Un joli Bol d’Or rapide! [fr]

[en] This week-end was the Bol d'Or, a sailing race on Lac Léman. Geneva-Bouveret-Geneva, or 15 hours of sailing madly with a lot of wind for our little boat. But we made it, didn't make any big mistakes or break anything, and are all happy!

Ce week-end, c’était le Bol d’Or. Brian, Yves, Corinne et moi. Et la bise. Pas mal de bise. Sortir du port samedi matin, c’était déjà cotton: à 9h00, on était encore bloqués par un tas de bateaux! Si ma mémoire est bonne, on a été libérés vers 9h20.

9h et encore dedans… Ça commence à stresser ! #BOM17 #farrniente

A post shared by Stephanie Booth (@stephtara) on

Deux ris, le petit génois, ça allait bien pour nous, mais c’était déjà clair que certains concurrents étaient un peu en-dehors de leur zone de confort. Après le départ à 10h, festival de “triboooord!”, on a dû dévier de notre course plusieurs fois pour éviter la collision alors qu’on était prioritaires. Juste après la ligne, un bateau a déjà un homme à la mer, mais ils arrivent à le récupérer sans trop de difficulté.

On a tiré des bords, des bords, puis un très très long bord jusqu’à la côte française quelque part entre Thonon et Evian, si ma mémoire est bonne. Avec les vagues, on s’est fait gicler de nombreuses fois (surtout Yves, qui était devant – même tout équipé il s’est vite retrouvé trempé). A peine avions-nous réussi à sécher qu’un nouveau seau d’eau venait nous tremper. On confirme qu’utiliser le seau-WC dans un bateau qui roule avec les sous-vêtements mouillés, c’est pas une partie de plaisir!

Vers Meillerie, ou était-ce un peu avant, le vent tombe un peu. On lâche les ris. On les reprend une heure plus tard, ou moins, ou plus. On arrive au Bouveret à 19h12, record pour nous! Sitôt passée la barge, on manque se faire couper la route par deux bateaux qui avaient décidé de virer “un petit peu” tôt. On proteste bruyamment, ils s’écartent, on peut continuer. Le vent se lève, ou ne se lève pas, on hésite avec les ris, on les lâche, et on reste du coup un peu côté français où il y a moins de vent.

On reprendra assez rapidement nos ris, et on est contents de les avoir quand on regarde les bateaux plus toilés se battre et perdre le contrôle, et surtout à l’entrée du Petit Lac. Vers minuit, le vent se lève de plus en plus. On part au lof de temps en temps, et finalement le vent est si fort que même avec nos deux ris et notre petit génois il n’est pas possible de redresser le bateau. On descend donc la grand-voile, avec difficulté, mais on y arrive. On surfe toujours, avec juste le petit génois. Lors d’une accalmie on tente de remonter la grand-voile, mais on se rend rapidement compte que ce n’est pas une bonne idée. On n’arrive simplement pas à la hisser, et pour la descendre je dois m’y suspendre avec tout mon poids.

15h04 après notre départ, à une heure du matin, on passe la bouée d’arrivée. On est raides, quasi personne n’a dormi, on a mal partout, on n’a pas arrêté. Mais on est contents: on a “fait juste”, on a bien fonctionné, pas eu de casse, pas de grosses erreurs, et on a fait un joli temps!

Le Farrniente finit 386e au classement général en temps réel, 264e en temps compensé (14h29), 24e des TCF4 (sur 42 à l’arrivée mais 56 inscrits).

On s’amarre dans le port, où et comme on peut. On remarque ensuite que le bateau contre lequel nous nous sommes mis a le mât cassé en deux. En descendant l’estacade, j’en vois un autre. Au matin, Yves en dénombre sept. Une copine me raconte qu’un Toucan a coulé. On apprend que la fumée que Corinne et moi avions observée au loin, puis sans doute l’odeur d’essence qui m’a alarmée bien des heures plus tard un peu avant Meillerie, c’est un bateau du staff qui a pris feu.

J’ai pris quelques photos, mais les conditions n’étaient franchement pas idéales pour faire du reportage. Ma foi, c’est l’expérience qui compte!

D'habitude on est plutôt ici au petit matin… ça va vite, pas beaucoup l'occasion de poster! #farrniente #BOM17

A post shared by Stephanie Booth (@stephtara) on

Il y a quelques photos sur la page facebook du Farrniente, et j’ai mis ce que j’ai pris en vrac dans un album Google Photos pour les curieux.

Après quelques heures de sommeil dans un vrai lit (de 4 à 9!) on a ramené le bateau lundi. Merci à Mélanie pour les photos de notre arrivée à Vidy!

On attend avec impatience le récit de Corinne, qui faisait son premier Bol d’Or!

 

Similar Posts:

Bol d'Or Mirabaud 2013 avec le Farrniente [fr]

[en] YouTube video and Storify of my three days sailing on the lake with the Farrniente for the Bol d'Or.

C’était mon troisième Bol d’Or, le week-end dernier. Genève-Bouveret-Genève à la voile. Ça va pas forcément vite (29h de course pour le Farrniente) mais ça donne un peu le même sentiment de satisfaction qu’une longue randonnée en montagne: tout ce chemin parcouru sans source d’énergie extérieure!

J’ai posté quelques photos et séquences vidéo en cours de route, jusqu’à ce que mon iPhone rende l’âme (malgré le chargeur de secours que j’ai vidé aussi). Grâce à Storify, voici donc le Bol d’Or 2013 du Farrniente presque comme si vous y étiez. J’ai pris pas mal de photos que je dois encore trier (avec celles des éditions 2009 et 2012!) et en attendant de faire mieux, j’ai collé bout à bout les séquences vidéo pour en faire le film d’une quinzaine de minutes que vous pouvez voir ici:

Moins pénible peut-être que la vidéo, le Storify mentionné plus haut (et il paraît que les liens vers les vidéos dans Facebook marchent quand même, même si on n’a pas de compte Facebook!):

[View the story “Bol d’Or Mirabaud 2013 sur le Farrniente” on Storify]

J’ai profité de l’engouement provoqué par la possibilité de suivre le Farrniente live durant la course pour créer une page Facebook pour le bateau. Click click!

Similar Posts: