Category Archives: Corporate

Use of social media in business.

Des entreprises qui utilisent bien les médias sociaux

[en] A round-up of some companies which use social media well. Follow the links... (Most of them are in English.)

La semaine dernière, à la conférence 200 Ideas (super, faut que je vous en parle, pas là, allez voir le site, il y a toutes les vidéos et les slides), je rencontre Christian, qui me pose une question très pertinente.

On est en mode “réseautage”, couleur “faut vraiment que je bosse sur mon pitch et je vais t’en faire la démo”.

Alors il me fait: “Médias sociaux. Hmm. Alors qui sont les entreprises qui utilisent bien les médias sociaux?” (je cite de mémoire).

Et moi: “.” (Comme dans les BDs Achille Talon.)

Suivi de “Euh… ouais, je devrais être capable de répondre à cette question, hein?”

Lui: “Oui…”

Bref. Je lui ai promis un e-mail, et en faisant un peu de recherche pour l’e-mail en question, je me suis dit que ça pouvait faire un billet de blog. Que voici.

Déjà, en préambule, disons que “bien utiliser les médias sociaux”, c’est vaste. On peut utiliser les médias sociaux pour beaucoup de choses (qui ont tendance à se mélanger, mais séparons quand même):

  • marketing
  • service client
  • communication
  • comm interne
  • PR
  • gestion de crise
  • veille stratégique

Tout ceci n’est pas forcément visible. Comment savoir si une boîte utilise super bien les médias sociaux pour leur communication interne? Ou ce qu’ils font côté veille? Et la stratégie? Je veux dire, comment réfléchissent-ils à ce qu’ils font? Dur de savoir tout ça sans accès insider.

Après, il y a les outils. Une boîte peut être géniale sur Twitter et catastrophique sur son blog. Ou bien utiliser Vine super bien mais pas Facebook.

Sans plus attendre, quelques exemples d’entreprises qui utilisent bien les médias sociaux. C’est pas exhaustif, c’est un peu en vrac, c’est même pas forcément les meilleurs (qui suis-je pour juger?), mais c’est un début. De quoi vous inspirer en tous cas! Suivez les liens…

Whole Foods

Le magasin bio américain (aussi surnommé par certains “Whole Paycheck”, parce que oui, c’est plus cher), se débrouille plutôt pas mal en matière de médias sociaux. Vous pouvez lire un case study sur slideshare, une interview avec leur “Interactive Art Director”, une petite analyse de leur utilisation de quelques gros réseaux, ou encore une brève présentation de leur utilisation de Twitter (où on parle aussi de Best Buy et Southwest). Ils ont un blog, “Whole Story”, bien sûr.

Best Buy

Champions du service client sur les médias sociaux.

Southwest

La compagnie d’aviation a un blog exemplaire, Nuts About Southwest. Voici un article sur 5 leçons marketing à tirer de leur présence médias sociaux.

CGN

Plus près de nous et à une autre échelle, j’aime bien ce que fait la CGN sur Facebook.

Blogs

Côté blogs, eh bien, il y a à lire! Quelques articles-listes pour démarrer:

Le blog d’entreprise (ou en entreprise) est loin d’être mort! Plongez dans ces listes, vous en ressortirez certainement quelque chose.

Old Spice

Leur campagne-réponses sur YouTube était mythique. Voici un case-study parmi des centaines d’autres.

La fête sur Twitter

Quand on est confortable avec l’outil et sa culture, ça peut donner ce genre de délire. Ça commence avec Tesco Mobile, ça continue avec Yorkshire Tea, et ça finit par inclure des dizaines d’autres marques.

Vine

Vous connaissez Vine? Oui, ça s’utilise en marketing.

Et encore?

Dans mes explorations, je tombe sur un article présentant 5 bons exemples d’utilisation de médias sociaux dans le “retail”. Google est notre amis à tous…

A part ça, il faut bien sûr mentionner Zappos et QoQa. Et LEGO! Il y a certainement d’autres boîtes incontournables qui font du bon boulot sur les médias sociaux… à vous de les présenter dans les commentaires!

 

 

Similar Posts:

Posted in Corporate | Tagged blog, business, entreprise, examples, exemples, facebook, médias sociaux, pinterest, twitter, vine | Leave a comment

Delivering Happiness: A Book to Read on Running a Happy Profitable Business

I have just finished reading “Delivering Happiness” by Tony Hsieh. It’s a much “lighter” read than “Here Comes Everybody”, though the lessons it delivers are just as profound. Whereas Clay Shirky’s book has points to make, supported by stories, Tony Hsieh’s is the story of Zappos and his own, making points along the way.

When I was working at Orange during the end of my studies, I used to say that if I ever ran a business, it would be unsustainable because my first priority would be to make it a good workplace, which cared about its employees. Zappos seems to have achieved that, and at the same time managed to be sustainable and profitable. It’s not a “despite that”, either. It’s pretty clear that what has allowed Zappos to survive and be profitable is it’s concern about treating people well — both outside its walls and in.

I see echoes of my quest over the last years in Tony’s interest in happiness. What makes us happy? How can we organise our lives and businesses to have more of that?

My distaste for much of the corporate world has all to do with the fact it values profit over people. The story of Zappos shows us it doesn’t have to be this way. It is possible to create a workplace where there is a higher purpose than profit, where profit is a means to preserving the culture and “tribe” of the company.

Reading “Delivering Happiness” has moved me a step further towards understanding the importance of brands. For me, the word “brand has a distasteful ring to it, because I guess it’s so often associated with a certain type of marketing and hollow messages. Seeing brand as the external flip side of company culture actually makes perfect sense, and might help me develop some of my thinking about my own brand (I know I have one), the eclau brand, the Going Solo brand, etc. A brand doesn’t have to be artificial.

If you’re interested in an inspiring story of building a business based on trust, values, personality, growth, happiness, purpose, transparency, and authenticity, read this book. You won’t regret those few hours of your life. And buy an extra copy to leave lying around at work.

Similar Posts:

Posted in Books, Corporate | Tagged auchalet, business, happiness, human business, zappos | Leave a comment

Working With Bloggers: The Tip of the Iceberg

[fr] La gestion de crise, c'est la partie immergée de l'iceberg -- la véritable raison pour laquelle les médias sociaux (et les relations blogueurs en particulier) ont leur place dans les activités de l'entreprise.

Over the last year, amongst the various things I do, blogger relations have represented a significant part of my paid work. Again and again comes the question of justifying what we do: is the effort invested worth the results?

What we see of our results is the tip of the iceberg: the tweets, the facebook updates, the blogposts. The fact that bloggers who have been given a VIP ticket to an event open only to a select few end up having a more positive image of the brand. The fact that we’re communicating on this or that topic.

I understood really clearly what the rest of the iceberg is thanks to Yan Luong, who was lecturing on Saturday for the SAWI course I co-direct. Amongst many other interesting things, he told us that crisis management was the killer argument to get top management to buy in to social media.

In 2013, a crisis will not just take place offline. People will use social media. You will also have to manage your crisis online. The best way to prepare for this is to be listening, so you can detect signs of an impending crisis online (if that’s where it first manifests), to know your online communities and audience, and have established relationships with key people and ambassadors. The online field will be known to you. It will be easier to navigate. You might even find you already have allies there.

When we work with bloggers and other key online people to establish positive, respectful, and long-lasting relationships, we are in fact doing very proactive crisis management.

That is the immersed part of the iceberg. Of course, people focus on the tip, and say “hey, only 5 bloggers came to your event” or “why are there only 8 blog posts about this?”

But when that crisis ship sails by, you’ll be glad your iceberg also reaches underwater.

2nd Back to Blogging Challenge, day 9. On the team: Nathalie Hamidi (@nathaliehamidi), Evren Kiefer (@evrenk), Claude Vedovini (@cvedovini), Luca Palli (@lpalli), Fleur Marty (@flaoua), Xavier Borderie (@xibe), Rémy Bigot (@remybigot), Jean-François Genoud (@jfgpro), Sally O’Brien (@swissingaround), Marie-Aude Koiransky (@mezgarne), Anne Pastori Zumbach (@anna_zap), Martin Röll (@martinroell), Gabriela Avram (@gabig58), Manuel Schmalstieg (@16kbit), Jan Van Mol (@janvanmol), Gaëtan Fragnière (@gaetanfragniere), Jean-François Jobin (@gieff), Yann Graf (@yanngraf). Hashtag:#back2blog.

Similar Posts:

Posted in Corporate, My work | Tagged blogger relations, crisis, crisis management, gestion de crise, iceberg | Leave a comment

Measuring a Blog’s Success: Visitors and Comments Don’t Cut It

[fr] Un blog, c'est un investissement à long terme. Six mois, un an au moins sans se poser de questions, avant d'essayer de voir si "ça marche" ou pas. Et ne mesurez pas son succès aux visiteurs et aux commentaires. Plutôt, trouvez un moyen plus qualitatif de mesurer les bénéfices que vous en retirez, en vous basant sur la raison pour laquelle vous tenez ce blog.

Interestingly, a large part of my work right now seems to revolved around blogging. I’m happy about that. I’ve been blogging for over 10 years now, and went I became self-employed mid-2006 the first “title” I used was “blogging consultant”. Because back then, it was about blogs (and maybe wikis, and maybe social software, but not “social media”).

Anyway, I digress.

What I want to point out is that if you start a blog, or your company starts a blog, it’s important to have realistic expectations about the kind of benefits you’ll reap, and when, and how to measure them.

Even in 2011, too many people imagine that if you’re doing a good job with your blog, it will translate into thousands of visits per day and dozens of comments within a few weeks.

No way.

Those blogs with thousands of visits per day and dozens of comments are edge-cases, and have probably been at it for longer than you have.

Blogs and comments are actually not a good way of measuring the success of a blog. Honestly, if your blog has a few hundred readers a day and you get a comment now and again, you’re doing fine.

To measure the success of your blog, you need to think back to the reason you’re doing it. What do you want to get out of it? Chances are that “having as many people as possible visit it” is not the reason you’re doing it.

Maybe you want to change the perception people have of you. Maybe you want to showcase certain things you’re doing. Maybe you want to attract a certain type of person — reader, writer, or contributor. Maybe it’s the “marketing budget” for your business. Maybe you want to share a passion. Maybe you want an outlet to express yourself.

There are many reasons to want a blog. And most of them are perfectly valid (one that’s not, most of the time: make money with it).

But don’t go around measuring readers and comments to judge your success just because they’re convenient numbers.

Maybe what you need to do is create a scrapbook of all the things people spontaneously say about your blog, online or off. Maybe you need to make a list of events or situations where your blog was an ice-breaker or opened doors for you.

That seems to make way more sense than counting visits and comments. I mean, if those are so important to make somebody happy, they can be gamed.

Blogging takes time. It takes time because it takes time to think, write, link, tag, categorize, illustrate, title, proof, and publish. It takes time to be creative, and if your ambition for your blog is to be more than a collection of breaking news, hot topics and catchy headlines, blogging is a creative job.

But blogging also takes time because it’s a long-term strategy. When blogging started being hot, there were these numbers flying around, telling us that the average blog on the web was 3 months old and had 3 articles (or something like that). People started blogging, and abandoned their blogs very quickly.

When starting a blog, I wouldn’t worry about if it’s working or not before at least six months or a year. People are in such a hurry nowadays. All this hype about real-time, the internet being a place of unprecedented speed, the acceleration of innovation, not to say the “overnight successes” we keep hearing about but which languished in obscurity for ages before coming to the light. And even if there are real “overnight sensations”, they are, as I said above, edge cases.

And your blog will not be an edge case.

Your blog can work fine and do its job, but it will not be an edge case.

Unless your blog is your product — and in this case you’re clearly in the media business, and not using your blog as a communication tool — it is not to be looked at as a service or product people are going to use everyday and flock to. Instead, it’s a collection of valuable, long-lasting, well-indexed information. It’s the expression of something. It colours who you are.

And that takes time — not just the time of labour, but the days and months flying by in the calendar, so that value can accumulate, and become valuable.

Let me sum up this long rambling post in a few points:

  • blogging is a long-term strategy: it will take many months or even years for you to see what benefits it’s actually bringing you
  • don’t obsess on visitors and comments; instead, focus on what is said about your blog, and the opportunities it brings, in terms of contacts, open doors, favorable dispositions (qualitative measurement rather than quantitative)

Similar Posts:

Posted in Blogging, Corporate | Tagged blogging, comments, discouragement, long term, measuring, metrics, results, roi, strategy, success, visitors | 3 Comments

L’intimité au travail (Stefana Broadbent) — à lire absolument

[en] A great read, if you understand French: "L'intimité au travail" by Stefana Broadbent. If you wan't read her book, at least watch her TED talk.

IMG_1749.jpgJe viens de finir de lire “L’intimité au travail”. Stefana Broadbent fait une lecture fine et pertinente des enjeux liés aux nouvelles technologies à la place de travail, et met le doigt sur ce que je “sens” et tente d’exprimer maladroitement depuis des années. Les problèmes ne sont pas ces technologies en elles-mêmes: elles dérangent (comme le téléphone mobile et facebook à la place de travail) en tant qu’elles rendent visible des transgressions du contrat social à la place de travail, par exemple.

A lire absolument pour tous ceux qui s’intéressent:

  • aux médias sociaux et aux nouvelles technologies à la place de travail
  • à l’intégration des TIC en milieu scolaire (un splendide exemple vers la fin du bouquin)
  • à la question de la frontière entre vie privée et vie professionnelle, et son effilochement
  • à contrer l’argument-massue-bidon de la “perte de productivité” si on donne accès aux médias sociaux dans l’entreprise
  • aux réels facteurs de danger et de risque dans les incidents impliquant l’usage abusif de la technologie
  • à l’évolution de la notion de “travail” et des mesures de contrôle variables en fonction de sa nature
  • je pourrais continuer…

Ce sera en tous cas une lecture chaudement recommandée aux étudiants de la formation de Spécialiste en médias sociaux et communautés en ligne!

Similar Posts:

Posted in Books, Connected Life, Corporate, Digital Youth | Tagged book, intimité, Livre, stefana broadbent, vie privée, vie professionnelle | 3 Comments

Do Not Use Your Brand Name to Sign Comments

[fr] Ne signez jamais des commentaires que vous laissez sur le blog d'autrui du nom de votre marque. C'est irrespectueux (vous parlez à une personne identifiée, et vous vous cachez sous une marque, sans dévoiler votre visage?), cela vous fait ressembler à de la pub à peine déguisée laissée par un "community manager" à deux balles (le fameux stagiaire), et au pire, on vous prendra pour du spam.

Donnez au blogueur un nom. Que ce soit votre nom légal, un pseudonyme stable... peut m'importe, personnellement. Mais ne soyez pas une marque. Je cause aux gens, moi, pas aux marques.

Never use your brand name to sign comments. You are a person, not a brand.

How do you want to be perceived?

As a person?

Or as “advertising-disguised-as-conversation”?

There’s nothing wrong with representing a brand. You can even sign “Judy Smith (MyGreatBrand)” if it’s important to you — but be aware that it will make you sound like a commentor-for-hire or a “community manager” (note the quotes and the lowercase, not to be confused with the Community Manager, reserved for people who “get it” and usually occupy a senior position).

Signing with your brand name is also the surest way of being identified as spam — whether you really are spam or not.

You don’t want to make things difficult for the blogger who is deciding whether to approve or trash your comment: identify yourself clearly as a human being. Whether you use a name or a stable, recognizable nickname is not a big issue (at least for me). But using your brand as your nickname is so… cheesy.

And also impolite. You know who I am. Your comment is an open door to a conversation. Why would I not be allowed to know who you are? Even the robots who answer the phone in the worst of customer service call centres tell you their name.

Don’t be a ghost, hiding under the big white sheet of your brand.

Please do not sign comments with your brand name. Be a human being. Give me a name.

I’m toying the idea of replacing brand names with something witty (“Insert Brand Name Here”, or preferably something better I’ll think of under the shower tomorrow morning) and making them link to this article when people try signing comments with them. What do you think?

Similar Posts:

Posted in Blogging, Corporate | Tagged brand, branding, commenting, conversation, human, identity, rant, signature | 2 Comments

Intracom: comment intégrer les médias sociaux à sa stratégie?

[en] Prezi and rough notes of the keynote I gave this morning at Intracom, Montréal, on how to integrate social media to your strategy.

J’étais invitée aujourd’hui à donner une keynote à l’occasion d’Intracomm 2011 à Montréal, et c’est avec grand plaisir que je suis venue faire profiter le public québécois de mon accent vaudois. Je vous remercie d’ailleurs tous pour vos retours élogieux sur ma prestation!

L’outil que j’utilise pour mes présentations, vous avez été nombreux à me le demander, c’est Prezi. Un outil en ligne (“in the cloud”) et gratuit. Mais pourquoi diable les gens utilisent-ils encore Powerpoint? Il y a plus d’un an, je prédisais la mort du monstre, mais il n’a encore pas dit son dernier mot, visiblement.

Voici donc mon prezi, suivi de quelques notes de présentation un peu en vrac mais légèrement retravaillées pour être blog-publiables.

 

Le tout a été capturé en vidéo par Christian Aubry (qui s’est vaillamment mis à Prezi pour l’occasion) et ne tardera pas à être mis en ligne (je l’ajouterai à cet article).

Mes notes, donc, un peu brutes.

Idée-force: les médias sociaux sont un outil qui s’intègre à tous les niveaux de sa stratégie Public: cadres d’entreprises/organisations moyennes à grandes

Je voudrais partager avec vous ce que j’ai appris durant ces cinq dernières années à conseiller entreprises et organisations sur l’adoption des médias sociaux.

Deux grandes tendances se dessinent quand on parle d’adoption des médias sociaux:

  • d’un côté les experts (dont je fais partie) vous diront à quel point il est important, capital, indispensable d’avoir une stratégie
  • de l’autre côté, bien des exemples donnés en modèle vous diront qu’ils n’avaient pas de stratégie, il savaient pas ce qu’ils faisaient — mais que c’est capital d’en avoir une.

Je suis donc un peu partagée: j’avoue que je crois à l’approche “se lancer” et c’est la plupart du temps celle que je pratique. Néanmoins, je suis consciente qu’elle n’est pas applicable à tous les contextes, et qu’elle repose plus sur la personnalité des intervenants dans l’histoire que sur une méthode au sujet de laquelle il serait possible de dire quelque chose d’un tant soit peu intéressant — ce qui est par contre le cas pour la stratégie.

C’est pour ça qu’aujourd’hui je vais tenter de vous donner quelques éléments pour intégrer intelligemment les médias sociaux à votre stratégie — de toute façon, je ne crois pas que j’arriverais à vous tenir en haleine durant 45 minutes en vous disant “il faut juste vous lancer” ;-)

1/ Aujourd’hui, en 2011, clair que:

Les médias sociaux sont là “to stay”, il faut faire avec, ce n’est pas une mode qui va s’en aller — pas plus qu’internet n’était une mode qui s’en est allée

2/ Les organisations sont en train d’avancer dans l’adoption des médias sociaux.

Modèle de maturité de l’utilisation des médias sociaux en entreprise d’Alban Martin (source)

  1. canal “remontant” non pris en compte
  2. médias sociaux écoutés et inclus dans la veille
  3. l’entreprise réagit à certains messages clés
  4. attitude proactive d’encouragement à la discussion
  5. intégration des médias sociaux dans les processus d’innovation et le service client

où sont vos partenaires? où sont vos concurrents? où en êtes-vous?

=> On n’en est plus à “faut-il?” (absolument) ou “pourquoi?” (ce sont les outils de communication de notre temps, et si vous êtes dans les médias, votre core business va être touché) mais à “comment?”

C’est à cette question que j’aimerais tenter de répondre aujourd’hui.

Voici ce qui rend ce “comment” compliqué:

  • caractéristiques des médias sociaux qui tirent dans l’autre sens que la communication traditionnelle => rupture de paradigme, clash culturel “on veut contrôler ce qui est dit de nous sur facebook”

  • considérer que les médias sociaux sont un monde séparé (instance de “internet comme lieu d’altérité”) “on va engager un community manager pour mettre à jour notre page facebook et Twitter” (le placer dans l’organigramme)

  • manque d’expertise en matière de médias sociaux chez les décideurs (soit expertise de l’organisation, soit médias sociaux, mais il faut une rencontre des deux pour faire de la stratégie)

  • vulnérabilité au hype et aux marchands de vent (ça va résoudre tous nos problèmes) “on va faire une campagne virale dont tout le monde va parler”

  • inadéquation entre solutions “social media” proposées et les problèmes qu’elles sont censées résoudre (fausses solutions à des problèmes mal identifiés) “on va écrire un blog pour vendre plus de savons”

  • histoires de succès qui semblent déconnectées de la réalité dans laquelle on se trouve (décourageant, les font sembler irréalistes)

=> échecs et déception que l’on rejette sur l’outil (les médias sociaux) plutôt que sur le véritable problème

Donc, compte tenu de tout ça, comment s’y prendre?

La solution est assez simple:

  • les médias sociaux sont un outil, comme le téléphone ou l’informatique
  • cet outil s’intègre à tous les niveaux, comme on rajoute du chocolat dans un cake (photo gâteau au choc)
  • pour introduire un nouvel outil, il faut que ce soit en réponse à un problème ou un besoin réels et concrets

En pratique?

  • d’abord, il faut avoir un bagage en médias sociaux: l’essentiel en quelques minutes
  • ensuite, il faut comprendre le contexte (l’entreprise) et identifier la problématique: la démarche sceptique
  • puis, il faut mettre ensemble tout ça: voir comment d’autres l’ont fait

1/ que sont vraiment les médias sociaux? que font-ils? quelle forme ont-ils aujourd’hui?

outils qui connectent les gens permettent de publier/diffuser du contenu

=> espace d’échange, de conversation et de réseau

Pour comprendre les médias sociaux et leur culture, ça aide de comprendre le réseautage: pour prendre ça le fait pas — réseauter, c’est mettre les autres en relation, leur apporter quelque chose

social media: pervasive, just like the phone is now pervasive — it is a communication channel

Ce sont des outils qu’il faut pratiquer.

2/ démarche sceptique: le plus simple mais le plus dur à expliquer

  • revenir à la base: identifier les vrais problèmes, et voir si les médias sociaux peuvent faire partie de la solution
  • ne pas faire des médias sociaux “pour les médias sociaux”

poser les questions qui font mal, creuser, démarche intellectuelle qui exige l’explication (e.g. “comment est-ce qu’écrire un blog va nous faire vendre plus de savons?”)

3/ exemples d’intégration médias sociaux

métiers émergents qui nous disent aussi comment les médias sociaux commencent à prendre place dans la hierarchie organisationnelle, et nous donnent des pistes sur des cas de figure type:

social media marketing social media manager social media strategist community manager blogger relations social media optimisation

  • comprendre certains fondamentaux de la gestion du changement
  • ouvrir des portes, petit à petit
  • communication interne et externe

exemple: Lego (communauté)

point de départ: oh mon dieu ils parlent de nous! rejoindre la communauté humblement mettre en place canal remontant, encourager ce qui se fait, jusqu’à en tenir compte dans le développement produit

exemple: Leclerc (crise)

un blog comme canal de communication direct jouer le jeu de la transparence gestion de crise en supprimant les intermédiaires (sur le blog comme ici, ou plus récemment en vidéo)

exemple: Old Spice (marketing)

campagne marketing en ligne vidéo YouTube réactions sur Twitter etc. dialogue

exemple: Swiss Vibes (campagne)

objectif: faire connaître la musique suisse à l’étranger (France surtout) compilation en plus de la compilation, on fait un blog avec des coups de projecteurs sur les artistes présentés, et une page facebook, et on encourage tout ce monde à se connecter en ligne petite campagne de pub pour “lancer” la page présence sur MySpace et MX3 (plateforme locale) pour se rendre présent/visible où sont les gens

Pour terminer, j’aimerais revenir sur le message fondamental que je veux vous communiquer ce matin:

  • les médias sociaux sont aujourd’hui un ingrédient de toute stratégie
  • pour intégrer les médias sociaux à sa stratégie, on a besoin d’amener dans la même réflexion une expertise en médias sociaux et en stratégie de l’entreprise (un ou plusieurs cerveaux)
  • chercher un problème réel et concret (qui peut être aussi petit ou grand que l’on veut) où les médias sociaux apportent une véritable solution

Merci!

Similar Posts:

Posted in Conferences, Corporate, My work, Thinking | Tagged intracom, médias sociaux, montréal, prezi, social medial, stratégie, strategy | 6 Comments

L’entreprise sans voix

[en] I write a weekly column for Les Quotidiennes, which I republish here on CTTS for safekeeping.

Chroniques du monde connecté: cet article a été initialement publié dans Les Quotidiennes (voir l’original).

Pour ne pas aller dans le mur lorsqu’on met les pieds dans les médias sociaux, il est important d’apprendre (ou de réapprendre) à parler comme un être humain.

Corollaire: il est beaucoup plus facile pour une personne d’avoir une expérience enrichissante dans les médias sociaux que pour une entreprise.

Etre en ligne, c’est laisser s’exprimer sa voix. L’humain a une voix, mais pas l’entreprise — si ce n’est la somme des voix des différentes personnes humaines qui la composent. Mais celles-ci, en règle générale, sont muselées par la politique de non-communication de l’entreprise. Je dis non-communication, car trop souvent, tous ces efforts pour “communiquer” servent surtout à ne rien dire. Vous trouvez fascinante la lecture des communiqués de presse et des brochures promotionnelles, vous?

(Je suis en train de relire le Cluetrain Manifesto en préparation à la formation que je donne cette semaine… comment ça, ça se sent?)

Soyons concrets. Pour se mettre à Twitter ou ouvrir un blog, il est beaucoup plus facile de se lancer en tant que personne qu’en tant qu’entreprise ou institution. On trouvera plus vite sa voix (et aussi sa voie), on sera moins retenu par les questions politiques, et on jouira des conversations authentiques et connexions qu’on y fera.

L’entreprise, elle, ne peut vraiment parler avec personne. Elle ne peut que demander à ses humains de parler pour elle — comme une coquille vide si elle tente de les contrôler, ou comme des personnes riches, sensibles, et complexes si elle leur fait cette confiance.

Similar Posts:

Posted in Chroniques du monde connecté, Corporate | Tagged blog, cluetrain, écriture, entreprise, style, voix | Leave a comment

Cours du SAWI sur les médias sociaux: argumentaire

[en] A few talking points to convince your boss (or financial person) that it's worth sending you to follow the 1-year course on social media I'm co-directing for the SAWI.

Vous êtes convaincu que la formation de spécialiste en management de communautés et médias sociaux du SAWI (voir annonce, télécharger brochure) est ce qu’il vous faut et qu’elle bénéficiera à votre entreprise, mais vous vous sentez un peu à court d’arguments pour en convaincre également votre supérieur, ou la personne tenant les cordons de la bourse? Voici quelques pistes. Formation nouvelle et à la pointe

Toutes les offres d’emploi ces temps nous montrent que des compétences solides en matière de médias sociaux sont maintenant recherchées dans le monde de l’entreprise. Pourtant, il n’existait à ce jour aucune formation permettant d’acquérir ces compétences! Le diplôme SAWI de spécialiste en management de communautés et médias sociaux vient combler cette lacune, et offrir, en première européenne, une formation digne de ce nom à ceux qui désirent faire plus que juste s’y retrouver dans les médias sociaux et les communautés en ligne.

Clairement, l’entreprise ou la personne qui investit dans ce cours prend une longueur d’avance sérieuse sur la concurrence, vu qu’il n’existe pas d’autre formation équivalente, et que c’est une première!

L’importance des médias sociaux

Les médias sociaux et communautés en ligne sont aujourd’hui incontournables. Pour y être présent, il ne suffit pas d’ouvrir une page Facebook ou de créer un blog: il faut comprendre la culture et la stratégie de communication qui va avec. Jusqu’ici, les seules possibilités de formation sérieuses étaient “sur le tas” (et ça prend un temps fou!). Ce cours formalise l’apprentissage de compétences tant techniques que stratégiques autour de ces espaces et modes de communication dont aucune entreprise et aucun professionnel ne peut faire l’économie aujourd’hui.

Se reposer sur des consultants externes n’est d’ailleurs pas une stratégie viable à long terme. On le voit déjà: les compétences en matière de médias sociaux sont en train de devenir rapidement aussi indispensables à l’employé que les compétences en informatique (traitement de texte, utilisation de l’e-mail et internet) le sont depuis plusieurs années. Il est indispensable d’acquérir ces compétences à l’interne. Une formation pratique

Un des grands challenges des espaces numériques est la mise en pratique. Cette formation vous propose de le faire de deux manières:

  • en menant à bien un projet d’étude concret sur un sujet de votre choix; cette application pratique de la matière du cours joue d’une part un rôle pédagogique dans la consolidation des acquis, et vous assure d’autre part que ce que vous apprenez ne se limite pas au monde des idées, mais est propice à un passage à l’action
  • les modules de cours eux-mêmes (surtout les modules II et IV) vous inviteront à mettre les doigts sur le clavier et utiliser très concrètement les outils et soft skills dont il est question dans cette formation. Un double “plus” pour l’entreprise

Proposer à ses collaborateurs de suivre cette formation offre un double avantage à l’entreprise:

  • acquisition de compétences à l’interne (formation continue)
  • développement d’un projet d’étude sur une problématique concrète de l’entreprise (imaginez combien cela coûterait de faire réaliser une telle étude à une agence spécialisée externe) Proposer à une organisation de réaliser votre projet d’étude à son sujet

Si vous êtes indépendant ou en recherche d’emploi, nous vous encourageons vivement à établir un partenariat avec une entreprise ou organisation. Pourquoi ne pas proposer de leur offrir l’application pratique de cette formation (projet d’étude), ce qui financera (en partie ou en totalité) votre formation?

Avez-vous d’autres arguments massue pour convaincre votre hiérarchie de vous laisser suivre cette formation exceptionnelle? Faites-en part dans les commentaires, merci d’avance!

Similar Posts:

Posted in Corporate, My projects | Tagged argumentaire, communauté, communautés en ligne, community manager, formation, gestion de communautés, médias sociaux, réseaux, sawi | 1 Comment

Comment ne pas approcher les blogueurs

[en] A few weeks ago I got an e-mail from a French social media company asking if I'd be interested in meeting their director. The e-mail and phone message seemed to say "we might do business".

Hell, no. I got pitched. To say the truth, I was pretty pissed off. I'd had a long day and canceled my nap to see the guy to be talked at.

So, some advice for companies who want to "talk with bloggers":

  • Take the time to understand who it is you're contacting.
  • Don't assume that because a blogger writes about social media, they're interested in industry news.
  • Be very clear in your communication about the purpose of the meeting. You don't want the blogger misunderstanding the context.
  • Don't give them an oral press release. I'm sorry, but this is the base of blogosphere culture: dialogue, listening, two-way conversation. Listen.
  • If you mess up, be constructive about it and apologize properly. Some bloggers are touchy.

Good luck!

Reconnaître que les blogueurs sont un public “à part” et qui compte, lorsqu’on est une entreprise, c’est bien. Encore faut-il savoir les approcher correctement.

Voici donc une petite mésaventure qui m’est arrivée il y a quelques semaines, accompagnée de quelques méditations sur le sujet. (Le nom de l’entreprise est connu de la rédaction ;-) .)

Au sortir d’une matinée de travail assez intense loin de chez moi, je trouve sur ma boîte vocale un message (numéro français) me disant à peu près ceci: “Bonjour, je suis XY de l’entreprise YZ, je vous suis sur Twitter et je vois que vous écrivez plein d’articles très intéressants sur les médias sociaux, le hasard veut que notre directeur soit à Lausanne aujourd’hui et ABC (note: un de mes clients) avec qui je parlais de vous aujourd’hui m’a dit que vous y habitiez justement. Seriez-vous disponible/intéressée pour le rencontrer, pour avoir une conversation qui n’engage strictement à rien, bref, faire connaissance?”

Suit un e-mail assez similaire en contenu, avec en plus une invitation à rencontrer XY en personne si je ne suis pas disponible aujourd’hui pour le directeur, afin de pouvoir “échanger sur les sujets autour des medias sociaux sur lesquels nous travaillons tous les deux”.

Ma première réaction est de laisser courir. Je suis raide, il est 14h, je ne suis pas encore chez moi et je n’ai pas mangé. Mais bon, après avoir relu l’e-mail et réécouté le message, je me dis qu’ils sont visiblement motivés à me rencontrer. YZ est une entreprise que je connais de loin, active dans les médias sociaux. J’ai un compte chez eux mais je n’utilise pas trop leur service (plus par paresse/overload qu’autre chose). S’ils sont motivés à faire ma connaissance et qu’il y a des opportunités de business à faire, ce serait dommage que je laisse passer ça. Donc j’envoie un SMS pour dire que je suis dispo pour un petit café informel rapide pour prendre contact (je ne suis absolument pas en état d’avoir une conversation “sérieuse”).

C’est là qu’est le premier hic, et sur le moment, je me suis demandé si c’était moi qui avait mal compris les choses: en réécoutant (après) et relisant le mail, c’était assez clair pour moi qu’il y avait un sous-entendu “tâtons le terrain pour voir s’il y a des choses à faire ensemble”. Dans le doute, j’avoue avoir même fait lire le mail à une ou deux personnes extérieures qui ont confirmé mon interprétation.

Suite à mon SMS, l’assistante (? je crois que c’était son assistante) du directeur me rappelle. Nous convenons d’un rendez-vous. Une fois sur place, passées les formalités d’usage (où je glisse en passant que je suis vannée, à quoi ils répondent qu’on fera donc vite), on s’installe. Et là, ça se gâte, parce que l’entrée en matière ressemble à “peut-être, pour commencer, avez-vous des questions que vous aimeriez nous poser sur notre entreprise?” (euh… non, pas vraiment…) “Alors je vais peut-être vous présenter un peu ce qu’on fait…”

S’ensuit Le Pitch.

Désolée, mais il n’y a pas d’autre mot. On passe en mode “communiqué de presse oral”. J’écoute patiemment, et j’attends, même si je commence à me demander ce que je fais là, parce que je sais que des fois les gens (surtout les entrepreneurs, cadres, et autres porte-paroles d’entreprise) ont besoin de passer par là avant qu’on en arrive au vif du sujet. Lorsqu’ils proposent de m’envoyer leurs communiqués de presse, je ne peux m’empêcher un relativement énergique “oh non, s’il vous plaît, je ne suis vraiment pas amatrice de communiqués de presse et j’en reçois déjà bien assez comme ça” (pas très diplomatique, je sais) et je profite de la brèche pour leur demander ce qu’ils attendaient exactement de moi, et pourquoi ils désiraient me rencontrer.

“Mais on n’attend rien du tout, on voulait juste vous donner l’occasion d’apprendre ce qu’on faisait, nous poser des questions, etc. On est là pour une série de rendez-vous avec des journalistes, et comme on considère que les blogueurs sont importants, on essaie aussi de les rencontrer…” (je cite de mémoire, c’est pas les mots exacts).

Aïe.

Je leur dis tout de go qu’ils n’ont vraiment pas contacté la bonne personne pour ça. J’essaie de me lancer dans une analyse de ce qui coince dans leur processus pour qu’ils aient pu faire une erreur pareille, mais très clairement ça ne les intéressait pas. Mon erreur, ils ne m’avaient rien demandé de ce côté-là, j’ai mis un moment à me rendre compte que je m’étais engagée dans un dialogue de sourds (ils font régulièrement ce genre de rencontre sur Paris avec des blogueurs et ça se passe très bien, qu’est-ce que j’en sais, moi).

Du coup, un peu frustrée que ma magnifique analyse de la situation n’ait pas trouvé preneur, je vais la partager ici avec vous. Qui sait, ce sera peut-être utile à quelqu’un!

Au moins, on était tous d’accord pour dire que j’avais été mal ciblée. Mais comment est-ce que ça a pu arriver? Il y a deux explications principales, à mon avis:

  1. l’e-mail et le message téléphonique n’étaient pas suffisamment clairs concernant la teneur de la rencontre;
  2. tous les blogueurs écrivant sur les médias sociaux ne sont pas intéressés par la vie des entreprises qui les font.

La prise de contact

Plusieurs facteurs m’ont induite en erreur lors de la prise de contact (je n’ai aucune idée si c’était intentionnel ou non; étant plutôt du genre à donner le bénéfice du doute, je vote pour la maladresse plutôt que la manipulation).

  • l’urgence et l’importance: message sur la boîte vocale suivi d’un e-mail, c’est une prise de contact relativement “agressive”
  • la référence à mon client, à mes articles, à Twitter, qui donnent l’impression que la personne qui me contacte sait à qui elle a affaire
  • la formulation un peu ambiguë (qui aurait, retrospectivement, pu me mettre la puce à l’oreille) me demandant si je suis “disponible ou intéressée” à rencontrer le directeur
  • finalement, la référence à “échanger sur les sujets autour des medias sociaux sur lesquels nous travaillons tous les deux”, qui tire un peu ma sonnette d’alarme “consulting gratuit“, mais qui reste dans le registre de la relation professionnelle.

Qu’est-ce qui aurait aidé? Dans l’ensemble, être plus clair concernant la nature de la rencontre. Concrètement?

  • expliquer que le directeur est à Lausanne pour rencontrer journalistes et personnes des nouveaux médias (blogueurs etc.)
  • m’inviter à le rencontrer “si intéressée à en savoir plus sur l’entreprise YZ, ou à poser des questions à son directeur concernant celle-ci ou leur service”.

Je pense que ça n’a pas aidé que la personne qui m’a contactée (XY) n’était pas la personne que j’allais rencontrer. Je comprends bien que dans une entreprise il faut répartir les rôles, mais là, clairement, le directeur d’une part n’était pas briefé sur moi (excusable au vu du peu de temps disponible) et surtout ne s’est pas du tout intéressé à qui j’étais et à ce que je faisais avant de commencer à me parler. Il y aurait eu là une occasion d’identifier une erreur de ciblage plus tôt dans le processus, et je crois que ça aurait été moins frustrant pour tout le monde.

(Sans compter qu’un autre blogueur, à ma place, aurait peut-être pris le parti d’incendier directement l’entreprise en question sur son blog, en la nommant, plutôt qu’en prenant un poil de recul et en protégeant les innocents en anonymisant le tout.)

La nature du blogueur

Vous savez (je l’espère) que le blogueur est un animal pouvant prendre des formes diverses et variées. Certains font de l’humour, d’autres racontent leur vie, certains sont des créatifs, encore d’autres parlent de tricot, et il y en a même qui font du plutôt bon journalisme même s’il est publié dans un blog (et d’autres, malheureusement, du moins bon).

Et même parmi ceux qui écrivent des articles sur les médias sociaux, il y des différences. Certains sont des penseurs. D’autres des analystes. Encore d’autres sont versés dans l’actualité, et on en trouve même qui s’intéressent à la vie des entreprises de cette industrie. Je pourrais continuer.

Pour ma part, je me classerais dans la catégorie penseuse-analyste-focalisée-sur-l’utilisation-et-un-peu-de-mécanique. Oh, c’est sûrement pas tout à fait exact. Mais je crois que c’est clair pour n’importe lequel de vous, fidèles lecteurs, que je ne suis pas dans la course à l’actu et que je m’intéresse à l’industrie des médias sociaux uniquement dans la mesure où j’ai besoin d’avoir une vague idée de ce qui se passe pour faire mon job.

A mon sens, les seuls blogueurs intéressants à “cibler” pour une opération RP du genre de celle que mène l’entreprise YZ, ce sont ceux qui s’intéressent à l’actualité des médias sociaux et aux entreprises qui font tourner ceux-ci. Business focus. (Comme je l’ai dit à cette entreprise, je peux penser à plusieurs blogueurs suisses qui auraient été bien plus intéressés que moi par cette rencontre. S’ils avaient été plus clairs…)

Je pense que l’erreur faite, ici, a été de conclure que si quelqu’un s’intéresse aux médias sociaux, il s’intéresse inévitablement à l’industrie et à son actualité (à la ReadWriteWeb et autres TechCrunch).

Je crois qu’il est aussi important de tenir compte de la distinction entre les blogueurs qui sont aussi des professionnels des médias sociaux, et ceux qui ne le sont pas. Et parmi ces premiers, distinguer encore entre ceux qui vivent de l’info écrite sur leur blog (je ne crois pas me tromper en citant Presse-Citron comme exemple) et ceux qui vivent d’autre chose (consulting, services, etc.), comme moi. Etre conscient de cette distinction aidera à ne pas mettre les pieds dans le plat lors de la prise de contact, en prenant bien soin de ne pas faire des propositions au blogueur qui pourraient être ambiguës vu la nature de ses préoccupations et le monde dans lequel il baigne.

Le déroulement de la rencontre

Passé le fait que j’étais mal ciblée, il y a deux-trois choses à dire concernant le déroulement de la rencontre.

  • c’est valable pour n’importe quelle situation, mais prenez un peu le temps de connaître votre interlocuteur avant de tout lui déballer (qui il est, ce qu’il fait, ce qui l’intéresse, ce qu’il écrit) — idéalement en se renseignant aussi avant, mais dans tous les cas en lui faisant un peu la conversation pour démarrer .
  • personne n’aime se prendre un communiqué de presse oral (j’ai utilisé “se prendre” exprès, parce que c’est vraiment l’effet que ça fait). Je sais que suivant sa fonction, on se trouve souvent à devoir parler un peu comme ça, mais surtout avec des blogueurs, ça vaut la peine de prendre garde à être en mode “conversation/dialogue”, à l’écoute de l’autre (ça commence avec le point précédent: savoir à qui on a affaire pour pouvoir discuter), ce qui permet d’adapter ce qu’on dit à ses réactions.
  • si vous vous êtes planté, reconnaissez-le et excusez-vous (ce qu’a fait mon interlocuteur, en l’occurence), et essayez d’éviter de partir sur la défensive; il y a sûrement quelque chose à apprendre pour votre processus, donc à plus forte raison si votre interlocuteur semble vouloir vous aider à identifier le couac, profitez-en! (J’en demande peut-être un peu trop là, mais je trouve qu’une attitude constructive “essayons de comprendre ce qui s’est passé” fait toujours meilleure impression qu’un simple “on a fait une erreur, désolés”.)
  • toujours en cas de plantage, un petit mail d’excuses le lendemain de la part de la personne ayant initié le contact sera peut-être bienvenu (dans le cas présent, j’avoue même me demander si la XY a eu un retour sur la question).

OK, c’était plutôt une liste de “voici comment j’aurais aimé que ça se passe”, je l’admets…

Voilà, je vous ai assez tenu la jambe avec cette histoire.

En résumé

  • Ne lésinez pas sur le travail en amont pour décider à qui vous désirez parler.
  • Ne faites par l’erreur de penser que tout blogueur parlant des médias sociaux n’attend que de pouvoir rencontrer le directeur de votre entreprise.
  • Communiquez clairement l’objectif de la rencontre aux blogueurs que vous contactez, de façon à ce qu’ils ne risquent pas d’y venir avec de fausses attentes (c’est pire que tout!)
  • Conversez! Parlez avec la personne, pas “à“. (C’est une des bases de la culture blogosphérique, donc si vous passez à côté de ça, votre crédibilité en tant qu’interlocuteur va en prendre un grand coup.) Pas de langue de bois, pas de blabla marketing, pas de recrachage de communiqué de presse. Restez en lien avec votre interlocuteur.
  • Si vous vous plantez, adoptez une attitude constructive et excusez-vous amplement. Certains blogueurs sont susceptibles…

Si vous avez d’autres conseils à donner aux entreprises qui cherchent à “dialoguer avec les blogueurs” (ou les traiter sur le même pied que les journalistes), les commentaires sont les vôtres!

Update 14.06.2010: j’ai bien entendu prévenu XY de la publication de cet article. Il a très gentiment répondu à mon mail en s’excusant platement pour l’incompréhension (il avait véritablement en tête une rencontre “pour faire connaissance” quand il m’a contactée) et en me remerciant du feedback contenu dans cet article. (Je soupçonne un couac de communication interne entre XY et son directeur, mais c’est juste une hypothèse.) Bon point, donc. Il est important de le relever.

Similar Posts:

Posted in Corporate, Social Media and the Web | Tagged bloggers, blogueurs, cible, communication, conseils, entreprise, journalistes, pitch, pr, rant, relations publiques, rp | Leave a comment