Grand moment de solitude [fr]

Minuit moins quart. Je suis rentrée tard, mais c’est samedi soir, ça va encore.

Je suis accoudée sur mon lit, téléphone à la main, chat presque contre moi. Il est temps de me lever pour me mettre vraiment au lit. Je vais lire un peu et dormir sans trop tarder.

Seulement, quand j’essaie de changer de position, je ne peux pas. Mon bassin est un océan de douleur paralysante. Changer ne serait-ce que la répartition du poids entre mon coude et ma hanche est un calvaire. J’essaie de plier légèrement la jambe: n’y pensons pas.

Quinze longues minutes plus tard, j’ai péniblement réussi à me coucher sur le dos.

Il me faudra quinze minutes supplémentaires et pas mal de serrage de dents pour me retrouver sur mes pieds, pliée comme une petite vieille, accrochée à la table de nuit – mais « debout ». Je tremble comme une feuille: froid, peur, choc?

Je me redresse tant bien que mal. Je fais quelques pas en m’accrochant aux murs. Que faire? Prendre des médicaments? Un bain chaud? Essayer de bouger? Au contraire, surtout ne pas bouger? Me mettre au lit et prier?

Je suis raide comme un bâton, pendue à un fil. J’aimerais aller aux WC mais je n’arrive plus à m’asseoir. J’aimerais voir ce que j’ai comme médicaments mais je n’arrive pas à me pencher pour ouvrir le tiroir. A tout hasard, je sors la clé de ma serrure. On sait jamais. Je m’accroche à mon téléphone, point de contact avec le monde.

Vais-je pouvoir aller travailler lundi? Ma tête fait le tour des plans de contingence en cas de catastrophe.

Vivre seul a plein d’avantages. Je ne range que mon propre bordel. J’ai toujours mon espace vital. Je fais ce que je veux à peu près quand je le veux.

Il y a des désavantages, aussi: je paie toutes les factures. Quand je rentre du travail, les courses ne sont jamais faites, le repas n’est jamais prêt. Toutes les décisions reposent sur mes épaules.

Et les frayeurs médicales arrivent toujours au milieu de la nuit. Être mal, effrayé, et seul, c’est vraiment misérable, comme situation. Je connais bien le numéro de la centrale des médecins de garde.

J’hésite à l’appeler, mais j’ai des scrupules à deranger l’infirmière de garde parce que je n’arrive pas à m’asseoir.

Heureusement, une copine infirmière est encore debout. Un paracétamol, un ibuprofène, un patch anti-inflammatoire et une heure plus tard, je peux précautionneusement me mettre au lit avec un coussin chauffant en bas du dos. J’ai pu aller aux WC.

Je vois ma physio mercredi.

[PS pour les curieux: très certainement l’articulation sacro-iliaque, et la suite du feuilleton faisant suite à mon accident de judo d’il y a 18 mois. Je suis entre de bonnes mains.]

Similar Posts:

Raising Boys [en]

Cindy Gallop (you should follow her on Facebook) shares a piece about the Weinstein scandal and excerpts this:

Begin young: Jaclyn Friedman said culture must adopt a new definition of what it means to be a man: “We have to start raising boys to think girls are cool. … If we raised boys to assume that girls are fully three dimensional and human and interesting, then they will be more horrified when people don’t act the same way,” she said.

USA TODAY

Indeed. From reading « Bitter Chocolate » way back when (on child sexual abuse in India), it’s been clear to me that the way out of this is largely in the way we raise our boys. Starting from when they are very little.

Mothers, fathers: this is on you.

Over the last year, I’ve become increasingly sensitive to two things that we do with kids that now feels very wrong:

  • forcing physical contact upon toddlers and small kids when they don’t want it (how do you then explain to them that it’s wrong to do it to others once they are teenagers or grown men?)
  • « romanticising » childhood friendships by making fun of (even in a nice day) « girlfriends » or « boyfriends » when our kids are three, four, five… Why does every interaction between the sexes have to be seen through that lens? And after that, we complain that our kids are « sexually precocious »…

Seriously, just like you’d educate a cat or a puppy: don’t, when they’re small, encourage behavior you don’t want to see when they’re big. 300 grammes of kitten climbing up your jeans is cute. 5kg of adult cat is not. Then don’t let the kitten do it. 4-year-old running after a little girl to kiss her: will that be cute when he’s 40? Don’t let him.

Similar Posts:

Je pendule [fr]

Depuis une dizaine de jours, je pendule. Lausanne-Fribourg le matin, retour le soir. Certains d’entre vous le savez, d’autres ont deviné, d’autres encore tombent de leur chaise (mais non, mais non).

C’est très étrange après toutes ces années d’irrégularité d’avoir un horaire et une routine stables. Certaines personnes arrivent mieux que d’autres à se mettre leurs propres contraintes, et en ce qui me concerne, ça a toujours été un exercice difficile. En 2009, 2010, avant la mort de Bagha, j’y étais parvenue. 7h30 debout, 9h à l’eclau. Je crois même que je m’y suis tenue durant mon « année sans chat ». A l’arrivée de Tounsi et Safran, qui avaient d’autres horaires et d’autres idées concernant nos activités du matin (et le matin commençait tôt), ça a dégringolé, et je n’ai jamais vraiment réussi à remonter dans le train.

Jusqu’à maintenant.

Littéralement.

Je cherche encore comment m’organiser au mieux. Déjeuner dans le train? Peu concluant. Y dormir? Dommage, je trouve. Lire, laisser vagabonder mon esprit… Et hier soir, alors que le sommeil tardait à venir: bloguer!

A demain, peut-être.

 

Similar Posts:

Piège de l’empathie [fr]

Je l’ai fait de nouveau. Je voulais poster quelque chose ici, et pour faire bien, vous savez, écrire un peu sérieusement, j’ai commencé à réfléchir, je me suis perdue dans un terrier de lapin, et je n’ai pas écrit l’article, parce que mes idées ne me satisfaisaient pas.

A ma décharge, j’ai envoyé une newsletter de liens, ce que je n’avais pas fait depuis longtemps.

C’est ceci dont je voulais vous parler:

Ça parle d’empathie, de compassion, et c’est l que je me suis perdue, car ces mots sont utilisés pour dire tout et son contraire (si si quasi) par plein de personnes différentes. La compassion de l’un est l’empathie de l’autre, et vice-versa. Bref.

Vous savez, il y a quelque temps, je parlais des gens aimant les animaux qui se permettaient d’être détestable et hyper jugeants avec les humains. Et en écoutant le début de cette conférence, je crois que j’ai trouvé la clé pour comprendre ce qui se passe.

L’empathie, au sens de “sentir/souffrir AVEC”, ne nous rend pas meilleurs. Quand on souffre, parce qu’on s’identifie à la souffrance de l’autre (ce qui correspond assez bien à ce profil “d’ami des animaux” vindicatif qui me dépasse), on réagit en être qui souffre. On attaque, on juge, on blesse, on veut faire mal.

La compassion, au contraire, implique une certaine distance. Comprendre, être à l’écoute, mais sans voir s’effondrer la frontière entre soi-même et l’autre.

L’excès d’empathie (dans ce sens, hein), nous associe à ceux qui nous ressemblent au détriment de ceux qui nous sont plus distants. C’est comme ça qu’on se retrouve à tuer des médecins pratiquant les avortements aux Etats-Unis, à justifier la haine de l’autre par le fait qu’il y a “d’abord une victime”. La perspective et la vision grand angle sont absentes. Une politique basée sur l’empathie “à vif” est catastrophique.

Même s’il s’agit “juste” de prendre soin des animaux, il faut réussir à trouver cette posture qui reconnaît la souffrance mais ne se laisse pas envahir par elle au point de ne plus voir que la victime, et de faire sienne sa détresse.

Un autre exemple très pertinent que donne le chercheur est celui du thérapeute. Si je vais chez mon thérapeute et que je suis angoissée, déprimée, en souffrance, je ne veux surtout pas que celui-ci, par empathie, sente en lui mon angoisse, ma dépression, ma souffrance. Il serait bien en peine de faire ainsi son travail. Au contraire, j’ai besoin de sa part d’écoute, de compassion, de compréhension, et de sérénité pour qu’il puisse m’accompagner.

Bref, je vous invite à écouter cette vidéo, au moins les dix premières minutes, si l’anglais n’est pas votre zone de confort.

Similar Posts:

Dernière minute! [fr]

Dernière minute pour:

Similar Posts:

Des nouvelles [fr]

Je sors la tête de l’eau après une bonne dizaine de jours où je n’arrivais même plus à faire ma vaisselle. Dormir un minimum mais pas assez, manger mais plutôt en coup de vent, j’ai couvert l’essentiel. Mais le reste… Pourquoi?

Mis à part la vie, une triple collision:

Le moral va bien. Je suis super contente de la forme que prend “l’eclau 3.0” (il y a un apéro le 5 septembre, notez). A défaut de voir où je vais pour ce qui est de mon avenir professionnel, je vois comment y aller, et croyez-moi, c’est déjà immense. Erica et Mikou ont des heures de sortie pour éviter les bagarres, et ça semble aller plutôt bien pour le moment. Entre le balcon et l’eclau, j’ai fait du tri, j’ai jeté, jeté, jeté, et ça fait du bien, aussi.

Similar Posts:

Ordinary India [en]

Last week’s Reply All was riveting. The second part was this week. You should listen. This post will spoil things if you haven’t. Trust me, you won’t regret the ride you’ll be taken on.

So, this story has something to do with India. My readers and friends know that I am quite familiar with the country. (A degree in Indian culture, rusty Hindi which was once functional, two years in the country end-to-end, one of which was in one stretch.)

While I was listening, something was niggling at me. And I finally managed to put my finger on it. See, one part of the story is Alex’s magnificent sleuthing, and diving into the underworld of scammers. But another part is… India.

I kept having the feeling that (no fault of Alex or the rest of the crew) bits and pieces of what was going on were getting lost in cultural translation. I got to see behaviours that I know to be usual or at least unsurprising through the eyes of somebody who is not familiar with Indian culture or India – and at times made to appear more significant than they seemed to me.

For example: guy from far out in another state goes to Delhi to try and make it in the city – perfectly plausible. Ends up doing some shady job: also not surprising. Not that many moral qualms? I’ve remarked previously (long looong ago on this blog) that Judeo-Christian culture has strongly embedded values of righteousness, fairness, and stuff we consider basic like “not lying” that is not necessarily present in a majorly Hindu-influenced culture. So, lying to somebody’s face? BSing like there is no tomorrow? Being completely impervious to confrontation, even when the facts are in front of your face? Not at all surprising. This is where our Western understanding of how relationships and individual psychology break down.

Inviting somebody you’ve never met (or barely know) to your house? Quite normal too, and, I’d like to add, particularly if they are foreign (mix of curiosity, sense of opportunity, and also simply duty to be a good host). Similarly, asking somebody “what’s your plan?” is a rather banal question (I always find the American “what’s up?” weird, in the same kind of way). Being stand-offish, not showing up, last-minute stuff, cancellations: just normal.

A few years ago, I noticed that the way I deal with this is I really slip into “Indian mode” when I’m in India. In “Indian mode”, I do not function the same way as in “Swiss mode” – at all. Things that annoy me in Switzerland do not annoy me in India. I do not want to do the same things. The way I approach planning (or lack of) my time is completely different. There is Swiss-Stephanie and there is India-Stephanie, and I have learned that one should not try and make plans for the other. Weird, huh?

Before I wrap up, I just want to make two things clear (because I can feel the comments coming):

  • I’m not criticising Reply All’s stellar job on this story. Just pointing out some minor points of frustration for me, which are only impacting me because I am way more familiar with India than most Westerners. And seizing the occasion to show how easy it is (and I’m sure I do it too!) to ascribe intentions or meaning of our own to words or actions that we don’t have the cultural framework to interpret more precisely.
  • I am not dissing India or Indian culture. I am describing some behaviours as they come across seen from here, and the cultural gap may mean they are seen negatively – just as some Western behaviours are perceived negatively when seen from India.

Read this article about the sleuthing on Ars Technica.
Read the AMA on Reddit.

Similar Posts:

Animaux, humains [fr]

Ce n’est un secret pour personne que j’aime les animaux. Bon, j’aime les gens aussi. J’aime comprendre comment on fonctionne, “on les humains”, mais aussi “on les êtres du monde”.  J’aime comprendre comment tourne le monde, de façon générale. Une quête qui ne risque pas de s’épuiser, pour nourrir mon besoin insatiable de stimulation intellectuelle.

Alors, sur Facebook, je suis dans pas mal de groupes “animaux”. De chats surtout, vu que je suis une mamy à chats. Il y a celui que j’ai l’honneur de co-administrer, celui du refuge où j’avais adopté Tounsi, et une poignée d’autres.

Laissez-moi vous dire que la plupart des groupes “animaux” sont terribles. Je ne compte plus le nombre de ceux que j’ai quittés. Parmi d’autres choses qui m’égratignent, je suis effarée de voir avec quelle violence certaines personnes (malheureusement pas rares) “amies des animaux” se saisissent du moindre prétexte pour accuser les êtres humains de tous les maux.

S’il arrive quoi que ce soit à un animal, ou même si on le soupçonne, il y a systématiquement derrière un être humain malveillant ou irresponsable, sur lequel on ne perd pas de temps à déverser tout son fiel, invitant les autres au lynchage public. Un chat se promène dehors et semble avoir faim? C’est sans aucun doute que ses maîtres l’ont lâchement mis dehors et abandonné. (Si vous avez des chats qui sortent, vous saisirez tout de suite à quel point ce raisonnement est… contraire à la nature féline.)

Pour ces personnes, les erreurs n’existent pas. Les accidents “la faute à pas de chance” non plus. Il y a toujours un coupable. On connaît ce mécanisme, qui se retrouve un peu partout: un mal est toujours “la faute à quelqu’un”. C’est ce mécanisme qui est d’ailleurs à la racine des excès sécuritaires du monde d’aujourd’hui. Ça ne vous étonnera pas que je vous dise que ma vision du monde ne va pas du tout dans ce sens.

Parfois, cette compassion poussée à l’extrême pour les animaux ne semble servir que de prétexte pour la haine de l’humain. Et je finis par me poser la question: ces personnes accusent-elles sans cesse les humains car elles aiment les animaux, ou bien aiment-elles les animaux car ceux-ci leur donnent en toute bonne conscience une raison pour vomir sur les humains?

On est des animaux, après tout. Les humains sont nos amis, il faut les aimer aussi… (Je sais, Les Inconnus, ça date!)

Similar Posts:

Je refuse [fr]

Je refuse:

  • de me laisser terroriser
  • de propager la peur et l’impuissance autour de moi
  • de faire le jeu du petit nombre qui sèment la mort pour faire parler d’eux
  • de gaspiller ainsi mon énergie et celle de mon entourage.

Similar Posts:

Laisser tourner ma tête [fr]

Ces derniers mois, j’ai réalisé que… (J’ai toujours l’impression que c’est ces derniers mois. Mais ça vient sournoisement. Ça doit mettre des années. Bref.)

J’ai besoin de pouvoir laisser ma tête tourner à vide. Au ralenti. Au point mort. En roues libres. Être constamment soit en train de lire, de discuter, ou d’écouter des podcasts, ça ne laisse pas de temps à ma tête pour juste divaguer. J’ai pris conscience de ça de façon aiguë dans les semaines avant de partir en Inde.

Alors en Inde, j’ai fait un gros effort de déconnexion. Lecture de mon livre, oui. Facebook: très minimal. Trier des photos, oui. Podcast: lors des insomnies du décalage horaire. Ne rien faire. Laisser mes pensées se balader.

Ces jours, alors qu’il se passe plein de trucs dont je vous parlerai plus tard, je sens fortement ce besoin. J’ai arrêté d’écouter des podcasts en conduisant, en faisant la vaisselle, en mangeant. A plus forte raison vu que je ne peux pas faire de sport (repos complet pour ma hanche, toujours), à peu près la seule activité que j’avais “sans input ni cogitations intellectuelles”.

Ma tête a besoin de bande passante, elle aussi.

Similar Posts: