Facebook: comment rendre public un statut pour qu’il puisse être partagé [fr]

[en] Archive of my weekly French-language "technology advice column".

Ma newsletter hebdomadaire “Demande à Steph” est archivée ici pour la postérité. Chaque semaine, un tuyau ou une explication touchant à la technologie numérique, ou une réponse à vos questions! Inscrivez-vous pour recevoir directement la prochaine édition. Voici l’archive originale.

L’idée de la semaine pour inaugurer cette newsletter: comment rendre public un statut facebook afin que nos amis puissent le partager plus loin.

C’est très utile pour les petites annonces: un meuble à donner, un appartement à remettre, un chat perdu — mais aussi pour les recherches, les demandes: “est-ce que quelqu’un sait si…”, “connaissez-vous quelqu’un qui…”).

Une chose qui nous échappe souvent quand on poste ce type de demande ou d’annonce, c’est qu’un statut visible pour “amis seulement” ne sera jamais visible en dehors de notre cercle d’amis, même si il est partagé. Imaginez, si nos statuts privés étaient à la merci d’un partage maladroit!

Du coup, on voit souvent des messages avec “merci de partager”, mais qui sont limités aux amis de la personne qui poste. C’est dommage! (On peut les partager, mais ils seront invisibles à quiconque n’avait pas déjà le droit de les voir sur le profil d’origine. Selon les cas, ceci donne lieu à la fameuse “pièce jointe indisponible” que vous avez déjà certainement croisée ici ou là dans des groupes Facebook.)

Chacun de vos statuts indique, à côté de l’heure (et du lieu), qui peut le voir. Celui-ci n’est par exemple visible que pour mes amis:

Et celui-ci est public. C’est ça qu’on veut voir quand on fait un statut à partager:

Souvent, on publie d’abord le statut, puis on se rend compte qu’il n’est pas public. Pas de panique! Il n’est pas nécessaire de l’effacer et d’en republier un. On peut changer la visibilité de n’importe quel statut Facebook, même longtemps après sa publication:

C’est bien sûr aussi possible sur le téléphone:

Et voilà pour aujourd’hui!

Comme on démarre tout juste, ça m’intéresse vraiment d’avoir vos retours. Il suffit de laisser un commentaire:

  • est-ce que ces infos vous sont utiles, ou bien vous saviez déjà?
  • est-ce que l’explication est claire, trop longue?
  • avez-vous une question à laquelle vous aimeriez que je réponde une prochaine fois?

Similar Posts:

Newsletters in 2016 [en]

[fr]

Réflexion sur les newsletters en 2016 et le rôle qu'elles peuvent jouer. Méditations sur les blogs, leur désenchantement, Facebook, et Twitter. Je pense qu'il y a un potentiel avec les newsletters de retrouver un sentiment de communauté restreinte et de connexion qui s'est un peu perdu en route avec notre immersion perpétuelle dans notre propre réseau.

Prêts à tenter l'aventure avec moi? Voici mes newsletters, faites votre choix:

For years now, I’ve been thinking about using newsletters better. Or simply, using newsletters. Until recently all I had was a pretty dead newsletter on MailChimp — and the ability for my readers to subscribe to CTTS blog posts and a weekly dump of all the links I save to Delicious.

MailChimp is a powerful tool, probably overkill for me, and I never really managed to ease myself into its process. Sending out an e-mail is dead simple, but sending out my newsletter felt like more work than cranking out a blog post.

Sunset

Two tools caught my eye over the last year: Revue and TinyLetter (acquired by MailChimp, what a coincidence!)

Revue is designed to help you send out curated lists of links. TinyLetter is a barebones newsletter tool, just what I need.

I’ve been trying to analyse my recent excitement for newsletters over the past days. Like others, I’ve been grieving what I think of as the golden age of blogging. I stumbled upon Tiny Letters to the Web We Miss, which I think hits the nail on the head:

Self-publishing online was fluid and inviting in the early years because the community was self-selecting — the sort of people who would know what Blogspot was in 2003. I didn’t worry about my boss finding my blog. I didn’t worry about getting rape threats in the comments either. (Just thinking about how absurd that sentence would have sounded in 2003 is giving me a crater-sized hit of nostalgia.) We didn’t have the same worries over public personas, because the internet felt like it was just us.

Blogging before social media was like drinking with friends. If someone adjacent to your conversation said something interesting, you would pull up a chair and invite them in. Sometimes a friendly stranger would even buy you a drink.

Everybody is here now, it’s not “just us” anymore.

This reminds me of In Praise of Online Obscurity by Clive Thompson, which I wrote about in 2010. At some point of growth, your “community” dissolves into an “audience” (on Twitter, on blogs) or a “network” (on Facebook). Engagement drops. People retreat.

Once a group reaches a certain size, each participant starts to feel anonymous again, and the person they’re following — who once seemed proximal, like a friend — now seems larger than life and remote. “They feel they can’t possibly be the person who’s going to make the useful contribution,” Evans says. So the conversation stops. Evans isn’t alone. I’ve heard this story again and again from those who’ve risen into the lower ranks of microfame. At a few hundred or a few thousand followers, they’re having fun — but any bigger and it falls apart. Social media stops being social. It’s no longer a bantering process of thinking and living out loud. It becomes old-fashioned broadcasting.

This dynamic is behind the somewhat counter-intuitive fact that more followers on Twitter does not mean more influence, and that getting a boost in followers through presence on a list doesn’t mean more retweets or replies.

Already at the time of my 2010 article, this was how I analysed what had happened to blogging:

I think that this is one of the things that has happened to the blogging world (another topic I have simmering for one of these days). Eight-ten years ago, the community was smaller. Having a thousand or so readers a day already meant that you were a big fish. Now, being a big fish means that you’re TechCrunch or ReadWriteWeb, publications that for some reason people still insist on calling “blogs”, and we “normal bloggers” do not recognize ourselves anymore in these mega-publications. The “big fish” issue here is not so much that formerly-big-fish bloggers have had the spotlight stolen from them and they resent it (which can also be true, by the way), but more that the ecosystem has completely changed.

The “blog-reading community” has grown hugely in numbers. Ten years ago, one thousand people reading a blog felt special because they were out-of-the-mainstream, they could connect with the author of what they read, and maybe they also had their own little blog somewhere. Nowadays, one thousand people reading a blog are just one thousand people doing the mainstream thing online people do: reading blogs and the like. The sense of specialness has left the blogosphere.

So there you have it. We “lost” something when the internet went from “just us” to “everyone”: part of our sense of community. People reading my blog don’t feel special anymore. I don’t even feel that special anymore for writing it. Blogs aren’t special. Numbers have declined, and I’m sure it’s not just due to the fact I’m slipping into old-fartdom and neglecting my beloved blog to romp in the bushes with Facebook.

The place where we go to connect online is Facebook, or Twitter, or Google Plus. We spend our time in real-time, and head out to read this or that when a link nudges us. We might be part of communities inside Facebook groups, or small delimited spaces, but overall we are spending our time just hooked into our network.

When I was directing the SAWI Social Media and Online Communities course, I read this article by Rich Millington about the distinction between communities and followings. I formalised a three-way distinction for my classes in the following way.

Audiences: around non-social products, bloggers, authors, politicians, salespeople, “fame”

  • attracted by you
  • interact with you
  • not interlinked
  • large scale

Networks: to filter information, connect people, search

  • individual relationships
  • two-way
  • interlinked
  • each node is its own centre

Communities: “a group of people who care about each other more than they should” (Cluetrain)

  • common object of interest
  • interactions inside the group
  • human-sized
  • investment of time, emotion, ego
  • around social objects and niche services

A few years later (and even as I was using it to teach), it’s clear this typology is a bit wobbly, and many spaces are hybrids. But it remains a useful thinking tool.

When I discovered Twitter, I was spending most of my online time on IRC. I remember that one of my first strong feelings about Twitter was that it felt a bit like an IRC channel which had all the people I cared about and only them in it. (I spent my first few days/weeks on Twitter frantically recruiting.) They didn’t all know each other, and didn’t realise they were rubbing shoulders in “my” room, but for me, it was really as if I had managed to invite everybody to my birthday party.

That’s the network.

Facebook entered my world, and the same thing happened. Life online became more and more about the network. And as the network grew (and grew and grew), all our time and attention poured into it. It’s great to have a place which is populated nearly only by people you know and care about. Facebook does that for you.

Who wants to hang out in blog comments when there is Facebook and Twitter?

As you can see, I’m thinking out loud in this rambly, slightly contradictory blog post. If you can synthesise all this better, definitely have a go at it (in the comments or on your blog — link back!) I can’t quite wrap my head around all this, I feel like I’m still missing a piece.

Back to newsletters.

What newsletters definitely have chance of bringing back is this feeling of small scale. When I write a blog post, like this one, I’m not writing it for a dedicated group of readers anymore. I know you’re still out there, of course, all three of you who actually follow my blog ;-), but I’m also very much aware that I am writing for a whole pile of strangers who will stumble her after a google search. I am writing for everyone.

Email can be very personal. It goes from private space to private space (the inbox). It definitely feels more personal to write than a blog post. But it’s funny, in a way, because this post is going to reach some of you by email, and newsletters are often archived publicly on the web. There shouldn’t be a difference, right?

But there is, because the medium or tool you use really changes the way you express yourself and connect. “Email first” or “web first” does not produce the same writing.

So let’s see what happens with this newsletter experiment, OK? Take your pick and subscribe to:

And seriously, I’m really looking forward to your comments on all the stuff I’ve talked about here.

Similar Posts:

Tentatives de Periscope [fr]

[en] First thoughts on trying to use Periscope to show you things around Kolkata.

C’est le reportage de Nicolae Schiau sur le voyage des réfugiés à travers l’Europe qui a remis Periscope sur mon radar. Dans une vidéo qui n’est malheureusement plus en ligne (Periscope fait dans l’éphémère, les vidéos tournées disparaissent après 24h), le reporter nous faisait visiter l’abri de protection civile (enfin, ça ressemblait à ça) où il se trouvait avec une foule de réfugiés désirant rejoindre l’Allemagne.

Mes souvenirs m’ont ramenée à Seesmic, peut-être trop précoce — on n’avait pas tous un smartphone à cette époque. La vidéo-séquence, sans montage, à la qualité douteuse, mais qui montre ou dit quelque chose directement. Prête-moi tes yeux que je voie.

Je me suis dit que mon séjour en Inde serait une excellente occasion de jouer un peu avec Periscope: montrer le quotidien, la rue, les gens.

Pas si simple en pratique. Il fait tout de même encore chaud la journée, et la lumière baisse vers 16h. Les magasins ouvrent à 17 pour le soir. Le matin, je dors souvent — ou alors, si je suis debout tôt, c’est souvent que la nuit a été mauvaise. Mais c’est vrai que ce serait le meilleur moment pour sortir.

Après, il faut idéalement avoir des choses à dire quand on montre. Du coup, on oublie la vidéo faite subrepticement pendant les courses ou une sortie quelconque. Il faudrait sortir exprès. Pas évident — comme j’aime à le dire, l’Inde me pousse vers le minimum d’effort, on se fatigue assez sans le chercher. Mais demain, par exemple, je vais à pied à mon cours de Hindi — ce serait peut-être l’occasion, si je pars un peu plus tôt. On verra.

L’autre truc “pas si simple” c’est si on veut sauvegarder ces vidéos pour visionnage futur. Periscope nous propose très sympathiquement d’enregistrer nos vidéos sur notre smartphone, mais malheur de misère, il les sauvegarde toutes en format vertical, même si on a filmé à l’horizontale (une option maintenant officiellement possible pour Periscope). Et retourner une vidéo, ce n’est pas comme retourner une photo.

Quicktime permet de faire ça assez facilement: ouvrir la vidéo, la faire tourner de 90°, enregistrer une copie. Seul hic: la date de la vidéo originale est perdue. J’ai donc ensuite dû m’amuser dans Lightroom à changer manuellement la date de chacune des 20+ vidéos que j’ai à ce jour dans ma collection (ça m’a été utile de pouvoir utiliser Photos d’Apple pour visualiser les dates, plus pratique que de naviguer sans cesse entre les dossiers dans Lightroom). Maintenant, je suis en train de mettre tout ça sur YouTube.

Il y a quelques vidéos sympas de ma visite du “village” (banlieue, plutôt) de Purnima, Sonarpur, avec les filles Palawi et Kusum. Vous pouvez même m’y entendre tenter de parler un peu de Hindi très rouillé (je n’ai trouvé quelqu’un pour faire des cours de conversation que ce week-end dernier).

Note: à l’heure où je publie, les vidéos sont encore péniblement en train d’uploader… Suivant quand vous lisez cet article, certains risquent de ne pas être en ligne ou de ne pas être dans la playlist. Il y a 23 vidéos en tout.

Similar Posts:

Ingress: apprendre à glypher et éviter la pénurie de résonateurs [fr]

[en] On the importance of learning to glyph correctly, and how to avoid running out of resonators (4, 5, 6) while keeping your stocks low, thus freeing space for more interesting items.

Je joue toujours à Ingress. L15 en vue, mais nécessité de lever un peu le pied pour cause de vilaine bursite à l’insertion du tendon d’Achille. (“Ça pourrait être un facteur déclenchant,” m’a dit mon médecin quand je lui ai dit combien je marchais.)

Bref. Je profite donc de faire un peu “d’Ingress canapé” (cf. les “armchair anthropologists” et consorts) pour vous régaler d’un ou deux conseils.

Premier conseil: glyphez. Je veux dire, apprenez à glypher (et pas avec cette saleté d’overlay glyphe-triche sur Android dont certains tentent de rationaliser l’utilisation; c’est de la triche, faites pas).

imperfect truth accept complex answerAlors je sais, c’est facile à dire, “apprenez à glypher,” mais concrètement? J’entends souvent “je glyphe pas parce que j’arrive pas.” Mais pour apprendre, il faut justement passer par cette phase où on essaie et on n’arrive pas. A force de s’entraîner, ça finit par rentrer, et on arrive même à faire “imperfect”!

Perso, je vous encourage à faire un peu confiance à votre cerveau et aux processus d’apprentissage naturels. Si vous commencez à jouer, mettez-vous-y tout de suite. Au début, vous allez regarder les glyphes se dessiner sur l’écran, et être incapable de reproduire quoi que ce soit. Ce n’est pas grave. Ce qui est important, c’est de bien regarder la correction et les noms de glyphes qui apparaissent.

Les glyphes ont un sens, et les phrases aussi, ce qui rend leur mémorisation à court terme facile, une fois qu’on connaît les noms des glyphes. Il y a des couples de glyphes complémentaires comme “create/destroy” ou “past/future” dont la forme graphique exprime le lien sémantique.

Si les phrases sont trop longues, tentez de retenir le premier glyphe — puis les deux premiers, etc.

Mais pourquoi se donner toute cette peine? Glypher apporte des bonus de matériel conséquents. Pas juste un ou deux items, mais carrément (si on glyphe sur des P8) l’équivalent de 3 ou 4 hacks. En moyenne, pendant une ferme, on arrive à 13 items par hack en glyphant. On voit tout de suite les implications… (Difficile de jouer sans matériel.)

Si on veut s’entrainer pour être en forme pour sa prochaine ferme, il y a des applications d’entrainement comme Glypher. La vitesse ne fait pas de grande différence au nombre d’items obtenus — il vaut donc mieux y aller lentement mais sûrement qu’essayer de battre des records et rater ses glyphes.

Savoir glypher est aussi important pour ne pas vous retrouver en pénurie de résonateurs. J’entends souvent des joueurs dire qu’ils n’ont plus assez de résonateurs de niveau 4 ou 6 (généralement ceux de niveau 5 ça va, vu qu’on hacke du 5 quand on joue seul).

Si on glyphe confortablement, non seulement on ne se retrouve quasi jamais à sec, mais en plus, on peut se permettre de tourner avec un stock minimal de résonateurs 4, 5 et 6 dans son inventaire, libérant ainsi de la place pour des items plus intéressants (comme des XMP, au hasard). Personnellement, je tourne avec entre 20 et 30 résonateurs 4 et 5, et un peu plus de 6 si je peux, 30-50, vu que je joue souvent solo. Mais je suis souvent à moins. Il est complètement inutile de se balader avec 100 résonateurs de niveau 5 dans son inventaire.

Comment je survis?

Déjà, il faut connaître le “truc” pour obtenir des résonateurs de niveau 4: déployer 8 7 6 6 5 5, puis hacker (en glyphant bien sûr). A ce stade du déploiement, le portail est de niveau 4, et on obtient donc des résonateurs 4. Qu’on peut ensuite déployer pour compléter le portail.

Le désavantage ici, c’est qu’on ne peut pas continuer à avancer, si on veut déployer proprement. Ça nous ralentit donc. Une alternative est de compléter le portail avec deux résonateurs de niveau 1, ce qui permet de continuer à marcher et de les upgrader une fois qu’on a fini de hacker le portail.

Pour les résonateurs de niveau 6, il faut être à l’affût des portails incomplets capturés par un autre joueur. Avec un 8 ou un 7 en place, on fait du 6. Quand je commence à être à court de résonateurs 6, il me suffit de croiser 3-4 portails ainsi que je peux “monter en 6” pour me refaire un peu mon stock.

De façon générale, je garde toujours un oeil sur mon stock de résonateurs quand je joue. S’il est haut, je n’ai pas besoin de glypher et je peux donc jouer plus “vite” si je le désire. S’il est bas, je glyphe soigneusement.

Similar Posts:

Hangouts: Watch Me Run Screaming From Dark Green Conversation Bubbles [en]

[fr] Vous avez vu la nouvelle version de Hangouts pour iOS? Texte blanc sur fond vert, donc lisibilité décrue, pour le texte de votre interlocuteur. Révolte! Je reviens à la version précédente...

I’m generally pretty good at dealing with my internal resistance to change when it comes to upgrading software. I know that we get used to a lot of things.

But Google have crossed the line with their new iOS version of hangouts. So, for the first time in my life, I’m actually downgrading the recently upgraded apps on both my iPhone and my iPad. I know it’s not a permanent solution, but maybe somebody at Google will realise that reading white text in a dark green bubble set against a light background makes for a rather unpleasant reading experience.

A picture is worth a thousand words, so head over to this review with screenshots to see what I mean (the one below is lifted from there). Sure, it’s pretty, but what about readable?

old vs new Hangouts

The old version of hangouts served similarly contrasted text for the whole conversation:

  • your interlocutor’s words on a white/light background, with dark text
  • your words in the same text colour but on a light green background, so slightly less contrast (you don’t read your words that much… right?)

Compare to now:

  • your interlocutor’s words are white text on a dark green background, set against the light background of the app (reminder: this is the text you’ll be reading all the time)
  • your text is dark on a light background

WTF?!

Inverted color schemes are less legible.

Too much contrast hurts legibility as much as not enough can. (Yes, the page is old and ugly.)

Check out some research:

From these results, one can say that contrast affects legibility, but unfortunately, it does not seem to be as simple as high contrast being better than low contrast. In the main experiment, GN/Y had the fastest RT’s, and in the control experiment, medium gray, and dark gray had the fastest RT’s. In neither experiment did the BK/W condition show the fastest RT’s. These results show that these participants had faster response times when more median contrasts were used. These results supported Powell (1990), who suggested avoiding sharp contrasts, but did not fully support Rivlen et al. (1990), who suggested maintaining high contrast.

According to a manual by AT&T; (1989), the direction of the contrast (dark on light, or light on dark) might also affect legibility. When light text is placed on a dark background the text may seem to glow and become blurred; this is referred to as halation, and it may make the text harder to read. Some evidence for an effect of halation was found in the current experiment.

(via Coding Horror)

You’d think they would have paid more attention to readability for an app many people (myself included) spend pretty much all day using. How did this get out of the door? And why is it still out there?

Give me a sec while I go grab my pitchfork, I’ll meet you down in the street.

Mood: horrified.

Similar Posts:

Fouiller dans ses publications Facebook [fr]

[en] So late to the game... just realised that I can easily search my posts on Facebook now by typing things like "my posts about slack" in the search bar.

Ça date, donc j’ai vraiment trois trains de retard, mais si jamais vous êtes dans le même train que moi, voici la bonne nouvelle: on peut faire des recherches dans ses publications Facebook. Et d’après mes premiers tests ça semble marcher pas mal.

Dans la barre de recherche Facebook (que vous utilisez déjà tout le temps, n’est-ce pas?), il suffit de taper l’objet de votre recherche en langage naturel. Exemples:

  • “my posts about skiing”
  • “Stephanie’s photos about Quintus”
  • “my links about slack”

Allez, je retourne me donner des coups de pieds de n’avoir pas réalisé ça plus tôt. Assez impardonnable.

Similar Posts:

Comment démarrer un groupe Facebook [fr]

[en] This is how I go about creating Facebook groups.

Pour créer un groupe Facebook, un tout petit peu de préparation peut être utile. Ce n’est pas nécessaire, mais s’assurer un bon départ peut éviter des problèmes par la suite.

Personnellement, avant de me lancer, j’en parle un peu autour de moi. J’ai généralement parmi mes amis un certain nombre de personnes que je pense inclure dans le groupe, alors je prends la température. Qui est intéressé, qui ne l’est pas?

S’il y a des décisions à prendre concernant le groupe (fermé, public, secret? quel cadre précisément?) j’en discute aussi, même si en fin de compte je fais le choix qui me paraît le plus juste, sans forcément me rallier à la majorité des gens consultés (c’est mon style, d’autres personnes fonctionnent différemment).

Je prépare ensuite deux choses:

  • le texte de description du groupe
  • le texte d’une première publication où j’invite les gens à se présenter

Je réfléchis bien à comment je tourne ces deux textes. Sans faire une “charte” ou une liste directive d’interdits et d’autorisés, j’essaie de communiquer subtilement mais clairement l’esprit du groupe. J’en reparlerai dans mon prochain article sur la modération, mais je crois qu’on va beaucoup plus loin avec des principes directeurs qu’avec des règles rigides.

Sans prétendre qu’il est parfait, voici par exemple le texte descriptif du groupe pour indépendants Going Solo:

Ceci est un groupe pour indépendants, micro-entrepreneurs, auto-entrepreneurs et autres professionnels travaillant “solo”.

Dans l’esprit de la conférence Going Solo, tenue à Lausanne en 2008, créons un espace pour discuter de nos préoccupations de “propre patrons”! Organisation et productivité, gestion des relations client, développement de son business, coworking, compta…

Quels sont les challenges et difficultés auxquels vous faites face? Quelles sont les solutions créatives que vous avez trouvées et qui pourraient être utiles à d’autres?

Le premier article, je le prépare avant d’ouvrir le groupe afin de pouvoir le poster immédiatement. On ne peut pas ouvrir un groupe sans y inviter quelqu’un! Ce fil, qui sera important au début mais beaucoup moins par la suite, doit ouvrir à la discussion et tenter d’éviter le piège habituel des présentations: le CV et la carte d’identité. En général je pose une ou deux questions, invitant les membres du groupe à s’ouvrir un peu — et je rédige ma propre présentation pour montrer l’exemple.

Ensuite, il s’agit d’ajouter des membres au groupe. Je commence petit, 5-6 max, avec des gens que je connais et en qui j’ai confiance pour donner le bon “ton” au groupe. Quand je les invite, je m’assure qu’ils sachent avant de se retrouver ajoutés au groupe de quoi il en retourne (= je discute avec eux avant pour leur expliquer le groupe et vérifier qu’ils veulent en faire partie!) Je leur demande aussi (explicitement) de se présenter en réponse au premier article, s’ils ne le font pas spontanément.

En parallèle, je commence à mettre un peu de contenu. Dans le groupe des plantes, je vais mettre des photos des miennes et peut-être partager une interrogation si j’en ai. Dans un groupe avec une équipe d’étudiants, je vais mettre quelques liens vers des articles utiles. Il ne s’agit pas d’inonder le groupe avec du contenu, mais de poster 2-3 choses “dans le sujet”, pour que le groupe ne soit pas vide et également pour “donner le ton”.

Pour éviter d’être la seule personne à poster dans son groupe, il faut (au début) aussi inciter son entourage à poster. Surtout, ne pas faire ça en faisant la tournée des “tu aurais pas un truc à poster dans le groupe?” Il faut que ça reste organique. Quand je discute de quelque chose avec quelqu’un, et que c’est quelque chose qui pourrait aller dans le groupe, je dis: “oh, tu pourrais faire un article dans le groupe à ce sujet, comme ça on en discute là et les autres en profitent aussi!”

Une fois que la “base” est en place (une première poignée de membres, quelques articles), je commence à ajouter d’autres personnes. Ça peut se faire assez vite, dans les heures qui suivent. Ça dépend de la réactivité et de la disponibilité des gens. Si le groupe a un rythme plus lent, on étalera un peu plus dans le temps, sous peine de se retrouver avec un groupe qui compte 5 personnes ayant un peu participé et 30 nouveaux qui n’ont même pas encore eu le temps de dire bonjour.

Voilà! Le prochain article de la série portera sur l’art de la modération, ou comment faire en sorte qu’un groupe ne vire pas (trop) au bordel.

Similar Posts:

Une éloge des groupes Facebook [fr]

[en] An introduction to Facebook groups and why I think they are great collaborative spaces.

Ce n’est pas un secret, j’adore les groupes Facebook. J’en ai démarré plusieurs et rejoint encore d’autres.

Je n’ai pas toujours été fan. J’ai connu les vieux groupes Facebook pas pratiques du tout, et j’ai vu arriver les groupes “nouvelle version” avec le scepticisme d’une vieille routière des nouvelles fonctionnalités “qui vont changer la vie” dans les médias sociaux.

Eh bien j’avais tort. Le groupe Facebook est une formule extrêmement efficace pour échanger et collaborer en ligne, que ce soit sur des choses sérieuses ou moins sérieuses.

D’abord parce que “tout le monde est déjà sur Facebook de toute façon”, donc pas besoin de persuader les gens d’ajouter un nouveau compte à leur collection, un nouvel endroit où trainer, une nouvelle interface à maîtriser.

Facebook, on connaît, les notifications pour le groupe arrivent au milieu de toutes les autres, on pense donc à y aller, on voit quand on nous répond, on voit quand on nous interpelle. C’est efficace.

Les sujets actifs remontent en haut de la page, donc quand on revient sur le groupe, on voit tout de suite où est l’action. Partager une photo ou une vidéo est simple comme bonjour (enfin si on connaît déjà Facebook), et ça marche depuis l’ordinateur, la tablette ou le mobile.

Les groupes peuvent être ouverts (tout le monde peut en voir le contenu, comme mon groupe “petite plantes”), fermé, c’est-à-dire que tout le monde peut voir le groupe, ses membres, sa description mais non pas son contenu (comme le groupe pour indépendants Going Solo), ou secret — à moins d’y être invité, impossible de savoir que le groupe existe. Si on va sur la page du groupe sans être membre, Facebook nous dit “passez votre chemin, y’a rien à voir ici”.

En ce qui me concerne, l’essentiel de mon activité sur Facebook se passe dans des groupes.

Prochain article sur le sujet? Comment démarrer un groupe Facebook.

 

Similar Posts:

Somewhere: Better Than LinkedIn [en]

[fr] Somewhere, c'est bien mieux que LinkedIn.

It’s no secret that I’m not a fan of LinkedIn. Sure, it’s a good place to keep your resumé up-to-date (paper? are you kidding?) and display your network (though Facebook and Twitter do that very well too).

I know some people get a lot out of LinkedIn, but it never clicked for me. I find it dry and boring.

I bumped into Somewhere yesterday, through Stowe‘s article on GigaOm: Somewhere is the LinkedIn for the new way of work. I’d say Somewhere is the beautiful bastard child of LinkedIn, Pinterest, and a blog.

Somewhere profile sbooth

It’s very visual. Basically you share information about your work life/profile in 250 character snippets accompanied by a photo. Your profile looks like a collection of cards (here is my profile). You can imagine what a challenge this is for me. I usually don’t even illustrate blog articles, and my work in general isn’t very visible. Most of the time it took me to add my first two “sparks” (that’s what the cards are called) was figuring out which photo to use and digging it out.

But the principle is great. And I think it’ll be of particular interest to freelancers. Right?

You should try it out. I have an invite code (J0rMyZH2) but it seems to not work (let me know if it does). Otherwise you can head over to Swiss Miss who has a working signup link in her article.

Now I just need to figure out how to change that frowny profile photo I initially picked.

Similar Posts:

Echapper aux notifications Facebook des conversations groupées [fr]

[en] How to mute a facebook chat with lots of people in it. Sometimes those notifications get a bit out of hand, don't they?

Si vous utilisez Facebook autant que moi, vous vous retrouvez probablement de temps en temps dans des chats “à plusieurs”. Voire “à beaucoup”. Et comme vous avez activé les notifications en cas de message privé, à chaque fois que quelqu’un dit un mot dans le gros chat commun, votre téléphone s’affole ou votre ordinateur bipe.

La solution radicale: quitter la conversation. Quasi tout le monde sait faire ça. Mais des fois on ne veut pas quitter la conversation. On veut rester dedans, mais on ne veut pas être prévenu en super-priorité quand quelqu’un dit “:-)”.

Sachez, mesdames et messieurs, qu’on peut couper le son à la conversation. En anglais, c’est “mute conversation” — quelqu’un me dit ce que c’est en français? C’est dans le menu “roue dentée” juste au-dessus de “quitter la conversation”. Oui, je vous fais un dessin:

Mon%20chat%20m'a%20domestiqu%C3%A9(e).%20Et%20j'aime%20%C3%A7a.

Voilà, en espérant que ce sera utile à certains!

Similar Posts: