Here Comes Everybody: Organisations and Transaction Costs [en]

[fr] Je lis "Here Comes Everybody" et je blogue mes notes. Un deuxième chapitre fascinant (en tous cas pour moi) sur les coûts organisationnels.

In an effort to be a better reader, here are some notes and related thoughts to my reading of Clay Shirky‘s book Here Comes Everybody (chapter 2).

Making a decision inside a large unstructured group is hopeless, as you’ve most certainly experienced if you’ve found yourself caught up in a spontaneous “dinner party group” of 15 people or so at the end of a conference (a larger group is more complex). What ends up happening is that somebody steps up and seizes power, either by dictating a venue and giving marching orders, or proposing a decision-making process for the group. If that doesn’t happen, you can bet that some group members will get tired of the situation and head off in their own separate sub-groups, in which it was possible to reach an agreement for action more easily. (I personally usually end up playing “friendly dictator”.)

“More is different” (Philip Anderson, 1972). Aggregates exhibit novel properties which their components did not have. Scale changes the nature of things. This is super important.

At some point of group size, it becomes very costly to maintain connection between each member of the group, and so the “everybody interacting with everybody” dynamic of a small group breaks down. Add more employees to a late project and it will make it even later, because more people involved means higher cost of coordination for the group (Fred Brooks in The Mythical Man-Month). But it’s an inevitable problem: large groups have to be managed in some way, and that’s why people gather together into organisations.

A hierarchical structure simplifies communication between organisation members, but also requires resources to maintain itself. This means that job number one of any organisation is self-preservation, as if it breaks down there is no way in which it can fulfil its stated mission.

Preserving the organisation requires work, and comes at a cost. It’s worth it as long as this cost is lower than the gain from having an organisation (i.e., the organisation allows us to do stuff that would not be possible in an open market of individuals, who would all have to independently agree on how to work together: higher transaction costs).

The Coasean ceiling (Ronald Coase, 1937, The Nature of the Firm): when the organisation grows so much that the cost of managing the business destroys any profit margin. There is a cost whether your hierarchy is flat or deep: if it’s flat, each manager has more subordinates, and so has to spend more time communicating with other people; if it’s deep, there are more layers, and information has to transit through more people.

The first org chart, probably: Western Railroad (McCallum, 1855 or so). It’s a management system designed, amongst other things, to produce “such information, to be obtained through a system of daily reports and checks, that will not embarrass principal officers nor lessen their influence with their subordinates.” No wonder the head so often seems disconnected from the hands and feet in the organisation!

Similar Posts:

Fiddling With Video: Lightroom, YouTube, and iMovie [en]

[fr] Je m'amuse avec iMovie. Ça donne une vidéo de chats, bien sûr.

In November, I had Thierry Weber come and give my SAWI students a short practical course about YouTube and online video. It gave me a kick in the pants to (1) accept that YouTube has grown up a lot since its early days and is now a nice platform and (2) decide to put more video material out there.

I still have issues with video: either you edit heavily, and it takes hours of work to get a few minutes out of the door, or you share raw, unedited clips and it takes a long time to consume, requiring the viewer’s undivided attention. Also, like audio, there is no way to really speed through video: if it’s an hour long, that’s the time it’ll take you to watch it. You have way less freedom than with text regarding which bits you skip, pay attention to, go back to, or pay little attention to.

I have hours of video shot in India in 2004 that I have not yet done anything with. And that’s just one example.

So, between the kick in the pants, the HD iPhone always at hands, and cats (the primary source of all online content), I’ve been doing more video these last months. Some of them have ended up on my YouTube channel, but not many (can you imagine I actually have the username “steph” on YouTube? yeah.) But most of them are sitting on my hard drive due to logistical difficulties in turning them into something. (Ugly sentence, sorry.)

Today I had made enough progress sorting my photographs that I felt it was time to tackle my videos. Here’s a peek at how I’m doing things.

  • Firstly, I import all videos into Lightroom with my photos, be they from the iPhone or my proper camera.
  • I use Lightroom to organise them in a separate folder than the photos (per month) and topical subfolders if needed. This means that in my 2013/03/ photos folder, in addition to the various photos subfolders I may have (2013/03/Cats at the chalet or 2013/03/Mountains) I will have a folder named 2013/03/videos 03.2013 which might contain 2013/03/videos 03.2013/Cats in chalet garden and a few others, feline-themed or not.
  • If anything needs trashing, I do it in Lightroom, ditto for renaming. Clips can also be trimmed in Lightroom if I haven’t done it before on my iPhone (oh, a note about that: a clip trimmed on the iPhone isn’t recognised for import by Lightroom; it seems that restarting the phone gets rid of the issue.) If I’m going to upload individual clips to YouTube I keyword them “YouTube” and upload them directly to YouTube from the website.
  • For stuff I want to edit: I import the clips I need into iMovie (hopefully I will have collected the clips needed for one project into one single directory in Lightroom, like 2013/01/videos 01.2013/India snippets and keyword them with “iMovie” in Lightroom. This means they exist twice on my hard drive, but I don’t think there is a good way to avoid that (except maybe trash the Lightroom versions, which I’m loathe to do because I like the idea of having all my video stuff organised somewhere, and I like the way Lightroom does it better than iMovie).
  • My video editing skills are extremely limited: today I figured out (without access to iMovie help, which is online!) how to add a title and credits to my little series of clips stuck together end-to-end to create a mini-movie. Head over to YouTube to see my cats explore the big outdoors are the chalet for the first time.

There we go, more cat videos on the internets from my part!

Similar Posts:

Blogging Tribe: A Social and Blogging Experiment Looking for Volunteers [en]

[fr] Recherche de volontaires motivés pour une expérience socio-blogueuse.

Here’s the idea: form a group of bloggers, who agree to blog regularly for a certain amount of time, and read each other.

Scale? A dozen bloggers or so. From a dozen posts a month to one a day on average. For three months (or six? or six weeks?).

Why?

One of the things I understood while reading Here Comes Everybody, and which was missing from my global thinking about the connected world we live in, is the question of scale. That with more, comes different. Small group dynamics are not the same as large group dynamics. Small networks do not behave the same as big ones. At one point power laws kick in, and large groups or networks become fundamentally “unbalanced”.

Clay talks about the early blogging communities in his book, and I’ve understood what we feel we have “lost”, we bloggers of old: we’ve lost the small group dynamics, where we all read each other and there was a ball in the air that we all kept in movement.

I’ve seen that feeling reappear during the two “Back to Blogging” challenges I threw at fellow bloggers. For the ten days the challenge lasted, we started reading each other again, responding to each other in comments and even in blog posts.

So, I’d like to do this on a slightly larger scale. Larger not by the number of people, but larger as far as the dynamics are concerned. “Back to Blogging” has made a little foam appear in the egg whites we were beating — I want to try and turn the jug that holds them upside down.

Unlike Back to Blogging where I set the rules and dived in with what amounts to “qui m’aime me suive”, I’d like us to hash out the precise details together.

If you’re interested in this experiment and contemplating taking part, please get in touch with me. I’ll set up a quick mailing-list or Facebook book so we can all discuss the specifics and get the ball rolling.

Similar Posts:

Au chalet: une vie simple et propice à l'écriture [fr]

[en] Life slows down at the chalet. Fewer options to fill my days. Lots of reading, lots of writing. Hence the flood of blog posts.

Autour du chalet, photo calendrier

Quelques jours au chalet. De la lecture, du triage de photos, de la cuisine, et de l’écriture. Hors ligne, j’ai pondu une bonne dizaine d’articles pour Climb to the Stars. Il faudra rajouter des liens (mais j’ai déjà préparé le terrain en insérant d’emblée les liens mais en mettant “article sur x ou y” à la place de l’URL), certes, mais c’est écrit. Il va juste falloir que je décide comment et à quel rythme les publier.

Est-ce parce que je suis hors ligne? Pas certaine que ce soit la raison principale. En fait, au chalet, ma vie est plus simple. J’avais déjà fait ce constat en Inde (quand je suis ailleurs qu’à Pune).

Ici, je n’ai pas de vie sociale, pas de travail à accomplir, pas de compta à faire. Il n’y a pas de télé, pas d’internet, je n’écoute pas de musique ou de podcasts. J’ai juste à m’occuper des chats et de moi, me faire à manger (les courses c’est déjà fait), et voilà. Je n’ai même pas à réfléchir aux jours qui viennent, après ma petite retraite, car je suis ici dans une parenthèse hors du temps.

Je me suis créé un contexte où mettre des priorités est ridiculement simple, et où il y a très peu de décisions à prendre (quoi lire? quoi écrire? quelles photos trier?). On pense aux auteurs qui s’exilent quelque part pour finir d’écrire.

Je m’endors à 21h et je suis réveillée par les chats à 5h30, après plus de 8h de sommeil. Impensable à la maison, avec les possibilités infinies du monde dans lequel je baigne.

Cet état, je le retrouve également lorsque je navigue. Sur un bateau, il n’y a pas grand-chose à faire (à part naviguer bien sûr, ce qui n’est pas rien!) Vivre ainsi est extrêmement reposant, mais j’ai conscience que ce n’est possible que parce que c’est une parenthèse, justement.

Ça me fait penser à mon année en Inde, qui s’éloigne à grands pas dans les brumes du passé. Après six mois environ, je m’étais reconstruite une vie aussi complexe que celle que j’avais laissée derrière moi en Suisse. J’avais des activités, une vie sociale, des projets. Je procrastinais, mon emploi du temps me stressais, je n’avais “pas assez de temps” (en Inde, vous imaginez!), bref, j’ai bien compris que le problème, c’était moi.

Durant ces parenthèses que je m’offre quelques fois par année, je me demande comment je pourrais simplifier ma vie “normale” — et si c’est possible. J’aime avoir des projets. Je m’intéresse à un tas de choses, trop, même. C’est une force qui me tire en avant, qui est extrêmement positive, mais dont je finis par devenir un peu la victime.

Bien entendu, je gère la complexité de ma vie bien mieux maintenant, à l’approche de la quarantaine, que lorsque j’avais à peine vingt ans. Je me connais mieux, je comprends mieux comment fonctionnent les gens et le monde, j’ai mis en place des systèmes et des stratégies pour éviter de me faire trop déborder, ou pour mieux supporter lorsque je le suis. Ça ne va pas tout seul, ce n’est pas forcément facile, mais dans l’ensemble, je n’ai pas trop à me plaindre.

Alors, faut-il simplifier? Simplifier, ça veut dire faire moins, pour moi, et possiblement, vouloir moins. J’ai récemment mis fin à une activité importante dans ma vie, parce que j’avais pris conscience que c’était juste logistiquement impossible pour moi d’y rester engagée “correctement” vu mon train de vie. Ça a été une décision extrêmement douloureuse qui a mis plus d’un an à mûrir, j’ai versé quantité de larmes et j’en verserai probablement encore, mais maintenant que c’est derrière je suis extrêmement soulagée. Allégée. Mon emploi du temps est un peu moins ingérable, je peux me consacrer mieux à ce que j’ai décidé de garder (et qui était encore plus important pour moi que ce à quoi j’ai renoncé), et j’ai aussi appris que je pouvais “lâcher”, même si ça me coûtait. FOMO et tout ça.

D’expérience, l’espace que je crée dans ma vie en “simplifiant” se remplit toujours assez vite. C’est si facile de dire “oui”! Pour simplifier vraiment, je crois qu’il faut vouloir moins. Difficile.

En attendant, je vais continuer à préserver ces “pauses”. J’en ai en plaine, aussi, mine de rien: je protège assez bien mes week-ends et mes soirées de ma vie professionnelle, par exemple. Mais ma vie personnelle est aussi parfois une source de stress, étonnamment. Et on sait que même avec plus de temps à disposition, ce n’est pas dit que l’on fasse enfin toutes ces choses auxquelles on a renoncé “par manque de temps“.

Mon article tourne un peu en rond, désolée. On en revient toujours au même: la compétence clé, pour moi du moins, c’est la capacité à hiérarchiser, à faire des choix et mettre des priorités. Et là-derrière se cache quelque chose qui est probablement encore plus que ça le travail d’une vie: faire les deuils des désirs que l’on ne poursuivra pas.

Je crois que je vais arrêter là ;-), quand j’ai commencé à écrire je voulais juste vous dire à quel point j’avais pondu une grosse pile d’articles pendant que j’étais ici!

Similar Posts:

Vindication and Unintentional Plagiarism [en]

[fr] Je retrouve dans Here Comes Everybody plein d'idées "à moi". Sont-ce vraiment les miennes? D'où viennent-elles? Peu importe, au final. Un livre dont je recommande chaudement la lecture.

I’m reading Here Comes Everybody by Clay Shirky. I should have read it a long time ago, like most unread books on my bookshelf. It’s about the behavioural and social change brought about by social tools. Each chapter is making me go “yes, wow!” and I get a sense of vindication, because so much of what Shirky so clearly explains is stuff that I’ve been saying for years. It feels like “he agrees with me”.

The truth is certainly more complex. These “theories” that I’ve come up with over the years to explain the online connected world to outsiders, and which feel like mine, well, I didn’t conjure them out of thin air. We all know about unintentional plagiarism, don’t we? Maybe I even read them on Shirky’s blog, once upon a time. Or heard them from somebody who read the book, or knows him.

Though Clay Shirky and I have never met, we have many friends and acquaintances in common. The Acknowledgements section at the end of his book is so full of people I’ve met and spoken with (when they’re not simply friends) that it’s a little surreal. I’m offline, or I’d check on Facebook and see how many contacts we have in common. Fair to say that we’re part of a tightly connected area of the network. (One notable difference, amongst others, though: Shirky took the trouble to write a book :-))

Another possibility is that these are “ambient ideas”. I’ve forgotten the reference for this (but Scott Berkun‘s book The Myths of Innovation almost certainly talks about it), but innovation is generally not an isolated event. The climate is ripe, and it is not rare that more than one person comes up with a new idea around the same time. These are possibly the “collective theories” in certain circles we are part of. It’s at the same time fascinating and frustrating that it is not possible to trace precisely how ideas travel through the network.

It doesn’t really matter, though. It feels good to see in print what I’ve been thinking and saying for years, even if I don’t remember how I came to these conclusions. Allow me to risk basking in the warm fuzzy glow of confirmation bias for a while.

Similar Posts:

Reading Like a Student [en]

[fr] Envie de lire mieux. Je vais me remettre à prendre des notes, et les publier ici. C'est du boulot, mais j'apprendrai plus.

As I devour chapter after chapter of Here Comes Everybody, I find the intellectual high of reading and learning dampened by the foresight that a few days/weeks/months from now, what I have just read will have collapsed into the vague mushy pile of “what I know”, complete with shortcuts, sloppy thinking, lack of references or sources, incorrect recollection, and confirmation bias.

This has been my in satisfaction with reading lately. Realising that once the last page is turned, my main impulse is “gosh, I need to read this again so I can hold on to what I’ve just learned”. Much as it pains me, I’ve become a lazy and sloppy (yes, again that word) reader.

It wasn’t always so. I read tons of books during my studies. I took tons of notes. There were no iPhones around, no kindles, no digital versions. I didn’t even have a laptop. I took tons of notes on paper. I wrote summaries. I copied quotes. I read to remember, not for entertainment. I was expected to do something with what I had read.

Nowadays, I read freely. I photograph pages with important ideas and stick them in Evernote rather than painstakingly copying quotes (what a time-saver! makes it so easy to find the right page… if I remember what it was about).

I’m not thinking of going to back to copying quotes long-hand (I can’t really write by hand anymore, thanks to RSI, but that’s another blog post). However, I am thinking of taking my reading more seriously: summarising main ideas, taking notes. Only this time around, there is no reason for them to stay in offline notebooks gather dust: I have a blog for this. The fact that I’m strong-arming (!) a batch of MBA students to keep learning blogs during our partial module together is probably no stranger to this desire to reconnect with the “learning in progress” aspect of blogging.

Stay tuned.

Similar Posts:

Busy Busy Busy [en]

[fr] Ma vie, cette course.

Two whole days is not enough. It’s the first day, and the last day, and nothing in between. Arrival and departure days do not count.

Next time I come up here, I’ll take a longer break.

I haven’t walked much — the weather isn’t really inviting, and my free access card which lets me use public transport freely in the area is not valid in November. December, hopefully, will be more exciting: some snow, maybe. I’ll be back just before Christmas.

I realised that I haven’t uploaded the photographs of my last trip here. To say the truth, I’ve been horribly busy. Way too horribly busy. At times it seems that I spend my months and years saying that: “I’m busy”. Busy, busy, busy. I always have tons of things to do, and if I don’t, I invent more. I long for a few weeks of leisurely time — India is great for that.

Money is an issue. As a freelancer, I can take time off whenever I want, as long as I can afford it. These days, I can’t say it’s really the case. On the other hand, maybe it’s worth examining how much paid work I actually accomplish each week over the month. It might help me get organised better.

It’s always the same problem: busy, busy, busy, I keep “working” but a lot of it is not directly earning me anything. And often this “work” is not very visible (read Suw’s great article on the nature of work in a knowledge economy), which leaves me with a sense of frustration at the end of it all.

Similar Posts:

Chalet, lecture, écriture [fr]

[en] A couple of days at the chalet, reading and writing.

Le chalet en novembre se traduit en volets fermés pour emprisonner la chaleur, en feux de cheminée et tas de feuilles mortes et d’aiguilles de mélèze dans le jardin. Moins d’excursions (il fait froid et gris et la carte “libre accès” n’est plus valable) et plus de lecture — et d’écriture.

J’ai fini “Sepulchre” (Kate Mosse). C’était peut-être l’heure tardive, mais le dernier quart de ce livre m’a fait pleurer toutes les larmes de mon corps. J’ai entamé “Voyage en Acratie” de Bernard Krummenacher, une surprise agréable. Très vite, je me suis laissée prendre par ce récit un peu décalé d’exploration de notre futur.

Hier soir, j’ai également pondu un certain nombre de ces fameuses histoires en cinquante mots. Quelques-unes en français. Je me rends compte en faisant l’exercice que si peindre une situation de départ ou une complication ne me pose que très peu de problème, c’est toujours la fameuse fin qui me résiste. Le dénouement. La destination. Où va l’histoire? Où va la vie? Quel est le but?

Reflet pour moi de ma difficulté à trouver du sens, une finalité, dans le monde autour de moi.

J’y travaille.

Lire le roman de Bernard (que je connais) renforce encore mon envie et ma détermination de moi aussi, un jour, écrire un livre de fiction. Construire une histoire. Habiller des personnages. Inventer des situations. Faire la scénariste, et aussi la peintre.

Alors je continue avec mes histoires de cinquante mots. C’est peu, mais c’est ça le but: l’exercice est court, on peut le répéter à l’envi.

Et bientôt, une kyrielle de fins débarquera dans ma tête. J’en saisirai une et je passerai à l’étape suivante. Plus ambitieuse.

Similar Posts:

Raide journée! [fr]

[en] A day where I ended up walking 6.5 hours by mistake (initial plan: 4-5) -- most of it steep uphill or steep downhill. Glad to be back at the chalet.

Raide, c’est le thème de cette journée. Raide, comme la montée sur Bovonne depuis Les Pars. Raide également, la descente sur Les Plans-sur-Bex. Raides, mes jambes à l’arrivée, après passé six heures et demie de marche. Raide enfin, la batterie de mon téléphone mobile, qui m’indique d’abord qu’elle est vide, avant de se la jouer “quasi pleine” une heure ou deux plus tard lorsque je rallume le téléphone que j’avais soigneusement éteint.

J’ai fini mon livre. J’ai fini mon livre dans le jardin, au soleil, un verre de jus d’orange à la main et les Dents du Midi en face. Ça, c’est du week-end.

Pour en revenir à ma longue promenade — excursion qui achève, plutôt — je suis partie assez oisivement aux alentours de 13h30. Eh oui, j’avais envie de passer la matinée tranquille (et de finir mon bouquin). Mon dépliant de promenades et excursions dans la région indiquait bien que la montée direction Bovonne était raide, et j’aurais dû les prendre un peu plus au sérieux. Raide, dans un petit chemin de forêt. Heureusement, on rejoint la route (venant de Solalex?) après environ une heure de grimpée.

C’est joli, Bovonne. J’avais oublié à quel point. Tout d’un coup, on débouche de la forêt sur cette immense étendue verte, coiffée du massif de l’Argentine, au milieu de laquelle se trouvent quelques petits chalets, tous munis de leurs panneaux solaires.

Je décide de redescendre via Les Plans. Ça m’évite en revenant sur mes pas de prendre la descente casse-gueule dans la forêt (du moins, c’est ce que j’imagine), et mon prospectus me dit que depuis Gryon, “Bovonne – Les Plans – Gryons”, c’est 4h15. Je viens de me taper les 2h30 de montée, ça laisse 1h45 pour la descente, ça me convient bien.

J’ai bien dû me rendre à l’évidence: il doit y avoir une erreur sur le plan. C’est plutôt 4h15 depuis Bovonne, oui. D’abord, la descente sur Les Plans n’a rien d’une promenade — bonjour les sentiers casse-gueule en forêt, du genre de celui que je voulais éviter. Depuis Les Plans jusqu’à Gryon, j’ai compté une bonne heure et demie, en marchant au pas de charge (autant que je pouvais avec les km que mes jambes avaient déjà avalées).

Résulat: retour à Gryon à 20h, dans la nuit (pas encore noire), totalement raide.

Excellente excursion pour qui veut se pousser, mais oserais-je recommander plutôt un départ vers 9h du mat’, plutôt qu’une heure de l’après-midi? A bon entendeur…

A noter tout de même, mis à part le plaisir de me retrouver à Bovonne, la quantité incroyable de champignons le long du chemin. J’ai bien dû en croiser dix sortes différentes (dont une magnifique amanite tue-mouches), et j’ai bien regretté de ne pas mieux m’y connaître en champignons. S’ils avaient tous été comestibles, j’en aurais ramené de qui me faire une bonne petite fricassée de champignons ce soir!

Au détour d’un sentier durant la descente sur Les Plans, je suis tombée sur ce qui semblait être une petite plantation de cannabis. Je ne suis pas une grande spécialiste, mais ces plantes ressemblaient furieusement à du chanvre. Il y avait aussi sur le banc une collection de mousses et de lichens, vraisemblablement mis là à sécher… Hmm, un début d’histoire à inventer, peut-être?

J’ai croisé peu d’êtres humains aujourd’hui. J’ai vu beaucoup de chalets. Quelques vaches, quelques chèvres, un rapace, et des chats en rentrant (c’était l’heure des chats, visiblement, entre Les Plans et Gryon).

Demain, p’tit déjà au soleil si le temps le permet, encourager le chat à faire un tour de jardin (il est méconnaissable, ici, il rechigne à sortir), puis plier bagages, ranger le chalet, et redescendre en plaine. L’esprit reposé, prête à affronter ma semaine et son lot de crises. Mais sereinement.

Similar Posts:

Lecture au soleil à 2000 mètres [fr]

[en] A first day of walking, climbing above 2000 metres to escape the clouds. With success.

Il est neuf heures du soir mais c’est comme s’il était déjà tard. J’aime la façon dont je deviens fatiguée, ici. Est-ce la marche? l’altitude? l’absence de télé et d’internet?

Pour être honnête, j’appréhendais un tout petit peu de monter toute seule au chalet. Quand j’y réfléchis, je ne suis pas bien sûre pourquoi — une vague impression de journées glauques et solitaires enfermée ici, mais que je n’arrive pas à placer précisément dans mes souvenirs. Le mot-clé est peut-être enfermé: les deux fois où je me rappelle être montée ici toute seule, c’était pour m’enfermer afin d’accomplir quelque chose (étudier, surtout), et non pas me détendre, me retrouver, faire des kilomètres de marche.

Bref, tout ça pour dire que j’ai passé une excellente journée. Au réveil, un gros nuage s’était assis sur Gryon, à tel point que je ne voyais pas beaucoup plus loin que le bout du jardin. La purée de pois s’est dissipée un instant, assez pour que je prenne espoir qu’il y ait du beau plus haut. Le train pour Bretaye étant fermé, j’ai pris la télécabine du Roc d’Orsay pour essayer de sortir des nuages. En haut, misère! Toujours la peuf.

J’ai néanmoins commencé à grimper vers le Grand Chamossaire (30 minutes, qu’ils disent, hah!) et bien m’en a pris, parce que primo, le sommet était en-dehors des nuages et deuxio, ces mêmes nuages ont décidé de gentiment commencer à se retirer.

Au sommet, j’ai pique-niqué, pris des photos, et lu un chapitre de mon livre. Je suis en train de lire The End of Mr. Y, que j’ai acheté à Leeds sur les conseils de Vince, qui était en train de le lire. Ça devient fascinant, je suis très contente de l’avoir acheté.

Se poser à 2200 mètres d’alitude pour bouquiner au soleil… Il y a pire, pour débuter un samedi après-midi!

Je suis ensuite partie pour le Petit Chamossaire, pendant que j’y étais, par la crête. Premier constat: c’est sur la crête, et parfois bien raide. Deuxième constant: mes genoux sont vraiment merdiques, et je me demande si je ne devrais pas me mettre aux bâtons de marche. La montée, le plat, et la descente douce, ça va, mais dès que c’est de la descente un peu raide… ouh là là. A méditer.

Petit Chamossaire, encore une séance de lecture, puis descente sur ce que j’ai compris être un ancien tracé de téléski (“c’est quoi, ce gros bloc de béton au milieu du pâturage?”), Lac de Bretaye dont les abords marécageux m’ont fait regretter de ne pas avoir des chaussures imperméables, mais dont les vols d’hirondelles m’ont ravie et donné l’occasion d’user un peu de pellicule numérique, puis un renard au soleil (photographié et filmé lui aussi) et une montée bien raide pour reprendre la télécabine.

Ce que j’aime ici, c’est que je prends le temps. De me lever, de déjeuner, de marcher, de cuisiner, de lire, d’écrire, de faire un feu de cheminée… Alors qu’en plaine j’ai tendance à être tout le temps dans l’urgence. Tant à faire! Ici, le nombre de choses que je peux faire est limitée. Donc c’est moins la course.

Pendant que j’étais à Villars, j’en ai profité pour prendre des photos des commerces du coin. Depuis que j’ai décidé de promouvoir activement mes talents de fabricante de sites web basiques, je suis aux aguets pour des clients potentiels. Je passe un magasin, je prends une photo. Une voiture de boîte “publicitaire”, idem. Ensuite, j’irai regarder si ces petites entreprises sont facilement trouvables sur internet, si elles ont leur propre site ou non, et en cas d’existence de site, si ce que je leur propose sera mieux.

Similar Posts: