Chat qui marque: Tounsi et le comportementaliste [fr]

[en] My cat Tounsi has been spraying (marking his territory with urine) since I first got him. About a year ago I finally took the plunge and went to see a behaviour specialist vet. It was a great idea. Spraying is now under control, even though we're not down to zero. But I'm not cleaning every day, I was able to change my pee-imbibed bookcases, and my flat never smells of cat pee. I should have done that years ago!

Lasse de faire la chasse au marquage urinaire dans mon appartement, j’ai fini l’an dernier par consulter un vétérinaire comportementaliste, suite à la suggestion d’une assistante vétérinaire dans mon cabinet habituel. Grand bien m’en a pris, et je regrette de ne pas y avoir été trois ans plus tôt. Je vous raconte.

Tounsi

Le comportementaliste, c’est un peu le psy pour chats, sauf que bien sûr, comme il s’agit d’un chat, c’est le maître qui doit faire tout le travail. La couleur était annoncée d’entrée, et je n’en attendais pas moins.

J’ai donc fait 25 minutes de voiture avec mes deux chats (eh oui, le contexte c’est important!) pour une première séance de plus de deux heures. Le vétérinaire a observé les chats, bien entendu, mais m’a aussi posé trois tonnes de questions. Je lui ai tout raconté, plan de l’appartement qu’il m’avait demandé et photos à l’appui: le caractère des chats, à quoi ressemble notre quotidien, leur relation et son évolution, ce que j’ai essayé, comment je réagis, plus une myriade d’autres choses que je n’aurai pas forcément pensées significatives (c’est pour ça que c’est lui le comportementaliste et pas moi).

Tounsi in basket

Le marquage, c’est complexe. Difficile de mettre le doigt sur “une cause”. Dans le cas de Tounsi, je suis repartie avec les éléments suivants:

  • Tounsi est un chat anxieux. Je m’en doutais (j’avais remarqué qu’il sursautait facilement), mais je n’arrivais pas à en faire sens compte tenu de sa témérité (y’a pas d’autre mot) face au monde. C’est le chat qui entend la tondeuse à gazon et court à travers le jardin pour voir ce que c’est. L’explication, c’est que Tounsi veut tout contrôler, maîtriser, surveiller. S’il se passe quelque chose il doit aller voir, être au courant. Ça colle avec sa tendance à ne dormir toujours qu’à moitié, et ses oreilles sans cesse en mouvement. Tout ça, c’est stressant — ou signe de stress. Certainement une histoire de tempérament…
  • Dans le marquage, il y a un élément important d’habitude. Compte tenu du fait que Tounsi ne marque pas au chalet ni à l’eclau (une ou deux exceptions cependant), ça laisse penser qu’il marque parce qu’il a l’habitude de marquer. Il est possible que quelque chose ait déclenché l’affaire, mais s’il ne marque pas deux étages plus bas dans le même immeuble, on peut penser que ce déclencheur n’est plus là.
  • Un autre élément c’est “l’appel” de marquages précédents. Ça fait des poteaux “zone de marquage”, même si nous ne sentons plus rien. Le nettoyage à l’eau et/ou au savon neutre ne suffit pas, il faut utiliser un produit qui décompose les molécules d’urine, et dresser un poteau “zone de détente” avec du Feliway en spray (phéromones faciales).
  • Tenter de donner à Quintus une autre nourriture, que Tounsi préfère, et qu’il arrive parfois à voler en étant assez aux aguets, ça augmente son stress.
  • Gronder le chat qui marque aussi: mieux vaut l’ignorer que faire monter la tension.
  • Je n’avais pas réalisé que c’était aussi important de jouer avec des chats qui sortent. Lancer de croquettes, cacher la nourriture sous des pots de yoghurt pour l’obliger à “chasser”, jouer avec une ficelle. Même si le chat ne semble pas joueur, s’il dresse les oreilles et regarde le jouet, c’est déjà un début. Persévérer, et faire des petites séances très courtes mais nombreuses! Essayer d’intégrer ça à ses propres activités au maximum, c’est plus facile de tenir sur la durée.
  • Sprayer religieusement de Feliway les nouveaux objets et meubles dans l’appartement. Idem pour les endroits où le chat a marqué récemment. Après, on peut relâcher l’effort. Ça peut aussi valoir la peine, dans un premier temps, de couvrir certaines surfaces de papier d’alu (il semble qu’ils aiment pas trop pisser contre) et de mettre en hauteur livres et autres objets difficiles à nettoyer.
  • Comme pour les humains, des fois un accompagnement médicamenteux peut s’avérer utile: Tounsi est donc reparti avec une demi-dose de Clomicalm, qu’on a doublée par la suite, et à laquelle on a récemment ajouté le Zylkène.

Résultat: du beau progrès. J’ai pu changer mes meubles imbibés de pipi, Tounsi est toujours un chat en alerte mais il est moins stressé. Il reste quelques minis épisodes marquage mais mon comportementaliste ambitieux pense qu’on peut encore faire du progrès!

Tounsi in cave

Note: j’ai commencé à rédiger cet article il y a un an… je crois. J’avais sûrement d’autres choses à dire qui se sont perdues en route! Posez vos questions, j’aurai sûrement des détails à rajouter dans les commentaires.

Similar Posts:

Quintus a eu beaucoup de chance [fr]

[en] Quintus is a very lucky cat indeed. He used up one of his nine lives the night before last. He almost certainly chocked on a piece of kibble. Luckily I was there. In panic, because I thought he was dying in front of my eyes, I stuck my fingers down his throat repeatedly (met kibble, got bitten, didn't solve the problem). At one point I thought he was dead, lying unresponsive on his side, blue tongue hanging out of his open mouth, not breathing but heart beating under my bloody fingers. That must have been when I shook him upside down in despair, what was there to lose? To cut a long story short, when I got the emergency vet on the phone, he was breathing, not well, but breathing, and he slowly resurfaced. I found a piece of kibble on the carpet the next day. No certainty, but it might be the culprit. I spent the rest of my night at the ER for my bite, which thankfully is not too serious.

Quintus a failli mourir durant la nuit de mercredi à jeudi. Je vous rassure tout de suite, il est en pleine forme maintenant.

Smilimg Quintus

2h du matin, je me couche tard (pas bien je sais) et pendant que je me prépare à aller au lit, Quintus, qui vient de rentrer, mange ses croquettes.

Je le vois débouler dans la chambre pour se cacher sous le lit, ce qu’il ne fait qu’en cas d’orage ou d’aspirateur. Il n’y a ni l’un ni l’autre. J’aperçois un filet de bave au passage, je plonge pour extirper le chat de sa cachette, il a la bouche ouverte et la langue dehors.

Ni une ni deux, je plonge mes doigts au fond de sa gorge, me disant qu’il doit y avoir quelque chose de coincé. Je rencontre des croquettes. Il m’échappe, toujours bouche ouverte, langue dehors, ne tousse pas et ne respire pas.

Mes souvenirs sont mélangés, parce que je suis sous le choc. Mais je sais que je l’ai attrapé plusieurs fois pour aller grailler au fond de sa gorge. Je sais que je me suis fait mordre. Je sais qu’il a sauté brutalement sur le lit pour y faire un bond, paniqué. Je sais qu’entre deux tentatives de l’attraper, j’ai réussi à enfiler un pantalon et un t-shirt, à prendre mon téléphone, à chercher le numéro du vétérinaire d’urgence. Je sais que je n’arrivais pas à trouver ce putain de numéro parce que mon doigt pissait tellement le sang que l’écran du téléphone ne répondait plus. Je sais que j’ai cru que Quintus était en train de mourir. Non, non, non, pas ça, pas ce soir, non. Je sais que j’ai réussi à essuyer assez de sang pour appeler le vétérinaire. Je sais qu’au retour de la salle de bain où j’étais allée essuyer le sang, je l’ai vu étendu sur le flanc, inerte, bouche ouverte, langue bleue, regarde vide, et j’ai pensé qu’il était mort. Je sais que j’ai mis la main sur sa poitrine et senti son coeur battre. Je sais que je l’ai saisi par le milieu (était-ce à ce moment? avant? je ne sais plus) et secoué la tête en bas, de désespoir, le tout pour le tout, je pensais que c’était fichu. Je sais qu’il était couvert de sang, mon sang, partout. Je sais que quand j’ai enfin eu l’assistante vétérinaire de garde au téléphone, Quintus était couché devant moi, inerte, mais respirant très vite et très superficiellement.

C’était mon cabinet qui était de garde. Ils connaissent Quintus, bien sûr. L’assistante m’a posé une série de questions sur l’état de Quintus, y répondre m’a calmée, je n’étais plus toute seule face à mon chat en train de mourir. Elle a appelé le vétérinaire, m’a rappelé droit derrière, Quintus respirait toujours, il a même levé la tête. Elle est restée en ligne avec moi pendant qu’il semblait respirer de mieux en mieux et reprendre ses esprits. Elle m’a rassurée que je pouvais le laisser une fois qu’il semblait reprendre pied pour aller soigner ma morsure.

Je n’osais pas y croire.

J’ai passé le reste de la nuit aux urgences du CHUV. Une morsure de chat, ça peut vite devenir mauvais, je le sais, et je sais qu’il ne faut pas attendre. J’ai pris mon mal en patience. Les morsures sont superficielles, heureusement. A mon retour, à six heures du matin, Quintus dormait paisiblement dans son panier, et il a ronronné quand je l’ai pris dans mes bras — comme d’habitude.

J’ai eu tellement peur. Je suis encore sous le choc, je crois. Tout l’épisode a un goût de mauvais rêve, le même goût que le cauchemar de la nuit dernière dans lequel un proche mourait. (N’allons pas chercher très loin…) J’ai cru qu’après Bagha, j’allais encore une fois devoir assister, impuissante, à la mort de mon chat. J’ai vraiment pensé qu’il était mort. Et je lui ai probablement sauvé la vie.

Après avoir passé mille et mille fois la scène dans ma tête, au point que je ne sais plus maintenant où sont les “vrais” souvenirs et où j’ai bouché les trous, je pense que la croquette est probablement sortie quand je l’ai secoué. Sa langue était vraiment bleue, ça j’en suis sûre. J’ai retrouvé en nettoyant une croquette sur le tapis, là où elle aurait pu tomber quand je l’ai mis la tête en bas. Certes, il y a souvent des croquettes qui trainent chez moi, mais la femme de ménage était passée la veille et je n’ai pas souvenir d’avoir lancé des croquettes dans le coin mercredi. Donc… probablement la croquette coupable.

On a quand même fait un petit saut chez le vétérinaire l’après-midi suivant, surtout pour me rassurer. Son examen confirme l’hypothèse de la croquette (on écarte définitivement l’épilepsie et les histoires cardiaques) et il m’a confirmé que c’était extrêmement rare, un chat qui fait une “fausse route” comme ça avec une croquette. J’essaie de me rassurer que ça n’a aucune raison d’arriver à nouveau, mais je ne peux pas m’empêcher de garder un oeil sur Quintus quand il mange. Je frémis de penser à ce qui aurait pu arriver si je n’avais pas été là…

Similar Posts:

Pourquoi j'ai attendu avant de reprendre un chat [fr]

[en] Why I waited after Bagha's death before adopting cats again.

Depuis la mort de Bagha, j’ai vu bien des gens de mon entourage perdre leur chat également. J’ai été frappée par une réaction courante mais totalement étrangère à ma façon de fonctionner: reprendre un nouveau chat sans perdre de temps.

Du coup, je me dis que ça vaut peut-être la peine d’expliquer pourquoi j’ai attendu plus d’un an avant de chercher à adopter.

Pour moi, c’est important de dire au revoir correctement pour pouvoir bien dire bonjour. En d’autres termes, faire son deuil avant de pouvoir s’attacher à nouveau. Je crois que rien ne fiche en l’air une relation aussi bien que de ne pas avoir bien bouclé celle qui la précédait. On connaît ça dans les relations de couple, dans la problématique de “l’enfant de remplacement“, et je pense que c’est une loi de la vie assez générale.

Le deuil est une question qui m’intéresse beaucoup, très certainement à cause de mon histoire et de mes croyances personnelles.

Quand Bagha est mort, et même avant qu’il meure, je savais deux choses:

  • je reprendrais des chats un jour (oui, “des”)
  • ce ne serait pas pour tout de suite.

Je voulais prendre le temps de pleurer le chat qui avait été à mes côtés depuis plus de dix ans. Je ne voulais pas adopter ce qui aurait été pour moi un “chat-sparadrap”. Je voulais prendre le temps d’être “bien dans ma vie sans chat”, et reprendre des chats parce que je voulais en avoir, et non pas parce que je souffrais d’avoir perdu le mien.

Bagha est mort en décembre. En octobre, j’ai commencé à avoir le sentiment que je serais prête à ravoir un chat. Je savais que je partais six semaines à l’étranger en hiver, donc j’ai attendu mon retour.

Même là, elle a été dure, la première semaine avec Tounsi et Safran. Mais la douleur a vite passé et je me suis bien attachée à mes deux nouveaux poilus.

A la mort de Safran deux mois plus tard, je n’avais pas non plus l’intention de reprendre un chat tout de suite. Je voulais prendre le temps d’accuser le choc sans y mêler un nouveau chat. C’était très différent de la mort de Bagha, mais dur quand même. Je n’avais eu Safran que deux mois. J’avais l’impression d’avoir échoué, de lui avoir fait faux bond.

Quintus est tombé du ciel parce qu’au moment où j’apprenais que Safran était malade, Aleika apprenait que son mari avait reçu l’invitation qu’il attendait de l’université de Kolkata, et qu’ils allaient déménager là-bas. Elle était un peu désemparée par rapport à Quintus: le prendre et lui faire subir une ville indienne ou une vie d’intérieur? Trouver quelqu’un pour l’adopter, à passé 10 ans?

J’ai dit que si elle décidait de ne pas le prendre, et qu’elle ne trouvait personne pour lui en Angleterre, je le prendrais. Un jour ou deux plus tard, après avoir vérifié que je ne regrettais pas mon offre, sa décision était prise. Un mois plus tard Quintus était dans l’avion avec moi.

Alors voilà. Dix ans avec Bagha. Quinze mois sans chat. Deux mois avec Tounsi et Safran, un peu plus d’un mois seule avec Tounsi, et à ce jour, 16 mois avec Tounsi et Quintus.

October Cats 20

Similar Posts:

Vivre avec un chat FIV+ — dédramatisons [fr]

[en] Some notes on living with an FIV+ cat -- it's not the end of the world. An FIV+ kitty has every chance of dying of something else than AIDS, so keep calm and get informed. FIV-healthscience on Yahoo groups is a great ressource.

Mon chat Bagha était FIV+. Il a eu une bonne vie, il sortait, et est mort d’autre chose — une crise cardiaque à 14 ans.

Bagha in mid-play

Un diagnostic FIV+ n’est pas un arrêt de mort — pas plus que ne l’est aujourd’hui un diagnostic HIV+ pour un humain. Homme ou bête, on peut vivre de longues années séropositif et asymptomatique. Quand l’immunité baisse, le danger vient des maladies opportunistes — et ça se gère.

Vu l’espérance de vie d’un chat, celui-ci a toutes les chances de mourir d’autres chose que du SIDA.

Certes, apprendre que son chat est FIV+ est un choc. On manque souvent d’informations. En voici quelques-unes:

  • généralement on diagnostique le “SIDA des chats” suite à une infection opportuniste (dans le cas de Bagha, il a fait une réaction à la toxoplasmose, parasite très répandu dont le chat est porteur sain)
  • il s’agit donc en premier lieu de soigner cette infection, et de faire un bilan de la situation de santé du chat
  • il semblerait qu’il y ait de relativement bons résultats avec les traitements à l’interféron; c’est cher, mais je l’ai fait pour Bagha (mon véto m’a montré comment faire les injections histoire d’économiser sur les frais); j’en ai eu pour moins de 1000 CHF
  • le chat diagnostiqué est probablement FIV+ depuis des années; inutile de changer dramatiquement son train de vie; s’il sort, il y a certainement d’autres chats infectés dans les environs (de façon générale 3-5% de la population féline est atteinte) — inutile de le garder dedans, sauf pour le protéger lui
  • le FIV se transmet par contact sexuel et par morsures profondes (bagarres); on peut donc faire cohabiter chats FIV+ et FIV-, même si certaines personnes préfèrent ne pas le faire
  • vu l’espérance de vie du chat et la lenteur de l’évolution de la maladie, il y a toutes les chances qu’il vive encore bien des années (suivant son âge) et meure d’autre chose; il faut juste surveiller sa santé de près et aller chez le véto plutôt tôt que tard quand quelque chose cloche
  • si votre véto considère qu’un diagnostic FIV+ signifie qu’il faut envisager d’euthanasier le chat, considérez un changement de véto! (mais j’espère qu’en 2013 on n’en trouve plus qui réagissent comme ça…)
  • il y a un vaccin mais il est peu efficace (et un chat vacciné teste positif, après…)
  • on ne fait pas de dépistage systématique parce que dans la grande majorité des cas les chats positifs meurent de tout autre chose bien avant qu’ils deviennent symptomatiques — on dépiste quand on a une raison sérieuse de soupçonner une chute d’immunité.

Par rapport à mon histoire personnelle, voici quelques liens (en anglais):

Dans mon chemin avec Bagha et cette maladie, il y a une mailing-liste qui m’a été d’un grand secours: FIV-healthscience. C’est un groupe sérieux, où l’on demande aux membres de donner des nouvelles sur le suivi médical de leur chat, et dont font partie des personnes qui consacrent leur vie au soin des chats FIV+. S’il y a quelque chose à savoir sur cette maladie, quelqu’un dans le groupe le saura. Si votre chat a été diagnostiqué FIV+ et que vous parlez un peu l’anglais, je vous encourage vivement à rejoindre ce groupe.

Similar Posts:

Pêle-mêle de début juillet [fr]

[en] A bunch of random stuff.

Je n’arrive pour le moment pas à m’organiser pour prendre le temps de bloquer “correctement”. Je vous fais du coup le coup (!) de l’article “nouvelles en vrac”. Old-style.

Quintus au balcon sur fond de tomates

C’est le moment d’acheter votre billet pour la conférence Lift à Genève les 6-7-8 février 2013, avant que le prix ne prenne l’ascenseur. Lift, c’est à ne pas manquer. (Si vous avez participé à une édition précédente de Lift, vous avez reçu un code pour le prix “super early bird” de 625 CHF, valable encore un jour ou deux! Ne laissez pas passer le délai!)

C’est aussi le moment, si le coworking est quelque chose qui vous parle, de prendre votre billet pour Coworking Europe, qui aura lieu cette année à Paris les 8-9-10 novembre. Je suis à l’affiche d’un des panels du premier jour.

La Muse ouvre les portes de son espace lausannois, avec pique-nique tous les mardis.

Toujours au chapitre coworking, il y a de la place à l’eclau, tant pour des indépendants/freelance que des startups. Venez visiter!

J’ai pris part pour la première fois à En ligne directe, émission de la RTS qui démarre la veille au soir par un débat sur Twitter (hashtag #EnLD), repris dans le direct du matin avec des invités. Je trouve le concept génial. Le sujet du soir où je suis restée pendue à Twitter (plus que d’habitude) était “faut-il interdire/punir le téléchargement illégal“. Vous imaginez la suite. Pirater n’est pas voler, c’est toujours valable en 2012. Je suis effarée par la mauvaise foi et/ou le lavage de cerveau dont font preuve les “opposants”. Croire que le monde dans lequel on évolue (physique, numérique) et ses caractéristiques ontologiques n’est qu’un point de détail pour débattre d’éthique ou d’économie, qu’économie de rareté vs. économie d’abondance ne change rien à la morale, c’est faire preuve d’une naïveté et d’une simplicité de réflexion affligeante. Le tout repris par Magali Philip dans un Storify magistral.

Le Port de Vidy fait très fort avec ses nouvelles portes high-tech sécurisées.

Un chouette Bloggy Friday a eu lieu en juillet, après celui de juin. Les gens d’internet qui se rencontrent offline, il paraît que c’est le truc nouveau super-tendance de l’été. (Les rencontres IRC d’il y a 15 ans ça compte pas, hein. Ni les rencontres blogueurs, pendant qu’on y est. Ni les rencontres Twitter qui existent depuis des années.) Quelqu’un se lance pour faire l’hôte ou l’hôtesse pour le mois d’août? Ce sera durant ma semaine de déconnexion.

Hercule Poirot cherche toujours un nouveau foyer en Angleterre. Quintus, lui, s’installe bien en Suisse et explique au jeune Tounsi comment respecter ses aînés avec pedigree.

Les plantes sur mon balcon et dans mon appart poussent bien. J’ai des piles de photos, à mettre en ligne et à commenter ici pour vous. En attendant, il y a un groupe Facebook “Petites plantes de balcon et d’ailleurs“, si c’est votre genre.

Ah oui, c’est aussi le moment de vous inscrire pour la troisième session menant au diplôme SAWI de Spécialiste en médias sociaux et communautés en ligne. Dernière séance d’info le 21 août.

Et aussi le moment de postuler (jusqu’au 16 juillet!) si vous pensez être la personne qu’il faut pour prendre la tête du SAWI en Suisse romande. Et je suis toujours ouverte à des candidatures de blogueurs motivés pour le blog de voyage ebookers.ch.

Côté boulot, je suis pas mal bookée, mais j’ai encore de la place pour un mandat long terme de “blogueuse en chef” (ou “redactrice en chef de blog”, si vous préférez).

Inspiration, sur Kickstarter: Bridegroom et Amanda Palmer.

Google aménage ses cafétérias pour encourager ses employés à manger plus sainement. Fascinant.

La plaie des infographies.

Pourquoi les femmes ne peuvent (toujours pas) tout avoir.

Passer du temps à ne rien faire, pour mieux faire.

Et pour finir: l’été de mon chat. (Non, pas le mien, celui du journaliste du Temps.)

Similar Posts:

Memories of Safran [en]

[fr] Souvenirs de Safran.

Safran was put to sleep on Thursday. I’m still very sad, though I’m not end-of-the-world devastated like when Bagha died. Tounsi seems OK, but of course it’s hard to say. I’m upset, our routines have changed because Safran isn’t there. He doesn’t seem to be pining or going around looking for Safran, in any case.

New Cats 89.jpg

Safran was with me for just a little over two months, and I feel the need to put in writing the memories I have of him — the good ones, mainly — I think part of me is afraid I’m going to move on and settle down in my life with my remaining cat and forget little Safran. I won’t, of course, but memories do fade away. Prepare for some rambling and a pile of kitty photographs.

Safran perched on the tree

Continue readingMemories of Safran [en]

Similar Posts:

Bye Safran: FIP is a Bitch [en]

[fr] Safran est malade: il a le FIP/PIF et doit être endormi -- il n'y rien à faire pour le sauver.

I got home from the vet a couple of hours ago. I’d taken Safran because he seemed under the weather (I got home from vacation yesterday evening). I thought he had a cold.

He has FIP. The wet form. My vet says he has a success rate of roughly 50% with the dry form, but has to this day never saved a single cat who had developed the wet form. I’ll let you read up more on this nasty disease.

Safran 2

I’m heartbroken. I’ll be going back to the vet’s tomorrow afternoon to put Safran to sleep. In the meantime, we’re saying good-bye. We were just starting to warm up to one another.

I like to think that although his post-shelter life will have been short (2 month), it will have been a good one.

Similar Posts:

Tounsi perdu et puis retrouvé [fr]

[en] The story, with the details, of Tounsi going "missing" for a bit over 24 hours. Short version: he wandered a bit out of his comfort "territory" because he followed me yesterday morning when I left, and was taken in "a bit promptly" a few hours later by a well-intentioned lady who had run into the "lost cat". He's sleeping on my bed with his mouth open right now.

Il y a 24 heures de cela, j’étais en train d’arpenter le quartier à la recherche de Tounsi. Le coeur dans les chaussettes et l’estomac dans la gorge, pour être honnête.

Tounsi is back.jpg

Hier matin, il m’a suivie alors que je quittais la maison pour aller travailler. Ce n’est pas la première fois. C’est un peu un problème: Tounsi est un chat qui suit les gens, et moi en particulier. Un peu pot-de-colle ou petit chien. L’avantage, c’est qu’il accourt dès que je l’appelle. Le désavantage, c’est que je me demande parfois jusqu’où il va me suivre.

Comme ce soir il y a quelques semaines quand j’ai dû courir pour le semer devant mon immeuble en partant à ma répétition de chant, au retour de laquelle je l’ai trouvé en haut de mon chemin, presque sur la Vallombreuse… Sueur froide, pour le coup.

J’ai donc décidé de partir de chez moi à travers le quartier résidentiel derrière mon immeuble, histoire qu’il ne se retrouve pas direct sur la grande route s’il me suit un peu trop loin. Je le sème, pas très loin de l’arrière de mon immeuble, le nez dans le feuillage du bord du chemin, et je pars l’esprit tranquille: même si Tounsi ne semble pas avoir l’orientation aussi sûre que Safran (je suis gentille), il retrouvera sans trop de souci le bon côté de l’immeuble.

Une journée de travail un peu “course” plus tard, Safran m’attend devant l’immeuble, mais Tounsi est introuvable. Tours de quartier, appels de plus en plus forts, rien à faire. Corinne, que je revois pour la première fois après son départ nomade pour l’Asie il y a deux ans, suit tout en direct, m’accompagne dans mes recherches, et m’offre un précieux soutien moral.

Vers minuit, après plusieurs kilomètres à pied, je pose les plaques pour la nuit et dors d’un sommeil agité jusqu’à 7h du matin. (J’espère que vous appréciez la précision de mon reportage!)

Tounsi n’étant pas là à mon réveil, mon inquiétude monte d’un cran. Re-tour du quartier, je pousse même jusqu’à Mont-Goulin où j’ai pris le bus la veille. Rien. Annonce sur animal-perdu.ch, première vague d’affiches dans les entrées des immeubles aux abords immédiats du mien (et du mien bien sûr!), annonce à la SVPA, téléphone aux abattoirs (oui, c’est là qu’il faut appeler… ouf, rien), e-mail à SOS chats (la puce électronique de Tounsi est à son nom, s’il est trouvé c’est eux qui seront alertés et non pas moi), coup de fil à mon vétérinaire et l’autre des environs, autres annonces online, et départ pour une nouvelle expédition de pose d’affiches, en élargissant le périmètre.

Un premier coup de fil après la pose d’affiches initiale m’informait qu’on avait vu Tounsi dans la semaine — je rajoute du coup la date sur les nouvelles affiches. Je constate qu’environ une heure après la pose, certains concierges bien consciencieux et probablement peu amis des bêtes ont déjà ôté mon affiche (collée avec du scotch de carrossier facile à enlever et qui ne laisse pas de traces).

Alors qu’on commence à avoir fait le tour du pâté d’immeubles (y compris l’école enfantine), un coup de fil: une dame dit avoir observé hier matin un chat ressemblant à Tounsi depuis son balcon. Il miaulait beaucoup et se roulait par terre devant les garages comme une chatte en chaleur (shhh, ne lui dites pas). Elle l’a ensuite vu entrer dans une entrée d’immeuble d’en face, puis repéré sur le balcon d’une dame qu’elle connaissait.

Espoir! On la rejoint, en entrant dans l’immeuble les voisins nous confirment qu’un chat a bien été recueilli hier, on sonne à la porte. Pas de réponse, mais “miaou, miaou”. Est-ce Tounsi ou pas? Je ne reconnais pas encore sa voix, difficile à dire.

Je suis à la fois excitée et dépitée. On redescend. Il y a un mot dans l’entrée de l’immeuble qui confirme qu’elle a recueilli un chat correspondant au signalement de Tounsi, mais qu’elle ne sera pas de retour avant 19h. Pas de numéro de contact sur l’affiche. Impossible de la joindre!

On patauge un peu dans les options limitées à notre disposition. Dehors, on me dit de regarder le balcon. C’est le balcon du quatrième. Tounsi fait de l’équilibrisme sur le rebord, regarde en bas, miaule miaule. Soulagement et stress en même temps — il peut être un peu pataud, et l’idée de le laisser là jusqu’à 19h maintenant qu’il m’a repérée me fait froid dans le dos.

Il essaie de passer la partition qui sépare son balcon de celui d’à côté, ce qui me donne une idée. On monte chez la voisine, je vais sur son balcon, j’appelle Tounsi, le saisis en contournant la partition pour le prendre dans mes bras (pas très dignement le pauvre, mais au-dessus de 4 étages de vide, on laisse de côté sa dignité).

Tounsi n’aime pas qu’on le porte s’il n’est pas dans un lieu familier. Il se débat, alors je sors de l’appart avec lui un peu comme une voleuse, et on entreprend de rentrer à la maison, à pied. Après avoir tenté dans un premier temps de partir dans la “fausse” direction (une idée fixe datant de la veille, peut-être?) on repart dans la bonne direction. Ce n’est pas très loin, trois immeubles dans une zone assez dense.

Enorme soulagement, mais ce n’est pas fini. Je réponds encore 3-4 fois au téléphone (mes affiches ont du succès!) — y compris à “l’autre” vétérinaire à qui l’on avait annoncé que Tounsi avait été recueilli par cette dame. Il faut ôter les affiches, rappeler la SVPA, enlever les annonces, et prévenir Twitter-Facebook du retour du félin prodigue.

Alors que je suis en train d’ôter mes affiches, je reçois un coup de fil de l’amie de la dame qui avait recueilli Tounsi. Après un peu de confusion (“non il s’agit du même chat, oui je l’ai déjà récupéré, non il n’est plus dans l’appart, je suis passée par le balcon de la voisine, sisi c’est bien mon chat que vous avez recueilli et c’est bon, je l’ai récupéré”) j’en apprends un peu plus.

Elles ont trouvé Tounsi dans le couloir au 4ème en milieu de matinée et l’ont immédiatement pris à l’intérieur, de crainte que ce soit un “chat d’intérieur” qui se serait faufilé hors d’un appartement. Annonces à Prilly-Centre, appelé la police, prévenu leur vétérinaire…

Bonnes réactions une fois qu’elles avaient le chat, et bonnes intentions, mais peut-être conclusion (et action) un peu hâtive: Tounsi traînait autour de leur immeuble depuis à peine 2h (allons, poussons à 4 si jamais c’était plutôt vers midi) qu’il était déjà un “chat trouvé”! Bon, c’est vrai qu’il peut être un peu “collant” (et perpétuellement affamé) s’il est un peu désécurisé…

Il y a fort à parier que s’il avait simplement été laissé en paix (et remis dehors), il aurait fini par retrouver le chemin de la maison, ou alors que je l’aurais trouvé lors de mon tour du quartier, s’il avait préféré rester faire le chat désespéré et perdu à 150m de chez lui toute la journée. Ça me rappelle un peu le chat de 2007

J’en connais un qui ne va pas sortir de sitôt sans son collier! (Oui, il l’avait perdu la veille.)

Tounsi all set to go out

Similar Posts:

Cat Adoption: c'est parti! [fr]

[en] I'm looking to adopt two cats, kittens or adults. Should be near Lausanne so I can meet them first, get along well, go outdoors and be sociable (they will be hanging out at eclau during the day-time, where there are people).

Me voici donc rentrée d’Inde. Mission de mon retour: trouver deux chats à adopter. Oui, deux. Bien avant la mort de Bagha, j’avais décidé que “la prochaine fois” je prendrais deux chats. Je trouve ça sympa, deux chats.

Du vivant de Bagha, vu son âge et son caractère, ce n’était pas vraiment envisageable de prendre un deuxième chat.

Je suis donc à la recherche de deux chats. Chatons, adultes, j’avoue que cela m’importe relativement peu. Qu’est-ce qui est important?

  • qu’ils s’entendent bien (donc typiquement je cherche des situations genre “doivent impérativement être adoptés ensemble”)
  • qu’ils sortent
  • qu’ils soient bien socialisés et peu craintifs: ils passeront du temps à l’eclau où il y a du monde, même si c’est assez calme (je vis dans le même immeuble)
  • que je puisse faire connaissance des félins en question avant de me décider, donc pas trop loin de Lausanne!

Ils seront bien entendu soignés aux petits oignons: pas gâtés (je suis plutôt stricte côté friandises etc) mais câlinés, soignés, bonne nourriture (véto-approved) et excellent vétérinaire. Et maîtresse un peu hypocondriaque, ce qui a un avantage: aucun risque je laisse des situations se détériorer avant d’aller consulter.

Ce n’est pas si facile, comme démarche. C’est en fait la première fois que je me mets en quête d’un chat à adopter. Mon premier chat, Flam, était le chaton unique de la portée suivante chez mes voisins, une fois que j’avais reçu le feu vert parental pour avoir un chat. Le deuxième, Bagha, que vous connaissez bien, a fait le trajet Inde-Suisse suite à un concours de circonstances impliquant un déménagement en Angleterre et de longs mois passés à vivre avec sa première famille. Tous deux sort morts de leur belle mort, Flam à 16 ans, Bagha à 14.

Toute mamy à chats que je suis, je n’ai donc pas eu beaucoup de chats.

J’ai décidé que je parlerais de ma recherche autour de moi, et que je ferais également un saut à Sainte-Catherine d’ici une semaine ou deux si rien ne se présentait. (La semaine prochaine c’est Lift, et deux semaines plus tard le module 4 de la formation SAWI, après ça se dégage.)

Ce matin, j’ai fait un saut sur Anibis et j’ai assez vite décidé de faire une croix sur les petites annonces. Lire les annonces, ça me déchire entre “je veux adopter tous les chats qui me passent sous le nez” et “j’ai peur de faire un erreur lors de mon choix”. Impossible de choisir quoi que ce soit. Typique.

Donc, soit il y a dans mon réseau des chats ou chatons à donner dans les semaines à venir, soit je vais au refuge.

Je sais qu’une des racines de ma crainte d’erreur a à voir avec le fait que j’ai probablement encore à accepter que je ne trouverai pas un autre Bagha. Adopter un autre chat (même deux), ce ne sera pas retrouver Bagha. Je suis encore triste. C’est normal, en fait: être prête à reprendre un ou plusieurs compagnons félins, c’est une étape du deuil.

Similar Posts:

The Bittersweet Freedom of Catlessness [en]

[fr] Visite féline durant le mois à venir. Je garde Kitty, le chat d'une de mes anciennes cat-sitteuses. Juste retour des choses, et occasion d'une réflexion sur ma vie sans chat/avec chat.

Bagha's spot on my desk

I’ve been meaning to write this post for quite a few months. What prompts me to write it now is that there is a cat in my flat, and will be for the next month. Kitty belongs to a friend of mine, who is going abroad for a month. She used to cat-sit Bagha back in the day. So, I’m taking care of Kitty for her while she’s away.

Kitty is a shy character, maybe a leftover of her past life as a stray. I have been trying to coax her out from under a piece of furniture with little bits of ham — and my plan for making friends over the next weeks involves clicker-training. You’ll get photographs once she comes out of hiding.

Over the last months, saddened though I was by Bagha’s death, I have been enjoying the freedom of catlessness. I have travelled a lot (maybe too much), and appreciated being able to stay elsewhere overnight on a whim without feeling bad about leaving my cat alone. (One could discuss how justified feeling bad about leaving Bagha alone for a night was, but that’s another topic.)

Now that I’m clearly out of the acute stage of grief, and that my catless life seems very normal, I wonder how I’ll feel about giving up some of that freedom again for furry companions. Of course, the freedom you give up for an animal when its young and healthy is not the same as when it is old and declining. (Kittens, though, are another story. I’m not sure I want kittens. Kittens are cute. Of course I’d love kittens. But I’m not sure I want to go through a year of having baby cats in the house.)

I’m not finding it too difficult to enjoy my freedom. I thought I would be more conflicted about it. Feeling bad about being happy to be free [because I don’t have a cat anymore]. I was a bit, intially. Now… sometimes I even forget to be sad. I think that’s a good sign.

This month with Kitty, in addition to helping out a friend, is also an opportunity for me to be “with cat” again. Another cat than Bagha. I mentioned that one of the things I needed to do to sort through my grieving emotions was separate my sadness of losing Bagha from my sadness of being catless. Maybe the coming month will be a chance to tie up a few loose ends around that theme.

Similar Posts: