Second Life: c'est quoi? [fr]

[en] A brief explanation of what Second Life is. It's a graphical world you access to by signing up on the website and downloading a programme to your computer. In that world, you are represented by an "avatar" (you can see mine from the back at the bottom of the picture, in the middle).

You can interact with other people there by chatting, and you can also interact with objects in the world, or even create things. Everything you see in the photograph was created by people like me (only they have a bit more experience, obviously!)

There is money in Second Life you can use to buy and sell things. If you make things people want, like clothes, you can actually make money inside Second Life and convert it into real (First Life) currency. Second Life is free to use, though you'll need a paying account if you want to do fancy things like own land.

The difference between Second Life and online multiplayer games is that there is no goal or meaning to it other than what we put into it. You can go into Second Life because you like chatting in a graphical environment, or because you enjoy being a digital hairdresser/stylist/architect/whatever. You can organise conferences or even musical events. Basically, anything is possible.

03.12.2006: Lecteurs du Matin Dimanche, par ici!

[Second Life](http://secondlife.com) est un monde virtuel. On y accède en ouvrant un compte (comme pour la plupart des services en ligne) et en installant un programme sur son ordinateur. Un monde virtuel, ça peut ressembler à ça:

Very confusing

Là, vous me voyez en bas au milieu de l’image, de dos. Il y a deux ou trois autres personnages dans l’image, et au fond, une série de magasins. On est représenté dans le monde virtuel par son *avatar* — un personnage du monde virtuel que l’on peut contrôler et [façonner à sa guise](http://flickr.com/photos/cosmickitty/54030613/ “Photo. Certains avatars sont très élaborés.”).

A l’intérieur de Second Life, on peut se déplacer, chatter avec les gens que l’on rencontre, agir sur les objets du monde que l’on rencontre, et même fabriquer toutes sortes de choses. Tout ce que vous voyez dans la photo du haut a été construit par les “résidents” de Second Life (des gens comme moi, mais qui maîtrisent un peu mieux). Quand on se déplace, le champ visuel (la “caméra”) se déplace aussi automatiquement.

Si on veut, Second Life est comme un grand chatroom, mais avec un environnement graphique. Du coup, on ne va pas se contenter d’intéragir avec les personnes présentes, mais aussi avec le monde lui-même.

L’interface graphique fait penser aux jeux de rôle en réseau multi-utilisateurs comme [World of Warcraft](http://fr.wikipedia.org/wiki/World_of_Warcraft). La grande différence entre un tel jeu et Second Life est que dans Second Life, il n’y a pas de “but du jeu”: comme dans la vie réelle (First Life), c’est nous qui produisons les buts et le sens.

Second Life est gratuit. Si on veut posséder du terrain, par contre, il faut un compte payant. A l’intérieur de Second Life, il y a de l’argent. On en reçoit un peu au départ, et on peut l’utiliser pour acheter des choses. Comme dans Second Life n’importe qui peut créer des objets, on peut aussi s’improviser artisan ou artiste digital et vendre ses productions à d’autres. On peut même [y gagner sa vie](http://www.businessweek.com/magazine/content/06_18/b3982001.htm) — en fait, toute une économie parallèle est en marche dans ce monde, et comme il y a un taux de change entre la monnaie “virtuelle” de Second Life et de vrais dollars, elle peut avoir une incidence sur la nôtre.

Similar Posts:

33 thoughts on “Second Life: c'est quoi? [fr]

  1. J’ai voulu tenté l’expérience de Second Life, suite au visionnement du podcast de Nuovo (TSR)
    Mais le site semble down!

    Il semble qu’il ne se soit pas encore remis complètement d’une attaque, voir Canoë

    J’espère que cette coupure n’aura pas trop de conséquences graves dans la ‘First Life’ pour certains addictes.

  2. J'ai voulu tenté l'expérience de Second Life, suite au visionnement du podcast de Nuovo (TSR)
    Mais le site semble down!

    Il semble qu'il ne se soit pas encore remis complètement d'une attaque, voir Canoë

    J'espère que cette coupure n'aura pas trop de conséquences graves dans la 'First Life' pour certains addictes.

  3. Et vous ne trouvez rien de plus à dire ?
    Cela n’effraie personne ?
    Ok pour le virtuel, ok pour les jeux !! Mais déjà l’économie du monde réel nous plonge de plus en plus vers des abysses qu’on ne contrôle pas… Alors un monde virtuel où l’on gagne sa vie !!!! Et bien si cela ne vous effraie pas plus que cela, j’ai peur que cette extension du monde devienne une arme supplémentaire pour manipuler vos opinions et faire de vous un consommateur forcéné. Virtuel ou non, si vous ne voyez pas à qui cela profite… A votre bien être ?
    Je me demande si nike, adidas, rayban,… et tous les autres n’ont pas déjà acquis des droits pour y faire leur pub…
    Relisez Azimov, Orwell, ou revoyez simplement Matrix… Oui ça peut faire sourire car on semble en être loin… On semble…Les choses s’insinue, et personne ne prend de recule parce votre bonheur est là c’est certain !! Il est bien là, n’est ce pas ?

  4. Bonjouir stephanie,

    J’ai laissé un message sur votre répondeur. Je tourne prochainement un long métrage documentaire de cinéma sur la construction identitaire et la paternité de cinq jeunes hommes entre 15 et 20 ans. Je recherche un dernier candidat, si possible un “Second lifer” de cet âge dont on suivrait pendant six mois les passages entre sa première et sa seconde vie.

    Merci de me donner des nouvelles.
    Cordiales salutations.
    François Kohler

  5. bonjour, je suis une journaliste indienne et je cherche des gens à paris qui sont branchés sur second life… pour faire un reportage sur ce phonomène de “virtual migration”. connaisiz-vous qqn qui sera pret à être interviewer pour cette emission sur notre chaine d’info? ((site web http://www.ndtv.com))

  6. Liberta, effectivement il faut réagir face à ce type d’expériences. Je suis tombé ce matin, via le site Branchez-Vous, sur un article annonçant l’achat de plusieurs iles par IBM sur Second Life; certaines seront publiques et serviront à promouvoir les services de la Société et d’autres seront réservées aux employés.

    Ce que j’en pense;

    Vu du côté d’une corporation, c’est une opportunité de se faire voir dans un contexte “amusant”, qui peut sembler innofensif et expérimental. Il ne faut pas perdre de vue que c’est plutôt un investissement, sûrement minime mais pouvant rapporter de grosses dividentes. On y fait de la publicité avec l’étiquette d’une compagnie “cool” s’investissant dans une communauté…que virtuelle, car le but est d’influencer dans la First Life.

    Puis les membres, assez bien informés dans l’ensemble sur les enjeux de tellles comunautés, ne réagissent finalement pas assez durement sur les pièges s’y trouvant, surtout celui de la dépendance. La vraie vie, avec sa complexité et ses débouchés sans fins, en décourage plusieurs pour maintes raisons. Nous commençons à développer des mondes virtuels où ils se retrouvent et où la simplicité est à l’honneur. Ces communautés développent leurs propres netiquettes pour avoir un semblant d’ordre et de pouvoir, toujours d’une simplicité désarmante. Et ce qui me choque le plus, ces mondes virtuels offrent bien souvent une transposition farfelue du monde réel, ce qui en fait de pauvres échappatoires car c’est bien d’échappatoires dont il s’agît, mais où la compétition et le [i]showing-off[/i] y règne. Rien de resplendissant.

    Par contre je trouve ces expériences intéressantes du point de vue social, elles nous en apprenent beaucoup sur les attentes non-avouées des individus. Devrions-nous persévérer dans l’établissement toujours plus high-tech de ces communautés virtuelles ? Je n’y crois pas personnellement, surtout si nous y transposons une vie simple et vide de sens pour le simple plaisir du divertissement. En continuant ainsi, nous aurons de plus en plus d’individus “échappés” et qui ne s’investiront plus du tout dans la vie réelle, qui se contenteront d’aller travailler pour pouvoir payer de multiples abonnements dans des mondes innexistants. Pendant ce temps, dans la vie réelle, que se passera-t’il selon vous?

  7. Qu’ajouter de plus… Je partage totalement l’avis de Liberta Della Morte et de Papa Tango. “Deuxième vie” ; dès le titre je ressens comme un certain malaise. Alors les initiateurs de ce jeu ne proposent ni plus ni moins qu’une seconde vie. Ont-ils la moindre idée de la richesse, de la complexité, de la beauté de la “première vie”? Il semblerait en tout cas que cette deuxième vie apparait meilleure que la simple, atone, première, vu l’engouement suscité. Avons-nous à ce point, malgré les progrès des nouvelles technologies, malgré notre exemplaire société de consommation et sa culture de masse, régressés? Il semblerait que, en ces temps où le mettre mot est communication, on en vienne a préfèrer une pâle, très pâle imitation de notre existence. Des centaines de personnes choisissent délibérement de privilègier leur seconde vie à la première. Nous sommes en train de détruire notre monde et déjà, a un moment ou tout le monde devrait se sentir conscerné au maximum par nos problèmes (pauvreté, climat, pollution, guerres a répétition, matérialisme, individualisme et j’en passe) les gens se mettent à fuir vers un autre monde, où leurs malheurs s’effacent. Comme par enchantement. Croyant fuir ce monde réel dont ils n’attendent peut-être plus rien,il se réfugient dans un ailleurs meilleur (?)… où les firmes les poursuivent déjà, insidieusement.
    Avons nous a ce point détruit l’intérêt que chacun peut porter à autrui pour que certains y gagnent leur vie? Que reste-t-il de la “first life” pour eux?
    On vit une drôle d’époque… Où est-ce que l’homme va?
    Je n’en ai aucune idée, mais j’ai le désagréable sentiment qu’il ne va pas vers des beaux jours…
    Rien n’est irréversible pourtant. On pourrait tout changer si on le voulait. Mon dieu mais le système se dépense tellement pour nous avoir dans son enclos de consommateurs en manque perpètuel. J’ai lu aujourd’hui qu’un “jeu” du même acabit que “Second life” existe pour les adolescents. Ayant moi-même 18ans je n’arrive pas à comprendre comment on peut, à 16-17ans, déjà souhaiter à ce point de quitter le monde réel. Dans 40ans, je me demande à quoi ressemblera notre société. On arrive bientôt au moment ou tout le monde sera né dans un monde de consommation à outrance, en manque de repères. Aujourd’hui deux collègiens ont roué de coups un de leurs camarades, qui en est mort. Peut-on encore s’étonner ? Qu’on-t-ils devant les yeux? Une télévision omniprésente et de moins en moins intelligente (pour ne pas dire plus) et un monde qui s’entredéchire pour avoir ce qu possède l’autre, où l’aide (les USA en Irak par exemple choisi au hasard) est intéressée.
    On a de gros problèmes et le pire, c’est qu’ils se répandent vraiment insidieusement. C’est le mot parfait.
    Pfffiou je dérive complètement du sujet là. Désolé. C’est que là je suis complètement paumé devant tout ça moi.
    Je parle de pas mal de choses qu’on pourrait largement détailler sur des pages et des pages lol.
    J’essaie simplement de garder l’espoir qu’on va changer les choses, en tout cas à ma microscopique échelle je ferai tout ce que je peut. Simplement parce que si on le voulait tous, le monde changerait.

  8. Qu'ajouter de plus… Je partage totalement l'avis de Liberta Della Morte et de Papa Tango. “Deuxième vie” ; dès le titre je ressens comme un certain malaise. Alors les initiateurs de ce jeu ne proposent ni plus ni moins qu'une seconde vie. Ont-ils la moindre idée de la richesse, de la complexité, de la beauté de la “première vie”? Il semblerait en tout cas que cette deuxième vie apparait meilleure que la simple, atone, première, vu l'engouement suscité. Avons-nous à ce point, malgré les progrès des nouvelles technologies, malgré notre exemplaire société de consommation et sa culture de masse, régressés? Il semblerait que, en ces temps où le mettre mot est communication, on en vienne a préfèrer une pâle, très pâle imitation de notre existence. Des centaines de personnes choisissent délibérement de privilègier leur seconde vie à la première. Nous sommes en train de détruire notre monde et déjà, a un moment ou tout le monde devrait se sentir conscerné au maximum par nos problèmes (pauvreté, climat, pollution, guerres a répétition, matérialisme, individualisme et j'en passe) les gens se mettent à fuir vers un autre monde, où leurs malheurs s'effacent. Comme par enchantement. Croyant fuir ce monde réel dont ils n'attendent peut-être plus rien,il se réfugient dans un ailleurs meilleur (?)… où les firmes les poursuivent déjà, insidieusement.
    Avons nous a ce point détruit l'intérêt que chacun peut porter à autrui pour que certains y gagnent leur vie? Que reste-t-il de la “first life” pour eux?
    On vit une drôle d'époque… Où est-ce que l'homme va?
    Je n'en ai aucune idée, mais j'ai le désagréable sentiment qu'il ne va pas vers des beaux jours…
    Rien n'est irréversible pourtant. On pourrait tout changer si on le voulait. Mon dieu mais le système se dépense tellement pour nous avoir dans son enclos de consommateurs en manque perpètuel. J'ai lu aujourd'hui qu'un “jeu” du même acabit que “Second life” existe pour les adolescents. Ayant moi-même 18ans je n'arrive pas à comprendre comment on peut, à 16-17ans, déjà souhaiter à ce point de quitter le monde réel. Dans 40ans, je me demande à quoi ressemblera notre société. On arrive bientôt au moment ou tout le monde sera né dans un monde de consommation à outrance, en manque de repères. Aujourd'hui deux collègiens ont roué de coups un de leurs camarades, qui en est mort. Peut-on encore s'étonner ? Qu'on-t-ils devant les yeux? Une télévision omniprésente et de moins en moins intelligente (pour ne pas dire plus) et un monde qui s'entredéchire pour avoir ce qu possède l'autre, où l'aide (les USA en Irak par exemple choisi au hasard) est intéressée.
    On a de gros problèmes et le pire, c'est qu'ils se répandent vraiment insidieusement. C'est le mot parfait.
    Pfffiou je dérive complètement du sujet là. Désolé. C'est que là je suis complètement paumé devant tout ça moi.
    Je parle de pas mal de choses qu'on pourrait largement détailler sur des pages et des pages lol.
    J'essaie simplement de garder l'espoir qu'on va changer les choses, en tout cas à ma microscopique échelle je ferai tout ce que je peut. Simplement parce que si on le voulait tous, le monde changerait.

  9. Je pense que ce qui échappe à ceux qui s’alarment de développements comme Second Life, c’est qu’à aucun moment il n’est question de “remplacer” notre vie par une “autre vie”. Ça, c’est de la science-fiction.

    Le fait que des gens gagnent leur vie dans Second Life ou World of Warcraft, est-ce plus alarmant que le fait que d’autres gagnent leur vie sur Internet? Regardez 15 ans en arrière, et vous trouverez des réactions similaires aux vôtres concernant Internet.

    Et avant… ne s’est-on pas alarmé de l’apparition du téléphone, de la radio, qui allaient Oh-Mon-Dieu bouleverser tout ce qu’on connaissait jusque-là? Les gens ne se rendraient plus visite pour se parler puisqu’ils pourraient le faire à distance. On n’achèterait plus les journaux non plus…

    Second Life, même si son nom pourrait laisser penser autrement, n’ambitionne pas de devenir un substitut de vie. Si ça le devient pour certains, c’est qu’il y a chez eu un problème psychologique à la base, et ils auraient trouvé un substitut ailleurs si Second Life n’existait pas.

    Second Life est simplement un média nouveau, qui effraie ceux qui n’ont pas grandi avec (=tout le monde) sauf ceux qui justement s’amusent de l’exploration de choses nouvelles.

  10. Oui c’est entièrement vrai Stephanie. Ceux qui plongent dedans et qui s’y noient ont de toute manière un problème à la base. C’est juste que maintenant on dirait que tout est fait pour détourner les gens des vrais problèmes que nous connaissons. Second life en tant que principe n’est pas foncièrement mauvais et permettrait des études sur le comportement humain. Exutoire ? Pourquoi pas… Le fait que l’on puisse voler nous place déjà dans un endroit ou nos rêves les plus fous sont permis.
    Je n’ai pas vraiment peur de ce jeu en tant qu’objet technique nouveau. Il ne fait que prolonger le comportement matérialiste (étrange pour un monde impalpable ^^) et individualiste. Le jeu est ce que nous en faisons, c’est pour nous que nous y allons, et les autres sont souvent considérés comme PNJ. Quand aux peurs initiales conscernant la télévision, je ne peut que les comprendre quand on voit l’influence néfaste de celle-ci sur les cerveaux. On peut toujours me répondre que je ne fais que me monter la tête mais demandez à un enseignant. Il les voit tous les jours les effets.
    Mais maintenant, les gens regardent moins la TV parait-il… Mais les heures perdues ce sont en fait déplacé vers l’ordinateur.
    Pour réagir encore a votre reponse Stephanie, quand vous dites que les gens ont eu peur que plus personne n’achète de journaux. C’est vrai, ils ont eu peur. Mais évidemment la presse écrite est au mieu de sa forme, les ventes explosent. Ce n’est pas pour rien que tous les grands journaux parlent de suivre leurs lecteurs sur le net.
    Ensuite vous parlez des gens qui ont eu peur que plus personne ne vienne voir personne.. Ce n’est pas tout a fait le cas, mais les mentalités on considérablement évolué et il parait impossible de nier l’individualisme ambiant. Mai 68 dernier rêve collectif en France.
    Les dernières révoltes des jeunes, contre le CPE, n’y ressemblait en rien. Chacun voulait se bouger car SON futur était menacé. Aucun rêve d’un monde meilleur la-dedans. Mais là je m’éloigne, une fois de plus.
    Tout ça pour dire que non Internet n’est pas le grand méchant loup, mais c’est un tout qui nous donne une impression de liberté, nécessaire au vu de la tertiarisation de nos sociétés, en vue de mieu nous enfermer. C’est global. Le capitalisme est un “tout sans dehors”, comme la décrit antonio neri, même si l’expression ne vient pas de lui.
    En somme Second life n’est evidemment pas une vie prioritaire a proprement parler, mais puisque capitaliste, un simple prolongement du système, un leurre. Liberté en quoi ? Pouvoir amasser du blé sans polluer, sans guerres, etc..
    Une version “capitalisme le gentil nounours : joue avec lui”…

  11. Oui c'est entièrement vrai Stephanie. Ceux qui plongent dedans et qui s'y noient ont de toute manière un problème à la base. C'est juste que maintenant on dirait que tout est fait pour détourner les gens des vrais problèmes que nous connaissons. Second life en tant que principe n'est pas foncièrement mauvais et permettrait des études sur le comportement humain. Exutoire ? Pourquoi pas… Le fait que l'on puisse voler nous place déjà dans un endroit ou nos rêves les plus fous sont permis.
    Je n'ai pas vraiment peur de ce jeu en tant qu'objet technique nouveau. Il ne fait que prolonger le comportement matérialiste (étrange pour un monde impalpable ^^) et individualiste. Le jeu est ce que nous en faisons, c'est pour nous que nous y allons, et les autres sont souvent considérés comme PNJ. Quand aux peurs initiales conscernant la télévision, je ne peut que les comprendre quand on voit l'influence néfaste de celle-ci sur les cerveaux. On peut toujours me répondre que je ne fais que me monter la tête mais demandez à un enseignant. Il les voit tous les jours les effets.
    Mais maintenant, les gens regardent moins la TV parait-il… Mais les heures perdues ce sont en fait déplacé vers l'ordinateur.
    Pour réagir encore a votre reponse Stephanie, quand vous dites que les gens ont eu peur que plus personne n'achète de journaux. C'est vrai, ils ont eu peur. Mais évidemment la presse écrite est au mieu de sa forme, les ventes explosent. Ce n'est pas pour rien que tous les grands journaux parlent de suivre leurs lecteurs sur le net.
    Ensuite vous parlez des gens qui ont eu peur que plus personne ne vienne voir personne.. Ce n'est pas tout a fait le cas, mais les mentalités on considérablement évolué et il parait impossible de nier l'individualisme ambiant. Mai 68 dernier rêve collectif en France.
    Les dernières révoltes des jeunes, contre le CPE, n'y ressemblait en rien. Chacun voulait se bouger car SON futur était menacé. Aucun rêve d'un monde meilleur la-dedans. Mais là je m'éloigne, une fois de plus.
    Tout ça pour dire que non Internet n'est pas le grand méchant loup, mais c'est un tout qui nous donne une impression de liberté, nécessaire au vu de la tertiarisation de nos sociétés, en vue de mieu nous enfermer. C'est global. Le capitalisme est un “tout sans dehors”, comme la décrit antonio neri, même si l'expression ne vient pas de lui.
    En somme Second life n'est evidemment pas une vie prioritaire a proprement parler, mais puisque capitaliste, un simple prolongement du système, un leurre. Liberté en quoi ? Pouvoir amasser du blé sans polluer, sans guerres, etc..
    Une version “capitalisme le gentil nounours : joue avec lui”…

  12. Jean marc, sans émettre aucun avis sur second life, je ne trouve pas ton commentaire très intéressant.En effet, pour moi, ce n’est qu’une énumération de catastrophes et de malheurs sans réelle analyse approfondie sur le sujet. Je suis d’ailleurs persuadé que tu n’as jamais testé second life (moi non plus au passage). Pour ma part, je préfere rester optimiste et ne pas plonger dans une déprime comme celle que je lis dans ton article sur le futur du monde. Tu citais antonio neri et je cite Malebranche qui dit que “l’imagination est la cause de la misère des hommes” et j’ai bien peur que ton imagination ne t’ai entrainé dans ce discours sombre. La vie n’est pas encore si terrible que ça et second life, même se developpant excessivement vite, ne restera peut-être qu’à l’état de jeu, sans prendre le pas sur la first life…

  13. Oui tu as sans doute raison.. Être fataliste n’est pas être objectif et ça n’est pas constructif

  14. Biofrais: ça suffit!…

    Il y a quelque jours, je tombe sur cet article qui reprenait sans autre forme de procès mon billet d’introduction à Second Life. Oui, je publie mes articles sous un contrat Creative Commons, mais en l’occurence l’article en question…

  15. Je trouve ca franchement pathétique de polémiquer sur un jeu car ce n’est rien de plus et comme tous les jeux cela ne sert principalement qu’à s’amuser, apres que des marques viennent s’installer la dedans c’est loin d’etre nouveau, le systeme est ce qu’il est et la pub en fait partie, il faut juste en etre conscient.

    C’est quand meme dingue de s’affoler pour ca, faut s’avoir evoluer avec son temps et arreter de critiquer chaque nouveauté.
    Personnellement j’ai pas essayé mais si un jour je le fait j’y passerai clairement pas ma vie dessus, je m’amuserai surement a faire des choses non réalisable aisement dans la vrai vie mais ou est le probleme? Ca revient strictement au meme que de prendre sa nintendo 8bits et se prendre pour un plombier moustachu qui ecrase des champignons qui marchent….

    Voila cetait juste ma réponse inutiles au débat inutil pour ceux qui y voient un débat…
    PS:desolé pour les fautes 😀

  16. Oui il faut éviter de se prendre les pieds dans un faux débat… Néanmoins on peut quand même s’interroger ce n’est pas interdit ? Passer sa vie a se dire “bah c’est comme ça” c’est être incapable d’avoir un avis réfléchi sur quoique ce soit.. Quand à dire “le système est comme ça il faut juste en être conscient” je trouve ça d’une imbécilité à faire peur. Des gens crèvent dans la rue mais ça fait partie du système il faut juste en être conscient.. Des millions d’euros sont investis à des buts seulement lucratifs pendant que ces gens meurent mais c’est le système il faut juste en être conscient.. Soyons conscients, mais acceptons tout. On sera à peine mieux que des moutons comme ça c’est cool, car eux ne sont peut être pas conscients de leur “système” lol.

  17. Merci aux participants de la conversation de tâcher de la garder “dans le sujet”. Je nous vois face à un risque dangereux de dérive!

  18. Je vais essayer de rester dans le sujet, c’est promis…
    Je n’ai jamais joué à Second Life mais j’en ai beaucoup entendu parler, et je viens de me créer un compte pour me faire une idée (je n’ai pas pu essayer pour le moment, le serveur est en maintenance). J’ai tout de même une remarque à faire : je ne suis pas d’accord avec toi, Eddy, (et avec d’autres) quand tu dis que Second Life est “un jeu, rien de plus”. Il n’est pas “comme tous les jeux”. La raison est simple : Second Life fait intervenir l’argent. Je ne parle pas de l’argent virtuel, qu’on trouve dans beaucoup de jeux, mais de l’argent réel!
    Second Life permet de créer des objets que l’on vend ensuite aux autres joueurs (chaque joueur étant l’unique propriétaire de sa création). Les L$ (Linden dollars) ainsi gagnés peuvent ensuite être échangés…contre de vrais dollars, selon un taux de change, comme n’importe quelle monnaie réelle!
    Le principe existait déjà dans d’autres jeux online (vendre sur eBay des objets rares acquis dans World of Warcraft par exemple), mais cela n’était qu’une conséquence néfaste du jeu, considérée comme du traffic, et restait marginal…
    Avec Second Life, ce principe se banalise et est même encouragé! Il suffit d’aller voir le site officiel : “Thousands of residents are making part or all of their real life income from their Second Life Businesses.” (approximativement : “des milliers de joueurs gagnent une partie ou la totalité de leur revenus de la vie réelle grâce au commerce de Second Life”). J’ai lu quelque part qu’un créateur d’objets était devenu millionaire par ce système (mais ça sent l’intox quand même…)
    Le danger vient du fait que Second Life se présente justement comme un jeu détaché de la réalité (il suffit de voir le titre), alors qu’au contraire le lien entre “première” et “seconde” vie est très fort puisqu’il concerne l’argent. A quand la première société virtuelle côtée en bourse?
    On pourrait me contredire en disant qu’il est préférable que ce traffic soit légal, et donc contrôlé, plutôt qu’illégal (et donc incontrôlé…cqfd), en citant le cas des “gold farm” chinoises, où des joueurs sont exploités pour le bien des gentils joueurs occidentaux…toutefois rien ne prouve que de telle méthodes ne soient pas appliquées également à Second Life…Mais c’est un autre débat.
    Selon moi, le vrai problème est justement que Second Life soit considéré comme un jeu, alors que certains l’utilisent à des fins lucratives. Il faudrait soit supprimer la possibilité d’échanger les Linden dollars contre de vrais dollars, soit admettre que Second Life n’est pas un jeu à part entière, mais est profondément ancré dans la vie réelle.

  19. Et internet… diriez-vous que c’est un jeu, ou pas? il y a de l’argent qui circule sur internet. Même pas des CHF, souvent, des PayPal-$ 🙂

    Le débat jeu/pas-jeu est à mon avis relativement secondaire (même si je persiste à dire que selon ma définition, SL n’est pas un jeu car il n’y a pas de “but du jeu” posé). La question de l’argent, à mon avis toujours, n’est pas un bon critère: l’industrie du jeu est un business, les gens paient pour jouer depuis toujours, alors qu’il y ait une structure à l’intérieur du jeu (l’argent du jeu) qui fait payer les gens de façon moins directe et en fonction de ce qu’ils désirent accomplir dans l’univers du jeu…

    Je dirais que WoW est un univers de jeu, dans lequel il y a de l’argent, et autour duquel certains gagnent leur vie, que ce soit en travaillant pour WoW ou en fournissant des services — sens large — à l’intérieur de l’univers du jeu.

    Je vois plus SL comme un média, un espace où l’on peut entrer en contact avec d’autres personnes et être créatif. C’est très large, tout ça. Suivant qui on est, on en fera du bon comme du mauvais, et beaucoup de choses en peu entre deux, comme dans la vie en général.

    Est-ce bien de pouvoir gagner sa vie en faisant de l’art numérique? Est-ce bien de pouvoir gagner sa vie en construisant des sites internet? Est-ce bien de pouvoir gagner sa vie en construisant des bureaux virtuels à l’intérieur de SL? Je crois que ce sont des questions complexes auxquelles il est difficile de donner une réponse générale.

    On m’a indiqué récemment une faille dans l’équilibre économique de SL: on peut, en effet, y générer des biens ou des services sans aucun frais, qui valent ensuite de l’argent de jeu. Cela revient à dire que l’on peut créer de l’argent de jeu, qui peut ensuite être converti en “vrais $”. Mais la société Linden Labs ne vaut qu’un montant fini de vrais dollars.

    Le cours du L$ pourrait chuter dramatiquement si quelqu’un décidait de sortir d’un coup trop d’argent du jeu. Aussi, il ne faut pas oublier que le taux de change est tel qu’il faut vraiment avoir énormément “d’argent jeu” pour que cela ait un impact mesurable sur son budget mensuel “réel”.

  20. bonjour,

    Voila, je suis gamer sur d’autre jeux (reelement des jeux ceux-la) et je pense que le fait d’avoir un lien entre l’argent réel et l’argent virtuel fait simplement passé ce logiciel d’un état de jeu à un état de divertissement, comme si l’on allait au cinéma : on paye sa place, le probleme c’est qu’il n’est pas forcement considéré par tout le monde comme tel et la plus part des gamers “No life” ,des personnes qui passent leur vie a jouer aux jeux type Wow qui demande énormement d’investissement, s’y retrouveront totalement et ce sont ces personnes qui defendront les bienfaits de ce jeu “COOL”… mais ces gens pour la plupart sont soit game addict ou comme il a été dit des personnes qui ont un probleme psychologique… c’est a ces gens la que je pense, ce sont eux qui feront le plus avancé le devellopement et la pub de ce jeu, mais ce sont eux qui investiront le plus dedant..mais ce ne sont pas eux qui y gagneront le plus bien au contraire… c’est comme profité d’un handicapé a mon sens, les gens peuvent ne pas se rendre compte que ca peut les ruinés…financierement. Pour des gens qui arrivent a avoir du recul par rapport a un tel jeu ok , chacun est maitre de son budjet mais la limite est facilement franchissable au meme titre qu’une drogue…

    Si on projete un peu ce jeu, on se retrouve vite avec une société qui vivra dans ce jeu ( ou un futur jeu qui reprendra les bases de celui-ci) dans un style de “Matrix” ou la planete que l’on aura trop polluée ne sera plus vivable et on essaira de faire une utopie ou l’on pourrai vivre quand meme or tout le monde le sais , la vie n’est pas une utopie loin de la… donc globalement je serai plutot contre ce type de jeu, il y a trop de facilité a confondre ses 2 vies et deplus cela tend a enfermer les gens chez eux, les habitués des tchat me diront que bien au contraire on peux rencontrer plus de gens , c’est plus facile, mais qui dit facile dit que le phenomene va s’etendre donc remplacer l’ancien a terme a moins que les mefaits ne soit clairement exprimés…et l’implication de l’argent reel ne fait qu’accelerer ce phenomene .. qui n’a jamais revée de pourvoir gagner sa vie en restant chez soi?? qui plus est devant un pc, c’est sur c’est facile…

    les dangers: confondre les vies, enjeux financiers reels, utilisation future d’un tel principe, manipulation d’opignon, …

    Il y a des personnes mal intentionnées partout, et meme une charte de bien céance n’y fera rien, les interdits sont fait pour etre depassés… meme si le principe de ce jeu est “cool” il n’en reste pas moins dangereux autant pour le présent que pour l’avenir…

  21. bonjour a tous, je ne joue ps à second life, mais je commence à m’y interesser serieusement. Je conçois que certaines personnes aient peur de ce jeu et considerent que c’est dangereux d’essayer de mener une autre vie que la vraie vie, de reussir au lieu d’echouer. si vous pensez cela, c’est que votre vie reelle est satisfaisante, ce n’est pas le cas de tout le monde. Inutile d’avoir des problemes psychologiques pour avoir envie de tout lacher et de se refugier dans un autre monde, encore plus allechant parce qu’il permet de gagner de l’argent. Il suffit pour cela d’avoir fait des etudes, de chercher du travail et d’entendre les recruteurs vous annoncer à chaque entretien que vous n’etes pas le profil. Au bout d’une vingtaine d’entretiens on fini par se dire qu’on est pas adapte a la vie tout court, car sans emploi, aucune independance financiere, aucune vie de famille, aucun avenir. Continuez à penser que ceux qui jouent sont des gogos sans cervelle ou des tares, sachez que le monde est tellement pourri qu’il ne donne pas envie d’y rester.

  22. Bonjour,

    Journaliste pour l’émission “Ca se discute” de Jean-Luc Delarue, je prépare une prochaine émission sur INTERNET et sur les jeux en ligne.

    Je recherche donc des témoignages de personnes etant accro et jouant à secondlife

    Si vous êtes concernés et que vous souhaitez nous apportez votre témoignage, n’hésitez pas à me contacter au 01.53.84.33.14 ou men2@reservoir-prod.fr

    Madison

Comments are closed.