Technologie et indépendance professionnelle

Chroniques du monde connecté: cet article a été initialement publié dans Les Quotidiennes (voir l’original).

Ce matin, je me trouve à vouloir vous écrire une nouvelle chronique sur la vie d’indépendant. Pour moi, la vie d’indépendant et ce “monde connecté” qui est la thématique centrale de ma chronique vont de pair. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Je crois ne pas me tromper en disant que les petites structures sont plus mobiles et plus réactives que les grandes. Je crois que c’est valable tant en économie, société, que politique. Enfin, je ne suis ni économiste, ni sociologue, ni politicienne, donc je me trompe peut-être. Mais dans le business — comme dans la formation — ça me paraît un constat assez évident.

Le monde connecté, du réseau, des technologies de pointe, c’est un monde qui bouge vite. Il y a bientôt cinq ans, lorsque j’en ai fait mon métier, je n’avais pas d’autre choix que celui d’être indépendante professionnellement si je désirais exercer ce métier (c’était “consultante en blogs” à l’époque) que j’étais en train de créer de toutes pièces.

Le monde de l’entreprise n’était simplement pas prêt à proposer des postes consacrés à ce domaine d’expertise émergeant.

Maintenant, les années ont passé, et les entreprises commencent à engager des “social media managers” et des “community managers” — sans forcément toujours savoir vraiment ce qu’elles font. Mais pour quelqu’un qui désire vivre de son expertise en matière de médias sociaux tout en étant employé, c’est maintenant possible.

Ce qui m’intéresse en fait dans ce “monde connecté” dont je parle ici, c’est sa réactivité. C’est la nouveauté. C’est les liens entre les gens et les formes d’organisation sortant de l’ordinaire. Si l’on est un précurseur, si l’on s’intéresse à ce qui bouge… il y a de fortes chances que l’indépendance professionnelle soit ce qui nous convient le mieux.

Voilà donc le lien. Ne vous étonnez donc pas si médias sociaux et indépendance professionnelle se côtoient ici dans les semaines à venir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *