Un joli Bol d’Or rapide! [fr]

[en] This week-end was the Bol d'Or, a sailing race on Lac Léman. Geneva-Bouveret-Geneva, or 15 hours of sailing madly with a lot of wind for our little boat. But we made it, didn't make any big mistakes or break anything, and are all happy!

Ce week-end, c’était le Bol d’Or. Brian, Yves, Corinne et moi. Et la bise. Pas mal de bise. Sortir du port samedi matin, c’était déjà cotton: à 9h00, on était encore bloqués par un tas de bateaux! Si ma mémoire est bonne, on a été libérés vers 9h20.

9h et encore dedans… Ça commence à stresser ! #BOM17 #farrniente

A post shared by Stephanie Booth (@stephtara) on

Deux ris, le petit génois, ça allait bien pour nous, mais c’était déjà clair que certains concurrents étaient un peu en-dehors de leur zone de confort. Après le départ à 10h, festival de “triboooord!”, on a dû dévier de notre course plusieurs fois pour éviter la collision alors qu’on était prioritaires. Juste après la ligne, un bateau a déjà un homme à la mer, mais ils arrivent à le récupérer sans trop de difficulté.

On a tiré des bords, des bords, puis un très très long bord jusqu’à la côte française quelque part entre Thonon et Evian, si ma mémoire est bonne. Avec les vagues, on s’est fait gicler de nombreuses fois (surtout Yves, qui était devant – même tout équipé il s’est vite retrouvé trempé). A peine avions-nous réussi à sécher qu’un nouveau seau d’eau venait nous tremper. On confirme qu’utiliser le seau-WC dans un bateau qui roule avec les sous-vêtements mouillés, c’est pas une partie de plaisir!

Vers Meillerie, ou était-ce un peu avant, le vent tombe un peu. On lâche les ris. On les reprend une heure plus tard, ou moins, ou plus. On arrive au Bouveret à 19h12, record pour nous! Sitôt passée la barge, on manque se faire couper la route par deux bateaux qui avaient décidé de virer “un petit peu” tôt. On proteste bruyamment, ils s’écartent, on peut continuer. Le vent se lève, ou ne se lève pas, on hésite avec les ris, on les lâche, et on reste du coup un peu côté français où il y a moins de vent.

On reprendra assez rapidement nos ris, et on est contents de les avoir quand on regarde les bateaux plus toilés se battre et perdre le contrôle, et surtout à l’entrée du Petit Lac. Vers minuit, le vent se lève de plus en plus. On part au lof de temps en temps, et finalement le vent est si fort que même avec nos deux ris et notre petit génois il n’est pas possible de redresser le bateau. On descend donc la grand-voile, avec difficulté, mais on y arrive. On surfe toujours, avec juste le petit génois. Lors d’une accalmie on tente de remonter la grand-voile, mais on se rend rapidement compte que ce n’est pas une bonne idée. On n’arrive simplement pas à la hisser, et pour la descendre je dois m’y suspendre avec tout mon poids.

15h04 après notre départ, à une heure du matin, on passe la bouée d’arrivée. On est raides, quasi personne n’a dormi, on a mal partout, on n’a pas arrêté. Mais on est contents: on a “fait juste”, on a bien fonctionné, pas eu de casse, pas de grosses erreurs, et on a fait un joli temps!

Le Farrniente finit 386e au classement général en temps réel, 264e en temps compensé (14h29), 24e des TCF4 (sur 42 à l’arrivée mais 56 inscrits).

On s’amarre dans le port, où et comme on peut. On remarque ensuite que le bateau contre lequel nous nous sommes mis a le mât cassé en deux. En descendant l’estacade, j’en vois un autre. Au matin, Yves en dénombre sept. Une copine me raconte qu’un Toucan a coulé. On apprend que la fumée que Corinne et moi avions observée au loin, puis sans doute l’odeur d’essence qui m’a alarmée bien des heures plus tard un peu avant Meillerie, c’est un bateau du staff qui a pris feu.

J’ai pris quelques photos, mais les conditions n’étaient franchement pas idéales pour faire du reportage. Ma foi, c’est l’expérience qui compte!

D'habitude on est plutôt ici au petit matin… ça va vite, pas beaucoup l'occasion de poster! #farrniente #BOM17

A post shared by Stephanie Booth (@stephtara) on

Il y a quelques photos sur la page facebook du Farrniente, et j’ai mis ce que j’ai pris en vrac dans un album Google Photos pour les curieux.

Après quelques heures de sommeil dans un vrai lit (de 4 à 9!) on a ramené le bateau lundi. Merci à Mélanie pour les photos de notre arrivée à Vidy!

On attend avec impatience le récit de Corinne, qui faisait son premier Bol d’Or!

 

Similar Posts:

Living on a Boat [en]

[fr] Ce matin, j'ai passé une heure et demie à lire les aventures de Capucine et Tara Tari.

I’m writing this (“yesterday’s”) post late, because I unexpectedly ended up joining a party of one of my clients’ — I sailed past it as I was bringing the boat back into the marina, saw the big banner with their name on it, texted my contact, and he promptly invited me to join them.

On Wednesday nights during the “good” season I usually go sailing. We have training races. Tonight I was at the till, and we did good, better than I expected. That means there were more than one or two boats behind us when we crossed the finish line.

I might have mentioned it: sometimes I dream of living on a boat. I’ll probably never do it, but I like dreaming of it. This morning Corinne sent me a link to Where is Tara Tari? — the blog of Capucine and Tara Tari, her boat. She crossed the Atlantic with it. Corinne told me it made her think of a cross between she and I: a nomad on a boat.

I spent an hour and a half reading through the blog, and reading articles about Capucine and Tara Tari. Check out the blog. The boat is beautiful. It’s a 9m boat built in Bangladesh on the model of traditional fishing boats, using a jute composite. The guy who built it sailed it to France, and Capucine took over from there.

The Mollymawks also get me dreaming. I have spent hours reading their blog and books. Unlike Capucine who is at sea alone with her boat, the Mollymawks are a whole family with three children born at sea — now grown and growing up.

Funny how some dreams or obsessions we have seem destined to remain just that. And I say this without bitterness. I’m not sure I would like living on a boat “permanently”. But I like dreaming about it.

3rd #back2blog challenge (3/10), with: Brigitte Djajasasmita (@bibiweb), Baudouin Van Humbeeck (@somebaudy), Mlle Cassis (@mlle_cassis), Luca Palli (@lpalli), Yann Kerveno (@justaboutvelo), Annemarie Fuschetto (@libellula_free), Ewan Spence (@ewan), Kantu (@kantutita), Jean-François Genoud (@jfgpro), Michelle Carrupt (@cmic), Sally O’Brien (@swissingaround), Adam Tinworth (@adders), Mathieu Laferrière (@mlaferriere), Graham Holliday (@noodlepie), Denis Dogvopoliy (@dennydov), Christine Cavalier (@purplecar), Emmanuel Clément (@emmanuelc), Xavier Bertschy (@xavier83). Follow #back2blog.

Similar Posts:

Bol d'Or Mirabaud 2013 avec le Farrniente [fr]

[en] YouTube video and Storify of my three days sailing on the lake with the Farrniente for the Bol d'Or.

C’était mon troisième Bol d’Or, le week-end dernier. Genève-Bouveret-Genève à la voile. Ça va pas forcément vite (29h de course pour le Farrniente) mais ça donne un peu le même sentiment de satisfaction qu’une longue randonnée en montagne: tout ce chemin parcouru sans source d’énergie extérieure!

J’ai posté quelques photos et séquences vidéo en cours de route, jusqu’à ce que mon iPhone rende l’âme (malgré le chargeur de secours que j’ai vidé aussi). Grâce à Storify, voici donc le Bol d’Or 2013 du Farrniente presque comme si vous y étiez. J’ai pris pas mal de photos que je dois encore trier (avec celles des éditions 2009 et 2012!) et en attendant de faire mieux, j’ai collé bout à bout les séquences vidéo pour en faire le film d’une quinzaine de minutes que vous pouvez voir ici:

Moins pénible peut-être que la vidéo, le Storify mentionné plus haut (et il paraît que les liens vers les vidéos dans Facebook marchent quand même, même si on n’a pas de compte Facebook!):

[View the story “Bol d’Or Mirabaud 2013 sur le Farrniente” on Storify]

J’ai profité de l’engouement provoqué par la possibilité de suivre le Farrniente live durant la course pour créer une page Facebook pour le bateau. Click click!

Similar Posts:

Arc-en-ciel, ICC, kitesurf [fr]

[en] In Torrevieja. Saw the most impressive rainbow I've ever seen (only iPhone photos, sorry). About to start my Day Skipper course, and interested in taking up kitesurfing.

Bon, article bateau, je sais, mais avant-hier, je crois bien que j’ai vu le plus bel arc-en-ciel de ma vie. 180° d’arc, double arc tout le long, luminosité magnifique, indigo visible. J’avais bien entendu laissé mon bon appareil de photo au bateau, alors je n’ai que des photos-iPhone.

Torrevieja After The Storm 4

Torrevieja After The Storm 2 Torrevieja After The Storm 3

Après l’orage, il fait beau ici à Torrevieja. Environ 20°C dehors (plus au soleil), nuits fraîches, bateau qui tangue juste ce qu’il faut. Demain, je commence mon cours de voile de 5 jours (Day Skipper) à la fin duquel j’aurai mon ICC. Le ICC est le papier qui est généralement demandé pour naviguer en mer dans les eaux territoriales. (Après, il y a ce qu’on est capable de faire, et c’est une autre histoire.)

Déjà en octobre dernier, j’avais remarqué de nombreux kitesurfs dans les parages. Le kitesurf, ça me fait toujours penser à Loïc, avide kitesurfeur. Je me souviens d’ailleurs d’une époque où une photo de lui faisant du kitesurf illustrait son blog (ou son compte Facebook? son blog, je crois).

Bref, ça me fait extrêmement envie, et je vais profiter de ces prochains jours pour me renseigner. Je suis sûre qu’il doit être possible de prendre des cours de kitesurf pour les jours où il y a tellement de vent qu’on n’a pas vraiment envie de naviguer!

Similar Posts:

Port de Vidy: dépenser plein de sous pour emmerder le monde [en]

Le Port de Vidy à Lausanne fait super fort avec ses super nouvelles portes sécurisées censées empêcher les visiteurs malvenus de venir finir leurs soirées sur nos bateaux.

Porte sécurisée Port de Vidy 1

Première tentative hier pour moi: la porte bloquant l’accès à l’estacade sur laquelle est amarré le Farrniente est… fermée. Tellement fermée que même le badge ne l’ouvre pas.

On teste les autres estacades: la A ne prend pas notre badge mais elle est ouverte, la B prend notre badge mais… elle est ouverte, la C est fermée et prend notre badge, victoire!, sauf que nous sommes à l’estacade D. Qui est vraiment fermée. (Il y a encore E, F, etc qu’on n’a pas testé. Pas très scientifique.)

Heureusement que c’est un jeu d’enfant d’enjamber par le côté les super portes magnifiquement sécurisées. On a quand même pu faire notre régate, et constater que la porte était également verrouillée pour qui arrive depuis l’estacade.

Porte sécurisée Port de Vidy 2

Dois-je préciser aussi qu’un seul badge est donné par bateau? Très pratique pour les équipages “multi-foyers” où l’on ne sait pas toujours qui arrivera en première pour commencer à préparer le bateau…

Moralité: quelqu’un s’est sûrement fait un joli pactole avec cette histoire qui sert principalement à emmerder les propriétaires de bateaux et leurs équipages et ne risque pas de décourager les visiteurs indésirables. Seuls gagnants sur place: les grèbes huppés, qui peuvent nicher presque en paix.

Grèbe huppé tranquille

Tiens, ça me rappelle que je n’ai toujours pas écrit l’article incendiaire que j’avais dans les doigts concernant le passage de ma porte d’immeuble de l’humble clé au moderne digicode…

Similar Posts:

Départ pour le Bol d'Or! [fr]

[en] I'll be on the lake most of these next four days. The Bol d'Or race is on Saturday and Sunday. Tomorrow morning, we're leaving early to bring the boat to Geneva. We'll be coming back either late Sunday or Monday, depending on when we finish the race.

Ce week-end, c’est le Bol d’Or. Demain, on descend le bateau à Genève (départ vers 8h du matin). Course samedi et dimanche. Suivant à quelle heure on termine, on ramène le bateau de Genève dimanche dans la soirée ou lundi.

Vous l’aurez compris, je vais être plutôt hors ligne durant ces quatre prochains jours.

Et juste là, je vais préparer mes affaires et acheter mon pique-nique!

Similar Posts: