Happy iPhone Owner: Newbie Tips and Comments [en]

[fr] Propriétaire très heureuse d'un nouvel iPhone. Voici quelques tuyaux et commentaires pour nouveaux utilisateurs.

A few weeks ago I took the plunge and became a happy iPhone owner. I had a few doubts (crappy camera and battery life) before that, but to be honest, I’m used to recharging my phone all the time and when I want to take real photos, I have a real digital camera for that.

Here are a few tips that might come in handy to the new user, and I’ll follow up with a post about some apps I like.

The first thing I had to figure out to get started was how to install apps on the phone: just go to the iTunes store, make a search on the keyword you want, and “buy” the app. It installs automatically. (I wrote “buy” because many of them are free.)

I added one of my e-mail accounts to the mail application, even though I use the Gmail web interface all the time: using the mail client is the only way I found to send photo attachments.

I really like the fact that you can disable data roaming. Living this close to France, if you’re somewhere with bad reception you often end up on the French networks without knowing it, so it’s nice to not end up with extra data roaming charges without realising it.

One thing I like is that applications do not work in the background. They’re never going to be sitting there leeching at your data allowance without you knowing it. That was a big change from my previous phones. So, I learned not to worry and leave Safari windows open with stuff in them. They’ll just sleep until I return.

I also like that most applications return to the state they were at when you left them to go back to the main screens, next time you open them.

I’m getting used to the keyboard, though I regret the absence of a Swiss-French layout (hey Apple? have you forgotten we exist, or what?) and would like to be able to have a t9 mode (show me a t9 layout instead of a querty keyboard if I want it). I also regret not being able to “touch-text” anymore — I used to do that a lot.

I added the French Canadian keyboard for French, and switching between French and English layouts and dictionaries is nice and easy — though I wish it could be automatic. To access accented characters, keep your finger on a vowel for a second or two. To edit text you’ve already written, put your finger on it and wait a bit until the magnifying glass comes up, then move it around.

Warning: if you turn the sound of your iPhone down using the side volume control, it affects the sound of your alarm clock too. If you “silence” your iPhone, however, the alarm still rings. (I missed a train and almost was late to see a client because of the side volume control thing).

I like the fact that you recharge it by plugging it into the computer — otherwise, I think I’d forget to sync it all the time!

Easy access to SMS history and recent calls is nice, though I find it a bit too easy to call somebody by mistake by accidentally touching the screen.

I didn’t jailbreak my phone. For the moment I’m not sure what good it would do me (but I’m not against doing it if I have a reason to).

I love that it uses wifi as soon as it has access to it.

For those of you in Switzerland, I took an Orange offer with a 1 year contract extension and the iPhone Maxima price plan. I already had Maxima before so I’m just paying 10 francs extra, and getting free text messages, 1Gb of data, and 1 hour on WLAN (I should start using that, actually). Who knows, maybe my phone bill will even drop?

Oh, another thing I like is that it has the time displayed in big type on the “locked” screen. Apple obviously know what people use their mobile phones more the most. And it’s a great flashlight, too, with that big screen it’s got.

Similar Posts:

Stephanie's October Conference Tour: Web 2.0 Expo Europe [en]

[fr] Après Lisbonne, direction Berlin pour la conférence Web 2.0 Expo, dont j'assure (avec Suw Charman-Anderson et Nicole Simon) la gestion des accréditations blogueurs.


Web 2.0 Expo Europe 2008
After [speaking at SHiFT](http://climbtothestars.org/archives/2008/10/12/stephanies-october-conference-tour-shift/), I will head over to Berlin for the next stop in my October Conference Tour. Second conference:

Web 2.0 Expo Europe, 21-23 October 2008, Berlin

I attended Web 2.0 Expo Europe last year, taking notes (go to the beginning of the month) and giving one of my Babel Fish talks at Web2Open. At the height of my conference burn-out after FoWA, I was pretty cranky and critical of the conference (particularly the infrastructure), and it’s where I decided to start a company to organize my own events.

This year, I’m co-heading the Blogging Web 2.0 Expo Europe programme with Suw and Nicole (French post). I’ll be going to the event to have a chance to meet all the participating bloggers we’ve been working with over the last month (they’re listed in the Web 2.0 Expo blog sidebar) — and [Janetti](http://twitter.com/janerri), who initiated this outreach programme.

If you haven’t registered yet, go and visit these blogs — all bloggers have 35% discount codes to distribute, so if you know one of them, ask! Here’s a short video of Suw and I where we tell you why you should come to the conference :-).

Setting up and running this programme has been a fascinating experience, and you can expect some blogging about what we did once the event is over. (Note: I’m doing something similar in spirit, though a little different in form, with [blogger accreditations for LeWeb in Paris](http://climbtothestars.org/archives/2008/10/06/blogger-accreditations-for-leweb-paris/) — we have more than enough French- and English-language bloggers but are still looking for people to cover the conference in other languages.)

While I’m at it, I will be taking part in Suw Charman-Anderson’s discussion about Gender Issues in Web 2.0 Careers as a panelist. Neither of us are fans of “women in technology” discussions, as you can see from the title of the discussion, and I’m really looking forward to see where we’ll take these issues.

As an aside, when I organised Going Solo, I did not put tons of effort into “involving women”, and it turns out over half the speaker roster was female. Does it have anything to do with the fact I’m a woman?

So, see you in Berlin?

Similar Posts:

Blogging Web 2.0 Expo Europe: une opportunité pour blogueurs [fr]

[en] It's been a while now: Suw Charman-Anderson, Nicole Simon and I have been plotting lately to design "Blogging Web 2.0 Expo Europe", a blogger outreach programme for the famous O'Reilly/TechWeb conference Web 2.0 Expo Europe taking place in Berlin on October 21-23.

Suw has written a great post about the programme we designed:

The way the blogging programme will work is that we’ll ask participants to do these few things between now and 6th October:

  • publish at least 4 Web 2.0 Expo-related blog posts, podcast episodes or videocasts, e.g. announcement of the event, speaker information, speaker interviews, or any other event-related stuff
  • encourage readers, friends, and/or community to register for the event
  • display the Web 2.0 Expo logo on their blog, with a link to the registration page, until the day of the conference

We think that’s pretty easy, but to help you along, we’ll provide participating bloggers with:

  • event badges
  • a 35% discount code to share with readers, colleagues and friends
  • access to information about the event suitable for re-blogging, such as announcements and speaker information/interviews (when possible)

In return, bloggers will get a full conference pass that to either use themselves or give away to readers.

But that’s not all…

Head right over to Strange Attractor to read more about what's going on.

Any European blogger can ask to join the programme. So if you have a tech/business audience (it doesn't have to be huge), get in touch as soon as you can -- particularly if you have a local audience or blog in another language than English!

Cela fait un moment que je complote avec Suw Charman-Anderson et Nicole Simon pour mettre sur pied “Blogging Web 2.0 Expo Europe”. Quelques explications, car même si le nom est merveilleusement bien choisi et très explicite, il y a quand même quelques détails qu’il ne faut pas passer sous silence.

L’idée est de rassembler une communauté de blogueurs européens enthousiastes qui parleront de la conférence et motiveront leurs amis/lecteurs/collègues à s’y inscrire. En échange, ils reçoivent un accès gratuit à la conférence (qui, entre nous soit dit, vaut quelques jolis sous!)

Vous avez certainement déjà entendu parler de la conférence Web 2.0 Expo Europe, co-produite par TechWeb et O’Reilly Media. Mais oui, vous savez! Le fameux “web2.0” qui sature nos ondes, à la base, c’est le nom d’une conférence. Elle est destinée aux web designers, développeurs, product managers, entrepreneurs, investisseurs, marketeurs, consultants et stratèges qui exploitent les opportunités offertes par les technologies du Web 2.0. La conférence aura lieu à Berlin, du 21 au 23 octobre prochain; John Lilly (Mozilla), Martin Varsavsky (FON), et Tariq Krim (NetVibes) font partie des orateurs principaux.

Web 2.0 Expo Europe 2008

On demandera aux blogueurs prenant part au programme de:

  • publier au moins quatre billets, podcasts ou videocasts au sujet de Web 2.0 Expo Europe (par exemple annonce de la conférence, informations sur les orateurs et l’agenda, interviews d’orateurs, ou toute autre information liée à la conférence) d’ici le 6 octobre.
  • encourager leurs lecteurs, leurs amis et/ou la communauté à prendre part à la conférence Web 2.0 Expo à Berlin
  • afficher le logo de la conférence sur leur blog, ainsi qu’un lien vers la page d’inscription, et ce jusqu’au premier jour de la conférence.

Pas trop compliqué, non? On fournira aux blogueurs:

  • des badges à afficher sur leur blog et à distribuer à leurs lecteurs
  • un code de rabais (discount) de 35% à partager généreusement avec lecteurs et amis
  • accès à de l’information facile à publier, comme des annonces, la biographie des conférenciers et des entretiens avec ces derniers lorsque c’est possible.

En échange de leur participation, les blogueurs recevront gracieusement un passe pour toute la conférence, qu’ils pourront utiliser eux-mêmes ou donner à quelqu’un.

Mais ce n’est pas tout… Les blogueurs qui auront assuré la meilleure promotion (tant en matière d’efforts que de résultats) verront leur passe transformé en “Premier Blogger Pass”, ce qui leur donnera un statut “presse” à la conférence, incluant entre autres accès à la salle de presse et la possibilité d’interviewer les conférenciers en direct. Nous annoncerons les gagnants de ces “Premier Blogger Pass” et confirmerons l’attribution des passes conférence le 7 octobre prochain.

Puisque les code de rabais (discount) sont uniques, nous pourrons savoir combien de personnes chaque blogueur aura référées. Nous venons d’avoir le feu vert pour offrir quelque chose de spécial (et d’excitant) au blogueur qui aura généré le plus d’inscriptions, jusqu’à la fermeture des inscriptions.

Quel genre de blogueurs recherchons-nous pour ce programme? On veut ratisser large, donc on cherche des blogs européens, publiés dans n’importe quelle langue (on veut de la variété, pas juste des blogueurs anglophones basés à Londres), touchant un public qui pourrait être intéressé par la conférence. Donc, que vous soyez un des blogueurs-star de votre niche ou un blog moins connu avec un public réduit mais enthousiaste et qui se jetterait sans autre forme de procès sur le rabais que vous leur offrirez… Prenez contact!

Ce que nous recherchons, c’est de l’enthousiasme, de la passion, et du pouvoir de persuasion. C’est votre capacité à persuader autrui de s’incrire à la conférence qui compte!

Le nombre de places dans le programme est limité, et nous comptons le lancer officiellement dès mardi 9 septembre prochain. Agissez donc vite si vous voulez une place, et on vous le confirmera dès que possible.

On prévoit déjà de vous annoncer quelques ajouts (positifs!) au programme en cours de route, et bien entendu, on est prêtes à prendre en compte votre feedback pour le faire évoluer de façon participative. N’hésitez donc pas.

Je résume:

  • vous avez un blog, un public (quel que soit sa taille) qui pourra être intéressé par Web 2.0 Expo, et l’idée d’une entrée gratuite à la conférence ne vous déplait pas? le programme est pour vous!
  • vous connaissez des blogueurs qui pourraient bien être intéressés par la perspective d’une entrée gratuite et même d’un Premier Blogger Pass pour récompenser leurs efforts à promouvoir la conférence? montrez-leur cet article et mettez-nous en contact!

Similar Posts:

Le futur n'est pas encore ici de façon homogène [fr]

[en] What I'm doing these days: getting my "offline crowd" acquainted with newsreaders (Google Reader and Feedly, in particular).

Ces temps, je me retrouve régulièrement à initier les gens à Google Reader ou Feedly. C’est où en sont gentiment ceux de mon entourage qui sont moins connectés que moi, mais qui par contagion, s’y mettent gentiment. Il y a deux ans, c’était les comptes GMail, Skype, et doucettement GTalk.

Similar Posts:

Google Groups Pain in the Neck [en]

[fr] Google Groups trouve qu'il n'est pas raisonnable de vouloir ajouter plus d'une dizaine de personnes à la fois à une newsletter nouvellement créée.

I’ve used Google Groups to set up a [newsletter for Going Solo](http://going-solo.net/2008/04/30/going-solo-has-a-newsletter/).

[Here it is](http://groups.google.com/group/going-solo-news/), with added proof (if needed) of my hopeless lack of design sense.

When I set up the group, I did what most normal newsletter creators would do: went through my contacts to invite those who might be interested in joining. I selected 30 or so people to start with.

My action triggered a flag for review, as I might be a potential spammer:

> **Your request to invite X new members has been flagged for review by our staff.**

>In order to protect our members from unsolicited email, Google manually reviews invite requests which meet various criteria. Your request will not be reviewed unless you provide us with more information in the form below. Reviews generally take 1 – 2 business days.

>Please provide an explanation for where these new members come from and why they would want to be part of your group. Note that Google takes a very dim view of Spam. The people you invite must know you and be expecting your message. If they complain, you will be banned from our service and your group will be deleted.

Great.

Well, I wrote up an explanation, saying I was setting up this newsletter so that people could stay informed about [Going Solo](http://going-solo.net/) ([registration](http://going-solo.net/registration/) is closing soon btw), and that I was going through my address book to let people know about it.

Anything wrong with that, in your opinion? I think not, and Google obviously didn’t think there was anything wrong either, because they let my invitations go through after a few hours.

**BUT.**

Now, each time I invite even **one single person**, my request is flagged.

Google Groups: Threatening!

What a pain! I’m going to be inviting people many times a day over the next week, as I dig out e-mail addresses. And obviously, just announcing the existence of the newsletter is not enough to get people to sign up — ever heard of lower the barrier to entry? If I’m creating this newsletter, it’s because I’m finally coming to my senses (!) and realising that not everybody [follows Twitter](http://going-solo.net/twitter), [subscribes to blogs](http://going-solo.net), hangs out on [Facebook](http://www.facebook.com/event.php?eid=8828618221) or [upcoming](http://upcoming.yahoo.com/event/407911/), and that *good ol’ e-mail* still has some good days before it when it comes to getting information out to people.

I am really annoyed at Google Groups for making this so difficult. Shouldn’t there be a way for me to get the limit “lifted” for my group, by offering proof I’m not a nasty spammer, but a businesswoman (OMG!) who is very much aware that she will very quickly use up her social capital if she spams her network with irrelevant stuff? And therefore, that I actually *need* to send out invites to a few hundred people?

Also, look at this form:

Google Groups invite members

Don’t you think that “e-mail addresses” field invites a reasonably large number of addresses?

I went through the help, and it wasn’t very encouraging, but I did learn a few useful things:

– [the “flagging limit” seems to be **10** invites at a time](http://groups.google.com/group/Managing-Your-Group/msg/034a807378fbdfd5) (talk about being unreasonably low for newsletters, bound to trigger TONS of false positives)
– you can [create a Google Groups account easily](https://www.google.com/accounts/NewAccount) even with a non-Gmail address (I think I had grief with this last year when I was struggling with Google Groups not wanting to send e-mail to the client I was setting up the discussion list for)
– messages from staff in the relevant threads seem to focus on [filling in the fields](http://groups.google.com/group/Managing-Your-Group/msg/d8efc2db78fc1502), which I’ve been doing, of course
– I’m not alone in thinking the [language Google uses for the warning message is a bit over the top](http://groups.google.com/group/Managing-Your-Group/browse_thread/thread/b5d34348c034b6e9), particularly given the number of false positives their low trigger limit is going to create (and the fact there is no warning that such a limit exists when you fill in the [**huge** field for e-mail addresses to invite](http://www.flickr.com/photos/bunny/2456715554/))
– [I’m not alone.](http://groups.google.com/group/Managing-Your-Group/browse_thread/thread/eca163d042772868/31512ccb7cb93d80?lnk=gst&q=)
– There doesn’t seem to be an official Google Groups blog.

So, please. If you have friends working on Google Groups, please draw their attention to this post and issue. It’s a bloody pain in the neck.

Oh yeah — and [please sign up for the newsletter](groups.google.com/group/going-solo-news/subscribe). I’m going to have trouble inviting you 😉 — [email protected] also works.

Similar Posts:

Come to LIFT'08 [en]

[fr] Si vous ne pensiez pas aller à LIFT dans deux semaines, j'aimerais vous encourager à vous inscrire pour nous y rejoindre.

J'avoue qu'une des raisons que j'entends souvent de la part de gens qui me disent ne pas y aller, c'est le prix. Un peu plus qu'un iPhone, et moins qu'un vol à destination de San Francisco (à plus forte raison, meilleur marché également que deux grandes conférences technologiques ayant récemment eu lieu en Europe: Web2.0Expo et LeWeb3).

LIFT est un événement extraordinaire. 3 journées dont une de workshops, la fondue, deux événements supplémentaires gratuits (venture night et sustainable dev), ainsi que la fête -- et vous repartirez proprement "liftés". LIFT est une conférence qui change la vie des gens. Elle est au carrefour des questions de société et de la technologie, d'une pertinence incontestable par rapport aux problématiques de notre temps.

J'explique dans cet article plus en détail pourquoi je vous encourage absolument à venir à LIFT (il est encore temps). C'est un investissement qui sera largement récompensé. Quel que soit le domaine dans lequel vous travaillez, prendre 3 jours sur l'année pour s'informer à la source sur les problématiques de notre société liées à la technologie n'est pas un luxe.

The [LIFT Conference](http://liftconference.com) is taking place in just two weeks from now in Geneva.

If you’re free on those dates and haven’t considered attending, I’d like to encourage you to [register](http://www.liftconference.com/lift08-registration) and come and join us. It’s really worthwhile. And if [the price tag](http://www.liftconference.com/pricing-students-etc-etc#comment-15) is making you hesitate, think again. Here’s what’s included in your registration fee for this three-day event:

– a full day of [workshops](http://www.liftconference.com/lift08-workshops)
– [two days of conference](http://www.liftconference.com/lift08-program-thursday-friday) (more about that below)
– nice buffet lunches (upgraded since last year!), [fondue](http://www.liftconference.com/lift08-program-thursday-friday#fondue) evening, open bar [party](http://www.liftconference.com/lift08-program-thursday-friday#fondue)
– [venture night](http://www.liftconference.com/lift08-venture-night) and [sustainable dev](http://www.liftconference.com/lift08-program-thursday-friday#wattwatt) sessions
– [lots of WiFi](http://www.liftconference.com/wifi-ugrade)

So, here we are. 850 CHF (that’s $781.50, 530.80€ or £396.30 [as of today](http://www.xe.com/ucc/convert.cgi)) for three days. Even though it is a sizeable chunk of money for many people (I’m not talking about you lucky ones who get sent to great events like LIFT by their employers), it’s not that expensive, when you think of it (just a little perspective):

– an iPhone: 399€
– the MacBook Air: $1799
– LeWeb3 (Paris): over 1000€
– Web2.0Expo (Berlin): over 1000€
– a cheap flight to San Francisco: $800 (you spend only 2 days on the plane, and it’s way less fun)

Now, as that is out of the way, let’s get to the meat. Why is LIFT worth so much more than what you pay for it? I’d like to add my two cents to [what the organizers already say](http://www.liftconference.com/12-reasons-come-lift):

– **new speakers:** the LIFT team goes to great lengths to introduce speakers that you haven’t already heard at all the other conferences you go to. I’m told it’s becoming a habit for other conference organizers to do their “speaker shopping” at LIFT. (Insider scoop, from Laurent himself: Eric Favre, the inventor of Nespresso, is one of the latest confirmed additions to the speaker list.)
– **great talk quality:** heard of [TED Talks](http://www.ted.com/talks)? They gather the best speakers around the world, and last year, started including talks from partner conferences. [LIFT is one of the four events](http://blog.ted.com/2007/11/talks_from_part.php) they chose to select talks from.
– **at the crossroads of Life and Technology:** this, I think, I the top reason I really love LIFT. It’s about technology, but it’s also about people, society, and the world we live in. It lacks the dryness of the all-tech conference. It’s visionary. It blows your mind and lifts you up. It changed my life, and I’m not the only one.
– **non-commercial:** though I’m not against profit ([Going Solo](http://going-solo.net) is, after all, a [commercial event](http://going-far.com/2007/11/13/im-starting-a-company/ “A little background.”)), the fact LIFT is a non-profit labour of love does reflect in the overall atmosphere and quality of the event. No pitches or sponsors on stage. It’s about ideas and about us. It’s friendly and welcoming and human.
– **more than the stage:** LIFT is about what happens during breaks, in corridors and doorways. Yes, the most value one gets out of an event is generally in networking. LIFT has however taken this awareness a step further, investing a lot in [LIFT+](http://www.liftconference.com/2007/lift+/), activities and exhibits that populate the “in-between” spaces.

I hope it’s obvious from what I’m describing: LIFT is truly an event beyond all others. It’s well-organized and touches topics which are over-important for understanding the world we live in: technology has taken an increasing place in our society (all societies, actually), and this is a chance for geeks and “humanists” both to take a few steps back and think about the “big picture”.

Still not 100% sure you want to [register](http://www.liftconference.com/lift08-registration)?

If you’re used to the conference circuit: LIFT will be a welcome change from what you’re used to.
If you don’t usually go to conferences: if you go to one event this year, it should be LIFT. (Well, you should give Going Solo a go too, but it’s [a rather different kind of conference](http://going-solo.net/2007/12/14/announcing-going-solo/).)

If you are attending, it’s still time to spread a bit of [link love](http://climbtothestars.org/archives/2008/01/22/going-solo-venues-open-stage-and-link-love/) for LIFT — have you done it yet?

I’m looking forward to seeing you there. I’m part of the [electronic media crowd](http://www.liftconference.com/electronic-media-crowd), though, so if you see me [live-blogging](http://climbtothestars.org/archives/2007/08/01/on-liveblogging/) like mad, don’t be [offended](http://blog.nicolamattina.it/?p=536) if I’m [not very chatty](http://climbtothestars.org/archives/2007/10/06/too-many-people/).

Similar Posts:

Photography: Being the Model [en]

[fr] Une chose qui m'énerve fréquemment, ce sont les médias qui désirent me faire photographier pour illustrer leur article, mais qui ne considèrent pas "normal" que le photographe me donne une copie des photos faites. C'est mon image, merde.

Branching off on the [Lane Hartwell–Richter Scales story](http://technorati.com/search/%22lane%20hartwell%22) to react to a paragraph of Lane’s post [Please don’t steal my work](http://fetching.net/2007/10/please-dont-steal-my-work/):

> Along with this, everyday I am hit up with requests for me to give people photos I have shot of them. I’ll be shooting an event and people will push their business cards on me and tell me to “email them the shots”. When I politely explain that I won’t be doing that, and why I won’t be doing that, they usually get nasty with me. If I tell them they can purchase a file or print from me, 9 times out of 10 I never hear back from them.

Lane Hartwell, Please don’t steal my work

Just to make things very clear: I’m not taking a stand on the issue at hand here, which I believe is far more complex than “she’s right” or “she’s wrong”. I’m just reacting to one paragraph of her post, because it reminds me of something that pisses me off regularly.

I see **no reason whatsoever** for which I should not have the right, as the person on the picture, to have a copy of the photograph that was shot of me. This happens to me *very regularly* when I’m interviewed by the press and they bring along a photographer to shoot a few pics to illustrate the article: I ask the photographer to e-mail me the shots, or at least those which made the cut. So far, three actually did it — and I thank them very much for it. Most of the time, I never hear from them again.

And it pisses me off.

Why should the photographer **own** a representation of me? I’m not saying I should own it exclusively, either. The photographer has the rights to the image, but I consider I should at least have the use of it for my personal/promotional use.

Same goes for events. If I’m at a conference, or giving a talk, and I let you photograph/film me, consider that I’m CC by-nc-sa. If you take a photograph of me and “all rights reserved” it, that means I am not allowed to use it in my blog, for example — as far as I understand things.

There is something of a joint ownership in a photography. I’m not saying I’ve figured it out. I’m somebody who takes photographs (though I don’t make any money out of them), so I understand the point of view of the person taking photos, but I’m also (frequently) photographed, and I don’t like being dispossessed of my image.

Thoughts and discussion welcome.

Similar Posts:

Seesmic Doubts [en]

[fr] Le texte et la vidéo sont fondamentalement différents. Je ne pense pas qu'il soit possible de "recréer" un dynamique comme celle de Twitter avec du contenu vidéo.

So, now that I’ve discovered what [Loïc](http://www.loiclemeur.com/)’s startup, [Seesmic](http://www.seesmic.com/), is about (thanks to [Ben](http://benmetcalfe.com/) [twittering his tests](http://twitter.com/dotben)), here is my initial reaction to [reading about it on Techcrunch](http://www.techcrunch.com/2007/10/08/loic-le-meurs-new-startup-launches-seesmic/).

> I’m not certain a “video-based Twitter” is a viable concept: the huge difference between video and text is that the latter is scannable, and that’s precisely what allows the presence/flow dimension in Twitter. You can “keep an eye” on a stream of text, but can you “keep an eye” on a stream of videos? Also, it takes much less time to keep up with a stream of text than with a stream of videos.

Me, commenting on Techcrunch

Now, not to say that Seesmic is doomed (that would be a bit pretentious of me) — and I haven’t checked it out directly — but I do want to go on record saying that the dynamics created by Twitter and other flow/presence apps with text cannot simply be transferred to other media.

If it turns out I’m right, I’ll be able to say “I told you so” — and if I’m wrong, nobody will care. 🙂

Similar Posts:

BarCamp Lausanne: former des « webmasters 2.0 »? [fr]

[en] Discussing the differences between skills of the old-school webmaster and the "webmaster 2.0" (eeek!) -- basically, a profile for the one to take care of site maintenance once we've done shiny 2.0 things with WordPress and plugins. It's a different skillset, and I'm not certain it's the same kind of person.

Samedi, à l’occasion du [premier](http://climbtothestars.org/archives/2007/09/06/barcamp-a-lausanne-le-29-septembre/) [BarCamp Lausanne](http://barcamp.ch/BarCampLausanne), j’ai animé une discussion sur l’avenir du métier de webmaster. Je pense que c’est un rôle qui se voit profondément transformé par l’arrivée du tout l’attirail « 2.0 », et qui est donc effectivement [en voie d’extinction](http://blog.profession-web.ch/index.php/348-le-metier-de-webmaster-est-en-voie-d-extinction) tel que nous le connaissons encore aujourd’hui. Je pense cependant qu’il reste une place pour ce que j’appellerai le « webmaster 2.0 », quelque part entre les consultants, développeurs, designeurs, professionnels de la communication ou autres qui se partage le gâteau 2.0.

Cela fait quelques années maintenant que « j’aide [les gens](http://stephanie-booth.com/particuliers/) à [faire des sites](http://climbtothestars.org/archives/2007/04/28/pouvez-vous-nous-faire-un-site-role-du-consultant/) » (c’est malheureusement principalement comme ça que je suis perçue — j’ai encore de la marge côté efforts en communication). Je me rends compte que si des outils magnifiques comme WordPress permettent de se libérer du webmaster pour de nombreuses tâches (c’est en effet un « argument de vente » : plus besoin de s’adresser au webmaster pour mettre à jour le contenu de votre site), ils ne sont tout de même pas autosuffisants : ils cessent des fois de fonctionner pour des raisons mystérieuses, il faut les mettre à jour, installer des plug-ins, faire des modifications mineures… Bref, ils requièrent de la maintenance.

Mon point de départ pour cette discussion lors de BarCamp était de mettre en regard les compétences du « webmaster » (j’expliquerai tout soudain les guillemets) avec celles qui seraient à mon avis nécessaires pour la maintenance de sites simples « 2.0 ». Ce rôle (je préfère parler de rôle plutôt que de « métier ») de webmaster disparaît-il, ou bien évolue-t-il ? S’il évolue, les compétences sont-elles assez similaires pour que ce rôle soit repris par la même personne, ou bien ce qu’il requiert un « background » différent ?

Donc, « webmaster » entre guillemets. Inévitablement, je vais parler ici en utilisant des clichés. Les webmasters qui me lisent ne se reconnaîtront probablement pas, et je le sais. Ce que je décris, c’est un des rôles un peu stéréotypés qui intervient dans l’écologie du site Web. Ce rôle (tel qu’il m’intéresse pour cette discussion) se retrouve dans des petites structures (petites entreprises, associations). Il y ait des professionnels qui portent le titre de « webmaster » dans des entreprises plus grandes ou avec plus de moyens, et qui font un travail qui n’a rien à voir avec ce que je décris ici. Le « webmaster » auquel je pense n’est souvent pas un professionnel de la branche, et ne fait probablement pas ça à temps plein. C’est quelqu’un que l’on paye à l’heure ou sous forme de forfait pour l’année, et dont on utilise les services de façon plus ou moins régulière.

[Sandrine](http://blog.profession-web.ch/) a eu la gentillesse de spontanément filmer le début de ma présentation, [disponible en vidéo chez Google](http://video.google.com/videoplay?docid=-2421266089139465575&hl=fr). Il y en a pour treize minutes, je vous laisse regarder si le coeur vous en dit.

Malheureusement, cela s’arrête lorsque la conversation démarre (le morceau le plus intéressant, à mon avis !) — j’imagine que des impératifs techniques sont entrés en ligne de compte…

Pour simplifier, même si je n’aime pas les étiquettes, j’ai proposé que l’on parle de « webmaster 1.0 » et de « webmaster 2.0 ».

**Webmaster 1.0**

– FTP
– mise à jour de contenu
– HTML/DreamWeaver
– scripts Perl/PHP
– images (redimensionner, insérer dans HTML)
– design (un peu)
– mailing-lists/newsletter

**Webmaster 2.0**

– mises à jour (versions) des « CMS 2.0 »: WordPress, Drupal, MediaWiki, PhpBB…
– choisir et changer des thèmes/skins
– compréhension de base du fonctionnement d’un CMS (applications Web PHP/MySQL, quelques notions de base de données, utilisation de PhpMyAdmin…)
– (X)HTML/CSS, standards Web
– installer des plug-ins

En fait, le rôle du webmaster 2.0 correspond *un peu* à celui d’un apprenti sysadmin. Cela reste un rôle technique, la gestion de la communauté étant à mon avis du ressort des personnes qui vont créer le contenu.

Ma motivation principale à tenter de définir ce rôle est en fait économique : bien sûr, un développeur ou un consultant un peu branché technique (comme moi) est tout à fait capable de remplir ce rôle de webmaster 2.0. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir toutes les compétences d’un développeur ou d’un consultant pour faire ce genre de travail. Cela signifie qu’il ne devrait pas être nécessaire pour le client de payer du travail de maintenance relativement simple (même s’il requiert des compétences techniques qui dépassent celles de l’utilisateur lambda) à des tarifs de consulting ou de développement. Et personnellement, ce n’est pas (plus !) le genre de tâche que j’ai envie de faire pour gagner ma vie.

Mon expérience est que malheureusement, les personnes en place à jouer le rôle de webmaster 1.0 peinent souvent à acquérir par elles-mêmes les compétences nécessaires pour assurer la maintenance des sites « 2.0 » plus complexes techniquement. Si le webmaster 1.0 est souvent autodidacte, les compétences « 2.0 » sont à mon avis plus difficile à acquérir par soi-même — à moins d’être justement tellement immergé dans ces technologies que l’on est déjà un développeur.

Qui donc pourraient être ces « webmasters 2.0 » qui manquent à mon avis cruellement dans le paysage romand ? Peut-être serait-il intéressant de mettre sur pied une formation continue pour « webmasters 1.0 » ? Le problème avec ça à mon avis, ce que beaucoup de webmasters le sont à titre bénévole ou presque. Est-ce qu’il y a des CFC qui pourraient inclure ce genre de compétences à leur programme ? Pour le moment, la solution qui me paraît le plus immédiatement réaliste est de considérer ce rôle comme une étape de l’évolution professionnelle de quelqu’un. À ce moment-là, cela pourrait être un travail idéal pour des personnes en cours de formation.

[Quentin Gouédard](http://quentin.unblog.fr/), à la tête de l’hébergeur [unblog.fr](http://unblog.fr/), a suggéré lors de la discussion que ce genre de service pourrait être intégrée à une offre d’hébergement. C’est une idée que je trouve très intéressante.

J’aimerais revenir sur un pont qui a occupé pas mal notre discussion : il y un certain nombre de tâches de maintenance, qui même si elles sont techniques, sont encore relativement simples, et qui ne nécessitent à mon sens pas de faire intervenir des développeurs. Je pense qu’à l’avenir, on va avoir de plus en plus besoin — par intermittence probablement — de personnes ayant cet éventail de compétences, sans pour autant qu’ils aient une spécialisation plus poussée. Je pense aussi que (durant les quelques années à venir en tout cas) ces personnes devront avoir une présence locale. Le contact humain direct reste important, surtout pour des associations ou entreprises dont le métier premier n’est pas le Web.

J’ai conscience que ma réflexion n’est pas encore tout à fait aboutie. J’envisage en ce moment de former deux ou trois étudiants à qui je pourrais confier la maintenance (ou tout du moins une partie de celle-ci) des sites que je mets en place avec mes clients, pour un tarif raisonnable. Je ne peux en effet pas proposer à mes clients des solutions pour leur présence en ligne, si je n’ai rien à leur offrir côté maintenance. La maintenance ne m’intéresse personnellement pas en tant que tel, mais j’avoue ne pas avoir connaissance dans la région d’individus ou d’entreprises dont les compétences sont satisfaisantes et qui ne facturent pas des tarifs de développement (sauf ceux dont on a parlé, Samuel, et c’est justement la solution « étudiante »).

Avec un peu de chance, mes informations sont incomplètes, et quelqu’un va laisser un mot dans les commentaires en proposant ses services 🙂

Y a-t-il un webmaster (2.0) dans la salle ?

Ils parlent de cette discussion sur leur blog:

– [Sandrine: Le métier de webmaster est en voie d’extinction](http://blog.profession-web.ch/index.php/348-le-metier-de-webmaster-est-en-voie-d-extinction)
– [Compte-rendu du BarCamp Lausanne première édition](http://www.reivilo.net/2007/09/29/compte-rendu-du-barcamp-lausanne-premiere-edition/)
– [Quentin: BarCamp Lausanne](http://quentin.unblog.fr/2007/10/01/barcamp-lausanne/)

Similar Posts:

BarCamp à Lausanne le 29 septembre [en]

[fr] BarCamp in Lausanne, September 29th. Come and join us!

Réservez la date du 29 septembre : [BarCamp débarque à Lausanne](http://barcamp.ch/BarCampLausanne) !

BarCamp Lausanne Banner

[Barcamp ?](http://fr.wikipedia.org/wiki/BarCamp) C’est un rassemblement informel, généralement d’un week-end, de personnes qui vont échanger leurs expériences, réflexions, et savoirs. Disons que le thème qui rassemble ces gens est Internet, au sens très large : il sera donc question de technologie, mais aussi de toutes les problématiques stratégiques, économiques, sociales, et même philosophiques touchant aux bouleversements numériques que vit notre époque. Et si un autre sujet pointait le bout de son nez… Il serait bien entendu le bienvenu.

Ce n’est donc pas une conférence : c’est une **non-conférence**. Un BarCamp est initié par une personne ou un groupe de personnes, et souvent sponsorisé, car l’événement est généralement gratuit pour ceux qui y participent. Chacun est encouragé à mettre la main à la pâte en aidant à l’organisation ou à l’animation de la journée, en faisant une démonstration, une présentation, en modérant une discussion, ou au minimum en étant un auditeur actif lors des séances. Si vous êtes curieux, allez donc lire [comment le concept est né](http://www.tantek.com/log/2006/07.html#d10t0805).

Vous l’aurez compris, le succès d’un BarCamp repose sur la participation de la communauté, et non sur les épaules d’une ou deux personnes qui organiseraient le tout pour les autres. Le BarCamp sera ce que l’on en fera. Ce n’est pas un événement totalement anarchique, cependant : il y a quelques règles.

> * 1ère règle: Tu parleras de BarCamp.
* 2ème règle: Tu blogueras à propos de BarCamp.
* 3ème règle: Si tu veux faire une présentation, tu dois [inscrire ton sujet et ton nom dans un slot de présentation](http://flickr.com/photos/scottmark/1332044405/).
* 4ème règle: Des intros de trois mots seulement.
* 5ème règle: Autant de présentations à la fois que l’infrastructure le permet.
* 6ème règle: Pas de présentations réservées à l’avance, pas de touristes.
* 7ème règle: Les présentations iront tant et aussi longtemps qu’elles le doivent, où jusqu’à ce qu’elles se heurtent à l’heure de début de la présentation suivante.
* 8ème règle: Si c’est votre première fois à BarCamp, vous DEVEZ présenter. (Bon, on ne va pas vous forcer, mais essayez de trouver quelqu’un avec qui présenter, ou posez des questions et soyez un participant actif.)

source

Concrètement ?

* bloquez le samedi 29 dans votre agenda pour [venir nous rejoindre à l’EPFL le temps d’une journée](http://barcamp.ch/BarCampLausanne) (oui, c’est un mini-BarCamp).
* [ajoutez notre nom à la liste des participants](http://barcamp.ch/index.php?title=BarCampLausanne&action=edit&section=9)
* [proposez d’animer une session](http://barcamp.ch/index.php?title=BarCampLausanne&action=edit&section=7)
* dites-nous si [vous désirez souper](http://barcamp.ch/index.php?title=BarCampLausanne&action=edit&section=13), [dormir à Lausanne](http://barcamp.ch/index.php?title=BarCampLausanne&action=edit&section=14), [donner un coup de main](http://barcamp.ch/index.php?title=BarCampLausanne&action=edit&section=17) ou encore sponsoriser l’apéro
* annoncez BarCamp Lausanne sur votre blog et faites venir vos amis !

***« Ah oui, sympa, je vais venir voir mais je présenterai quelque chose la prochaine fois… »***

Justement pas ! Un BarCamp, c’est justement l’occasion rêvée pour expérimenter, se jeter à l’eau, et prendre quelques risques. On est entre nous. Pensez « animer une discussion sympa avec une poignée de gens intéressés », et non « donner une conférence ex cathedra avec présentation PowerPoint léchée devant un parterre de 150 inconnus qui vont vous juger ».

Program for Blogcamp.ch

Chacun a quelque chose à raconter, à partager, à montrer, à discuter. On est tous des passionnés. Pas besoin de choisir un « grand sujet », digne d’un livre ou d’un dossier dans un magazine. Si vous êtes en panne d’inspiration, demandez à vous lecteurs, ils sauront, eux. Si vous êtes prêts à vous lancer, voici un article (en anglais) [qui vous donnera de bons conseils](http://www.scottberkun.com/blog/2006/how-to-run-a-great-unconference-session/).

***« Mais c’est tout en anglais ! On est en Suisse romande, non ? »***

La [page d’organisation de BarCamp Lausanne](http://barcamp.ch/BarCampLausanne) est effectivement en anglais, mais l’événement lui-même est multilingue. Les présentations et discussions peuvent avoir lieu en n’importe quelle langue (mais merci de préciser !)

Vu le côté inévitablement un peu « local » de ce genre d’événement, on peut s’attendre à ce qu’il y ait une majorité de francophones, mais il y aura aussi certainement des gens venant de plus loin, ou quelques-uns de nos amis suisses-allemands.

Donc, voilà. La langue, j’avoue que c’est un sujet un peu flou, et malgré mes grandes réflexions sur la pluralité linguistique, je ne suis pas certain qu’elle serait la meilleure formule. On verra donc ce qui se passe ! Ce qui est certain, en tout cas, c’est que ce ne sera pas monolingue, et qu’il y aura donc la place pour tout le monde !

Similar Posts: