified](http://climbtothestars.org/archives/2005/01/14/technorati-tagified/) and [Plugin Idea: Weighted Tags by Category](http://climbtothestars.org/archives/2005/01/28/plugin-idea-weighted-tags-by-category/) which I wrote about a year ago. In both, it’s very clear that as a user, I don’t percieve tags to be the same thing as categories. Tags were something like “public keywords”. Is anybody here going to say that keywords and categories are the same thing? (There is a difference between keywords and tags, but this isn’t the topic here; keywords and tags are IMHO much closer in nature than tags and categories).

Here are, in my opinion, the main differences between tags and categories, from the “tagger” point of view.

– categories exist before the item I’m categorizing, whereas tags are created in reaction to the item, often in an ad hoc manner: I need to fit the item in a category, but I adapt tags to the item;
– categories should be few, tags many;
– categories are expected to have a pretty constant granularity, whereas tags can be very general like “[switzerland](http://technorati.com/tag/switzerland)” or very particular like “[bloggyfriday](http://technorati.com/tag/bloggyfriday)”;
– categories are planned, tags are spontanous, they have a brainstorm-like nature, as [Kevin explains very well](http://epeus.blogspot.com/2005_10_01_epeus_archive.html#113011082782089285): You look at the picture and type in the few words it makes you think of, move on to the next, and you’re done.
– relations between categories are tree-like, but those between tags are network-like;
– categories are something you choose, tags are generally something you gush out;
– categories help me classify what I’m talking about, and tags help me share or spread it;
– …

There’s nothing wrong with Technorati treating categories as tags. I’d say categories are a kind of tag. They are special tags you plan in advance to delimit zones of content, and that you display them on your blog to help your readers find their way through what you say or separate areas of interest (ie, my Grandma will be interested by my [Life and Ramblings](http://steph.wordpress.com/tag/life) category and subscribe to that if she has an RSS reader, but she knows she doesn’t care about anything in the [Geek](http://steph.wordpress.com/tag/geek/) category. (By the way, CTTS is not a good example of this, the categories are a real mess.)

So, let’s say categories are tags. I can agree with that. But tags are not categories! Tags help people going through a “search” process. Click on a tag to see related posts/photos. See things outside the world of this particular weblog which have the same label attached. Provide a handy label to [collect writings, photos, and stuff from a wide variety of people](http://technorati.com/tag/lift06 “The LIFT06 tag.”) without requiring them to change the architecture of their blog content (their categories). If you want to, yeah, you can drop categories and use only tags. It works on [http://del.icio.us/](del.icio.us). But have you noticed how most Flickr users have [http://flickr.com/photos/bunny/sets/](sets) in addition to tagging their photos? Sets aren’t categories, but they can be close. They are a way of presenting and organizing things for human beings rather than machines, search engines, database queries.

To get back to [my complaint that WordPress.com does not provide real tags](http://steph.wordpress.com/2006/02/09/give-us-real-tags-on-wordpresscom/), it’s mainly a question of user interface. I don’t care if from a software point of view, tags and categories are the same thing for WordPress. As a user, I need a field in which I can let my fingers gush out keyword-tags once I’ve finished writing my post. I also need someplace to define and structure category-tags. I need to be able to define how to display these two kids of tags (if you want to call them both that) on my blog, because they are ways of classifying or labeling information which I live very differently.

Am I a tag weirdo? Do you also perceive a difference between tags and categories? How would you express or define it? If categories and tags are the same, the new WP2.0 interface for categories should make [the Bunny Tags Plugin](http://dev.wp-plugins.org/wiki/BunnysTechnoratiTags) obsolete — does it?

Similar Posts:

Etre Madame Blogs [fr]

[en] You may or may not know that I've become the person journalists contact around here when they have an article to write about blogs. Not always, but often. Media fame is neat, but can be tiring when it becomes routine, and you're filled with self-doubts on the part you're playing in giving the public a biased vision of what blogs and blogging are. A bit of history, some thoughts, and a little rant. If you don't read French, you're lucky -- you can come back later when I have more constructive things to say.

Je me souviens du tout premier téléphone que j’ai reçu de la part d’un journaliste. J’allais sur mes 19 ans, j’étais cheftaine scoute, et il s’agissait d’une sombre histoire concernant le terrain que nous désirions occuper durant notre camp d’été. J’ai bredouillé quelques réponses à  des questions dont je ne comprenais pas vraiment l’objet, sans même saisir que j’allais être citée dans un article.

Plusieurs années passent. Je suis en Inde. Je suis en train de marcher vers l’arrêt des taxis lorsqu’un homme à  scooter s’arrête à  ma hauteur et propose de me prendre en stop. J’accepte. Nous échangeons quelques banalités sur les raisons de ma présence en Inde. [Il est journaliste](http://climbtothestars.org/archives/2001/08/18/journaliste/). Il désire m’interviewer. Contre toute attente, l’interview se fait, et [l’article paraît](http://climbtothestars.org/img/article.jpg).

On est en Inde, le pays des [aventures extraordinaires](http://climbtothestars.org/logbook/ “Les aventures extraordinaires de Stephanie au pays des Indiens.”). Je rentre donc en Suisse avec l’article sous le bras, des tirages des photos, et une promesse morte-née de rôle dans un film hindi qui perdra son financement lors des événements du 11 septembre 2001. Je n’en reviens pas, je n’y crois qu’à  moitié, mais en Inde, tout peut arriver : il y a eu un article à  mon sujet dans le Pune Times.

Entre 2002 et 2004, je compte cinq interviews, dont quatre sur les blogs. C’est très excitant, je me sens tout à  fait honorée d’être digne de l’attention de ces Messieurs-Dames journalistes. C’est même assez incroyable de penser que ma petite activité sur Internet a une répercussion dans « le vrai monde ». Je passe à  la radio pour la première fois de ma vie, et je découpe quelques articles dans lesquels apparaissent mon nom.

Début 2005. Là , tout s’accélère : dès la publication de « [Née pour bloguer](http://www.migrosmagazine.ch/index.cfm?id=4156) » dans Migros Magazine, les interviews s’enchaînent. Le 20 février, je suis l’invitée du plateau de Mise au Point à  la Télévision Suisse Romande : 10 minutes de direct. Pour un baptême-télé, c’est énorme. [Ça continue](/about/presse/).

Pourquoi diable est-ce que je vous raconte tout ça ? Il y a deux raisons. La première, c’est qu’il y a depuis quelque temps des petites voix (dans mon entourage et ailleurs) qui chuchotent que je prends un peu trop de place dans la presse romande, et qu’il y a en Romandie des tas d’autres personnes aussi (voire plus) compétentes que moi en matière de blogs. La deuxième, c’est que je commence à  me sentir passablement blasée face à  toute cette attention médiatique, même si je l’apprécie, et que donner des interviews et voir mon nom dans la presse a perdu l’attrait de la nouveauté.

Je ressens ces temps le besoin de me situer un peu par rapport à  l’attention que portent les médias, et au statut de « Madame Blogs » qui semble être devenu le mien. je me pose beaucoup de questions. Est-ce que je fais du tort « aux blogs » en étant un peu l’interlocutrice privilégiée des médias sur le sujet ? Est-ce un peu de ce ma faute si maintenant, un blog est en Romandie un « journal intime d’adolescent plein de photos », à  l’exclusion de toute autre chose ? Est-ce que je sais vraiment de quoi je parle ? Devrais-je refuser des interviews ? Est-ce que je pourrais faire encore plus pour envoyer les journalistes qui me contactent vers d’autres blogueurs compétents que je connais ? Est-ce que je fais preuve de complaisance envers la presse ? Est-ce que la célébrité me monte à  la tête et m’aveugle…?

Pour commencer, disons-le haut et fort, je ne m’imagine nullement être l’autorité ultime en matière de blogs. Certes, j’ai des tas de choses à  dire sur le sujet, je connais la blogosphère (non ! une petite partie de la blogosphère !) de l’intérieur et depuis belle lurette, et je porte sur elle un regard doublement double : technique et humain, francophone et anglophone. Je sais bien qu’il y a des tas d’aspects des blogs et de l’Internet social qui m’échappent. Je ne peux pas tout suivre !

Mon métier principal n’a rien à  voir avec Internet et les blogs : il consiste à  enseigner l’anglais et le français à  des adolescents. Internet bouge vite, la blogosphère aussi, et de plus en plus de personnes travaillent dans le domaine. Il est normal que je paraisse « larguée » sur certains points : je suis une généraliste du blog, avec, un peu à  mon corps défendant au départ, une petite spécialisation dans les affaires adolescentes. Les généralistes en savent toujours moins que les spécialistes, c’est bien connu.

Plus j’y réfléchis, plus je me dis que ma principale qualité d’interviewée, avant ma « connaissance de la blogosphère », c’est peut-être simplement mon talent de vulgarisation. Je sais généralement expliquer les choses de façon à  ce que les gens comprennent. Je n’éprouve aucune difficulté à  mettre mes idées en mots. Je m’exprime plutôt bien, que ce soit par oral ou par écrit. Une journaliste avec laquelle j’avais sympathisé m’a dit une fois : « Tu te demandes pourquoi on t’appelle autant ? Mais c’est parce que tu nous mâches le travail ! »

Donc, voilà . Les journalistes romands ont leur « spécialiste-généraliste du blog » qui est plutôt bavarde (un ami journaliste m’a raconté son interview-cauchemar : un interviewé qui répondait à  ses questions par un grognement à  mi-chemin entre le oui et le non), qui leur facilite la tâche… et qui en plus est photogénique. Moi, je réponds aux interviews, qui se suivent et commencent à  se ressembler, je me creuse la tête (je vous promets !) pour leur proposer d’autres noms lorsqu’ils en cherchent ou lorsque leurs questions nouvelles dans des domaines qui me paraissent mieux maîtrisés par d’autres.

Souvent, je suis un peu empruntée : qui est la bonne personne à  interviewer sur tel ou tel aspect des blogs ? Je ne sais pas toujours… De loin pas. Je songe parfois à  mettre sur pied une liste de blogueurs romands avec leurs compétences. Mais par où commencer ? Qui inclure, qui exclure ? Je ne connais pas tout le monde ! Si je cite Untel mais que j’oublie Teltel, on va m’en vouloir, surtout si les personnes concernées gagnent leur vie (ou une partie) avec les blogs… C’est bête, mais je commence à  avoir peur du poids de mes mots.

Je trouve d’autant plus difficile de déterminer quelle est « l’attitude juste » à  avoir face aux médias que je suis bien consciente d’avoir des intérêts personnels en jeu. D’une part, les blogs me permettent également de [gagner une partie de ma vie](http://stephanie-booth.com/ “Mon site ‘pro’, entre conseil et conférences.”) (enfin, j’essaye). D’autre part (pour des raisons bassement psychologiques que vous pouvez vous amuser à  interpréter si ça vous chante), je trouve du plaisir à  être sous l’oeil du public, tant que cela reste à  doses raisonnables, bien sûr : j’ai adoré passer à  la télé, j’aime parler en public, être prise en photo, voir mon nom écrit ailleurs que sur un écran… Vous voyez le topo. À quel moment ces intérêts personnels risquent-ils de prendre le pas sur mon ambition d’être une informatrice fiable et consciente de ses limites ? Mon rôle d’interprète de la blogosphère, pour les personnes qui m’interviewent, peut-il être corrompu par ma recherche d’attention ou des considérations pécuniaires, malgré la lucidité que j’essaie d’avoir à  leur sujet ? Au cas où vous en douteriez, je suis quelqu’un qui se pose beaucoup (trop) de questions.

Pour tenter de clore ce trop long billet, je reviens sur la situation concrète qui m’a incitée à  le rédiger : l’effet de nouveauté des interviews est passé. Ça me met un peu mal à  l’aise de dire ça, mais c’est devenu un peu la routine. Bien sûr, je réponds encore volontiers aux questions des journalistes, et ça me fait toujours plaisir que l’on s’adresse à  moi. Cependant (et là , je vous volontiers que ce sont les motivations pécuniaires qui me poussent), les interviews, cela prend du temps. Or les interviews (une amie à  moi était fort surprise de l’apprendre l’autre jour) ne sont pas rémunérées, et le temps est une denrée précieuse qui me manque toujours, même si je n’ai pas mon pareil pour le gaspiller. (Je vous épargne le triste récit de ma situation financière.)

Donc, je disais que je prenais volontiers de mon temps pour accorder des interviews. Mais. S’il vous plaît, Mesdames et Messieurs les journalistes, faites vos devoirs avant de m’interviewer. Allez visiter quelques blogs. Mettez les pieds sur le mien, c’est la moindre des choses. Allez jeter un coup d’oeil aux [articles de vos collègues](/about/presse/), afin de ne pas me faire répéter ce que j’ai déjà  dit trois fois. Il se trouve que j’ai écrit un article (bien modeste) sur les blogs, intitulé [Les blogs : au-delà  du phénomène de mode](http://ditwww.epfl.ch/publications-spip/article.php3?id_article=918). Allez au moins y jeter un coup d’oeil, cela vous donnera une petite idée de ce que je pense des blogs, en plus de quelques points de départ pour vous faire une idée par vous-même. Et, s’il vous plaît, évitez de me dire : « Donc, [un blog, c’est un journal intime d’adolescent](http://flickr.com/photos/bunny/61386068/ “Non, ce n’est vraiment pas que ça…”), c’est bien juste…? »

Similar Posts:

Archives en ligne de trois quotidiens romands: quel désastre [fr]

Etude du désastre que sont les archives en ligne sur les sites de 24 Heures, Le Temps, et Le Matin. Moteurs de recherche cassés, archives payantes, mauvaise indexation par Google en l’absence de liens externes… Il est temps que nos quotidiens se réveillent et découvrent comment utiliser le web de façon plus profitable, et compatible avec leur mission d’information!

[en] An overview of the sorry state of online archives for three local Swiss newspapers: Le Temps, 24 Heures, and Le Matin. Time to wake up and use the web correctly!

Une des caractéristiques merveilleuses du blog, c’est la façon dont sont organisées les archives. Un vieil article peut être assez facilement retrouvé si l’on se souvient à  peu près quand il a été écrit, dans quelle catégorie il avait été classé, ou encore de quoi il parlait (en utilisant le moteur de recherche du blog).

On s’attendrait à  ce que les sites de quotidiens comme [24 Heures](http://24heures.ch/), [Le Matin](http://lematin.ch/) ou encore [Le Temps](http://letemps.ch/) en prennent de la graine. Que nenni ! Alors que les vieux journaux servent principalement à  protéger la moquette lors du rempotage annuel de notre plante verte préférée (quand on ne les trouve pas autour de la caisse du chat ou roulés en boule au fond de vieilles baskets détrempées), les archives en ligne de nos quotidiens sont mises à  disposition du grand public chez [Swissdox](http://www.archipresse.ch/index.fr.html) pour la modeste somme de [SFr 3.80 par article pour une consultation occasionnelle](http://www.archipresse.ch/dok/agb.fr.html).

Un petit exemple : dans la base de données [Swissdox](http://www.archipresse.ch/index.fr.html), cherchez « Stephanie Booth » sans restriction de date. Voici donc une ribambelle d’articles offerts à  votre consultation, pour autant que vous soyez munis d’une carte de crédit. Et s’il y avait une autre solution ? Certains de ces articles sont encore en ligne, accessibles gratuitement à  qui sait les trouver. Partez de [ma page presse](/about/presse/) et explorez un petit peu. Les articles du Matin, par exemple, sont encore en ligne. Sympathique ! Celui du Temps également. Pour 24 Heures, par contre, il faudra repasser : à  peine quelques jours après la sortie d’un article, celui-ci est retiré du site Web.

La situation ne serait-elle donc pas si dramatique que ça ? Un petit coup de moteur de recherche, et hop ! l’article tant désiré pourrait se retrouver sur nos écrans ? Essayons. Recherchons [mon nom sur le site du Matin](http://google.com/search?q=site:lematin.ch+stephanie+booth) et [sur celui du Temps](http://google.com/search?q=site:letemps.ch+stephanie+booth). C’est pas trop mal ! On pourrait donc en conclure que notre ami Google est capable de nous extraire des deux sites mentionnés ci-dessus n’importe quel article qui aurait échappé à  notre marque-pages.

Minute, papillon ! Ne nous excitons pas ! Il ne faudrait pas oublier que les articles mentionnant ma modeste personne sont offerts en pâture aux moteurs de recherche dès la minute ou un blogueur (souvent moi, je dois l’avouer) fait un lien vers l’article. Les articles sur les blogs intéressent les blogueurs, c’est naturel, et ils bénéficient donc d’une visibilité artificielle dans les moteurs de recherche, pour des articles de quotidiens. Qu’en serait-il donc d’un article n’intéressant pas particulièrement les blogueurs, et qui n’aurait donc pas la chance d’avoir été indexé par Google ?

Regardons tout d’abord si les moteurs de recherche propres aux sites de ces quotidiens peuvent nous aider. Pour tester un moteur de recherche, rien de plus facile : on essaye tout d’abord avec des mots clés dont on sait qu’ils sont censés fournir un résultat (« Stephanie Booth », au hasard). Histoire d’être certaine de ne pas introduire des paramètres superflus avec mon navigateur [Firefox](http://www.mozilla-europe.org/fr/ “A télécharger et utiliser si ce n’est pas déjà  le cas.”) pour Mac, j’ai même été jusqu’à  utiliser Internet Explorer sous Windows XP pour cette expérience. Résultat des courses :

24 heures : moteur de recherche visiblement cassé ; en plus de nous gratifier d’un pop-up à  chaque requête, il s’avère incapable de nous retourner même un article pour le mot-clé « Lausanne ».
Le Matin : moteur de recherche également cassé (je pourrais également commenter longuement l’aspect visuel du site, mais ce n’est pas le sujet du jour) ; la recherche dans la base de données Swissdox, par contre, fonctionne.
Le Temps : le moteur de recherche fonctionne, mais lorsque l’on clique sur l’article, on nous annonce que l’accès à  celui-ci est payant ; oui, il s’agit bien [du même article](http://www.letemps.ch/dossiers/dossiersarticle.asp?ID=153596) que celui auquel nous venons d’accéder gratuitement, en passant par Google ou par ma page presse.

Moralité : si Google ne peut rien pour vous, et il ne vous reste qu’à  faire un saut à  la [BCU](http://www.unil.ch/bcu/page18404.html), chercher l’article sur microfilms, et commander des photocopies au tarif relativement modeste que vous pourrez ensuite scanner pour les envoyer par e-mail à  votre grand-mère ou votre petit ami vivant aux États-Unis.

Une chose me chicane concernant le site du Matin. Visiblement, tous les articles ayant été un jour en ligne le sont pas encore. S’ils ont été indexés par un moteur de recherche, on y accède facilement. Pourquoi diable rendre impossible leur accès via le site ? Qu’est-ce que l’éditeur y gagne ? On peut ne pas être d’accord avec la politique de 24 Heures, qui consiste purement et simplement à  ne pas garder en ligne des anciens articles, ou avec celle du Temps, qui part du principe que si l’on est trop bête pour utiliser Google, on n’a qu’à  payer pour voir les articles, mais il y a une logique derrière cette façon de faire. Les concepteurs du site comptaient-ils sur le moteur de recherche interne ? (Soit dit en passant, la présence de moteurs de recherche cassés sur des sites d’une importance régionale pareille en dit long quant au budget consacré à  ces sites, ou à  la compétence des personnes qui s’en occupent.)

Donc, Mesdames et Messieurs qui prenez des décisions concernant les sites Internet de nos quotidiens, je vous demande, en tant que blogueuse et sujet occasionnel de vos articles, de vous donner la peine de faire bien ce que vous faites déjà  à  moitié.

Laissez en ligne et libre d’accès les anciens articles. Souvenez-vous que s’il s’agissait de papier, ils n’auraient même pas la valeur de l’encre avec laquelle ils ont été imprimés. Demander SFr 3.80, plus encore que le prix du journal, pour pouvoir accéder à  un ancien article en ligne, c’est pour le moins excessif.

En 1998, [Jakob Nielsen s’inquiétait de la quantité de liens cassés](http://www.useit.com/alertbox/980614.html) sur le Web, et rappelait à  ses lecteurs cet article de Tim Berners-Lee, l’inventeur du Web : [Les URLs sympas ne changent pas](http://www.la-grange.net/w3c/Style/URI). Ôter du Web un article qu’on y a mis ou le rendre inaccessible, c’est faire un magistral bras d’honneur à  tous ceux qui se sont donné la peine d’en parler en ligne, que ce soit pour le faire lire, le commenter, voire le critiquer. Est-ce ainsi qu’un quotidien veut traiter ses lecteurs, et ceux qui cherchent à  attirer l’attention sur les articles qu’il publie ?

Ensuite, permettez aux visiteurs de votre site (qui sont souvent des lecteurs ayant payé la version papier de l’article) de s’y retrouver facilement dans vos archives. Une organisation chronologique, des catégories, un moteur de recherche qui fonctionne… Est-ce trop demander ? Des milliers de blogs, mis en place et gérés par des amateurs ne déboursant pas un centime, le font très bien, et depuis plusieurs années. Les journaux ne sont-ils pas censés être les professionnels de l’information ?

Presse traditionnelle, il est temps de te réveiller et d’utiliser le Web correctement.

Similar Posts:

Google et les noms [fr]

Citer le nom de quelqu’un sur un blog n’est pas un acte anodin. Sommes-nous préparés à  la responsabilité qui va avec le pouvoir de la parole publique? Quelques exemples de situations… embarrassantes.

[en] Mentioning the name of somebody in one's blog can have embarrassing consequences. People with less web presence than the blogger might find their official site behind a blog post that mentions them in passing when they google their name. How do you know if people will be happy to get your google juice or not? Bloggers are always happy with google juice... but what about the non-blogging crowd?

As people with the power to express themselves in public, bloggers have responsabilities they might not be well-prepared for. Here are a few embarrassing experiences I made: for exemple, unintentionally google-bombing people I had no hard feelings against, or not giving google juice when it would have been appreciated.

Tagging adds to the difficulty for the blogger, as tags are often chosen for private reasons, but as they are links that are indexed, they have an impact on the online presence of other people when they are of the firstname+name form.

Depuis quelque temps, je médite sur la responsabilité du blogueur qui nomme dans son blog d’autres personnes que lui, particulièrement si celui-ci a passablement de “google juice”, comme on dit en anglais. En effet, si je nomme une personne dans mon blog, il y a de fortes chances que mon article se retrouve en position assez proéminente [lorsque l’on recherche le nom](http://www.google.com/search?q=luc-olivier+erard “Un exemple de ce phénomène.”) de cette personne.

Si vous [cherchez mon nom dans Google](http://www.google.com/search?q=stephanie+booth), la grande majorité des liens sur les deux ou trois premières pages m’appartiennent — je suis responsable de la présence de mon nom dans ces pages. C’est le cas, bien entendu, parce que je suis quelqu’un qui a une très forte présence en ligne et une vie sociale “internautique” importante. (Je rassure les lecteurs qui ne me connaîtraient pas assez… ma vie sociale “non-internautique” se porte également très bien!)

Ce “pouvoir” que me donne mon blog peut être utile lorsque quelqu’un désire obtenir plus de visibilité sur le net (hop! un petit lien, ça donne un coup de pouce au référencement d’un site qui se lance, par exemple), mais c’est surtout [une petite bombe](http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardement_Google) qui peut se déclencher de façon involontaire si je ne fais pas particulièrement attention. Par exemple, [je suis allée mercredi à  un concert que j’ai apprécié](http://steph.wordpress.com/2005/12/08/fan-experience/ “En anglais, dans mon blog personnel.”). J’évite de mettre le nom de l’artiste dans le titre de mon billet, de peur qu’il n’arrive ce qui arrive à  l’école d’arts martiaux dans laquelle je m’entraîne: [en cherchant le nom de l’école dans Google](http://www.google.com/search?q=reighikan+dojo), mon article est placé avant le site officiel de l’école. C’est un peu embarrassant!

Il y a encore bien pire: reprenons le cas de l’artiste de mercredi, dont j’écoute les chansons régulièrement depuis quelque temps. J’ai un compte [LastFM](http://www.last.fm/user/Steph-Tara/), qui établit des statistiques sur les morceaux que j’écoute avec iTunes. Je publie sur la première page de Climb to the Stars la liste des derniers morceaux écoutés; cette liste renvoie aux pages consacrées aux morceaux en question sur LastFM (par exemple: [We Will Rock You (Queen)](http://www.last.fm/music/Queen/_/We+Will+Rock+You). On peut y lire combien de personnes ont écouté le morceau, et encore bien d’autres choses fort sympathiques. Si on cherche [le nom de l’artiste (LB)](http://www.google.com/search?q=laurent+brunetti) dans Google, on voit que [la page LastFM qui lui est consacrée](http://www.last.fm/music/Laurent+Brunetti) (et qui existe par ma faute, si on veut) sort droit derrière son site officiel. Limite embarrassant, également!

Donc, je ne mets pas son nom complet dans ce billet. Premièrement, cet article ne lui est pas consacré en tant qu’artiste, ce qui m’embarrasserait triplement s’il finissait bien placé dans Google pour une recherche sur son nom. Deuxièmement, mon [Cheese Sandwich Blog](http://steph.wordpress.com/) est bien plus récent que Climb to the Stars, moins bien référencé, et avec un peu de chance il le restera, puisqu’il est consacré à  mon petit quotidien plutôt qu’à  des questions d’importance nationale comme celle que vous êtes en train de lire maintenant. Une mention “en passant” du nom de LB dans le corps d’un article ne porte pas à  conséquence sur mon “petit blog”, mais qu’en serait-il dans celui-ci? Je ne veux pas prendre le risque.

L’expérience me rend prudente. Il y a quelques mois, on m’a demandé de [retirer un nom de mon blog](http://climbtothestars.org/archives/2005/06/08/incident-diplomatique/). La personne en question avait fait des photos de moi pour [l’article dans Migros Magazine](http://climbtothestars.org/archives/2005/01/07/article-dans-migros-magazine/), et m’avait gentiment autorisé à  les [mettre en ligne sur Flickr](http://climbtothestars.org/archives/2005/02/12/migros-magazine-photos-on-flickr/). Comme je considère qu’il faut citer ses sources et l’annoncer lorsqu’on utilise le travail de quelqu’un d’autres, j’avais consciencieusement mis son nom dans mon article et également [dans les tags des photos en question](http://flickr.com/photos/bunny/tags/migrosmagazine). Ce que je n’avais pas prévu, c’est que ces photos, qui ne sont pas forcément représentatives de son travail, et qu’elle m’a laissé à  bien plaire mettre dans mon album photos en ligne, se retrouveraient en première position lorsque l’on cherchait [son nom dans Google](http://www.google.com/search?q=vanessa+p%C3%BCntener). Ma présence en ligne étant plus forte que la sienne, j’ai littéralement fait mainmise sur son nom sans m’en rendre compte. Bien entendu, j’ai immédiatement fait de mon mieux pour réparer les choses quand elle me l’a demandé (à  juste titre!), et si j’en crois ce que je vois dans Google, les choses sont maintenant rentrées dans l’ordre. Néanmoins, expérience embarrassante (j’ai déjà  utilisé ce mot aujourd’hui?)

La généralisation des [folksnomies](http://en.wikipedia.org/wiki/Folksonomy “En anglais.”) pour catégoriser et classer l’information, à  l’aide de [“tags” ou “étiquettes”](http://technorati.com/help/tags.html), ajoute encore des occasions de commettre des impairs malgré soi. Sur [Flickr](http://flickr.com/ “Merci de prononcer comme “flicker” et non à  la suisse-allemande…”), par exemple, il est souvent d’usage d’accoler [un tag nom+prénom](http://flickr.com/photos/tags/stephaniebooth “Le résultat en ce qui me concerne.”) lorsqu’une photo représente quelqu’un. Mais lorsque je mets en ligne [une série de photos passablement floues prises après le concert dont j’ai parlé](http://www.flickr.com/photos/bunny/sets/1539556/), est-ce que je vais mettre le nom et le prénom de chaque personne sur chacune des photos? Du coup, j’ai commencé à  être un peu plus parcimonieuse dans ma distribution de tags: nom+prénom pour un petit nombre de photos, et un prénom ou un diminutif pour les autres. Le problème avec les tags, c’est que je les utilise surtout pour pouvoir m’y retrouver dans les 4000+ photos que j’ai mises en ligne. Mais en même temps, les tags sont également des liens, et sont également indexés par Google. Ma façon d’organiser mes photos va avoir un impact sur la présence en ligne d’autres personnes. Potentiellement embarrassant quand il s’agit de noms de personnes!

Comment peut-on deviner si une personne donnée préfère que son nom soit mis en avant sur le web, ou pas? Dans le doute, mieux vaut s’abstenir — c’est le message que je tente de faire passer aux ados [lors de mes conférences](http://stephanie-booth.com/offre/conférences/). Ces conférences, en passant, c’est très bien pour moi: à  force de répéter les choses aux gens, je suis forcée d’y réfléchir, et des fois je me rends compte que ma position à  certains sujets est en mouvement…

Cependant… s’abstenir n’est pas une solution sans risques. Plus récemment, alors que je préparais un site dans lequel on parlait du parcours de quelques personnes, j’ai justement évité de mettre en ligne des pages vides (ou presque) ayant pour titre le nom de quelqu’un lorsque je n’avais rien de précis à  y mettre. Ce que je n’avais pas prévu, c’est que l’absence de page signifiait également l’absence du nom dans ce qui ressemble à  la “table des matières” du site et créait un déséquilibre dans la présence en ligne des différents acteurs — ce qui m’a été reproché (à  juste titre également).

A moins que la personne nommée ne soit un blogueur, je dirais que mettre un nom dans un billet est une chose délicate. Plus ou moins délicate, selon que le nom est dans le corps du billet, sur du texte lié, dans le titre du billet, ou pire, dans le titre de la page. Plus ou moins délicat également selon la visibilité du blog dans lequel c’est fait.

Les gens vont-ils nous en vouloir d’avoir cité leur nom? Vont-ils nous en vouloir de ne pas l’avoir fait, ou pas assez? Il n’est pas toujours possible de vérifier auparavant avec la personne en question. De plus, même si on vérifie, la personne est-elle pleinement des conséquences de l’une ou l’autre route? Une vérification sérieuse ne pourra manquer de s’accompagner d’une explication du fonctionnement du référencement, ce qui risque de crisper certains… à  tort.

Voici à  mon sens démontrée une nouvelle fois l’utilité d’une forte présence en ligne. Vous pouvez mettre mon nom où vous voulez, ça ne me dérange pas, car je sais que sur Google, c’est moi qui possède mon nom.

Ce que démontre également ce genre de situation, c’est la responsabilité qui va avec ce que j’appelle la “parole publique”. La parole publique est un pouvoir, et avant internet, ce pouvoir était en principe limité aux personnes dont c’était le métier (journalistes, politiciens, écrivains). Avec internet, ce pouvoir se démocratise, et c’est une bonne chose. Mais nous sommes peu préparés à  la responsabilité qui va avec. Avec la façon dont fonctionnent les moteurs de recherche comme Google, on ne peut plus écrire sans avoir présent à  l’esprit les conséquences que cela pourrait avoir pour le référencement d’autres sites.

Similar Posts:

Blogs, émeutes, radio (RSR1) ce matin [fr]

Plutôt des skyblogueurs inconscients qu’un noyau dur d’organisation des émeutes. Interviewée par la RSR1.

[en] I gave a phone interview for the RSR1 yesterday evening, about the skybloggers arrested in the context of the Paris riots. Without much direct information on the affair, my point would be that even if blogs are useful for organising communities, this is probably just another occurrence of teenagers being unaware of how public their blog is (something I've had a chance to note again and again when I give conferences for teenagers on the risks related to blogs).

Interviewée hier soir par téléphone, mon intervention a passé [à  la radio](http://info.rsr.ch/fr/rsr.html?siteSect=100 “RSR1.”) ce matin à  6h30 (je ne sais pas si elle sera rediffusée).

Mise à  jour 12h20: [interview disponible en ligne](http://info.rsr.ch/fr/rsr.html?siteSect=500&sid=6221958&cKey=1131446901000) (page HTML avec lien vers enregistrement RealPlayer).

Prise un petit peu à  froid (la journaliste m’a appris l’arrestation des [trois skyblogueurs](http://fr.news.yahoo.com/07112005/290/trois-arrestations-pour-incitation-a-l-emeute-sur-blog.html “Annonce de l’arrestation de trois ados.”)), nous avons bavardé un bon moment avant d’enregistrer une petite interview. Je n’ai pas entendu le montage, donc je ne sais pas ce que ça donne, maisJe n’ai pas dit trop d’idioties, mais quand même, voici quelques précisions après avoir fait mes devoirs (comprendre “quelques lectures sur internet”), mangé ma pizza, et dormi.

Est-ce que les blogs sont la “centrale d’organisation” des émeutes? Je ne pense pas. Le blog est un outil puissant pour mettre en place des communautés, communiquer, s’organiser, mais son gros (dés)avantage est qu’il est sur la place publique (pas le choix chez [skyblog](http://skyblog.com/)). Pas si futé pour mettre sur pied des activités illégales.

Par contre, ce que je sais [d’expérience](http://stephanie-booth.com/offre/conferences/ “Source de mon expérience: mes conférences.”), c’est que même si les jeunes connaissent la leçon (“ce qui est sur internet est accessible à  tous”), ils ne prennent pas la mesure de ce que cela signifie concrètement pour leurs blogs.

Quand, lors d’une conférence, j’énumère les personnes qui sont englobées dans “tout le monde” (les parents, les copains, les grands-parents, les profs, le directeur, la police…), je suis inévitablement témoin de quelques yeux ronds, quelques regards échangés, et une petite vague d’inquiétude qui traverse certains jeunes. Ils n’y avaient simplement pas pensé! Pas réalisé que leur modeste skyblog, visité au quotidien par une dizaine de copains, était aussi accessible par ces personnes.

En ce qui concerne les skyblogueurs arrêtés, je ne m’avancerai pas trop [vu les maigres informations à  disposition](http://www.pointblog.com/past/2005/11/07/blogs_et_meutes_hors_sujet_.htm “Un article intéressant à  lire chez Pointblog.”), mais je pense qu’il s’agit plutôt d’un simple cas “d’inconscience”, où l’on retrouve sur les blogs ce qui se dit généralement en privé, parce que les auteurs n’ont pas réalisé que mettre quelque chose sur un blog, c’est l’équivalent de le placarder partout en ville.

Liens en rapport, en vrac:

– [Article Pointblog](http://www.pointblog.com/past/2005/11/07/blogs_et_meutes_hors_sujet_.htm)
– [Skyblog d’infos sur les émeutes](http://cites2france.skyblog.com/)
– [Annonce de l’arrestation des trois skyblogueurs (Yahoo/Reuters)](http://fr.news.yahoo.com/07112005/290/trois-arrestations-pour-incitation-a-l-emeute-sur-blog.html)
– [Libération: les violences s’étendent en province](http://www.liberation.fr/page.php?Article=336601)
– [Commentaire sur un billet anglophone](http://www.inthebullpen.com/archives/2005/11/07/day-12-of-french-intifada-sees-upswing-in-insurgency/#comment-50101)
– [Cosmos Technorati de l’article Yahoo](http://www.technorati.com/search/fr.news.yahoo.com%2F07112005%2F290%2Ftrois-arrestations-pour-incitation-a-l-emeute-sur-blog.html)
– Technorati: [paris+riots](http://technorati.com/search/%22paris%20riots%22) et [paris+émeutes](http://technorati.com/search/paris+%C3%A9meutes)

Si vous trouvez le lien direct vers mon intervention sur le site de la RSR1, merci de le mettre dans les commentaires.

Mise à  jour 12h20: mal réveillée ce matin, j’ai oublié l’essentiel. Comme [le dit bien Cyril](http://www.pointblog.com/past/2005/11/07/blogs_et_meutes_hors_sujet_.htm), les téléphones portables sont certainement bien plus efficaces pour les blogs pour coordonner les actions des émeutiers (pensez [smart mobs](http://en.wikipedia.org/wiki/Smart_mobs)).

Similar Posts:

Blogs pour parents: notes de conférence [fr]

Reproduction des notes de conférence distribuées hier aux parents.

[en] Conference handout for the parents who listened to me last night.

Comme je l’ai fait pour les enseignants, voici les notes de conférence données aux parents d’élèves hier soir.

Aide-mémoire

Un blog, c’est un site internet facile à  créer et qui encourage une interaction auteur-lecteurs. Il est composé d’articles organisés chronologiquement que l’on peut commenter.

Pourquoi s’intéresser aux blogs à  l’école? Dans une double optique de

  • prévention: la parole publique mal maîtrisée fait courir un certain nombre de risques aux adolescents; ceux-ci sont trop souvent livrés à  eux-mêmes face à  Internet, les adultes qui les entourent (parents, enseignants…) n’étant pas assez “au courant”.
  • initiation à  un média qui prend de l’importance: rôle social, politique, économique des blogs; outil de travail et de collaboration, démocratisation de l’expression, complémentarité aux médias traditionnels.

Skyblog est une plateforme de weblogs parmi d’autres. Elle est prisée des adolescents et parfois le lieu de dérapages médiatisés. Les skyblogs d’adolescents ne sont qu’une utilisation particulière des weblogs, qui ne sauraient donc être réduits à  des albums photos en ligne ou des journaux intimes.

Le blog fait souvent partie de la sphère privée de l’élève (mis en ligne et consulté à  la maison). Cependant, il s’agit d’une publication dans le domaine public, qui peut donc avoir bien d’autres conséquences que des discussions de cour de récréation ou des affiches sur le mur d’une chambre à  coucher.

Revoir sa conception d’Internet

Près d’un adolescent sur deux a un blog! Les parents sont souvent peu au courant de ce que font leurs enfants sur Internet.

Internet n’est pas une bibliothèque: c’est un lieu hautement social, où l’on peut publier très facilement et gratuitement ce que l’on veut. Laisser un enfant aller sur Internet sans s’intéresser à  ce qu’il y fait n’est pas équivalent à  le laisser avec sa console de jeux; c’est plutôt équivalent à  le laisser traîner en ville sans se soucier de ses fréquentations ni de ses activités. Le blog n’est qu’une des activités en ligne des adolescents (parmi le chat, l’e-mail, les webcams, la consultation de sites, les jeux multi-joueurs).

Risques pour les adolescents

Voici quelques-uns de risques que peut courir le jeune blogueur:

  • problèmes avec la justice: en cas d’insulte ou d’atteinte à  l’image, une plainte pénale peut être déposée
  • problèmes avec les autorités scolaires: si le blog est utilisé dans le cadre de l’école, ou qu’il contient du matériel inadéquat directement lié à  l’école, il n’est pas exclu que celle-ci prenne des sanctions à  l’égard de l’élève
  • exposition à  outrance de sa personne (photos) et de sa vie privée: l’adolescent ne mesure pas les conséquences possibles d’une telle exposition dans un lieu public

L’anonymat sur Internet est un leurre: si on ne peut pas garantir de découvrir l’identité d’un internaute qui cherche à  la cacher, on ne peut pas non plus s’assurer que l’on restera anonyme. Lorsque l’anonymat tombe, cela peut faire des dégâts (perte d’emploi, conflits avec les proches, conséquences scolaires…).

Une fois que quelque chose est sur Internet, on en perd le contrôle. Même si le site original est effacé, un visiteur peut avoir fait une copie et la mettre en ligne à  son tour. Il y a aussi une archive d’Internet, et les moteurs de recherche gardent des copies des sites qu’ils indexent.

Quelques liens à  explorer

Similar Posts:

Blogs et école: notes de conférence [fr]

Un condensé de la conférence que j’ai donnée aujourd’hui dans un établissement scolaire vaudois.

[en] These are the conference notes for a talk I gave today for the teachers in a secondary school.

Je reproduis ici, sans mise en forme particulière, les notes de la conférence que j’ai donnée aujourd’hui aux enseignants d’une école vaudoise.

Aide-mémoire

Un blog, c’est un site internet facile à  créer et qui encourage une interaction auteur-lecteurs. Il est composé d’articles organisés chronologiquement que l’on peut commenter.

Pourquoi s’intéresser aux blogs à  l’école? Dans une double optique de

prévention: la parole publique mal maîtrisée fait courir un certain nombre de risques aux adolescents; ceux-ci sont trop souvent livrés à  eux-mêmes face à  Internet, les adultes qui les entourent (parents, enseignants…) n’étant pas assez “au courant”.
initiation à  un média qui prend de l’importance: rôle social, politique, économique des blogs; outil de travail et de collaboration, démocratisation de l’expression, complémentarité aux médias traditionnels.

Limite des sphères privée-publique: comment réagir, en tant qu’enseignant, lorsqu’on est par exemple confronté à  du matériel pornographique sur le blog personnel d’un élève, hors du milieu scolaire? Média qui nous met face à  de nouvelles problématiques.

Skyblog est une plateforme de weblogs parmi d’autres. Elle est prisée des adolescents et parfois le lieu de dérapages médiatisés. Les skyblogs d’adolescents ne sont qu’une utilisation particulière des weblogs, qui ne sauraient donc être réduits à  des albums photos en ligne ou des journaux intimes.

Pistes pédagogiques

  • utilisation des blogs comme source d’information pour un travail de recherche: blogs à  thème, blogs provenant d’une autre culture, blogs témoins d’événements actuels (utiliser http://technorati.com/ et http://fr.wikipedia.org )
  • utilisation du contenu de blogs pour amorcer une réflexion sur le(s) média(s): débats, travail argumentatif, adéquation des propos qui y sont tenus, conséquences possibles pour le blogueur, racisme, respect
  • tenue d’un blog de classe à  plusieurs auteurs: comptes-rendus d’activités, résumés du travail scolaire effectué durant la semaine, rapports de lecture, narration de la vie de la classe
  • blog de projet: pour accompagner un projet indisciplinaire, la mise en place d’un spectacle, la préparation d’un voyage d’études
  • blogs de maîtres (en accès restreint, éventuellement): communication au sein et entre groupes de travail, collaboration et partage de matériel pédagogique, informations officielles ou officieuses au sein de l’établissement

Attention: en cas d’activité de publication, prévoir une charte, discuter des implications avec les élèves, éventuellement obtenir accord des parents (pour textes, photos). Veiller au spam! (Filtres, contrôle périodique…)

Les enseignants qui travaillent aujourd’hui avec des blogs à  l’école font oeuvre de pionniers. Il n’y a pas vraiment de recettes éprouvées, c’est un peu un terrain en friche… à  découvrir!

Quelques liens à  explorer

Erratum

Renseignements pris: les adolescents peuvent bien être tenus pour responsables devant la justice pour les propos publiés sur leurs blogs (plutôt que les parents).

Similar Posts:

Les blogs : au delà  du phénomène de mode [fr]

Mon article sur les blogs pour Flash Informatique est en ligne.

[en] My article on blogs for Flash Informatique (a publication of the EPFL) is now online.

Les blogs : au delà  du phénomène de mode, mon article sur les blogs pour Flash Informatique (EPFL), est en ligne. La version papier sort à  la fin du mois.

En contrepoint aux articles parfois alarmistes, parfois simplement utiles, qui mettent en avant les dangers liés aux blogs, voici une approche du “phénomène blog” qui cherche à  clarifier tout ce qu’ils ont à  apporter de positif, aussi bien à  la société qu’à  l’individu.

Stephanie Booth, Les blogs : au delà  du phénomène de mode

Je me suis battue pour rétablir les guillemets autour de “phénomène blog” au lieu des italiques, parce qu’à  mon sens ça ne véhicule pas la même distanciation, mais je me suis cassée le nez sur la charte typographique du magazine…

Cosmos Technorati: voir qui parle de cet article.

Similar Posts: