Client Phone Calls: House Rules [en]

I have recently become aware that I am developing a certain number of “house rules” for my phone calls with clients (particularly first-contact phone calls). I thought I’d share them here with you in case they could come in handy to other freelancers:

  1. I don’t give rates on the phone
  2. I don’t agree to new things
  3. I don’t talk about what I’m doing with a contact to a third party within the same company unless my contact introduced me to them.

I’ll detail the whys and the hows of these below, but first of all…

Me and phone calls

I often describe myself as a phonephobic. There are situations where I’m perfectly comfortable on the phone (with friends, for example), but anything that hints of administrivia or relationship tension just makes me go ballistic if it needs to be dealt with by phone.

There was a time when I would walk into town to the offices so I could deal with admin stuff face-to-face, rather than pick up the call and get it done in five minues.

To be fair, I’ve had my share of traumatizing phone experiences (when I was a scout leader as a teenager, and all through my adult years). I also worked as a phone interviewer (surveys) for a couple of years when I was a student — so I’m not completely incompetent either. I’m not exactly sure why I am so scared of phone calls, but I am.

If you’ve had me on the phone you probably have no idea of this, because I cover it up, but it translates in me procrastinating a lot when I need to call people back, and agonizing for days — weeks — when I decide I need to cold-call somebody.

Still. I don’t like it, but I’m functional — however, I need to take into account that I feel under pressure on the phone and take steps to make things easier for me. (Less blunders = happier clients, in the end.)

Not giving rates on the phone

First of all, let me say that as a freelancer in a pioneering industry, determining how much to ask for the services I offer has always been a bit of a headache. From undercharging (way too often) to overcharging (a few times), I’ve done it all. Convincing people they need me is not too much of an issue, but actually asking for money is where I more often than not start sliding down into the pit of self-deprecation.

I’ve been doing this for four years now, and I’m much better at it than I was. I’m actually even starting to consider myself pretty competent, to say the truth. But even with the worst of the pricing-angst behind me, offering services for which there is no real fixed market-price to a wide variety of clients means that pricing is not simple. (Think Oracle and Intel on one end of the spectrum, and struggling artists and newbie freelancers on the other.)

Recently, I realized that I was much less likely to undercharge (or overcharge) if I had a little time to calmly think about my pricing, without the client breathing down my neck on the other end of the line. (Well, my clients aren’t actually that bad, quite the contrary, but given my phone anxiety, that’s quickly what it feels like.) I asked around a bit, and discovered that quite a few of my colleagues had a “no money on the phone” policy. By e-mail is fine, face-to-face is fine, but not on the phone. If your client is going to go green (or speechless) when he hears your price, chances are you’d rather it not happen on the phone. And if your prices are right, then that’s what’s going to happen.

So, unless you’re going to systematically undercharge, keep the money talk off the phone.

I make exceptions when the service is very well-defined and there is no hesitation about the price. For example, if a freelancer calls me up because he wants to spend half a day with me to make his website, I’ll give the price on the phone.

But even that is not without danger: I have given freelancer prices to small companies in this kind of situation, because I didn’t have enough information at that moment to realize what kind of client I was dealing with. And it’s always very unpleasant to have to send a follow-up e-mail saying “actually, it’s more expensive than I told you”. And it’s even more unpleasant to be stuck with work you’re undercharging for.

Not agreeing to new things on the phone

I’m easily enthusiastic about new projects, and that does give me a tendency to bite off more than I can chew. Again, as there are few things more unpleasant than saying “Oh yes, great, let’s do that!” and having to follow up with an e-mail the next day (or worse the next week or the next month) explaining that you overcommited and have to back out.

This can also help manage scope creep for existing projects.

When I was a teenager, my dad showed me these cards they were distributing students at his school. They were guidelines to help them decide when to say “no” to something. One of the guidelines was something like “If you feel under pressure to say yes, then that alone is a reason for saying no.” Taking a little bit of time to think about something on your own or by talking to a trusted friend cannot hurt. Don’t fall for the “now or never” ploy.

Third-party calls from the same company

I am not a fan of triangulation. I know from first-hand experience that it does not make for happy relationships, and do my best to not fall into that kind of trap with my clients.

If my client is a company, I usually have a single point of contact. If my contact puts me in touch with other people from the company so that I can do my job, that is fine. But if I receive a cold call from a third party from inside the same company, asking for information about an ongoing project, I will not discuss it without checking first with my contact.

In practice

These three guidelines I have are actually there to allow me to make decisions or deal with situations without being under the pressure of having to give an immediate response to something. I think the phone is particularly pressure-inducing because silence is less acceptable than if you’re face-to-face.

I think if you’re somebody who tends to be anxious in this kind of situation or agree too quickly to things, it helps to have these predefined guidelines for what to do in certain set situations — particularly with first-time calls with clients (and, I would tend to argue, for subsequent calls as well; can you tell I don’t like the phone?)

If you have other guidelines for your phone calls with clients, do share them in the comments.

Here are a few useful lines I try to keep handy. Do you have others?

  • That sounds really interesting! I’d like to sleep on it a bit and get back to you in a few days.
  • I’m afraid I don’t give my rates on the phone. I’ll send you an e-mail with my rates by tomorrow.
  • That sounds reasonable. Let me think about it and give you an answer by the end of the week.

And as a final note, yes, I know that my clients are reading this too. I don’t mind being comfortable about my shortcomings. And I’m not interested in entering professional relationships (or any, for that matter) based on power-play. Which is, let’s face it, the only kind of situation where talking about this kind of stuff in the open could be harmful for me.

Similar Posts:

Chat ou e-mail pour rester en contact? [fr]

Au détour d’une conversation avec Fabien ce matin, je (nous) faisais la réflexion suivante: même si j’adore écrire (preuve les kilomètres de texte qui s’alignent sur ce blog, sauf quand je n’écris pas) je ne suis pas du tout versée dans l’e-mail “correspondance”.

Certes, j’utilise (beaucoup) l’e-mail comme outil de travail. Pour des échanges factuels. Pour de l’administratif.

Mais pour parler de sa vie ou de son coeur, je préfère être en intéraction directe: IM, SMS, IRC Twitter, téléphone, ou même (oh oui!) se voir en chair et en os pour boire un café ou manger un morceau.

Déjà avant que l’e-mail ne débarque dans ma vie, je n’étais pas vraiment une correspondante. Ma grand-mère paternelle se plaignait amèrement du manque de lettres provenant de sa petite-fille, les cartes postales signées de ma main étaient dès le jour de leur réception des pièces collector, et les deux ou trois tentatives adolescentes d’avoir des correspondantes dans d’autres pays se sont assez vite essoufflées.

Peu étonnant, dès lors, qu’un fois accro au chat sous toutes ses formes, ce soit les modes de communication interactifs que je privilégie pour mes relations avec les gens.

Je me demande si c’est simplement une préférence personnelle (certains sont épistoliers, d’autres pas) ou bien s’il y a véritablement des caractéristiques des médias en question qui la sous-tendent: l’interactivité (relativement synchrone), par exemple. Parler de ce qu’on vit ou fait (c’est souvent l’essentiel des conversations), c’est bien mieux avec un retour direct d’autrui en face, non?

Similar Posts:

Manuel de survie Twitter pour francophones [fr]

[en] A survival guide to Twitter in French. If you're an English-speaker, head over to the Twitter support site or fan wiki.

**Mise à jour 03.2010:** Une grande partie de ces instructions (tout ce qui touche aux SMS, en particulier) n’est plus valable aujourd’hui. Par contre, les explications sur la nature de Twitter et son caractère public restent valables.

Cela fait des mois que je veux écrire ce « manuel de survie Twitter pour francophones ». Si vous débarquez (vous êtes pardonnables, ne vous en faites pas), filez vite lire [Twitter, c’est quoi ? Explications…]( ou écouter [la Capsule de Pain consacrée à Twitter]( Si votre première réaction est de l’ordre de « c’est nul, ce truc ! », vous pouvez encore lire [Pas capté Twitter](

En très simple, Twitter est un service qui vous invite à envoyer la réponse à la question “que faites-vous en ce moment?” à vos amis — par internet ou par SMS.

Vous êtes encore là ? Très bien. Voici **trois points importants à retenir** :

– avec Twitter, on ne choisit pas à qui on envoie ses messages ; ce sont les destinataires qui choisissent ce qu’ils veulent recevoir
– Twitter permet de faire la jointure entre le Web et le téléphone mobile ; le service y fonctionne de façon quasi identique
– Twitter ne devient véritablement intéressant que lorsque l’on est connecté à plusieurs personnes. N’hésitez donc pas à convaincre deux ou trois amis de s’inscrire en même temps que vous.

**En pratique**, comment est-ce que ça se passe ? Je vais vous présenter deux façons de vous inscrire (sur le Web et par SMS). Ensuite, je vous apprendrai les quelques commandes importantes pour pouvoir utiliser cet outil de façon agréable.

#### Inscription par SMS

Si vous avez reçu un SMS d’invitation de la part de Twitter, c’est sans doute que l’un de vos amis, déjà utilisateur du service, désire que vous le rejoignez.

Si vous n’avez pas reçu d’invitation, rien n’est perdu! Il vous suffit d’envoyer un SMS au +447624801423 (le numéro de Twitter) avec votre première mise à jour. Twitter vous répondra par un SMS demandant de choisir un nom.

Répondez au SMS de Twitter par un message contenant le nom d’utilisateur que vous aurez choisi. Vos amis utiliseront ce nom pour s’adresser à vous ou vous envoyer des messages directs. Gardez-le simple ! Les messages que vous envoyez à Twitter seront disponibles à l’adresse'Utilisateur (voir plus bas, « C’est public ! »).

Ajoutez également le numéro de Twitter à vos contacts.

**Attendez** le SMS de confirmation de Twitter. (Si vous êtes trop pressés, comme il m’est arrivé, votre deuxième message risque de dépasser le premier, et vous vous retrouverez avec un nom d’utilisateur faisant 15 km de long. On peut le changer par la suite, mais c’est embêtant.) Si le SMS n’arrive pas, je vous suggère de passer directement à l’étape d’inscription sur le Web, que vous devrez faire de toute façon.

Lorsque vous allez finaliser votre inscription sur le site Web et que vous utilisez déjà Twitter, on vous invite à [spécifier d’entrée votre numéro de téléphone](, qui sera ainsi automatiquement relié à votre compte.

Twitter par SMS

Attention, utiliser le format international de votre numéro de téléphone ! (Pour la Suisse, il commencera avec +41…) La suite de la procédure d’inscription à la même que si vous n’aviez pas encore commencé à utiliser votre téléphone avec Twitter.

#### Inscription sur le Web

*Si vous n’avez pas été invité par SMS, et que vous voulez faire tout ça sur le Web, il faut commencer ici.*

Bon, c’est en anglais, mais ce n’est vraiment pas sorcier. Direction [le formulaire d’inscription]( (si vous avez fait l’étape précédente, vous y êtes déjà) :

Twitter / Create an Account

Pas dur, non ? Vous pouvez maintenant vous lancer :


Si le coeur vous en dit, [ajoutez une photo]( pour vous représenter et [quelques informations supplémentaires](

#### Activer les SMS

*Attention, étape inutile si vous avez commencé à utiliser Twitter depuis votre téléphone mobile.*

Pour que tout soit bien, il nous faut ajouter le téléphone mobile. N’ayez crainte, Twitter ne fonctionne pas aux SMS surtaxés. En Suisse en tout cas, recevoir des SMS ne vous coûte rien, et envoyer un SMS à Twitter, même si le numéro de téléphone est anglais, coûte la même chose qu’envoyer un SMS en Suisse.

Twitter: ajouter téléphone

Twitter va vous demander de confirmer votre numéro de téléphone en envoyant un SMS avec un code. Cela évite que des personnes malintentionnées n’utilisent votre numéro de téléphone pour s’inscrire !

#### C’est public !

Prudence ! Rappelez-vous que les messages que vous envoyez avec Twitter apparaissent sur le Web : n’importe qui peut donc les lire. [Même avec un pseudonyme](, quelqu’un pourrait un jour vous reconnaître. Tenez-en donc compte.

Vous avez bien entendu la possibilité de protéger vos messages en cochant la case « Protect my updates » sur la [page des réglages]( Ils ne seront visibles qu’aux personnes qui décident de vous suivre, ce que n’importe qui peut faire sans demander votre autorisation, même si vous avez la possibilité de bloquer certaines personnes après coup et à qui vous aurez donné votre autorisation.

Cela ne rend pas vos messages privés, mais vous donne un peu de discrétion. Gardez à l’esprit que vos mises à jour vont apparaître sur les pages de ceux qui vous suivent, et qu’il est vite fait d’oublier que quelque chose est privé. Une saisie d’écran, c’est si facile!

Comme toujours, donc, les choses « privées » que l’on ne désire pas mettre sous les yeux de tout le monde (inconnus, mais surtout amis) ne devraient pas se mettre sur Internet, sauf dans un espace protégé par un bon mot de passe (et encore…)

#### Inviter des amis

Plus on est de fous, plus on rit, et plus on est d’amis, plus Twitter montre sa valeur. Inviter donc quelques amis à vous rejoindre, surtout s’ils se connaissent ! Envoyez-leur aussi l’adresse de ce guide de survie pour leur faciliter la tâche.

La formule magique, c’est « invite +417xxxxxxxx », sans les guillemets et en remplaçant le numéro de téléphone par celui de votre ami bien entendu, que vous pouvez envoyer par SMS à Twitter ou bien [directement par le Web](

Ils recevront donc un SMS d’invitation de la part de Twitter, auquel ils pourront répondre comme décrit plus haut.

#### Suivre des personnes déjà inscrites

Si vous connaissez des personnes qui sont déjà chez Twitter, demandez-leur leur nom d’utilisateur. Vous pouvez les ajouter soit en envoyant le message « on nomd’utilisateur » à Twitter, soit en vous rendant sur leur page Twitter (’utilisateur) et en cliquant sur le petit bouton « Follow » qui se trouve au-dessous de leur nom :

Twitter -- Follow

Ensuite, cliquer sur le bouton « on » pour activer la réception des messages de cette personne par SMS :

Twitter, SMS on

En cherchant, vous pourrez trouver les [annonces officielles Twitter]( ainsi que les comptes de la joyeuse équipe qui fabrique ce merveilleux outil : [biz](, [ev](, [jack](, [blaine](, [britt](… Moi, je suis [par ici](…

#### Gérer ces satanés SMS

Suivant combien de personnes vous décidez de suivre, vous courez le risque de vous retrouver assez rapidement inondé de SMS — particulièrement si vous comptez parmi vos amis des irrépressibles bavards [comme moi]( En plus, on a tous des seuils de tolérance aux SMS différents.

Heureusement, Twitter nous donne le moyen de gérer tout ça. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y a une différence entre les personnes auxquelles vous êtes abonnées et les personnes dont vous recevez les notifications.

– Les messages des personnes auxquelles vous êtes abonnées apparaissent sur votre [page d’accueil](
– Les messages des personnes dont vous recevez les notifications arrivent sur votre téléphone portable.

Il est donc possible de « suivre » ou autrement dit, d’être abonné aux messages de nombreuses personnes, et de garder ainsi un oeil plus ou moins distrait sur leur quotidien ou leurs activités, sans être pour autant noyé sous les SMS. Il est possible de :

– désactiver les notifications par SMS : « off »
– réactiver les notifications par SMS : « on »
– désactiver les SMS de telle heure à telle heure (pendant la nuit par exemple)

De plus, on peut choisir de ne recevoir des notifications que pour certaines personnes. Par exemple, je suis abonnée à près de 200 personnes sur Twitter, mais je ne reçois sur mon téléphone portable que les notifications d’une toute petite dizaine de personnes proches.

On peut donc contrôler, personne par personne, si on veut recevoir leurs notifications par SMS :

– pour arrêter de recevoir les notifications par SMS d’une certaine personne (par exemple quelqu’un qui parle trop !) : « off nomd’utilisateur »
– pour commencer à recevoir les notifications par SMS d’une personne (par exemple quelqu’un dont on a auparavant désactivé les notifications mais que l’on désire de nouveau ajouter, au quelqu’un dont on ne reçoit pas habituellement les notifications mais qu’on veut recevoir sur son téléphone portable pour une raison ou pour une autre en ce moment) : « on nomd’utilisateur »

On peut aussi faire ses réglages depuis le Web :

Twitter : following detail

Un petit truc : si vous êtes en train de recevoir les notifications pour beaucoup de personnes, cela peut être fastidieux d’aller les désactiver une à une. La commande « leave all » permet de faire le nettoyage par le vide et de désactiver les notifications de tout le monde. Vous pouvez ensuite ajouter manuellement les quelques personnes dont vous désirez recevoir les notifications par SMS.

Si vous ne recevez pas les notifications d’une personne, mais que vous désirez tout de même recevoir par SMS le dernier message qu’elle a envoyé à Twitter : « get nomd’utilisateur ».

#### Web, SMS… Et quoi d’autre ?

Que vous utilisiez Mac ou Windows, il y a un petit programme très sympathique que vous pouvez installer (c’est gratuit !) et qui vous donnera directement accès aux messages Twitter des gens auxquels vous êtes abonnés, sans que vous ayez à vous embêter à aller sur leur site Web à chaque fois. Il ressemble un peu aux programmes d’« instant messaging », comme MSN par exemple.

– pour Mac : [Twitterrific](
– pour Windows : [Twitteroo](

#### Et la messagerie instantanée ?

Oui… On peut aussi choisir de recevoir les messages Twitter par messagerie instantanée (Jabber, Google Talk). À mon avis, ce n’est intéressant que si vous recevez la messagerie instantanée sur votre téléphone portable, et si ça vous coûte moins cher que des SMS. En Suisse, ce n’est pas encore vraiment le cas.

Sur l’ordinateur, je dirais que c’est plus dangereux qu’autre chose, surtout si les gens que vous suivez sur Twitter sont des gens avec qui vous chattez : vous risquez de ne pas réaliser que le message vient via Twitter, et d’y répondre comme si vous chattiez (en privé !) avec votre ami. Du coup, risque d’envoyer à toutes les personnes qui sont abonnées à vos messages Twitter un message que vous ne destiniez qu’à une seule personne… Ça peut être embêtant !

En plus, si votre client de messagerie instantanée est réglé pour envoyer une auto-réponse, ces auto-réponses risquent d’être envoyées comme messages Twitter… Pas forcément très embêtant, mais ce n’est pas très classe !

#### Les messages directs

Vous pouvez envoyer à une personne qui vous suit sur Twitter un message direct (privé) : « d nomd’utilisateur texte de votre message ». Attention, vous ne savez pas si cette personne va recevoir votre message sur son téléphone portable ou non !

#### D’autres questions ?

D’autres questions, quelque chose qui n’est pas clair ? Laissez un mot dans les commentaires je me ferai un plaisir d’y répondre.

Similar Posts:

Twitter, c'est quoi? Explications… [fr]

Cet après-midi, je ramasse 20minutes dans le bus, et je vois qu'[on y parle de Twitter]( Bon sang, il est grand temps que j’écrive le fichu billet en français que je mijote depuis des semaines au sujet de ce service [que j’adore]( “Ma page Twitter.”) (après l’avoir [mentionné en anglais]( il y a plusieurs mois). Allons-y, donc: une explication de [Twitter](, pour vous qui n’avez pas la moindre idée de ce que c’est — et à quoi ça sert.

“Twitter” signifie “gazouillis” en anglais. Ce nom reflète bien le contenu relativement anodin qu’il se propose de véhiculer: **des réponses à la question “que faites-vous?”**.

Ça n’a pas l’air fascinant, a première vue, un service dont l’objet est d’étaler sur internet les réponses somme toute souvent très banales à cette question. “Est-ce que ça intéresse le monde entier, le fait que je sois [confortablement installée dans mon canapé](” Certes non. Par contre, **cela intéresse peut-être mes amis**.

Oh, très clairement pas dans le sens “tiens, je me demandais justement ce que Stephanie était en train de faire maintenant, ça tombe à pic!” Mais plutôt **dans un état d’esprit “radar”**: avoir une vague idée du genre de journée que mène son entourage. En fait, ce mode “radar” est tellement omniprésent dans nos vies qu’on ne le remarque même plus, et qu’on n’a pas conscience de son importance.

Pensez aux gens que vous fréquentez régulièrement, ou à vos proches. Une partie de vos intéractions consiste en échanges de cet ordre: “je t’appelle après la danse”, “je dois rentrer, là, parce qu’on a des invités”, “je suis crevé, j’ai mal dormi” ou encore “tu vas regarder le match, ce soir?”

Sans y faire vraiment attention, on se retrouve ainsi au courant de **certaines “petites choses” de la vie de l’autre** — et cela vient nourrir la relation. Plus on est proche, en général, plus on est en contact avec le quotidien de l’autre. Et corrolairement, **être en contact avec le quotidien d’autrui nous en rapproche**. (Vivre ensemble, que cela soit pour quelques jours ou à long terme, ce n’est pour cette raison pas anodin.)

On a tous fait l’expérience qu’il est plus difficile de garder vivante une relation lorque nos occupations respectives ne nous amènent pas à nous fréquenter régulièrement. Combien d’ex-collègues dont on était finalement devenus assez proches, mais que l’on a pas revus depuis qu’on a changé de travail? Combien de cousins, de neveux ou même de parents et d’enfants qu’on adore mais qu’on ne voit qu’une fois par an aux réunions familiales? Combien d’amis perdus de vue suite à un déménagement, ou simplement parce qu’il a fallu annuler la dernière rencontre et que personne n’a rappelé l’autre? Et à l’heure d’internet et des vols low-cost, combien de ces rencontres fortes mais qui se dissipent dès que la distance y remet ses pieds?

C’est ici qu’intervient Twitter.

**Twitter me permet de diffuser auprès de mon entourage ces petites parcelles de vie si anodines mais au final si importantes pour les liens que l’on crée** — et de recevoir de la part des gens qui comptent pour moi les mêmes petites bribes de quotidien. Cela permet de rester en contact, et même de renforcer des liens.

Ceux d’entre vous qui chattez le savez: échanger quelques banalités de temps en temps, ça garde la relation en vie, et on a ainsi plus de chances de prévoir de s’appeler ou de se voir que si on avait zéro contact. Les chatteurs savent aussi que les fameux “statuts” (“parti manger”, “disponible”, “ne pas déranger”) jouent un rôle non négligeable dans la communication avec autrui. C’est d’ailleurs en partie inspiré par ces statuts que [Jack]( a eu l’idée [qui est un jour devenue Twitter]( (Un autre ingrédient important était la page des “amis” sur [Livejournal](

Une des qualités majeures de Twitter et que **ce service n’est pas limité à internet**. En fait, à la base, il est prévu pour fonctionner par SMS. On peut donc envoyer (et recevoir!) les messages via le web, via un service de messagerie instantanée ([Google Talk](, ou par SMS — selon ses préférences du moment.

Concrètement, cela se passe ainsi: on [s’inscrit]( et on donne à Twitter son [numéro de portable et/ou son identifiant GTalk](, ce qui nous permet déjà d’envoyer des messages. Ensuite, on [invite]( ses amis (ou bien on les ajoute depuis leur page s’ils sont déjà sur Twitter — voici [la mienne]( afin de se construire un petit réseau social de personne que l’on “suivra”. Tous les messages de ces contacts sont rassemblés sur une page web (voici [la mienne](, et on peut choisir de les recevoir en plus par SMS ou par chat.

On peut envoyer des messages privés, bien entendu, et il y a toute une série de commandes qui permettent facilement d’ajouter ou d’enlever des contacts et de contrôler les alertes que l’on reçois — même si on est loin de son ordinateur. Un billet consacré à ces considérations plus techniques suivra.

Il faut aussi préciser que **recevoir les SMS de Twitter ne coûte rien** (enfin cela dépend de l’opérateur, mais en Suisse c’est gratuit), et qu’envoyer un message par SMS coûte simplement le prix d’un SMS envoyé à l’étranger (à ma connaissance, de nouveau, en Suisse cela revient au même prix qu’un SMS envoyé à un numéro suisse).

A venir, donc, un billet avec des informations techniques et pratiques sur l’utilisation de Twitter, et un autre qui poussera plus loin la réflexion sur le rôle d’un tel service, la façon dont les gens l’utilisent actuellement, et certaines critiques qui lui sont faites.

**Mise à jour 09.2007:** une [explication audio]( avec la complicité de M. Pain.

**Mise à jour 03.2010:** depuis mi-2008, nous ne recevons plus de SMS Twitter en Europe. C’est nettement moins important aujourd’hui qu’à l’époque, vu l’explosion des iPhones et autres téléphones similaires.

**Mise à jour 04.2010:** à lire aussi, Comment démarrer avec Twitter, moins technique et plus stratégique.

Similar Posts:

CASH Cards and Cellphone Train Tickets [en]

[fr] En Suisse, on a la carte CASH (avec laquelle je paie parcomètres, billets de bus, et parkings souterrains), le numéro court 222/999 pour recevoir les horaires de train par SMS, et maintenant les billets de train par MMS (pour certains trajets, commandables en ligne ou par téléphone).

Near the end of the [latest Cranky Geeks episode]( there is some talk about paying things through cellphones, general lack of quarters (change) in the world, and concert ticket barcodes sent by MMS.

Here are some of the things we already have in sometimes-backward Switzerland.

First, the [CASH Card]( It’s basically a chip which is added to nearly all the current debit cards banks provide their customers (people here use debit — [Maestro]( — much more than credit). It’s specifically designed for the payment of small amounts. You “put cash” on your card at the ATM through your debit account (30-300CHF). Then, off you go, your pockets full of virtual change.

I use CASH to pay my bus fares, feed the parking meter, underground parking, payphones, and even small purchases in kiosks or the baker’s. It’s cheaper for the vendor than either debit or credit, and doesn’t require an authentification code. It’s fast.

Second, [train tickets on your mobile]( For certain trips, you can order the ticket online or by phone (I called them to make sure I’d understood things right, as the web page is a bit confusing), and receive the barcode for this ticket by MMS. This does require going through a [somewhat cumbersome sign-up process](, but hey, you only need to do it once (and I did *manage* to follow through to the end).

One very useful thing the SBB/CFF have been doing for sometime now is they allow you to [query the train timetables by SMS]( Send “Lausanne Geneva” (without quotes) to 222 or 999 (depends on carrier) and they’ll give you the timetable of the three next trains for that trip. It gets smarter, too: “Lausanne Geneva 1500” gives you the first three trains after 3pm, and “Lausanne Geneva” the three last trains to arrive before 6pm. If you want platform information, try “Lausanne Geneva 1700 g”. You can also ask for trains departing in 2 hours, for example: “Lausanne Morges 2”.

I’m waiting to see a merge between these two last services: ask for timetables via SMS, and then order the MMS ticket directly for that trip (when those will be available for all trips). But actually, it’s not too bad as it is: you can order your MMS ticket by calling the free number 0800222211. They answer fast and are friendly (I called them three times with nasty questions as I was writing this post).

[When I was in Lisbon](, I was totally impressed by the little black box that my host had under his windscreen, and which let him in and out of paid parkings, sending him a bill at the end of the month. That would be fun and practical to have.

What useful mobile/card services does your country have?

Similar Posts:

Nokia 6280 Shortcomings [en]

[fr] Au début, j'étais réjouie du fait que mon Nokia 6280 était compatible mac. Maintenant, j'ai un peu la gueule de bois, même si j'aime toujours autant le toucher du clavier.

Appareil photo de vraiment mauvaise qualité, synchronisation capricieuse, dictionnaire t9 à la mémoire courte, impossibilité de marquer comme lus tous les SMS pas lus, volume d'alerte de SMS trop fort par rapport à la sonnerie (impossible à régler séparément), réveil qu'il faut réenclencher chaque jour, et lien vers Sunrise Live (qui n'est pas mon opérateur) gravé pour l'éternité dans le menu rapide que l'on peut soi-disant configurer entièrement.

I’ve had a Nokia 6280 since September, and unfortunately the initial excitement of managing to make it sync with my Mac has worn down. Here’s a round-up of what works, and doesn’t work.

The phone is pretty, it’s the right size to fit in my hand, and the keyboard has a very nice touch (particularly important to me as I have RSI). The sliding mechanism is fun to play with (specially to answer calls or hang up), and it overall behaves quite correctly as a device to call other people and be called.

However. Not all is well.

One of the reasons I bought this phone was the 2Mpx camera. Well, to put it simply, it’s crap. Too much compression, artefacts, patchy colors, and an overall impression of digital zoom.

As I said, the phone works over iSync to sync contacts and calendars. When it works, that is. Half the time computer and phone are unable to recognize each other. (Yes, it could have something to do with the computer, but for the sake of this post, I’m going to blame it on the phone.)

The T9 dictionary works fine until you want to teach it new words. It remembers them for a little while, and then forgets about them. Obviously, instead of being permanently added to the dictionary, they are kept in some kind of short-term memory of very limited capacity.

Flooded with many unread SMS, maybe because you use Twitter on your mobile and forgot to turn it off? Fear not, you will be given the chance to trudge through those 30 messages one by one to mark them as read. You can “mark” them individually and then delete them all in one go, but you can’t “mark as read” in a batch.

There also seems to be no way to set the volume for SMS reception and incoming calls separately. This means that the “beep-beep” announcing the arrival of text messages is way too loud, and the ringing for incoming calls is still not loud enough.

The alarm has to be reset each day. Learning this involved quite a bit of oversleeping, until I understood that just checking the alarm time was right and then exiting was not sufficient. The “OK” button needs to be pressed each day to reactivate the alarm.

The icing on the cake? The customizable “Go to” menu (for easy access to frequently requested functions) sports a shiny shortcut to the web portal homepage of a carrier which happens to not be mine. Hard-coded. First position. Unmovable.

Crossposted to

Similar Posts:

Skype: mon ordinateur comme centrale téléphonique [fr]

[en] Get Skype. Get SkypeOut credit so that you can call normal phones. Get a SkypeIn number so that normal phones can call you, and cancel your landline if you're paying anything for it.

OSX people: if you're into podcasting or you need to keep track of things said to you over the phone, try Call Recorder and then buy it so that you'll get the free video call recorder upgrade when it comes out. Install Skype Caller to call and message people directly from your Address Book, and Skype beta 2.5 so that you can send those text messages. Actually, better than that if you're an customer: get the SMS dashboard widget so you can message for free.

J’ai [le cable]( depuis quelques jours. J’ai résilié l’ADSL.

Dans la foulée, j’ai payé 45.- CHF pour avoir [un numéro SkypeIn]( 45.-, c’est la taxe annuelle. J’ai donc résilié mon abonnement Swisscom (25.- par mois? vous voulez rire?). Avis à la population: dès fin janvier mon numéro fixe actuel ne sera plus valable, et vous pourrez me joindre au 044 586 4274. (Attention: vous ne pouvez résilier votre ligne fixe et garder l’ADSL, c’est pour ça qu’il faut le câble!)

Oui, c’est ça, un numéro SkypeIn: un numéro de téléphone suisse où l’on peut me joindre depuis n’importe quel téléphone, mais que je reçois sur mon ordinateur. (On voit aussi tout de suite l’avantage: il me suit dans mes déplacements.) Bien sûr, il y a [une boîte vocale]( — et comme c’est gratuit, je vous annonce déjà la bonne nouvelle: j’y écouterai mes messages bien plus consciencieusement que ceux sur ma boîte vocale mobile.

Ensuite, j’ai acheté pour 15.- CHF de crédit [SkypeOut]( C’est comme ça qu’on paie les appels sortants (on paie d’avance, et avec 15.-, on a environ 8-9 heures d’appels internationaux, suivant où on appelle). Précisons que pour appeler depuis son ordinateur vers un téléphone normal (donc avec SkypeOut) il n’est pas nécessaire d’avoir pris un numéro de téléphone Skype (SkypeIn). [Le compte gratuit suffit](, tant qu’on achète du crédit (et au prix que ça coûte, on aurait tort de s’en priver).

En août 2005, Skype comptait [50 millions de noms d’utilisateur enregistrés](

Très joli tout ça, me direz-vous, mais il faut donc garder son ordinateur allumé en tous temps. Pas un problème pour moi puisque c’est déjà le cas, mais je comprends que nous ne vivons pas tous sur la même planète numérique. Rassurez-vous, il y a une solution (mais ça coûte un peu d’argent): [un téléphone Skype wifi]( Un téléphone Skype, c’est comme un téléphone normal, sauf qu’au lieu de le brancher sur le réseau téléphonique à l’aide d’une prise, il se connecte sur le reseau téléphonique Skype via la connection internet. [La plupart des téléphones Skype]( se branchent sur l’ordinateur via la prise USB (donc il faut laisser son ordinateur allumé). Certains sont sans fil, d’autres avec (et là, franchement, à mon humble avis, autant utiliser un casque et avoir les mains libres).

Un [téléphone wifi](, par contre, se connecte tout seul à internet via une borne wifi (c’est ce qu’on utilise pour avoir internet “sans fil” à la maison). Le pack proposé par Skype contient même la borne wifi, si vous n’en avez pas. (Ensuite, côté argent, faites le calcul en regardant combien vous économiserez sur les frais d’abonnement Swisscom…)

Troisième étape: installé, testé et acheté [Call Recorder](, un petit utilitaire Skype qui permet d’enregistrer appels et messages vocaux. Très utile pour faire des interviews par Skype (il enregistre les deux côtés de la conversation sur des canaux séparés, ce qui facilite l’édition), ou pour retrouver des infos mal notées (instructions pour arriver quelque part, heure de rendez-vous, etc.). Ça sert aussi à se rendre compte (dans mon cas) à quel point son accent vaudois est fort (grands dieux!).

En plus, il enregistrera bientôt la vidéo, car Skype, c’est pas juste pour [la voix](, c’est pour l’image aussi — vous ne saviez pas? [Vidéophonie gratuite et sans frontières](, c’est plutôt cool, je trouve. Oh, puis ça permet de [chatter](, bien sûr. Bon, le plus simple, c’est que je vous aiguille sur [la liste des fonctionnalités de Skype]( Parmi celles-ci, j’attire encore votre attention sur [l’envoi de SMS pour pas très cher](, car c’est plus sympa à taper avec un clavier qu’avec les touches du téléphone. Sur Mac, vous devrez [installer Skype beta 2.5]( pour avoir accès à cette fonction.

Ah oui, j’oubliais: j’ai installé [Skype Caller](, un plugin gratuit pour le carnet d’adresses d’OSX et qui permet d’appeler directement les gens de votre répertoire depuis l’intérieur du carnet d’adresses (ctrl+click > Appel Skype). Ça permet aussi d’envoyer des SMS directement…

Côté SMS, j’ai encore plus intéressant que Skype (merci [Barzi]( Si vous roulez avec OSX et que vous êtes client Orange, installez immédiatement le [widget SMS]( Il loge dans votre [Dashboard]( (la boule noire juste à côté de l’icône du Finder dans le Dock, que vous n’utilisez peut-être jamais — si vous êtes comme moi). Entrez les coordonnées de votre compte ([vérifiez sur le site d’Orange si vous n’êtes plus sûr des données](, tapez le nom ou le prénom de la personne à laquelle vous voulez envoyer un SMS, cliquez sur l’icône “Carnet d’adresses” qui se trouve à côté, et le numéro de la personne s’affichera automatiquement dans le champ. Ne reste plus qu’à composer un SMS et à l’envoyer.

Que demande le peuple?

Similar Posts:

Multimedia [fr]

[en] I've almost decided to ditch my landline and get cable and SkypeIn instead.

Fun! Hier, j’ai fait de la vidéoconférence avec mes grands-parents domiciliés en Angleterre, via [Skype]( Du coup, j’y repense: et si je résiliais mon téléphone fixe? J’achète un [téléphone USB sans fil]( “J’ai pas fait mes devoirs donc c’est peut-être pas le meilleur, mais ça existe.”), je prends [un numéro SkypeIn]( “Et je dis adieu à mon joli numéro actuel.”), et je prends internet par le [câble](

Bête que je suis, je viens d’appeler CityCable pour savoir s’ils faisaient le téléphone par le câble (à la fin de l’année), mais en fait, je n’en ai pas besoin si j’utilise Skype!

Du coup, je me dis que j’aimerais bien la TV numérique (histoire de ne pas devoir me flanquer devant mon poste à heures fixes pour regarder Les Experts en v.o.) Mais ça, c’est chez [Cablecom](, même si je suis chez CityCable. Logique, hein. Et chez Cablecom, impossible de trouver un numéro à appeler! Va falloir que je sorte le bottin.

Similar Posts:

Banalités: shopping en ville [fr]

[en] A few hours shopping in town. Won't make for fascinating reading, I warn you.

Retour d’une balade en ville, dont le but premier était d’acheter mon billet de train pour rentrer à temps de Vienne ([BlogTalk]( “Conférence sur les blogs, 2-3 octobre.”)) pour la journée des responsables informatiques vaudois du 4 octobre. Du coup, allez, un petit détour par la FNAC pour ramasser le [pilote de Battlestar Galactica]( que j’avais commandé il y quelque temps. La FNAC, c’est fatal — impossible d’en ressortir en moins d’une heure. Je traine dans le coin des séries TV, [Les Experts (CSI)]( c’est trop cher, 90.- la saison — pire que [Stargate]( ou [X-Files]( que j’ai renoncé à acquérir à cause de leur prix. [Farscape]( coûte toujours 269.- la saison et je ne comprends pas pourquoi.

J’ai pris le bus pour aller en ville. Du coup, les manchettes de [20minutes]( avec leur [“serial pédophile”]( m’ont suivies durant toute ma promenade. J’espère que l’expression “serial pédophile” vous fait autant rire que moi (un peu jaune, bien sûr, et en faisant totalement abstraction de ce à quoi il fait référence).

Un petit saut chez Krieg (j’arrive toujours pas à dire “[Kramer-Krieg](”) pour chercher le coupe-papier que j’avais commandé et dont on m’a annoncé l’arrivée dans le courrier de ce matin. Je ne sais pas si coupe-papier c’est le bon mot, c’est une guillotine sans guillotine, si vous voyez ce que je veux dire. Et si non, euh, c’est pas comme si c’était vraiment très important.

L’autre motivation officielle de mon expédition urbaine de ce matin était l’acquisition d’un sac à main plus grand que celui qui m’accompagne depuis quelques années. En effet, si l’on ajoute l'[iPod]( “Mon dernier jouet.”) et le [Hipster PDA]( sont venus rejoindre l’appareil de photo, mon cahier de notes et tout mon chenit de fille… Voilà. Conclusion définitive sur la question tirée hier soir lorsque j’ai dû vider la moitié dudit sac à main pour payer une rissole à la viande (dingue, maintenant vous savez même ce que j’ai mangé). Du coup, j’ai décidé d’en acheter un qui serait juste assez grand pour contenir [le MacBook](, parce que j’en ai franchement marre de me promener avec deux sacs la moitié du temps.

Surprise: à peu près le premier sac que je vois à la Migros fait parfaitement l’affaire. Juste la bonne taille, noir, il a l’air solide, quelques poches intérieures, pas cher. Et j’hésite, parce que prendre une décision, pour moi, ça veut dire peur d’avoir fait une erreur, mais bon, je me donne un coup de pied mental aux fesses et je passe à la caisse. C’était le premier arrêt de mes courses, ça commençait bien.

Quoi d’autre? Eh bien oui, depuis le temps que mon téléphone mobile rend l’âme, passons à l'[Orange Shop](! J’y étais déjà passée une fois il y un bout de temps, et j’étais repartie toujours aussi indécise: je veux un téléphone mobile qui prenne de bonnes photos, avec lequel je puisse aussi faire de la vidéo, et qui corresponde encore à tout un tas de critères impossibles à vérifier sans utiliser le téléphone durant une semaine. Bref, tout ce qu’il faut pour rendre le choix impossible.

Cette fois-ci, pas de bol, je tombe sur le pauvre gars qui est juste là une semaine pour remplacer. Après l’avoir méchamment embêté avec des histoires de qualité photo (“Non, la qualité ce n’est pas les mégepixels, ça c’est la taille”) et d’offres (“Comment ça, je dois payer minimum 20.- pour chaque offre à laquelle j’ai droit? Je peux pas avoir de téléphone ‘gratuit’?”), j’ai pris un magazine (histoire de découvrir les tarifs MMS et UMTS par moi-même) et remarqué qu’il y avait un coin info où l’on pouvait surfer tout seul sur le site []( afin de voir les téléphones à disposition. Malheur de misère, impossible de me connecter à [Mon Compte]( pour voir de moi-même à quelles offres j’ai droit, je me retrouve sur la page d’accueil en allemand lorsque j’essaie de taper mon mot de passe.

Découragée et un peu assoiffée, je remets le cap sur la maison pour étudier tout ça depuis chez moi. En chemin, [MobileZone]( Allez, je suis plus à ça près. On va leur demander aussi. Quel contraste! La vendeuse savait exactement de quoi elle parlait (je déteste quand les vendeurs répondent à mes questions en lisant les descriptifs des articles pour trouver les réponses — ce n’était pas du tout le cas ici), m’a confirmé dans mon pré-choix de téléphone, et a vérifié que j’avais en effet droit à une offre pour celui-ci qui ne correspondait pas à ce qu’on m’avait dit dans l’Orange Shop. Elle m’a même laissé tester la compatibilité du téléphone avec mon MacBook (que j’avais avec moi, pour choisir un sac de bonne taille, vous vous souvenez?) Je suis donc repartie avec un [Nokia 6280]( tout neuf et un grand sourire!

Je sais à quoi je vais passer mon après-midi…

Similar Posts:

Un cactus pour le Centre Thermal d'Ovronnaz [fr]

Le Centre Thermal d’Ovronnaz nous a non seulement donné de fausses heures de fermeture lorsque nous les avons appelés ce soir, mais en plus nous avons poireauté bien quinze minutes à la réception pendant que les deux employés prenaient téléphone sur téléphone, sans même un “bonsoir”, pour apprendre que le centre était fermé depuis un bon moment. Récit de la mésaventure.

***Mise à jour 21.10.06:** [Lisez la fin de l’histoire.]( Tout est bien qui finit bien (excuses et entrées gratuites).*

Je suis en camp de ski avec mes élèves à Ovronnaz. A Ovronnaz, il y a des bains thermaux. Après une demi-journée de ski intense (la première pour moi depuis plusieurs années) je n’attendais qu’une seule chose: aller me plonger dans les eaux chaudes et bienfaisantes du centre thermal. L’idée était d’y aller après le souper avec les deux moniteurs intéressés, alors que les élèves regarderaient un film ou joueraient à des jeux de société sous l’oeil vigilant de mes collègues.

Vers la fin du repas, Stéphane (un de nos moniteurs) appelle les bains pour vérifier leurs heures d’ouverture. Magnifique: ils sont ouverts jusqu’à 21h30, avec une dernière entrée à 20h45. Il était 19h45, nous avions donc amplement le temps de boire le café, de nous y rendre tranquillement et de faire encore une bonne trempette. On se met en route une demi-heure plus tard, on se perd un peu en chemin, mais on arrive à la réception peu après 20h35 (disons, 20h36).

Il y a deux employés à la réception des bains. Ils sont au téléphone. On attend patiemment. Au bout d’une minute ou deux, on commence quand même à trouver qu’ils pourraient signifier qu’ils avaient remarqué notre existence, surtout qu’ils ne paraissaient pas pressés de terminer leurs appels. Mais non, pas un regard, pas un mot. On aurait pu être transparents.

Cinq minutes plus tard, je commence gentiment à piaffer un peu. C’est quand même pas croyable! Enfin, l’apprenti semble mettre fin à son appel. Je me penche un peu sur le comptoir, j’ouvre la bouche… mais il a à peine raccroché qu’il prend déjà l’appel suivant. Je reste là , bouche bée et outrée. Je tente d’interrompre sa collègue avec un “excusez-moi” qui tombe à plat lorsqu’elle ne bronche même pas.

Là , je m’énerve franchement. Intérieurement, il va sans dire. J’ai quand même envisagé de grimper sur le comptoir de la réception et de hurler “on existe, ou quoi?” mais je me suis retenue. Stéphane, Valérie et moi échangeons quelques commentaires incrédules concernant la situation dans laquelle nous nous trouvons. En désespoir de cause, je suggère à Stéphane de rappeler la réception. Peut-être sera-ce plus efficace que notre présence physique sous leur nez?

21h47. 20h47.

L’apprenti termine un nième appel. J’ai fait des trous dans le comptoir avec mes ongles et j’ai probablement l’air prête à lui arracher la tête. Il pose son téléphone et me dit enfin bonjour. Avec un calme admirable, je lui dis que nous désirons trois entrées pour les bains. Devant son air un peu perplexe, je précise qu’on nous a dit que la dernière entrée aux bains était à 20h45, mais que cela fait dix bonnes minutes que nous attendons ici même. Il a l’air embêté. Il m’explique qu’il n’a pas accès au guichet de vente des tickets qui est à présent fermé à clé. Mais… mais! On nous a dit qu’on pouvait entrer aux bains jusqu’à 20h45!

Et là , le verdict tombe: “Oh, putain…” (Donc, voilà , je vais continuer à tenter d’extirper les grossiertés du language de mes élèves, cela pourrait leur servir dans leur future vie professionnelle…) “…mais ça ferme à 20h15! Et il faut sortir des bains à 20h45, parce qu’après ils nettoient les bassins…”

Stéphane: “Bon, appelez-moi le gérant.” (Je peux vous dire que là , il avait pas l’air commode, Stéphane…) Je vous épargne la suite du dialogue. En gros, nos deux réceptionnistes (la collègue de l’apprenti avait entre-temps fini son téléphone et se penchait également sur notre cas) étaient seuls, et il n’y avait plus grand chose à faire. Nous avons vérifié et contre-vérifié que le numéro que Stéphane avait appelé était bien celui de la réception devant laquelle nous nous trouvions. Les réceptionnistes sont incrédules lorsque nous affirmons qu’eux ou un de leurs collègues nous a donné cette fausse information (visiblement un de leurs collègues, un homme, nous insistons). Nous repartons avec des excuses bien embarrassées et la carte de visite du Chef de Réception.

Je suis furieuse — les autres également, j’imagine. Déjà , qu’on nous donne une information aussi fausse concernant les heures d’ouverture. J’ai bien cuisiné Stéphane, et il est formel: il a même répété les heures qu’il avait comprises à la personne au téléphone qui lui les a confirmées. Ensuite, qu’on nous fasse poireauter près d’un quart d’heure à la réception, sans même nous dire “bonjour”!

Le moindre des choses aurait été de poser son téléphone (“Un p’tit instant Monsieur… Oui bonjour, qu’est-ce que je peux faire pour vous? — Ah, je suis à vous dès que j’ai fini mon appel.” ou bien “Je suis à vous dans un moment!”) Depuis quand ignore-t-on une personne qui se tient en face de vous parce qu’on est au téléphone? Et bien pire, depuis quand enchaîne-t-on avec un second appel sans même s’interrompre une seconde pour faire signe à la personne qui attend à la réception? Si les employés ne sont pas là pour répondre aux requêtes des clients qui se présentent à la réception, il ne faut pas qu’ils s’y trouvent.

En bref: deux bourdes monumentales pour le service clientèle du [Centre Thermal d’Ovronnaz]( On espère qu’ils auront au moins la délicatesse de nous offrir trois entrées gratuites lorsque nous nous y rendrons demain.

Billet ante-daté pour cause de mauvais réseau wifi.

Similar Posts: