Browsed by
Tag: client

Being a Digital Freelancer in the Era of Context Collapse [en]

Being a Digital Freelancer in the Era of Context Collapse [en]

[fr] Réflexions sur ma carrière et les enjeux du marché d'aujourd'hui pour les "pionniers des médias sociaux", avec en toile de fond l'effondrement de nos contextes d'être et de communication dans le monde en ligne (Facebook, bonjour).

Contexte collapse. It’s crept up on me. It used to be semi-overlapping publics, or more precisely, they point to two different faces of the same thing.

Semi-overlapping publics remind us that we do not all see quite the same public. This was the “new” thing Twitter brought compared to our old IRC channels. Now it’s trivial, obvious even, to point it out.

Walking Alone

Context collapse points to the fact that the natural boundaries in our lives have broken down. I was aware of this going on, and it never really troubled me. On the contrary: I loved (still do) the idea of bringing people from different places together, of the melting-pot, of wrecking the big, artificial and sometimes even harmful boundaries we have erected between our private and professional lives. We are whole people.

But what I’m seeing now is that contexts have collapsed to the point where it is putting a break on our desire to express ourselves. I am feeling it myself.

I just had a great catch-up call with my old friend Deb Schultz from over the Atlantic. We shared our observations on our professional lives, so similar. I’ve had other conversations with my peers lately, people who have “been around” this “online social stuff” for a long time. I went freelance 10 years ago, and as I already mentioned the “market” has changed dramatically. From medium-sized fish in a small pond, pretty much the only person in my geographical area you could call up to interview about “blogs” or ask to give a talk on the topic, I feel I am now in a really big pond full of fish of all shapes and sizes, thrashing about much more vigorously than I am.

Talking with Deb tonight, I realised how “not alone” I was in my current professional predicament. And here’s what it has to do with context collapse: I feel I have lost the spaces I used to have which were public enough to be useful, and private enough that I might feel comfortable saying “hey guys, time to send me work/clients if you have any leads”.

Facebook is full of everybody, including ex-clients, future clients, even current clients. Peers, family and friends. Context so collapsed it is flat as a pancake. I think I did well online in the early days because I am not as scared of context collapse as most people. I am comfortable talking (and being honest) about a lot of things with a lot of people. My online presence brought me visibility, which brought me a career. Contexts “just collapsed enough”.

But everybody has their limits, and, like many people, I find it hard to talk about the challenges I might face running my business with people who are paying me for said business. Because you want your clients to trust you, and believe in you, because you’re good, right, and if you’re good you cannot be anything but successful. If there is a crack in your success, it can only mean you’re not that good.

It could mean you’re not that good at self-marketing and sales, though. (That’s another — long — post.)

(And a shout-out to Robert Scoble, who was an early inspiration to me when it comes to “putting it out there”, and who has come back from Facebook to tell us where he’s at. Read his post.)

During tonight’s discussion, on the backdrop of other recent conversations with my peers, I realised there really is a whole generation of us early independent social media professionals who are facing similar issues. Our industry has matured, “social media” (or whatever you want to call this online stuff) is in every company and agency. Those who arrived later in this area of expertise are specialised: you have community managers, social media marketers, digital content specialists, etc, etc.

We early birds often have more generalist profiles. I know it’s my case. We’ve touched all this, seen it grow and take shape. And now we wonder where we fit in. Personally, I’ve been wondering for years (on and off) if there was still a market for what I do. Is there a decent business case for “Stephanie Booth freelancer”, or am I just fooling myself?

At this stage, I don’t really have the answer. One answer I do have is that there is definitely still a market for what I’ve been doing for the last 10 years when I reframe it as “digital transformation” or “digital literacy”. I’d known for a long time that describing what I did as “social media” was problematic, because it bundled me up with “marketing”, or had people thinking I was a “community manager” who would “update their Facebook page”. So, it’s been a big relief to find a way to talk about this aspect of my work that feels right.

What I don’t know yet is:

  • how do I talk about “the rest” of what I do/can do: analysing needs, challenging solutions to make sure they really solve problems, digging to identify real problems, offering solutions, coordinating, planning…?
  • do I have the “business skills” (sales, marketing) to “make it” as a freelancer when I’m not benefitting from media spotlight or being one of the only fishies in the small pond?
  • is it time to “reboot” and work as an employee for a few/many years, and if so: client-side, agency, consulting… — and am I “employable”, at 40+, having been freelance for almost my entire career?

The “safe spaces” to talk about these things are not completely gone. We have one-one conversations, if we take the trouble to plan them, like my friend and I did tonight. We have spaces like the Going Solo Slack, where a handful of us chat from time to time. And newsletters. I really believe the context collapse and fragmentation of the major social spaces like Facebook has something to do with what I sense as renewed enthusiasm for a certain type of newsletters.

Similar Posts:

Value-Based Pricing: Breaking the Time Barrier [en]

Value-Based Pricing: Breaking the Time Barrier [en]

[fr] En tant qu'indépendant, il faut absolument s'éloigner d'un modèle où l'on facture pour son temps -- et facturer en fonction de la valuer qu'apporte notre travail au client. Cela implique une toute autre approche de la relation client et du travail de l'indépendant, très bien expliquée dans le ebook Breaking The Time Barrier. Une heure de lecture en Anglais, un peu plus si vous êtes moins à l'aise. Mais elle va vous faire gagner de l'argent.

Today I read Breaking the Time Barrier. It’s a quick read, an hour or so if you take your time. If you’re a freelancer, you should read it. If you have an hourly rate and are selling your time, you should read it even more. Thanks a lot to Claude for sharing this e-book on the Going Solo Discuss group.

I was first introduced to the concept of value-based pricing by Martin Roell on the occasion of his introductory workshop on consulting at Lift’07. It made perfect sense: if your expertise can solve a client’s problem in 3 minutes, should you really be paid only for three minutes of your time?

As I was explaining to a prospective client of mine Monday morning, when you spend half a day doing an exploratory workshop with me (to try and figure out what the f*** to do with social media, if anything), you’re not paying for four hours of my time. You’re paying to have answers. You’re paying to know what to do. Why would I charge you less if I can help you get there in just four hours than if I dragged you along for two whole weeks?

Since way back when, I’ve tried as much as possible to price my services based on their value to the client, and not based on how long it takes me. Time-based fees make my skin crawl: the client wants to keep the number of hours down, the consultant wants them to go up. It’s a really stupid system. It also implicitly encourages an “employee/employer” relationship, with the client possibly breathing down your neck to make sure you’re making good use of this time of yours he’s buying.

After reading Breaking the Time Barrier, I’ve understood one of my missing links: not putting a number on the value my client will get out of my work — which is a necessary element to pricing my service as an investment.

I’m also always a bit torn about my exploratory workshops: I charge for them separately, because too many times I ended up doing a workshop, writing up proposals, and end up with the client walking away. I realize now that on some of the occasions my proposals were not adequate because I had not understood the monetary value what my client was hoping to get out of the investment they would be making with me. One of my issues is also that a lot of the value I bring is advice, and that is sometimes all my clients need from me. Sometimes all they needed was that initial workshop. I still haven’t really decided how to deal with this, but I realize I need to think about it.

I also find it hard to stand firm sometimes with clients who insist on counting in hours. Business is so formatted to function like this that even when you tell people that you have no hourly rate, also because all your hours are not worth the same, and how many hours you spend on something is your problem and not theirs, and that what is important on their side is the result and value they are going to get, the conversation still ends up drifting back to “ok, sure, but how much will you charge for a day a month?”

I’m also having trouble applying this model to training. Training typically is something with a day rate. How do I provide value-based training? Focus on competencies and outcomes — but then, there is the unknown: how well the student learns. It does not take a fixed effort to teach something to somebody. Some people learn fast, and with others… you can start again from the beginning next month.

So there we are… my questions-in-the-guise-of-musings to Karen in the story.

Do you still have a day/hourly rate? Do you apply value-based pricing for your business, or part of it? Do you have any answers for the points I still struggle with after all these years?

3rd #back2blog challenge (9/10), with: Brigitte Djajasasmita (@bibiweb), Baudouin Van Humbeeck (@somebaudy), Mlle Cassis (@mlle_cassis), Luca Palli (@lpalli), Yann Kerveno (@justaboutvelo), Annemarie Fuschetto (@libellula_free), Ewan Spence (@ewan), Kantu (@kantutita), Jean-François Genoud (@jfgpro), Michelle Carrupt (@cmic), Sally O’Brien (@swissingaround), Adam Tinworth (@adders), Mathieu Laferrière (@mlaferriere), Graham Holliday (@noodlepie), Denis Dogvopoliy (@dennydov), Christine Cavalier (@purplecar), Emmanuel Clément (@emmanuelc), Xavier Bertschy (@xavier83). Follow #back2blog.

Similar Posts:

Le facteur limitant, c'est le budget du client [fr]

Le facteur limitant, c'est le budget du client [fr]

Ceci est le premier article écrit ici qui a été choisi par vous, lecteurs de CTTS! Deux fois par mois en principe, je prends le sujet qui est en haut de la liste, et j’écris l’article.

Dans la série “conseils aux indépendants” (j’en côtoie pas mal à l’eclau, en plus d’en ligne) je me retrouve souvent à défendre l’idée que c’est avant tout le budget du client qui va définir le mandat. J’ai même déjà écrit quelque chose à ce sujet, il y a deux ans: “on peut tout faire avec tout“.

Alors c’est clair, ce que je dis ne va pas s’appliquer à tous les métiers. En tous cas, peut-être pas de façon aussi radicale. Reste que si le client n’a pas les 1000.- que valent votre service, il n’y a pas de miracle, une collaboration ne sera pas possible. Il est difficile d’inventer de l’argent là où il n’y en a pas.

Je pense qu’il faut distinguer deux situations:

  1. vous avez un produit ou service qui a un prix fixe — et vous savez qu’il est “juste”
  2. l’ampleur du mandat ou son prix n’est pas déterminé et pourrait varier grandement

C’est surtout dans cette deuxième situation que le budget du client est déterminant. Dans le premier cas, si son budget est inférieur à votre tarif, tant-pis-au-revoir.

Fixer un tarif, c’est à mon sens un jeu d’équilibre entre deux choses (voir à ce sujet: “je ne facture pas à l’heure“):

  1. quelle est la valeur ajoutée pour le client? qu’est-ce qu’il en retire?
  2. est-ce que je m’y retrouve si en échange du travail que ça va me demander, je reçois tant d’argent?

Il y a des cas où même s’il y a de la demande pour un service, il n’est pas “commercialement viable” parce que la valeur que lui trouve le client n’est pas assez grande pour qu’il paie ce dont a besoin le fournisseur de service pour “s’y retrouver”. On n’arrive donc pas à se mettre d’accord sur un prix avec lequel les deux parties soient satisfaites.

Le client, en général, désire quelque chose, même si le mandat n’est pas encore clairement défini. Il veut un site web. Il veut résoudre tel ou tel problème. Il veut apprendre à faire quelque chose. Ce qu’il veut a une certaine valeur pour lui. Cette valeur est reflétée dans son budget.

Cela justifie d’ailleurs à mon sens le fait de pratiquer des tarifs différents pour des profils de clients différents. Prenons un exemple simple, le site web: un indépendant et une grosse entreprise qui désirent “la même chose” (un site web) ne lui accordent très certainement pas la même valeur. Pour l’indépendant qui démarre, “avoir un site web” est probablement quelque chose qui vaut quelques centaines de francs, au maximum quelques milliers. Pour une grosse entreprise, avoir un site web vaut nettement plus. Combien? C’est elle qui va le déterminer.

Si je reviens à notre préoccupation première: le budget de votre client vous indique quelle valeur le mandat a pour lui. Il y a peu de chance que cette valeur change parce que vos tarifs sont supérieurs ou inférieurs. Par contre, il est bien possible que vous puissiez adapter votre offre pour tenir dans son budget.

Je ne dis pas qu’un budget de client est toujours inébranlable, mais pour l’indépendant qui n’est pas forcément le meilleur vendeur de toute la planète, c’est souvent bien moins pénible de partir de l’argent à disposition, plutôt que de s’amuser à faire une offre dont on ignore si elle sera complètement à côté de la plaque par rapport aux besoins du client (faire une offre à 10000.- si le client en a 2000.- à dépenser, ou à 2000.- s’il en a 10000.-… dans tous les cas c’est mauvais).

Personnellement, quand on me fait une demande qui sort de mon “offre standard” (la grille de prix sur laquelle je me prends la tête régulièrement pour les services bien délimités qu’on me demande souvent), j’explique au client qu’a priori, à l’intérieur d’une certaine fourchette, je peux adapter mon offre à son budget, et donc que c’est en fait surtout à lui de décider combien il a envie de mettre. Ensuite, il est clair que je vais être honnête dans mon offre et ne pas essayer de l’avoir (mais si on va travailler ensemble, je pense que c’est déjà un bon point de départ qu’il puisse me faire confiance sur ce point, j’avoue).

Voilà, donc. Ce n’est pas une règle absolue, mais je trouve qu’en tant qu’indépendant, surtout si on offre des services flexibles et pour lesquels le marché n’a pas établi de prix rigide, on a tout intérêt à prendre en compte dès le départ le fait que le client n’a pas un porte-monnaie infiniment extensible à disposition. Partir de ce qu’il est prêt à payer pour sa demande évite bien des maux de tête.

Similar Posts:

Je ne facture pas à l'heure [fr]

Je ne facture pas à l'heure [fr]

[en] My decision is now clear: I don't bill by the hour. Some of the stuff I do has time limits (e.g. if you want to see me to kick off a consulting relationship, or explore possibilities of work together, well, it's going to cost you this much and we should plan to spend half a day together for it) -- but what I clearly don't do (anymore) is clock my time. There's a ton of reasons for this which the French blog post explains, and if you want some insight on my thinking about this, I recommend you read my notes from Martin Roell's 2007 workshop on consulting, and listen to the Going Solo panel about rates and invoicing.

Cela fait des mois (voire plus) que je tergiverse sur la question: est-ce que j’accepte ou non de facturer mes prestations à l’heure? Je l’ai fait (rarement) par le passé, mais je n’ai jamais aimé ça.

La réponse est donc maintenant ferme: je ne facture pas à l’heure.

Je vais m’expliquer, parce que ce n’est pas simple. J’ai en effet beau expliquer comment je fonctionne à mes clients, je me retrouve encore et toujours dans la situation où l’on me demande de “faire quelque chose” et de “facturer mes heures”. Je ne suis pas de la main-d’oeuvre.

Et aussi, le fait que je ne “facture pas mes heures” ne signifie pas qu’aucune de mes prestations n’est délimitée par le temps (la formation ou le consulting sont des bons exemples). Mais même dans ces cas, ce n’est pas pour mon temps que mon client me paie, mais pour mon expertise.

Voilà le terme clé: mon expertise. C’est pour cela qu’on me paie: pour avoir accès à un ensemble de savoirs, de compétences, et d’expérience hautement spécialisés dans le domaine des nouveaux médias. Cet accès se fait la plupart du temps par le biais de conférences, formations, relations de consulting, productions (e.g. écrites) ou autres réalisations (e.g. mise en place et gestion d’un système d’accréditation blogueurs pour une conférence, ou d’un site internet).

Alors bien sûr, le temps que je vais consacrer à un mandat entre en ligne de compte pour déterminer son prix. Mais le temps n’est de loin pas la seule variable! La valeur apportée au client en est une autre, bien plus importante à mon sens. L’importance et la spécialisation de l’expertise à laquelle il fait appel, également. Le pouvoir d’achat du client (oui, c’est un peu le souk: je ne facture pas la même chose à Oracle, à la PME du coin, à un indépendant ou une association).

Je sais que c’est une façon de procéder qui est très difficile à comprendre pour la plupart des gens. Notre société entière est construite sur le salaire horaire, cette idée que le temps du travailleur a un prix, variable selon ses compétences, et qu’en louant ses services, c’est son temps qu’on met à disposition.

J’aime beaucoup l’anecdote suivante pour illustrer que temps consacré n’est pas égal à valeur apportée. A la demande d’Henry Ford, Charles Steinmertz vient examiner un générateur qui fonctionne mal. Il l’examine, l’écoute, fait plein de calculs, demande une échelle sur laquelle il grimpe pour faire une marque à la craie à un endroit précis du générateur. Il suggère ensuite une opération relativement simple qui résout entièrement le problème. Steinmertz envoie ensuite une facture de $10’000 à Ford, qui demande le détail:

  • faire une marque à la craie sur le générateur: $1
  • savoir où faire la marque à la craie: $9’999

Le plus précieux que l’on a à offrir, souvent, est ce qui ne se voit pas. Si je suis capable de faire une installation WordPress sur mon serveur en cinq minutes, c’est parce que je l’ai fait auparavant une centaine de fois, et que j’ai des milliers et des milliers d’heures de pratique à l’ordinateur qui me donnent l’aisance pour le faire. Vous paraîtrait-il normal que je facture 5 minutes de mon temps pour une telle prestation, quand j’économise peut-être ainsi à mon client une journée entière de travail?

Si j’étais employée dans une entreprise, et que mon travail consistait à faire des installations WordPress à longueur de journée, le bénéfice de mon expertise irait principalement à mon employeur — dont je suis un peu l’esclave-horaire. En tant qu’indépendante, ça change la donne.

L’exemple que je viens de donner est un exemple concret, parce que ça rend l’illustration plus claire. Mais ce phénomène est encore amplifié quand on entre dans le domaine du conseil, du consulting, de la formation.

Des tas d’indépendants facturent à l’heure. Et beaucoup d’entre eux, à mon avis, devraient y réfléchir à deux fois. Un argument simple est que le nombre d’heures facturables dans la semaine est limité. Quand mon expertise augmente ou que je travaille plus vite, si je facture à l’heure, c’est mon client qui en bénéficie (parce que je fais plus de travail en moins de temps). Mais ne devrait-ce pas être moi?

Ou alors… j’augmente mon tarif horaire, quite a friser l’absurde: qui oserait demander passé 1000 francs de l’heure? Et pourtant…

Le temps que je passe à faire quelque chose, au fond, cela ne regarde que moi. Je ne suis pas à la solde de mon client: il désire que j’accomplisse quelque chose pour lui, et il veut savoir à peu près combien cela va lui coûter. Le temps que ça prend… c’est mon affaire, parce que c’est à moi d’organiser mes journées et mes semaines. A moi aussi peut-être de dire au client quand ce sera prêt. Mais le temps effectif que je passe dessus… pardonnez-moi, mais ce n’est pas ses oignons.

C’est en 2007, en assistant à un workshop animé par Martin Roell, que j’ai réellement saisi les limites et les inconvénients de la facturation au temps. Cela change le rapport au client, par exemple: si on facture au temps, cela incite le client à nous contrôler ou à s’assurer que l’on utilise ce temps de façon efficace. Le temps, c’est pratique: tout le monde sait ce que c’est une heure. Les entreprises sont formattées pour évaluer tout travail fait ou à faire en fonction du temps qu’il prend (l’usine, les gars?) — mais en fin de compte, quand une entreprise mandate un consultant externe, la seule chose vraiment importante c’est “combien cela va-t-il coûter?” et “quand est-ce que cela sera fait?”

Si je reviens à ce que je fais, on peut imaginer en regardant certain de mes services que je facture à l’heure ou au temps. Deux heures de coaching, une demi-journée de consulting, oui, cela a un prix. Mais si on veut aller au fond des choses, c’est le prix qu’on paie pour ce que je prétends apporter durant ce temps que nous avons à disposition pour parler ensemble. Je ne sais pas très bien comment exprimer ça: c’est une prestation, qui comme toute prestation est délimitée, et dont une des limites est le temps passé en face-à-face avec moi. Et en conséquence, si on dépasse de 5, 10, ou même 30 minutes (suivant le “paquet” pour lequel a payé le client), ce n’est pas du tout un problème pour moi.

Un exemple où j’ai très vite renoncé à facturer “au temps”: les conférences. Que je parle 45 ou 90 minutes, franchement, ne change rien pour moi. C’est à peu près le même tracas, le même stress, la même préparation. Et je pense honnêtement qu’il n’y a pas grande différence de valeur entre ce qu’on retire à m’avoir sur un podium pendant 45 minutes ou le double (bon, c’est un peu mieux le double, on a plus de temps pour bavarder).

Si j’avais un tarif horaire pour les conférences, ce serait intenable! Ce tarif horaire serait élevé (suivant le client, il m’arrive de facturer plus de 1000 francs pour une conférence) — et si on dépasse, je fais quoi? Je rajoute 250.- à la facture parce qu’on a fait 10 minutes de plus? Ce serait ridicule. Donc, la conférence, c’est un tarif forfaitaire. Et tout comme on se met d’accord sur le sujet dont je vais parler, on se met aussi d’accord sur une durée indicative (ou rigide).

Je vous ai donné ces examples pour tenter de montrer que même ces prestations qui semblent être facturées au temps ne le sont en fait pas.

La conséquence majeure de mon refus de facturer au temps est que je ne prends pas des mandats “peanuts” où l’on chronomètre son temps passé à faire quelque chose (support, développement, CSS) pour ensuite faire une jolie facture avec le total des heures utilisées. Deux-trois raisons pour cela:

  • ce sont souvent des mandats “à la demande”, et donc qui requièrent une certaine disponibilité (ce serait-ce que pour recevoir le coup de fil ou le mail auquel on répond “je ne suis pas disponible avant le tant”) — qui me paie pour être disponible?
  • 5 minutes passées sur un mandat “peanuts”, c’est facilement 30 minutes de productivité perdue pour l’autre chose que j’étais en train de faire. Pour m’y retrouver, qu’est-ce que je fais? Je multiplie par 6 mon “tarif horaire”?
  • la quantité d’administratif que cela implique (tenir compte de ses heures, les noter, totaliser) va facilement annuler l’argent gagné en temps perdu (à nouveau, à moins d’avoir un salaire horaire “ridiculement élevé”)

Une autre chose que je ne fais pas est la formation en différé (répondre par e-mail à des questions d’un client, noter les heures, facturer). Par rapport au temps investi, je trouve moins efficace, plus ennuyeux, et ça revient pas moins cher au client.

Que l’on soit clair: cela ne veut pas dire que je n’offre pas de service de support ou de formation par intermittence à distance. Mais un tel mandat devrait reposer sur un forfait mensuel, par exemple. On me paie tant par mois, et je suis à votre disposition pour “dépannages” ponctuels, quand vous en avez besoin (avec une clause ou deux pour éviter les abus).

Après, le tout est de se mettre d’accord sur une somme où aussi bien moi que le client nous nous y retrouvons… Parce qu’un tarif, au fond, c’est ça: une somme assez importante pour ce que ça vaille la peine pour moi de faire le travail, et assez modeste pour que le client soit content de s’en séparer pour avoir ce que je vais lui offrir.

Similar Posts:

New Tumblr iPhone App [en]

New Tumblr iPhone App [en]

[fr] Si vous êtes un utilisateur de Tumblr muni d'un iPhone, il vous faut absolument l'application iPhone pour Tumblr.

I missed the Tumblr application for iPhone when it came out, because I had downloaded an earlier version named Tumblrette — and didn’t spot the name change. I was quite disappointed by Tumblrette, to be honest — but I absolutely love the new Tumblr app.

There is an iPhone-specific dashboard view, you can easily like and reblog posts, follow new Tumblelogs you discover, or create new original posts. Here’s a view of the dashboard (easy insertion of iPhone screenshots by using the WordPress iPhone app to create a draft containing the images — my iPhone is starting to feel almost like a computer):

When you click on the top right arrow in a given post on your dashboard, it changes to this:

To like, just tap “like”, and if you want to reblog, you get a chance to edit (like in the web interface) before posting:

The one thing I’m not wild about, because it really breaks the flow of what you’re doing with the app, is that once you’ve reblogged a post, you end up at the top of the “web-view” dashboard.

The logical place to end up would be back in the “iPhone-view” dashboard, so that you can continue skimming through the posts you were reading before you reblogged:

But in all, it’s really great. If you’re a Tumblr and iPhone user, get Tumblr for your iPhone now!

Similar Posts:

Un cactus pour le Centre Thermal d'Ovronnaz [fr]

Un cactus pour le Centre Thermal d'Ovronnaz [fr]

***Mise à jour 21.10.06:** [Lisez la fin de l’histoire.](http://climbtothestars.org/archives/2006/10/21/thermalp-ovronnaz-bravo/) Tout est bien qui finit bien (excuses et entrées gratuites).*

Je suis en camp de ski avec mes élèves à Ovronnaz. A Ovronnaz, il y a des bains thermaux. Après une demi-journée de ski intense (la première pour moi depuis plusieurs années) je n’attendais qu’une seule chose: aller me plonger dans les eaux chaudes et bienfaisantes du centre thermal. L’idée était d’y aller après le souper avec les deux moniteurs intéressés, alors que les élèves regarderaient un film ou joueraient à des jeux de société sous l’oeil vigilant de mes collègues.

Vers la fin du repas, Stéphane (un de nos moniteurs) appelle les bains pour vérifier leurs heures d’ouverture. Magnifique: ils sont ouverts jusqu’à 21h30, avec une dernière entrée à 20h45. Il était 19h45, nous avions donc amplement le temps de boire le café, de nous y rendre tranquillement et de faire encore une bonne trempette. On se met en route une demi-heure plus tard, on se perd un peu en chemin, mais on arrive à la réception peu après 20h35 (disons, 20h36).

Il y a deux employés à la réception des bains. Ils sont au téléphone. On attend patiemment. Au bout d’une minute ou deux, on commence quand même à trouver qu’ils pourraient signifier qu’ils avaient remarqué notre existence, surtout qu’ils ne paraissaient pas pressés de terminer leurs appels. Mais non, pas un regard, pas un mot. On aurait pu être transparents.

Cinq minutes plus tard, je commence gentiment à piaffer un peu. C’est quand même pas croyable! Enfin, l’apprenti semble mettre fin à son appel. Je me penche un peu sur le comptoir, j’ouvre la bouche… mais il a à peine raccroché qu’il prend déjà l’appel suivant. Je reste là , bouche bée et outrée. Je tente d’interrompre sa collègue avec un “excusez-moi” qui tombe à plat lorsqu’elle ne bronche même pas.

Là , je m’énerve franchement. Intérieurement, il va sans dire. J’ai quand même envisagé de grimper sur le comptoir de la réception et de hurler “on existe, ou quoi?” mais je me suis retenue. Stéphane, Valérie et moi échangeons quelques commentaires incrédules concernant la situation dans laquelle nous nous trouvons. En désespoir de cause, je suggère à Stéphane de rappeler la réception. Peut-être sera-ce plus efficace que notre présence physique sous leur nez?

21h47. 20h47.

L’apprenti termine un nième appel. J’ai fait des trous dans le comptoir avec mes ongles et j’ai probablement l’air prête à lui arracher la tête. Il pose son téléphone et me dit enfin bonjour. Avec un calme admirable, je lui dis que nous désirons trois entrées pour les bains. Devant son air un peu perplexe, je précise qu’on nous a dit que la dernière entrée aux bains était à 20h45, mais que cela fait dix bonnes minutes que nous attendons ici même. Il a l’air embêté. Il m’explique qu’il n’a pas accès au guichet de vente des tickets qui est à présent fermé à clé. Mais… mais! On nous a dit qu’on pouvait entrer aux bains jusqu’à 20h45!

Et là , le verdict tombe: “Oh, putain…” (Donc, voilà , je vais continuer à tenter d’extirper les grossiertés du language de mes élèves, cela pourrait leur servir dans leur future vie professionnelle…) “…mais ça ferme à 20h15! Et il faut sortir des bains à 20h45, parce qu’après ils nettoient les bassins…”

Stéphane: “Bon, appelez-moi le gérant.” (Je peux vous dire que là , il avait pas l’air commode, Stéphane…) Je vous épargne la suite du dialogue. En gros, nos deux réceptionnistes (la collègue de l’apprenti avait entre-temps fini son téléphone et se penchait également sur notre cas) étaient seuls, et il n’y avait plus grand chose à faire. Nous avons vérifié et contre-vérifié que le numéro que Stéphane avait appelé était bien celui de la réception devant laquelle nous nous trouvions. Les réceptionnistes sont incrédules lorsque nous affirmons qu’eux ou un de leurs collègues nous a donné cette fausse information (visiblement un de leurs collègues, un homme, nous insistons). Nous repartons avec des excuses bien embarrassées et la carte de visite du Chef de Réception.

Je suis furieuse — les autres également, j’imagine. Déjà , qu’on nous donne une information aussi fausse concernant les heures d’ouverture. J’ai bien cuisiné Stéphane, et il est formel: il a même répété les heures qu’il avait comprises à la personne au téléphone qui lui les a confirmées. Ensuite, qu’on nous fasse poireauter près d’un quart d’heure à la réception, sans même nous dire “bonjour”!

Le moindre des choses aurait été de poser son téléphone (“Un p’tit instant Monsieur… Oui bonjour, qu’est-ce que je peux faire pour vous? — Ah, je suis à vous dès que j’ai fini mon appel.” ou bien “Je suis à vous dans un moment!”) Depuis quand ignore-t-on une personne qui se tient en face de vous parce qu’on est au téléphone? Et bien pire, depuis quand enchaîne-t-on avec un second appel sans même s’interrompre une seconde pour faire signe à la personne qui attend à la réception? Si les employés ne sont pas là pour répondre aux requêtes des clients qui se présentent à la réception, il ne faut pas qu’ils s’y trouvent.

En bref: deux bourdes monumentales pour le service clientèle du [Centre Thermal d’Ovronnaz](http://www.thermalp.ch/fr/bains/presentation.html). On espère qu’ils auront au moins la délicatesse de nous offrir trois entrées gratuites lorsque nous nous y rendrons demain.

Billet ante-daté pour cause de mauvais réseau wifi.

Similar Posts: