The Wisdom of Small Changes: Incrementally Reclaiming My Flat [en]

[fr] Reprendre contrôle de mon appartement, un petit pas à la fois. Chaque jour, ajouter un nouvel élément à garder sous contrôle. Aujourd'hui, c'est nettoyer la baignoire.

Aussi, diviser l'appartement en zones, et travailler chaque semaine sur une zone, 15 minutes par jour.

Inspiration: toute une longue histoire personnelle, et le site FlyLady.

I’m going to tell you about my plan to reclaim my living space, little by little, over the next weeks and months. However, you know me — I’m first going to get sidetracked a little ;-) and tell you how I got where I am, and how the plan was born.

I have lived in clutter my whole life. Both my parents were pretty active clutterers too, so I guess part of the reason is “in the genes” (we recently cleared out the family home to rent it — oh, boy). Other reasons include the fact that there are much more fun things to do in life than clean/tidy (though annoyingly, each time I actually start doing these things I really enjoy them), and my natural tendency to “not do things” rather than “do things”.

I love living in a reasonably tidy place. It makes me less stressed. It makes me less depressed. It makes me happy to spend my days in an environment which is under my control, rather than a sprawling monster of Things. How to tidy my flat and keep it tidy is something that is always on my mental to-do list.

I’ve lived in my flat since I came back from India, over eight years ago. It has been cleaned more or less from top to bottom a few times since I moved on (in 2007, for example — check the “myflat” tag to see more pictures of my living space and its transformations through the years). Over the years, I’ve become quite good at keeping clutter off the floor, but that’s about it. Clearly, I lack a process to keep My Stuff under control. I have lots of stuff.

The importance of having processes in life was driven home by my foray into the GTD (Getting Things Done) method. So far, I have not succeeded in implementing GTD completely (I particularly suck at weekly reviews, I think I haven’t ever managed to do one). I do, however, use quite a lot of elements from this method:

  • ensure I have a system in which I can capture all the stuff that’s on my mind
  • have an inbox (though I don’t empty it very often, but at least it keeps all the stuff to be dealt with in one place
  • think in terms of “next actions” and “projects”
  • know that when I’m procrastinating, either I have too much stuff sitting in my head, or my next action is not clearly defined
  • use an A-Z classification system, with printed labels on folders, for all my paperwork.

The idea of having a process is underlying in two previous “housecleaning” articles: Taming the Dirty Dishes, way back in 2002, and Keeping The Flat Clean: Living Space As User Interface, in 2003. But it’s not quite there yet, or expressed clearly.

Two years, ago, I had a groundbreaking conversation about my diet with my Doctor. I was leading a very unhealthy lifestyle (even without smoking or drinking) and knew it, but I was so wracked with guilt and discouraged by the amount of changes I had to make to my life that I just didn’t do anything. He showed me how important it was to not disrupt my life and diet completely, but to make small easy changes like prepare a few leaves of lettuce while my pizza was warming in the oven, or cut up an apple before the meal so that I’d eat it for dessert.

A year ago, I officially rediscovered the importance of morning rituals. I’ve also come to accept that having some things under control is better than none, even if all the rest is going to the dogs. Last autumn, for example, I decided that even if my kitchen was a mess, I would at least keep the table clean and void of any clutter, so that I would have a nice place to eat.

Recently, I started cleaning my bathroom sink (almost) every morning. I don’t use soap or anything fancy, but I have a sponge I keep on the sink and I give it a quick wipe whenever I use it. Looking into a clean sink in the morning is clearly nicer than when it’s dirty.

Now that I’m in the habit of (#1) washing my bathroom sink (it doesn’t require any cognitive effort for me to do it, it’s just part of the things I do like brush my teeth or use my neti pot), I’ve started thinking about other small changes I could make. And I’ve already made some:

Last week-end, I decided that if I wanted to tackle this flat, I had to do it little by little. So, on Saturday a week ago, I did two things in that department: caught up with the kitchen dishes (they were running away again) and put the laundry away (I live out of the clean laundry basket). Oh yeah, and I got Roomba to work.

Cleaning my bathroom sink each morning has reminded me of FlyLady. I first heard about it when Florence Devouard mentioned it at Going Solo Lausanne. I didn’t really investigate it then, but filed it away somewhere under “system/community which starts with cleaning your sink, and then you add extra stuff to do each day”.

I looked it up this afternoon and spent a couple of hours reading through it. FlyLady is a system/community designed for stay-at-home moms, or “Sidetracked Home Executives“. It is e-mail based, and indeed, does start with getting you to shine your kitchen sink (read why) and get dressed to the shoes.

Are YOU living in CHAOS (Can’t Have Anyone Over Syndrome) like Franny in the pink sweats? Do you feel overwhelmed, overextended, and overdrawn? Hopeless and you don’t know where to start? Don’t worry friend, we’ve been there, too.

Step through the door and follow FlyLady as she weaves her way through housecleaning and organizing tips with homespun humor, daily musings about life and love, the Sidetracked Home Executives (SHE) system, and anything else that is on her mind.

The whole tone of the site is very caring and motherly, with a lot of educational redundancies and extremely detailed instructions. The system actually instructs you to stop and rest for 15 minutes doing something you like, or to only declutter for 15 minutes at a time. Some of it might make you cringe, or laugh a bit if you’re a computer geek, but I really think they’re onto something and it’s well worthwhile spending some time reading the various pages on the FlyLady website.

Obviously, I’m not a stay-at-home mum and I don’t own a house, so I’ll be taking a shot at my personal interpretation of the programme. Here are the ideas I like:

This “slow but steady” system reminds me a bit of dieting strategies. You’re better off with a diet that makes you lose weight slowly, and is in fact a lasting change to your lifestyle, than with a crash diet that makes you lose loads of weight but will see you put it all on again as soon as you stop.

Same with clutter: if you stop everything for three days to clean the house top to bottom, you haven’t in fact made any changes in the lifestyle that caused you to accumulate so much clutter in the first place. By changing things slowly, you’re actually making modifications to your lifestyle which will allow you to keep the clutter under control, rather than clean everything and end up knee-deep in clutter two months later.

As FlyLady says somewhere on her site (quoting from memory): “Your house didn’t get cluttered in a day, and it won’t become uncluttered in a day either!”

Browsing as I was writing this article has brought me over to SHE forums, a community which functions on “challenges” and peer support to deal with household tasks. Remember Website Pro Day and WoWiPAD? :-)

The FlyLady website method is actually based on a book, Sidetracked Home Executives(TM): From Pigpen to Paradise, and one of the co-authors has a site called The Brat Factor, which is all about taming your inner brat (there’s a CD and DVD involved, of course) — but it looks fun (that’s how you tame brats). Your inner brat is the part of you that procrastinates, leaves the dishes in the sink, doesn’t put the clean laundry away& know him/her?

So, I’m going to set my timer to do 15 minutes of decluttering in my hallway (zone 1, I’ll consider it’s already Feb. 1st). Each day, I’ll add a baby step to the ones I’m already doing. I’ll post each new baby step on my Digital Crumble.

Similar Posts:

Etre Madame Blogs [fr]

[en] You may or may not know that I've become the person journalists contact around here when they have an article to write about blogs. Not always, but often. Media fame is neat, but can be tiring when it becomes routine, and you're filled with self-doubts on the part you're playing in giving the public a biased vision of what blogs and blogging are. A bit of history, some thoughts, and a little rant. If you don't read French, you're lucky -- you can come back later when I have more constructive things to say.

Je me souviens du tout premier téléphone que j’ai reçu de la part d’un journaliste. J’allais sur mes 19 ans, j’étais cheftaine scoute, et il s’agissait d’une sombre histoire concernant le terrain que nous désirions occuper durant notre camp d’été. J’ai bredouillé quelques réponses à  des questions dont je ne comprenais pas vraiment l’objet, sans même saisir que j’allais être citée dans un article.

Plusieurs années passent. Je suis en Inde. Je suis en train de marcher vers l’arrêt des taxis lorsqu’un homme à  scooter s’arrête à  ma hauteur et propose de me prendre en stop. J’accepte. Nous échangeons quelques banalités sur les raisons de ma présence en Inde. [Il est journaliste](http://climbtothestars.org/archives/2001/08/18/journaliste/). Il désire m’interviewer. Contre toute attente, l’interview se fait, et [l’article paraît](http://climbtothestars.org/img/article.jpg).

On est en Inde, le pays des [aventures extraordinaires](http://climbtothestars.org/logbook/ “Les aventures extraordinaires de Stephanie au pays des Indiens.”). Je rentre donc en Suisse avec l’article sous le bras, des tirages des photos, et une promesse morte-née de rôle dans un film hindi qui perdra son financement lors des événements du 11 septembre 2001. Je n’en reviens pas, je n’y crois qu’à  moitié, mais en Inde, tout peut arriver : il y a eu un article à  mon sujet dans le Pune Times.

Entre 2002 et 2004, je compte cinq interviews, dont quatre sur les blogs. C’est très excitant, je me sens tout à  fait honorée d’être digne de l’attention de ces Messieurs-Dames journalistes. C’est même assez incroyable de penser que ma petite activité sur Internet a une répercussion dans « le vrai monde ». Je passe à  la radio pour la première fois de ma vie, et je découpe quelques articles dans lesquels apparaissent mon nom.

Début 2005. Là , tout s’accélère : dès la publication de « [Née pour bloguer](http://www.migrosmagazine.ch/index.cfm?id=4156) » dans Migros Magazine, les interviews s’enchaînent. Le 20 février, je suis l’invitée du plateau de Mise au Point à  la Télévision Suisse Romande : 10 minutes de direct. Pour un baptême-télé, c’est énorme. [Ça continue](/about/presse/).

Pourquoi diable est-ce que je vous raconte tout ça ? Il y a deux raisons. La première, c’est qu’il y a depuis quelque temps des petites voix (dans mon entourage et ailleurs) qui chuchotent que je prends un peu trop de place dans la presse romande, et qu’il y a en Romandie des tas d’autres personnes aussi (voire plus) compétentes que moi en matière de blogs. La deuxième, c’est que je commence à  me sentir passablement blasée face à  toute cette attention médiatique, même si je l’apprécie, et que donner des interviews et voir mon nom dans la presse a perdu l’attrait de la nouveauté.

Je ressens ces temps le besoin de me situer un peu par rapport à  l’attention que portent les médias, et au statut de « Madame Blogs » qui semble être devenu le mien. je me pose beaucoup de questions. Est-ce que je fais du tort « aux blogs » en étant un peu l’interlocutrice privilégiée des médias sur le sujet ? Est-ce un peu de ce ma faute si maintenant, un blog est en Romandie un « journal intime d’adolescent plein de photos », à  l’exclusion de toute autre chose ? Est-ce que je sais vraiment de quoi je parle ? Devrais-je refuser des interviews ? Est-ce que je pourrais faire encore plus pour envoyer les journalistes qui me contactent vers d’autres blogueurs compétents que je connais ? Est-ce que je fais preuve de complaisance envers la presse ? Est-ce que la célébrité me monte à  la tête et m’aveugle…?

Pour commencer, disons-le haut et fort, je ne m’imagine nullement être l’autorité ultime en matière de blogs. Certes, j’ai des tas de choses à  dire sur le sujet, je connais la blogosphère (non ! une petite partie de la blogosphère !) de l’intérieur et depuis belle lurette, et je porte sur elle un regard doublement double : technique et humain, francophone et anglophone. Je sais bien qu’il y a des tas d’aspects des blogs et de l’Internet social qui m’échappent. Je ne peux pas tout suivre !

Mon métier principal n’a rien à  voir avec Internet et les blogs : il consiste à  enseigner l’anglais et le français à  des adolescents. Internet bouge vite, la blogosphère aussi, et de plus en plus de personnes travaillent dans le domaine. Il est normal que je paraisse « larguée » sur certains points : je suis une généraliste du blog, avec, un peu à  mon corps défendant au départ, une petite spécialisation dans les affaires adolescentes. Les généralistes en savent toujours moins que les spécialistes, c’est bien connu.

Plus j’y réfléchis, plus je me dis que ma principale qualité d’interviewée, avant ma « connaissance de la blogosphère », c’est peut-être simplement mon talent de vulgarisation. Je sais généralement expliquer les choses de façon à  ce que les gens comprennent. Je n’éprouve aucune difficulté à  mettre mes idées en mots. Je m’exprime plutôt bien, que ce soit par oral ou par écrit. Une journaliste avec laquelle j’avais sympathisé m’a dit une fois : « Tu te demandes pourquoi on t’appelle autant ? Mais c’est parce que tu nous mâches le travail ! »

Donc, voilà . Les journalistes romands ont leur « spécialiste-généraliste du blog » qui est plutôt bavarde (un ami journaliste m’a raconté son interview-cauchemar : un interviewé qui répondait à  ses questions par un grognement à  mi-chemin entre le oui et le non), qui leur facilite la tâche… et qui en plus est photogénique. Moi, je réponds aux interviews, qui se suivent et commencent à  se ressembler, je me creuse la tête (je vous promets !) pour leur proposer d’autres noms lorsqu’ils en cherchent ou lorsque leurs questions nouvelles dans des domaines qui me paraissent mieux maîtrisés par d’autres.

Souvent, je suis un peu empruntée : qui est la bonne personne à  interviewer sur tel ou tel aspect des blogs ? Je ne sais pas toujours… De loin pas. Je songe parfois à  mettre sur pied une liste de blogueurs romands avec leurs compétences. Mais par où commencer ? Qui inclure, qui exclure ? Je ne connais pas tout le monde ! Si je cite Untel mais que j’oublie Teltel, on va m’en vouloir, surtout si les personnes concernées gagnent leur vie (ou une partie) avec les blogs… C’est bête, mais je commence à  avoir peur du poids de mes mots.

Je trouve d’autant plus difficile de déterminer quelle est « l’attitude juste » à  avoir face aux médias que je suis bien consciente d’avoir des intérêts personnels en jeu. D’une part, les blogs me permettent également de [gagner une partie de ma vie](http://stephanie-booth.com/ “Mon site ‘pro’, entre conseil et conférences.”) (enfin, j’essaye). D’autre part (pour des raisons bassement psychologiques que vous pouvez vous amuser à  interpréter si ça vous chante), je trouve du plaisir à  être sous l’oeil du public, tant que cela reste à  doses raisonnables, bien sûr : j’ai adoré passer à  la télé, j’aime parler en public, être prise en photo, voir mon nom écrit ailleurs que sur un écran… Vous voyez le topo. À quel moment ces intérêts personnels risquent-ils de prendre le pas sur mon ambition d’être une informatrice fiable et consciente de ses limites ? Mon rôle d’interprète de la blogosphère, pour les personnes qui m’interviewent, peut-il être corrompu par ma recherche d’attention ou des considérations pécuniaires, malgré la lucidité que j’essaie d’avoir à  leur sujet ? Au cas où vous en douteriez, je suis quelqu’un qui se pose beaucoup (trop) de questions.

Pour tenter de clore ce trop long billet, je reviens sur la situation concrète qui m’a incitée à  le rédiger : l’effet de nouveauté des interviews est passé. Ça me met un peu mal à  l’aise de dire ça, mais c’est devenu un peu la routine. Bien sûr, je réponds encore volontiers aux questions des journalistes, et ça me fait toujours plaisir que l’on s’adresse à  moi. Cependant (et là , je vous volontiers que ce sont les motivations pécuniaires qui me poussent), les interviews, cela prend du temps. Or les interviews (une amie à  moi était fort surprise de l’apprendre l’autre jour) ne sont pas rémunérées, et le temps est une denrée précieuse qui me manque toujours, même si je n’ai pas mon pareil pour le gaspiller. (Je vous épargne le triste récit de ma situation financière.)

Donc, je disais que je prenais volontiers de mon temps pour accorder des interviews. Mais. S’il vous plaît, Mesdames et Messieurs les journalistes, faites vos devoirs avant de m’interviewer. Allez visiter quelques blogs. Mettez les pieds sur le mien, c’est la moindre des choses. Allez jeter un coup d’oeil aux [articles de vos collègues](/about/presse/), afin de ne pas me faire répéter ce que j’ai déjà  dit trois fois. Il se trouve que j’ai écrit un article (bien modeste) sur les blogs, intitulé [Les blogs : au-delà  du phénomène de mode](http://ditwww.epfl.ch/publications-spip/article.php3?id_article=918). Allez au moins y jeter un coup d’oeil, cela vous donnera une petite idée de ce que je pense des blogs, en plus de quelques points de départ pour vous faire une idée par vous-même. Et, s’il vous plaît, évitez de me dire : « Donc, [un blog, c’est un journal intime d’adolescent](http://flickr.com/photos/bunny/61386068/ “Non, ce n’est vraiment pas que ça…”), c’est bien juste…? »

Similar Posts: