Journaling With Google Keep [en]

[fr] Google Keep, super pratique à utiliser pour prendre des notes (avec photos!) ou tenir un journal.

During my holiday in Spain last May, I started journaling. I had two weeks “off”, sailing, and days quickly started to run into each other. So before going to sleep, I’d pick a photo of the day, and jot down where we had gone, what notable things happened, etc. Actually, the thing that got me started was being hit by a nasty wave of grief about losing Tounsi. And then I kept going.

I first used Apple Notes, but Google Keep quickly seemed more appropriate. It’s my main note-taking app. I also like the way it displays notes, with the photo(s) visible, and a snippet of text. I created a “Journal” label, so that I can easily filter all my journal entries if I want to.

I like the practice of taking a few minutes to sum up my day. I keep it short, avoiding the dive into stream-of-consciousness meandering around what I’ve been thinking, sticking to the factual. I think that’s what has allowed me to keep it going.

Lately, I’ve also used Google Keep to take notes during an outing to discover edible plants. Snap a photo of the plant, put the name in the note, and jot down relevant info. I remember missing out on taking notes like this during a previous “mushroom” outing: I ended up with a pile of photos and a pile of notes, but insufficient memory of which name went with which photo.

Trou de blog [fr]

[en] Another blog-whole. 2017 is a year of changes, and though I speak quite easily of myself once the solutions are found and the lessons are learned, I find it harder to do so in the midst of turmoil. But I want to try.

Encore un trou de blog. J’en ai bien conscience. Je parle assez facilement de moi, mais au passé – quand le chemin a été fait et que je peux présenter les leçons apprises ou la résolution. J’ai beaucoup de mal à lancer à la mer doutes et incertitudes, surtout quand ceux-ci touchent à mon identité.

Et comme je me dis “je devrais parler de ça!”, eh bien je n’écris rien d’autre.

Parmi les (trop?) nombreux articles que je partage et lis sur Facebook, deux reviennent me hanter:

Je vais bien, hein. Mais 2017 est une année de grands chamboulements. Ce n’est pas facile d’en parler pendant qu’ils ont lieu. Je veux essayer, comme Kevin.

Je suis au chalet ce week-end. En mars, j’ai réalisé que même si je peux techniquement travailler au chalet, ce n’est pas une bonne idée d’y monter lorsque j’ai beaucoup à faire. Faire deux ou trois choses qui m’auraient autrement empêchée d’y monter, certes – mais pas d’ambition de productivité.

Alors je suis montée un peu moins. Mais je n’y fais rien. Enfin presque. Du vrai repos. Car (et cela pourra sembler paradoxal) je travaille en fait beaucoup, ces temps.

Canicule: mes trucs pour rester au frais chez soi ou dans son espace coworking [fr]

[en] Archive of my weekly French-language "technology advice column".

Ma newsletter hebdomadaire “Demande à Steph” est archivée ici pour la postérité. Chaque semaine, un tuyau ou une explication touchant à la technologie numérique, ou une réponse à vos questions! Inscrivez-vous pour recevoir directement la prochaine édition. Voici l’archive originale. Et la page Facebook!

Une fois n’est pas coutume, un truc de geeks qui n’a rien à avoir avec le web, les smartphones, ou les ordis pour “Demande à Steph“. Et puis on n’est pas samedi, mais je vous ai bien négligés ces dernières semaines, alors je tente de me rattraper.

Voici comment garder votre appart/maison/bureau/studio au frais durant la canicule (et simplement, quand il fait chaud):

  • fermer complètement toutes les fenêtres dès que l’air extérieur est plus chaud que l’air intérieur (tendre le bras par la fenêtre pour voir, et ne pas se laisser avoir par les “airs” qui peuvent donner une sensation de fraîcheur trompeuse)
  • ouvrir complètement toutes les fenêtres dès que l’air extérieur est plus frais que l’air intérieur (idem)
  • baisser les stores ou fermer les volets (en gardant les fenêtres fermées!) dès que le soleil menace de briller à l’intérieur

Ça paraît contre-intuitif, non, de fermer les fenêtres quand il fait chaud? On veut pas des courants d’air, justement? Alors le problème avec les courants d’air, c’est qu’ils nous donnent une sensation de fraîcheur (en soi c’est bien) mais si l’air avec lequel on fait les courants est plus chaud (c’est souvent le cas), on est en fait en train d’amener plein d’air chaud à l’intérieur et de réchauffer la pièce… Pas top.

Solution? Le ventilateur… ça permet de faire de l’air sans laisser entrer l’air chaud du dehors par les fenêtres.

Un extra? Si vous n’avez pas la clim, tester la “clim du pauvre”, qui utilise le fait que l’évaporation de l’eau est une réaction physique qui consomme de la chaleur, et donc refroidit son environnement (c’est pour ça que transpirer nous rafraîchit ou qu’on a froid quand on est mouillé).

On met un linge mouillé sur le ventilateur: le vent de celui-ci accélère l’évaporation et donc la production de frais. On peut aussi simplement suspendre des tissus mouillés un peu partout, ou mettre des bassines d’eau (mais attention aux moustiques).

Je fais ça depuis des années à l’eclau (si vous êtes à Lausanne et que votre lieu de travail est trop chaud, l’eclau vous ouvre d’ailleurs ses portes cette fin de semaine) et dans mon appart, et ça marche vraiment bien! Ne partez donc surtout pas travailler en laissant vos fenêtres ouvertes et vos stores ouverts. Et n’oubliez pas de boire!

Une bonne soupe à la livèche et tomate [fr]

[en] A soup recipe.

Hier, je tente le coup. Faire quelque chose de la grosse poignée de livèche (herbe à Maggi) qui traîne dans mon frigo. Je suis très contente du résultat!

  • faire revenir un oignon hâché dans du beurre
  • rajouter une grosse poignée de feuilles de livèche
  • avant que ça ne commence à trop attacher, ajouter 500ml de bouillon
  • je n’avais pas de patates, alors j’ai rajouté quelques poignée de lentilles corail et de riz séché éclaffé (poha)
  • deux tomates coupées en morceaux
  • une fois que c’est cuit, mixer le tout!

A refaire.

Un joli Bol d’Or rapide! [fr]

[en] This week-end was the Bol d'Or, a sailing race on Lac Léman. Geneva-Bouveret-Geneva, or 15 hours of sailing madly with a lot of wind for our little boat. But we made it, didn't make any big mistakes or break anything, and are all happy!

Ce week-end, c’était le Bol d’Or. Brian, Yves, Corinne et moi. Et la bise. Pas mal de bise. Sortir du port samedi matin, c’était déjà cotton: à 9h00, on était encore bloqués par un tas de bateaux! Si ma mémoire est bonne, on a été libérés vers 9h20.

9h et encore dedans… Ça commence à stresser ! #BOM17 #farrniente

A post shared by Stephanie Booth (@stephtara) on

Deux ris, le petit génois, ça allait bien pour nous, mais c’était déjà clair que certains concurrents étaient un peu en-dehors de leur zone de confort. Après le départ à 10h, festival de “triboooord!”, on a dû dévier de notre course plusieurs fois pour éviter la collision alors qu’on était prioritaires. Juste après la ligne, un bateau a déjà un homme à la mer, mais ils arrivent à le récupérer sans trop de difficulté.

On a tiré des bords, des bords, puis un très très long bord jusqu’à la côte française quelque part entre Thonon et Evian, si ma mémoire est bonne. Avec les vagues, on s’est fait gicler de nombreuses fois (surtout Yves, qui était devant – même tout équipé il s’est vite retrouvé trempé). A peine avions-nous réussi à sécher qu’un nouveau seau d’eau venait nous tremper. On confirme qu’utiliser le seau-WC dans un bateau qui roule avec les sous-vêtements mouillés, c’est pas une partie de plaisir!

Vers Meillerie, ou était-ce un peu avant, le vent tombe un peu. On lâche les ris. On les reprend une heure plus tard, ou moins, ou plus. On arrive au Bouveret à 19h12, record pour nous! Sitôt passée la barge, on manque se faire couper la route par deux bateaux qui avaient décidé de virer “un petit peu” tôt. On proteste bruyamment, ils s’écartent, on peut continuer. Le vent se lève, ou ne se lève pas, on hésite avec les ris, on les lâche, et on reste du coup un peu côté français où il y a moins de vent.

On reprendra assez rapidement nos ris, et on est contents de les avoir quand on regarde les bateaux plus toilés se battre et perdre le contrôle, et surtout à l’entrée du Petit Lac. Vers minuit, le vent se lève de plus en plus. On part au lof de temps en temps, et finalement le vent est si fort que même avec nos deux ris et notre petit génois il n’est pas possible de redresser le bateau. On descend donc la grand-voile, avec difficulté, mais on y arrive. On surfe toujours, avec juste le petit génois. Lors d’une accalmie on tente de remonter la grand-voile, mais on se rend rapidement compte que ce n’est pas une bonne idée. On n’arrive simplement pas à la hisser, et pour la descendre je dois m’y suspendre avec tout mon poids.

15h04 après notre départ, à une heure du matin, on passe la bouée d’arrivée. On est raides, quasi personne n’a dormi, on a mal partout, on n’a pas arrêté. Mais on est contents: on a “fait juste”, on a bien fonctionné, pas eu de casse, pas de grosses erreurs, et on a fait un joli temps!

Le Farrniente finit 386e au classement général en temps réel, 264e en temps compensé (14h29), 24e des TCF4 (sur 42 à l’arrivée mais 56 inscrits).

On s’amarre dans le port, où et comme on peut. On remarque ensuite que le bateau contre lequel nous nous sommes mis a le mât cassé en deux. En descendant l’estacade, j’en vois un autre. Au matin, Yves en dénombre sept. Une copine me raconte qu’un Toucan a coulé. On apprend que la fumée que Corinne et moi avions observée au loin, puis sans doute l’odeur d’essence qui m’a alarmée bien des heures plus tard un peu avant Meillerie, c’est un bateau du staff qui a pris feu.

J’ai pris quelques photos, mais les conditions n’étaient franchement pas idéales pour faire du reportage. Ma foi, c’est l’expérience qui compte!

D'habitude on est plutôt ici au petit matin… ça va vite, pas beaucoup l'occasion de poster! #farrniente #BOM17

A post shared by Stephanie Booth (@stephtara) on

Il y a quelques photos sur la page facebook du Farrniente, et j’ai mis ce que j’ai pris en vrac dans un album Google Photos pour les curieux.

Après quelques heures de sommeil dans un vrai lit (de 4 à 9!) on a ramené le bateau lundi. Merci à Mélanie pour les photos de notre arrivée à Vidy!

On attend avec impatience le récit de Corinne, qui faisait son premier Bol d’Or!

 

Je refuse [fr]

Je refuse:

  • de me laisser terroriser
  • de propager la peur et l’impuissance autour de moi
  • de faire le jeu du petit nombre qui sèment la mort pour faire parler d’eux
  • de gaspiller ainsi mon énergie et celle de mon entourage.

Ateliers pour musiciens: “Prenez votre carrière en main!” 2017 [fr]

[en] Hard at work to promote the workshops for musicians Elisabeth and I are holding again this autumn. The information sessions are going to take place on 6th and 15th June.

Après avoir mené ces ateliers avec succès en 2016, on remet ça! Elisabeth et moi avons même travaillé d’arrache-pied ce printemps pour revoir et améliorer encore notre contenu pédagogique. On se réjouit à fond de cette volée 2017!

On a même créé une association, On The Vibe, dont le site vous donne maintenant toutes les informations sur la formation de cet automne.

Nos séances d’info de ce printemps auront lieu le 6 juin à la Datcha (mardi qui vient!) et le 15 juin à l’EJMA. Il y aura encore une séance d’info en automne juste avant le début de la formation, mais il sera trop tard pour profiter du tarif spécial offert aux personnes s’inscrivant avant le 31 juillet.

On est donc en plein rush-promo, histoire que toutes les personnes susceptibles d’être intéressées par la formation de cet automne en entendent parler à temps pour venir aux séances d’information de juin.

Si vous désirez nous donner un coup de pouce avec la promo:

Merci pour votre intérêt et votre soutien 🙂

Laisser tourner ma tête [fr]

Ces derniers mois, j’ai réalisé que… (J’ai toujours l’impression que c’est ces derniers mois. Mais ça vient sournoisement. Ça doit mettre des années. Bref.)

J’ai besoin de pouvoir laisser ma tête tourner à vide. Au ralenti. Au point mort. En roues libres. Être constamment soit en train de lire, de discuter, ou d’écouter des podcasts, ça ne laisse pas de temps à ma tête pour juste divaguer. J’ai pris conscience de ça de façon aiguë dans les semaines avant de partir en Inde.

Alors en Inde, j’ai fait un gros effort de déconnexion. Lecture de mon livre, oui. Facebook: très minimal. Trier des photos, oui. Podcast: lors des insomnies du décalage horaire. Ne rien faire. Laisser mes pensées se balader.

Ces jours, alors qu’il se passe plein de trucs dont je vous parlerai plus tard, je sens fortement ce besoin. J’ai arrêté d’écouter des podcasts en conduisant, en faisant la vaisselle, en mangeant. A plus forte raison vu que je ne peux pas faire de sport (repos complet pour ma hanche, toujours), à peu près la seule activité que j’avais “sans input ni cogitations intellectuelles”.

Ma tête a besoin de bande passante, elle aussi.

Rendre visibles ses articles de blog, c’est galère [fr]

[en] Yep, making your blog articles visible sucks -- so does making anything visible.

Bon, pis les blogs? “Galère pour rendre visibles ses articles de blog,” me dit-elle. Je crois que c’est comme pour tout. On est vraiment sur-sollicités. Tout le monde et toutes les marques sont sur Facebook. C’est la surenchère du “comment faire pour que les gens remarquent ce que je fais”. Parce que oui, faut faire bien, être pertinent, répondre à un besoin chez l’autre… mais s’il ne sait pas qu’on existe, tout ça, c’est inutile!

Je ne dis rien de nouveau. C’est pour ça qu’on a la pub. On est tous dans une grande foule à tenter de se faire entendre. Ou voir. Le premier qui monte sur la table ou les épaules de quelqu’un, on va le voir. Mais si tout le monde le fait, on ne voit plus personne.

La solution? Perso, je pense qu’on va “en revenir” un peu, de cette surenchère à capter l’attention de tous. Quand tout le monde vous crie dans les oreilles, celui qui vous donne un petit billet réussira à se faire entendre. C’est ce qu’on disait au début du web, ce que disait le Cluetrain: on est pas des “eyeballs”, on est pas des nombres, on en marre qu’on nous objectifie pour nous vendre des trucs.

Et j’ai l’impression, de plus en plus, qu’online est devenu ce qu’était avant offline. Exemple bête, les infos. J’ai arrêté de regarder les infos il y a des années parce que ça ne faisait que me rendre plus anxieuse. Maintenant les infos sont partout sur Facebook et Twitter. La pub aussi.

Alors, moi, je crois (et j’insiste sur “croire”, c’est une croyance) qu’on va finir par revenir au fondamental: aux gens, aux relations. Quand on est saturé d’infos, et qu’on réalise qu’on ne peut pas leur faire confiance (Fake News anybody?) on va finir par recommencer à demander à son voisin ce qu’il en pense.

Retour au personnel, au relationnel. (C’est de ça que j’ai causé mardi à Genève, d’ailleurs.)

Alors, le blog? Le blog reste (j’en suis persuadée) l’endroit par excellence pour une communication humaine un peu plus développée et moins réactive que les commentaires Facebook. La discussion c’est bien, et utile, et nécessaire, mais des fois c’est bien de réfléchir un peu plus tranquillement dans son coin.

Son problème, c’est la distribution, et c’est là qu’il est “comme tout le reste”. Faut avoir un réseau de malade sur Facebook, Instagram, Twitter, et ailleurs. Faut savoir présenter les choses de façon accrocheuse pour capter l’attention du facebookeur décérébré (je sais, j’en suis aussi), qu’il clique et qu’il lise (et ne se contente pas juste de partager, ou pire, d’ignorer). D’ailleurs, je mets maintenant des photos à mes articles, même si elles n’ont rien à voir. Sinon, ils n’existent même pas, dans l’écosystème de distribution Twitter-Facebook-Linkedin.

Le chat qui miaule bien fort obtient les croquettes…

Les lecteurs RSS sont quand même bien morts avec Google Reader.

Le revers (positif) de la médaille, c’est l’e-mail. Avec la démocratisation des outils sociaux, notre e-mail s’est quand même un peu vidé de toutes sortes d’activités qui fonctionnent mieux sur Facebook et consorts. Je ne sais pas vous, mais pour ma part, je ne croule pas sous les mails. Les humains ont appris à utiliser des filtres (pas tous, ok, mais quand même), Gmail a commencé à regrouper nos longs échanges en conversations, et les boîtes de réception sont de plus en plus intelligentes.

L’e-mail, qu’on a voulu mort il y a des années (je me souviens de quelques interviews, dont une, j’étais sur le quai de la gare de St-Prex, marrant comme ça marche la mémoire, bref, on essayait de me faire dire que l’e-mail c’était fini, non mais tu rêves), c’est un certain retour à ces messages de moi à toi, en privé, loin de tout le bruit et des sollicitations. C’est pas pour rien que les newsletters reprennent du poil de la bête.

Donc, assurez-vous qu’on puisse s’abonner à votre blog par e-mail. J’adore le blog de Sylvie. Mais si je n’étais pas abonnée par e-mail, je raterais beaucoup d’articles. L’e-mail, je sais que je le regarde. Au moins le titre. Les réseaux sociaux, c’est pas fait pour tout voir. C’est conçu pour faire remonter les voix les plus fortes, et ce sont elles qu’on finit par entendre. On y a beaucoup cru (je me mets dedans), mais ça a des effets vachement pervers, mine de rien.

Donc oui, rendre son blog visible, c’est la galère. Rendre n’importe quoi visible, en fait.

Il y a certainement des choses à redire concernant les idées que j’émets ici. J’ai écrit tout ça d’une humeur un peu “coup de gueule” qui reflète aussi où j’en suis par rapport à tout ça. Si vous avez des objections ou des avis différents, je serai ravie de les entendre.

Quiet Me Time [en]

“But… Stephanie, you’re not allowed to do that to yourself!” She said. In this case, “that” was a day that started at 9am and finished at 10pm, pretty much back-to-back meetings and appointments. There was also the podcast on “addictive technology“, and this question that comes to my mind a dozen times a day when I’m on Facebook: “would I rather be doing something else?” — something like reading, or tidying the house, or cooking, or going for a walk (can’t with my hip, but you get the drift). And this article on firewalling me time, even at the price of limiting social activities. Another one about the importance of quiet time, a precious reminder, even though it’s not a new idea to me. All that on a backdrop of keeping an eye out for emotional labour.

So the other evening I took out my calendar, and blocked out “me evenings”. There aren’t quite enough available, but I did my best. I also gave myself the morning off after I go all the way to Basel for an evening talk. And quiet week-ends when I come back from travelling. I realised I could go to social/networking events and stay for one hour instead of three. Or say no when I’m asked (with no ill-intentions) to sacrifice my quiet time to make things easier for somebody else.

Maybe one of the reasons I don’t like planning my work, and give up quite fast when I do: I do not protect myself enough when I plan, and therefore burn myself out when I try to follow the plan.

I’ve realised I need more “no input” time. Time when my brain can wander. Time without the computer, the phone, or podcasts. Time when I’m not working or actively doing something that requires my attention. Listening to music is quite good, because my thoughts can drift off. Reading a book is all right too, because I can daydream. And repeatedly, I ask myself: “would I rather be doing something else?” when I’m caught in the social media consumption cycle.

And my upcoming Indian holiday will be largely offline.