How Do You Personally Define or Explain "Web 2.0"? [en]

On Tuesday I’m giving an introductory keynote at the next GRI theme day here in Lausanne. I’ll be setting the stage for the day by clarifying what “web 2.0” is and is not, where it comes from, how it’s used (and abused). I’m doing quite a bit of research to get my facts straight (and they’re starting to look pretty starched by now) and I thought I’d ask you, readers (or not) of this blog, to contribute a little to my research by answering the following question in the comments:

How do you personally define “web 2.0”? Today, in 2010, what is the meaning of “web 2.0” (the expression) for you, in a few sentences? If somebody asks you what it is, how do you explain (simply)?

I can read the Wikipedia page and the history of the term, and see how various people use it. But what I’m interested in here is the way you use it. Beyond all official definitions, what does “web 2.0” mean when people actually speak the words or write them?

So, thanks a lot if you can take a minute or two to write down what it means to you here in the comments.

It would also help me contextualise if you could add a little info about your background: I’m interested in knowing if you’re a social media professional, or power user, or “just a user”, and also if you were online doing things like blogging before 2004.

Update: I’m not looking for the definition of “web 2.0”. I know how I understand it and use it (or don’t use it). I’m interested in seeing how various people have various ways of explaining something that is often pretty fuzzy, complex, and overused. It’s not about “good” or “bad” ways of saying what it is, it’s about collecting a variety of definitions which will show how multifaceted and ambiguous “web 2.0” can be.

Update 2: If you’re feeling a bit self-conscious about going public with this, you may use this form instead of the comments!


Similar Posts:

13 thoughts on “How Do You Personally Define or Explain "Web 2.0"? [en]

  1. For me it’s really very simple – I see Web 2.0 as the 7 design patterns and attendant culture identified in Tim O’Reilly’s paper “What is Web 2.0” (

    1. The Web as platform.
    2. Harnessing collective intelligence.
    3. Data is the next Intel inside.
    4. The perpetual beta.
    5. Lightweight programming models.
    6. Software above the level of a single device.
    7. Rich user experiences.

    For me everything I need to understand and express about Web 2.0 flows from the above…and I’m never surprised at the number of people who quote Web 2.0 without being able to even namecheck a couple of these patterns.

  2. for me, web 1.0 was like a phone book ad. all the conversation was ONE WAY.

    web 2.0 changed that into a conversation with interaction.

    i would qualify myself as a power user since pre-1994 (closer to 1988)

  3. Web 2.0 c’est une évolution du 1.0.
    – le contenu est évolutif, il n’est plus fixe comme en 1.0 il peut varier selon l’utilisateur, c’est l’utilisateur qui choisi son contenu.
    – les outils ont évolué, ils sont rendu plus simple à utiliser en fonction des besoins des utilisateurs. Les outils s’adaptent aux utilisateurs selon les besoins. Le web est rendu donc plus accessible.

    Quand je vois ma mère qui a 63 ans, et qui n’avait jamais touché une souris ou un clavier de sa vie, en à peine un an elle envoie maintenant des photos par mail elle a un compte Facebook qu’elle sait approximativement utiliser, et me téléphone en utilisant skype.

    Sans cette évolution je ne pense pas qu’elle aurait réussi en si peu de temps.
    Merci web.2.0 et merci Apple 😀

    On pourrait se demander pourquoi le web évolue et le système stagne, je me suis amusé à faire un système (société) en reprenant la définition du web.2.0 :
    C’est peut être une solution, ou pas !

  4. Lately I’ve been using this as a description mostly:

    Web 2.0 are the webtools that really make use of the affordances the internet gives us, which is connecting globally to anyone. Web 2.0 make social interaction we know from our immediate surroundings scaleable on a global level.

  5. Basically, three elements could be seen as distinctive of the web 2.0 (from a communicative approach):
    1. user generated content
    2. from the library to the square
    3. multimedia

    From Cantoni, L., Tardini, S. (2010), The Internet and the Web, in D. Albertazzi & P. Cobley (eds), The media. An introduction (3rd ed.), New York et al.: Longman, 220-232.

    “Three core elements may be listed here:
    1. a further enlargement of the number of people publishing online (UGC – User Generated Contents); the web has lowered the publication threshold, making it possible for everybody with a little technical competence to publish online. Indeed, new applications and services are making this even more simple, not requiring any programming skill, nor – in some cases – the mediation of a computer (a telephone can be sufficient).
    2. The web is interpreted and approached more like a square than a library, it’s transforming itself to a public place where people go to meet people, to share and discuss knowledge.
    3. Closely related with the previous elements, Web 2.0 is fulfilling the multimedia promises of the web; in fact, the web can be considered as a huge hyper-text/medium, but – in reality – it has been for years more like a low quality book: lots of texts and some images. The availability of large bandwidth connections makes possible a wider use of multimedia: good quality pictures, as well as audio, videos and animations are populating Web 2.0.”

  6. To me, Web 2.0 is mostly about the approach to “having a website”. Web 1.x was mostly about recreating or at most supplementing things that already exist (like shops) in the web. As a result, we have things like store fronts and shopping carts even though not all of them make sense in the web.

    By contrast, Web 2.0 is more about looking what you can do differently or completely independent of what has been. There is simply no non-web equivalent to, for example, flickr or Twitter (which makes it that harder to explain their appeal to non-Internet-savvy users).

    I think the main reason for this is scale. Both the sites I mentioned are simply unmanageable in the non-web world or a large part of their appeal would go down the drain (i.e. if you scale them down).

    A direct function of this scale is of course the network effect. If 10’000 users use the same service I do (and are all equally far away in terms of baseline connectedness), some thing suddenly make sense that simply don’t work with 1’000 users and a message round-trip-time of days or weeks.

    Conversely, when people speak about the Web 2.0, they often tend to simply lump all newer sites with a hype in this basket. Not all of them are new in the sense I described above. Hence, I’m careful to point out what I mean when I use the term.

  7. (Software Architect, ingénieur EPFL, Geek)

    Pour moi le Web2 est avant tout une mode, un rêve, un “buzz-word” qui dans le fond ne veut rien et tout dire à la fois.

    Un mot qui sonne bien, qui fait (faisait) “pro” et vendeur.

    Niveau technologique.

    Des applications “riches”, la possibilité de changer du contenu sans recharger la page. (Ajax)

    Avec la disparition de Netscape, l’apparition de firefox et d’internet explorer 6 est venu

    la possibilité d’utiliser et d’abuser du javascript, du ajax, du CSS, d’utiliser du DHTML.

    Avec firefox est aussi venus quelques extensions très utiles pour les développeurs et une

    certaine stabilité des deux navigateurs. Pour ma part je développais des applications “riches”

    sur Internet Explorer 4-5, et la majorité du temps passait non à développer, mais à trouver des parades

    pour éviter que internet explorer plante.

    Aussi sont venus certaines librairies permettant facilement le développement de ces applications “riches”:

    ExtJS, jQuery et d’autres.

    Finalement quoi de vraiment neuf? Les applets java et le Flash étaient la depuis longtemps. Peut-être une

    “standardisation” de ces outils.

    Niveau “Woooa-effect”

    Avec une application web2 vient une certaine dynamique de la page, des parties qui se mettent à jour sans

    que l’utilisateur fasse rien. Des parties intéractives ou la possibilité de déplacer du contenu de la page.

    Cela donne un effet “woaaa c’est joli”.

    Mais cela à aussi un coût en temps de développement et de maintenance qui est souvent sous-évalué et qui peut aller à contre-sens par rapport à l’aspect fonctionnel du site.

    Contenu externes, partage de le l’information sur et depuis des sites externes.

    Le web2 est aussi la possibilité d’intégrer et d’exposer des composant ou du contenu générés par un autre site.

    Que ce soit des RSS feeds, des publicités adwords, ou du contenu météo.

    Aspect social

    Je ne sais pas trop si l’aspect “réseaux sociaux” est ce que l’on appel Web2, ou vient après.

    Container, authentification

    Je ne sais pas non plus si l’aspect “container (igoogle)” ou l’aspect externalisation de l’authentification font

    partis du concept “web2” ou si c’est déjà catalogué comme “web3”.

    En résumé

    C’est un buzz word pour dire qu’on est “fun”. Qu’on a un site cool. Mais bien souvent aussi un piège, car cela ne doit pas devenir un dogme.

  8. Salut Stéphanie,

    Voici la définition du web 2.0 issue du dictionnaire du marketing Internet que je suis en train d’écrire. Elle n’est probablement pas complète (l’ebook est destiné aux débutants), mais les enjeux principaux y sont, en tout cas à mon avis.

    Le “Web 2.0” est un concept assez vague, utilisé pour désigner l’aboutissement d’une évolution des usages et des technologies sur Internet.

    En informatique, indiquer “2.0” à la suite du nom d’un logiciel signifie qu’il s’agit de la seconde version de ce logiciel. Ainsi, il s’agirait donc de la seconde version du Web… Mais concrètement, qu’est-ce qui différencie cette deuxième version de la première ?

    Dans les années 90 et au début des années 2000, le web était composé de pages statiques, codées en HTML. Rétrospectivement, on parle de “Web 1.0” pour désigner cette époque.

    Puis sont apparus des sites dynamiques, au contenu fréquemment mis-à-jour, dont les blogs sont le plus célèbre exemple. Les blogs ont en outre permis les premières interactions entre le site et ses visiteurs, sous la forme des commentaires. On parle parfois de “Web 1.5” à propos de cette époque intermédiaire.

    Enfin, cette tendance vers la simplicité de création du contenu et l’interactivité s’est considérablement développée avec l’apparition et la popularisation des premiers réseaux sociaux. Le Web est alors devenu collaboratif, et la publication de contenu accessible aux non-spécialistes. Le Web 2.0 était né…

    Grosso modo, le Web 2.0 se définit donc par 3 critères :

    1) le caractère dynamique des sites web (applications, contenu publié à la volée, CMS, etc)

    2) la simplification technique (des services de blogging très faciles à prendre en main, entre autres, permettent une démocratisation de la publication sur Internet pour les non-spécialistes).

    3) le caractère collaboratif des sites web (commentaires, votes, sondages, karma, etc… Les utilisateurs sont en permanence invité à interagir avec leurs sites préférés).

    Après, j’imagine que ta demande porte plus sur les subtilités et les dérives de ce terme que sur sa simple définition…

    Comme le dit Gab, ça devient parfois un dogme, au point que certains mandataires demandent des “fonctions Web 2.0” juste pour en avoir, alors qu’elles n’apportent strictement rien (ou même nuisent) aux objectifs du site…

    Pour moi, c’est OK de parler de Web 2.0, car je crois qu’il y a effectivement eu un changement de paradigme, et qu’on ne peut plus considérer les choses de la même manière que dans les 90’s.

    A la rigueur, c’est OK de parler de Web 3.0 pour parler de ce que nous réserve l’avenir… Mais de parler de Web 5.0 aujourd’hui, ça c’est hors de question ! 😉

    Voilà pour mon opinion là-dessus. Quant à ma petite “bio”, bin, oui je suis un professionnel du Net mais pas vraiment des social medias (quoique je m’oriente de plus en plus dans cette voie qui m’intéresse beaucoup). Je me suis mis au net à la fin des 90’s avec un modem qui faisait bip, j’ai blogué en amateur et administré des forums depuis grosso modo 2002, et j’ai fondé ma propre entreprise en 2008.

    Au plaisir, et bonne chance pour ta conférence !

  9. I started blogging in 2004 😉 and am a medium intensity user. I don’t register with every new service, just most.

    Web 2.0 is:
    a) multidirectional online communication
    b) a set of tools to communicate multidirectionally online
    c) really what people make out of these tools

    I don’t usually use this phrase except as a category in my blog, mostly because it is unclear what is meant with it and people I communicate with are more likely to have a different definition than I do. On my blog I lump everything that has to do with using blogs, facebook, or twitter in that category, as well as reports from BarCamps.

  10. Je crois que le web 2.0 est un concept marketing. Le web a toujours été interactif et est en constante évolution.

    1. Loosely coupled application services, provided by 3rd parties, integrated into a whole
    2. …enabled by interconnected, platform-neutral data, provided in a non-proprietory way
    3. …accessible anywhere

    Therefore, sites will provide their own core experience/content, but significantly enhanced through external applications. Hooking all this together is increasingly trivial, and does not require large budgets.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *