Améliorer — indianiser — les plats tout prêts [fr]

[en] Fusion food, my style. How to indianize "ready-made" stuff.

Si je faisais les choses bien j’illustrerais cet article avec une série de photos. Mais ce soir, j’opte pour “faire” plutôt que “ne pas faire, mais bien”.

J’aime faire la cuisine. Parfois, cependant, il faut faire vite, et les rösti tout prêts de la Migros, c’est vachement pratique. Avec quelques petites épices indiennes, on peut égayer ces plats “tout prêts” achetés au supermarché. Toutes les épices (sauf si je précise) se trouvent dans votre petit supermarché indien du coin.

Quelques exemples.

Purée de pomme de terre en flocons

Au lieu de faire chauffer l’eau avec le beurre, faire fondre le beurre doucement dans la casserole. Faire revenir 30 secondes des graines de cumin (toujours cumin d’Orient, attention, le cumin noir n’a rien à voir avec!), des graines de moutarde noire, un peu de urid daal. Ajouter un oignon de printemps coupé en rondelles, des tiges de coriandre hâchées (ça se congèle bien) et un peu de turmeric. Saler. Ajouter l’eau, faire bouillir comme normal, ajouter le lait, puis les flocons.

Rösti

Dans une petite casserole, faire revenir graines de cumin et de moutarde noire, feuilles de curry (ça se congèle, comme ça on en a toujours en stock), puis pâte au gingembre et à l’aïl (idem), oignon hâché, et finalement un peu de goda masala (j’en ai un stock si vous voulez) et de la poudre de piment. Ajouter tout ça aux rösti une fois qu’ils sont presque prêts.

On peut bien sûr aussi les égayer “à la suisse”: rajouter lardons, oignons, morceaux de Gruyère (au dernier moment, sinon ouh là le fromage fondu partout dans la poêle), oeuf…

Raviolis en boîte

Mettre du beurre dans la casserole, faire revenir graines de cumin, graines de moutarde noire, feuilles de curry. Ajouter du turmeric et quelques gousses d’aïl en petits morceaux. Ajouter les raviolis, les faire chauffer, et terminer avec beaucoup de feuilles de coriandre.

Chicken Tikka Masala tout prêt

Je trouve la plupart des repas indiens tout prêts de la Migros un peu fades, mais le Chicken Tikka Masala est pas mal. Une fois que vous avez réchauffé le plat, ajoutez un oignon de printemps, une échalotte, ou un petit oignon rouge hâché, un peu de jus de citron, et des feuilles de coriandre. Miam!

Autres idées

On n’est plus dans le “tout prêt”, là, mais quand je fais une saucisse à rôtir ou une sauce bolo, je l’indianise aussi.

Pour la saucisse à rôtir, j’ajoute des graines de cumin et des graines de coriandre en plus de l’oignon et de l’aïl à caraméliser.

Pour la sauce bolo, je commence avec une base cumin + moutarde noire + feuilles de curry et oignons + piments verts + pâte au gingembre et à l’aïl avant d’ajouter la viande, la tomate, etc.

Pour les soupes, idem. Balancer quelques épices “exotiques” au moment opportun lors de la préparation, ce n’est pas compliqué et ça donne une “super bonne soupe”. Ajouter bêtement du curry en poudre “suisse”, si vous n’avez pas les bonnes épices sous la main, est aussi un bon truc (y compris dans la bolo).

Vous voyez un peu l’idée? Le choix des épices, il faut expérimenter un peu. Le trio de base c’est graines de cumin, graines de moutarde noire, feuilles de curry — mais on peut en enlever un ou deux, ajouter d’autres choses, bref.

Amusez-vous bien!

Similar Posts:

Montréal: restaurants que j'ai testés pour vous [fr]

[en] As the editor for ebookers.ch's travel blog, I contribute there regularly. I have cross-posted some of my more personal articles here for safe-keeping.

Cet article a été initialement publié sur le blog de voyage ebookers.ch (voir l’original).

L’amour pour une ville passe par l’estomac — c’est du moins l’expérience que j’ai faite avec Montréal. Du coup, je me permets de partager avec vous les lieux de mes repas durant les quelques jours montréalais.

Tout d’abord, première expédition hors de mon hôtel (buffet de petit-déjeûner oubliable, j’avoue, mais sympathiques petits plats au bar): le Sukiyaki du Complexe Desjardins. C’est du fast-food asiatique, on ne se relèvera pas la nuit, mais ça passe bien, une bonne soupe pleine de nouilles et de machins épicés.

Ensuite, La Banquise, célèbre pour ses poutines de toutes formes et couleurs (enfin presque). Poutine avec steak hâché et oignons rôtis, miam miam!

Je devais dîner au restaurant L’Arrivage avec un ami, mais c’était malheureusement plein. Il paraît qu’il y a une vue magnifique sur la rivière. Du coup, on s’est réfugiés au restaurant Chez L’Epicier (attention, site en Flash énervant) — cuisine absolument délicieuse.

Les blogueurs montréalais sont accueillants: j’ai été gratifiée d’une “Yulbouffe” au restaurant Big in Japan: un peu fast-food, mais tout à fait comestible, convivial, et plein de wifi gratuit.

Lunch mémorable chez Magnan — mon hôtesse locale m’assure que tout y est délicieux et que c’est un endroit à ne pas rater. Entrecôtes et ambiance plutôt “brasserie” que “raffiné”, c’est effectivement plutôt pas mal, pour dire le moins. J’y mange des crevettes à la cajun (c’est le festival des crevettes) et je me régale.

Je prends mes quartiers au Café Souvenir, à deux pas de là où je loge. Miam! Ambiance sympa, c’est tout petit, la serveuse est souriante et patiente avec mon manque de maîtrise de l’accent et du vocabulaire québécois, le brunch est divin, le hamburger aussi, et c’est un endroit qui sent les vacances pour moi.

Pour acheter et faire chez soi, direction le marché Atwater (je vous fais grâce de la prononciation en parler local). Produits excellents (et prix en conséquence), mais ça vaut une visite rien que pour voir et… saliver.

Bon, voilà, ça vous fera quelques points de départ si comme moi, vous vous retrouvez un jour à Montréal en vous demandant par où vous pouvez bien commencer pour vos aventures gastronomiques!

Similar Posts:

Montréal: l'amour passe par l'estomac [fr]

[en] As the editor for ebookers.ch's travel blog, I contribute there regularly. I have cross-posted some of my more personal articles here for safe-keeping.

Cet article a été initialement publié sur le blog de voyage ebookers.ch (voir l’original).

On dit que l’amour passe par l’estomac, pas vrai? Je viens de découvrir que c’est vrai non seulement pour les gens, mais aussi pour les villes. Montréal m’a bien nourrie, et mes réticences initiales ont fait place à un début d’affection.

Ma première poutine, à la Banquise.

Ce qui se cache là-dessous est tout simple. On aime suite à une expérience partagée agréable. Si possible, plus d’une expérience. De façon plus générale, une relation se construit sur un vécu commun. L’amour ou l’attirance sans vécu commun, c’est un amour-projection, l’amour d’un idéal que l’on projette sur l’autre. Un fantasme qui peut servir de point de départ, mais qui fait ensuite place à quelque chose de plus véritable.

Je me rends compte que pour aimer une ville, j’ai besoin d’avoir une relation avec elle — ce qui n’est pas exactement le cas sitôt descendue de l’avion, ou même après trois jours passés dans un hôtel sans mettre les pieds dehors. Et dans le cas de Montréal, je n’avais pas d’amour-projection pour me tirer en avant, pour m’aider à faire ces premiers pas de vécu commun. Un peu normal donc que ça ne m’enchante guère, de passer une semaine avec elle: je ne l’avais pas encore rencontrée.

Tant bien que mal, ça s’est pourtant fait. Que peut-on vivre avec une ville? Du temps en compagnie d’autrui, des promenades dans ses rues, des spectacles et des visites. Mais à un niveau bien plus basique: une bonne bouffe. Il faut bien se nourrir, n’est-ce pas.

Alors au fil des jours, Montréal m’a nourrie. Et pour me nourrir avec elle (en elle?) j’ai dû traverser ses quartiers, prendre son métro, côtoyer ses habitants. Et de bon repas en bon repas, tout doucement, des sentiments plus doux se sont éveillés en moi. Elle n’est pas si mal, pour finir, cette ville. Elle reste une ville, mais elle est sympa.

Etre le lieu de bonnes expériences gastronomiques, pour quelqu’un comme moi qui vit pour manger, c’est déjà un sacré bon point de départ.

Similar Posts:

Nisha's Fried Kingfish and Red Fish Curry [en]

[fr] Poisson grillé et curry rouge de poisson. (J'avais d'abord écrit: "curry de poisson rouge", cherchez l'erreur.)

Here’s a dish Nisha made almost a week ago, but I’ve fallen behind in publishing recipes I took notes about. Here we go!

Start with the fried king mackerel (kingfish) as it has to marinate:

  • wash the fish
  • put the fish on a plate, sprinkle with lemon, salt, turmeric, chilli powder and a good spoonful of garlic and ginger paste: mix it all up and leave to sit (half an hour? an hour? more? something like that)

Lemon, salt, turmeric, chilli powder, garlic and ginger paste on the fish

  • mix rawa and rice flour, and dip the marinated fish in that mixture before frying at a low temperature on a tawa (it really takes quite a while, a good 5 minutes per side, so depending how much fish you have and what size your pan is…)

Pune - Kingfish Frying

Now for the red fish curry (you do this in parallel, actually, you want both dishes to be ready as they’re eaten together)

  • grate the coconut (not sure how to do it without the special coconut graters they have around here — by the way, Nisha says that for chicken and lamb curry, which is a different recipe, you can use dried coconut, but fresh coconut is mandatory for fish curry)
  • soak lots of red chillies (about ten) with two spoonfuls of coriander seeds in some water
  • add garlic and make a paste in the mixer
  • add half the coconut (or more, depending on how much paste you’re making) and blend — add some water to help liquidize, you need make a very smooth paste
  • heat oil, put crushed garlic and curry leaves in, then add paste, salt, 1 small spoon of tamarind paste (or dried tamarind) and cook about 5 minutes (the paste needs to boil)
  • add in a few pieces of fish (like the less nice bits of king fish after keeping the nicer parts for frying)
  • boil another 5 minutes or so.

Pune - Red Fish Curry

To eat, pick up a piece of fried fish with some chapati, and dip it in the fish curry. Yum again!

Similar Posts:

Nisha's Prawn Bhaji [en]

[fr] Crevettes!

Another recipe! Yes, we eat more than once a day here 🙂

Week-end delicacy: we had fish and prawns for lunch today. I’ll post the fish recipe separately. The prawn recipe is pretty easy if you get the prawns already prepared — otherwise it’s quite a lot of work taking the shells off, as I got to see.

  • remove heads, tails, and everything you’re not going to eat from the prawns
  • mix the prawns with lemon, salt, haldi, ginger-garlic paste; leave to sit for a few hours
  • in a flat pan (Nisha says to use a tava, not a non-stick pan!) fry curry leaves, onion (quite a lot) and a little salt (the prawns are already salted so not too much salt)

Getting ready for the prawns

  • add a chopped tomato (not too much because there is already lemon in the prawns) — let the onions brown a bit
  • add a teaspoon of tandoori chicken masala and one spoon of red chilli powder (Nisha tells me she’d put two in if it were just for her and Shinde, they like it spicy)
  • stir the prawns in and cook slowly (no water!) — stir once in a while but mostly leave it alone until the prawns are cooked.

Pune - Prawn Bhaji in Tawa

Eat with chapatis!

Similar Posts:

Giving Yesterday's Daal a Second Life [en]

[fr] Un petit truc pour ressusciter la daal de la veille en y ajoutant d'autres épices.

Here’s what Nisha did the other day to give a second life to leftover toor and mung daal. Take a small pan and fry the following in oil, then add to the daal:

  • cumin and mustard seeds
  • garlic (crushed cloves)
  • red chilli powder
  • coriander leaves
  • goda masala

Add the coriander leaves and goda masala near the end, you want to roast the rest for longer.

Similar Posts:

Nisha's Toor and Mung Daal [fr]

[en] Une des deux recettes de daal que je fais régulièrement.

So far, when I’ve been making daal in Switzerland, I’ve been doing either Aleika’s masoor daal recipe, or this one — which I’ve had for some time but never written up. Time to do it!

  • boil toor daal and a little mung (roughly a quarter) to a paste
  • add chopped tomatoes, mix and cook a bit
  • in a separate pan, heat oil, half a spoon of black mustard seeds, half a spoon of cumin seeds, curry leaves, 2 green chillies (chopped if I remember correctly)
  • add turmeric (a quarter spoon)
  • add to the daal (or add the daal to it, but be careful, it will spit! the daal is water and the oil is hot!)
  • add a teaspoon of salt or to taste, and lots of chopped coriander leaves

I usually make a lot and freeze it in handy portions — comfort food!

Similar Posts:

Nisha’s Famous Sweet Sheera [en]

[fr] Une autre recette de Nisha à base de rawa, sucrée cette fois.

Here’s another rawa dish of Nisha’s — a sweet one (see upma for the salty one). I really think I need to get myself a karahi, because pans with flat bottoms just don’t seem to cut it when it comes to making spices and stuff swim in oil or ghee. I’m just wondering if a karahi is compatible with an electric stove like the ones we have in Switzerland. Anybody know?

Nisha's famous sweet sheera for breakfast

  • heat quite a lot of ghee
  • add half a cup of rawa and mix them together — the rawa absorbs all the ghee
  • mix in half a small banana cut into little pieces, and mash everything up
  • add in cashew nuts (broken up), raisins, and pine nuts (I think they’re pine nuts)
  • heat half a cup of water and half a cup of milk separately, then add them in
  • heat for five minutes, add lots of sugar, and some green cardamom powder

Yummy!

Similar Posts:

Lunchtime: Nisha’s Sweet Aloo [en]

[fr] Encore une recette indienne de Nisha.

Another recipe! I already have one of Nisha’s aloo recipes from my last or previous visit (aloo = potato) — I have it in my notes but haven’t published it here yet — here’s another, more saucy one, and somewhat sweet (not that sweet, though).

So, here we go:

  • in enough oil, add mustard and cumin seeds, curry leaves, and salt (the mustard seeds start popping when you put them in if the oil is hot enough, and the curry leaves will fizz — give them a few seconds before continuing)
  • chopped onion: add and let it soften
  • then, add red chili powder (quite a bit — Nisha added a teaspoon and a half for two smallish potatoes… a good handful when chopped up), garlic/ginger paste (Nisha liked my idea of freezing it in an ice-cube tray), coriander powder, and goda masala
  • add in the potatoes, a tomato, enough water, and cook
  • after a while add in some jaggery or sugar

Goda masala, which I’m discovering for good today, is a typically Maharashtrian spice mixture. There are of course multiple variations if you want to make your own (see one, two, three for starters). I’m going to buy some to bring back (hear that, Raph?)

Here’s the dish, somewhere in the middle of the cooking process:

Cooking

And jaggery, if you’d never seen it.

Weird sweet thing Nisha doesn't know the name of

Bon appétit!

Similar Posts:

Breakfast of the Day: Nisha’s Upma [en]

[fr] Recette de l'upma de Nisha (petit-déjeûner indien).

I promised myself I would steal all of Nisha’s recipes during this trip. Here’s the first one: her upma. This is what it looks like:

Nisha's upma for breakfast

And here’s how she made it:

  • heat enough oil in a karahi (maybe I should get one? I wonder if it would play nice with my electric stove)
  • throw in mustard seeds, cumin seeds (half a spoon or a spoon each), curry leaves (give those 15 seconds before continuing), a spoonful of urad (urid) daal (you can replace the daal with whole peanuts) — let the daal go brown
  • add a green chili broken in half, onion, salt, and let the onion soften for a bit
  • add two small cups of water, chopped coriander leaves, a little sugar, and bring to a boil
  • add rava (roast it when you buy it before storing it in an air-tight container), turn the heat off, stir well, and let it sit for a few minutes
  • remove chili and fluff it up before serving

You’ll have to figure out the exact quantities through trial and error 🙂

Enjoy!

Similar Posts: