Espace Coworking Lausanne: Eclau [fr]

[en] I've been a bit quiet about it here, but it's happening! I'm opening a coworking space in Lausanne, Eclau. The address is Guiguer-de-Prangins 11, and drop-ins will be free. Hot-desking members for 100/150 CHF (depending on if you need storage space or not) and full members (with your own desk) for 300 CHF/month. (See my post in English on the Coworking Community Blog.)

Cela fait longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles de mon projet de coworking. Tellement longtemps, en fait, que vous imaginez probablement que tout est tombé à l’eau.

Que nenni! Le bail est signé, les coworkers trouvés, et je viens de passer ma journée (avec une joyeuse équipe d’entre eux) à déménager des meubles dans les locaux de l’Eclau, l’Espace Coworking Lausanne. Regardez, on est presque installés!

Coworking Move 9

Enfin, pas tout à fait. L’état des lieux est lundi, ensuite on fait de la démolition de mur, et mercredi, si tout va bien, on commence à y bosser!

Pour en savoir plus sur nous, visitez le wiki de l’Eclau (on peut, par exemple, aller apporter son grain de sel concernant le nom de l’Espace Coworking) qui est en ce moment la source la plus complète (bien qu’un peu brouillon) d’informations. Le site web grandit chaque jour un peu plus, on peut déjà nous suivre sur Twitter, et il y a une mailing-liste destinée aux “Amis de l’Eclau”, c’est-à-dire non seulement nos membres et utilisateurs, mais aussi ceux et celles qui désirent suivre d’un peu plus près la vie de notre communauté.

On organisera un apéro dans 2-3 semaines pour inaugurer en grande pompe notre nouveau lieu de travail et de vie& ne le ratez pas!

Similar Posts:

Update From Berlin [en]

[fr] Etat des lieux. Beaucoup à faire, beaucoup à bloguer. J'ai besoin de m'organiser.

So, here I am in Berlin, for another 24 hours or so. I’m giving my talk for the <head> Web Conference this evening at 6pm. You can still buy tickets — it’s an online conference, so there is no commuting involved to attend, and it’s going on today evening and tomorrow too.

I have many blog posts to write, and I don’t know what to start with. One about conference endings (I was very disappointed with the way Web 2.0 Expo fizzled out), one about the opening of ECLAU, the Lausanne Coworking Space (November 3rd I get the keys!), one about the blogger outreach programme for Web 2.0 Expo (it was a huge hit), and a bunch of others that I’ve forgotten about, though I remember myself saying out loud “gosh, I have to write a blog post about this” quite a few times during this trip. Oh, here’s one I just remembered: a blog post on selling wine online, for a Lausanne guy I met at a networking event a few weeks back who was telling me blogs have no role to play in business and that you can’t sell wine online. Oh, and how I read blogs. And others.

As you can probably make out, I’ve got lots of “stuff” going on these days. Good stuff, luckily. Stuff including business opportunities. It’s very encouraging to see that since I’ve been a bit more direct about stating that I need work, things have been picking up. My financial situation is still far from sorted out, but it’s now headed in the right direction. I’m still trying to come to terms with the idea that I can be good at my job whilst being crap at managing finances and actually selling my services. This is some of the stuff I’ll be talking about tonight, by the way.

So, beware, braindump. It makes me feel better, and it’s a way of giving news without really going into the details.

  • send out a newsletter: and to say I was afraid of sending them out too often!
  • write the damn blog posts: as I said above…
  • coworking space: get internet, compose “sign-up” form, draft out house rules, set up blog, set up mailing-list, set up wiki, organise furniture arrival, scare up people to help cleaning, supervise knocking down wall, plan walling out conference room, look at finances
  • work for various clients: a couple of wordpress upgrades, back-to-back meetings all week when I get home, get back to silent ones to make things move forward, get back to people who contacted me during my travels, look at calendar and scream silently…
  • LeWeb blogger accreditation: send codes out to about 200 people, set up mailing-list, hash out details, monitor everything, deal with edge cases (there are always edge cases…)
  • Spread The Tech: not yet announced, keep the ball rolling, wiki + basecamp + blog about it, prepare announcement, start organising…
  • personal: review finances, get organised, prepare travel (yes, more travel), continue working on self-promotion, deal with post-conference business cards (not too many this time, thankfully), catch up on Flickr upload + tagging backlog, blog maintenance like upgrade thesis, remove disqus (?)

There! I’m feeling a little lighter now. Sorry if you didn’t follow everything.

Similar Posts:

Stephanie's October Conference Tour: Web 2.0 Expo Europe [en]

[fr] Après Lisbonne, direction Berlin pour la conférence Web 2.0 Expo, dont j'assure (avec Suw Charman-Anderson et Nicole Simon) la gestion des accréditations blogueurs.


Web 2.0 Expo Europe 2008
After [speaking at SHiFT](http://climbtothestars.org/archives/2008/10/12/stephanies-october-conference-tour-shift/), I will head over to Berlin for the next stop in my October Conference Tour. Second conference:

Web 2.0 Expo Europe, 21-23 October 2008, Berlin

I attended Web 2.0 Expo Europe last year, taking notes (go to the beginning of the month) and giving one of my Babel Fish talks at Web2Open. At the height of my conference burn-out after FoWA, I was pretty cranky and critical of the conference (particularly the infrastructure), and it’s where I decided to start a company to organize my own events.

This year, I’m co-heading the Blogging Web 2.0 Expo Europe programme with Suw and Nicole (French post). I’ll be going to the event to have a chance to meet all the participating bloggers we’ve been working with over the last month (they’re listed in the Web 2.0 Expo blog sidebar) — and [Janetti](http://twitter.com/janerri), who initiated this outreach programme.

If you haven’t registered yet, go and visit these blogs — all bloggers have 35% discount codes to distribute, so if you know one of them, ask! Here’s a short video of Suw and I where we tell you why you should come to the conference :-).

Setting up and running this programme has been a fascinating experience, and you can expect some blogging about what we did once the event is over. (Note: I’m doing something similar in spirit, though a little different in form, with [blogger accreditations for LeWeb in Paris](http://climbtothestars.org/archives/2008/10/06/blogger-accreditations-for-leweb-paris/) — we have more than enough French- and English-language bloggers but are still looking for people to cover the conference in other languages.)

While I’m at it, I will be taking part in Suw Charman-Anderson’s discussion about Gender Issues in Web 2.0 Careers as a panelist. Neither of us are fans of “women in technology” discussions, as you can see from the title of the discussion, and I’m really looking forward to see where we’ll take these issues.

As an aside, when I organised Going Solo, I did not put tons of effort into “involving women”, and it turns out over half the speaker roster was female. Does it have anything to do with the fact I’m a woman?

So, see you in Berlin?

Similar Posts:

Stephanie's October Conference Tour: SHiFT [en]

[fr] La conférence SHiFT a lieu du 15 au 17 octobre à Lisbonne. J'y parlerai des conférences que je donne depuis bientôt quatre ans dans les écoles. Il est encore possible de s'inscrire pour assister à la conférence, faites vite!

Well, here we are. I should have blogged about this long ago, but without getting into the details of these past weeks, it’s been kinda… busy here lately.

October is conference month in Stephanie-land. I leave on Tuesday. Let’s see what we have in store. First conference:

SHiFT, 15-17 October 2008, Lisbon

SHiFT - Social and Human Ideas For Technology I was present at the first edition of SHiFT in 2006, and really liked this Reboot– and LIFT-inspired event. Smaller scale than both of them, SHiFT is set in beautiful Lisbon and has a very nice atmosphere. I heard some great talks and met some incredible people in 2006, and I’m looking forward to more this year.

I’m really excited that I’ve been invited to speak, and will for the first time cover and comment on the work I’ve been doing in schools for nearly four years in schools, raising awareness about digital media issues with teenagers, teachers, and parents, in “What do teenagers, teachers, and parents need to understand“.

Even if you don’t work with teenagers or in a school setting, and don’t have any teenage children, I think you’ll find my talk interesting. I would really like to encourage you to attend. I’m saying this because I’ll be talking about what feels to me like my most meaningful work, and I want to share it. The thinking and issues behind it go way beyond educational settings, as I explain in my recent comments following a radio show about Facebook in Swiss companies, and the complete ignorance of what may seem basic digital media awareness in those environments — both on the part of employees and company management.

I’m not danah or Anastasia and my book project is on hold ;-), but I’ve learnt over the years that though it may not have seemed extraordinary to me at first, I have acquired some valuable insights about online behaviours of both adults and teenagers, and I’m really happy to have a chance to share them with my digitally clued-in peers.

If you hadn’t planned to attend SHiFT, hurry up and register. It’s last-minute but it’s still possible. EasyJet and TAP flights will take you to Lisbon from most places in Europe.

Looking forward to seeing you there!

Similar Posts:

Que de sites (ou blogs)! [fr]

[en] Starting to list sites I made for clients.

Il faudra que je vous parle de la soirée networking à laquelle je suis allée mardi passé. C’est tous les mardis à Lausanne (entre autres), à 18h au Nomade. J’y retournerai. Population très différente des gens “hyperconnectés” que j’ai l’habitude de fréquenter. Rafraichissant (“un blog, ce n’est pas un site” ou encore “les blogs n’ont pas leur place dans le business” et aussi “envoie-moi la liste des séries TV que tu veux, et je te dis quand on les reçoit”).

Un pas que j’ai fait dans la direction des gens d’ici, parce qu’une bonne partie de mon business est ici (je pense à [votrecommerce.ch](http://votrecommerce.ch) et services dérivés — bientôt des vrais flyers faits par une vraie graphiste, d’ailleurs!) mais je ne suis en fait pas très connectée hors de mon milieu internautique.

Et comme ma mission c’est d’aider les gens à mieux comprendre internet, eh bien, mes clients sont plutôt offline que online.

Je me disais l’autre jour qu’il faudrait que je fasse une jolie liste des sites de mes clients — ceux que j’ai aidés dans ce département-là, donc. Il y a pas mal de sites/blogs tournant sur WordPress qui me doivent leur existance, si je me mets à compter (et je vais laisser de côté les blogs purement personnels d’amis et famille, dans cette histoire).

Il est tard, j’ai fait de la relecture de livre sur WordPress (oui, en français) toute la journée, je me dis que je devrais faire des e-books sur le sujet, je devrais dormir (je suis raide raide raide) mais j’écris ce billet. Je décline toute responsabilité…

Allez, j’essaie de faire une petite liste. Je vais en oublier. Je les rajouterai plus tard. Et je mettrai peut-être cette liste ailleurs, avec saisies d’écran, même si c’est pas moi qui ai fait les designs, parce qu’un site, y’a rien à faire, c’est “le truc qu’on voit”, hein. (Purée, je suis vraiment fatiguée, je devrais pas bloguer dans cet état. Pardonnez-moi.) Il y en a des récents, il y en a des anciens. Certains sont encore en travaux. C’est tout mélangé.

– [Fleur de Pains](http://fleurdepains.ch)
– [Vibrations Magazine](http://vibrationsmusic.com)
– [Café-Café](http://cafecafe.ch)
– [Le blog du CRAB](http://crablog.net/)
– [Josef Zisyadis](http://zisyadis.ch/)
– [FMEL](http://fmel.ch)
– [Chronique de l’Abrincate](http://bboeton.wordpress.com/)
– [JB’s Band](http://jbmusic.ch/)
– [Reighikan Dojo, Judo et Armes](http://dojo-lausanne.com/)
– [Pierre Huwiler](http://pierre-huwiler.ch)

J’ai oublié quelqu’un?

Et peut-être qu’il faudrait aussi que je fasse quelque part la liste de *mes* sites…

Similar Posts:

"Je fais des sites internet" [fr]

[en] I've decided to start targeting small local businesses (shops, the plumber, etc.) who do not have a web presence, and offer them a cheap-clean-simple solution to have one.

Je traverse au vert, en sortant de la Migros. Une voiture dont le conducteur a regardé un peu paresseusement les feux (il y a un machin orange clignotant, là, pour indiquer que les piétons ont aussi le vert) manque me renverser. Enfin, j’exagère un tantinet: il s’arrête un peu brusquement et me regarde comme si je n’avais rien à faire là. Je le regarde en retour, de mon regard-qui-arrête-les-autos.

Un monsieur d’un certain âge m’interpelle, et nous faisons causette sympathique en continuant notre chemin. Non, je n’étais pas au Comptoir Suisse (ou le Foutoir Suisse, comme on dit par ici — référence aux perturbations de la circulation qu’il occasionne dans le quartier). Je lui raconte d’où je viens, je lâche que je suis indépendante.

– Ah… Et vous faites quoi?

– Je fais des sites internet.

– C’est encore à la mode ces trucs-là?

(Oui, je sais, c’est site web, mais faut s’adapter au vocabulaire courant, même s’il est un peu douteux. Cf. web-deux-(point-)zéro.)

C’est la première fois de ma vie que je me décris comme ça. Il y a une année ou deux, quand le téléphone sonnait et qu’on me disait “il paraît que vous faites des sites?” je répondais, gentiment mais fermement, que je ne “faisais” pas des sites, mais que je pouvais les aider à faire le leur. Ou leur montrer comment on fait.

Entre-deux, l’épuisement du réseau direct que traversent pas mal d’indépendants à un moment donné, et crise financière accompagnée d’une bonne dose de pragmatisme: si les gens veulent un site-vitrine, cela ne sert pas à grand-chose de s’échiner à leur vendre l’idée que c’est dépassé, et qu’il leur faut un site-conversations. Même s’ils trouvent que c’est une bonne idée, hein. Mais ils n’en ressentent pas vraiment le besoin, et en plus, ça fait plus cher.

Donc, voilà, pourquoi pas. Si les gens veulent des sites pour avoir une “présence sur internet”, un site un peu “brochure sur écran”, c’est un début. Il faut bien commencer quelque part. Et ça, je peux le faire. Du coup, j’ai rapidement mis en ligne deux sites de démonstration, votrecommerce.ch et votrecabinet.ch (vous voyez quelle clientèle je compte approcher pour commencer), et pondu un petit PDF pas-beau-mais-c’est-un-début. On parle ici du degré zéro du site internet. Quelques pages, adresse, une photo ou deux, heures d’ouverture, bref descriptif. Mais c’est déjà sous WordPress, et le jour où le client voudra aller plus loin (blog, ou 50 pages supplémentaires) tout est en place.

Que je rassure mes fidèles lecteurs: je suis toujours une de ces “spécialistes-généralistes” d’internet, qui peut faire tout un tas de choses, et continue à faire tout ce qu’elle faisait. Mais des fois, pour que ça tourne, il faut un fond de commerce.

Demain, je vais toquer aux portes dans le quartier.

Après-demain, je prépare un prospectus à envoyer aux écoles de la région.

Similar Posts:

Stephanie Has a Newsletter [en]

[fr] Voilà, j'ai une newsletter. Je la rédigerai en anglais et en français, et y parlerai principalement de mes activités professionnelles. Je vais certainement radoter, il faut vous y attendre -- mais seulement une à deux fois par mois. Je parlerai aussi des choses que je n'aborde pas dans ce blog. Pourquoi une newsletter? J'y ai longuement réfléchi et écrirai sans doute bien plus à ce sujet dans les semaines à venir.

Je suis curieuse. Quelle est votre réaction? Est-ce que vous vous inscririez à une telle newsletter? Je me réjouis de voir ce que va donner cette expérience.

Taking example on my friend Martin, I decided it was time I had my own newsletter. There’s a lot of thinking behind it which I’ll share here at some point (when I’m less in a hurry).

To answer a few questions:

  • I’ll publish a couple of newsletters per month
  • I’ll talk mainly about my professional life
  • Yes, I might ramble
  • I’ll talk about stuff you won’t find on the blog
  • Not everybody reads blogs, no
  • Yes, you can unsubscribe (it’s managed by Google Groups)
  • Nope, I won’t spam you or give out your e-mail address

If you want to subscribe you can do so using the box below.

Google Groups
Subscribe to Stephanie Booth's Newsletter
Email:

Visit this group

What’s your reaction to this? Would you sign up for such a newsletter, or not — and why?

I’m looking forward to seeing how this experiment goes.

Similar Posts:

Other People's Problems [en]

[fr] Je pense qu'une des raisons pour lesquelles il est plus facile de trouver des solutions aux problèmes des autres est que nous avons moins d'informations à disposition pour essayer de choisir "la meilleure solution".

A few days ago I had a sudden insight. And yes, amongst other things, I blame Fooled by Randomness.

We all know that it’s easier to solve other people’s problems than one’s own.

And we also know that being away from home with no computer access makes it easier to relax and do other things. Or working in the office instead of at home means you are not “tempted” by home stuff while you should be working. That basically, being in a context where you physically have less options reduces stress.

I just realised that it’s similar for with problems. One of the things Taleb insists on in Fooled by Randomness is that more information does not mean you make a better decision. More information is bound to get you fooled by randomness.

So, two things here:

  • less choice means less stress
  • less information can mean better decisions

I think that both come into play in a way when dealing with other people’s problems. You have less data about the issue than the person who is stuck in the problem. That makes it easier for you to take a decision about it (or give advice), because you aren’t burdened by tons of possibly useless data that you still try to process.

Makes sense?

Similar Posts:

Business Thoughts [en]

[fr] Je suis en train de me rendre compte de la valeur qu'il y a à investir dans ce que l'on fait et qui fonctionne déjà. Sans vouloir tirer des boulets rouges sur l'innovation (je serais mal placée), payer le loyer est important, et lorsque l'on lit les histoires de ceux à qui les risques ont souri, ne perdons pas de vue qu'on entend rarement parler des perdants.

I think a bunch of things I’ve been reading and thinking about over the last months are starting to come to something.

For example, one thing I’m realising is that it’s easier to pursue and grow existing business than do new things from scratch. I mean this in two ways:

  • existing customers
  • “stuff you do” that actually brings in money

If I look at the past two years, there are a handful of things that have consistently helped pay the rent. If I look back, I’ve spent a lot of energy over the past year trying to do “stuff I wanted to do” — experiential marketing, for example. Of course, it’s easy to say now with hindsight that I might have been better off concentrating on what had worked, but if experiential marketing had been a huge hit that had made me rich, well, it wouldn’t have been a mistake right now.

(I’m reading Fooled by Randomness these days, can you tell?)

Of course, taking risks and innovating is a chance to break through. I’m not saying one should always stick to what one knows. But remember we see the winners, not the losers.

But paying the rent is important.

Similar Posts:

Réflexions freelance [en]

[fr] Musings on my work as a freelancer. I'm thinking about concentrating my communication/promotion efforts on a limited number of things (my problem with being a "generalist internet expert" is that I do lots of different things, could do even more, but feel a bit stretched and unfocused at times). So, here goes:

  • coaching/training: from "learning to use this computer" and "getting the printer to work" (grandma or your uncle) to "learning all about social media/tools" and "publishing my stuff online". A one-on-one setting, and a general focus on "learning to understand and use the internet (and computers) better".
  • creating simple websites: I'm asked to do this a lot, and after years of struggling with clients to try to get them to "do things right" (easy to win them over, but it doesn't change the amount of budget available), I've switched over to a Trojan Horse technique. Give them what they want (a brochure-like website), but based on WordPress (my CMS of choice right now), which means they can learn to update the content, add a blog, etc. etc. Using WordPress as CMS is my Trojan Horse for getting clients further into social media.
  • speaking, in particular in schools: I gave a few talks at the ISL a month ago and they were very well received. A little promotional material would probably get me way more similar speaking engagements.

This doesn't mean I'm abandoning all the other things I do (and get paid for) or would like to do (and get paid for). It just means I'm going to concentrate my proactive efforts on those three things, which have proved to be realistic ways for me to earn money.

Going Solo Leeds is of course taking up quite a bit of my time, and I'm soon going to start actively looking for a business partner (a sales-oriented doer!) for Going Far. Stay tuned!

Ces temps, je pense pas mal à mon choix de travail/carrière. Parce qu’à part les nombreuses heures que je passe à préparer la conférence Going Solo (qui pour le moment ne rapporte pas tellement d’argent, on peut dire ça), je reste une indépendante dans le milieu parfois un peu brumeux des nouvelles technologies.

Moi qui suis quelqu’un qui frémit à chaque fois qu’on lui demande “et tu fais quoi, comme boulot?”, je me suis trouvée l’autre jour (lors du pique-nique mensuel des couchsurfeurs lausannois) avec aux lèvres une formule qui me plaît assez:

J’aide les gens à mieux comprendre et utiliser internet.

C’est vaste, oui, mais ça recouvre assez bien ce qui m’intéresse — et ce que je fais.

Mais bon. Ça fait un moment que je me sens dispersée. Je n’ai pas de message clair à donner pour faire comprendre au monde mes compétences et ce que je fais. En plus, il y a “ce que je fais déjà” et “ce que je pourrais faire”. Donc… je me dis que je devrais me concentrer (côté stratégie de communication en tous cas) sur un nombre limité de trucs. Surtout quand l’argent ne rentre pas à flots. Lesquels?

Qu’on me comprenne bien, je ne suis pas en train de songer à “arrêter” quoi que ce soit de mes activités. Je me demande simplement où concentrer mes forces. Si on fait appel à moi pour autre chose, pas de souci — je serai là.

Une chose que je me retrouve régulièrement à faire, et que j’aime beaucoup, c’est de la formation (ou du coaching) individuelle. Ça va de “apprendre à utiliser l’ordinateur et faire ses premiers pas sur internet” à “bloguer mieux” en passant par “démarrer un blog” et “maîtriser les outils sociaux”. Particuliers, indépendants, ou petites entreprises sont mes clients types pour ce genre de service.

Donc, j’aime faire ça et il y a de la demande. Il m’a fallu longtemps pour “publiciser” ce genre de service/formation, principalement parce que les tarifs que je me retrouvais à devoir fixer me semblaient vraiment chers pour des “cours d’informatique”. En attendant, il semble que je fais ça plutôt bien, j’ai un éventail très large de compétences à transmettre ou à mettre à disposition (je peux dépanner l’imprimante, installer l’anti-virus, donner des conseils stylistiques pour la rédaction d’un article, discuter d’une stratégie de publication, raconter les réseaux sociaux, les blogs, ou les CSS, bref, un produit tout-en-un), et je m’adapte à tous les niveaux (de la personne qui découvre tout juste l’informatique — et il y en a! — à l’utilisateur chevronné qui veut parfaire ses connaissances en matière de publication web, par exemple).

Pour les particuliers, disons que c’est un peu un service de luxe (je ne dis pas ça négativement), et pour les indépendants et petites entreprises, l’occasion d’acquérir des compétences avec un suivi très personnalisé (et compétent/à la pointe…).

Voilà — je me dis que je devrais probablement mettre en avant un peu plus ce type de service.

Dans le même ordre d’idées, on m’approche souvent pour “faire un site internet”. Durant longtemps, je crois que je m’y suis prise un peu maladroitement. “Non, je ne fais pas de site internet, mais je vous apprends à le faire et vous accompagne durant le processus.” Alors oui, bien sûr, je peux toujours faire ça. Mais il ne faut pas rêver — le client qui m’approche pour que je lui “fasse un site internet”, même si je le convainc de ce “faire ça bien” implique (pas un problème en général, dans ce sens-là je suis une assez bonne “vendeuse d’idées”), il n’est probablement quand même pas prêt, au fond, à faire le pas (que ce soit, bêtement, en termes de ressources et d’argent à investir).

J’ai fini par comprendre qu’il fallait s’y prendre autrement. Etre un peu pragmatique. Donner aux gens ce qu’ils veulent, même si on croit qu’il est dans leur meilleur intérêt de faire directement autrement. C’est la technique du Cheval de Troie (un bon cheval, dans ce cas): oui, donner ce qui est demandé initialement, mais sous une forme qui permet ensuite d’aller facilement dans la bonne direction.

Une petite digression/parenthèse à ce sujet. C’est une stratégie qui fait un peu usage de manipulation — mais assez légère, explicite, et dans l’intérêt du client. Elle est de cet ordre: c’est la différence entre demander “pouvez-vous SVP signer cette décharge qui nous autorise à mettre des photos de vous prises à cette fête sur internet” et dire “on va prendre des photos et les mettre sur internet, si cela vous pose un problème, merci de nous contacter au plus vite.” Vous voyez l’idée? C’est comme une de mes amies/collègues, qui répondait, quand on lui demandait comment convaincre un employeur de nous laisser bloguer, en tant qu’employé: “ne demandez pas; faites-le, faites-le intelligemment, et quand il commence à y avoir des retours positifs, votre employeur verra de lui-même que ce n’est pas dramatique, d’avoir un employé qui blogue.” (Ce n’est pas une tactique garantie à 100% sûre, mais elle a son mérite — on dit souvent “non” à la nouveauté un peu par principe ou par peur du changement, c’est une réaction normale.)

Donc, quelle est l’idée? Pour une somme relativement modeste (contrairement à d’autres solutions — avant de m’approcher, un de mes clients avait reçu une offre à 2500.- CHF pour un site statique de 5 pages, sans qu’il y ait d’exigeances particulières côté design!) je crée sous WordPress.com le site que désire le client, avec un design “standard” quelque peu personnalisé (logo, image d’en-tête), et le contenu que m’aura fourni le client.

Et c’est là que ça devient intéressant — et pour le client, et pour moi. Le client a son site, et **bonus**:

  • il peut le mettre à jour lui-même facilement (une fois qu’il a appris, ou bien s’il est débrouille)
  • le jour où il décide de se lancer dans l’aventure “blog”, c’est tout prêt pour
  • s’il veut ajouter des pages, c’est facile et il peut le faire lui-même
  • s’il désire par la suite se payer un design “sur mesure”, il n’y a pas besoin de toucher au contenu (Corinne fait de très beaux thèmes WordPress, par exemple)
  • s’il veut étendre les fonctionnalités du site, tout le contenu peut être migré sur une installation WordPress “serveur”, où l’on peut installer des plugins ou faire tout ce qu’on veut.

Donc, site mis en place à bon marché, et très évolutif.

En ce qui me concerne, si le client s’en tient là (je lui donne les codes d’accès, voilà) je m’y retrouve déjà: mettre en place un site avec du contenu qu’on me fournit est typiquement une prestation pour laquelle je suis payée plus pour mon expertise et mon expérience que pour le temps que j’y passe.

Si le client désire aller plus loin, par exemple être formé à l’utilisation de l’outil (s’il ne s’y retrouve pas par lui-même tout de suite), être coaché pour améliorer le contenu ou en rajouter, découvrir d’autres outils de communication en ligne… Eh bien, vous l’aurez deviné, je me retrouve dans la situation formation/coaching décrite plus haut.

Et si le client désire aller encore plus loin, j’envisage même d’offrir des formules “accès libre” (Martin nous expliquait lors de Going Solo qu’il faisait ça avec certains clients), où le client paie une certaine somme par mois (à négocier) en échange d’un accès “illimité” à mes services. J’ai mis des guillemets, parce que soyons réalistes, il faut tout de même mettre un cadre (je ne deviens pas l’esclave de mon client!) mais cela lui donne la possibilité de faire appel à moi pour séances, coaching, dépannage, e-mails, téléphone, mises à jour tant qu’il a besoin. La base de discussion pour le tarif d’un tel service sera la valeur qu’il a pour le client.

Donc, nous voilà avec deux axes: coaching/formation (très large, “mieux comprendre et utiliser internet, tant du point de vue technique que stratégique”) et fabrication de sites web “simples” (sans fonctionnalités nécessitant du développement particulier).

Il y en a un troisième: les conférences. Que ce soit dans les écoles ou bien ailleurs, c’est quelque chose que je fais depuis le début de ma carrière d’indépendante et pour lequel il y a une demande régulière. Je me dis que du côté des écoles en particulier, je peux être sans difficulté un peu plus proactive à vendre mes services. Un petit explicatif A4 bien présenté que je pourrais faire circuler m’amènerait sans doute plus de mandats de ce genre (jusqu’ici, je n’ai jamais fait aucune promotion pour ça, mis à part annoncer sur mon site que je le faisais).

J’ai donné il y a un mois environ une série de conférences à l’ISL — même si ça faisait depuis février que je n’avais pas parlé sur le sujet, tout est allé comme sur des roulettes et elles ont été extrêmement bien reçues. Je note que ce ne sont plus les blogs qui préoccupent les autorités scolaires (en tous cas en milieu international), mais bien Facebook — un changement de nom, mais la problématique reste largement la même. Je vais devoir me rebaptiser “experte Facebook” pour attirer leur attention 😉

Si vous m’avez lue jusqu’au bout, merci. C’était un article un peu “au fil de mes pensées”, mais ça fait un moment que je rumine ça et je crois que j’avais besoin de le mettre par écrit.

En parallèle, bien entendu, je continue ma vie d’entrepreneur avec Going Solo Leeds (12 Septembre) et les événements à suivre, organisés par Going Far (entreprise en cours de fabrication légale… enfin un de ces jours). Je vais bientôt me mettre à la recherche d’un (ou une!) partenaire business, dans le genre “qui fait les choses et est orienté vente” — toute une aventure dont je vous tiendrai au courant.

Similar Posts: