Ouvrir ou non les commentaires? [en]

A midi, un ami m’apprenait qu’il avait un blog déjà depuis un petit moment, mais qu’il n’avait pas osé ouvrir les commentaires (c’est-à-dire: permettre aux lecteurs de s’exprimer directement sur son site, en réaction à ses articles) de peur de se faire déborder ou d’y passer trop de temps.

Souvent, lorsque je commence à “parler blogs” avec des clients (ou futurs clients), c’est autour des commentaires que tout se crispe. On a peur de ce qu’autrui pourrait venir écrire “chez nous”, et on se retrouve aux prises avec ce bon vieux pote qui nous joue pourtant de bien sales tours: le contrôle.

Si vous avez lu [Naked Conversations](http://www.amazon.fr/Naked-Conversations-Changing-Businesses-Customers/dp/047174719X/) (fortement recommandé pour qui voudrait comprendre l’importance que les blogs prennent dans le monde économique et social d’aujourd’hui) ou bien [The Cluetrain Manifesto](http://www.amazon.fr/Cluetrain-Manifesto-End-Business-Usual/dp/0738204315/) (le “manifeste” est [traduit en français](http://www.cluetrain.com/manifeste.html) mais franchement, il m’a passé complètement par-dessus la tête plusieurs fois avant que j’attaque le livre — que je dévore en ce moment — [disponible gratuitement sur le site](http://www.cluetrain.com/book/index.html)), si vous avez donc lu un de ces deux livres, vous saurez de quoi je parle. **On ne peut plus contrôler.**

Sur internet, chacun peut en deux minutes, gratuitement et sans compétences techniques particulières, créer un blog (filez chez [WordPress.com](http://fr.wordpress.com) si vous êtes tenté) et y écrire ce qu’il souhaite. Tôt ou tard, si ce qu’il écrit présente un intérêt pour suffisamment de personnes (et ce nombre n’a pas besoin d’être bien grand), il se trouvera un public.

Le rapport avec les commentaires? Si vous avez peur de ce qu’on pourrait dire de vous ou répondre à vos écrits, ne pas avoir de commentaires ne change rien. Si vous avez des choses peu honorables à cacher, si vous êtes malhonnête, si vous refusez de dialoguer avec autrui, alors certainement, internet est un grand méchant espace effrayant, et si vous y avez un site, vous allez éviter d’encourager les gens à s’y exprimer. Oui. Laisser à ses lecteurs la possibilité de s’exprimer *chez vous*, via des commentaires, c’est inviter au dialogue — et bien des personnes qui s’expriment dans les commentaires ne l’auraient pas fait s’il leur avait fallu prendre la peine d’envoyer un e-mail ou d’ouvrir leur propre blog. Mais de l’autre côté, fermer les commentaires n’empêchera jamais quiconque de déverser du fiel à votre sujet en ligne — que ce fiel soit justifié ou non n’est ici pas la question.

Admettons cependant que la plupart des gens (et des entreprises) sont (raisonnablement) honnêtes et n’ont pas trop de vilains cadavres pourrissant au fond de leurs placards. (Il y en a toujours quelques-uns, de squelettes ou de cadavres, mais on finira par comprendre que les vrais êtres humains ont parfois des boutons d’acné sur le nez et qu’ils ne sont pas retouchés en permanence sous PhotoShop.) Donc, pourquoi cette peur des commentaires, si au fond on est relativement comfortable avec qui l’on est et ce qu’on fait? Quelques hypothèses:

1. **Les gens peuvent dire n’importe quoi!** C’est vrai. Ils peuvent aussi dire n’importe quoi ailleurs. Sur votre site, l’avantage c’est que vous pouvez immédiatement répondre au commentaire en question pour corriger le tir. Pensez-y: dans la “vraie vie” (arghl, je déteste utiliser cette expression) on agit pareil. Quand quelqu’un dit quelque chose de stupide ou de faux à notre sujet, eh bien, on répond. On discute. (La *conversation*, vous vous souvenez?) De plus, notons que la plupart des gens ne passent pas leur temps à aller laisser des commentaires débiles sur les blogs des autres. Pas dans le monde des adultes civilisés, et sur un blog qui a l’air “sérieux”, en tous cas.

2. **Ça va prendre du temps!** Là, il vaut la peine de s’arrêter une minute et de se demander ce qui va prendre tellement de temps. Déjà, réaliser que les craintes du point 1. se réalisent peu souvent. Ensuite, savoir que la plupart du temps, **le problème d’un blog n’est pas qu’il y a trop de commentaires, mais pas assez.** Sur Climb to the Stars, avec environ 2000-2500 lecteurs par jour (ça varie, mais voilà l’ordre de grandeur), j’ai entre trois et cinq commentaires par jour en moyenne. Parfois zéro. Combien de lecteurs a votre blog? Ce qui peut prendre du temps, c’est de nettoyer le spam, si l’outil de blog que l’on utilise n’a pas un bon filtre. Mais ça, ce n’est pas une question de principe, c’est une question de choix de moteur de blog (et aussi pour ça qu’en général je recommande WordPress — le filtre à spam fourni avec, [Akismet](http://akismet.com/), est assez efficace).

3. **Les gens pourraient poser des questions difficiles, ou dire des choses incomfortables…** Ça, honnêtement, je pense que c’est la seule crainte réelle à avoir. Si la conversation n’est certes pas impossible sans commentaires (on avait des conversations via nos blogs avant que ceux-ci ne comprennent cette fonctionnalité), ceux-ci invitent clairement au dialogue. Et le dialogue, cela implique une certaine ouverture à l’autre — d’assumer une certaine humanité. On ne peut pas dialoguer si l’on parle comme un communiqué de presse ou des prospectus de marketing. Oui, il y des choses qui sont imparfaites. Oui, on fait des erreurs. Non, on ne sait pas tout. Oui, la concurrence peut être bien aussi. Il vaut donc la peine de se demander si on est prêt pour ça — sachant que dans le fond, ce n’est pas si difficile que ça (discuter, c’est quelque chose que l’on fait tous les jours, sans y prêter vraiment attention), et qu’en fin de compte, l’évolution d’internet nous permet de moins en moins d’échapper à ce dialogue…

**Moralité:** ouvrez les commentaires, ne les filtrez pas, gardez un oeil attentif dessus au début si vous êtes inquiet, résolvez les problèmes posés par les commentaires “difficiles” en y répondant plutôt qu’en censurant… et si vraiment vous considérez que vous êtes débordé de commentaires, activez la modération, voire supprimez-les. Mais dans cet ordre. Essayez d’abord. Faites marche arrière ensuite si nécessaire (et je vous parie que dans 99% des cas, cela ne le sera pas).

Similar Posts:

Promote Comments Plugin Idea [en]

[fr] Une idée de plugin que m'a soufflée Bruno Giussani: pouvoir "promouvoir" un commentaire et l'intégrer sans peine au contenu du billet.

A few days before [LIFT’07](http://liftconference.com), I had dinner with [Bruno Giussani](http://www.lunchoverip.com), who now happens to be one of the lucky people to live in [beautiful Lausanne](http://flickr.com/photos/bunny/sets/1292407/).

Amongst other things, he told of [his frustrations](http://giussani.typepad.com/loip/2006/02/blogging_frustr.html) with current blogging software (he’s using [TypePad](http://typepad.com)) and how [the perfect tool](http://climbtothestars.org/archives/2003/10/10/requirements-for-a-perfect-weblog-tool/ “Old post I wrote when I was in the same state of mine.”) didn’t seem to exist. I guess one simple reason this is so is that “perfect” means different things to different people.

I use [WordPress](http://wordpress.org), like it, and generally recommend it around me, because to my mind it’s the most complete and user-friendly platform out there, **and** because the [plugin architecture](http://codex.wordpress.org/Plugin_API) allows for nearly any functionality to be added to it if somebody takes the trouble to code it.

Bruno shared with me one shortcoming of today’s blogging technology that he and [Robert Scoble](http://scobleizer.com) were talking about at LIFT last year (so this is not a “new” idea). Here is a write-up of this idea (with his permission of course), with a few implementation and interface details, in the hope that someone out there will pick it up and write the plugin. (I’ve heard enough people recently asking for plugin ideas to work their mad coding skillz on…)

**Here’s the basic idea:** there are often valuable contributions in the comments of a post, and we would like a way to be able to effortlessly “promote” a comment (or part of it) into the body of a post. This allows the blogger to easily act as an editor for the conversations taking place on his blog.

All this, of course, would have to be nice and ajaxy. Here’s how I could imagine it happening.

First of all, the plugin recognises that the author of the post is logged in, and adds a “promote” link next to each comment, in addition to the “edit” link. If that link is clicked, the comment text is automagically appended to the post content in a blockquote, complete with author name and link to original comment.

If part of the comment is selected when the promote link/button is clicked, then only that excerpt is quoted in the post.

Instead of the dreaded confirmation pop-up, a nice confirmation message should appear alongside the promoted comment in the post body, with an undo link.

From a back-end perspective, the promote link “knows” which post it belongs to (check the ID of the comment <div> it’s in). It shouldn’t be very difficult to grab author name, author url, comment permalink, format them all nicely (blockquotes, credit, microformats), edit the post, and add it to the end of the content with some introductory text (like “promoted comment”) and an “edited” stamp with time/date of promotion.

Possible problems:

– if part of a comment is selected and the wrong “promote” link is clicked, what behaviour would be expected? Probably an error message of some sort, or even better (but probably trickier to implement), a choice: promote the whole post (based on link clicked) or the excerpt (based on selection)?
– should promoted comments really be added into the post content, or stored as post meta data?

Taking this a step futher: wouldn’t it be nice to let the blogger introduce the promoted comment, or write a few lines after it? In this case, pressing the promote button/link would bring up a pop-up where more text can be added, with the option of displaying it before or after the quoted text.

And even another step futher (but I’m not sure it’s an interesting one): how about allowing the blogger to make a new post out of the promoted comment, instead of just appending it to the current post? Would this be interesting?

Additional thoughts on this basic idea are welcome (Bruno, let me know if I forgot something, it’s been a while since our conversation). If you’re a plugin author and you feel upto it, go for it (just make sure you give Bruno credit for the idea). I’ll be happy to try it out.

Similar Posts:

Job Offer: Chief Architect, coComment [en]

[fr] On embauche chez coComment! Architecte en chef recherché.

I’ve dropped hints with a few people that there were exciting things to come within coComment. There is still much we cannot say, but here’s a fist tidbit (and not the least): we’re hiring.

We are looking for an individual with skills in product design, familiar with the blogging/commenting space from both a technical and user community perspective. Fluent in English and at least one other European language.

Your remit will be to work closely with the Marketing and Technology teams to formulate and lead the development of CoComment.

You will need to be flexbile, fast thinking, passionate about the blogging/commenting space and with the ability to take creative thought and turn it into deliverable product.

In return, CoComment offers a creative, supportive and fast-moving environment, the opportunity to join a rapidly growing company and equity incentives.

Please email matt at cocomment dot com with covering letter and CV, detailing current and expected remuneration.

As a personal note, I’d like to add that there are chances I’ll be reporting to the Chief Architect. It’s of course not yet 100% certain as there are many unknowns, but here I am, probably posting the ad for my future boss’s position…

*Crossposted on [coComment blog](http://www.cocomment.com/teamblog/?p=132).*

Similar Posts:

Le coComment nouveau est arrivé [fr]

[en] With the new coComment extension activated, browse to this article by 24heures. Click on the coComment logo once. Don't spill your coffee.

Je parlerai plus longuement de la nouvelle version de [coComment](http://cocomment.com) qui vient d’être déployée (après l’annonce officielle, par exemple), mais je tenais à vous montrer ceci avant de filer à [Paléo](http://paleo.ch).

1. Avec un navigateur FireFox ([ou Flock!](http://www.cocomment.com/teamblog/?p=94 “Et avec la nouvelle extension, plus même besoin de convertir, ça marche d’office!”) muni de [la magnifique extension coComment](http://cocomment.com/tools/extension-install “Réinstallez la nouvelle version pour plus de sécurité — mais je ne suis pas certaine que ce soit nécessaire.”), rendez-vous sur [la page de l’article 24heures sur les blogs](http://www.24heures.ch/vqhome/edition/ls/blogs_200706.edition=ls.html “Profitez, ça reste en ligne 2 jours max.”). *Edit: [version archivée ici on dirait](http://www.24heures.ch/vqhome/archives_2006/blogs_200706.edition=ls.html).
2. Remarquez que le logo coComment en bas à droite devient orange. (Au lieu de bleu.)
3. Cliquez sur le dit logo, une fois, avec le bouton de gauche.
4. Lisez et extasiez-vous!

(Je n’en dit pas plus, il faut essayer. Oui, ça marche partout. Dingue.)

Similar Posts:

How Will CoComment Change Our Commenting Habits? [en]

I was [really excited to be able to talk about coComment yesterday](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/04/cocomment-enfin-public/ “The very beginnings of coComment and my small part in the whole adventure.”) Saturday night, and I really think it’s a great service, but I never thought it would [pick up as fast as it did](http://www.cocomment.com/teamblog/?p=15). As I heard Robert saying at LIFT, the blogosphere is not about how many people read you, but about who does, and how things scale and can get out of hand once the masses get hold of them.

[CoComment](http://cocomment.com/) is already changing the way I [participate in comments](http://www.cocomment.com/comments/steph “See where and what I’ve been talking besides on my blogs.”) (conversations!) on other blogs. I feel more connected. I feel like it makes more sense to leave a comment on a blog I scarcely visit, because it’s not a message in a bottle anymore: I have an easy way to get back to it. CoComment makes my activity on other blogs visible, so it encourages me to be active (yeah, that’s how I am! I like the spotlights, didn’t they tell you?) and maybe more conversational.

On the other hand, this is what I see coming: more popularity for popular blogs or posts or commenters (coComment will amplify the [feedback loop effect](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/05/visibility-is-in-feedback-loops/) for comments). Easy [celeb’ stalking](http://www.cocomment.com/comments/scobleizer “Want to see where Robert Scoble is commenting now?”). Maybe more self-consciousness about “where I comment” and “what I comment”? Comments by [top commenters](http://www.cocomment.com/ “Box on the left. I’m in there because I’m a bit obsessive and this is the beginning, but I’ll soon drop out, no fear.”) will have a different weight on your blog, and different consequences, because they’ll get a different visibility. A-lister X’s comment on a lowly blog may have gone unnoticed until now, but if they use coComment, it won’t anymore. Will we start signing out of coComment to retain privacy over a certain amounts of comments we make, and that we don’t want in the public eye?

I’m really happy to see coComment gaining so much popularity. I’m just a bit worried. Is this too much success/visibility to soon? I’ve seen people (gently) bitching around already about what a shame it was that coComment did not support all blog platforms, or that it only tracked comments by coCommenters. Laurent says he’s [pushing to open it up on Monday night](http://www.ballpark.ch/blog/english/514/follow-cocomment), but I wonder: is it really a good idea? What are the risks involved? What has the most potential for damage: frustrating people because they can’t yet be “part of it”, or not being able to manage the scaling, user feedback, and user expectations for a public service?

I know I’m a worry-bug, and Laurent and Nicolas are smart and know the insides of the service much better than I do — so I’ll just go and prepare my stuff for school and worry about useful things for my life just now (like, what am I going to teach this morning). All the same, guys: “Soyez prudents!”

Similar Posts:

CoComment enfin public [fr]

[en] Now that the cat is out of the hat and that coComments has been scobleized, I have to say I'm really very happy to have been a small part of it by putting Nicolas and Laurent in touch. You're going to love this service! All the French here is the story of coComment in the very early beginning, before the beginning of things...

C’était le 14 septembre dernier. Je recevais un e-mail de la part d’un de mes lecteurs, [Nicolas Dengler](http://www.cocomment.com/comments/nicolasD). Il m’écrivait parce qu’il n’arrivait pas à  accéder à  un article que je liais depuis mon site. En passant, il me faisait part de son désir de me rencontrer pour blablater d’un projet ou deux qu’il mijotait et au sujet desquels il désirait avoir mon avis. A garder confidentiel, bien entendu.

Le samedi suivant, j’arrive avec près d’une demi-heure de retard à  notre rendez-vous au Café Luna (j’étais pas en avance pour commencer, puis j’ai attendu au faux bistrot, puis je n’arrivais pas à  le joindre sur son mobile) et on a bien failli ne pas se reconnaître. Si ma mémoire est bonne, Nicolas était quasi sorti du bistrot quand il est revenu, par acquis de conscience, voir si je n’étais pas celle avec qui il avait rendez-vous. Tout ça pour dire qu’on a passé à  un cheveu de se rater magistralement.

On a bu un thé, on a causé, de tout, de rien, de blogs, et des idées qu’avait Nicolas. Une en particulier me branchait bien: elle avait quelque chose à  voir avec étendre la logique du commentaire (de la conversation autour du contenu d’un site web) à  tout le web — pas seulement les blogs. Ça m’a rappelé une fonctionnalité qu’offrait à  un moment ICQ: on pouvait chatter avec les personnes qui étaient sur la même page web que nous, ou quelque chose comme ça. Bref, ce que me racontait Nicolas paraissait fort intéressant. Nous sommes restés en contact par e-mail (enfin surtout Nicolas, parce que je faisais une vilaine rechute de [TMS](/tms/ “Quand ça fait mal aux mains…”) et je n’étais pas très causante par clavier interposé).

Environ deux semaines plus tard, j’étais à  Genève et j’en profitais pour boire un thé (je suis une buveuse de thé) avec [Laurent](http://ballpark.ch/blog/). On a causé, de tout, de rien, de la vie, de ce qu’il faisait.

Un jour plus tard ou même pas, Nicolas me demande si je ne connaîtrais pas par hasard une boîte fournissant un certain service (un peu à  la Technorati mais plus ciblé) que recherche son employeur, qui est en train de commencer à  s’intéresser aux blogs. Laurent m’avait justement parlé de quelque chose comme ça, je le dis à  Nicolas, ils prennent contact. La suite vous sera mieux racontée par les acteurs principaux, parce qu’à  partir de là , ils se sont mis à  la tâche (on saute quelques épisodes, je vous en fais grâce) pour donner vie à  [coComment](http://www.cocomment.com/).

J’ai fait une apparition à  une des premières sessions brainstorming (et honnêtement, je n’ai pas eu l’impression d’être d’une grande utilité!) et ça avait l’air prometteur. J’ai été propulsée bêta-testeuse dès la mise en service de la première version (toute secrète), mais malheureusement tout ça tombait assez mal pour moi et je n’ai pas été super active. Je peux vous assurer que je vais me rattraper!

J’avoue que c’est très excitant pour moi de voir ce qui est en train de se passer maintenant: le projet est à  présent en bêta fermé (donc un nombre limité d’utilisateurs sont en train de le tester), il fonctionne, [Robert Scoble en parle sur son blog et supplie Laurent de lui donner un code d’accès](http://scobleizer.wordpress.com/2006/02/04/track-your-comments-no-matter-where-you-make-them/), bref, ça va décoller à  fond, j’en suis certaine. Je suis super heureuse pour Nicolas et Laurent (il y a d’autres protagonistes mais je ne les connais pas) que le bébé reçoive un tel accueil. Ravie aussi d’en faire un peu partie, et très excitée de voir ce qui va se passer une fois la phase de test terminée.

Mais bon… C’est quoi, coComment? [Jérôme vous explique tout ça très bien.](http://www.ifeedyou.com/blog/cocomment-pour-suivre-tes-discussions-dans-la-blogosphere/1432/)

Précision: quand je dis “public”, c’est dans le sens qu’on peut maintenant en parler. Ce n’est bien entendu pas encore “public” dans le sens qu’il faut un code d’accès pour faire partie des testeurs. (Merci à  [Marc-Olivier](http://marc-o.net/) d’avoir relevé l’ambiguïté.) J’ai quelques invitations si vous vous sentez l’âme d’un bêta-testeur motivé!

Similar Posts: