The Job Market: Finding Where To Fit In [en]

I’ve been looking for a new job for a while now. And with time – and a few interviews – and rejections – I’ve come to an understanding of one thing that is making things tricky for me. Any good problem has multiple causes, so this is of course just one of them, but it’s the one that has to do with me, how my life played out, decisions I made, my experience, my skillset.

It’ll be a surprise to no reader of this blog that I have a rather atypical career path. Just having been self-employed for over ten years does that to you (and there is more). I don’t know about other job markets, but here, although everybody will tell you that having an atypical profile is an asset, recruiters are not readily going to pounce on you to hire you. And honestly, I don’t blame them: if you have interested and motivated candidates that ideally fit your “persona” for the job, why take a risk with somebody who doesn’t, however promising? We don’t like risks that much.

It quickly became clear to me that there was a big difference between jobs I would be capable of doing and jobs I had a chance of being hired for. There are many jobs I could do. But not that many where, in comparison with all the other candidates applying for that position, I would seem like the best person to hire.

Most of the time, it boils down to experience. Especially at my age and seniority level, they’ll often be looking for somebody who has “occupied a similar position for 5 years or more”. I haven’t, obviously. I have the skillset, but I don’t have the indicator in my career path that one would expect to confirm it. One of the reasons is that I have been self-employed most of my career, and the other one is that I learn fast. My experience goes a long way. But that’s not a very convincing argument on a job application.

The corollary is, of course, that when I apply for more junior positions, where less experience is expected, I don’t get in either, because I’m overqualified.

Now, where do I stand the best chance of “fitting the profile” when it comes to work experience? The answer is, as far as I can see, in digital communications/communication strategy, as this is the core of the work I did while I was self-employed, and the first two years after that. Digital transformation also fits the bill, but most positions in that area require more enterprise/organisational change management than I can demonstrate. So, I’ve been focusing my efforts on Communications Manager/Digital Communications Manager positions.

The problem seems to remain, however. Other candidates for the same positions often have more formal management experience, which is reassuring for a recruiter. I have to say this is starting to seem more and more like a catch-22. And knowing the value that I can bring an employer, not being able to get a foot in the door is quite frustrating.

Whether you’re in recruitment or not, I’m interested in your thoughts about this. Am I onto something, or am I “finding excuses” and I just need to try harder – or try differently? Have you found yourself in a similar or parallel position? What am I missing?

I’d like to add (because people who see me as The Freelancer, which I was indeed for most of my career, sometimes have trouble coming around to this) that I really want to find an employed position. I don’t particularly want to become self-employed again. I guess this is something I might detail in an other article!

I’m also aware that networking is the key. And I’m starting to think that in my case, it really is the only key.

Similar Posts:

How Your Struggles Can Shape Your Strengths [en]

How come I am so good at setting priorities in a work context, or helping others sort through their priorities, when I can spend a whole Sunday faffing around because I can’t decide what I want to do the most?

When it comes to my personal interests, I struggle with setting priorities. There are so many things I would like to do! The world is so interesting! Which book do I want to start with? Will I write or work on my photography? Shall I spend time on refining the documentation for my existing support group, or dive into a new communications project on the margins of that community? I’m sure some of you can relate.

So, I tend to view myself, internally, as somebody who has trouble setting priorities. But that is not how others see me. They often see me as decisive, clear-headed, rapidly capable of teasing out what needs to be done first or what is most important.

How come?

As with many things in life, it is my personal struggles that have honed these skills. I have spent an immense amount of energy trying to figure out how to help myself decide if I would rather go for a walk on my free day or sort through my holiday photos (two activities I enjoy). I have come up with countless strategies to break down projects into manageable tasks, and determine what must be done before what. I have spent hours thinking through the consequences of doing or not doing, so that where to start would become clearer. Because if I do not take the trouble to do this, when I’m alone with myself and with few constraints, I tend to slip and slide.

So, I have had a lot of practice doing this, because it didn’t come naturally to me. I’ve had to think it through. I’ve had to devise methods. I’ve done it again and again and again.

Put me in an easier setting, like work or facing somebody else’s priorities: I have a huge toolbox, and I probably don’t even need to use all of it.

The very fact that I have a personal struggle with – in this example – setting priorities in my personal life means that I have developed strong skills in that area. Skills that are an asset in my professional life.

Think of a young man who has to carry a heavy load of rocks on his back everywhere he goes. He might struggle compared to his peers when they go hiking. He may actually stumble and risk falling more, he will be tired, he will be slow. But if he can put down the load of rocks to go and run an errand, he will be the quickest and the strongest of them all.

What superpowers do you have that were born from your personal struggles?

Similar Posts:

Il y a mouvement et mouvement [fr]

J’ai toujours vu dans mon rapport au corps et au mouvement un paradoxe: autant je suis parfaitement à l’aise dans le sport, autant quand il s’agit de danser ou de marcher en rythme, c’est une toute autre histoire.

Ça ne se résume pas juste à la question de “sentir”, comme on pourrait croire. Quand on dévale une piste de ski à toute allure, ou qu’on est dans un combat de judo, on n’a pas d’autre choix que de sentir le mouvement. Le sien, celui de l’autre.

J’adore la musique, j’adore chanter, mais il y a quelque chose du registre de “sentir le rythme” et le manifester à travers mon corps qui m’est très difficile.

Ce soir, lors d’une discussion de fin de cours avec ma prof de chant (on avait justement fait un exercice très difficile pour moi, bouger et chanter en même temps), j’ai mis le doigt sur une caractéristique qui distingue ces deux sortes de mouvements, ceux qui me sont faciles et ceux qui me rendent toute pataude. Dans le mouvement sportif, ou le mouvement de tous les jours, on est dans du mouvement “intentionnel”. On cherche à faire quelque chose. Une action. A amener notre corps ailleurs ou autrement dans l’espace. C’est, d’une certaine façon utilitaire.

Quand on danse ou qu’on marque un rythme avec ses pieds et ses mains (une forme de danse, en fait?), on est dans un mouvement qui est plutôt expressif, je dirais. On ne cherche pas à accomplir quelque chose, on cherche à accompagner, soutenir ou marquer quelque chose d’intérieur.
Tiens, je me dis que ça doit sûrement exister, des typologies du mouvement.

Je me demande aussi s’il y a un élément “neuropsy” dans mon rapport très différent à ces deux familles de mouvements. Je sais, par exemple, qu’un exercice particulièrement difficile pour moi est de maintenir ma vigilance durant des temps morts de longueur variable, et d’agir ou non ensuite en fonction d’un stimulus (une lettre apparaît à l’écran: appuie sur la barre d’espace; si c’est un X, n’appuie pas). Je me suis demandé si ça pouvait avoir un lien avec ma difficulté de sens du rythme.

Par exemple, quand je chante une chanson, à moins d’être très entrainée, je rate tous les départs. Une fois dans la phrase, le rythme ça va. Mais savoir quand commencer, c’est toujours un problème. Si je tape des mains et que je chante en même temps je perds très vite le rythme des mains – ou alors je me concentre sur les mains et j’oublie de chanter.

Voilà. quelques réflexions que je voulais capturer. Si c’est un sujet que vous connaissez, je serais ravie d’en apprendre plus, j’avoue.

Similar Posts:

De l’auto-censure du chercheur d’emploi [fr]

[en] When you're on the job market, what do you write about, what do you not write about? I realised that for sometime now I've been self-censoring quite a bit. Maybe it's time to try and do things a little differently.

Quand on cherche du travail, il faut faire attention à ce qu’on écrit en ligne. C’est bien connu. Une évidence, même. Il ne faudrait pas risquer d’effaroucher des employeurs potentiels, dans un marché du travail tendu comme un arc.

Alors je fais attention. Je me retiens. Je ne parle pas de ci, de ça, ou encore de ceci. Mais ça me chicane. Si vous me suivez sur Facebook, vous avez peut-être vu une vidéo live (privée) que j’ai faite à ce sujet il y a plusieurs mois.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ça me chicane, et qui se rejoignent au final. En fin de compte, il s’agit d’une pesée des risques et bénéfices. En étant “prudente” dans ce que j’écris, qu’est-ce que je perds? Qu’est-ce que je gagne? Qu’est-ce que je gagnerais et perdrais à l’être moins? Où mettre la barre? De quoi est-il OK de parler, de quoi ne faudrait-il surtout pas parler? Et comment?

Cette situation m’est d’autant plus pénible, j’avoue, parce que m’exprimer par écrit, en public, est une grande part de qui je suis. C’est entre autres comme ça que je réfléchis, que je fais sens du monde et de la vie, que je crée et maintiens des liens avec autrui, et que – à mon petit niveau – j’essaie d’apporter quelque chose au monde. C’est ainsi que je me suis construite.

Aussi, durant toute ma carrière de pionnière du numérique, ce qui m’a porté c’est la vision d’une communication plus transparente, plus authentique, plus humaine. Cela ne signifie pas se passer de stratégie, de renoncer à influencer autrui, ou de sombrer dans une transparence radicale et sans filtre, mais tout de même: maintenir autant que possible qui on est dans ce qu’on dit ou écrit. On crée des liens avec des personnes, pas des constructions ou des artifices. (Enfin, on pourrait discuter de ça concernant les marques ou les célébrités: mais qu’est-ce qu’un lien?)

C’est même quelque chose que j’ai enseigné, comme approche du réseautage, et aussi pour se rendre visible dans le monde du travail.

Et là, j’avoue, maintenant que je ne suis plus (depuis plusieurs années) dans la position de l’indépendante mais de l’employée, je me retrouve, de façon presque un peu humiliante, saisie par la peur de “faire mal”, de “me griller”, de lâcher dans l’espace public quelque chose qu’on me reprochera par la suite. Quelle ironie. Moi qui ai passé des années à encourager les autres à prendre quelques risques, voilà que je n’ose pas non plus.

Qu’on soit clair: il ne s’agit pas de dire tout et n’importe quoi. Mais peut-être de mettre le curseur un peu plus loin que ce que la prudence “officielle” (et toute helvétique) dicterait. Par exemple: est-ce que je parle de ma difficulté à me positionner sur le marché de l’emploi, vu mon parcours? du diagnostic qui est en train de changer ma vie? du genre de travail que je cherche? est-ce que j’ose dire “je cherche”, plutôt que d’autres périphrases qui cherchent à renverser le rapport de forces, présentant ma disponibilité sur le marché du travail comme une opportunité à saisir pour l’employeur qui aura l’intelligence de s’emparer de moi avant les autres? est-ce que j’ose montrer un peu de vulnérabilité? est-ce que je parle du fait que par moments, l’avenir me fait peur? est-ce que j’écris sur des thématiques qui m’intéressent, comme le diabète félin, mais ne font pas partie de mon coeur de métier? est-ce que je publie des choses que j’écris en mode créatif? en gros, est-ce que je reviens à “être moi”, ou est-ce que je continue à être, ici aussi, en mode “entretien d’embauche permanent”, sans montrer la moindre faiblesse, la moindre faille, costume et cravate, ongles faits la veille?

Ecrire a toujours été pour moi un puissant moyen de me connecter aux autres. Une de mes forces, c’est mon réseau. Et j’ai fini par réaliser, il y a quelques mois, qu’en m’auto-censurant ainsi j’étais aussi en train de me couper de mon réseau – à plus forte raison durant ces années de pandémie.

Alors, qu’en est-il pour moi de cette balance des risques? Est-ce que les opportunités qui vont s’ouvrir si j’écris un peu plus, et peut-être sur des choses dont “il n’est pas considéré bon de parler trop publiquement”, vont compenser le risque que je cours de désécuriser certains? Est-ce que je saurai gérer le délicat exercice d’équilibrisme entre une plus grande transparence, et ne pas se tirer une balle dans le pied? Y a-t-il d’ailleurs une mesure objective du moment où on se tire la balle dans le pied? Je suis personnellement convaincue que la balle dans le pied pour une personne peut être le courage admirable pour une autre.

On m’a dit à plusieurs reprises qu’un de mes grands atouts était ma personnalité. Une personnalité, c’est difficile à mettre sur un CV. Que ma force était mon réseau. Un réseau, ça ne se manifeste pas tellement dans les listings de LinkedIn ou JobUp. C’est utile justement pour accéder au marché caché – mais ça ne va pas fonctionner si on le laisse dormir.

Une dernière chose qui me motive à changer ma façon de faire et d’écrire ici, c’est le principe suivant: si ce qu’on fait n’est pas en train de fonctionner, il faut essayer autre chose. Cela fait maintenant un bon moment que je réponds sagement à des offres d’emploi et que je surveille la façon dont je me présente en public. Je cherche toujours.

Des postes pour moi, il y en a. J’ai eu des entretiens. J’ai même cru, il y a un moment, avoir décroché un poste qui aurait été vraiment un bon match – mais juste pas. Je sais donc que je suis une candidate viable sur le marché du travail, et je ne doute pas de ce que j’ai à apporter à un futur employeur, mais je pense que le processus (annonce, envoyer CV+dossier, tri, entretien…) me dessert. Il est donc temps pour moi d’essayer de faire les choses un peu plus “à ma manière”, et de voir si ça change la donne.

Comme toujours, si ce que j’écris vous interpelle ou vous fait réagir, n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou à m’écrire!

Similar Posts:

Des mots perdus sur un clavier [fr]

Il y a des choses qui me trottent dans la tête. L’importance de la perception qu’on a des choses, même si elle ne colle pas à ce qu’on pourrait appeler la “réalité objective” (allô Merleau-Ponty). Que nos actes et silences communiquent, eux aussi (allô Watzlawick). Que la communication est interactionnelle (allô je ne suis pas sûre précisément qui, mais à l’IGB on baigne là-dedans). L’importance du vécu intérieur et sa réalité inaliénable; la nécessité de le prendre en compte dans nos relations.

Mais aussi, les âges de la vie: qui je suis aujourd’hui par rapport à qui j’étais il y a 20 ans (plus même), quand j’ai commencé ce blog, ou même il y a 10-15 ans, au coeur de ma carrière d’indépendante dans un domaine innovant. Aujourd’hui, j’ai moins envie d’innover, j’ai aussi moins envie de créer. Est-ce derrière moi? Est-ce une phase? Je suis moins en lutte avec le monde, plus acceptante, est-ce lié?

Alors que d’un côté je pense être un peu plus en paix avec le monde et avec moi-même, je me trouve plus facilement irritable avec les gens. C’est pas quelque chose qui me plait, et c’est le vilain petit secret que je tente de bien cacher, mais la réalité est que je me sens devenir moins tolérante, moins patiente. Je pense que c’est la pandémie. J’espère, en fait, parce que je n’aime pas être comme ça. Du coup je me replie un peu dans mon petit cocon, un peu trop peut-être, je fuis les sujets polarisants, j’attends que ça passe. Ma vie maintenant a moins de lien qu’avant, et je suis sûre que ça me fait quelque chose. Ne pas voir de visages, ou si peu, ne pas pouvoir être en contact sans insouciance. Je sens que tout ça est un poids, un poids sournois qui ne me fait pas du bien.

J’attends, donc, tout en me disant qu’il ne faut pas que j’attende trop pour vivre, parce que la vie c’est maintenant quand même, même si c’est pas la vie qu’on voulait ou le monde qu’on voulait. Ces années de pandémie, on ne va pas les récupérer. Je tente de me tourner vers l’intérieur: apprendre, me former, mieux gérer mon quotidien, mieux me connaître, écrire, écrire plus. Méditer à coups de mots sur le monde et la vie, faire quelque chose de constructif et peut-être même de créatif de ce que le hasard ou le sort nous ont servi. Tant bien que mal.

Mais je vois bien que la vie au temps de la pandémie ne convient pas à mon équilibre. J’ai la chance et le luxe que ce soit “juste” mon équilibre. Pour d’autres, c’est leur gagne-pain, leur santé physique, leur monde qui s’écroule ou même prend faim. Dans mon privilège, je cherche toutefois à “être mieux” et “faire mieux”, à regarder le verre à moitié plein, à ne pas juste attendre que ce soit fini. Parce qu’à force d’attendre que ça passe, on court le risque de se retrouver au bout du chemin en n’ayant pas fini d’attendre.

Alors aujourd’hui j’écris, même si je ne suis pas trop sûre quoi dire, même si les idées sont mal formées dans ma tête, même si ça me semble un peu vain, d’étaler sur un clavier un peu de mon mal-être et du sens que j’essaie de trouver dans le monde. Parfois j’ai le sentiment que les mots ont le pouvoir de dissiper le mal-être et d’en faire quelque chose qui peut compter, qui peut toucher une vie autre que la mienne, et ainsi créer du sens et du lien.

Peut-être.

Similar Posts:

Grey Sky [en]

Another grey day outside. Another day of rain and rain and rain. A single day off, and back to work. Working an irregular schedule is not making things easy for me. Other than that, work is good. There are ups and downs, but globally it’s an enriching experience and these last days have worked out fine.

I’m sick and tired of the pandemic, like everyone I know. I’m lucky that the only direct impact it has on me is on my daily and social life. My life has shrunk. I have shrunk too.

The loss of variety, freedom, and unmasked social interactions is starting to get to me. I feel as grey as the sky, and my heart is permanently on the edge of rain. At least give us spring and outdoor life, long light evenings to enjoy the world.

For now, I will try not to sink between the walls of my flat. Use the day I have for myself in a meaningful way. Take a deep breath and wait some more.

Similar Posts:

Influence [en]

When I was a teenager I had a strong desire to change the world. Make a mark, have an impact. When I was 16 I joined the scouts and learned some organising skills. I discovered I could give directions to a crowd. Organise a summer camp.

I went to university, a student like any other, still wanting to do something big with my life. I chose chemistry. I would do research and make ground-breaking discoveries. Reality was sobering. I lost my motivation, and failed in my third year.

I switched to Arts, deciding it was better to do something I enjoyed rather than hang on to pie-in-the-sky ideals for my future that didn’t match with the reality of the world. My focus became understanding. The world, language, people, myself. I tried to let go of wanting the change the world, put less pressure on myself, and be satisfied with changing myself and living my life.

Because I decided to go and spend a year in India, I discovered the web. The web of people, on top of the web of information. My world expanded, fiercely. During my first year or so online, I made two ground-breaking experiences, which I realise now set the path for these last two decades of my life.

I had a little website (the ancestor of this one) on a shared hosting platform. That platform had a community support forum. I used it. I contributed. With a few other users, we actually started a user support site that had a certain degree of popularity. We were changing things for people.

Later on, I was an active member in a few forums, elsewhere online. One in particular. I remember giving the founder some feedback based on good practices I had picked up reading Practical Internet Groupware. To my amazement, he implemented the change.

I was 25. I learned that my words on a screen could have influence.

Around the same time, I had my first real work experiences. I learned that my spoken words could have influence too.

Twenty years later, it is clear that writing and speaking is my way of “changing the world”. Moving ideas around online and offline, and also, of course, transforming some of these into action. My words gave me a career in the burgeoning digital space, they built relationships, created online communities, had an impact on people’s lives.

Being an agent of change is a large part of what gives meaning to my life. I see problems. I see solutions. I try and fix things. I try and say things. I have learned that I have power, in a way. And I have done (good, I hope) things with it.

It’s no wonder, knowing that, that I am training in an approach which leans heavily upon the idea that one cannot not communicate, and therefore one cannot not influence (Watzlawick et al.).

But today I am working hard at learning to function (healthily!) in an environment were my influence is limited. I am learning not only that there are things I cannot fix (that isn’t new, of course, there are plenty of things I cannot fix), but that it is OK to leave things alone even when I think I can fix or influence them. I am learning to step back, and trying to do that without disengaging. It is far from easy, as such a large part of my identity is tied to how much I can influence the world around me and how I can be of service to others.

It is a good thing to learn: my focus on others, on changing things for the community, being the one who makes things happen, is something that draws me away from focusing on myself and my needs. Something I am working on changing – but it’s not easy when the urge to rush in and do for others is so strong. So I’m taking this experience as an opportunity to learn to manage that urge, manage my energy and my priorities, and really choose what I do and do not do.

And maybe, who knows, learn a different style of influence.

Similar Posts:

J’ai testé pour vous le self-checkout en France [fr]

Aujourd’hui j’ai fait quelque chose de presque incroyable: j’ai passé la frontière. Un petit rendez-vous de dentiste pour une dent qui m’avais fait un mauvais coup il y a quelque temps. Genre, je mords dessus, et je décide dans la foulée que je ne vais pas refaire ça de sitôt. Il y avait une carie. Comme quoi, j’ai beau être “douillette”, comme on dit, j’ai quand même un assez bon radar.

Mais passons sur le dentiste et la carie. Je ne suis pas une grande “touriste d’achats”, mais quand je vais en France, je profite pour acheter 2-3 petits trucs. Donc, je passe à Carrefour. Et moi, ne vous déplaise, je suis des self-scanning et autres self-checkout (ceci n’est pas une invitation au débat, déjà moult fois fait et refait). A défaut de self-scanning (où l’on se balade dans le magasin son petit scanner à la main), je me rebats sur le self-checkout (la borne où l’on scanne patiemment tous ses articles les uns après les autres).

Donc, en France, ou plus précisément à Carrefour, ça se passe comme ça:

  • interdiction d’y aller avec un caddie, même s’il est quasi vide (j’ai du transvaser mes petites courses dans un panier)
  • pas de touche “fois deux” ou “répéter l’article”; il faut vraiment scanner chaque article
  • chaque article scanné doit être posé dans le “bac”, à droite, avant de pouvoir scanner le suivant. Chaque. Article. Donc quand tu as 6 tubes de dentifrice, tu scannes un tube, tu le poses, tu scannes le suivant, tu le poses, etc. Six fois.
  • impossible, donc, de prendre 2-3 articles à scanner dans les mains, les scanner, puis les poser ensemble
  • impossible aussi de faire “scan, scan” sur le même article quand on l’a à double
  • la machine arrête pas de causer pendant qu’on scanne (ne me demandez pas ce qu’elle dit, c’est complètement inintelligible pour moi)
  • l’hôtesse/assistante a dû venir au moins deux fois débloquer la machine qui ne voulait pas prendre mon scan suivant (sur une trentaine d’articles)

Clairement, ils ont tenté d’économiser sur le budget UX (expérience utilisateur). D’ailleurs, pour un grand magasin, il n’y a que 3-4 de ces bornes (dont une en panne).

Pour mes amis français, en Suisse (à la Migros en tous cas):

  • il n’y a pas besoin de poser un article scanné dans une zone définie avant de pouvoir scanner le suivant
  • il y a une touche “+” pour ajouter encore une fois le même article
  • on peut scanner un article et le rescanner 2 secondes plus tard
  • on peut venir avec son caddie
  • on peut mettre ses articles direct dans le sac qu’on tient à la main (si on n’a que 2-3 articles, par exemple)
  • la machine est complètement silencieuse sauf pour le joli “blip” quand on réussit à scanner un article
  • on peut donc scanner aussi vite qu’on veut
  • on peut scanner de droite à gauche si ça nous chante
  • on n’a pas besoin de déclarer en début de session si on a un sac ou non pour mettre nos courses
  • ça “marche”… je n’ai jamais dû faire appel à une hôtesse…

Voilà, c’était la petite humeur ronchonnante du jour!

Similar Posts:

Désapprendre la peur [fr]

Voilà où on en est: désapprendre la peur. L’arrivée de la crise sanitaire nous a appris, en très peu de temps, à avoir peur. Aujourd’hui, avec le recul de la pandémie dans notre pays, le “déconfinement” (même si nous n’avons pas eu à proprement parler de confinement), on doit apprendre à se détendre. Reprendre une vie “normale”, mais pas tout à fait normale quand même.

Aller voir une copine. Prendre un passager dans sa voiture. Cesser de faire des écarts quand on croise les gens sur le trottoir. Se rappeler qu’avec une poignée de nouveaux cas détectés chaque jour dans le canton, les chances de se casser le nez sur une personne infectée sont très réduites. Comprendre où sont les risques de transmission (lire l’original en anglais): les espaces clos comprenant beaucoup de monde, les activités qui nous font vider nos poumons (chant, sport, toux, éternuements).  Le temps passé à proximité.

Echanger trois mots avec quelqu’un d’asymptomatique qu’on croise dehors: zéro souci. S’enfermer avec 100 autres personnes dans une salle pour chanter durant deux heures: souci.

Pour ma part, voilà où j’en suis:

  • je mets sagement mon masque là où c’est demandé, mais pas autrement (typiquement, pas pour marcher dans la rue ou aller à la pharmacie)
  • je continue à me laver les mains, mais peut-être un peu moins frénétiquement (la grande majorité des transmissions sont par voie aérienne)
  • j’évite de prendre les transports publics
  • je vais bientôt retourner au judo, mais chanter, faudra attendre…
  • j’évite d’aller faire mes courses à la Migros et je commande plutôt via LeShop, surtout parce que mes expéditions courses de 3h durant la période confinée m’ont donné envie de ne plus mettre pied dans un magasin pour un moment
  • je n’aime pas que les gens portent des gants, c’est en fait contre-productif (le virus colle mieux aux gants qu’aux mains qu’on peut facilement laver ou désinfecter)
  • je vais volontiers au restau en terrasse, mais pas encore prête à m’installer à l’intérieur
  • pas encore prête à aller au cinéma – ce serait un bon été pour faire un Open Air, non?
  • je suis frustrée de ne pas pouvoir faire la bise à mes amis et ma famille, ou serrer la main aux gens – on pourra quand?
  • les gens qui portent leur masque de travers m’embêtent beaucoup moins, maintenant qu’on nage dans les masques et que le virus ne traine plus partout
  • je vais installer SwissCovid
  • je suis toujours très contente de rester chez moi et d’être relativement asociale!

Similar Posts: