Anonymat et blog intime [fr]

[en] My reaction to a new French-speaking blogger who desires to remain anonymous because he will be dealing with private stuff on his blog.

I consider that it is not possible to blog anonymously in the long run. As you create relationships with readers, temptation to let out your real name to some of them will be great, and at some point somebody may let your name slip. Or if that doesn't happen, somebody who knows you might come upon your blog by chance and recognize you through the contents of your writing.

Writing with a pseudonym to keep oneself from unknown stalkers is fine. But when the pseudonym is there to keep people who know you from recognizing you, the consequences to face when it does happen may be very uncomfortable

Saturnin says his "blogging rule" is to not write anything he wouldn't be willing to stand up for if he was discovered. I ask him, then, what his anonymity adds to his blogging enterprise, apart from the fact he won't be easily googled for. If being anonymous helps him write more freely then if he was signing with, say, his first name, then maybe being anonymous is a trick he's playing on himself, and he might be brought to regretting it someday.

[Saturnin entre en blogosphère](http://intimiste.ouvaton.org/index.php/2006/02/08/11-entree-en-blogosphere) il y a dix jours, avec un billet dont le contenu m’interpelle. Il nous annonce un blog intime, anonyme, et il nous en donne les raisons:

La condition : l’anonymat, quoi qu’on en pense. Impossible en effet de m’attacher à exprimer mes pensées et mes sentiments les plus secrets, impossible de livrer ma vie intérieure profonde sous mon vrai nom. Je suis enseignant. J’ai des élèves et des étudiants, que je vois chaque jour. Imagine, mon lecteur, que mes étudiants lisent mon blogue quotidiennement et sachent, avant même que j’entre en classe, dans quel état j’erre. Impossible.

Saturnin fait référence dans son billet à [ma théorie des deux anonymats](http://climbtothestars.org/archives/2004/09/04/bloguer-anonymement/), et je sens justement dans son dernier billet, intitulé [le droit à l’anonymat](http://intimiste.ouvaton.org/index.php/2006/02/18/14-le-droit-a-l-anonymat), un mélange un peu flou entre les deux.

Là où je rejoins entièrement Saturnin, c’est sur le fait que l’anonymat n’est pas mauvais en soi. Edicter une règle du style “Tu ne blogueras point anonymement” est inévitablement réducteur et ne tiens pas comptes des motivations du blogueur qui cherche à protéger son identité. Dans le passage reproduit ci-dessus, Saturnin nous dit clairement pourquoi la solution de l’anonymat s’est imposée à lui. Il désire parler de choses privées, [intimes même](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/18/nuit-du-journal-intime-quelques-paroles/), et ne désire pas être reconnu par un partie de son entourage (ses élèves en particulier — comme je le comprends).

Ma mise en garde contre l’anonymat qui cherche à préserver une intimité, c’est-à -dire à cacher ses écrits de personnes que l’on connaît, provient du fait que celui-ci peut s’écrouler. Sur le web, deux phénomènes peuvent précipiter cet écroulement (ou cet éclatement, suivant comment les choses se vivent).

1. Le blog crée des conversations (comme celle-ci!) puis des liens entre le blogueur et ses lecteurs. Ces liens peuvent être forts, surtout dans le cas d’écrits intimes qui risquent de toucher profondément les lecteurs. Des correspondances par e-mail sont à prévoir. A un moment donné, le blogueur va peut-être donner sa véritable identité à quelqu’un dont il se sent proche. Des fuites sont alors possibles.

J’ai vécu cela lorsque j’ai commencé à chatter en 1998. Mon identité véritable était un secret d’état. Assez rapidement cependant, je me suis fait des amis proches via le chat. On a échangé des mails. Vient un moment où l’on désire dire qui l’on est et ne plus se cacher derrière un pseudonyme. On résiste beaucoup la première fois, moins les suivantes. Un jour, par pure maladresse et sans aucune mauvaise intention, sans réaliser que c’était un problème pour moi, une fille avec qui je correspondais lâche mon nom complet en public, dans le chat. Bingo.

2. Lorsque l’on écrit sur le web, les écrits ont tendance à s’accumuler. Il peut arriver, un jour, par hasard (et cela arrive!) que quelqu’un de notre entourage tombe sur nos écrits. Là , c’est le contenu de nos écrits qui nous trahit. Un billet ne trahira personne. Dix-huit mois de récit de vie, de cogitations, et d’états d’âme, oui.

Conclusion: l’anonymat sur le web n’est pas une chose sur laquelle on peut véritablement compter à long terme. Se pose alors la question de ce qui arriverait (les conséquences) s’il devenait connu publiquement que nos écrits précédemment anonymes nous appartiennent.

Quand je m’adresse à un public d’adolescents, clairement, il s’agit de prévenir des délits punissables par la loi ou des indiscrétions graves qui pourraient leur faire du tort. Beaucoup d’adolescents se sentent véritablement protégés par leur “anonymat” sur le web, qui est au fond très fragile.

Saturnin n’est plus un adolescent, par contre 😉 et ne va donc pas se croire “tout permis” parce qu’il ne signe pas de son nom. Même caché, il veut écrire de façon responsable:

Ma règle, c’est de fausser les noms et de ne rien publier que je ne pourrais assumer si j’étais découvert.

C’est fort bien. Assumer n’a ici pas une consonnance juridique, mais personnelle. Si Saturnin parle de sa vie sentimentale sur son blog, et que par un concours de circonstances encore inconnu, son nom devient public, alors il devra *assumer* face à son entourage ce dont il a parlé. Entourage qui inclut ses élèves.

Ma question à Saturnin: si ton anonymat “responsable et lucide”, comme j’ai envie de l’appeler, te fait choisir de n’écrire que des choses que tu es prêt à assumer face au monde, connu et inconnu, ton anonymat t’apporte-t-il réellement autre chose que la certitude qu’on n’aterrira pas sur ton blog lorsque l’on jette ton nom en pâture à Google? S’il te permet de te livrer plus qu’un simple “anonymat-discrétion” ou qu’une signature de ton simple prénom, n’est-il pas en train de te jouer un tour?

Similar Posts:

Nuit du Journal Intime: quelques paroles [fr]

[en] Excerpts of an interview I gave last week to the DRS with other participants to "la Nuit du Journal Intime". I speak of intimacy (what it is for me, are we losing intimacy), blogs and private diaries on the web (not viable in the long run, in my opinion), and of what I don't say about myself on my blog (a lot!)

Comme je l’ai raconté, nous avons été interviewés par la DRS après [le débat ouvrant la Nuit du Journal Intime](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/14/nuit-du-journal-intime-reflexions/). J’ai reçu le CD et fait une compilation de ce que j’ai dit à cette occasion, avec quelques commentaires.

A votre disposition en format MP3, 3.4Mb pour 7 minutes d’audio (oui, j’ai des progrès à faire, suggestions bienvenues): [DRS Interview (extraits + commentaires)](/files/drs-interview-20060218.mp3)

J’y parle:

– de ma conception de l’intimité et de sa perte éventuelle
– de la viabilité et de la possibilité d’un journal intime sur internet
– de la mise en scène de soi dans le monde “online”
– de ce dont je ne parle pas dans mon blog…

Si je fais référence à des choses dans ce “podcast” et que vous voulez des précisions, des liens, etc… n’hésitez pas à demander des compléments: les commentaires sont là pour ça!

(Et question subsidiaire pour ceux qui sont abonnés à ce blog: est-ce que le fichier MP3 apparaît comme un “enclosure”?)

(Et question subsidiaire pour ceux qui s’y connaissent: comment je peux faire apparaître un slider audio dans le billet pour que les gens puissent écouter juste en cliquant sur le bouton “play”?)

Similar Posts:

Maturité d'un journal intime [fr]

Une citation de Jennifer, dont l’anonymat s’est petit à  petit effrité, et qui vit un mélange grandissant entre “le monde de son journal” et “le monde qu’elle raconte dans son journal”.

[en] Jennifer has been keeping an intimate diary online since she was 15. Her online and offline worlds have increasingly collided, and she is now facing the fact that she does not feel free to write on the internet as she used to be. It's really fascinating to read her going through this.

Jennifer a commencé à  écrire son journal intime sur internet lorsqu’elle avait 15 ans. Elle nous a tout livré, sans retenue. Maintenant, entre les années qui passent pour elle et la quantité d’écrits qui s’accumule, son rapport à  son journal change. Je dis depuis longtemps à  qui veut l’entendre qu’un journal intime sur internet n’est pas une entreprise viable, à  terme. Tôt ou tard, les cloisons que l’on a érigées entre son “soi en-ligne” et son “soi hors-ligne” deviennent poreuses. D’inconnus, les lecteurs deviennent connus, et on peut se retrouver à  vouloir parler d’eux.

Lire les réflexions de Jennifer à  ce sujet, et suivre son évolution, c’est assez passionnant.

[…] la principale raison à  ce «bloquage» est surtout que j’ai de plus en plus de mal à  m’«étaler», intimement et émotionnellement parlant, sur internet. Même si je recommencais un blog un jour, sans donner l’adresse à  personne, je crois que je pourrais plus me livrer complètement. Je trouve ça assez malsain pour être honnête. Presque sale. Je préfère garder l’intimité de notre couple. Si je veux lui dire des mots doux, je préfère les lui dire rien qu’à  lui. Quand on dévoile son cÅ“ur, on met à  disposition notre partie la plus sensible. Faire ça sur internet, à  l’accès de tous, et donner donc par la même occasion à  tous ces inconnus (ou pas… Facile d’être découvert) le moyen frapper où ça fait le plus mal, je crois ne plus en être capable.

Jennifer, 11 février 2005

Lire la suite du billet de Jennifer.

Similar Posts: