Effraction [fr]

La porte d’un voisin du dessous a été enfoncée. Si vous constatez des traces d’effraction chez quelqu’un, ne perdez pas votre temps avec la gérance ou les concierges — appelez directement Police Secours (117 en Suisse).

[en] The flat of a downstairs neighbour has been broken into. If you notice a door that seems to have been broken into, don't lose your time contacting the rental agency or the landlord -- call the police immediately (117 in Switzerland).

Rentrant chez moi en début d’après-midi, le chat m’attendait devant l’immeuble. Je le fais rentrer, mais le voilà  qui file au fond du couloir et qui se glisse dans la porte entrouverte d’un des voisins de dessous. Je sonne — pas de réponse. Il n’est pas non plus à  la lessiverie.

Il fait sombre dans l’appartement. J’appelle. “Il y a quelqu’un?” Je remarque que le pêne de la serrure est sorti — elle est fermée à  clé, mais ouverte. Pas de gâche (j’ai appris plus tard l’explication probable), juste deux mortaises, taillées directement dans le bois qui est venu visiblement remplacer à  un moment donné la chambranle d’origine. Le bois n’a clairement pas tenu, un grand lambeau semble avoir été arraché par le choc et traine par terre. Il n’y a plus rien pour tenir la porte fermée.

Je glisse un oeil dedans. L’appartement semble vide. Je me gronde intérieurement pour mon imprudence: appeler devant une porte enfoncée, ce n’est pas une très bonne idée — il pourrait encore y avoir quelqu’un dedans. Mais bon, rien ne semble bouger. Je cours chez la concierge, mais il n’y a personne.

Je sonne chez le voisin d’en face. Il n’a rien entendu. Il n’a d’ailleurs pas vu notre voisin (et moi non plus) depuis des semaines. Ce n’est pas inhabituel, celui-ci étant malade et disparaissant régulièrement pour des séjours à  l’hôpital. Mais bon, on ne l’a pas vu, et sa porte a bien l’air d’avoir été enfoncée. Je crois la troisième voisine du palier, qui me dit avoir remarqué en fait déjà  vers dix heures du matin que la porte était entrebaillée — elle n’y avait pas prêté attention, pensant que son voisin devait simplement être rentré. Elle me dit que quelques années auparavant, le voisin avait lui-même défoncé sa porte une fois qu’il avait oublié ses clés. Probablement qu’il avait réparé la chambranle lui-même, sans remplacer la gâche.

Je décide d’alerter la gérance (Bernard Nicod). Le bureau qui s’occupe de notre immeuble est fermé pour la pause de midi; j’appelle donc la centrale. Là , on me renvoie un peu sur les roses en disant qu’il faut que j’appelle ma succursale, et qu’ils ne peuvent rien faire pour moi. Heureusement, le bureau ouvre cinq minutes après. Malheureusement, la personne “de contact” n’est pas encore là , on me dit donc de rappeler un quart d’heure plus tard.

Finalement, je parle à  la bonne personne. Elle prend note, dit qu’elle va demander à  son supérieur, qu’elle va contacter le concierge, parce qu’avant d’envoyer quelqu’un, il faudrait quand même vérifier qu’il s’agit bien d’une effraction. Je lui explique que très clairement, la porte a été enfoncée. Par qui, et pour quelle raison, on ne peut que le deviner, mais il n’y a pas de doute quant à  l’effraction et l’absence du locataire. Elle enfin me dit qu’ils vont s’en occuper, et qu’elle se charge de prévenir les concierges.

Je m’attends un peu à  voir quelqu’un débarquer pour s’occuper de cette porte durant l’après-midi. Que non. De retour ce soir après mon entraînement de judo, je suis un peu surprise de voir que la porte est toujours ouverte. Je vais sonner chez les concierges, qui n’ont pas été contactés par la gérance (celle-ci n’ayant pas non plus laissé de mot sur leur répondeur). S’ensuit une discussion peu productive que je vous épargnerai, dans laquelle est faite mention du peu d’importance de l’effraction (“il ne doit pas avoir grand-chose à  voler là -dedans”), “du moment que lui n’est pas dedans”, et dans laquelle je tente d’exprimer qu’il serait bien que quelque chose se fasse afin que cette porte d’appartement ne reste pas ouverte toute la nuit. Ma suggestion de contacter la police est accueillie avec scepticisme.

En rentrant, je sonne chez la voisine du bas. Elle a aussi parlé avec la concierge, et a retiré un sentiment similaire au mien de la conversation. Elle est un peu estomaquée (mais pas trop surprise) d’apprendre que j’ai effectivement réussi à  joindre la gérance en début d’après-midi, et que celle-ci ne semblait pas vraiment avoir bougé le petit doigt. Je lui dis d’appeler directement la police si jamais elle trouvait un jour la porte de mon appartement enfoncée. Je demande d’ailleurs si on ne devrait pas appeler la police quand même, et elle semble pencher pour. Je décide de passer à  l’action.

Vu que la porte est ouverte depuis le milieu de la matinée en tous cas, j’appelle l’Hôtel de Police plutôt que Police-Secours. La femme qui me répond prend les informations et envoie une patrouille. Elle me dit également que si je me retrouvais dans une situation similaire (face à  une porte enfoncée), il fallait immédiatement appeler Police-Secours (117), et qu’il était inutile de contacter la gérance. (Un cambrioleur peut encore tout à  fait se trouver dans l’appartement lorsqu’on découvre la porte ouverte!)

La patrouille est arrivée. Les agents ont contrôlé l’appartement, pris mes coordonnées, puis ils ont bloqué la porte depuis l’intérieur avant de sortir par la fenêtre, prenant soin de fermer les stores derrière eux depuis l’extérieur. (J’ai admiré l’astuce.)

Je n’en reviens pas que des trois personnes à  qui j’ai dit que j’appelais pour une porte enfoncée lorsque j’ai contacté la gérance, aucune n’ait su me dire que j’aurais dû plutôt appeler la police. Je n’en reviens pas non plus que la gérance (et encore pire, la concierge) fasse si peu de cas d’un appartement ouvert. En fait, je trouve ça proprement scandaleux.

Chers voisins, si vous tombez donc un jour sur une porte ouverte qui ne devrait pas l’être, ou que vous constatez des traces d’effraction, ne perdez votre temps ni avec votre concierge, ni avec votre gérance. Le 117 est la seule réponse. Quant à  la gérance Bernard Nicod, je ne peux qu’espérer pour elle que le service client désastreux dont j’ai été témoin n’était pas représentatif de la qualité globale de leurs prestations envers leur locataires.

Similar Posts:

Un long week-end à  Paris [en]

Compte-rendu du week-end que j’ai passé à  Paris, sous prétexte de souper-rencontre du canal IRC #echoes.

Les week-ends à  Paris, je commence presque à  avoir l’habitude. Je ne me perds plus dans la Gare de Lyon, je reconnais le Quai St-Michel, je traverse le Louvre d’un pas assuré pour aller faire un tour dans les jardins de Palais-Royal, et j’achète maintenant d’entrée un carnet de tickets de métro.

Le prétexte à  cette escapade était le souper #echoes, organisé pour fêter le premier anniversaire du canal IRC où je traine depuis un peu moins d’un an. Je ne vous referai pas un compte-rendu factuel du souper lui-même avec liste des présents, le lien ci-dessus devrait suffir à  assouvir votre curiosité.

J’avoue avoir eu une nette préférence pour la partie “restau” de la soirée, ce qui ne surprendra certainement personne qui me connaît un tant soit peu. Le bar, avec la fumée qui m’explose les yeux, l’alcool qui coule à  flots, le bruit, le monde, et la fatigue irrépressible minuit passé (vu mon grand âge), c’est moins ma tasse de thé. Mais bon, c’était sympa tout de même 🙂

Comme on ne s’est pas privé de le dire, le problème des “grandes rencontres” (une trentaine de personnes au total) c’est leur superficialité. On ne fait qu’effleurer ces gens avec qui on a parfois un long historique de conversations en tête-à -tête et à  coeur ouvert sur le net, et on reste un peu sur sa faim. Pour ma part (même si je ne regrette pas une seconde d’être venue, j’ai passé une bonne soirée!) je préfère clairement voir moins de gens et pouvoir leur parler plus longuement.

J’avais dit à  Flaoua que je dormirais dans la baignoire s’il le fallait, lorsque sont apparus au programme des problèmes de place. Finalement, on n’en est pas passé loin, puisque les ronflements en concert de Fg, PatrikRoy et Kobal2 m’ont assez rapidement persuadée de ramasser mon lit de fortune pour m’installer dans la salle de bains, tout à  fait spacieuse et habitable au demeurant. Le chat n’a pas tardé à  me rejoindre pour têter mon bras et me bercer de son ron-ron.

On retiendra également le passeport de Kitof, resté sagement à  la maison alors que son propriétaire comptait partir en Grèce le lendemain. Heureusement qu’il y a le TGV et que Lyon n’est qu’à  deux heures de Paris…

J’ai bien fait de prendre mes rollers. J’ai réussi à  les chausser chaque jour ou presque, et Paris est une ville joliment plate. Du coup, ça m’a donné le courage de mettre mes roues pour me rendre à  mon entraînement de judo hier soir — et je peux vous assurer que les trottoirs lausannois sont bien plus lisses que ceux de Paris (même si l’avenue Daumesnil fait bien concurrence aux quais d’Ouchy, le lac en moins).

La sortie prévue samedi après-midi est littéralement tombée à  l’eau. CourtJester a déclaré forfait pour une raison inconnue (nos enquêteurs travaillent encore sur l’affaire), et Kyz est resté muet à  mes appels sms (on soupçonne qu’il a rencontré une jolie fille sur le chemin du retour la veille au soir). Kwyxz a répondu présent à  l’appel, mais on a eu droit à  une bonne roille qui a détrempé tout ce qui ressemblait de près ou de loin à  un trottoir. Inutile d’insister.

Il y a des jours où je hais mon téléphone mobile. Samedi a été l’un de ces jours. Alors que je me tâtais pour la suite (rejoindre ledit Kwyxz pour une partie de console, ou faire du tourisme-shopping), mon appareil chéri, qui subissait depuis peu des ralentissements fâcheux, m’a fait le coup du « Je peux plus ! Y a plus de place ! J’étouffe ! » avant de clairement planter et refuser toute tentative de redémarrage.

Je vous conseille, au moins une fois dans votre vie, de faire l’expérience de vous retrouver dans une ville étrangère sans un seul numéro de contact ni même l’adresse de la gentille personne qui vous héberge. Je peux vous dire que pendant une bonne heure, j’ai flippé. En gros, mon téléphone me disait clairement qu’à  moins que je n’efface certain choses pour y faire de la place, il refuserait catégoriquement de démarrer et de me donner accès à  mes numéros de téléphone. Bien entendu, pour faire de la place, j’avais besoin qu’il démarre… Merci Microsoft.

J’ai d’abord essayé France Telecom (Orange, non ?) en pensant qu’ils pourraient peut-être m’aider. Erreur. En plus, le gars était aimable comme une porte de grange. Direction la FNAC, avec l’idée d’acheter de téléphone le moins cher sur le marché pour qu’au moins je puisse être joignable. 109€. Me voilà  donc en larmes au milieu des Halles, à  me demander comment je vais me sortir de ce mauvais pas.

« Si je me retrouvais dans une situation similaire en Suisse, étrangère en rade dans une ville inconnue pour cause de téléphone grincheux, les gens auraient été beaucoup plus gentils et aidants que ces parisiens froids et antipathiques. » Que cela soit ou non vrai importe peu, mais dans ce genre de circonstances cette impression se fait insistante et enfonce encore un peu plus le moral. Bien sûr que l’on n’est jamais aussi bien que chez soi.

En y réfléchissant après coup, je me dis que ce qu’il manquait pour moi de la part de ces gens, c’était un peu d’empathie. De l’aide concrète, je ne sais pas s’ils pouvaient vraiment m’en apporter. Mais ils avaient une façon de me laisser complètement seule avec mon problème que j’ai trouvée brutale. Je pense qu’on est différents dans ma région, mais je me trompe peut-être.

Assise sur les marches quelque part près de la rue Saint-Denis, je retrouve mes moyens. Dans le pire des cas, j’irai chercher de l’aide sur IRC. J’essaie quand même de faire redémarrer mon téléphone une énième fois et… miracle ! C’est lent, je ne peux pas envoyer de messages, mais au moins, il est allumé. Je vous passe les détails de la chasse au café Internet, au sortir duquel j’appelle Kwyxz qui avait justement rendez-vous avec les personnes que je devais retrouver.

Une petite balade à  roller plus tard, on rejoint les autres près de la Place Monge. La plupart disparaissent dans le sous-sol glauque et sombre d’un bar, alors qu’un petit groupe dissident prend racine au milieu de la place après avoir brièvement mais sans succès tenté de squatter deux tables sur une terrasse bien trop chère. Brut de pomme, lapin bleu, et téléphone récalcitrant nous tiennent compagnie. On finira par aller se gaver de pâtes chez Pasta Papa. La seule véritable victime de la soirée fut la voiture de Mr_Peer, kidnappée par les flics (rectification: par les lutins).

J’ai passé un dimanche plus tranquille. Partie pour faire la touriste, je renonce à  prendre mes rollers (ce que je regretterai toute journée), je mange entre Odéon et Saint-Michel, réalisant que c’est dans ces rues mêmes que je me suis baladée avec Steph l’année passée. Direction l’autre rive de la Seine, passant en chemin devant la pizzeria de vendredi soir. Je viens de coller ensemble deux morceaux de Paris. Je flâne sur les quais, puis décide de continuer sur mes traces revoir les jardins de Palais-Royal avant d’aller faire du lèche vitrine dans le Marais.

Alors que je traverse le Louvre, un homme qui marchait depuis un moment à  peu près à  ma hauteur m’interpelle. Je m’y attendais un peu, allez savoir pourquoi. Il a un gros appareil de photo, il aimerait prendre mon portrait. Contre toute attente, j’accepte, bien gênée et rougissante. Il prend quelques photos, me pose quelques questions ; je lui laisse une adresse e-mail pour qu’il m’envoie une copie. Je prends congé et m’enfuis, farouche tout de même, déclinant l’invitation à  boire un café.

Je passe mon après-midi à  prendre des photos et à  marcher. Je me perds, bien entendu. Je cherche le Marais dans le neuvième (les parisiens comprendront), ce qui a bien fait rire les deux policiers à  qui j’ai demandé mon chemin. Je trouve le Marais, je lèche les vitrines, et je finis par m’écrouler, affamée, dans un joli petit bistrot.

La journée se termine par une soirée fort sympathique, tranquille comme je les aime, en compagnie de Kalou, Psychotruc et Flaoua. Un peu de blablatage, de la nourriture indienne plus que mangeable, un DVD GirlPower.

Une nuit de sommeil bien agréable plus tard, je m’en vais rollers aux pieds et sac sur l’épaule direction Gare de Lyon, d’où je prendrai le TGV en début d’après-midi — non sans avoir auparavant embrassé en douceur un trottoir de la Place de la Bastille…

Similar Posts: