Choc culturel [en]

Un des objectifs de l’année que j’ai passée en Inde était de faire éclater dans une certaine mesure mes catégories de pensée occidentale.

Je cherche par les exemples présentés ici à  analyser le processus du “choc”. Quels sont les éléments, événements, situations qui contribuent au choc, et quelles différences culturelles mettent-ils en évidence?

Une autre culture

Face à  une culture différente de la nôtre, nous expérimentons ce que l’on nomme souvent un peu vaguement un choc culturel. La différence s’attaque à  certaines idées dont nous ne remettons pas l’évidence en question, mais qui ont une origine toute culturelle (et donc relative). La “normalité” est balayée, et nous sommes confrontés à  des façons de vivre ou à  des idées sur le monde que nous n’aurions jamais pu imaginer.

Préconstruits culturels

Ces préconstruits culturels sont nécessaires à  la vie sociale. On peut dire qu’ils relèvent du “sens commun”. Ce que l’on sait sans avoir du l’apprendre explicitement, et sans le remettre en question.
Ils permettent un cadre de référence commun aux membres de la société, comprenant par exemple le langage, les conventions et les rituels sociaux.

Autres lieux, autre préconstruits

Nous sommes tous conscients qu’il existe des variations dans ces conventions, déjà  si l’on se rend dans une ville voisine. Cela nous fera d’ailleurs souvent juger les gens de là -bas comme “plus accueillants” ou “moins sympathiques” que dans sa propre ville, mais ne nous empêchera pas d’y vivre sans grands heurts.
Dans une culture très éloignée de la notre, par contre, c’est une toute autre affaire. Plus rien ne va de soi, et notre capacité à  intéragir de façon “normale” avec les gens et le monde se trouve fortement réduite – d’où le désarroi tout à  fait réel que l’on nomme le “choc culturel”.

L’homme est pris dans sa culture

Cette explication présuppose bien entendu que l’homme n’est pas un être isolé: on ne peut pas considérer un être humain hors de sa culture. Nous sommes enracinés dans notre culture comme un plante dans le sol; nous y puisons une bonne part de notre substance et certaines de nos caractéristiques. Nous sommes ainsi la somme de nos interactions avec d’autres êtres humains et la communauté dans laquelle nous vivons.
Arrachez un homme à  sa “terre” et plantez-le ailleurs, et cela pose problème. Cela devient aussi très intéressant si l’on prend le temps de s’approcher pour regarder ce qu’il se passe.

Pourquoi briser ses catégories?

La mise en perspective de ses propres catégories et préconstruits culturels permet un élargissement de la conscience. Trop souvent, nous jugeons la différence comme “moins bonne” ou “bizarre”, prenant sans nous en rendre compte comme repère absolu nos propres valeurs toutes relatives.

Nous sommes confrontés à  la différence chaque jour – pas seulement quand nous nous rendons en terre étrangère. Il y a toujours entre deux personnes un certain “décalage culturel”. Ce qui est évident pour moi ne l’est pas forcément pour mon voisin.
Etre conscients de nos “évidences” nous permet de mieux voir l’autre tel qu’il est. Cela permet aussi, lorsque nous portons des jugements, de le faire lucidement – et non en obéissant à  des valeurs non conscientisées.

Similar Posts:

1 thought on “Choc culturel [en]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *