Infimes précisions [fr]

Je n’ai pas écrit Blog Story. Remise en contexte d’une remarque que je commente dans Journal Infime. Allumez vos téléviseurs dimanche à  20h00, je serai l’invitée de Mise au Point sur la TSR1. Quelques commentaires sur mes aventures avec les médias.

[en] A clarification about something said in the second part of my radio interview. Aside from that, I'll be on TV Sunday evening. I'll try to find out if it can be viewed online.

Si vous avez écouté Journal Infime aujourd’hui, vous aurez sans doute noté que suite à  une petite maladresse de la présentatrice, je me suis retrouvée propulsée auteur de Blog Story. Je vous rassure, rien n’a changé, ce sont toujours bien Cyril et Emily qui en sont les auteurs.

Il y a un point dans l’interview d’aujourd’hui qui mérite un commentaire. Martine Galland m’invite à  parler d’une remarque que je fais dans mes réflexions blogosphériques:

N’allez pas chercher plus loin qu’une famille “à  secrets” pour saisir mes motivations profondes…

Revenons au contexte dans lequel je fais cette remarque. En fait, j’essaie d’expliquer d’où vient la tendance, parfois très marquée chez moi, à  décortiquer les discours, les événements ou les idées, à  vouloir traquer “l’erreur” et la désinformation, casser les mythes et les illusions.

La problématique du secret n’eclaire à  mon sens pas vraiment, comme la structure de l’interview le laisse entendre, mes motivations profondes à  vouloir partager ainsi [ma] vie avec des milliers de lecteurs. Ma remarque, remise dans son contexte, concernait mes motivations à  décortiquer (et critiquer) les articles parus sur les weblogs. Face à  ce qui me paraissait être une forme de désinformation, je montais sur mon cheval de bataille pour clâmer au monde que la vérité n’était pas celle qu’on leur avait servie, poussée par un élan qui pour moi prend clairement sa source dans ce que j’ai vécu, enfant, dans ma famille.

Ce qui me pousse à  partager mes idées et quelques morceaux de ma vie sur internet, c’est à  mon avis plus un besoin d’exister, d’être entendue, reconnue. Je n’y vois pas tant un besoin de mettre au grand jour ce qui est caché en moi qu’un besoin assez primordial d’expression. En écrivant ces lignes, toutefois, je me rends compte que ce besoin d’expression pourrait être interprété comme un refus de jouer le jeu du secret — du silence. Est-ce lié? Possible… mais pour moi le lien n’est pas clair, et je ne le faisais certainement pas lorsque j’écrivais mes Réflexions blogosphériques.

Vous venez en passant d’avoir une démonstration, en direct, du besoin impérieux qui m’habite de m’assurer que j’ai bien été entièrement comprise…

Je poursuis ce billet coloré “presse” en vous proposant de regarder Mise au Point dimanche à  20h00 sur la TSR1. (Je ne vous donne pas plus de détails, z’avez qu’à  regarder… ou lire la suite!)

Après le petit couac concernant Migros Magazin, j’ai été heureuse d’apprendre le fin mot de l’histoire au sujet de ma mésaventure avec Le Temps. En effet, j’avais été interviewée pour un article, que la (fort sympathique) journaliste m’avait ensuite soumis pour relecture et feedback (quelques échanges de mails). Quelle n’a pas été ma surprise, lorsque, lisant le dossier consacré aux blogs dans les pages 2 et 3 du Temps le 2 février dernier, j’ai pu constater la totale absence de cet article que j’avais pourtant vu à  plusieurs reprises!

La journaliste qui m’avait interviewée étant à  ce moment-là  en vacances à  l’autre bout du monde ou presque, elle n’a pas été en mesure d’éclairer ma lanterne quant à  la raison exacte de cette disparition. C’est maintenant chose faite, et c’était un peu ce que je soupçonnais: manque de place, on a sacrifié un article. La journaliste n’avait malheureusement pas les lignages exacts pour réduire ses articles avant de partir en vacances. Ce sont des choses qui arrivent.

Sur le moment, cela m’avait d’autant plus déçue que la parution de ce dossier dans Le Temps avait incité la production de Mise au Point à  changer l’angle du reportage sur les blogs, renonçant à  m’interviewer pour pouvoir aborder plus longuement la question des adolescents skyblogueurs. J’avais passé plus de 6 heures à  parler avec le réalisateur, on avait fixé un jour de tournage, il m’avait montré un premier jet de scénario… double déception. Mais, comme je vous l’ai dit, les choses finissent bien pour moi (enfin, je trouve!) puisque je serai l’invitée du plateau de fin d’émission.

J’avoue une certaine excitation à  l’idée de “passer à  la télé”, et j’ai réalisé en en parlant autour de moi que tout le monde ne réagirait pas ainsi. Et vous, chers lecteurs — ça vous plairait, une apparition télévisuelle, ou bien c’est plutôt le genre de chose que vous préféreriez éviter? Je suis curieuse de vous entendre à  ce sujet.

Mise à  jour 17.02.2005: extraits cités par Mireille Galland dans la troisième partie de l’interview:

Similar Posts:

Interview radio en ligne [en]

La première partie de mon interview radiophonique pour Journal Infime est disponible en ligne. Et la deuxième.

[] La première partie de mon interview radiophonique pour Journal Infime est disponible en ligne. Et la deuxième.

Si vous avez raté mon passage à  la radio, ne désespérez pas! Grâce au miracle de la technique, vous pouvez écouter quand cela vous chante cette première partie d’interview (position: 21 min 45). N’oubliez pas d’écouter “en direct” demain et après-demain!

Mise à  jour 16.02.2005: la deuxième partie est en ligne. (Position: 20 minutes.)

Mise à  jour 17.02.2005: troisième et dernière partie. (Position: 19 minutes.) Et également un lien vers la page que j’ai consacrée à  The Psychology of Cyberspace, l’ouvrage en ligne dont je parle dans cette partie d’interview.

Similar Posts:

Radio: interviewée pour Journal Infime [fr]

Une interview de moi sera diffusée vers 14h20 sur la RSR1 (102.6/92.7 à  Lausanne) les 15, 16 et 17 février.

[en] You can hear me next week in a three-part interview on the swiss radio RSR1. The interview will be aired around 14h20 (GMT+1) on 15-17th February. It's about weblogs, of course.

Update 15.02.2005: if you missed it, the show has been archived (go to 21 min 45).

Update 16.02.2005: second part online (jump to 20 minutes).

Martine Galland m’a interviewée il y a plusieurs semaines pour son émission Journal Infime. Vous pourrez écouter l’interview sur la RSR1 (102.6 ou 94.70 si vous êtes à  Lausanne, sinon, voyez l’aide) cette semaine. Il sera diffusé en trois tranches d’une dizaine de minutes chacune, mardi 15, mercredi 16, et jeudi 17, aux alentours de 14h20. J’y parlerai — oh, surprise! — de mon blog, des blogs, et d’internet.

D’après ce que je vois sur le site de la RSR1, il est possible également d’écouter la radio en ligne avec RealPlayer. Pour ceux qui ne peuvent pas l’écouter “live”, pas de souci: je reçois un CD de l’émission, que je mettrai en ligne pour autant que j’en obtienne l’autorisation.

J’ai déjà  été interviewée pour la RSR1 une première fois en 2002. L’émission ne semble malheureusement plus être en ligne — si vous la trouvez, faites-moi signe!

Edit 15.02.2005: vous avez accès à  un enregistrement de l’émission si vous l’avez ratée. Sautez tout de suite à  21 min 45 si vous voulez avoir directement mon interview. Et oui, ils ont mis un lien vers technorati au lieu de Climb to the Stars, j’ai demandé qu’ils le corrigent.

Mise à  jour 16.02.2005: la deuxième partie est en ligne. (Position: 20 minutes.)

Similar Posts:

Article dans La Liberté [fr]

Un article dans La Liberté, pour lequel j’ai été interviewée, parle de la diversité de la blogosphère.

[en] A brief interview of me appeared today in La Liberté, on a page about the diversity of the blogosphere (PDF).

Un article dans La Liberté, Puissance et extension de la blogosphère (PDF), parle de la diversité de la blogosphère. Il y a aussi un petit interview “questions-réponses” de moi en encadré.

Article intéressant, à  mon avis, qui présente bien les différentes tendances existant parmi les blogs. Dommage simplement (pour un article sur les blogs!) qu’il n’indique pas une seule URL!

Similar Posts:

Ferme à  weblogs sous DotClear [fr]

Si vous voulez ouvrir un weblog en français, ne ratez pas Mon-Blog.org

[en] A really neat hosted blogging platform in French. Runs DotClear.

Si vous cherchez une plateforme “hébergée” pour ouvrir votre blog, allez jeter un oeil du côté de Mon-Blog.org.

C’est tout frais (un peu vert encore, mais l’aide sur les forums est réactive), c’est beau, c’est DotClear sans l’installation. J’y ai ouvert un weblog test, allez voir.

Merci Julien pour l’info — tu as su comment?

Similar Posts:

Scripts for a WordPress Weblog Farm [en]

A first step to WordPress-farming: a shell script and a PHP script which allow you to easily install a whole lot of WordPress weblogs in only a few minutes (I installed over 30 in less than 5 minutes). Scripts require adapting to your environment, of course.

Update 03.11.06: Batiste made me realise I should point the many people landing here in the search of multi-user WordPress to WordPress MU. All that I describe in this post is very pretty, but nowadays completely obsolete.

Here is the best solution I’ve managed to come up with in half a day to finally install over 30 WordPress weblogs in under 5 minutes (once the preparation work was done).

A shell script copies the image of a WordPress install to multiple directories and installs them. A PHP script then changes a certain number of options and settings in each weblog. It can be used later to run as a “patch” on all installed weblog if a setting needs modifying globally.

Here are the details of what I did.

I first downloaded and unzipped WordPress into a directory.

wget http://wordpress.org/latest.tar.gz
tar -xzvf latest.tar.gz
mv wordpress wp-farm-image

I cleaned up the install (removing wp-comments-popup.php and the import*.php files, for example), added a language directory (as I’m wp-farming in French) and modified index.php to my liking; in particular, I edited the import statement for the stylesheet so that it looked like this:

@import url( http://edublogs.net/styles/toni/style.css );

The styles directory is a directory in which I place a bunch of WordPress styles. I don’t need the style switcher capability, but I do need to styles. Later, users will be able to change styles simply by editing that line in their index.php (or I can do it for them).

Another very important thing I did was rename wp-config-sample.php to config-sample and fill in the database and language information. I replaced wp_ by xxx_ so that I had $table_prefix = 'xxx_';.

To make it easier to install plugins for everyone, correct the language files, and edit whatever may be in wp-images, I moved these three directories out of the image install and replaced them with symbolic links, taking inspiration from Shelley’s method for installing multiple WordPress weblogs.

mv image/wp-content common
mv image/wp-images common
mv image/wp-includes/languages common
ln -s common/wp-content image/wp-content
ln -s common/wp-images image/wp-images
ln -s common/languages image/wp-includes/languages

I also added an .htaccess file (after some painful tweaking on a test install).

Once my image was ready, I compiled a list of all the users I had to open weblogs for (one username per line) in a file named names.txt, which I placed in the root directory all the weblog subfolders were going to go in.

I then ran this shell script (many thanks to all those of you who helped me with it — you saved my life):

for x in `cat names.txt`
do
cp -rv /home/edublogs/wp-farm/image/ $x
cat $x/wp-config.php | sed "s/xxx/${x}/" > config.tmp
mv config.tmp $x/wp-config.php
wget http://st-prex.edublogs.net/$x/wp-admin/install.php?step=1
wget http://st-prex.edublogs.net/$x/wp-admin/install.php?step=2
wget http://st-prex.edublogs.net/$x/wp-admin/install.php?step=3
done

This assumes that my WordPress install image was located in /home/edublogs/wp-farm/image/ and that the weblog addresses were of the form http://st-prex.edublogs.net/username/.

This script copies the image to a directory named after the user, edits wp-config to set the table prefix to the username, and then successively wgets the install URLs to save me from loading them all in my browser.

After this step, I had a bunch of installed but badly configured weblogs (amongst other things, as I short-circuited the form before the third install step, they all think their siteurl is example.com).

Entered the PHP patch which tweaks settings directly in the database. I spent some time with a test install and PHPMyAdmin to figure out which fields I wanted to change and which values I wanted to give them, but overall it wasn’t too complicated to do. You’ll certainly need to heavily edit this file before using it if you try and duplicate what I did, but the basic structure and queries should remain the same.

I edited the user list at the top of the file, loaded it in my browser, and within less than a few seconds all my weblogs were correctly configured. I’ll use modified versions of this script later on when I need to change settings for all the weblogs in one go (for example, if I want to quickly install a plugin for everyone).

In summary:

  1. compile list of users
  2. prepare image install
  3. run shell script
  4. run PHP script

If you try to do this, I suggest you start by putting only two users in your user list, and checking thoroughly that everything installs and works correctly before doing it for 30 users. I had to tweak the PHP script quite a bit until I had all my settings correctly configured.

Hope this can be useful to some!

Update 29.09.2005: WARNING! Hacking WordPress installs to build a farm like this one is neat, but it gets much less neat when your weblog farm is spammed with animal porn comments. You then realise (oh, horror!) that none of the anti-spam plugins work on your beautiful construction, so you weed them out by hand as you can, armed with many a MySQL query. And then the journalist steps in — because, frankly, “sex with dogs” on a school website is just too good to be true. And then you can spend half a day writing an angry reaction to the shitty badly-researched article.

My apologies for the bad language. Think of how you’re going to deal with spam beforehand when you’re setting up a school blog project.

Similar Posts:

Collaborative BlogTalk Notes on Wiki [en]

Collaborative notes taken during the BlogTalk conference are online on Joi’s wiki.

The conferences are interesting. Even more exciting is being a Mac user, playing with Rendez-Vous and SubEthaEdit.

One of the results of this is that notes some of us are taking at the conference are already available on BlogTalkViennaNotes.

As the notes are on wiki pages (after having been composed with SubEthaEdit, it was kind of a logical, step — thanks Suw), please don’t hesitate to complete them with your own if you were at the conference.

Similar Posts:

Delicious! A Great Bookmarks Manager [en]

Delicious is an online bookmark manager. It makes it very easy to add and categorize bookmarks, as well as share them with other users. You can also extract your bookmarks from delicious and integrate them in your blog to create a linklog. When I say ‘easy’, I really mean it!

Now, why on earth didn’t I start using delicious ages ago, when I first stumbled upon it? Maybe it didn’t look pretty enough, and didn’t flaunt its features loudly enough for me?

A couple of days ago I paid delicious another visit. See, somebody on #joiito mentioned my Keeping the Flat Clean post, and I suddenly found there was a bunch of people from delicious visiting that article. I thought: “My, people are actually using this thing!” and signed up for an account.

So… what does delicious do? It allows you to easily add pages you visit to your bookmarks, using intelligent bookmarklets (two clicks and no typing to add a link if you want to be minimalist). This is already easier than what I have to do to add links to my LinkBall.

You can categorize your bookmarks very easily by typing words in the “tag” field of the bookmarklet. No need to define categories — delicious takes care of it all for you. You can then view your bookmarks by category or (and this is where it gets interesting) all the bookmarks marked with a same tag. Each bookmark in your list is one-click editable, and each bookmark in somebody else’s list is one-click copyable. For each link, you can also view a list of all the users who have bookmarked it.

Does it stop there? No. All the bookmark lists (by user or by tag) are available in RSS and can be subscribed to within delicious. As a user, you have an Inbox which aggregates the feeds you have subscribed to. You may subscribe to a “user feed” or a “tag (category) feed”. On top of that, bookmark lists are available in plain html, and many users have contributed various hacks which can help you integrate your bookmarks with your weblog. (Update 02.06.04: one thing you shouldn’t do, though, is simply include that HTML feed with a PHP include or an iframe, as this will cause the delicious server to be hit each time somebody views your page.)

If you aren’t a user of delicious yet, you need to go and register right now.

Similar Posts:

Trackback? Qu’est-ce que c’est? [en]

Une petite explication du trackback pour les néophytes. Un trackback, c’est un moyen automatique de mettre un commentaire sur le billet de quelqu’un d’autre, pour dire qu’on a écrit un billet qui en parle. Facile!

Bon, alors, ces fichus trackbacks qu’on voit partout et dont tout le monde parle et qu’on a toujours pas compris, c’est quoi à  la fin? A la demande générale (les lémaniques concernés se reconnaîtront), une petite explication bien basique comme je les aime.

Imaginez que j’écris un billet qui vous inspire réflexion, au point que vous fassiez un billet en rapport sur votre propre weblog, au lieu de bêtement laisser chez moi un commentaire que vos lecteurs à  vous risquent bien de ne jamais voir. Vous faites un lien vers mon billet pour donner le contexte. Mais depuis chez moi, aucun moyen de savoir que vous avez écrit une réaction très pertinente à  ce que j’avais pondu!

La méthode classique, c’est de laisser quand même un commentaire chez moi, disant “hé, j’ai écrit un truc à  propos de ce que tu racontes ici, voilà  le lien”, et hop, le tour est joué. Seulement, à  la longue, ça devient un peu lassant de faire ça, et on voudrait bien un machin automatique qui le fasse à  notre place: le trackback.

Vous l’aurez donc à  présent compris, le trackback, c’est un bidule qui vous permet de mettre automatiquement (sans vous lever de votre bureau) un commentaire chez moi qui dit “hé, j’ai écrit un truc en rapport, venez voir!”

OK, bon, mais comment ça marche? Ce qu’il faut savoir d’abord, c’est qu’en principe, c’est votre “machine à  trackback” qui va parler avec ma “machine à  trackback”, et ils vont régler tout ça entre eux. La “machine à  trackback”, elle est en général intégrée à  l’outil de blogging qu’on utilise: Movable Type bien sûr, ou bien encore DotClear et WordPress, sans oublier les solutions “hébergées” TypePad et U-blog. Depuis peu, le système de commentaires HaloScan inclut également les trackbacks. Et depuis belle lurette, Primitive, tout en français, vous permet d’ajouter des trackbacks n’importe où.

Votre “machine à  trackback” va envoyer un message à  la mienne (un “ping”) en indiquant le nom de votre weblog et son adresse, le permalien de votre billet, et un extrait de ce que vous avez écrit. Il envoie ce message à  une certaine adresse (le fameux “TrackBack URL for this entry” que vous avez surement déjà  croisé dans la blogosphère), qui est en fait celle de ma “machine à  trackback”, agrémenté du numéro de mon billet. Mais tout ça, vous n’avez pas besoin de le savoir ni de le comprendre, vu que nos “machines à  trackback” s’en occupent très bien toutes seules.

Bon alors, comment on fait, concrètement? On admettra que vous avez déjà  une “machine à  trackback” installée. (Si vous voulez en installer une, ça c’est les règles avancées, et ce n’est malheureusement pas couvert par ce petit billet.)

La première chose à  faire, donc, c’est de cliquer sur le lien “commentaires” de mon billet pour dénicher l’adresse de trackback à  utiliser. (Pour ce billet, c’est http://, vous l’avez trouvée?)

Ensuite, il faut dire à  votre “machine à  trackback” d’envoyer le ping à  la mienne. Avec Movable Type, par exemple, cela signifie simplement que lorsque vous publiez votre billet, vous devez coller mon adresse de trackback dans le champ “URLs to Ping”. C’est tout. Le trackback apparaîtra comme un commentaire associé à  ce billet, avec un lien vers votre propre billet. Essayez!

Une chose intéressante est que les parties “envoyer” et “recevoir” de la “machine à  trackback” sont indépendantes. On peut tout à  fait envoyer des trackbacks sur d’autres sites sans pour autant les avoir activés sur le sien. Les sites utilisant Primitive, par exemple, fournissent un formulaire permettant d’envoyer un trackback. Ce formulaire peut en fait être utilisé pour envoyer des trackbacks, même si vous ne possédez pas votre propre “machine à  trackbacks”.

En guise de conclusion, un sujet de réflexion: quand envoyer un trackback? Uniquement lorsque j’ai fait un billet qui lie un autre billet, ou bien déjà  quand j’en fais un qui a un lien avec d’autres billets? Par exemple, j’ai écrit un petit compte-rendu de la troisième LBN, comme l’ont fait d’autres, mais je n’ai pas mentionné les adresses de leurs comptes-rendus dans mon billet (certains n’étaient pas écrits).

To trackback or not to trackback? That is the question.

Similar Posts: