Category Archives: Travels

Discovering the world through my travels.

Arc-en-ciel, ICC, kitesurf

[en] In Torrevieja. Saw the most impressive rainbow I've ever seen (only iPhone photos, sorry). About to start my Day Skipper course, and interested in taking up kitesurfing.

Bon, article bateau, je sais, mais avant-hier, je crois bien que j’ai vu le plus bel arc-en-ciel de ma vie. 180° d’arc, double arc tout le long, luminosité magnifique, indigo visible. J’avais bien entendu laissé mon bon appareil de photo au bateau, alors je n’ai que des photos-iPhone.

Torrevieja After The Storm 4

Torrevieja After The Storm 2 Torrevieja After The Storm 3

Après l’orage, il fait beau ici à Torrevieja. Environ 20°C dehors (plus au soleil), nuits fraîches, bateau qui tangue juste ce qu’il faut. Demain, je commence mon cours de voile de 5 jours (Day Skipper) à la fin duquel j’aurai mon ICC. Le ICC est le papier qui est généralement demandé pour naviguer en mer dans les eaux territoriales. (Après, il y a ce qu’on est capable de faire, et c’est une autre histoire.)

Déjà en octobre dernier, j’avais remarqué de nombreux kitesurfs dans les parages. Le kitesurf, ça me fait toujours penser à Loïc, avide kitesurfeur. Je me souviens d’ailleurs d’une époque où une photo de lui faisant du kitesurf illustrait son blog (ou son compte Facebook? son blog, je crois).

Bref, ça me fait extrêmement envie, et je vais profiter de ces prochains jours pour me renseigner. Je suis sûre qu’il doit être possible de prendre des cours de kitesurf pour les jours où il y a tellement de vent qu’on n’a pas vraiment envie de naviguer!

Similar Posts:

Posted in Personal, Travels | Tagged arc-en-ciel, bateau, day sailor, icc, kitesurf, rya, torrevieja, vacances, voile | 1 Comment

Random Notes About My 2012-2013 India Trip

A few random notes about my Indian trip, which I was sure I had published, but just found sitting in my MarsEdit drafts.

Health-wise, it was “interesting”. It started off with itchy knees that I carelessly brought from Switzerland. A nice dermatologist near Pune University helped me get rid of it (cream, antihistaminics, and even anti-scabies stuff — it was my big fear). In Kerala, I awoke after a first night of sleep to tons of little itchy bites on my forearm. Bed bugs? Fear, yes, but it seems not: thorough examination and repeat nights with no incident thankfully ruled that out. The bites disappeared, but I’m still curious what caused them.

In Mysore, I carelessly dropped a hearing aid — which promptly died. With three weeks of holiday left to go, it was worth thinking up a solution to get it fixed before my return to Switzerland. I ended up testing Fedex in India for you. There is an office in Mysore, and I’m happy to say it was quite painless: 2800 INR, an announced shipping time of 4 days which they managed to keep. My audiologist was able to change the 70 CHF piece that needed it and send the hearing aid right back again. 140 CHF of shipping! I’m not sure how many days they promised him, but the package took longer to reach me in Kolkata than on the way out. Looking at the tracking data for both packages shows that some parts of the shipping process in India are still big black holes. 48 hours at Delhi airport? Heck. Probably lying in a pile somewhere while people had tea (yeah, I’m probably unfair).

Anyway, the package did reach me and I was very happy to have both ears again for the end of my stay. So, success.

Around the time of my arrival in Kolkata, one of my teeth started reacting really painfully to cold and hot. I’ve always had sensitive teeth (to cold), but this was beyond anything. It got worse and worse, to the extent that I just didn’t want to drink anymore. I needed a dentist. Knowing I have a bunch of 15-to-20-years-old fillings that will at some point need replacing, I figured that if I found a good dentist, I might as well do the work in India. Which I did. A two-session root canal treatment on a molar cost me about a tenth of the price it would have in Switzerland. The dentist in question did part of his training in the UK and worked with Somak and Aleika’s dentist in Birmingham, who recommended him and sent their files there. So, there we go. My first root canal, in Kolkata. The result is magical, I can tell you: no more pain. I think that tooth had been hurting me for a very long time, actually, but I didn’t really notice it until it got really bad.

Aside from the medical stuff, I experimented properly with radio-rickshaws in Pune — Autowale.in. After a couple of successful trips, I booked an auto to bring my parents back after New Year’s Eve party. That was a disaster. Whereas for my previous bookings I had received a call from the driver about an hour before to check the pick-up point, this time around we hadn’t heard anything 30 minutes before. We called. The driver said it would take him at least 90 minutes to get there as his auto had broken down. We called the booking centre to ask them to find a replacement, and we were told that there were no available cars and that we had to “find an alternative”. Try finding an alternative in the university campus around 1am on January first. Well, the Shindes made a bunch of calls, and the son of a neighbor left his party to drive my parents back to their hotel. In the meantime, I left a pretty upset note on Autowale’s Facebook wall. We were really pissed off. The happy ending to this story is that the incident did finally get internal attention at Autowale — they asked me for details and I got an e-mail apology from the CEO, saying this was indeed completely unacceptable and that they needed to find a solution so this kind of situation didn’t happen again. Well, I’m willing to give them another chance next time I’m in Pune. But they better not mess up again: when you book a radio auto it’s usually specifically because you know it will be very difficult to find a ride. Leaving you stranded is just disastrous!

In the “new things” department we also did quite a lot of “day trip with car” outings. Most of them good experiences, some of them a tiny bit sour when it came to payment. No huge disasters, though. Two memorable rides were those to and from Mysore. We took a car from Kannur to Mysore, through the mountains and the national park. Crap road but beautiful scenery. And then, from Mysore to Bangalore, that was more memorable in the “dreadful” category. One of my family members was sick (first part of the trip went OK, but by the time we reached Bangalore we were stopping the car every 10-15 minutes). We got stuck half an hour (thankfully not more) on Mysore road because a car had hit a school girl and killed her, we were told. (I saw an ambulance go by after, though, so I like to think that maybe she did make it after all.)

Indian roads are deadly. Those close shaves we sometimes admire are sometimes too close and end up shaving off a life. I think I had looked up number last year: something like 100’000 deaths per year on Indian roads. 4000 in Pune alone. (Check those numbers somewhere if you’re going to use them.) To compare, Switzerland (roughly the population of Pune): 350-400 a year. In Kolkata I saw quite a few ambulances go by (Akirno’s school is near a hospital). People don’t even make way for them — or worse, they cut them off. Last year when I was stuck in Bangalore traffic to go and take my bus to Kerala, there was an ambulance stuck with us. If you need an ambulance to get you fast to the hospital to stay alive, you’re probably dead. You’d better not need one.

In Kolkata we had a car with a driver at our disposal. I have to say it makes a world of difference when it comes to going out and getting stuff done. Having to find taxis and rickshaws is stressful, even when you’ve become used to it. Don’t get any grand visions about the car and driver though. Boot bashed in, screaming belt, and over the last days we had to push it to start it quite a few times. This did result in a change of cars, however.

In addition to Loki the annoying puppy, I got to meet Coco, the baby African Grey parrot. My first bird contact, really! Let me just say that bird feet are warm (was sure they were cold, silly me), and that I had a great time interacting with Coco and getting to know him. Birds are not boring at all and need a lot of attention! I was there for his first flight across the room — took us all by surprise, him too, probably.

To wrap up I’ll leave you with this article that appeared in Metro during my stay, about Presidency University and some of the infrastructure problems there. Sadly Somak forgot to tell the journalist about the giant rat that fell from the ceiling onto the instrument the students had spent a good long time calibrating so they could run their experiment, or the guy who was sitting hunched up on his chair in his office the first day he met him, because there was 10cm of water on the floor.

Similar Posts:

Posted in India, Personal, Travels | Tagged Health, hearing aid, india 2012-2013, rickshaw, travel | Leave a comment

Back Home

[fr] Rentrée. Choses familières.

  • two cats, both happy to see me
  • a snack of crispy bread, cheese, and spanish ham
  • familiar things
  • a hot bath, “unlimited” hot water
  • the winter air smells nice and fresh
  • my luggage is unpacked
  • a couple of pansies I planted this autumn are still flowering
  • my indoor plants all survived
  • I have a valid British passport again
  • no dust, no noise
  • a stable internet connection
  • drinking tap water
  • my bed

Similar Posts:

Posted in Travels | Tagged familiarity, home, impressions | Leave a comment

Enjoying Bangalore

This year, I spent just two and a half days in Bangalore, at Anita’s. And this year, unlike two years ago, I was ready for the way in which Bangalore is different from the India I’m used to (understand: Pune in 99-00 ;-) ).

Prestige Shantiniketan, Bangalore 1

Prestige Shantiniketan, Bangalore 7

I enjoyed staying in a modern housing complex which is pretty much a self-sustaining village (coffee shop, pharmacy, swimming pool, tennis courts and probably many other things), eating in nice restaurants (pizza and delicious lettuce, at Chez Mariannick, vietnamese food, at Phobidden Fruit), going to the cinema (Life if Pi with totally scratched 3D glasses you had to hand back before the credits finished rolling), the huge mall, even though we didn’t do any shopping (complete with bomb-check of the car as we entered the parking), having a driver to take us to the girls’ karaoke night out at Opus — and more importantly, back.

The mall

Cinema security in Bangalore

I had a little “hero moment” at Opus. The menu cards there are a piece of paper surrounding a candle, like what we would call a “photophore” in French. One of the women of the table below us (we were sitting at the floor tables) was leaning against the empty take next to ours. She didn’t notice that she was also leaning against the menu card and candle.

I smelled something burning, burning hair actually, looked around, and saw the menu card had caught fire just behind her. I move it away, and saw there was a patch of burning hair on the side of her neck — flames and all, maybe the surface of half a hand. I swatted it repeatedly with my hand — hitting her, in fact — and the put out the flames.

I think it took her a little while to figure out what had happened (from her point of view, somebody was suddenly hitting her quite hard on the neck) — but she thanked me profusely afterwards, of course.

Being in Bangalore also gave me a chance to see Ranjita’s beautiful pottery, after meeting her for the first time in Goa a few weeks ago. Check out the My Artitude India Facebook page if you like her stuff. She’s very talented and there is a lot of demand for her pottery.

Ranjeeta's beautiful pottery 1

Ranjeeta's beautiful pottery 2

I definitely plan on visiting her in Pondicherry next time I come to India.

At Anita’s also were of course Kitkit and Tikki — first cat in my lap for weeks. I miss my cats!

Kitkit 2

Tikki 2

It was nice seeing you, Bangalore. I’ll be back for longer next time I have a chance.

Similar Posts:

Posted in India, Travels | Tagged anita, bangalore, Chez Mariannick, cinéma, fame, india 2012-2013, mall, My Artitude India, Opus, pottery, prestige shantiniketan, Ranjita, travelling | 1 Comment

Nouvelles d’Inde

Les jours filent en semaines. Il paraît que c’est le week-end, mais je ne l’aurais pas su. Hors du temps et reliée “au reste du monde” par la fragile connexion 2G de ma carte SIM indienne, la Suisse et ses préoccupations me paraissent bien lointaines.

Nous sommes à Mysore en ce moment, à Hillview Farms, petit coin de paradis où je loge pour la troisième année consécutive. Avant ça, le Kerala, Goa, et Pune. J’avais prévu d’écrire plus régulièrement, bien entendu. Ce n’est pas grave.

Cette année, j’ai fait plus de “tourisme” que jamais. Et c’est une bonne chose. J’ai assez facilement tendance à me laisser gagner par l’inertie ambiante, à me laisser décourager par les difficultés probables. Pas mes compagnons de voyage. Nous sommes donc partis un jour visiter deux temples des environs de Pune, Jejuri et Bhuleshwar, et le lendemain grimper sur un des “hill forts”, dont j’ai oublié le nom. Chaque expédition a fait l’objet de nombreuses photos qu’il me reste encore à trier, et mériterait un article dédié. On a aussi visité le Parvati Temple de Pune, qu’en une année sur place je n’ai pas trouvé l’occasion d’aller voir, alors même que notre vétérinaire avait son cabinet au pied de la colline.

Dans le même ordre d’idées, nous avons pris avant-hier une voiture pour aller voir une réserve ornithologique (très chouette) et un temple (j’ai écourté, me retrouver tel le bétail pour aller dire bonjour à la divinité résidente, pas trop ma tasse de thé). C’est bien de sortir un peu. L’oisiveté, il en faut, mais trop, ce n’est pas bon non plus. J’avais déjà remarqué ça en Suisse: pour être heureuse, il me faut un certain degré d’activité.

Que raconter? Que l’eau de la Mer Arabe au Kerala a une température comparable à celle de nos bains thermaux, que les lampions-étoiles et autres décorations de Noël à Goa sont féeriques, que le “homestay” est décidément un moyen extrêmement commode de loger en Inde? Ce sera peut-être plus facile quand j’aurai des photos à vous montrer.

En attendant, ici au chaud-pas-trop-chaud, tout va bien. J’ai prévu de revenir dans deux ans. Ce sera peut-être avant.

Similar Posts:

Posted in India, Travels | Tagged inde, travel log | 2 Comments

Welcome to India!

[fr] Arrivée en Inde!

“Welcome to India!” is a phrase I often use somewhat ironically. Like, when the Indian Consulate General sends back your visa application paperwork with a note saying “please apply in person” because you didn’t see that applications by post had been discontinued (despite the instructions for applying by post still being on the website), and so you end up on the train to Geneva with those very papers they had in their hands the week before, yes, because they stuffed them in your return envelope to send them back to you so you could bring them back to them in person… Yeah, welcome to India, indeed.

So anyway. All this to say that I’ve arrived. After a little airport adventure (a flight that didn’t exist, flying through Zurich instead of Munich, arriving nearly two hours before we were supposed to!) we made it to Pune. I managed to have a decent number of hours of sleep and still wake up before lunch (methi, Nisha knows I love it).

Sandy, house guest 1 Bruno, house guest 2

I got to meet the two canine house guests, take note of the advancement of the building works in Akashganga since last year, and this afternoon, was faced with the evisceration of the road leading up to the house. I hope nobody needs to take their car out these next days.

Construction works in IUCAA

My plans for the week? Not many:

  • make sure our waitlisted train tickets to Goa get confirmed
  • a couple of trips to the jeweler’s (one to drop off orders and stuff to repair, one to pick up)
  • pick up a SIM card *fingers crossed*
  • meet up with a few people, old and new
  • maybe go to the cinema for the latest Amir Khan movie
  • eat nice food
  • see if I can buy a pair of jeans (a challenge given my size and shape)
  • leave enough space for reading, writing, photography, chatting with my hosts, learning to cook nice food, and general unpredictability of Indian life!

Two hours later: the power is back, I can publish my post! (We’ve been without pretty much all afternoon and Nisha has been cooking by candlelight.)

Similar Posts:

Posted in India, Travels | Tagged holiday, pune | Leave a comment

Off to India

[fr] Départ pour l'Inde. Programme.

My bags are packed, all is set, the plane takes off at 8.50am tomorrow morning.

The Painter of Signs

Why India? The short answer is that I have lived there, have friends there, enjoy the food and the place. And like a sunny warm break in winter. And a good break in my working year — no e-mails for me during my trip.

What’s the plan?

  • Pune (25.12-02.01)
  • Madgaon (Goa) where I’ll be going back to Arco Iris (03.01-06.01)
  • Kannur (Kerala, 06.01-09.01)
  • Mysore, back to Hillview Farms of course (09.01-15.01)
  • Bangalore for a couple of days with Anita (15.01-18.01)
  • Kolkata (18.01-01.02)

Off I go!

Similar Posts:

Posted in India, Travels | Tagged india, india 2012-2013 | Leave a comment

My Trick for Paris Metro Tickets

[fr] Mon petit truc pour gérer les tickets de métro. Rien de transcendant mais ça rendra peut-être service à quelqu'un!

If you’re traveling to Paris, you probably have to deal with those pesky metro tickets. Here’s what I do to stay sane.

  • I buy 10 tickets at a time. They’ll still work next time I come if I don’t use them all.
  • I hold them together with a paper-clip.

I store my current metro ticket on top of the stack with the same paper-clip. No drama if I bump into a ticket check, because I know where to find it.

Tickets de métro

This means that each time I go through the ticket doors, I:

  1. take the stack of tickets out of my bag (!)
  2. remove the ticket from the last trip and throw it in a bin (or in my pocket so I’m ready for the next bin
  3. take a new ticket from the stack and use it to go through the door
  4. immediately place that new-used-ticket on the stack with the others, and back in my bag

You can identify a used ticket because it has something printed on it (often illegible, but still). With this technique finding my “last used one” is easy, as it’s either the top or the bottom one. And I avoid the drama of stray tickets in my bag or pockets, used or not.

Similar Posts:

Posted in Travels | Tagged efficiency, métro, paris, Practical, public transport, ratp, tickets, travel, tricks | 1 Comment

Une semaine sur l’eau

J’ai voulu intituler ce billet “une semaine en mer”, puis je me suis dit que c’était un peu grandiloquent compte tenu du fait qu’on dort principalement dans des ports, ou à l’ancre à quelques dizaines de mètres du bord.

N’empêche.

Le bateau est basé à Torrevieja, sur la côte sud-est de l’Espagne — sur la Costa Blanca plus précisément. A quelques petites heures de route (par la mer!) il y a Mar Menor, un petit lagon à l’eau salée et chaude, pour le plus grand bonheur de la population de méduses qui s’y reproduit joyeusement année après année. Pourquoi tant de méduses? Peut-être à cause de la pollution

Sailing in Spain 1130497

Alors je sais, “méduse” ça fait un peu “arghl”, mais en fait, celles-ci sont inoffensives (on ne sent rien ou presque) et plutôt jolies une fois qu’on a appris à les apprécier. C’est clair, se baigner dans un eau qui grouille de méduses, ce n’est pas très appétissant, même si elles ne nous font rien, alors les autorités locales font de grands opérations de “démédusification” durant la haute saison, qui s’arrête mi-septembre. Il y a aussi des filets pour protéger les plages, afin que les baigneurs ne soient pas incommodés. Mais pas en octobre.

Espagne 1130394

J’en ai bien sûr profité pour apprendre tout un tas de choses sur les méduses. Elles sont fascinantes. Au cours de mes recherches, je suis tombée sur un article portant sur la faune de Mar Menor. En lisant, j’ai compris qu’il avait été écrit par Roxanne, une dizaine d’années à l’époque, et qui vivait avec sa famille sur le Mollymawk, de façon permanente. Elle est même née sur le bateau! J’ai plongé dans la lecture du site et je vous recommande de faire de même. Je vais probablement commander leurs livres.

Retour à notre semaine de bateau. Conditions idéales, soleil, jolie navigation — variée — et quelques aventures. Mar Menor est peu profonde, et distraite par le ballet des kitesurfs, j’ai procédé à un nettoyage en règle du bas de la quille (traduction: on s’est échoués dans la vase). Quelques grands coups de moteur plus tard, et on était désenglués. La mise en marche d’urgence du moteur a été l’occasion de constater un problème de batterie. Comme le capitaine n’est pas encore très familier avec le bateau, on est repartis à Los Alcazares, d’où nous étions partis le matin, plutôt que d’ancrer au nord de Mar Menor comme prévu. Il ne faut pas tenter le diable.

Farrniente Too 1

Los Alcazares, où nous devions passer une seule nuit mais finirons par en passer quatre, est la “grande ville” du côté terre du lagon. Ville bien endormie, appartements fermés, immense centre commercial abandonnée dont toutes les fenêtres en entrées sont murées, Los Alcazares sent la crise et la basse saison

Los Alcazares by Night 25

Le port est joli, et on a dégotté un extrêmement bon restaurant, le Restaurante Ramon, où on a soupé soir après soir.

Sailing in Spain, Torrevieja to Mar Menor (Los Alcazares) 104

Après notre deuxième nuit à Los Alcazares, on a repris la route pour le sud de Mar Menor, cette fois. Au programme: mouillage. En réalité: retour à Los Alcazares à la voile (avec entrée dans le port à la tombée de la nuit), parce qu’au moment d’approcher le lieu de notre ancrage, le moteur a catégoriquement refusé de partir. Même pas un bruit. Rien.

Le lendemain, l’électricien arrive de Torrevieja pour nous dépanner. Impossible en effet de rentrer sans moteur: il nous est indispensable pour passer le canal qui sépare Mar Menor de la Méditerranée. Verdict: c’est le fusible du chargeur qui a fondu. Ces nuits au port où l’on imaginait charger les batteries… eh bien non.

On aura donc en tout et pour tout passé une nuit à l’ancre, la première, près de la Isla Perdiguera. Réveil bien agité par les vagues le matin, et découverte des troupeaux de méduses qui avaient échappé à notre attention en arrivant la veille au soir.

Sailing in Spain, Torrevieja to Mar Menor (Los Alcazares) 10

Avec un jour de retard sur notre programme, on reprend la route pour Torrevieja. Au milieu du canal se trouve un pont (il faut bien que les voitures puissent passer d’un bout à l’autre de La Manga) qui s’ouvre 15 minutes toutes les deux heures pour laisser passer les bateaux. On vise la première ouverture du pont, 8h, avec l’espoir d’arriver à Torrevieja assez tôt pour faire encore un tour au marché avant qu’il ne ferme. Debout à l’aube, donc, mais pour rien: à 8h dans le canal, le pont reste résolument fermé. On se renseigne, la première ouverture est à 10h. Nos informations dataient probablement de la haute-saison…

Sailing in Spain, Torrevieja to Mar Menor (Los Alcazares) 65

Il y a du vent pour le retour. 25 noeuds au départ, arrière. Et des vagues. C’est chouette. Je prends la barre, et on peut dire que c’est physique. Je réussis tout de même à garder un cap approximatif. De temps en temps, une vague plus grosse que les autres arrive et nous pousse. On surfe dessus, on la descend à toute vitesse, ça fait un peu montagnes russes. J’adore.

En bateau, on a beaucoup de temps pour penser. Du temps à “rien faire”. Lire quand on navigue? Pas top. L’ordinateur? L’électricité est limitée, il ne faut pas abuser. Internet? Au port, oui, si on a de la chance. On a du wifi à Torrevieja dans le bateau, mais à Los Alcazares, par exemple, il faut aller s’installer au club nautique (et encore, pas n’importe où, et la connexion est bien capricieuse).

Los Alcazares by Night 7

En bateau, donc, on pense. Ou on ne pense pas, et on regarde juste l’eau autour de soi. Ou les méduses. Et comme toujours lorsque je me mets au vert (enfin, “au bleu”), j’apprécie de voir ma vie ralentir. De ne plus savoir quel jour on est. Mon occupation principale quand j’en ai assez de “rien faire”: tuer des zombies sur mon iPhone (je suis incorrigible) et trier mes photos. Je me retrouve toujours à trier mes photos en vacances. Comme si c’était une activité que je ne jugeais pas digne de mon temps lorsque je suis “en travail”.

La lecture du site Yacht Mollymawk me fait rêver. Est-ce que ça me plairait, d’emménager à long terme sur un bateau? Peut-être pas pour toute une vie, mais pour une année? Je me souviens avoir pensé aller passer quelques mois sur une péniche — c’était il y a un moment. Le nomadisme géographique ne m’a jamais vraiment attirée (je suis plutôt casanière dans l’âme, je n’aime pas trop le changement). Mais avoir une maison qui bouge, ça, c’est autre chose.

J’ai lu il y a quelques mois le livre Drive, de Dan Pink. Dans la dernière partie du livre, contenant des idées et suggestions pratiques, il y en a une qui a retenu mon attention: prendre un “Sagmeister”, du nom du designer allemand qui en a parlé à TED, une année sabbatique de retraite anticipée durant les années travaillées. Tous les 7 ans de vie active, par exemple.

Un vague projet se forme dans ma tête: en 2019, je pourrais retourner passer une année en Inde. Une amie à moi devrait d’ici là avoir sa ferme. Aller y vivre, apprendre à monter à cheval, voilà qui me motive bien. Pour la suivante (2026? à 52 ans? ça me fait un peu peur ça), pourquoi pas passer l’année en mer? Peut-être que je n’ai pas besoin d’attendre aussi longtemps. J’organise déjà mes années pour avoir 4-6 semaines de break chaque hiver. Peut-être que je peux m’organiser pour avoir un plus long break toutes les x années, sans aller jusqu’à “un an” et “tous les sept ans” (je suis quand même bien installée dans la vie active, là, ce n’est pas comme si j’avais 25 ans). Bref, ça flotte dans ma tête.

J’aime la vie en bateau. Ce ne sont pas mes premières vacances sur l’eau. Quand j’avais 13 ans, nous étions allés passer 3 semaines en famille (3 de plus pour mes parents) dans les îles de ce qui est maintenant la Croatie. C’était magnifique. J’adorais — et j’adore toujours — m’endormir bercée par les vagues. Mon seul souci maintenant c’est que je tangue beaucoup lorsque je suis sur la terre ferme (= “mal de terre”). Après 10 jours sur le bateau en mai, ça avait été assez terrible à mon retour en Suisse. On verra si c’est mieux cette fois ou non.

Un bateau, c’est comme un petit studio flottant, ou un immense mobilehome sur l’eau. C’est petit bien sûr, mais c’est prévu pour utiliser au maximum la place disponible, et on y est étonnamment bien. Quand il fait beau, on est dehors la plupart du temps, de toute façon.

Les ports sont assez chers (25€ la nuit pour nous, tout est relatif) mais les nuits à l’ancre ne coûtent rien, sont super calmes, et bercent bien.

Sailing in Spain, Torrevieja to Mar Menor (Los Alcazares) 4

Si on n’est pas pressés, on navigue à la voile. Il y a quelque chose d’assez extraordinaire avec le fait d’avancer uniquement grâce à la force du vent. Sans autre bruit que celui du bateau qui avance dans l’eau et du vent qui souffle dans les voiles et les haubans. Comme j’ai pu le constater lors de notre retour de Mar Menor à Torrevieja, j’aime assez quand il y a des vagues et qu’on sent la mer sous la coque. Il y a des limites, je suis certaine — je n’ai jamais été exposée vraiment au gros temps.

Alors voilà. Une semaine sur l’eau, plutôt dix jours maintenant (nous sommes de retour à Mar Menor pour la deuxième semaine), mon cerveau est ralenti voire arrêté, et si mes chats ne me manquaient pas, je crois que je n’aurais aucune envie de rentrer à la fin de la semaine.

Tounsi câlin Quintus very unhappy in Switzerland

Similar Posts:

Posted in Travels | Tagged bateau, costa blanca, espagne, los alcazares, mar menor, méduses, mollymawk, ruminations, sabbatical, sailing, torrevieja, vacances | 1 Comment

Deux jours à Morat, avec croisière des Trois-Lacs: c’est top!

[en] You know Switzerland is beautiful, right? My recommendation: Morat, and the 3-lake cruise from there. Check out Fribourg Region for more info.

J’ai la chance de faire partie des quelques blogueurs à qui Fribourg Région a offert un week-end détente, dans le cadre de la promotion de leur “Grand concure” (permettant de gagner une cure anti-stress dans la région).

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 4.jpg

Vous apprendrez sans grande surprise que j’ai sauté sur la cure “courbature”: deux nuits à Morat, accompagnées (pour moi) d’une journée à vélo et d’une journée de croisière sur les Trois-Lacs. Le tout pour deux personnes, bien entendu.

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 2.jpg

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 6.jpg

Après mes mois de mai et de juin sans souffler, ça m’a fait le plus grand bien de passer un mois de juillet un peu “vacances”, à l’étranger comme plus près d’ici.

Eh bien, j’avoue que j’ai été absolument ravie de ma petite escapade au Pays des Trois-Lacs. C’est joli (vous êtes déjà allé à Morat? non? grave erreur!), très joli, il y a de l’eau, du relief, on y mange bien, l’hôtel est sympa… et en plus c’est à 1h30 de Lausanne. Que demander de plus?

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 15.jpg

Après avoir reçu le bon pour ma “cure”, j’ai contacté l’office de tourisme de Morat. On m’a fait remplir un petit formulaire en ligne pour choisir mes activités. Deux à choix: j’ai bien hésité à prendre le papillorama, mais je me suis dit que je voulais insister sur les courbatures, alors j’ai pris le vélo; quant à la croisière des Trois-Lacs, ça ne faisait aucun doute que j’allais la prendre!

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 7.jpg

Le projet initial consistait à passer la première journée à vélo (départ relativement tôt de Lausanne, donc), puis à reposer nos courbatures durant la croisière le deuxième jour. Et le troisième, tranquillement se réveiller, prendre ses affaires, et rentrer à d’autres obligations (vacancières en l’occurrence).

Les CFF et le temps se sont mis de mèche pour réduire à néant nos bonnes intentions pour cette première journée: train annulé (on arrive donc une heure plus tard que prévu) et en plus, il pleut… Heureusement, les bons pour la journée à vélo sont valables encore quelques temps. Cela nous fera une excuse pour revenir dans la région pour pédaler!

On a donc profité de cette première journée pour flâner un peu dans Morat, et ça aurait été dommage de nous en priver. C’est une ville à deux étages, qui me fait penser en celà un peu à Thonon — mais les étages sont moins éloignés et mois… déséquilibrés. Morat, c’est une ville fortifiée, pleine de jolies ruelles remplies de magasins et de restaurants, touristique sans trop l’être (en tous cas quand on y était, fin juillet en semaine), entourée de remparts sur lesquels on peut se balader, avec une vue imprenable sur le lac par-dessus les toits de la ville.

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 3.jpg

Au hasard de notre promenade, nous découvrons que Morat a un cinéma open air. La classe! On passe à l’office du tourisme se renseigner et dire bonjour à la gentille dame avec qui j’avais eu contact pour préparer le séjour. Le hasard fait bien les choses: elles avaient justement deux invitations pour le soir même qu’elles n’allaient pas utiliser, et dont elles nous ont fait cadeau.

Notre hôtel était situé juste à l’intérieur des remparts, assez simple mais très joli et propre. J’ai dormi un peu dans les couvertures, ayant oublié de les prévenir à l’avance de mon allergie, mais à part ça, rien à redire. J’ai un peu fait la tête en voyant que c’était WC et douches à l’étage, mais c’était super propre, juste en face de notre porte, et on n’a jamais eu à attendre :-)

Le lendemain, journée lacustre: Morat-Neuchâtel-Bienne-Neuchâtel-Morat. On a réservé notre repas sur le bateau la veille et embarqué à 10h, heure encore raisonnable. Il ne faisait pas très beau, ce qui veut dire qu’il y avait de la place pour s’asseoir (dedans!) — et comme toujours lorsque je me retrouve dans un cadre magnifique sous un temps non-idéal, j’ai pris note que c’est beau, très beau, même quand il fait moche. Moralité: quand il fait moche, allez dans la nature, plutôt que de rester en ville.

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 1.jpg

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 5.jpg Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 8.jpg Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 9.jpg

J’ai adoré cette croisière. Une journée à ne rien faire. Au retour de Bienne, il faisait un peu plus beau, et j’ai passé l’après-midi à l’extérieur, bien emmitouflée dans mes diverses couches et mon ciré.

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 12.jpg

Les canaux qui relient les lacs sont vraiment jolis et calmes.

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 11.jpg

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 13.jpg

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 10.jpg

Et allez, la petite famille de cygnes, juste pour le plaisir des yeux et du coeur:

Concure Fribourg Région Morat Trois Lacs 14.jpg

Bref, pour ceux qui aurait sauté un peu tous les passages descriptifs pour se retrouver à la fin de mon article (et pour ceux qui désirent un résumé):

Similar Posts:

Posted in My corner of the world, Travels | Tagged concure, croisière, évasion, fribourg, fribourg region, grand concure, morat, offres forfaitaires, suisse, trois-lacs, vacances, week-end | 2 Comments