Pet Peeve: Marketers and Advertisers Cold-Sending Junk E-mails [en]

[fr] Un truc qui m'énerve: les e-mails non-sollicités me proposant des liens ou autres ressources pour mes articles. Ou de la pub pour mon blog.

I’m sure you all get these. They’re bloody annoying. Here’s the last one I got:

Subject: Interested in Purchasing Advertising: http://climbtothestars.org/

Hi,

I need this type of placement could you do this?

1. We will provide php file with plugin source code

2. Webmaster will need to FTP to root folder of blog, then open folder wp-content/plugins

3. Webmaster will need to create folder ‘footerlinks’, then enter that folder and upload php file that we provided

4. Webmaster will need to log into blog admin area, click ‘Plugins’ in left menu, click ‘Installed’ in submenu, find plugin named ‘Footer Links’ and click ‘activate’ link

5. After that links will appear at the bottom of the blog like here [redacted] see our links in footer.

Very simple work just 1,2 minut only,Our links show on your old ABOUT PAGE.

i can give you $200 for uploading our php file for 1 year time period only.

Let me know are you agree if you agree then send me paypal id please.

Waiting for your Answer

Thanks

And another:

Subject: Interested in Purchasing Text links Advertising

I am basically interested for business reasons. I found your site:”http://climbtothestars.org/” really enchanting and would like to buy a number of text-links on your website. Let me know if you would like to hear more of this.We will provide php file with plugin source code.i need links on your old Post.Give you all instructions.I can offer you a good price.

Or:

Subject: Partnership with an OTA

Dear Editor,

I would be interested in buying a simple text based advertisement on your website.

The advert will be text, not a visual banner. It will appear on a single page of your website.

The text link will be Travel related ( ex: airplane ticket,airfare, etc.. )

We pay an annual fee to you as soon as the advert is live. It is a straight forward process and we work with you to make sure we fit naturally with your site.

If interested we can also provide you with Unique Travel Articles.

Please let me know if you are interested and I’ll send you more details.

If Possible can you send me a link of the page where you would accept advertising on?

Here is one of the latest, which prompted me to write today:

Subject: An Inquiry About an OpenCourseWare Database

I’m reaching out to you because I was extremely impressed with the content that you have created on digitalcrumble.com/post/306596904/the-copy-editors-old-bugaboo-about-not-using. As a writer and researcher in the education field, I sometimes find it very difficult to track down good web resources for prospective students–I just wanted to say that you’ve done a great job with your site.

Do you have any interest in adding a supplemental resource that provides your readers with links to hundreds of OpenCourseWare classes? I think could be really valuable for your site’s visitors because the classes are free and cover a wide variety of subjects.

If you’re not the right person to contact, can you let me know who is?

Adding insult to injury, my silence resulted in three follow-up e-mails over the last months. Three! Sure, following up is good. But at some stage it morphs into pestering.

Follow-up #1

I wanted to follow up with you and make sure you had received my email I sent a little bit ago regarding my research project, [redacted].

I had contacted you initially because I believe the readers on your site would find our OpenCourseWare informative and valuable. It would be great to have you include a link to the resource somewhere on your site. Do not hesitate to get back to me with any questions!

Thanks, I look forward to working with you!

 

Follow-up #2

I hope all is well! I am writing to follow up with you about the resource — [redacted] — I sent you a few days back. Let me know if I can answer any questions for you in regards to it or myself.

Thanks for your help. I look forward to hearing back from you!

 

Follow-up #3

I hope this message reaches you well. I am following up with you to see if you had the opportunity to review the resource that I sent you?

Please let me know what you think, I look forward to hearing any feedback you might have.

In your book, do these contact attempts qualify as spam? For me, they aren’t technically spam, as they seem to have been sent out by hand and by human being robots, and therefore do not really meet the criteria for automated mass-sending.

But the end result is pretty much the same. They’re just noise. How do you deal with them? Respond, or straight to the spam box? Or ignore, at the risk of being pestered?

If you know more about the (misguided?) process that results in this kind of junk arriving in blogger mailboxes, I’d love to hear about it.

Here are a few other choice morcels for you, and I’m out to enjoy the Spain sun a while.

Subject: Education News Resource Inquiry

I recently came across your page at digitalcrumble.com/post/306596904/the-copy-editors-old-bugaboo-about-not-using.

I am emailing you because I am a contributor to the online education publication, EducationNews.org, and have been active in spreading the message about it. The site is a vast resource of education news from K-12 and higher education policy and politics all the way to education technology. The editorial efforts of the site have been cited by the New York Times, Washington Post and Cato Institute while also being added as an educational resource in the New York Times Education section.

Given the quality of our writing and breadth of topics discussed, I thought this resource could be of interest to you and those who frequently visit your site. Please let me know what you think; if interested, it would be great to see it listed on your site for others to read and refer to.

Thanks for your help and I look forward to hearing from you soon.

 

Subject: Graphic on How Taking a Break is Saving Your Life

My name is Kayla and I came across climbtothestars.org after searching for people that have referenced or mentioned workplace health. I am part of a team of designers and researcher that put together an infographic showing why skipping out on your work break might be killing you. I thought you might be interested, so I wanted to reach out.

If this is the correct email and you’re interested in using our content, I’d be happy to share it with you. 🙂

 

Subject: Infographic about How Plastic Bags are Suffocating the World

My name is Kayla and I came across climbtothestars.org after searching for people that have referenced or mentioned the importance of living green. I am part of a team of designers and researcher that put together an infographic showing why plastic bags are ruining the environment and the impact of plastic bag bans. I thought you might be interested, so I wanted to reach out.

If this is the correct email and you’re interested in using our content, I’d be happy to share it with you. 🙂

Similar Posts:

Les commentaires d'un blog ne sont pas un espace de pub! [fr]

[en] I'm tired of people using blog comments as advertising space (it's particularly a problem on the ebookers.ch travel blog that I manage). I've decided that I was tired of racking my brains to figure out if this or that slightly fishy comment was ham or spam, so in future, people who sign comments with brand names (or any non-human name, for that matter) will not see their comments published. Ditto if the URL provided with the comment points to something resembling a commercial site (well, anything that is clearly not that person's site).

Y’en a marre! Le spam mécanique qui nous assome de Britney peu vêtue et de Viagra dans nos commentaires de blog, c’est déjà pas drôle, mais il y a des filtres à spam genre Akismet qui font assez bien leur travail.

Mais là, ce qui commence à me sortir par les trous de nez, ce sont les personnes (au pire malhonnêtes, au mieux mal informées) qui s’appliquent à laisser des commentaires “pseudo-intelligents” à droite et à gauche pour promouvoir leur site/blog/produit.

Ça va de la remarque vide genre “super article, merci!” ou “j’adore ton blog!” au commentaire un peu plus réfléchi et même parfois pertinent, en passant par le franchement publicitaire plus ou moins subtil.

Les auteurs de ces commentaires ont parfois un nom d’être humain, mais souvent pas. Et leur URL n’est clairement pas celle de leur blog ou site personnel.

C’est particulièrement grave sur le blog de voyage ebookers.ch, dont j’ai l’honneur d’être “blogueuse-rédac-chef”. Environ la moitié des commentaires que nous recevons sont entre le douteux et le franchement commercial. Quand quelqu’un qui s’appelle “blog voyage” laisse un commentaire sympathique 2-3 fois par mois, on se pose des questions. Ou bien alors l’annonce pour une location d’appartement dans une rue de Paris dont nous parlons dans un article. Les liens vers d’autres sites de tourisme ou de voyage. J’en passe.

Alors bref, y’en a marre. Voici ce que j’ai décidé.

  1. Déjà, pour commencer, si vous n’êtes pas capable de signer votre commentaire d’un nom humain ou d’un pseudonyme clair, je ne publie pas votre commentaire.
  2. Si votre commentaire se complaît dans la banalité et sent de façon suspecte “l’excuse à lien”, il croupira dans l’obscurité de la file de modération sans jamais voir la lumière du jour.
  3. Si vous utilisez un nom d’humain et qu’en plus votre commentaire est génial, mais que le lien fourni laisse à penser qu’il est commercial, alors je le publierai, mais en supprimant le lien.

Méchant? Oui.

Je comprends toutefois que de nombreuses personnes (et agences, parce que je me rends bien compte qu’il y a des professionnels qui se lancent dans ce genre d’opération misérable) agissent ainsi par manque d’informations. Ou se basant sur de mauvaises informations provenant de soi-disant experts en marketing 2.0 ou que sais-je, mais en fait qui n’y comprennent que dalle.

Donc, du coup, je vais vous expliquer.

Oui, laisser des commentaires sur d’autres blogs est en excellent moyen de promouvoir le vôtre. Mais seulement si vous ne le faites pas dans le but premier de faire de la promotion. Paradoxal? Pas tant que ça.

La raison pour laquelle les commentaires vont faire connaître votre blog, c’est parce que ces commentaires vont vous faire connaître. Ils vont vous faire connaître à travers l’intelligence de vos propos, la vivacité de votre esprit, le tranchant de votre plume clavier. Les commentaires d’un blog, c’est l’espace privilégié de la conversation, et donc de la rencontre entre êtres humains. Comme j’aime le dire, on ne peut pas avoir une conversation avec un communiqué de presse — on ne peut pas non plus avoir une conversation avec un robot publicitaire, même si celui-ci s’appelle Juliette.

Et j’ai une mauvaise nouvelle pour les robots publicitaires: on les repère de loin dans la foule des humains.

Quelques exemples. (J’ai omis les cas tout à fait évidents d’un côté comme de l’autre.)

  1. Un article portant sur la bonne manière d’organiser sa valise: j’y laisse un commentaire vantant les mérites des shampooings solides de chez Lush. Je n’ai pas d’actions chez Lush, ce n’est pas un client (sinon je le préciserais, du coup), je n’ai aucun bénéfice direct à en parler, si ce n’est que je suis un fan de produits Lush et que j’ai envie de partager ça. => publié.
  2. Un article parlant de San Francisco: Ben (je sais qu’il s’appelle comme ça grâce à son e-mail et à une signature en fin de commentaire) laisse un commentaire avec une petite info supplémentaire et un merci pour les photos qui lui rappellent de bons souvenirs. Ça s’annonce bien, sauf que dans le champ “nom et prénom” il a écrit “blog voyage” et que le lien qu’il fournit est celui de Enroutes!, une plateforme de blogs de voyage, justement. Ajouté aux deux autres commentaires du genre laissés sur d’autres articles, ça sent fortement le “j’essaie de faire connaître un site en laissant des commentaires à droite et à gauche”. => pas publié.
  3. Sur l’article “Trois destinations de rêve“: quelqu’un laisse un commentaire répondant à la question posée dans l’article. Problème? Son nom est “Ces petits riens”, comme le blog donné en lien. Du coup, alerte rouge. Je vais visiter le blog en question, je fais un peu d’analyse de texte et… cela semble effectivement a première vue être un blog personnel écrit par une personne. Un conseil pour la blogueuse en question? Se choisir un pseudonyme qui ressemble plus à un nom qu’à un titre de publication, si elle tient à rester anonyme. Son commentaire a failli ne pas être publié. => publié, mais ça m’a demandé du boulot de vérification et j’en ai marre.
  4. Enfin, l’article donnant quelques trucs “santé” pour voyager malin: “Rando” (ça commence mal) laisse un commentaire pour préciser qu’en effet, il ne faut pas oublier de prendre une trousse de secours pour ce genre de destination… avec lien sur la page de vente de trousses de secours d’un magasin en ligne de matériel de randonnée. => pas publié.

Avec ces quelques exemples, j’espère que vous voyez où est le problème avec ce genre de commentaire “trop promotionnel”: on ne sait pas vraiment qui est en train d’écrire le commentaire (le proprio du magasin en ligne? le créateur de la plateforme de blogs de voyage? l’employé d’une agence de comm?) et clairement, le commentaire est laissé plus pour la valeur qu’il leur apporte que pour celle qu’il nous apporte. C’est pas très désintéressé, comme qui dirait.

Pourraient-ils procéder autrement? Oui.

Par exemple, Ben pourrait signer les commentaires de son nom et laisser en lien son propre blog de voyage au lieu de celui de la plate-forme. Cela éviterait de donner l’impression qu’il essaie simplement de placer un lien vers la plateforme. Ou s’il est le créateur de la plate-forme et qu’il cherche à promouvoir celle-ci, il pourrait nous écrire pour nous suggérer de faire un article à ce sujet pour nos lecteurs (ce qu’on ferait ou non, c’est une autre histoire). Dans les deux cas, la communication serait claire et transparente.

Quant à “Rando”, il pourrait nous dire simplement dans le commentaire que son magasin en ligne vend des trousses de secours, et peut-être nous expliquer en quoi les siennes sont tellement plus extraordinaires que les autres que l’on pourrait trouver. Il nous donnerait son nom, et un lien qui nous en dise un peu plus sur lui. Ça passerait ou non, clairement, aussi en fonction de son engagement dans la micro-communauté du blog. Si c’est son seul commentaire, bof. Si c’est un contributeur engagé (et authentique!) régulier, on lui passerait probablement ça, parce qu’il aurait accumulé assez de capital social pour se le permettre.

De façon générale: payer quelqu’un (à l’interne ou à l’externe) pour aller arroser les blogs de pseudo-commentaires dans l’espoir de faire connaître son site (ou le faire soi-même) est une mauvaise stratégie, qui finira simplement par vous ranger dans la catégorie des spammeurs et pollueurs.

Ici, comme avec tout ce qui touche aux médias sociaux, ce n’est pas l’action (laisser un commentaire, envoyer un tweet, faire une page sur facebook, publier sur un blog) qui est importante. C’est l’état d’esprit dans laquelle elle est faite.

Et pour cela, encore et encore, lisez le Cluetrain Manifesto. Oui, même s’il faut vous taper la version anglaise.

En attendant, moi, je vais devenir impitoyable dans la modération des commentaires des blogs que je gère. Si vous n’avez pas un nom d’humain, passez votre chemin!

Similar Posts:

More on coComment Advertising [en]

[fr] Malheureusement, coComment et moi sommes partis pour une "Séparation 2.0: quand les 'social tools' que vous aimiez ne vous le rendent pas." Le choix de leur distributeur de publicité est vraiment malheureux (un cran au-dessus du spam, à mon sens), et clairement, il n'y a pas de dialogue entre coComment et ses utilisateurs, malgré les déclarations acharnées "d'ouverture au dialogue".

A la recherche d'une solution de remplacement pour la saisie des commentaires, donc. Le suivi des conversations m'intéresse beaucoup moins que la centralisation de tous mes commentaires en un endroit.

I was alerted to this a few days ago by [Nathalie](http://nathaliehmd.com/), and after witnessing it [with my own eyes](http://twitter.com/stephtara/statuses/792519413) — well, I’m going to go to bed a little later to blog about it, after all.

After [preparing to slap ads in our comment RSS feeds](http://climbtothestars.org/archives/2008/03/31/please-dont-be-rude-cocomment-i-loved-you/), [coComment](http://cocomment.com) is staying on the same ugly and obviously slippery slope by inserting ads in the cocobar:

coComment blog ads in cocobar

So, slightly more discreet than the [big banners placed in the RSS feed](http://www.flickr.com/photos/bunny/2377623519/), but not in very good taste either. Here are some examples of scrolling ad text:

– “Want fast fitness results? Click for free info, revolutionary products.”
– “Walk on the well placed warmth of radiant heating. Click now!”
– “Free comparison of top car rental companies. Click here!”
– “Click to create your dream holiday trip now.”
– “Easy-to-use, advanced features, flexible phone systems. Click for more info.”
– “Visa, MasterCard, AMEX & Discover. Compare Offers & Apply Online. Click here!”

Reloading a cocobar-enabled page will provide you with hours of endless entertainment. (I’m kidding — but there are more out there, of course.)

Now, I understand that [coComment needs to “monetize”](http://blog.cocomment.com/2008/04/07/advertising-revenues-and-harsh-realities/), though one could question a business model which seems to be based on revenue from scrolling ads and blinking banners. (I can’t remember who said “if your business model is putting ads in your service, think again”.)

There are ads and ads, though. Here’s a sample of banners from the coComment site:

coComment blog » Blog Archive » Advertising, Revenues and harsh realities

Commenting is sexy. HotForWords is the talk of the party at Geek Goes Chic

Commenting is sexy. HotForWords is the talk of the party at Geek Goes Chic

coComment blog ads

The screen captures don’t render the blinking quality of most of these ads, but I guess your imagination can fill in. Now, does anybody else than me feel that this kind of advert is just about one step above spam? Based on a few of the comments I can read on [the post Matt wrote about the “harsh realities” of advertising](http://blog.cocomment.com/2008/04/07/advertising-revenues-and-harsh-realities/), it seems not:

> With all honesty, the banners displayed on the cocomment site are awful and are making the service look VERY unprofessional – totally agree with “disappointed” on this one. Few will argue that perception is 99% of reality, so with those banner ads making the site look like crap, the whole service becomes questionable. I felt like I was about to get a trojan into my computer when I first saw www.cocomment.com

> there are other advertising partners that don’t crap up your web site with ads that flash in your face. most opensource projects are using google ad sens now (just an example) that displays relevant ads that look very subtle.

stan

> I agree with some of the commenters here about the ad selection. It wouldn’t be so bad if it were unobtrusive AdWords or… something a little classier. It cheapens your brand. Think upscale! Or, at least, more upscale.

Allan White, in comment

Yes, there are ads and ads. These ones definitely make coComment look very cheap and dodgy, and I’m not sure it would encourage users to hand over credit card details to pay for an ad-free version. Also, what’s with the [Hot For Words](http://hotforwords.cocomment.com/) thing? I’m sorry, but this is not my world. coComment has obviously moved into a space which is very alien to my beloved blogosphere.

Unfortunately, it’s not enough to [state](http://climbtothestars.org/archives/2008/03/31/please-dont-be-rude-cocomment-i-loved-you/#comment-393176) that you [want](http://climbtothestars.org/archives/2008/03/31/please-dont-be-rude-cocomment-i-loved-you/#comment-393260) to have a [conversation](http://blog.cocomment.com/2008/04/07/advertising-revenues-and-harsh-realities/) to actually be having one (I guess that for starters, that last post would have pointed to [the post of mine](http://climbtothestars.org/archives/2008/03/31/please-dont-be-rude-cocomment-i-loved-you/) that [contributed to prompt](http://climbtothestars.org/archives/2008/03/31/please-dont-be-rude-cocomment-i-loved-you/#comment-394334) it). A conversation starts with listening and caring, and obviously, despite their efforts to prove the contrary, the coComment team sadly don’t get this.

What could they have done? Well, I’m not going to launch into a session of full-blown strategic consulting for an ex-client of mine (who didn’t seem to value my advice much at the time), but simple things like taking up issues such as the arrival of advertising *with* the people who use the service **before** actually dumping ads in their feeds unannounced could be a way of showing you care a little bit about how they feel. Understanding that [apologies and justifications](http://blog.cocomment.com/2007/08/21/were-sorry/) when you mess up do not erase the past also seems like a good idea. As my friend [Brian Solis](http://www.briansolis.com/) put it:

> Making mistakes in social media is a lot like sticking daggers into a wooden fence. Just because you apologize and pull them out, they still leave the scars for others to see, and feel. Sometime apologies help people feel better, but they don’t fix perception. This is why thinking before engaging is critical to success in the world social media marketing. This is after all, about people.

Brian Solis

So, as I told Brian, coComment and I are headed for **[Breakup 2.0](http://twitter.com/briansolis/statuses/781536332): when the social media tools you loved don’t love you back** (yes, you can quote that one, it’s from me).

At the moment, I’m only using the service to “save” the comments I make, because I like keeping a trace of my writings (I used to collect stamps). Sadly, I’m not even sure coComment will allow me to walk out with all my data in an XML dump — I don’t see anything obvious in the interface for that, so if I am able to, it will probably be due to my relationships with the people who have access to the server. (I said “if”.)

The tracking feature is too confusing and overloaded for me to use — I can imagine using something like [co.mments](http://co.mments.com) to keep an eye on the small number of conversations where I’m on the lookout for an answer. But I don’t have an alternate solution for “capturing” the comments I make. Copy-paste is a bit of a bore, and del.icio.us doesn’t capture the comment content — just the fact that there is a comment.

I’ve been thinking up **an idea involving a Firefox add-on**. It would have a bunch of algorithms to detect comments fields (maybe would support some microformat allowing to identify comment feeds or forms), have a simple on/off toggle to “activate” the field for capture (some right-click thing, much more practical than a bookmarklet or a browser button, because it’s always there, handy, wherever you click), would colour the field in something really visible when capture is on (red! pink! green!) without disrupting readability (I need to see what I type). It would capture the comment, permalink, blog post name (it knows I’m the commenter, I could fill in that info in the add-on settings), and dump the info in an XML or RSS file, or in the database of my WordPress installation, with the help of a WordPress plugin.

It’s a half-baked idea, of course, and I don’t have the JS skills to actually code anything like this. It should probably be a week-end project for somebody with sufficient Javascript-fu — if you’re interested in bringing it to life, get in touch.

Similar Posts:

Marketing expérientiel vs. publireportage [fr]

[en] A post by a French blogger made me realise the fundamental difference between being "paid to blog" (à la PayPerPost, to take the worst cases) and experiential marketing. In EM, publication of the post is a means, not an end. It is a "small" part of the mandate. The mandate itself is using the service/product and giving account of the experience in a transparent way.

A side-effect of this is that I'm actually doing work for the client in an EM campaign. If I'm just paid to blog about a topic n times a month, I'm not doing any work for them. Chances are, too, that I'm not really adding much value for my readers (witness to that the endless justifications some "paid" bloggers seem to feel the need to get into, and the tendancy to "bury" sponsored posts under "real" ones).

Chez [Mercenaire](http://www.mercenaire.net/blog/), le blog d’un consultant web freelance que je viens de découvrir ([via Ollie](http://b-spirit.com/blogollie/?p=2279), qui nous envoie y lire [quelques bons conseils pour freelancers](http://www.mercenaire.net/blog/?p=65)), je trouve [un article sur les articles de blog payés — publireportages](http://www.mercenaire.net/blog/?p=64) qui m’interpelle.

*Vous connaissez le refrain: un commentaire qui prend trop d’importance et qui finit par émigrer ici sous forme d’un billet de plein droit.*

Ce billet m’a donc fait prendre conscience de quelque chose d’important. Commençons ici:

> Si un éditeur de Blog veut faire du publi reportage, ce n’est pas pour le bien de sa ligne éditorial ou de son audience mais pour gagner de l’argent avec ce contenu et monétiser son audience.

Thierry Bézier, C’est super d’être honnête avec son audience… alors pourquoi ne pas l’être avec son sponsor ?

Il y a quelque temps, j’ai essayé de mettre en avant mes services de marketing expérientiel, non sans une petite crise de conscience. Je me disais: mais où est la ligne avec le “publireportage” ou le “paid to post”, que je ne franchirai pas? J’ai toujours été assez férocement contre ce genre de pratique ([Pay per post](http://payperpost.com/), en particulier, me hérisse le poil), et maintenant je comprends pourquoi, et en quoi ce que je fais s’en différencie.

Dans le marketing expérientiel, je rends compte d’une expérience utilisateur qui a une valeur en tant que telle, que ce soit pour le client ou pour mes lecteurs. La visibilité est un effet de bord — recherché bien entendu — mais le contenu n’est pas un simple prétexte pour celle-ci, comme dans le cas du “publireportage”. (Notons, dans un souci d’équité, qu’il y a sans doute publireportage et publireportage: de la pub de bas étage à peine déguisée à l’article qui apporte vraiment une information utile en soi.)

Ce qui m’a amenée au marketing expérientiel il y a un mois environ, c’est le fait que j’étais en discussion avec plusieurs clients potentiels qui voulaient tous que je “blogue pour eux”. J’avais d’ailleurs fait ma petite enquête pour tenter de déterminer combien étaient payés ceux qui “bloguent pour de l’argent”, et grosso modo, ça variait de $5 à plus de $500 par article. [Voici un billet intéressant sur le sujet](http://marshallk.com/introducing-bloggers-and-companies-to-hire-them), et un autre [concernant les tarifs](http://www.bloggersforhire.com/hiring-bloggers-gaining-steam/), en passant. Mais dans l’ensemble, les sommes qu’on se proposait de me payer étaient vraiment très basses, compte tenu du temps à investir, de la prise de risque pour ma réputation, et… mes compétences (quand même!)

Donc, je n’aimais pas l’idée “d’écrire sur commande” (je ne suis pas *copywriter*), mais je sentais qu’il y avait tout de même quelque chose de valable à proposer à ces clients qui s’adressaient à moi pour que je leur fasse un peu profiter de ma visibilité.

Je gardais toujours à l’esprit le genre d’opération-test menée (gratuitement à l’époque) pour [les blogs de Romandie.com](http://web.archive.org/web/20060626105812/http://stephanie.romandie.com/) (on m’avait d’ailleurs dit que j’aurais dû me faire payer pour ça), [mes tests de plate-forme de blogs hébergées en 2004](http://climbtothestars.org/archives/2004/12/11/hosted-blog-platform-test-write-up/), et quantité d’autres billets écrits sur [Dopplr](http://climbtothestars.org/archives/2007/05/02/dopplr-more-fuzziness-wanted/), [vPod.tv](http://climbtothestars.org/archives/2007/01/21/why-i-got-lost-in-leweb3-videos/), [coComment](http://climbtothestars.org/categories/cocomment/) bien sûr, et hier, [Kayak](http://climbtothestars.org/archives/2007/12/22/being-my-own-travel-agent-with-kayak/) (il y en a d’autres, mais voilà ceux qui me viennent à l’esprit). En même temps, je parlais avec mon ami [Stowe Boyd](http://stoweboyd.com/message) (qui a [recyclé/inventé le terme “experiential marketing” dans notre contexte](http://climbtothestars.org/archives/2007/11/20/stowe-boyd-on-experiential-marketing/)) qui me disait “tu devrais leur proposer une campagne de marketing expérientiel”.

Eh bien oui. Il s’agirait simplement de formaliser (et de me faire payer pour!) ce que je fais naturellement, spontanément, sur un coup de tête.

> The basic idea is the following: a typical “customer” uses a service or product and chronicles their experience in public.

Focus > Experiential Marketing

En clair, le client paie [le blogueur] pour qu’il utilise son service/produit et rende compte régulièrement de l’expérience sur son blog durant une période donnée, en toute transparence. Ce qu’il y a d’artificiel dans cette démarche, c’est qu’on paie une personne pour consacrer une partie de son temps et de son énergie à l’utilisation d’un produit ou d’un service, partant du principe qu’il ne le ferait pas forcément autrement. On détermine également la fréquence à laquelle cette personne rendra compte de son expérience (positive ou négative!) avec le produit/service en question.

Prenons un exemple (tout à fait fictif, car je n’ai jamais eu de conversation à ce sujet avec eux): je n’utilise pas [netvibes](http://www.netvibes.com/), même si je connais le service, lui préférant Google Reader comme lecteur RSS. Dans le cadre d’une campagne de marketing expérientiel, mon mandat serait d’utiliser netvibes et d’écrire, par exemple, un article par semaine sur mon blog pour en parler. On se rend tout de suite compte de l’investissement en temps (et aussi, en changement d’habitudes!) que cela requiert.

Le client y gagne du feedback utilisateur détaillé, un point de vue professionel externe sur son produit qu’on peut assimiler à du consulting (parce que j’ai aussi une casquette d’experte des outils du web, sociaux ou autres), de la visibilité (d’où “marketing”, une première fois) via les articles sur mon blog, et du “capital social” (très important, ça, et deuxième pour le “marketing”) pour avoir accepté de laisser le contrôle éditorial entre mes mains et de discuter ouvertement forces et faiblesses. (Il va sans dire qu’on va pas être extrémiste, si je découvre un gros problème de sécurité ou autre, je les avertis directement, comme je le ferais dans n’importe quelle autre circonstance.)

C’est donc bien une opération qui dépasse le simple “bloguer pour le client” et qui lui apporte véritablement quelque chose. Le contenu des articles que j’écris dans le cadre d’une campagne de marketing expérientiel a de la valeur pour le client **et** pour les lecteurs, qui ont l’occasion de découvrir un service/produit via une expérience authentique — sans la couche de fond de teint et le maquillage habituel de beaucoup d’opérations marketing traditionnelles.

Pour boucler la boucle: on ne peut pas vraiment dire que “être payé pour bloguer” soit populaire dans la blogosphère — [voir cet article chez Embruns par exemple](http://embruns.net/logbook/2007/11/12.html#005830). Pour le blogueur qui envisage d’une façon ou d’une autre de tirer un profit financier de son lectorat, il est primordial de garder à l’esprit que ce ne peut être la seule composante dans le contrat avec son “sponsor/client”, sous peine que son lectorat se sente (à juste titre) utilisé.

C’est le problème que j’ai avec les opérations de publireportage: il n’y a pas tellement de valeur là-dedans pour le lecteur. Le fait que le billet pour lequel le blogueur a été payé offre du “contenu de valeur” au lecteur est à mon avis une faible tentative de justification. Thierry relève d’ailleurs deux attitudes de blogueurs qui le confirment à mes yeux (même si ce n’est probablement pas deans ce sens-là qu’il les partage avec ses lecteurs: les justifications à n’en plus finir, et la tendance à enterrer les billets sponsorisés au plus vite.

> […] En tant que communicant je dois dire que je suis contre ses pratiques de “déversement de justifications” qui vont tuer le publi reportage…

> […]

> Ce qui est nuisible, c’est cette justification permanente

> ce qui est borderline : la justification

> Peu importe si c’est la version techcrunch, presse citron ou autre… tout ce que je lis concerne le saint lecteur, “je garderais mon intégrité” “je ne changerais pas mon ton” “j’en ferais pas beaucoup” “je ne te trahirais pas lecteur”….

Thierry Bézier, C’est super d’être honnête avec son audience… alors pourquoi ne pas l’être avec son sponsor ?

Je suis consciente que je sors un petit peu cette citation de son contexte. Thierry a raison d’être contre les justifications, mais peut-être pas pour les raisons qu’il donne. Il a raison d’être contre, parce qu’en général (au risque de faire de la psycho à deux balles) quand on ressent le besoin de se justifier encore et encore, c’est qu’on n’est pas tout à fait tranquille avec ce que l’on est en train de faire.

(On pourrait d’ailleurs retourner cette réflexion contre moi, et suggérer que cet article témoigne de mon malaise face au marketing expérientiel — c’est vrai, je ne suis pas 100% à l’aise avec l’idée. Reste ensuite à voir si c’est un souci légitime ou si c’est le fruit de mes angoisses personnelles internes et de mes sentiments de culpabilité souvent mal placés. Je penche pour la seconde. Du coup, le lecteur peut être assuré que je mets tout en oeuvre pour être certaine de ne pas “l’exploiter”, ça c’est sûr.)

> Je l’ais vu avec Monabanq par exemple, qui n’est pas un mauvais produit, avec des retours positifs d’expériences, qui a laissé une grande liberté d’expression… beaucoup de ces publis ont été publiés hier dans la soirée 18h-21h et même plus tard…. et le lendemain à midi?

> ben les billets ne sont pas en haut de page! très souvent ils ne le sont jamais et arrivent direct à la 2e ou 3e place et en fin de journée on ne les remarque plus, deux jours plus tard ils sont plus en home…

Thierry Bézier, C’est super d’être honnête avec son audience… alors pourquoi ne pas l’être avec son sponsor ?

A mon avis, si les blogueurs qui se font payer pour écrire des articles ressentent le besoin de se justifier à outrance, et ne sont pas à l’aise de laisser en haut de page ou bien en évidence ces “articles sponsorisés”, il y a un problème fondamental avec le modèle que l’on essaie d’appliquer.

Ce problème fondamental, pour être claire, c’est que le blogueur “vend” au client son lectorat, sans vraiment donner quoi que ce soit de valeur à celui-ci en échange. On a donc une situation où l’une des parties (au moins!) est “lésée” — je dis “au moins” parce que je pense qu’en fin de compte, le client l’est aussi. Le malaise dans la relation entre le blogueur et ses lecteurs va rejaillir (négativement) sur le client.

Le contrat est focalisé sur la publication et le lectorat. Le blogueur essaie de faire de l’argent “avec” le blog, au lieu de “parce qu’il a” un blog, ne tenant aucun compte du fameux [“Because Effect”](http://confusedofcalcutta.com/2007/07/08/prince-ly-returns-from-the-because-effect/).

Ce genre de pratique est vouée à l’échec, à long terme, car il est une simple tentative de transposer dans le monde des blogs, avec un faible déguisement pour tenter de faire passer la pilule, la fameuse “pub”. Je ne dis pas que personne ne peut se faire d’argent comme ça (ce n’est clairement pas vrai, et ça va continuer encore) — mais j’affirme par contre que ce n’est pas un modèle économique qui tiendra. Quand on parle de [la façon dont les blogs bouleversent la communication](http://climbtothestars.org/archives/2007/12/07/blogs-en-entreprise-un-peu-en-vrac/) (et donc le marketing et la pub), des *social media* (en anglais), il ne s’agit pas de payer des blogueurs pour écrire ses pubs à sa place et les servir à leurs lecteurs.

On se déplace par contre vers des modèles de collaboration entre vendeurs, blogueurs, et lecteurs qui sont beaucoup plus complexes, car ils prennent en compte une plus grande part de la richesse des relations humaines et des interactions sociales. Le marketing expérientiel en est un exemple — il y a d’autres formules à créer. Elles auront en commun deux des leçons fondamentales du [Cluetrain Manifesto](http://www.cluetrain.com/book/index.html) (au risque de me répéter, à lire absolument si ça n’est pas déjà fait, oui, même si “vous connaissez”):

– **il n’y a pas de marché pour les “messages”** *(“pas de marché” dans le sens où personne n’a activement envie de les écouter; et hop, ça règle le sort d’une bonne partie de la pub)*
– **nos décisions (d’achat, en particulier) se basent sur nos conversations humaines** plus que sur n’importe quelle opération publicitaire ou marketing.

J’en ai écrit bien plus que j’en avais l’intention. Je pourrais continuer encore, certainement, mais je crois que l’essentiel est dit. Si vous avez des questions sur ce que j’essaie d’expliquer ici, ou si vous n’êtes pas d’accord, les commentaires sont à vous!

Similar Posts:

Stowe Boyd on Experiential Marketing [en]

[fr] Quelques citations (audio et texte) de Stowe Boyd sur ce qu'il appelle "experiential marketing" (marketing expérientiel en français). J'ai eu quelques discussions récentes avec des clients pour des mandats de cette nature, et je prépare une page d'explications à ce sujet pour ma section Focus (pas encore en français, désolée). Si vous êtes curieux, manifestez-vous dans les commentaires, ça me donnera probablement l'occasion de parler de tout ça en français!

I’m preparing a page on *experiential marketing* for my [Focus series](/focus/), as I’ve been in discussion about this kind of work with a couple of clients lately. It’s a term/concept coined by [Stowe Boyd](http://stoweboyd.com/message/) (not to be confused with the related but different independently named experiential marketing you can read about [on wikipedia](http://en.wikipedia.org/wiki/Experiential_marketing)), so I dug around in his archives to see if he had blogged anything significant about it.

I found a few quotes in blog posts, but most interesting was this (http://blog.openbc.com/2006/04/the_comfy_sofa__2.html) in April 2006. Start listening just before the middle of the interview (the first half is about other stuff). Oh, and keep on listening after they’re done on the topic of experiential marketing — Stowe tells the story of why he wears a cap. 😉

It’s interesting to see how the idea evolved from the moment of this interview, just after he came up with the idea, and subsequent incarnations which he blogged about between then and now. Here are a few quotes I picked up:

> Experiential marketing — as an increasing social consciousness pervades the online marketing world, advertisers will realize that ads are becoming less effective, even when streaming and animated. One answer is what I am calling experiential marketing: individuals or groups will be solicited and directly compensated to try out products and blog or otherwise chronicle their use. With highly trusted advocates acting on behalf of the community these campaigns will become a mainstay of product marketing 2.0.

Stowe Boyd, 15.06.2006

>So, I will be posting on this “experiential marketing” project over the next few months, as I attempt to follow the advice of OpenBC’s staff and most knowledgeable users about how to achieve these aims, and I will examine everything involved: from the creation of a detailed profile, to developing a personal network, and the ins and outs of trying to use the system to accomplish real business goals. Because my goal is to spend more time in Europe, I am calling this the “More Europe” project.

>As I said, I will be candid and critical. If I think some aspect of OpenBC’s user experience is dumb, I will say so. If I start drowning in social spam, I will write about it. If I get no traction on my plan, I will chronicle that.

Stowe Boyd, 20.07.2006

> As I announced a few weeks ago, I am doing a new experiential marketing program for the folks at Blogtalkradio.com, one that entails me running a talk radio show. The first show was Thursday, and I had a great time interviewing Ted Rheingold of Dogster about Online Community (see /Talkshow Tomorrow: Ted Rheingold of Dogster on Online Community).

> I started using the term experiential marketing a few years ago, in a project I was doing for GoToPC, and then again last year in the “More Europe” project for OpenBC (now Xing). The premise is that true understanding of a product or service can’t be gained from a half-hour demo: it requires hours, and perhaps weeks of use.

> In this project I will be running a web-based talk show relying on the Blogtalkradio.com technology platform. Along with doing the show, I will be writing up my experiences with the software, recommendations for its improvement, and guidance for others trying the software.

Stowe Boyd, 14.04.2007

More details on all this when I put the Focus page online!

Similar Posts:

Bad Sector in Memory [en]

[fr] Je recherche un billet sur lequel je n'arrive plus à mettre la main, qui disait (ou en tout cas me faisait penser) que le blogueur-consultant qui fait du "consulting gratuit" sur son blog par moment (critiquant tel ou tel service) est en fait en train d'encourager ses clients potentiels à lui donner un mandat avant qu'il ne l'ouvre en public (enfin, si son blog est assez connu), puisque son feedback sera ainsi traité en interne.

Quelqu'un voit lequel c'est?

Maybe you can help me. I read this recently but unfortunately did not file it in either my [shared reading items](http://www.google.com/reader/shared/09081754150283874260) or my [del.icio.us links](http://del.icio.us/steph). It was a piece, written by a blogger who is also a consultant (I thought it was [Euan](http://theobvious.typepad.com/blog/) or [Stowe](http://stoweboyd.com/message/), but I can’t find the post on either of their blogs)), which basically said that one possible (perverted?) effect of giving “free consulting” on one’s blog (like I’ve done a [couple](http://climbtothestars.org/archives/2006/02/26/femina-une-promesse-de-blog/) of [times](http://climbtothestars.org/archives/2006/11/12/blogs-et-politique-ca-bouge/)) is that if your profile as a blogger is high enough, it could be an incentive for prospective clients to bring you in before you start blogging about their flaws/faults in public.

This was based on the realisation that as a blogger/consultant, one tends to not be so public about stuff the client has to improve, as the input goes to them internally and gets treated there. I’ve clearly noticed that [since I’ve been working for coComment](http://climbtothestars.org/archives/2006/04/13/im-working-for-cocomment/).

So, can anybody tell me where I read this? What is my source?

Similar Posts:

Comment faire connaître un cours sur les blogs en Suisse Romande? [en]

Voilà une question qui nous taraude depuis quelque temps, [Anne Dominique Mayor](http://annedominique.wordpress.com) et moi-même, ainsi que le responsable de [Romandie Formation](http://www.romandieformation.ch/index.lasso?ID=1).

Nous avons un joli [cours sur les blogs](http://www.romandieformation.ch/index.lasso?ID=14&Course=2318), destiné aux patrons (ou responsables communication) de PME, qui aura lieu dès septembre (le 6 et le 13, pour être précise). Mais comment le remplir? Comment le faire connaître? Nous avons organisé [une séance d’information en juin](http://mjjones.net/mjj_blog/index.php/site/les_blogs_effet_de_mode_ou_revolution/), mais même là, difficile de remplir la salle.

Pour le moment, quand on dit “blog” aux gens, leur réaction est souvent de l’ordre “beurk, non, j’ai pas besoin d’un journal intime en ligne, ça va pas la tête!” Quand on a une chance d’expliquer, là, tout d’un coup, ils sont beaucoup plus intéressés.

Laissez-moi le répéter encore haut et fort: le blog est une technologie, une (des!) culture(s), une machine à ouvrir le dialogue. Ce n’est pas un journal intime. Il *peut* être utilisé pour faire un journal intime en ligne, mais ce n’est qu’une des nombreuses utilisations possibles de cet outil.

Il peut être utilisé pour faire une “page de news” dopée afin de faire passer des infos aux clients. Il peut être utilisé à l’interne, pour mieux communiquer, collaborer, et stocker l’information utile pour l’équipe. Il peut être utilisé “dans l’autre sens”, c’est-à-dire qu’on peut écouter ce qui est dit de notre produit ou service, [comme Robert encourage Nestlé à le faire](http://scobleizer.wordpress.com/2006/07/10/the-next-web-is-the-human-web/), et comme [je le fais](http://climbtothestars.org/archives/2006/04/13/im-working-for-cocomment/) pour le service [coComment](http://cocomment.com).

Le blog est peu cher, prend certes du temps, mais nous offre une prise directe sur ce que l’on montre sur la toile, et un vrai canal de communication avec “l’extérieur”. Les personnes que j’assiste dans la mise en place de leur blog sont en général bluffées par la simplicité de la publication. C’est *vraiment* facile, pas juste “facile-pour-informaticiens”. On veut changer une virgule, rajouter une phrase? Pas de problème. Inutile de déranger le webmaster pour cela.

Je sais qu’un tel cours (et d’autres, on est déjà en train de comploter) a sa place, mais je me demande si on n’est pas un peu tôt… Et vous, qu’en pensez-vous? Un cours comme celui-ci vous paraît-il adapté? Et éternelle question, comment aider ceux qu’il pourrait intéresser à nous trouver?

Je suis bien consciente que ce billet (que j’ai envie d’écrire depuis plusieurs semaines), publié alors que [24heures parle de blogs et de “yours truly”](http://www.24heures.ch/vqhome/edition/ls/blogs_200706.html), et que [les employeurs de la Petite Anglaise viennent de se ridiculiser en la virant à cause de son blog… bien inoffensif](http://maitre.eolas.free.fr/journal/index.php?2006/07/18/404-petite-anglaise-viree-pour-son-blog “Maître Eolas est en pétard.”), c’est déjà un premier bout de réponse à la deuxième question…

PS: si jamais, messieurs-dames journalistes et autres, c’est Stephanie sans accent. J’ai des origines britanniques et comme c’est à peu près le seul endroit où ça se voit, j’y tiens 😉

Similar Posts: