#MSCL à la RSR1 et inscriptions possibles jusqu'au 9 septembre [fr]

[en] You can still sign up for the social media course I co-direct until August 31st. In Lausanne. In French.

Hier, j’étais dans les studios de la RSR pour parler (bafouiller!) un peu de la formation SAWI de spécialiste en médias sociaux et communautés en ligne, juste avant la dernière séance d’information pour la volée 2011-2012.

Si entre cet interview et le programme du module 1, vous vous rendez compte que cette formation est pour vous, il est encore temps! Nous acceptons les inscriptions jusqu’au 31 août 9 septembre (dans la mesure des places disponibles).

Billet publié initialement sur le blog de la formation MSCL.

Gérer sa réputation numérique [fr]

[en] Online reputation management: know what people are saying about you, and concentrate on putting yourself out there in a good (honest) light rather than getting stuff pulled down and risking the Streisand Effect. This is exactly what Anil Dash explained on his blog many years ago in "Privacy through identity control".

En allant faire un saut à la boulangerie du coin, iPhone sur les oreilles, le hasard de la playliste aléatoire m’a permis d’écouter “La mauvaise réputation“, épisode de l’émission RSR1 “On en parle” que j’avais téléchargé il y a une semaine environ.

Eh bien, même si par moments j’ai un peu grincé des dents face à l’approche un peu “contrôler sa réputation” de certaines parties de l’émission, et au fait qu’on insistait un peu beaucoup sur comment savoir ce qui est dit de nous, mais pas tellement sur “et bon ensuite, on en fait quoi?”, les conclusions sont tout à fait bonnes. Je vous encourage donc à écouter l’émission (surtout la fin!) si ce sujet vous intéresse.

En résumé:

  • ayez une présence internet, et utilisez-la pour être proactifs par rapport à ce qu’on peut trouver sur vous en ligne (en termes moins élégants: ça peut aider à “noyer le poisson” ou tout au moins, équilibrer un peu le message si des choses négatives sont publiées sur vous)
  • gardez un oeil sur ce qui est publié à votre sujet (Google, alertes, Technorati, abonnements, ou même entreprise spécialisée)
  • il y a des moyens de faire retirer des contenus, mais attention: ils vont resurgir ailleurs, et risque de Streisand effect
  • tenter d’éviter le problème en faisant l’autruche et en restant aussi loin d’internet que possible, c’est donner le contrôle total de votre réputation numérique à autrui!

"Piratage" dans Forum sur la RSR1 [fr]

[en] I'll be on air on RSR1 (Swiss radio) in about 90 minutes to talk about file-sharing and piracy. It's in French and you can listen online.

Je fais vite, OK? Dans 90 minutes environ, je serai sur les ondes de la RSR1 pour y dire quelques mots sur le thème de “pirater n’est pas voler“.

Vous pouvez écouter la RSR1 en direct ou attraper directement le l’épisode de Forum au vol.

A noter que la réunion de création du Parti des Pirates Suisse vient d’avoir lieu à Zurich (je n’ai pas tellement d’informations supplémentaires pour le moment, tout étant en allemand, et ma maîtrise de la langue de Goethe n’a jamais été foudroyante.)

Couverture presse: contente! [fr]

[en] Two press appearances I'm really happy about. One is a radio interview about the usefulness of blogs in a corporate environment. The other is a half-page article covering the talk I gave about the internet to parents of teenagers in Porrentruy.

Là, franchement, chapeau bas à Jean-Olivier Pain (RSR1) et Sébastien Fasnacht (LQJ). Je suis absolument ravie des résultats de la fameuse (double) capsule et de la couverture (une bonne demi-page si je vois juste!) de ma conférence pour parents d’adolescents à Porrentruy. Bon, ça fait beaucoup trop de liens, ça. Ne vous prenez pas le chou et allez voir ailleurs:

Ça me fait très, très plaisir. Si en règle générale mes contacts avec les journalistes sont tout à fait plaisants, il est rare que je sois carrément épatée par le résultat final, comme ici!

Demain, Capsule de Pain [fr]

[en] On the radio early tomorrow morning. And the day after. Not live, thank goodness.

Un mot rapide pour vous dire que je serai dans la Capsule de Pain (RSR1) demain et après-demain matin (c’est tôt, vers 7h25 il paraît — nul souci cependant, nous avons enregistré ça il y a quelque temps déjà). Sujet: blogs, entreprises…

Addendum: vous pouvez écouter tout ça sur le blog de M. Pain lui-même.

Aussi, pendant qu’on y est, Femina du week-end prochain. Ah, et la Tribune de Genève de jeudi passé (quelqu’un l’a?), et le Quotidien Jurassien de mercredi dernier, et de vendredi (?). Et RougeFM/RadioLac je sais plus quand. Et… je dois en oublier.

Un peu le déluge de journalistes ces temps, de nouveau. Va falloir remettre la page Presse à jour.

Demain: Grand 8 sur la RSR1 [fr]

[en] I'll be on the radio tomorrow morning between 8am and 8.30am, CET.

Demain, de 8h à 8h30, je serai invitée à faire un tour de Grand 8 sur la RSR1. On y parlera, d’après ce qu’on m’a annoncé, de “comment devenir un leader d’opinion dans la blogosphère”.

Tout un programme. Vous pouvez écouter la radio sur le net en allant sur leur site, et même en principe écouter l’émission après-coup. Edit: rajouté le lien vers l’émission.

PS: la semaine dernière c’est Raph et Lau qui s’y sont collés.

Edit: voici un lien direct pour les écouter.

PPS: Grr, j’arrive toujours pas à écouter leurs émissions online. J’arrivais, avant, promis. Là, on me présente une gentille page d’aide alors que j’ai déjà RealPlayer et que si je lui donne à manger le bon *.ram ça fonctionne. Reste à trouver le *.ram en question pour une émission donnée…

J'ai refusé mon premier interview [fr]

[en] I just refused my first interview. It was on a topic I knew nothing about until the journalist's phone call, roughly twenty minutes before the show (live). It's not that they shouldn't have contacted me, but the fact I knew nothing of the story (leak of music festival programs through blogs) and that it brought along the hairy "blogs vs. journalism" issue (I'm no means a specialist on that question) made me feel really uncomfortable about speaking up as the "bloggy specialist". The journalist understood my concerns, and I'm grateful to her for that. You'll just have to be a bit more patient until the next interview!

Eh oui. Il n’y a pas plus tard que quelques minutes. Produit de toutes mes réflexions, prises de tête et discussions au sujet de mon statut de Madame Blogs ces derniers mois.

On ne pourra cependant pas dire que j’ai refusé net. J’ai hésité. J’ai réfléchi (autant que je pouvais, pendant que je discutais au téléphone avec la journaliste et que je voyais passer les minutes). C’était pour un direct à  la RSR, vers 18h00, sur le sujet des fuites du programme de Paléo (et du Montreux Jazz) via les blogs, ce qui a eu pour conséquence (me dit-on) l’annulation de la conférence de presse qui était prévue pour aujourd’hui. Problématique: blogs et médias traditionnels (terrain ô combien glissant), motivation de ceux qui contribuent à  faire circuler des infos qui sont “sous embargo” pour la presse traditionnelle, à  qui profite le crime…

Ce n’est pas qu’on tenait à  me faire dire des choses avec lesquelles je n’étais pas d’accord. C’était surtout parce que je ne savais rien de l’histoire en question avant que la journaliste ne m’en parle (j’ai téléchargé le programme de Paléo cet après-midi sur leur site comme “tout le monde” avant d’y commander mes billets). Donc, en gros, j’allais m’exprimer en direct sur un sujet dont j’avais entendu parler pour la première fois une vingtaine de minutes auparavant. Pas très confortable pour le moins, et surtout, pas très déontologique de ma part, puisque ma présence dans cette interview sous-entendrait tout de même pour les auditeurs que je savais de quoi il en retournait.

Une autre source de mon malaise est le sentiment qu’on glisse vers une tendance où il suffit de mettre le mot “blog” dans un reportage pour accrocher le lecteur ou l’auditeur. “Le programme de Paléo circule sur les blogs” — ça donne le sentiment que la blogosphère entière se refile le programme, mais qu’en est-il en réalité? De combien de blogs s’agit-il? Je n’en sais rien. Une poignée, plus que probablement. Peut-être plus? De nouveau, je débarque, aucune idée de l’ampleur du phénomène.

Ce ne sont pas les blogs qui sont importants en tant que tel. Avec l’apparition d’internet, les médias traditionnels ont perdu l’exclusivité de la diffusion publique de l’information. Ce qu’ont fait les blogs, c’est (pardonnez-moi, mais j’aime bien cette formule) actualiser la promesse d’internet et rendre effectivement possible au plus grand nombre de s’exprimer sur la toile.

Les blogs sont aussi des machines à  conversation, ils sont un média social, et fonctionnent comme du bouche à  oreille, mais avec le pouvoir de diffusion d’internet. Alors, les programmes de festival qui circulent, ça n’a rien de bien extraordinaire, à  mon humble avis.

Quand vous préparez un festival, il y a des tas de gens “à  l’intérieur” qui connaissent le programme ou une partie de celui-ci. Il y a des fuites. Il y a toujours des fuites. Et maintenant, au lieu de juste parler de ce que l’on sait à  ses voisins, collègues, et amis, on le colle sur son blog. Des inconnus le lisent. L’information se diffuse. Et les pauvres médias traditionnels qui respectaient l’embargo se posent des colles: les blogueurs en parlent, pourquoi pas nous? Mais les blogueurs, eux, se contentent de parler de ce qui les intéresse, avec plus ou moins de sérieux, plus ou moins de compétence, sans se préoccuper de questions d’exclusivité ou d’embargos.

Quant à  la fameuse “opposition” entre blogs et médias traditionnels qui plaît à  certains (on peut mettre en avant le manque de crédibilité des blogs — mais franchement, qui est plus crédible, le patron d’entreprise qui vous parle directement de ses produits, ou bien un resucé de communiqué de presse rédigé par l’agence de communication engagée spécialement pour l’occasion?), je pense qu’il n’y a pas de réponses simples à  apporter. En tous cas moi, je n’en ai pas, et surtout pas hors contexte, en deux minutes de direct, sans préparation. Ce que je sais cependant, c’est que je vois une cohabitation plutôt qu’une opposition. C’est clair que l’évolution d’internet force la presse traditionnelle à  se remettre en question. Mais je ne suis pas une spécialiste de la presse 🙂

Qu’il soit bien clair: je ne jette nullement la pierre à  la RSR pour m’avoir contacté. Si j’avais suivi l’affaire, j’aurais volontiers fait la spécialiste et tenté d’apporter un modeste éclairage à  l’histoire. Mais là , ça me mettait dans une situation vraiment trop inconfortable. La journaliste (avec qui j’ai parlé près d’un quart d’heure au téléphone) a tout à  fait accepté mes réticences et je l’en remercie.

Je crois juste qu’il est grand temps que je commence à  faire attention à  n’intervenir dans les médias traditionnels que lorsque je me sens réellement compétente pour le sujet, et pas juste parce qu’il s’agit de blogs, et qu’en blogs de manière générale, je sais plus ou moins de quoi je parle.

Le reportage peut être écouté ici.

Radio sans moi et deux blogs à  visiter [fr]

[en] A radio show on blogs without me (I was busy teaching) and two Swiss politically oriented blogs worth visiting.

Très rapidement (mais alors très, parce que là , j’ai assez de boulot pour me garder occupée ces deux prochaines semaines même si je n’enseignais pas), notons une émission sur la RSR1 ce matin, qui portait sur les blogs.

On saluera deux faits:

  • le sujet tournait plutôt autour du blog politique/blog d’entreprise, plutôt que l’éternel blog d’ado
  • comme j’enseigne entre 9h00 et 9h30 le lundi matin, l’émission s’est faite sans moi 😉

On saluera aussi la personne responsable du site internet de la RSR1, à  qui l’on rappellera en passant que l’attribut id doit être unique sur une page. <DIV id=smallbold align=left> (sic) à  perte de vue sur la page, ça ne le fait vraiment pas. Ah oui, et j’ai remarqué (deux-trois autres personnes aussi) que le serveur ramait passablement. Une petite cure d’amaigrissement à  coups de standards web serait peut-être à  conseiller.

Une mention cependant pour la possibilité de télécharger la chronique en MP3.

J’en profite pour vous envoyer vous balader sur deux sites romands “politisés” (prenez-en de la graine, vous autres, on en veut plus comme ça):

Mise à  jour 04.02.2006: merci à  Flippy, qui me dit les avoir eu via Fredoche, pour ces liens. Faites circuler!

Blogs, émeutes, radio (RSR1) ce matin [fr]

Plutôt des skyblogueurs inconscients qu’un noyau dur d’organisation des émeutes. Interviewée par la RSR1.

[en] I gave a phone interview for the RSR1 yesterday evening, about the skybloggers arrested in the context of the Paris riots. Without much direct information on the affair, my point would be that even if blogs are useful for organising communities, this is probably just another occurrence of teenagers being unaware of how public their blog is (something I've had a chance to note again and again when I give conferences for teenagers on the risks related to blogs).

Interviewée hier soir par téléphone, mon intervention a passé à  la radio ce matin à  6h30 (je ne sais pas si elle sera rediffusée).

Mise à  jour 12h20: interview disponible en ligne (page HTML avec lien vers enregistrement RealPlayer).

Prise un petit peu à  froid (la journaliste m’a appris l’arrestation des trois skyblogueurs), nous avons bavardé un bon moment avant d’enregistrer une petite interview. Je n’ai pas entendu le montage, donc je ne sais pas ce que ça donne, maisJe n’ai pas dit trop d’idioties, mais quand même, voici quelques précisions après avoir fait mes devoirs (comprendre “quelques lectures sur internet”), mangé ma pizza, et dormi.

Est-ce que les blogs sont la “centrale d’organisation” des émeutes? Je ne pense pas. Le blog est un outil puissant pour mettre en place des communautés, communiquer, s’organiser, mais son gros (dés)avantage est qu’il est sur la place publique (pas le choix chez skyblog). Pas si futé pour mettre sur pied des activités illégales.

Par contre, ce que je sais d’expérience, c’est que même si les jeunes connaissent la leçon (“ce qui est sur internet est accessible à  tous”), ils ne prennent pas la mesure de ce que cela signifie concrètement pour leurs blogs.

Quand, lors d’une conférence, j’énumère les personnes qui sont englobées dans “tout le monde” (les parents, les copains, les grands-parents, les profs, le directeur, la police…), je suis inévitablement témoin de quelques yeux ronds, quelques regards échangés, et une petite vague d’inquiétude qui traverse certains jeunes. Ils n’y avaient simplement pas pensé! Pas réalisé que leur modeste skyblog, visité au quotidien par une dizaine de copains, était aussi accessible par ces personnes.

En ce qui concerne les skyblogueurs arrêtés, je ne m’avancerai pas trop vu les maigres informations à  disposition, mais je pense qu’il s’agit plutôt d’un simple cas “d’inconscience”, où l’on retrouve sur les blogs ce qui se dit généralement en privé, parce que les auteurs n’ont pas réalisé que mettre quelque chose sur un blog, c’est l’équivalent de le placarder partout en ville.

Liens en rapport, en vrac:

Si vous trouvez le lien direct vers mon intervention sur le site de la RSR1, merci de le mettre dans les commentaires.

Mise à  jour 12h20: mal réveillée ce matin, j’ai oublié l’essentiel. Comme le dit bien Cyril, les téléphones portables sont certainement bien plus efficaces pour les blogs pour coordonner les actions des émeutiers (pensez smart mobs).

Infimes précisions [fr]

Je n’ai pas écrit Blog Story. Remise en contexte d’une remarque que je commente dans Journal Infime. Allumez vos téléviseurs dimanche à  20h00, je serai l’invitée de Mise au Point sur la TSR1. Quelques commentaires sur mes aventures avec les médias.

[en] A clarification about something said in the second part of my radio interview. Aside from that, I'll be on TV Sunday evening. I'll try to find out if it can be viewed online.

Si vous avez écouté Journal Infime aujourd’hui, vous aurez sans doute noté que suite à  une petite maladresse de la présentatrice, je me suis retrouvée propulsée auteur de Blog Story. Je vous rassure, rien n’a changé, ce sont toujours bien Cyril et Emily qui en sont les auteurs.

Il y a un point dans l’interview d’aujourd’hui qui mérite un commentaire. Martine Galland m’invite à  parler d’une remarque que je fais dans mes réflexions blogosphériques:

N’allez pas chercher plus loin qu’une famille “à  secrets” pour saisir mes motivations profondes…

Revenons au contexte dans lequel je fais cette remarque. En fait, j’essaie d’expliquer d’où vient la tendance, parfois très marquée chez moi, à  décortiquer les discours, les événements ou les idées, à  vouloir traquer “l’erreur” et la désinformation, casser les mythes et les illusions.

La problématique du secret n’eclaire à  mon sens pas vraiment, comme la structure de l’interview le laisse entendre, mes motivations profondes à  vouloir partager ainsi [ma] vie avec des milliers de lecteurs. Ma remarque, remise dans son contexte, concernait mes motivations à  décortiquer (et critiquer) les articles parus sur les weblogs. Face à  ce qui me paraissait être une forme de désinformation, je montais sur mon cheval de bataille pour clâmer au monde que la vérité n’était pas celle qu’on leur avait servie, poussée par un élan qui pour moi prend clairement sa source dans ce que j’ai vécu, enfant, dans ma famille.

Ce qui me pousse à  partager mes idées et quelques morceaux de ma vie sur internet, c’est à  mon avis plus un besoin d’exister, d’être entendue, reconnue. Je n’y vois pas tant un besoin de mettre au grand jour ce qui est caché en moi qu’un besoin assez primordial d’expression. En écrivant ces lignes, toutefois, je me rends compte que ce besoin d’expression pourrait être interprété comme un refus de jouer le jeu du secret — du silence. Est-ce lié? Possible… mais pour moi le lien n’est pas clair, et je ne le faisais certainement pas lorsque j’écrivais mes Réflexions blogosphériques.

Vous venez en passant d’avoir une démonstration, en direct, du besoin impérieux qui m’habite de m’assurer que j’ai bien été entièrement comprise…

Je poursuis ce billet coloré “presse” en vous proposant de regarder Mise au Point dimanche à  20h00 sur la TSR1. (Je ne vous donne pas plus de détails, z’avez qu’à  regarder… ou lire la suite!)

Après le petit couac concernant Migros Magazin, j’ai été heureuse d’apprendre le fin mot de l’histoire au sujet de ma mésaventure avec Le Temps. En effet, j’avais été interviewée pour un article, que la (fort sympathique) journaliste m’avait ensuite soumis pour relecture et feedback (quelques échanges de mails). Quelle n’a pas été ma surprise, lorsque, lisant le dossier consacré aux blogs dans les pages 2 et 3 du Temps le 2 février dernier, j’ai pu constater la totale absence de cet article que j’avais pourtant vu à  plusieurs reprises!

La journaliste qui m’avait interviewée étant à  ce moment-là  en vacances à  l’autre bout du monde ou presque, elle n’a pas été en mesure d’éclairer ma lanterne quant à  la raison exacte de cette disparition. C’est maintenant chose faite, et c’était un peu ce que je soupçonnais: manque de place, on a sacrifié un article. La journaliste n’avait malheureusement pas les lignages exacts pour réduire ses articles avant de partir en vacances. Ce sont des choses qui arrivent.

Sur le moment, cela m’avait d’autant plus déçue que la parution de ce dossier dans Le Temps avait incité la production de Mise au Point à  changer l’angle du reportage sur les blogs, renonçant à  m’interviewer pour pouvoir aborder plus longuement la question des adolescents skyblogueurs. J’avais passé plus de 6 heures à  parler avec le réalisateur, on avait fixé un jour de tournage, il m’avait montré un premier jet de scénario… double déception. Mais, comme je vous l’ai dit, les choses finissent bien pour moi (enfin, je trouve!) puisque je serai l’invitée du plateau de fin d’émission.

J’avoue une certaine excitation à  l’idée de “passer à  la télé”, et j’ai réalisé en en parlant autour de moi que tout le monde ne réagirait pas ainsi. Et vous, chers lecteurs — ça vous plairait, une apparition télévisuelle, ou bien c’est plutôt le genre de chose que vous préféreriez éviter? Je suis curieuse de vous entendre à  ce sujet.

Mise à  jour 17.02.2005: extraits cités par Mireille Galland dans la troisième partie de l’interview: