Dumping Photographs [en]

Putting photographs online has always been a source of never-ending frustration for me. I therefore tend to be a little bit sluggish with my updates.

To help you wait for updates (and to help myself) I have conjured up a quick and dirty PHP script which allows me to dump photographs in a directory and present them to you on reasonably clean pages.

You can now admire dumped photographs of the cat, the dog, some Swiss mountains, a weekend in Paris, and a pretty random collection of other pictures taken with the SPV. If you want to try and touch them up in PhotoShop, you are most welcome to play with them!

Similar Posts:

Qui c'est? [en]

Jeune femme aux cheveux roses. C'est qui, celle-là ?

Est-ce que vous la connaissez ? On m’a dit qu’elle se baladait avec un SPV

Similar Posts:

A Day at Work [en]

Orange Switzerland launched MMS yesterday. As MMS gets popular, we’ll start seeing more phones like the Nokia 7650. Here is what happens when your colleagues have this kind of toy:

Stephanie waving pens at her colleagues while facilitating a decision analysis exercise.

Here I am, in the middle of a team meeting, facilitating a decision analysis exercise. My colleague Stefan whips out his phone, pulls it open, and clicks. I barely have time to protest.

Thanks for the photograph, by the way!

Similar Posts:

Joyeux lurons! [en]

Miroir, mon beau miroir… [en]

Paris, standards, rencontres, péniches et photos [en]

Pour les impatients qui ont du patienter jusqu’à  maintenant, voici les chroniques parisiennes d’une suissesse en vadrouille.

J’ai quitté Paris avec l’envie d’y retourner une fois avec un peu plus de temps – cela ne m’était encore jamais arrivé. Une ballade le long de la Seine jeudi matin, les péniches qui m’ont fait rêver un vague projet de nomadisme, la Tour Eiffel et les parcs avoisinants, le Palais du Louvre – immense! – et des gens, ma foi, fort sympathiques.

Outre Tristan et sa charmante épouse, j’ai eu le plaisir de rencontrer enfin Pascale, que je n’avais pas réussi à  voir lors de ma dernière visite à  Paris. Deux autres noms surgis du passé ont aussi pris un visage: Mat et Daniel, que j’ai cotoyé sur usenet il y a un an et demi.

Le meetup lui-même fut un succès: 10 personnes présentes! Ce fut très “meeting” et orienté productivité – ce qui est un peu normal vu le thème du meetup, et vu aussi que c’était le premier. J’ai retrouvé du coup la motivation nécessaire pour remettre pompage sur pied – je vous donnerai les détails en temps voulu, une fois que j’aurai un peu fignolé mon project plan

En attendant la publication du compte-rendu officiel du meetup (Tristan, le monde entier a les yeux braqués sur le StandBlog!), allez regarder les photos (il y en a aussi chez Pascale, d’ailleurs).

Similar Posts:

Photos of Switzerland [en]

As it’s too hot to sleep, here are some aerial pictures of Switzerland. If it stays this hot, I’m going to sleep on my balcony. 31.5°C says the thermometer. And look at what time it is.

First, the index for Switzerland. Zoom into my little canton, Vaud.

Start by visiting Lausanne. More than 300 photos available if you click on the map. This is the old town.

I live in this area, but unfortunately there are no pictures of my neighbourhood. There’s one of the World Trade Center, where part of the Orange offices are, however. My neighbourhood doesn’t look anything like those tall buildings you can see, by the way. Have a look at Prilly if you want a better idea of what it could look like—I live on the border between Lausanne and Prilly.

Le Mont is where I grew up. Again, unfortunately, no photographs of my father’s house. Check out the university: my building is the one alongside the motorway in the last picture. Hop off to Bussigny. The building I work in is the bottom one in the photo-before-last.

Similar Posts:

Traduction de iStockphoto.com [en]

Le site iStockphoto.com cherche des personnes intéressées à  le traduire en français. Envoyer un e-mail à  Bitter pour en discuter si vous êtes intéressé!

Similar Posts:

Lausanne [en]

Lausanne est un petit village que l’on traverse en voiture en 20 minutes quand la circulation est fluide, et en 1h30 aux heures de pointe. Les gens dans le bus ne se parlent pas et regardent dans le vague. Les vendeuses à  la caisse de la Migros remercient cinq fois les clients entre le moment où elles donnent le prix total des courses et celui où le client est en possession du précieux ticket de caisse.

La Migros, on ne l’évite pas, en Suisse. Elle fait partie intégrante de la culture.

Lausanne, c’est aussi la Cathédrale, les rues du centre-ville désertes le dimanche, et peut-être de la neige en hiver si on a de la chance.

On aime ou on n’aime pas. L’assurance maladie obligatoire, l’assurance chômage, les flics à  tous les coins de rues, mais plutôt sympas, les feux rouges que personne ne grille, et les trottoirs propres. La vie chère, mais les salaires souvent élevés en conséquence. Quatre semaine de vacances par an pour les moins chanceux.

L’accent du coin, les panosses avec lesquelles on se réjouit de poutzer l’appart le samedi, nonante et septante, les voisins à  qui on dit poliment bonjour dans l’escalier pendant des années sans parler de rien d’autre… Les gens que l’on dit froids, parce que l’on n’adresse pas la parole aux inconnus, mais qui une fois amis aiment à  passer des heures au bistrot à  parler de tout et de rien, mais aussi des choses qui comptent.

Je pourrais en parler longtemps, de ma ville. Comme toute personne qui aime “sa” ville, j’en viens cependant toujours à  penser qu’il faut la visiter pour s’en rendre compte. C’est l’expérience sythétique de la ville qui compte – pas les petits morceaux en lesquels on peut la décomposer.

Similar Posts:

Claustrophobie [en]

Il y a cet immeuble qui pousse devant mon balcon et ça m’embête énormément.

Photo d'un bâtiment en construction devant mon balcon

Je ne vois bientôt plus le ciel quand je suis à  mon bureau. L’espace autour de mon appartement a rétréci et on est en train de me voler ma lumière.

J’enrage d’impuissance.

Je voudrais leur crier d’arrêter de construire, leur hurler que je ne vais pas pouvoir vivre comme ça, sans l’espace et les montagnes devant ma fenêtre. Que tout s’arrête, là , maintenant, comme c’est — ou plutôt, comme c’était il y a un mois, quand l’immeuble n’était encore qu’un grand trou.

Je ne peux que regarder l’espace se combler de briques rouges, chaque jour un peu plus haut, jusqu’à  m’emprisonner complètement.

Je ne veux pas déménager. Mais comment vais-je pouvoir survivre à  ça?

Similar Posts: