Vindication and Unintentional Plagiarism [en]

[fr] Je retrouve dans Here Comes Everybody plein d'idées "à moi". Sont-ce vraiment les miennes? D'où viennent-elles? Peu importe, au final. Un livre dont je recommande chaudement la lecture.

I’m reading Here Comes Everybody by Clay Shirky. I should have read it a long time ago, like most unread books on my bookshelf. It’s about the behavioural and social change brought about by social tools. Each chapter is making me go “yes, wow!” and I get a sense of vindication, because so much of what Shirky so clearly explains is stuff that I’ve been saying for years. It feels like “he agrees with me”.

The truth is certainly more complex. These “theories” that I’ve come up with over the years to explain the online connected world to outsiders, and which feel like mine, well, I didn’t conjure them out of thin air. We all know about unintentional plagiarism, don’t we? Maybe I even read them on Shirky’s blog, once upon a time. Or heard them from somebody who read the book, or knows him.

Though Clay Shirky and I have never met, we have many friends and acquaintances in common. The Acknowledgements section at the end of his book is so full of people I’ve met and spoken with (when they’re not simply friends) that it’s a little surreal. I’m offline, or I’d check on Facebook and see how many contacts we have in common. Fair to say that we’re part of a tightly connected area of the network. (One notable difference, amongst others, though: Shirky took the trouble to write a book :-))

Another possibility is that these are “ambient ideas”. I’ve forgotten the reference for this (but Scott Berkun‘s book The Myths of Innovation almost certainly talks about it), but innovation is generally not an isolated event. The climate is ripe, and it is not rare that more than one person comes up with a new idea around the same time. These are possibly the “collective theories” in certain circles we are part of. It’s at the same time fascinating and frustrating that it is not possible to trace precisely how ideas travel through the network.

It doesn’t really matter, though. It feels good to see in print what I’ve been thinking and saying for years, even if I don’t remember how I came to these conclusions. Allow me to risk basking in the warm fuzzy glow of confirmation bias for a while.

Similar Posts:

Lift11: Ben Hammersley, Post-digital geopolitics [en]

[fr] Notes de la conférence Lift11 à Genève.

Live and India-lagged notes from the Lift11 Conference in Geneva. Might contain errors and personal opinions. Use the comments if you spot nasty errors. Note: no kilt today.

Twenty-first year of the WWW. Bizarre situation we have now: splitting of generations. *steph-note: speaker tip, do what Ben does — pause in between your sentences :-)*

Mubarak had the same look on his face than Swiss industrials who’ve just discovered the Internet, or a newspaper which has just gone bankrupt. Interesting: psychological effects, particularly amongst the group of people who are running the world, people around the age of 50 or 60, who are supposed to be creating the future, but who are already so confused by the present.

What defines a country is distance (“in the beginning was distance”). We’re “us” because we’re here, and they are “them” because they’re over here. All the rest (language, religion, culture) develops purely because of distance. Distance defined us.

Society is structured through vertical distance. He’s up there, I’m down here. Hierarchical society. We know where we are, who is above, who is below. Freud gave us an explanation and a toolkit *(steph-note: worth what it’s worth)*. Dominant intellectual framework for the industrial age.

We judge ourselves by numbers which represent fictions (ie, popularity on Twitter). We have the wrong cognitive toolkits, in the 21st century. We used to know who the ennemies were, where we stood in society and business. Networks mess that up — initially just for nerds and geeks, but after that for more and more people.

Death of distance *(steph-note: what I’ve been preaching for years regarding multilingualism online — e.g. the boundaries today are linguistic, and not country/geographic)*

=> Diaspora. Many new forms of countries — culture, interests, principles… they all collate online. Stronger interests and links with people who are geographically distance than with our neighbours. => interesting situations! Mailing-lists with guns, for example. *steph-note: literally?* Very difficult to shoot a hashtag.

Older generation brought up in a world of hierarchy (pyramids), and the younger generation a world of networks (sheets), and us in the middle. And the young ones don’t understand hierarchy, and the older ones don’t understand how a network works. “Shoot the leader and everything else will go away!”

Don’t understand that they don’t understand how to understand this stuff. They lack the intellectual framework on which to base this new form of thinking. *steph-note: did anybody say “culture shock”? Another of my incessant choruses… 😉 — exactly what many people from the West are faced with when trying to “get” India.*

Explain, don’t complain. The reason communication breaks down over these matters is people lack the cognitive toolkit for the discussion. Our primary problem is not to encourage innovation, it’s to translate *steph-note: amen — and exactly how I view my work*.

Similar Posts:

De l'émergence de la classe créative à la créativité [fr]

Voici mes notes de la journée de la FER “De la créativité à l’action“. Si vous voyez des erreurs, merci de les signaler dans les commentaires!

09.08.2010: les vidéos de cette journée sont en ligne.

Anne Heleen Bijl

Parler en français => comme si elle devait refaire toute sa présentation! Intéressant…

La créativité casse les cadres, c’est la clé de l’innovation. La plupart du temps on n’en a pas besoin. 2% du temps, on se dit qu’il doit y avoir une “autre solution”. C’est là qu’on a besoin de la créativité. Problème: on cherche souvent une solution qui est trop proche du problème. Mais en fait il faut des fois chercher complètement ailleurs.

Créativité: relier deux aspects qui n’avaient pas de contact avant.

Osborne, américain dans les années 50. A cherché comment il pouvait faire en sorte que chacun de ses 500 employés produise des idées.

Expérience avec 4 personnes du public: A et B sur un panneau, les relier. Comment est-ce qu’on les relie? En général on a tendance à les relier par le chemin le plus court, le plus facile. Mais dans la vie c’est pas toujours possible… *steph-note: très tentée d’aller arracher la feuille pour faire se rejoindre A et B en la pliant… ah, quelqu’un l’a fait!*

Obstacles à la créativité:

  • peur d’être ridiculisé, surtout par soi-même (on est son juge le plus sévère)
  • “ça ne va pas réussir”
  • on ne voit pas l’avantage
  • tenir aux vieilles solutions (on n’aime pas le changement et les nouvelles habitudes, elles sont difficiles à installer! 30 fois un nouveau comportement pour qu’il s’installe, cf. FlyLady)
  • “Les Autres” le rendent impossible
  • se créer des barrières soi-même
  • être satisfait de la première solution
  • problème d’autorité: qui est le chef?

L’effet Eurêka: 10 phases

  • problème est un défi
  • le problème est le vôtre
  • recherche de solutions => échec
  • frustration
  • distraction
  • relaxation
  • moment de coïncidence
  • eurêka, inspiration (si on a de la chance!)
  • euphorie
  • réalisation

*steph-note: lire The Myths of Innovation!*

Conditions pour la créativité:

  • indépendance
  • liberté/espace
  • concentration
  • motivation intrinsèque *(steph-note: cf. la vidéo de Dan Pink dont je parle dans “Carotte et créativité ne font pas bon ménage“.)*
  • bonne définition du problème
  • breaking patterns/outside the box
  • donner une chance aux idées
  • humour
  • temps pressé/nécessité
  • chercher des alternatives

Conditions créatives en groupe

  • stimuation de nouvelles idées
  • rémunération d’idées
  • moyens (budget, personnes)
  • pas trop de contrôle: liberté
  • ne poses pas de questions trop définies
  • pas autoritaire

Sept règles de communication créative

  • suspension du jugement
  • écoutez attentivement: quelle peut être la valeur de cette idée?
  • fantaisie et imagination
  • quantité amène qualité
  • pollinisation croisée
  • 3x +++ (le droit de demander trois avantages de son idée à la personne qui la reçoit négativement, genre “oui mais bon, sois réaliste!”)
  • 28 ideakillers sont tabous (y compris non verbaux!)

Utile de garder à l’esprit le temps d’incubation de certaines idées, entre l’idée et sa mise sur le marché:

  • TV: 50 ans
  • pacemaker: 30 ans
  • fermeture éclair: 30 ans
  • stylo bille: 7 ans
  • radio: 24 ans
  • antibios: 30 ans
  • nourriture congelée: 15 ans

Xavier Comtesse

Réseaux sociaux et créativité: étude faite au démarrage de la Muse, sur Rezonance. Quelle est la part des créatifs chez Rezonance?

Parmi les abonnements payants de Rezonance, est-ce qu’un questionnaire va fonctionner? Réponse hallucinante: personne ne comprenait les questions. Problème de langue? Peut-être faut-il passer au hollandais… 😉

Mise en garde:

  • la créativité dans le contexte de l’innovation
  • un sondage via un réseau déjà existant (Rezonance)
  • démarche volontairement participative
  • le questionnaire est soumis au Conseil scientifique

En français, “créativité” c’est vraiment associé à l’art. Gros échec 🙂 => il a fallu tout revoir.

Ont monté un sous-groupe du comité scientifique, le “Groupe Montbrillant”. “Pourquoi est-ce que les gens ne comprennent pas nos questions, que nous on comprend très bien?” => ne plus poser les questions sur la créativité, mais partir du principe que la créativité fait partie du processus d’innovation.

En amont: créativité; en aval: amener au marché, stratégie commerciale. On s’est beaucoup préoccupés de l’aval, supposant que là est la difficulté, et moins de l’amont.

Résultats: dans la région lémanique, on aurait une classe créative deux fois plus dense qu’aux USA, par exemple, 62% ont participé à une start-up, 7% on déposé un brevet. *steph-note: attention, on parle de Rezonance ici, et non pas d’un échantillon représentatif de la région lémanique!!*

Par contre, seulement 5% fréquentent un centre créatif.

Ils ont appelé “net-ups” entreprises qui naissent dans un réseau social et se construisent avec lui. *steph-note: pas sûre que j’aime ce terme… c’est simplement le modèle de beaucoup de start-ups dans les nouvelles technologies: agile, crowdsourcing, etc…*

Creative commons.

Centres créatifs: existent-ils réellement dans notre région? Différentes générations de creative centres.

  • première générion, MIT etc: faire vivre des objets et des services avec des usagers, et les observer. Client-roi. Usagers ne sont pas co-créatifs.

Après, consommacteurs. Changement fondamental de percevoir le produit, l’économie. (On est des bêtes curieuses.)

Ces lieux jouent pour l’amont le même rôle que le prototype pour l’aval.

Mettre en place des méthodologies. Les méthodologies ne font qu’accélérer la créativité, rien d’autre. Ce sont des accélérateurs.

Xavier nous montre “la matrice”… “démerdez-vous avec!” — quand un matheux essaie de montrer les résultats d’un sondage. *(steph-note: image dans l’article de Pascal Rossini…)*

Elmar Mock

On ne cueille pas de champignons sur l’autoroute. Est-ce que ça s’apprend, la créativité? Difficile d’en parler.

Avait le sentiment qu’après avoir inventé la Swatch, il n’était plus possible dans la société d’inventer autre chose. => nouvelle structure. (Mais en fait le problème c’était lui… *steph-note: si j’ai bien compris*)

A la base plein de créatifs, mais on le reste pas tous. Métaphore moléculaire: l’être humain est une molécule d’eau (gaz, eau, solide, ça reste une molécule d’eau).

  • Gaz: créativité, imagination, exploration
  • Liquide: école, expérimentation, évolution (étape douloureuse)
  • Solide: éducation universitaire, formation professionnelle, maturité, réalité (ordre, structure)

Relation d’amour-haine entre créativité et structures/organisation (gaz vs. solide).

Le créatif finit toujours par créer des cristaux (les cristaux c’est une idée qui marche!) — c’est la réalité de la créativité! Permettre à la société d’avoir de nouveaux cristaux pour nous donner l’illusion que demain existe. (On a des budgets, des projets, des plannings, “l’année prochaine ce sera bon”. *steph-note: ça me fait penser à “The Black Swan“, livre à lire absolument d’ailleurs.*

Difficile de trouver l’endroit où les trois états de la matière coexistent (le point triple). Startups.

La métaphore de la perle. L’huître ne crée la perle que si quelque chose dérange. Il faut un élément perturbateur pour la créativité. Clé: identifier et définir cet élément perturbateur. Malheureusement, on s’adapte à nos éléments perturbateurs et nos difficultés. On n’a pas envie de modifier nos habitudes.

Après avoir trouvé l’élément perturbateur, phase inventive, puis phase conceptuelle, phase scientifique, phase commerciale.

Modèle en oignon: chacun est responsable d’un truc, départements. Ça marche pour la rénovation et l’évolution, mais pas pour l’innovation et la révolution. Il faut pour cela supprimer la notion de départements.

Caisse à outils de la phase gazeuse. (The Gas-Phase Toolkit.) Cartes (?).

Important: ça prend du temps. On va pas juste prendre 1h pour être créatifs.

  1. cerner: quel est l’élément perturbateur? définir le problème
  2. curiosité: s’intéresser par exemple aux gens qui vont utiliser ce système, qu’est-ce qui se passe au niveau de l’industrie
  3. idéation: (3 jours) contrairement au citron (plus on presse moins il y a de jus), eh bien l’homme, plus on presse, plus il y a de jus. Il faut prendre le temps d’aller explorer d’autres chemins pour trouver des champignons. On va se sentir perdus. Prendre les chemins de traverse. Energie pour traverser le tunnel. Divergence et convergence. Augmenter le nombre d’idées. Brainstorming (attention, c’est pas une discussion chaotique, c’est un système rigoureux!). Méthode 6-3-5.
  4. entonnoir: convergence, sélectionner, éliminer, trier les idées après la diarrhée intellectuelle qu’est le brainstorming. Critique constructive.  Intuition, imaginer ce que sera demain. Sur nos 100 idées, laquelle aura la médaille d’or, d’argent, de bronze?

Sans élément perturbateur, le brainstorming est de la masturbation.

Etre innovateur, c’est aussi être dans le faire. Ça nous aide à être de meilleurs innovateurs de les suivre jusque dans la dure réalité de l’actualisation.

Chaque fois qu’on a un problème, une nouvelle phase créative est ouverte.

Similar Posts:

A Few Words About Google Wave [en]

I wanted to write this post yesterday, to keep up with my good resolutions, but time caught up with me and I had to leave my computer to go and enjoy some time on the lake (we finished 13th, and I had a good windy sailing lesson before that — thanks Dad).

So, as for most of you I guess, Google Wave came up on my Twitter radar these last days. I thought I’d take a quick peek, without spending the whole day on it, so I looked at part of the demo video (the first part, where the actual demo is), and read a few articles (CNET, Mashable and ReadWriteWeb — there are tons of others, but I’m on purpose trying not to be exhaustive in my research… fight that perfectionism!)

In one word? Cool.

I remember many years ago, how taking collaborative notes in SubEthaEdit during the BlogTalk conference in Vienna would every now and then drift into us chatting in the document. (By the way: I’m on the Programme Committee for BlogTalk 2009 which will take place in Jeju, South Korea, on September 1-2. Send in your proposals now!)

I also remember, how many years before that, ICQ introduced “real-time chat” (or whatever they called it), where you could actually see people type when you chatted with them.

And I remember the many many days I’ve spent in endless wiki conversations — I think one of the best ways I can describe Google Wave is to say it’s a very accelerated wiki page with bells and a touch of Facebook.

Google Wave is marrying e-mail and IM, and it’s a good thing. It’s recording the process of the conversation, which makes it easier for outsiders to jump in. It has private, it has public, it has text, it has rich media, it has profiles.

People say it’s a bit hard to get at first, and that, in my opinion, is another indication that it is something really new.

I can’t wait to try it. I get all excited when I think of it. These are my totally uninformed first impressions. Over the years, I’ve come to trust those — Google Wave is going to change things.

Similar Posts:

Business Thoughts [en]

[fr] Je suis en train de me rendre compte de la valeur qu'il y a à investir dans ce que l'on fait et qui fonctionne déjà. Sans vouloir tirer des boulets rouges sur l'innovation (je serais mal placée), payer le loyer est important, et lorsque l'on lit les histoires de ceux à qui les risques ont souri, ne perdons pas de vue qu'on entend rarement parler des perdants.

I think a bunch of things I’ve been reading and thinking about over the last months are starting to come to something.

For example, one thing I’m realising is that it’s easier to pursue and grow existing business than do new things from scratch. I mean this in two ways:

  • existing customers
  • “stuff you do” that actually brings in money

If I look at the past two years, there are a handful of things that have consistently helped pay the rent. If I look back, I’ve spent a lot of energy over the past year trying to do “stuff I wanted to do” — experiential marketing, for example. Of course, it’s easy to say now with hindsight that I might have been better off concentrating on what had worked, but if experiential marketing had been a huge hit that had made me rich, well, it wouldn’t have been a mistake right now.

(I’m reading Fooled by Randomness these days, can you tell?)

Of course, taking risks and innovating is a chance to break through. I’m not saying one should always stick to what one knows. But remember we see the winners, not the losers.

But paying the rent is important.

Similar Posts: