Tag Archives: twitter

Des entreprises qui utilisent bien les médias sociaux

[en] A round-up of some companies which use social media well. Follow the links... (Most of them are in English.)

La semaine dernière, à la conférence 200 Ideas (super, faut que je vous en parle, pas là, allez voir le site, il y a toutes les vidéos et les slides), je rencontre Christian, qui me pose une question très pertinente.

On est en mode “réseautage”, couleur “faut vraiment que je bosse sur mon pitch et je vais t’en faire la démo”.

Alors il me fait: “Médias sociaux. Hmm. Alors qui sont les entreprises qui utilisent bien les médias sociaux?” (je cite de mémoire).

Et moi: “.” (Comme dans les BDs Achille Talon.)

Suivi de “Euh… ouais, je devrais être capable de répondre à cette question, hein?”

Lui: “Oui…”

Bref. Je lui ai promis un e-mail, et en faisant un peu de recherche pour l’e-mail en question, je me suis dit que ça pouvait faire un billet de blog. Que voici.

Déjà, en préambule, disons que “bien utiliser les médias sociaux”, c’est vaste. On peut utiliser les médias sociaux pour beaucoup de choses (qui ont tendance à se mélanger, mais séparons quand même):

  • marketing
  • service client
  • communication
  • comm interne
  • PR
  • gestion de crise
  • veille stratégique

Tout ceci n’est pas forcément visible. Comment savoir si une boîte utilise super bien les médias sociaux pour leur communication interne? Ou ce qu’ils font côté veille? Et la stratégie? Je veux dire, comment réfléchissent-ils à ce qu’ils font? Dur de savoir tout ça sans accès insider.

Après, il y a les outils. Une boîte peut être géniale sur Twitter et catastrophique sur son blog. Ou bien utiliser Vine super bien mais pas Facebook.

Sans plus attendre, quelques exemples d’entreprises qui utilisent bien les médias sociaux. C’est pas exhaustif, c’est un peu en vrac, c’est même pas forcément les meilleurs (qui suis-je pour juger?), mais c’est un début. De quoi vous inspirer en tous cas! Suivez les liens…

Whole Foods

Le magasin bio américain (aussi surnommé par certains “Whole Paycheck”, parce que oui, c’est plus cher), se débrouille plutôt pas mal en matière de médias sociaux. Vous pouvez lire un case study sur slideshare, une interview avec leur “Interactive Art Director”, une petite analyse de leur utilisation de quelques gros réseaux, ou encore une brève présentation de leur utilisation de Twitter (où on parle aussi de Best Buy et Southwest). Ils ont un blog, “Whole Story”, bien sûr.

Best Buy

Champions du service client sur les médias sociaux.

Southwest

La compagnie d’aviation a un blog exemplaire, Nuts About Southwest. Voici un article sur 5 leçons marketing à tirer de leur présence médias sociaux.

CGN

Plus près de nous et à une autre échelle, j’aime bien ce que fait la CGN sur Facebook.

Blogs

Côté blogs, eh bien, il y a à lire! Quelques articles-listes pour démarrer:

Le blog d’entreprise (ou en entreprise) est loin d’être mort! Plongez dans ces listes, vous en ressortirez certainement quelque chose.

Old Spice

Leur campagne-réponses sur YouTube était mythique. Voici un case-study parmi des centaines d’autres.

La fête sur Twitter

Quand on est confortable avec l’outil et sa culture, ça peut donner ce genre de délire. Ça commence avec Tesco Mobile, ça continue avec Yorkshire Tea, et ça finit par inclure des dizaines d’autres marques.

Vine

Vous connaissez Vine? Oui, ça s’utilise en marketing.

Et encore?

Dans mes explorations, je tombe sur un article présentant 5 bons exemples d’utilisation de médias sociaux dans le “retail”. Google est notre amis à tous…

A part ça, il faut bien sûr mentionner Zappos et QoQa. Et LEGO! Il y a certainement d’autres boîtes incontournables qui font du bon boulot sur les médias sociaux… à vous de les présenter dans les commentaires!

 

 

Similar Posts:

Posted in Corporate | Tagged blog, business, entreprise, examples, exemples, facebook, médias sociaux, pinterest, twitter, vine | Leave a comment

IRC: #joiito Channel Revival (Or At Least Reunion)

[fr] Le retour du canal IRC #joiito, et quelques pensées sur ce qui différencie Twitter et Facebook (même les groupes) d'un canal IRC comme celui-ci.

So, let me tell you what happened last night. You know I’ve been reading Here Comes Everybody, right? Well, in chapter 9, Clay Shirky tells the story of #joiito — Joi Ito‘s IRC channel, that I was a regular of for years since sometime in 2003 or 2004, until Twitter emptied the channel of most of its life. Reading about it in Clay’s book reminded me what a special thing it was.

Last night, I saw that my old friend Kevin Marks was online on Facebook. Unless I’m very mistaken, Kevin is one of the numerous friends I made on #joiito, and we hadn’t chatted in ages. I wanted to tell him about my Blogging Tribe experiment, see if he was interested. We started joking about the old times (OMG Technorati!), I mentioned my reading Here Comes Everybody, the mention of #joiito, he pointed me to his blog post clarifying Jeannie Cool’s role in the channel (seems Clay had got the story wrong in the first edition of his book), which brought me to another post of Kevin’s on the bots we had running in #joiito, and on an impulse, I went to check out the channel.

Now over the last years, I’ve pretty much always been logged in to #joiito (I run irssi in screen on my server). But I stopped going. Like many others it seems, over the years Twitter became my “replacement” for IRC. I guess we all logged in less and less, and the channel population and conversation dropped below the critical mass it needed to stay truly alive. The community disbanded.

The channel never truly died, of course. There were always some of us sitting in there, and there would be sudden flare-ups of activity. But the old spirit had left the room.

Kevin followed me in, started fiddling with the bots, I found an old abandoned #joiito Facebook group. Created back in 2007, it was clearly an “old-style” Facebook group (they sucked) that was migrated to new style and emptied automatically of its members. There were three members, I invited myself in, invited a bunch of other #joiito old hands, and started pinging people to get them to drop into the channel.

In less than an hour we had a lively conversation going on in #joiito. I stayed on for a few hours, then went to bed. Imagine my surprise when I woke up this morning to discover close to 60 people in the Facebook group, and that the conversation on #joiito had gone on all my night, with “new old channel regulars” joining! It feels just like the old days. Seriously. It makes me very happy, because I think this IRC channel was really something precious, and I was sad it was “no more”. (Quotes because obviously, the channel never disappeared… it just died down.)

I haven’t had an IRC conversation like this in years. I’ve been very active on Twitter (slightly less now), am very active on Facebook, and really love Facebook groups. But an IRC channel like #joiito is something different.

When I asked my old friends what had “replaced” #joiito in their current online ecosystem, the general response seems to be “Twitter”, clearly. But what is missing with Twitter and Facebook (and even Path) that we are so happy to see our channel alive again?

Twitter and Facebook are centred on the network, not on the group. We are loosely joined to each other on Twitter just like we are loosely joined on IRC (I definitely am not “close” to all the channel regulars — more on that too in a bit), but the container is way bigger. On Twitter, our networks sprawl and spread until we end up (some of us) with thousands of followers. This is very different than an enclosed chatroom with less than 100 people in it.

Once we started spending more time on Twitter and Facebook, we stopped being part of the same group. We got lost in our own networks of friends, acquaintances, and contacts.

Facebook groups bring back this “community” aspect. But interaction and conversation in Facebook groups, which are built upon a message-board model, is much slower than in IRC. There is less fluff, less joking, less playing around. It’s not real-time chatting, it’s endless commenting. We’ve touted Twitter and Facebook so much as being “real-time” that we’ve forgotten where the real “real-time” is: in chatting.

IM, Facebook, and Twitter allow people to keep in touch. I’m connected to a large handful of #joiito regulars on Facebook — people I used to exchange with daily during the Golden Days. But on Facebook, we don’t talk. Our relationship is not one of one-to-one chats. Our lives on Facebook our different enough that they don’t bring us closer, but make us drift apart. We are missing our hang-out place.

You’ve seen that play out offline, certainly. You leave a club you were part of or a job. There are many people there whom you appreciate or even love, but you do not stay in touch. Once the common activity or place that brought you together in the first place is gone, there is not enough left to keep you together.

Twitter and Facebook are more lonely places to hang out online than an IRC channel, because nobody shares the same experience as you. We all have a different Twitter, a different Facebook. In an IRC channel, we all have the same lines of text scrolling before our eyes.

Is this just a reunion, or is this the revival of the #joiito IRC channel?

Only time will tell. I personally hope for a revival. I missed you guys.

Similar Posts:

Posted in Connected Life, Thinking, Tools | Tagged #joiito, bots, community, facebook, freenode, groups, IRC, twitter | 21 Comments

Anil Dash Writes About The Web We Lost

[fr] Le web qu'on a perdu. Nostalgie.

Yes, there are people who have been blogging for longer than me. Quite a few of them, actually. Anil Dash is one. You should read him.

His most recent article (found thanks to danah, who has also been blogging for longer than me, and whom you should also read) is titled The Web We Lost. It hits right on the nostalgia that has been creeping up on me these last years, expressed for example in A Story About Tags, and Technorati, and Tags or Ye Olde-School Blogs Are Still Around.

Twitter and Facebook and Tumblr and Pinterest are all great, but they tend to suck us in, and I feel we are all collectively high on real-time content and interaction. I miss the slower days. I miss the sense of “community” I felt with other bloggers in the old days, as I mention in the wrap-up post to my “Back to Blogging” challenge. I feel that on Twitter and Facebook community has been replaced with network. Networking is great. I love spending time with my network. But it’s not the same thing.

Most of all, the timeline we now live in is made up of transient content. It’s there and gone. It’s the world of orality, of the spoken word which evaporates once pronounced, even though we are typing. We are going back to an oral tradition. Blogs and wikis, however, are still part of the written tradition. We are losing searchability. We are also using content portability due to the lack of RSS feeds on certain platforms, and increasingly restrictive API access. APIs seem to be the promise for more holes in our buckets, but they seem more and more to be a way to control tightly what happens to the content locked in a given platform.

That’s sad. That’s not the way I hoped things would go.

There is more. Go and read Anil’s piece. And leave a comment there through Facebook.

Similar Posts:

Posted in Thinking | Tagged blogs, facebook, history, lock-in, nostalgia, openness, rss, twitter, web | 2 Comments

Personal, Social, and the Shortcuts

[fr] Je me demande si toutes ces fonctionnalités pour nous "simplifier la vie" dans notre utilisation "sociale" des outils ne vide pas partiellement ceux-ci de leur "socialité".

Yesterday, as I was gathering the links to the posts of the other #back2blog challengers (bloody hard work if you ask me), I remembered that I had left a comment on one of Delphine‘s posts.

I’ve been leaving quite a few comments on blog posts since the challenge started. Often, with “modern” blogging tools, you can check a little box to receive an e-mail alert when somebody responds to your comment. (Not on this blog. I run WordPress, but my server doesn’t send e-mail.)

It’s nice, because it relieves us of having to remember that we left a comment, and if conversation erupts (reward!) we will be informed.

Having to remember I had left a comment at Delphine’s reminded me of the time before RSS readers were popular, before coComment, before Facebook Connect, before WordPress even. Everything was much more “manual”. And with that, I believe, more personal. Part of what goes in to create a relationship is time, and effort. Time to find that blog post. Effort to remember.

Now, JP is arguing (and I’m with him here) that when you try and scale personal, you get social.

I am wondering, though, what it is that you do lose on the way, if you scale far enough.

Mass-everything did not come up from nowhere. As I learned the hard way while promoting Going Solo, shortcuts have a price. Send an e-mail copied to 100 people, or send 100 personal e-mails, and you won’t have the same efficiency. That’s why Americans take the trouble to make house calls or phone up people to convince them to vote.

And while I immensely appreciate all the features of modern social media which make it so much more easy for us to be social, I’m starting to think that some of what I find distasteful with some uses of social media is not just those who are stuck on the other side of what I think of as the “Cluetrain paradigm shift”, but maybe also what happens when we wind up taking too many shortcuts to make it “easier to be social”.

Are we headed for a form of “mass social media”? Are we already there, sadly, for some part?

Even if this is true, that does not mean that we have to give up on the “true” social, or even “personal”.

I remember a few years ago one of my friends (Suw if I’m not mistaken) saying that she didn’t get why so many people were complaining that “Twitter wasn’t what it was”.

On Twitter, one has complete control over who one follows. You don’t have to go and follow all the new-styled social media gurus. Or the annoying self-promoting people. You can stick to those who rock your world, and have a Twitter experience that doesn’t change so much over time. (Of course the people you follow change, but that’s another thing.)

You can use Twitter like mass media, or you can use Twitter like social media, or like personal media. The choice is yours.

#back2blog challenge (9/10)

Similar Posts:

Posted in Thinking | Tagged cluetrain, mass media, shortcuts, Social Media and the Web, twitter | Leave a comment

Pêle-mêle de début juillet

[en] A bunch of random stuff.

Je n’arrive pour le moment pas à m’organiser pour prendre le temps de bloquer “correctement”. Je vous fais du coup le coup (!) de l’article “nouvelles en vrac”. Old-style.

Quintus au balcon sur fond de tomates

C’est le moment d’acheter votre billet pour la conférence Lift à Genève les 6-7-8 février 2013, avant que le prix ne prenne l’ascenseur. Lift, c’est à ne pas manquer. (Si vous avez participé à une édition précédente de Lift, vous avez reçu un code pour le prix “super early bird” de 625 CHF, valable encore un jour ou deux! Ne laissez pas passer le délai!)

C’est aussi le moment, si le coworking est quelque chose qui vous parle, de prendre votre billet pour Coworking Europe, qui aura lieu cette année à Paris les 8-9-10 novembre. Je suis à l’affiche d’un des panels du premier jour.

La Muse ouvre les portes de son espace lausannois, avec pique-nique tous les mardis.

Toujours au chapitre coworking, il y a de la place à l’eclau, tant pour des indépendants/freelance que des startups. Venez visiter!

J’ai pris part pour la première fois à En ligne directe, émission de la RTS qui démarre la veille au soir par un débat sur Twitter (hashtag #EnLD), repris dans le direct du matin avec des invités. Je trouve le concept génial. Le sujet du soir où je suis restée pendue à Twitter (plus que d’habitude) était “faut-il interdire/punir le téléchargement illégal“. Vous imaginez la suite. Pirater n’est pas voler, c’est toujours valable en 2012. Je suis effarée par la mauvaise foi et/ou le lavage de cerveau dont font preuve les “opposants”. Croire que le monde dans lequel on évolue (physique, numérique) et ses caractéristiques ontologiques n’est qu’un point de détail pour débattre d’éthique ou d’économie, qu’économie de rareté vs. économie d’abondance ne change rien à la morale, c’est faire preuve d’une naïveté et d’une simplicité de réflexion affligeante. Le tout repris par Magali Philip dans un Storify magistral.

Le Port de Vidy fait très fort avec ses nouvelles portes high-tech sécurisées.

Un chouette Bloggy Friday a eu lieu en juillet, après celui de juin. Les gens d’internet qui se rencontrent offline, il paraît que c’est le truc nouveau super-tendance de l’été. (Les rencontres IRC d’il y a 15 ans ça compte pas, hein. Ni les rencontres blogueurs, pendant qu’on y est. Ni les rencontres Twitter qui existent depuis des années.) Quelqu’un se lance pour faire l’hôte ou l’hôtesse pour le mois d’août? Ce sera durant ma semaine de déconnexion.

Hercule Poirot cherche toujours un nouveau foyer en Angleterre. Quintus, lui, s’installe bien en Suisse et explique au jeune Tounsi comment respecter ses aînés avec pedigree.

Les plantes sur mon balcon et dans mon appart poussent bien. J’ai des piles de photos, à mettre en ligne et à commenter ici pour vous. En attendant, il y a un groupe Facebook “Petites plantes de balcon et d’ailleurs“, si c’est votre genre.

Ah oui, c’est aussi le moment de vous inscrire pour la troisième session menant au diplôme SAWI de Spécialiste en médias sociaux et communautés en ligne. Dernière séance d’info le 21 août.

Et aussi le moment de postuler (jusqu’au 16 juillet!) si vous pensez être la personne qu’il faut pour prendre la tête du SAWI en Suisse romande. Et je suis toujours ouverte à des candidatures de blogueurs motivés pour le blog de voyage ebookers.ch.

Côté boulot, je suis pas mal bookée, mais j’ai encore de la place pour un mandat long terme de “blogueuse en chef” (ou “redactrice en chef de blog”, si vous préférez).

Inspiration, sur Kickstarter: Bridegroom et Amanda Palmer.

Google aménage ses cafétérias pour encourager ses employés à manger plus sainement. Fascinant.

La plaie des infographies.

Pourquoi les femmes ne peuvent (toujours pas) tout avoir.

Passer du temps à ne rien faire, pour mieux faire.

Et pour finir: l’été de mon chat. (Non, pas le mien, celui du journaliste du Temps.)

Similar Posts:

Posted in Conferences, Coworking, My corner of the world, My work, Personal, Thinking | Tagged bloggy friday, cat, cockerel, droits d'auteur, eclau, économie, en ligne directe, en vrac, enld, éthique, google, infographies, lausanne, manger sainement, news, piratage, port de vidy, quintus, téléchargement, twitter | 2 Comments

Lift12, Development, Redevelopment: Farida Vis, Twitter Usage During the UK Riots

[fr] Je suis à la conférence Lift12 à Genève ces prochains jours. Voici mes notes de sessions.

Live-blogging from Lift12 conference in Geneva. These are my notes and interpretations of Farida Vis’s talk — best effort, but might be imprecise or even wrong!

lift12 1100301.jpg

Genesis of the riots, numbers, history. Very large scale (22 out of 32 boroughs affected). Day 3, spread to other towns.

Why were people doing this? It spread like wildfire, people didn’t really understand why. Politicians: this is just people being criminal. Government: no need for an enquiry, nothing to see.

Snap analysis: social media blamed, BBM=Facebook=Twitter. BBM actually played a significant role, being a closed network and cheap technology.

Accusers were the usual suspects: Cameron discussed whether people should be banned from using social media. Louise Mensch, Conservative MP, saying social media might have to be “switched off” during riots or crisis. (Think: Egypt.)

People got arrested for posting messages on Facebook etc. Very swift and very harsh. Two young men posted a message on Facebook trying to organize a riot (unsuccessful). Only the police showed up, and they got 4 years.

Police actually defended social media, saying it was a valuable communication platform for them, particularly police.

General public very much in line with politicians. Biggest support for switching off came from people over 65.

Guardian set up a study called Reading the Riots. Farida’s project is part of this, looking at Twitter. Twitter donated 2.6 mio “riot tweets”.

  • role of rumors?
  • did incitement actually take place?
  • in which ways did different users come to prominence and use the platform?

Use of local hashtags. Riot Clean Up.

Rumors: there were some really outlandish ones. One rumor: animals released from the zoo. What kind of information were people distributing about that rumor?

First, people repeating the rumor (green dots). Red, refuting. Yellow, questioning.

First, green, then people start refuting, and explaining why not (e.g. tiger in photo is from Italy). But the green bubbles keep on growing. People have their own little networks on Twitter, they don’t see everything (e.g. new people log on, see the tweet, and repeat).

At some point people started using the project hashtag to claim starting rumors (oops).

Also found a lot of vitriol against the looters. Dark side.

@RiotCleanup number one mentioned account during the riots.

Most dominating cited group: mainstream media, followed by journalists. Then, riot accounts (including cleanup). Category 19: spoof accounts. Emergency services low overall.

In the spoof accounts, “The Dark Lord”, “Professor Snape”, “The Queen” — wtf are they doing in there? A lot of satire, commentary. A lot of crossover comments with News International, planking…

Conclusions? There are a lot of things we need to understand better. How rumors evolve, the rise of individuals, understand the context/local context, role of emergency services, downside of police on Twitter…?

 

Similar Posts:

Posted in Live Blogging | Tagged lift, lift12, liftconference, london, riots, twitter | Leave a comment

Linkball for a Sunday Night

[fr] Un peu de lecture pour dimanche soir.

Similar Posts:

Posted in Social Media and the Web | Tagged Animals, cats, copyright, facebook, pesticide, poison, twitter | Leave a comment

Du désengouement pour les réseaux sociaux (et tout le reste)

[en] Social media losing speed? Nope, it's just normal that after a few months or years of using a new toy intensely, many people move on. To a new, similar toy or a completely different one.

Je lis un article (parmi bien d’autres) dans lequel on réfléchit aux causes d’un certain essoufflement dans l’usage des réseaux sociaux.

Pour moi, on est à côté de la plaque avec ce genre de questions.

Ce n’est pas une problématique liée aux réseaux sociaux. Ça a à voir avec la façon dont la nouveauté nous stimule. On est sur la bonne piste avec les lamentations concernant les “effets de mode”, mais on trivialise la problématique en l’étiquetant ainsi. Parce que ce n’est pas juste que nous sommes de superficiels moutons victimes de la mode. Il s’agit de la façon dont fonctionne nos cerveaux d’animaux humains — et on n’y échappe pas.

J’ai beaucoup réfléchi récemment au lien entre la nouveauté et l’efficacité d’une méthode ou d’une stratégie. J’en ai compris l’importance capitale en lisant The How of Happiness — dans le contexte des activités qui nous rendent heureux (on sait tous que trop de routine crée l’ennui, et que le bonheur ne se trouve pas dans l’ennui, n’est-ce pas?) — mais je vois depuis ce même phénomène à l’oeuvre dans une multitude de domaines.

Voici l’exemple qui m’a marqué. L’équipe de recherche de Sonja Lyubomirsky, l’auteur du livre, avait démontré que prendre régulièrement du temps pour sentir ou exprimer de la reconnaissance rendait les gens plus heureux. Les chercheurs se sont ensuite attelés à identifier la meilleure façon de sentir ou d’exprimer cette reconnaissance.

L’expérience est assez simple. On sépare les sujets de l’expérience en deux groupes, qui prendront une demi-heure pour mettre par écrit ce pour quoi ils sont reconnaissants:

  • le premier groupe le fera chaque dimanche soir
  • le deuxième groupe chaque lundi, mercredi, vendredi.

On regarde ensuite dans quel groupe le bonheur des gens a le plus augmenté après l’expérience.

Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, c’est la méthode du premier groupe (une seule fois par semaine) qui est la plus efficace. Mais pourquoi donc? On suppose qu’à faire l’exercice trois fois par semaine, un phénomène d’habituation intervient

L’habituation, c’est ce qui fait que même après un terrible accident ou le décès d’un être cher, on finit par retrouve le goût de vivre, une nouvelle normalité. C’est assez sain, en fin de compte. Mais ça a ses inconvénients: les changements positifs dans notre vie subissent le même sort (leur effet s’atténue assez vite avec le temps).

Mais quand on y pense, ça explique beaucoup de choses. En particulier, ça explique pourquoi quand on croit avoir trouvé la solution à un problème qui nous enquiquine, ça marche souvent au début, mais assez vite, ça ne marche plus. Si vous êtes comme moi, vous avez peut-être essayé toute une série de méthodes pour mieux vous organiser ou mieux gérer votre temps ou votre argent ou votre poids ou votre efficacité ou… A chaque fois, on croit enfin avoir trouvé “ce qui marche”, pour déchanter quelques semaines ou mois plus tard, quand on se retrouve “immunisé” contre la solution magique qu’on croyait avoir trouvée.

Sommes-nous donc condamnés à chercher “toujours une meilleure solution”, à courir derrière la nouveauté? Pas nécessairement, mais il faut avoir conscience que pour tenir sur la durée, il faut introduire de la variété. L’exemple bateau et que tout le monde connaît, c’est celui du couple. Si vous voulez que ça dure, il faut (entre autres) éviter de sombrer dans la routine. Certes, on a des habitudes, mais celles-ci peuvent évoluer au fil du temps, et on peut chercher aussi à garder de la fraîcheur à la relation en y introduisant de la nouveauté.

Pourquoi je vous raconte tout ça?

Parce que je crois que les réseaux sociaux ne font pas exception. Ce sont des outils, qui servent à ceux qui les utilisent. Pour communiquer avec certaines personnes, s’exprimer, s’informer, “être ensemble”. A un certain niveau, ils sont donc une “solution” à “quelque chose” (que je n’appellerai pas nécessairement un “problème” — mais ils jouent un rôle). Aussi, ce sont des outils que l’on utilise souvent quotidiennement ou presque. Il est normal qu’une certaine routine s’installe, une fois passée la phase de découverte, l’arrivée des gens de notre entourage, l’excitation liée à l’arrivée de nouvelles fonctionnalités.

Il est donc parfaitement normal que ces outils perdent de leur attrait à un certain point. On s’y habitue. Ils deviennent du coup moins efficaces à remplir leur rôle pour nous — même si c’est un rôle social ou d’information. On connaît déjà ça, hors ligne. On a des “phases”. Pendant un an ou deux, on va régulièrement au même bar. Puis on s’en fatigue, et on va ailleurs. Ou bien on lit un magazine religieusement, ou on regarde une émission télé, et un jour on réalise qu’on a passé à autre chose. On voit certains amis beaucoup, plus plus du tout. Ainsi va la vie.

Les choses qui durent sont une exception. Et si on regarde de près, peut-être bien que dans ces choses qui durent, il y a plus de variété qu’il n’y semble à premier abord (je pense aux feuilletons télé: leur contenu est fait pour nous stimuler constamment en nous assaillant de rebondissements, imprévus et nouveaux personnages).

Les gens se lassent de Facebook? Mais bien sûr. C’est “normal”, Facebook, maintenant. L’e-mail, c’est normal, ça n’émerveille plus personne (enfin par ici). Internet aussi, sauf pour ceux qui le découvrent. Facebook et Twitter, aussi. Les blogs, je n’en parle même pas. On s’enthousiasme pour le nouveau, le différent, et pas pour le normal. C’est ainsi que notre cerveau est conçu. On n’y échappe pas.

Les outils sociaux, nouveaux par essence lors de leur apparition, se trouvent rapidement pris dans une course effrénée aux nouvelles fonctionnalités, pour maintenir justement ce sentiment de nouveauté et de fraîcheur innovatrice — cela d’autant plus, à mon avis, que les premiers utilisateurs sont en général encore plus sensibles que la majorité à cet attrait de la nouveauté (et à la lassitude qui accompagne le connu).

A m’entendre, vous pourriez penser que je ne vois pas de problème dans notre société sur-saturée de stimulations, qui nous distribue du nouveau comme de la drogue. Alors oui, je dis que le neuf et la variété représente un attrait indéniable pour notre cerveau de mammifères, et qu’il faut l’accepter. Mais le problème avec une société qui nous en donne à manger à la petite cuillère, c’est que l’on ne développe peut-être pas suffisamment la capacité à générer de la nouveauté de nos vies nous-mêmes. On attend que la stimulation vienne de l’extérieur.

Se prendre la tête sur les raisons d’un “désengouement” pour les réseaux sociaux, c’est à mon avis l’expression d’une vision et d’une compréhension un peu réduites du monde et du fonctionnement de l’humain. Ça n’a rien à voir avec les réseaux sociaux. Ça a à voir avec les humains.

Bien sûr qu’après un pic d’enthousiasme pour quelque chose, il faut s’attendre à une baisse d’utilisation. Rien de nouveau sous le soleil, passez votre chemin!

Similar Posts:

Posted in Thinking | Tagged facebook, habituation, médias sociaux, mode, twitter, variété | 2 Comments

La subtilité du placement du @reply dans Twitter

[en] Remember that when you start your tweet by somebody's Twitter name, those of your followers who do not follow that person will not see the tweet. In some cases, you might want to reshuffle your sentence to make sure the Twitter name is not at the beginning of the tweet.

Allez, un petit article techno-pinailleur comme on les aime.

En 2009, Twitter décide que vous n’avez pas à voir dans votre flux de tweets les messages publics adressés (via @reply) aux gens que vous ne suivez pas.

Traduction: si j’adresse un message comme celui ci-dessous à @andreborschberg, et que vous ne le suivez pas, vous ne verrez pas mon message dans votre flux de tweets.

[blackbirdpie url="http://twitter.com/stephtara/status/75144715531595776"]

Cela signifie que vous ne voyez pas tous les tweets des gens que vous suivez. Ce n’est qu’en vous rendant sur leur page utilisateur (voici la mienne) que vous pourrez voir l’intégralité de leur activité sur Twitter.

Twitter défend enttre autres ce choix en prétendant que les gens ne désirent pas voir des “conversations partielles”. D’autres, comme moi, aimaient justement beaucoup ces conversations partielles. Mais bref, c’est comme ça, il faut le savoir.

Quelles sont les conséquences?

Si vous êtes en train de vous adresser à une personne, pas trop de souci. Mettez son nom d’utilisateur (“@” inclus) en tête de tweet, et vos followers mutuels le verront. Tant pis pour les autres, c’est ainsi que Twitter veut que soient les choses.

Attention, par contre, si vous n’êtes pas en train d’adresser le tweet à quelqu’un, mais simplement en train d’y mentionner son nom, comme sujet d’une phrase, par exemple.

Si je tweete “@andreborschberg vient d’envoyer son premier tweet” c’est un peu dommage — car je suis en train d’essayer d’annoncer la chose aux gens qui me suivent et qui ne suivent pas encore André. Twitter interprète mon message comme étant adressé à ce dernier.

Comment faire, donc? Je vois deux solutions:

  • peu élégante: mettre un point avant le @ (vous avez sûrement déjà vu ça), ce qui donne “.@andreborschberg vient d’envoyer son premier tweet”
  • élégante: tourner sa phrase autrement, par exemple “vous avez vu, @andreborschberg vient d’envoyer son premier tweet!”

Pensez-y la prochaine fois que vous commencez un tweet par “@…” — désirez-vous cacher ce tweet aux personnes qui ne suivent pas la personne au début de votre message, ou non?

Similar Posts:

Posted in Tools | Tagged @replies, mentions, nom, réponses, twitter, utilisateur | 2 Comments

Real-Time is Burying History on the Web

[fr] Notre obsession pour le temps présent en ligne et la vitesse handicape grandement nos outils de recherche quand il s'agit d'explorer notre passé numérique. A lire, l'article de Suw Sacrificing Web History on the Alter of Instant, un compte-rendu consternant de l'état lamentable de nos outils de recherche pour la passé récent (l'éruption du volcan Eyjafjöll, en l'occurrence).

Plus près du commun des mortels peut-être que ces considérations d'historiens du web: Twitter ne nous donne accès qu'à nos 3000 tweets les plus récents. Les autres sont là, archivés, même en ligne si on connaît leur URL -- mais inaccessibles même à leur producteur.

I am somebody who believes that history is an extraordinarily important asset in trying to understand our present. Unfortunately, when we are too focused on the future, and innovation, and moving ahead, it’s very easily to neglect history.

I’ve seen it as a characteristic of developing countries (sweeping generalization here, stop me if I’m wrong), with the thoughtless chopping down of centenarian trees and bulldozing of historical monuments in Bangalore. What’s important is where we’re going — we don’t really care about where we came from, and in some cases, would rather forget.

And we’re seeing it now in the hyper-technological cutting-edge world of the internet, where web history is being sacrificed on the altar of instant (do read Suw Charman‘s excellent post and then come back here).

A year and a bit ago, the theme of LeWeb’09 in Paris was “Real-Time Web”, and indeed, everybody was a-buzz with everything real-time. So much so that I had to give that year’s official bloggers a little wake-up call (I blogged it later) a day before the conference, because I was hearing increasingly worrisome comments (to my “official bloggers’ mom” ears) along the lines of “well, I actually don’t think I’ll blog much this year, I’ll mainly be tweeting”. I was interviewed about something along the lines of “curating the real-time stream” by my friend Cathy Brooks (there’s a priceless moment in that video, watch it), and overall, everything was about now, now, now, now now nownownownownownow.

I’m tired of real-time.

It feels to me as if we’re driving with our nose in the steering-wheel, never stopping long enough to look behind us and see what road we’re on and where it’s really heading. I’ve noted over the last year or so that a lot of our content is migrating into these real-time flowy presency streamy services, and that some of the precious tools we had to make sense of our online publications are all but dead, like Technorati.

But link rot aside, it’s all still there online. And that makes it all the more frustrating to know that we just don’t have a way of getting to it in a useful way, as Suw describes very well in her article. In response, Reg Chua points out that search is skewed towards speed and the present — a perfect corollary to our obsession with real-time and progress.

My tweets from day 1 (December 8, 2006 with a lot of enthusiasm) are still online somewhere. Here’s the oldest one I could lay my hands on (the podcast in question was Fresh Lime Soda), thanks to the wayback machine (if you go down that alley, note how we get a peek at what early tweeting was like in pre-hashtag times). It makes it all the more maddening that they are impossible to access if I don’t have a link to them. Twitter has them, they’re there, but they’re not organized in a way that makes them of any use.

Sidenote: this blog post is moving from “lack of access to general online history” to “lack of access to personal online history”, which is a subset of the problem.

Within that “personal online history” subset of the problem, let me state that I find it a disgrace that Twitter will not even let its users download a copy of their own data in the service, barring the last 3000 tweets.

I understand the need to restrict access to the huge number of tweets in the database for general use. I get that. But I don’t get why I should not be able to do a one-time download of what I put in the service.

I hate the expression data theft because when you take data, you always leave a copy somewhere (and theft removes the copy), but in this case, this is what it feels like. Twitter has my data and can do stuff with it, and I can’t. That just doesn’t feel right. (And don’t wave the “Twitter is free, don’t complain” argument in my face: just like Suw, I would be more than ready to pay for Twitter as a service, but they won’t let me.)

Away from Twitter and back to our obsession with real-time and what it is doing to our history: where are the online historians? who is going to build the tools we need to dig through the tremendous wealth of data online? the buzzword of 2011 seems to be “curator”: well, we don’t just need curators to avoid getting knocked over by the firehose of the real-time web — we also need curators (preferably machines) to help us organise and sort through our online history.

 

Similar Posts:

Posted in Thinking, Tools | Tagged history, real-time, Research, search, tools, twitter, web | 3 Comments