Paris Carnet [fr]

Je serai certainement présente au Paris Carnet du 5 janvier.

[en] I'll certainly be present on January 5th in Paris for the weblogger meetup "Paris Carnet".

Chaque mois ou presque, je lis les comptes-rendus (dans un nom composé, l’élément s’accorde si c’est un nom ou un adjectif et si le sens le permet — oups navrée, déformation professionelle, mais c’est le sujet d’orthographe du moment) de Paris Carnet et je regrette de ne pas habiter plus près de la capitale française.

C’est donc (quasi!) décidé, j’irai passer quelques jours à  Paris début janvier, histoire de montrer le bout de mes oreilles au Paris Carnet du 5 janvier. Il paraît même que Guillermito sera là  — raison de plus!

Et vous, y serez-vous? On a le temps, mais il faudra aussi que j’organise mon hébergement. Si vous avez un lit propre et non-fumeur (de préférence) à  me proposer, faites signe!

(En passant, j’ai créé un canal Paris Carnet sur TopicExchange.com. Il suffit d’envoyer un trackback à  cet adresse lorsque vous écrivez un billet concernant Paris Carnet pour qu’il apparaisse sur la page.)

Similar Posts:

UK Trip Report [en]

Write-up of my 5-day trip to the UK. Movies with Aleika, Bombay Dreams in London, an IRC meetup.

The nice thing about having a laptop is that you can fire it up on the airplane and type in peace, without being distracted by IRC, instant messaging, e-mail and stats checking, or simple bloghopping. With iTunes in the background playing Bombay Dreams, my only concern is that the plane will start descending towards Geneva shortly.

My trip to the UK was short, and last-minute. I heard some people from #joiito were going to meet up in London on Sunday, I checked my easyjet flights, called Aleika–

“Ladies and Gentlemen, we will be landing shortly in Geneva. Please return to your seats, make sure your seatbelt is fastened and your seat is in the upright position, and switch off any electronic equipment.”

There goes the laptop, and I now find myself with a post which will be hard to date. Anyway. (Warning: this is a “cheese sandwich” post to some extent, so if you’re bored already, don’t bother reading it.)

Where was I? Yes, last-minute trip. I found a friend to house-and-cat-sit for me, which was nice, and spent the first couple of days at Aleika’s. We did our usual “girls at the movies” thing: get dressed up a bit, leave home late, grab some food which doesn’t come fast enough (well, it took long enough to arrive that I drank my pint of cider almost entirely before the meal, and can now testify that it’s all it takes to make my head spin quite a lot), jump into a cab and run to the theatre (slightly inebriated), only to find that the timings on the internet were incorrect, and we have another half-hour to wait before gleefully drooling all over Hugh Jackman in Van Helsing (OK, I got a bit carried away here, but you get the picture).

I got to spend nearly a whole day alone with Akirno, which was really nice. I didn’t get to see him much on my last visits. He’s grown so much! And he talks so much! (Yes, I know, that’s what I say each time I come back from Birmingham.) He’s a real sweetie. I love him very much.

Unfortunately, I caught a cold (over the top of my first one!) waiting for the bus after Van Helsing, so all my pre-London shopping was done in a rather feverish state. Looking at the bright side of things, it means I didn’t spend as much as I might have, which is a good thing, as my suitcase was already quite full enough (and my bank account empty enough, but that’s another story).

Driving to London went fine. We found a parking space right next to the Apollo Victoria Theatre. (Remember: Sunday matinée shows are a good idea if you’re going to London to see a musical or a play.) Bombay Dreams was really fun, specially as I know most of the songs Rahman re-used for the musical.

Still dressed up (I chose the pink dress), I headed for the #joiito meet-up. Despite this nagging feeling of being somewhat overdressed, and my cold, I had a very nice evening.

As always, though, I had to cope with the frustration of group meet-ups: not enough time to talk with everybody, not enough time to get into interesting conversations with those I talk to. Or maybe I’m just more of a one-to-one person? Anyway, standing invitation for any of you who would want to visit the beautiful town of Lausanne or practice French in the area — just drop me a line, or better (since e-mail is soon to be a dead form of communication, thanks to spam), catch me on IRC.

So, who was there? Well, as I’m nearing the ages of senility, I’m probably forgetting a lot of people, so please bear with me if you’re not mentioned, and let me know if it bothers you too much.

First of all, imajes, my kind host, who was so busy taking me through his iTunes collection on the train back that he missed his home stop. (Can it get worse than that?) Suw prevented me from being the only woman present (I can’t thank you enough for that). Joi was so utterly bored by my presence next to him that he left early to go back to his hotel and sleep — imagine that! (Actually, it seems jetlag also had something to do with it…)

I chatted quite a bit on the way there with imsickofmaps, and on the way back with snowchyld. Hugh managed to mess up my first blogcard somewhat (or whatever those things are called), so I am now the lucky owner of two of them. Gerard aka insert-coin took a nice bunch of photographs and has already put them online. I stole Suw’s camera to take a few photographs, but she’s not home yet, and those I took with my phone are stuck in there until I lay my hands on a Windows PC (thanks, Microsoft).

Apart from bumping my head on a couple of low doorways and leaving my coat there, I brought two things back (not literally) from james’ flat: VoodooPad, which I have not adopted as my official scrap-book application, and a book which made me discover a blog (how often has that happened to you?): Never Threaten to Eat Your Co-Workers: Best of Blogs, a collection of great weblog posts. I read a few pages, and it looked really neat. It’s on my wishlist now.

I think this post is long enough, for a short trip!

Similar Posts:

Birmingham and London [en]

Going to the UK for a few days.

I’m off to the UK for a few days, to see Aleika and Akirno, Bombay Dreams, and go to a #joiito meetup.

Similar Posts:

Réflexions post-Froglog souper [fr]

[en] First "bloggers meetup" in Paris. My reactions to the presence of "business-world" people there. I wasn't very happy about it.

Tout d’abord, mes excuses à ceux qui attendaient un compte-rendu hier: voyages et commotion cérébrale ne font pas bon ménage – me voici un peu hors de combat.

Même si je m’y attendais un peu, j’avoue avoir été un peu déçue par cette rencontre.

Ce souper était annoncé (là où je l’ai vu) comme le souper des webloggeurs francophones. Quand on dit “souper des webloggeurs francophones”, j’imagine une occasion de rencontrer d’autres personnes qui ont un weblog en français, de bavarder de nos intérêts communs, de mettre peut-être des têtes et des voix sur ceux qui n’étaient jusque-là qu’un nom, un site ou des mots. On informerait peut-être un journaliste ou deux à l’événement, histoire d’intéresser le monde extérieur à ce que nous faisons, et voilà.

Je me rends compte que l’intention de ce souper était légèrement différente. Je ne suis à ce jour pas certaine d’avoir exactement compris ce qu’elle était. Ce qui est certain, c’est que j’étais tout de même assez surprise, en arrivant, d’avoir l’impression qu’il y avait dans la pièce plus de “businessmen” (au sens large) que de webloggeurs. Les proportions se sont un peu équilibrées en cours de soirée, mais tout de même – il y avait pour moi un malaise.

Ce malaise est né quelque temps avant le souper – je l’avais d’ailleurs exprimé sur le wiki. Je connais mal le monde du marketing et de la “communication” au sens commercial du terme, et Karl avait attiré mon attention sur le melange de personnes qui allaient être présentes à ce souper, et en particulier sur l’importance que semblait avoir pris le côté “business” de toute l’affaire.

Pour moi, un weblog est avant tout un moyen d’expression personnelle. Il se rapproche plus du monde de l’art que du monde du commerce. Je pense qu’avant de parler avec ceux pour qui le web représente surtout un intérêt financier, le web indépendant a tout à gagner à se regrouper et à s’organiser – voir à ce sujet ce que fait Independents Day pour le web anglophone.

On a mis en avant à quel point le weblog était digne d’intérêt en tant que “moyen nouveau de communication”. Ce qui me déplaît dans l’approche “marketing” de la communication, c’est que celle-ci en devient instrumentale. On pourrait arguer qu’elle l’est toujours, certes. Alors précisons: la fin de la communication commerciale (ou “marketing”) reste l’argent – et non pas le savoir (au sens de savoir “qui fait grandir”).

On peut imaginer toutes sortes de raisons pour lesquelles le monde des affaires pourrait s’intéresser aux webloggeurs. Ils sont des clients potentiels, ils sont aussi un véhicule formidable pour faire de la publicité par “bouche-à -oreille”. Je ne suis pas en train d’accuser l’organisation de la soirée d’avoir été faite dans cet esprit, que cela soit clair. Mais vous comprendrez dans quelle mesure cet état de fait peut contribuer à alimenter un malaise: une personne du “business” qui s’intéresse à un phénomène (tout honnête que soit son intérêt) sera toujours soupçonnée de chercher à un moment où un autre de quelle façon on pourrait en retirer un intérêt financier.

Certes, c’est peut-être une réalité du monde, dans une certaine mesure. Mais ce que je cherche à faire avec mon weblog, c’est bien plus inciter les gens à la reflexion, à un regard critique sur le monde, et à une autonomie intérieure. Il s’inscrit dans une volonté que j’appelerais “éducative au sens large” – et surtout pas commerciale.

Mon weblog, bien sûr, je le fais aussi parce que j’ai du plaisir à le faire. Et je n’ai pas envie que l’on s’intéresse à ce que je fais avec un oeil “commercial”. Le commerce a sa place dans le monde, je ne la lui refuse pas. Mais le business a un peu la fâcheuse tendance à vouloir envahir tous les secteurs de la vie, et ça, ça me dérange.

En conclusion, je dirais que je me suis sentie un peu “trompée sur la marchandise”. J’en ai eu conscience avant d’arriver au souper lui-même, et je me suis peut-être sentie trompée en partie parce que je ne me suis pas intéressée de très près à l’esprit dans lequel avait été prévu ce souper – au-delà de cette impression superficielle dont je me suis contentée, à savoir qu’il s’agissait de l’équivalent pour webloggeurs du “get-together” d’un canal IRC ou d’un chatroom.

Je ne dis pas que c’était une volonté consciente de la part de l’organisation, mais ça m’est quand même resté un peu en travers de la gorge de me retrouver “dans le monde des affaires”, alors que ce qui m’intéresse, c’est le web indépendant – celui qui n’a que faire de l’argent.

Pour terminer sur une note plus positive (n’allons pas tout peindre en noir, tout de même!), j’ai eu très grand plaisir à discuter avec plusieurs personnes que j’ai rencontrées durant cette soirée – j’ai tout de même pu mettre des visages et des voix sur des noms, et même en découvrir certains que je ne connaissais pas. Je regrette peut-être qu’il n’y ait pas eu “plus” de “ça”, voire “que ça”.

Voir aussi (réactions):

Similar Posts: