Hello From Kolkata [en]

[fr] En Inde. Des trucs (très) en vrac. Un podcast en français dans les liens.

I’m in India. For a month.

I did it again: didn’t blog immediately about something I wanted to blog about (the rather frightful things I learned about the anti-GMO movement, if you want to know) because of the havoc it wreaked on my facebook wall when I started sharing what I was reading. And as I didn’t blog about that, I didn’t blog about the next thing. And the next.

Steph and Coco

And before I know it I’m leaving for India in two weeks, have students to teach and blogs to grade, and don’t know where to start to write a new blog post.

The weather in Kolkata is OK. The trip to come was exhausting: 20 hours for the flights, add on a bit before and after. I didn’t sleep on the Paris-Mumbai leg because it was “too early”, and spent my four hours of layover in Mumbai domestic airport in a right zombie state. Needless to say there is nowhere there to lie down or curl up, aside from the floor. I particularly appreciated having to go to the domestic airport for my Mumbai-Kolkata flight only to be ferried back to the international airport while boarding, because “Jet Airways flights all leave from the international airport”. But I laughed.

It was a pleasant trip overall. Nearly no queue at immigration. Pleasant interactions with people. And oh my, has Mumbai airport come a long way since my first arrival here over 16 years ago. It was… organized. I followed the signs, followed instructions, just went along with the flow. I’ve grown up too, I guess.

I slept over 12 hours last night. I can’t remember when I did that last. I walked less than 500 steps today, bed to couch and back. I’ve (re)connected with the family pets: Coco the African Grey Parrot, (ex-)Maus the chihuahua-papillon-jack-russel-staffie mix (I can never remember his new Indian name), and the remaining cat, which I’ve decided to call “Minette”, who “gave birth” to two empty amniotic sacs yesterday and is frantically meowing all over the place. Looking for non-existent kittens, or missing her brother, who escaped about a week ago? Hopefully she will calm down soon.

Maus and Minette

I plan to play about with Periscope while I’m here. Everyday life in India seems like a great opportunity to try out live interactive video. Do follow me if you don’t want to miss the fun.

Oh, and don’t panic about the whole “meat causes cancer” thing.

Some random things, listened to recently, and brought to the surface by conversations:

  • Making Sex Offenders Pay — And Pay And Pay And Pay (Freakonomics Radio)
  • Saïd, 10 ans après (Sur Les Docks) — an ex-con, 10 years after, and how hard reinsertion is, when you’re faced with the choice between sleeping outside, unable to get a job, and committing another offense so that you can go back to prison; extremely moving story
  • You Eat What You Are, Part I and Part II (Freakonomics Radio again)
  • When The Boats Arrive (Planet Money) — what happens to the economy when immigrants arrive? it grows, simply;  migrant workers need jobs, of course, but they also very quickly start spending, growing the economy and creating the need for more jobs; the number of available jobs at a given place is not a rigid fixed number

Yep, random, I warned you.

I can now do the Rubik’s cube and have installed Catan on my iDevices, if ever you want to play.

I’ve activated iCloud Photo Library even though I use Lightroom for my “serious” photos. Like the author of the article I just linked to, my iPhone almost never is connected to my Mac anymore. And the photos I need to illustrate blog posts are often photos I’ve just taken with my phone. I end up uploading them to Flickr through the app.

It seems the “photos ecosystem” is slowly getting there, but not quite yet. I’ve just spent a while hunting through my post archives, and I can’t believe I never wrote anything about using Google auto-backup for my photos. At some point I decided to go “all in”, subscribed to 1TB of Google storage, and uploaded my 10+ years of photos there. I loved how it intelligently organized my photos. Well, you know, all the stuff that Google Photos does.

Why am I using the past tense? Because of this: seems automatic upload of a whole bunch of RAW formats has quietly stopped. This is bad. Basically, this paid service is not doing what I chose it for anymore. I hope against reason this will be fixed, but I’m afraid I might be disappointed.

One thing I was not wild about with Google Photos was the inability to spot and process duplicates. And duplication of photos when sharing.

Flickr now has automatic upload and organising. Do I want to try that? Although I dump a lot of stuff in Flickr, I’ve been slack about processing and uploading photos lately. I’m hesitant. Do I want to drown my current albums and photostream in everything I snap? Almost tempted.

I think that’s enough random for now. It’s 10.30 pm and I’m starving, off to the kitchen.

Similar Posts:

Podcasts I’m Listening To [en]

[fr] Les podcasts que j'écoute...

The list of podcasts I listen to has grown a lot during these last months. So much that I have trouble keeping up. Here they are, if you want to get infected too:

  • Mystery Show: solving mysteries, seriously. Like, detective stories without a crime.
  • On the Media: a meta-show about the media.
  • Savage Lovecast: your favorite gay sex-advice columnist
  • Freakonomics Radio: what can we learn about the world through data?
  • Invisibilia: about the hidden forces that shape our lives
  • Serial: true crime, eagerly awaiting season 2
  • Death, Sex & Money: the stuff we don’t normally talk about. Talked about here.
  • Planet Money: they manage to make money stuff understandable and interesting to me (quite a feat).
  • Love + Radio: love. Stories.
  • Radiolab: sciency, geeky, my first podcast love. About all sorts of interesting stuff, from big ideas like death and time to small things like buttons.
  • Reply All: a show about the internet and its hidden corners
  • Startup: raw behind the scenes stories of starting a business.
  • 99% Invisible: design. But you didn’t know design included all this stuff.
  • This American Life: stories. Real stories. Each week, a theme, and stories around it.
  • The Moth: live storytelling, on stage, of true stories. Be ready to laugh and cry, and be taken on the rollercoaster of emotions that is the human life.
  • Snap Judgment: more storytelling, slightly different atmosphere. It took me a few episodes to click, and now I love it.
  • Limetown: like a TV series. But audio, and in a podcast. Fiction.
  • TED Radio Hour: TED talks, radio-ified.
  • Note to Self: the human side of technology. How it’s changing our lives. How we can live with it without it completely taking over our lives.
  • Sur les Docks [fr]: newly discovered, because I’ve been looking for high-quality francophone podcasts. Takes you places.

Some others, that I have in my list but am not listening to (yet?):

Good luck… devil grin

Similar Posts:

Remettre mon cerveau dans le droit chemin [fr]

[en] About making small changes to get my brain back on track. Less frantic multitasking, more downtime, being aware of what I'm exercising my brain for. It seems to be working, I no longer fear I am suffering from early onset Alzheimer's or some kind of very premature dementia (I'm not kidding, I was really worried about this earlier this year). Most of the links in the article point to English sources.

En fait, bloguer c’est un peu comme faire la vaisselle. Ces jours mon évier est vide et propre quand je vais me coucher, parce que je fais la vaisselle à mesure. Hier soir, j’ai eu un coup de mou, je me suis dit “bah, je laisse” — puis je me suis reprise: si je laisse, demain matin, il va se passer quoi? C’est déjà assez dur comme ça, les matins, sans se retrouver devant la vaisselle de la veille au soir, même s’il n’y en a pas beaucoup. Parce qu’en effet, ce n’était pas grand-chose, ce qu’il y avait à laver.

Alors j’ai pris mon courage à deux mains et fait ma vaisselle.

Dans ma tête, l’évier est plein de vaisselle d’idées. Ça fait près de deux semaines que je n’ai pas blogué, parce que j’ai d’autres trucs à faire, ou que je suis fatiguée, ou pas là. Et quand je pourrais, je regarde la grande pille de vaisselle intellectuelle, et je n’ai pas le courage. Et voilà comment s’enclenche le cercle vicieux. C’en est au point où je ne prends même plus note des choses à mentionner dans mon prochain article, c’est vous dire.

Out of wifiland

Alors on va y aller à rebours. Aujourd’hui, sur Freakonomics Radio, j’écoute deux épisodes sur le sommeil. Il est bien, ce podcast. Récemment, j’ai aussi écouté un épisode fascinant sur l’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale (CBT en anglais) pour la réduction des comportements violents/criminels chez les adolescents, et un sur l’augmentation de la prise de risque en fonction des mesures de sécurité en place.

L’épisode sur le sommeil reparle, bien entendu, de la question des écrans avant de se coucher. Je suis coupable, très coupable. D’ailleurs j’ai du mal à me mettre au lit. J’ai lu une série d’articles là autour ces derniers temps, concernant les enfants: ça va des symptômes genre troubles d’attention aux couchers tardifs. Le premier article propose carrément dans certains cas de passer par un “jeûne électronique” de quelques semaines.

Ça m’interpelle, tout ça. Parce que du temps sur mon écran, j’en passe. Et depuis un an ou deux, je constate des choses qui m’inquiètent, au point que j’en ai parlé plusieurs fois au copines, à mon ostéo, et que j’ai été pas loin de carrément prendre rendez-vous avec mon médecin pour faire des tests.

J’ai la mémoire qui flanche. Je zappe des trucs. Je fais des erreurs, aussi. J’oublie des rendez-vous. Je suis distraite. Je suis stressée, même si j’ai du temps pour souffler. Vous voyez le genre. Quand on est du genre flippette comme moi, on se dit, purée, sénilité précoce, signes avant-coureurs d’Alzheimer, ou bien est-ce que l’âge, ça nous fout vraiment en l’air le cerveau aussi tôt? Je ne rigole pas, j’étais vraiment en train de me poser ces questions. Je me suis aussi demandé si c’était Ingress qui me pourrissait les neurones. Mais non, j’avais déjà remarqué des soucis avant que je commence à jouer.

C’est une remarque de mon père qui m’a décidée à prendre le taureau par les cornes. Enfin j’exagère, mais disons, à prendre sérieusement la piste “mes activités quotidiennes”. Je partageais mes inquiétudes avec lui, et en même temps qu’il me rassurait que 40 ans n’était pas l’âge auquel nos facultés intellectuelles plongeaient dans le gouffre, il me faisait tout de même remarquer que j’étais tout le temps en train de faire trente-six mille choses à la fois. D’après lui, pas besoin de chercher plus loin l’explication.

Viennent s’agréger à tout ça quelques épisodes de l’excellent podcast Note to Self, dont je parle déjà dans mon dernier article: tout d’abord, la campagne Bored and Brilliant, qui nous invite à nous reconnecter avec les vertus de l’ennui (je rigole pas, ennui source de créativité par exemple). Une série d’exercices (je n’ai pas tout fait) pour nous inviter à nous déconnecter un bout. Alors, je connais, parce que (mauvais réseau oblige) je suis beaucoup plus déconnectée au chalet, par exemple. Ou quand je suis sur le lac. Pas étonnant que j’en aie envie.

Ensuite, notre “bilinguisme de lecture” — la lecture hypertexte, qu’on pratique en ligne, où on scanne, saute d’un truc à l’autre, etc, et la lecture longue, celle des livres ou des longs articles, celle qu’on a apprise à l’école et durant nos études. Notre cerveau adore la lecture hypertexte et s’y adapte merveilleusement bien, au point qu’on se retrouve effectivement comme drogués au zapping, et à avoir de la difficulté à lire non-stop un roman. L’épisode me  plaît particulièrement car il insiste sur l’utilité de ces deux types de lecture. On doit maîtriser les deux. Une des personnes interviewées dans l’épisode explique qu’elle s’est forcée à réapprendre à lire longuement. Horrible au début, mais c’est revenu, deux semaines d’efforts si ma mémoire est bonne.

Ailleurs, mais alors je ne sais plus où, un autre épisode de podcast où quelqu’un disait qu’on prenait l’habitude de déléguer des tas de choses à nos téléphones et ordis. Une question? Hop, Google. Tous les rendez-vous dans l’agenda. Etc. C’est génial, et ça marche super bien. Tellement bien que notre cerveau, ce miracle de plasticité, s’y adapte magnifiquement, et deviendrait… paresseux. Comme le chat qui va miauler devant le frigo pour qu’on lui remplisse sa gamelle plutôt qu’aller chasser la souris: chemin le plus court et le moins énergétique pour arriver à la nourriture. (J’ai essayé mais je n’arrive plus à retrouver l’épisode, désolée.)

Tout ça fait gentiment rentrer l’idée chez moi que ce à quoi on occupe notre cerveau au quotidien forge ses compétences. C’est évident, me direz-vous. Comme pour le corps: si on court tous les jours, on va bien courir. Si on travaille sa force, on sera fort. Donc si on entraine notre cerveau à être en alerte et à sauter de A à B tout le temps, c’est assez logique qu’il devienne bon à ça, et pas forcément à rester concentré sur un truc. (Purée, écoutez-moi parler, on dirait les alarmistes genre “tout cet internet va nous moisir le cerveau et faire de nous des addicts” d’il y a dix ans.)

Donc, je suis en train de mettre en place des changements.

Moins de multitâches, déjà. Essayer d’être un peu plus monotâche dans ma façon de travailler et quand je suis derrière l’écran. J’ai souvent plusieurs conversations en parallèle, la chose principale que j’essaie de faire, la chose secondaire sur laquelle ça m’a envoyé (etc.), et Facebook/G+ que je “checke” un peu compulsivement. C’est pas joli, je sais. Il ne s’agit toutefois pas de tirer la prise, mais de revenir à quelque chose d’un peu plus raisonnable.

Idem en déplacement. Là, Ingress n’a pas aidé: avant, dans le bus ou quand je marchais, j’écoutais des podcasts ou je lisais. Maintenant, je joue durant mes déplacements, et entre deux portails, je chatte (souvent avec mes camarades de jeu). Et comme je suis “activement” sur le téléphone, je finis dans Facebook ou ailleurs.

Cette histoire de déplacements, c’est important, parce que les déplacements, c’est une sorte de “temps mort” (plus ou moins mort) que j’avais, et que j’ai “perdu”. Durant mon année sans chat, en 2011, je m’étais déjà posé la question des différents types de temps mort donc j’avais besoin. Et là, je réalise que j’en manque. Même sur les pistes de ski, cet hiver, je me retrouvais à chatter sur les télésièges (à ma décharge, une vilaine histoire de harcèlement est venue se coller là-dessus, ce qui n’as pas aidé — mais c’est derrière maintenant).

Alors, pour revenir au podcast sur le sommeil, une des expertes interviewées relève le challenge de ne pas toucher à ses écrans entre 21h et 7h du matin durant une semaine. Et elle rapporte que ça a eu un effet vraiment positif sur son sommeil. Je n’en suis pas là, mais j’ai commencé à mettre mon téléphone en mode avion quand “j’éteins”.

Inspirée par un article de James Clear sur les comportements par défaut qu’on définit à travers la construction de son environnement, j’avais d’ailleurs il y a quelque temps fait l’expérience de mettre mes écrans dans une autre pièce. Effectivement, quand on se réveille à 3h du matin et que le téléphone est allumé à côté du lit, on a toutes les chances de le regarder, mais s’il est éteint et dans une autre pièce… peu de chance.

Il faut que je pense à utiliser mon FitBit comme réveil plutôt que mon téléphone, mais pour le moment je ne peux pas lui “dire” de régler le réveil comme je le fais avec Siri (“réveille-moi à sept heures et demie”).

Un point d’interrogation qui me reste, c’est la lecture sur Kindle. Depuis un nième article lu sur ces histoires de lumière d’écran avant le sommeil (en passant, j’utilise f.lux depuis des années), j’ai commencé à laisser ma lampe de chevet allumée pendant que je lisais, alors qu’avant je lisais dans le noir, rétro-éclairage de la Kindle sur 6 ou 7, juste ce qu’il me fallait pour lire. Est-ce de la lumière blanche d’écran qui perturberait le sommeil? C’est une activité de lecture continue, et pas de “zapping”, mais c’est sur un “écran”.

Donc voilà. Des petits changements, certains aménagements presque cosmétiques, mais comme je le disais à mon ostéo l’autre jour, il me semble que je vois déjà une amélioration, par rapport à il y a quelques mois. Je fais des efforts, aussi: je ne suis pas complaisante avec mon cerveau qui “me lâche”. Quand un truc m’échappe, je me concentre pour le retrouver. Quand je dois me souvenir de quelque chose, je fais un effort pour l’enregistrer. Je tiens compte du fait que mon cerveau est devenu l’équivalent d’un corps sédentaire, et que je dois être à la fois exigeante et compréhensive avec.

Je vous laisse, j’ai un gros livre à lire…

Similar Posts: