The Problem With Being an Early Adopter [en]

[fr] A force de grimper dans le train super tôt (et d'y rester), j'ai des fois l'impression de rater le train suivant, plus rapide, où s'installe la majorité des gens. Est-ce que tous les pionniers sont condamnés à devenir un jour des has-been?

I’m an early adopter. Not as early as some, but much much earlier than most. And I’m a quick adopter: once I’ve adopted something, I tend to use it a lot. I also stop looking, when I have a tool that does the job. I try to behave a bit more like a satisficer and a little less like the maximizer that I am deep down inside.

One of the problems with being a pioneer/early adopter is that you tend to remain stuck with the first versions of things, and miss out the second wave implementations.

I open a francophone coworking space in 2008, relying on the anglophone coworking community for support, and when I come out from under my rock in 2012 I realize that there is a whole world of francophone coworking that has grown in the time being.

I’ve been using WordPress forever, but completely missed the switch to automatic updates — because I’ve been doing it by hand for so long that setting up FTP on my server seems like too much overhead.

I’ve been running my own server for a long time, and it was recently brought to my attention that Linode existed (thanks Bret).

I’ve been using Google Docs forever too, and the other day I discover Hackpad, and realize that maybe I’ve stopped being cutting-edge.

Is this what happens? Do all early adopters turn into has-beens at some point?

Similar Posts:

Personal, Social, and the Shortcuts [en]

[fr] Je me demande si toutes ces fonctionnalités pour nous "simplifier la vie" dans notre utilisation "sociale" des outils ne vide pas partiellement ceux-ci de leur "socialité".

Yesterday, as I was gathering the links to the posts of the other #back2blog challengers (bloody hard work if you ask me), I remembered that I had left a comment on one of Delphine‘s posts.

I’ve been leaving quite a few comments on blog posts since the challenge started. Often, with “modern” blogging tools, you can check a little box to receive an e-mail alert when somebody responds to your comment. (Not on this blog. I run WordPress, but my server doesn’t send e-mail.)

It’s nice, because it relieves us of having to remember that we left a comment, and if conversation erupts (reward!) we will be informed.

Having to remember I had left a comment at Delphine’s reminded me of the time before RSS readers were popular, before coComment, before Facebook Connect, before WordPress even. Everything was much more “manual”. And with that, I believe, more personal. Part of what goes in to create a relationship is time, and effort. Time to find that blog post. Effort to remember.

Now, JP is arguing (and I’m with him here) that when you try and scale personal, you get social.

I am wondering, though, what it is that you do lose on the way, if you scale far enough.

Mass-everything did not come up from nowhere. As I learned the hard way while promoting Going Solo, shortcuts have a price. Send an e-mail copied to 100 people, or send 100 personal e-mails, and you won’t have the same efficiency. That’s why Americans take the trouble to make house calls or phone up people to convince them to vote.

And while I immensely appreciate all the features of modern social media which make it so much more easy for us to be social, I’m starting to think that some of what I find distasteful with some uses of social media is not just those who are stuck on the other side of what I think of as the “Cluetrain paradigm shift”, but maybe also what happens when we wind up taking too many shortcuts to make it “easier to be social”.

Are we headed for a form of “mass social media”? Are we already there, sadly, for some part?

Even if this is true, that does not mean that we have to give up on the “true” social, or even “personal”.

I remember a few years ago one of my friends (Suw if I’m not mistaken) saying that she didn’t get why so many people were complaining that “Twitter wasn’t what it was”.

On Twitter, one has complete control over who one follows. You don’t have to go and follow all the new-styled social media gurus. Or the annoying self-promoting people. You can stick to those who rock your world, and have a Twitter experience that doesn’t change so much over time. (Of course the people you follow change, but that’s another thing.)

You can use Twitter like mass media, or you can use Twitter like social media, or like personal media. The choice is yours.

#back2blog challenge (9/10)

Similar Posts:

Social, Plural of Personal (or When Personal Scales) [en]

[fr] Grâce à JP et sa série d'articles, je viens de me reconnecter avec ce qui fait la fondation de ma passion pour le web et les médias sociaux: qu'ils mettent les gens en contact direct, et dans le contexte de l'entreprise, humanisent celle-ci. A lire.

Today I am going to send you to read JP Rangaswami, after my latest spree of ranty pots. JP is writing a series of articles around the idea that social is the plural of personal. And he is so spot on.

I was so happy when I read JP’s first article, because it made me remember what attracted me to social media in the first place (at the time, “blogs” or “social software”) and helped me understand the growing dissatisfaction I have developed about the field over the past years.

What I find interesting about social media in a business setting is how it helps humanize the organisation/company. How it puts human beings back in touch with human beings. And how in the context of an authentic relationship, you need to care for things to work out.

I am so frustrated that French does not have a good word to translate “care”.

I had a revelation when I went to the very first Lift Conference, in 2006. Here are the posts I wrote during the conference (see how blogging has evolved since then — this was before Twitter and Facebook). My memory tells me that I owe this revelation mainly to the talks of Robert Scoble and Hugh MacLeod, and the conversations we had during the conversation. I remember that it was this pivotal moment which made me understand what use blogs (at the time) were in a business context, and therefore that there might be a way to earn money with what was fascinating me.

Update: link to lift06 videos.

Six+ years later, well, you know the story.

I’m trying to remember if I also met Euan Semple that year at Lift, or if it was somewhere else, or later. Do you remember, Euan? Anyway, a few weeks before reading JP’s post, I had ordered Euan’s book, “Organizations don’t tweet, people do”. I haven’t yet started reading it but I’m really looking forward to diving in. Same thing: it’s all about putting people, and personal, and relationships, and trust, and authenticity back in front of the scene.

Somewhere along my business life, with all my freelancer insecurities, the pressure to actually earn a living through my activities and interests, I seem to have lost touch with the core of my passion for the living web. Not to the point where I’ve sold out to some ad agency and started spewing out viral videos or whatnot. Not so much in my actions — more just that I forgot.

But I remember now.

Thanks, JP. Thanks, Euan. And thanks to all of you along the way who have not let go and are not letting go, and are working to make our organizations more human-friendly.

#back2blog challenge (7/10):

Similar Posts:

Facebook: on s'est pris une machine à remonter le temps dans la tronche [fr]

[en] Musings on the Facebook "private message bug" hysteria.

Hier soir, vous avez peut-être entendu qu’il y avait un “bug” Facebook qui faisait apparaître des messages privés dans la timeline. Rassurez-vous, jusqu’à nouvel avis, il n’en est rien: allez vite lire ce super petit compte-rendu de 20minutes.fr sur l’hystérie collective qui nous a frappée dans la nuit.

Pour les sceptiques, je vais faire comme 20minutes: si vous avez une preuve matérielle qu’il y a effectivement bug (à savoir, une message apparaissant dans votre timeline accompagné de l’e-mail vous annonçant que vous avez reçu un nouveau message privé), balancez-moi ça et je rectifierai. Et bien sûr je ne publierai pas votre message privé :-p

Je ne résiste toutefois pas à faire quelques commentaires, un peu en vrac. Début de tartine, allez chercher un jus d’orange.

Notons d’abord que les médias (et non pas les “internautes anonymes”) sont les grands coupables dans la génération et la propagation de cette rumeur. Et ça me fait penser à l’instant à cet excellent article de Titiou Lecoq, à lire aussi: “Ma réponse aux élites qui ‘détestent’ internet“.

PEBCAK. Problem exists between chair and keyboard. Le problème ici, c’est nous et notre mémoire faillible, nos codes sociaux mouvants, notre compréhension partielle des outils avec lesquels on jour, notre recherche incessante (et inconsciente) de ce qui confirmera nos croyances (ici: Facebook sont des gros méchants irresponsables).

(Vous noterez en passant mon “confirmation bias” à moi: rares sont les “vrais méchants”; les médias — et certaines personnes — aiment se faire peur et faire peur; on a tendance à sombrer dans des théories du complot face à ce monde qui nous échappe — au moins quelqu’un maîtrise la situation, ouf; le monde est plus complexe qu’on ne le croit et on cherche toujours un coupable pour ce qui ne va pas; et j’en passe…)

Revenons à la mémoire. Ah, la mémoire. Vous chercherez les articles vous-mêmes, sur ce coup, si vous voulez plus d’explications. Mais on sait bien aujourd’hui que la mémoire est extrêmement plastique. Ce n’est pas un enregistrement sur un disque dur. Et je ne parle pas que des “fausses mémoires”.

A chaque fois qu’on se souvient de quelque chose, on reconstruit le souvenir à partir des bribes de contexte et d’éléments “enregistrés”. Le présent et nos émotions du moment s’y mêlent. Et après ça, le souvenir est “réenregistré”, écrasant la première version. A chaque fois qu’on fait appel à un souvenir, on le change. Effrayant, non? Et en plus, c’est même pas des souvenirs complets, c’est des machins partiels qu’on réinvente à moitié.

J’ai vu arriver sans surprise le démenti initial de Facebook. Mais quelques personnes de mon entourage soutenaient qu’elles avaient trouvé chez elles la preuve du bug. Des personnes que je respecte, et qui savent faire la différence entre un message privé et public.

Alors je suis allée regarder chez moi. Consternation! J’ai trouvé dans ma timeline des messages passablement personnels. Oh, pas de quoi fouetter un chat ou briser mon couple. Mais quand même, étonnant. Pour en avoir le coeur net, j’ai consulté ma Mémoire: GMail. Comme l’a très bien dit David Labouré dans notre conversation Facebook sur le sujet, “ta mémoire s’appelle GMail”.

Eh ben, stupéfaction: c’était bien tous des messages du mur. Oui, même les machins qui commençaient avec des salutations, se terminaient avec des xoxo, et qui suggéraient qu’on se voie pour une pizza la semaine prochaine. J’ai fouillé, fouillé, et rien trouvé.

Allez, sautons dans la machine à remonter le temps. 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006… Y avait-il des messages privés vraiment privés à l’époque? Je ne m’en souviens plus, honnêtement. Par contre ce dont je me souviens, c’est qu’on écrivait des choses sur les murs des gens. Il y avait même, à une époque, la vision “mur-à-mur” qui affichait sous forme de conversation les messages qu’on s’était laissés sur nos murs respectifs. Le mur, c’était le truc sur lequel nos amis laissaient des messages. Ecrire sur son propre mur, ça ne se faisait pas. (J’ai même posté des choses sur mon mur pour dire ça, c’est dire!)

J’en déduis (parce que là, ma mémoire me fait défaut, enfin, un vague souvenir, mais il est vague) que poster un statut ce n’était pas la même chose que publier sur son propre mur.

Je me souviens avoir dû rendre attentifs les gens (lors de conférences, formations) au fait que ce qu’ils publiaient sur le mur d’autrui, ils ne savaient pas qui pourrait le lire. Les amis du destinataire… c’est quelque chose qu’ils ne contrôlaient pas. Et surtout, ils ne contrôlaient pas si le mur était visible aux amis, aux amis d’amis, aux amis et aux réseaux (vous vous souvenez du réseau “Suisse” dans les débuts?) Avec les commentaires, on avait le même problème. Je me souviens d’élèves qui écrivaient des choses “privées” dans les commentaires de leurs amis, sans réaliser que ces amis étaient peut-être amis avec des profs 🙂

Aujourd’hui encore, je vois que la distinction entre message privé et message sur le mur est loin d’être évidente à saisir pour des internautes débutants, tant sur le plan conceptuel que technique.

Dur-dur pour nos petits cerveaux de mammifères d’appréhender comment circule l’information dans un espace numérique semi-privé.

Il y a six ans ou même quatre ans, on n’utilisait pas du tout de la même façon les messages sur le mur des autres. Aussi, à l’époque, on avait bien moins de contacts. Ce qu’on était prêt à mettre sur le mur de quelqu’un en 2006 ou en 2008, on ne le mettrait plus aujourd’hui.

Même si le réglage est resté “amis seulement” durant toutes ces années, sa signification a évolué. Quand on publie quelque chose aujourd’hui, on peut avoir une relativement bonne idée de qui le lit. Mais on n’a aucune idée qui le lira dans le futur. C’était déjà un enjeu important avec les blogs, lorsque le web était moins “mainstream”. On publiait des choses sur l’internet public, pour son public actuel, en oubliant que dans six mois ou six moins son patron pouvait débarquer dans le monde en ligne et lire nos écrits immortels.

Facebook n’est pas complètement blanc dans l’histoire: les paramètres de confidentialité ont changé de nombreuses fois, parfois de force. On est bien pardonnables d’avoir perdu le fil. Comme le rappelle mon ami Kevin Marks, danah boyd a très bien expliqué l’importance de prendre en compte les codes sociaux et la perception des utilisateurs, et en particulier notre tendance à nous reposer sur “privacy by obscurity”. C’est “privé” parce que peu de gens le trouvent, même si les droits d’accès le sont moins. Avec timeline (et d’autres évolutions de la plate-forme avant ça, comme l’apparition du newsfeed, qui avait provoqué une véritable révolution — les francophones ne l’ont pas vécu, c’était très tôt), Facebook fait remonter à la surface et rend facilement trouvable des choses qui étaient auparavant relativement cachées.

Ma politique générale de publication (“tout ce que tu mets en ligne risque de finir dans les journaux”) me paraît bien saine, du coup. (Et non, je n’applique pas ça littéralement-tout-le-temps-sans-exception. Il y a des choses que je publie sur Facebook que je préférerais ne pas voir apparaître dans les journaux. Quand même. Mais je sais que tout ce que j’y mets court un risque de devenir un jour un peu plus public que ce que je pensais au départ.)

Pourquoi sommes-nous si prêts à croire à une magistrale bourde de Facebook? C’est vachement grave, quand même, de rendre public des messages privés. C’est arrivé à Twitter et c’était pas joli. Si je concevais un système comme ça, je m’assurerais bien que les baquets dans lesquels on stocke le privé et le public ne se mélangent pas trop côté code. Je suis pas développeuse ni ingénieur, mais d’après ce que nous dit Facebook, quand ils disent que ça peut pas arriver techniquement, c’est à ce genre de chose qu’ils font référence. (Quelqu’un qui sait mieux que moi peut peut-être expliquer.)

Facebook, ces temps, c’est la grosse méchante entreprise. Celle qui est évaluée à des montants astronomiques et qui a fait une entrée en bourse générant bien du schadenfreude chez ses détracteurs. C’est le Big Brother de 2012. Notre Microsoft. La sale entreprise qui fait un profit indécent sur le dos de nos photos de chats. Un service qui devrait être d’utilité publique mais qui est au mains de Zuck. En même temps, on adore passer du temps sur Facebook. On est accro. Amour-haine, quoi. Donc oui, s’il y a l’occasion de dire qu’ils se sont plantés grave, on va sauter dessus! Scandale! Outrage! Drame! Catastrophe!

On est un peu susceptibles. On monte aux barricades pour un oui ou pour un nom. Cf. le fameux statut qui a recommencé à faire ses rondes, mais qui n’est rien d’autre qu’un message en chaîne à côté de la plaque: “Attention, avec la nouvelle version de Facebook, les gens peuvent voir des trucs privés qu’ils devraient pas pouvoir voir, merci de vous bander les yeux quand vous regardez mon profil histoire que vous ne les voyiez pas!”

L’être humain n’aime pas trop le changement. On réagit négativement, on menace de tout quitter. Rappelez-vous les révoltes lors de chaque nouvelle version de Facebook: on est toujours là, et même tellement là qu’on en a oublié comment c’était avant, au point de croire en toute bonne foi que les messages “privés” sur nos murs ne peuvent pas en être, parce que jamais on aurait fait des choses pareilles.

On réagit “contre” parce que c’est du changement. Son contenu importe moins. J’ai d’ailleurs pris l’habitude d’attendre quand quelque chose change et que je n’aime pas. Je sais qu’une bonne partie de mon “je n’aime pas” c’est juste parce que ça a changé. J’ai des nouveaux embouts dans mes appareils auditifs. Ça remplit mes oreilles. Ça change le son. Je n’aime pas. Mais j’attends quelques semaines avant de décider que vraiment je n’aime pas et que je veux revenir en arrière. Parce que ce que je n’aime surtout pas, là, c’est juste que “c’est pas comme j’ai l’habitude”. Bon, moi je suis un cas un peu particulier, parce qu’avec un léger trouble de l’adaptation, j’ai dû me pencher sur ces questions avec beaucoup d’attention. Mais je ressens juste un peu plus fort ce que “tout le monde” ressent face au “nouveau imposé”.

Si on résume?

  • les médias ont bien chauffé la salle
  • on utilisait Facebook bien différemment il y a 4-5 ans
  • notre mémoire est plastique et faillible
  • Facebook a changé ses paramètres de confidentialité de nombreuses fois, et dans le processus certaines choses “un peu plus cachées” sont devenues “un peu plus publiques” (comme les messages du mur)
  • on aime bien taper sur Facebook ou tout autre grand méchant monopole profiteur
  • les espaces numériques semi-publics, c’est pas facile de s’y retrouver (même pour les pros)

 

Similar Posts:

Pêle-mêle de début juillet [fr]

[en] A bunch of random stuff.

Je n’arrive pour le moment pas à m’organiser pour prendre le temps de bloquer “correctement”. Je vous fais du coup le coup (!) de l’article “nouvelles en vrac”. Old-style.

Quintus au balcon sur fond de tomates

C’est le moment d’acheter votre billet pour la conférence Lift à Genève les 6-7-8 février 2013, avant que le prix ne prenne l’ascenseur. Lift, c’est à ne pas manquer. (Si vous avez participé à une édition précédente de Lift, vous avez reçu un code pour le prix “super early bird” de 625 CHF, valable encore un jour ou deux! Ne laissez pas passer le délai!)

C’est aussi le moment, si le coworking est quelque chose qui vous parle, de prendre votre billet pour Coworking Europe, qui aura lieu cette année à Paris les 8-9-10 novembre. Je suis à l’affiche d’un des panels du premier jour.

La Muse ouvre les portes de son espace lausannois, avec pique-nique tous les mardis.

Toujours au chapitre coworking, il y a de la place à l’eclau, tant pour des indépendants/freelance que des startups. Venez visiter!

J’ai pris part pour la première fois à En ligne directe, émission de la RTS qui démarre la veille au soir par un débat sur Twitter (hashtag #EnLD), repris dans le direct du matin avec des invités. Je trouve le concept génial. Le sujet du soir où je suis restée pendue à Twitter (plus que d’habitude) était “faut-il interdire/punir le téléchargement illégal“. Vous imaginez la suite. Pirater n’est pas voler, c’est toujours valable en 2012. Je suis effarée par la mauvaise foi et/ou le lavage de cerveau dont font preuve les “opposants”. Croire que le monde dans lequel on évolue (physique, numérique) et ses caractéristiques ontologiques n’est qu’un point de détail pour débattre d’éthique ou d’économie, qu’économie de rareté vs. économie d’abondance ne change rien à la morale, c’est faire preuve d’une naïveté et d’une simplicité de réflexion affligeante. Le tout repris par Magali Philip dans un Storify magistral.

Le Port de Vidy fait très fort avec ses nouvelles portes high-tech sécurisées.

Un chouette Bloggy Friday a eu lieu en juillet, après celui de juin. Les gens d’internet qui se rencontrent offline, il paraît que c’est le truc nouveau super-tendance de l’été. (Les rencontres IRC d’il y a 15 ans ça compte pas, hein. Ni les rencontres blogueurs, pendant qu’on y est. Ni les rencontres Twitter qui existent depuis des années.) Quelqu’un se lance pour faire l’hôte ou l’hôtesse pour le mois d’août? Ce sera durant ma semaine de déconnexion.

Hercule Poirot cherche toujours un nouveau foyer en Angleterre. Quintus, lui, s’installe bien en Suisse et explique au jeune Tounsi comment respecter ses aînés avec pedigree.

Les plantes sur mon balcon et dans mon appart poussent bien. J’ai des piles de photos, à mettre en ligne et à commenter ici pour vous. En attendant, il y a un groupe Facebook “Petites plantes de balcon et d’ailleurs“, si c’est votre genre.

Ah oui, c’est aussi le moment de vous inscrire pour la troisième session menant au diplôme SAWI de Spécialiste en médias sociaux et communautés en ligne. Dernière séance d’info le 21 août.

Et aussi le moment de postuler (jusqu’au 16 juillet!) si vous pensez être la personne qu’il faut pour prendre la tête du SAWI en Suisse romande. Et je suis toujours ouverte à des candidatures de blogueurs motivés pour le blog de voyage ebookers.ch.

Côté boulot, je suis pas mal bookée, mais j’ai encore de la place pour un mandat long terme de “blogueuse en chef” (ou “redactrice en chef de blog”, si vous préférez).

Inspiration, sur Kickstarter: Bridegroom et Amanda Palmer.

Google aménage ses cafétérias pour encourager ses employés à manger plus sainement. Fascinant.

La plaie des infographies.

Pourquoi les femmes ne peuvent (toujours pas) tout avoir.

Passer du temps à ne rien faire, pour mieux faire.

Et pour finir: l’été de mon chat. (Non, pas le mien, celui du journaliste du Temps.)

Similar Posts:

Losing Credit [en]

[fr] De plus en plus, quand je partage un article intéressant sur Twitter ou Facebook, j'ai complètement perdu la trace de comment j'y suis arrivé. Ça m'embête, parce que je trouve important de donner un "retour d'ascenseur" (si petit soit-il) à ceux qui enrichissent mes lectures.

I have about 20 tabs open in Chrome with articles to read. And then, I have a scary number of links stacked away in Instapaper and (OMG how will I retrieve them all) many more in my Twitter favorites.

My sources for reading this day? My facebook news stream, Twitter, Tumblr, the odd e-mail from my Dad (he’s the one who pointed me to the BBC piece on the Ugly Indians of Bangalore — check out my post about them — amongst other things). I’ve signed up for Summify and though I have barely set it up, I find good reading in the daily e-mail summary it sends me. I can also see that Flipboard is going to become a source of choice for me once I’m back in Switzerland and have normal data access on my phone. And of course, once I’m reading an article, I click interesting links in it and often find other interesting articles in the traditional “related” links at the end.

Once I’m reading an article, I post snippets I find relevant to Digital Crumble, and depending on how interesting the article is, post it to Twitter, Facebook, or Climb to the Stars.

Why am I telling you all this?

I believe it’s important to give credit to those who point me to stuff interesting enough that I want to point others to it. The traditional “hat tip” or “via” mention. But I’m finding it more and more difficult to remember how I got to a particular page or article. Actually, most of the time, by the time I’m ready to reshare something, I have no clue how I arrived there.

This happened in the good old days of blogging as only king of online self-expression, of course, but less, I think. Our sources were more limited. Concentrated in one place, the aggregator. Shared by less people, in a more “personal” way (how much personal expression is there in tweet that merely states the title of an article and gives you the link?). When I click an article in my Facebook newsfeed, I don’t often pay attention to who shared it. It’s just there.

So, I wish my open tabs had some way of remembering where they came from. That, actually, is one of the reasons I like using Twitter on my phone, because the links are opened in the same application, and when I go back I see exactly which tweet I clicked the link from. Sadly, sharing snippets to Tumblr (something that’s important to me) does not exactly work well inside the mobile Twitter app.

Is anybody working on this? Is this an issue you care about too? I’d love to hear about it.

Similar Posts:

Boundaries and Outsourcing Our Brains [en]

[fr] Réflexion sur le fait que notre utilisation de la technologie consiste à déléguer certaines fonctions cérébrales (calcul, mais aussi stockage/mémoire), et sur la nécessité de chercher un équilibre dans notre connectivité en posant des limites, sans pour autant fuir dans la déconnexion complète.

I went to a lovely dinner party the other night, put together by the no-less-lovely Cathy Brooks of DoAT. At some point of the evening, we shared our thoughts on what we were seeing that qualified as “most disruptive”. Where are things going, according to the diners?

I have to admit I drew a bit of a blank in the “disruptive” department — I’m trying to quieten down these days. However, there are two things I see going on that seem important to me.

The first is that we’re outsourcing our brains. It’s an evidence — a huge amount of what computing does for us is that. The internet, mobile phones, better interfaces — all that accelerates and facilitates the process.

We don’t just use machines to outsource long complicated mathematical calculations anymore. We use them to decide where to eat. To remember what we need to do tomorrow. To know who acted in which movie. Where we met people, and when. Who they are and what they do. What we did when and where.

We’re using machines to remember stuff. Does it scare you? It doesn’t scare me that much, to be honest, because as long as that information is almost instantly available to us, does it make a big difference if it was stored in our brains or elsewhere? Have you read those SF books (like Alastair Reynolds‘s Revelation Space series — I love his stories) where humans have implants that connect them permanently to a kind of “cloud” or “network”? I mean, it’s just what we have now, with a better interface. I think we’re getting there.

We’ve been doing this with people forever. When you have a close relationship with somebody, you outsource (or delegate) some of your cognitive processes or data storage to them. I can’t remember if I read about this in Blink or The Tipping Point, but it was Malcolm Gladwell who introduced me to the idea.

In a couple, somebody is often in charge of the schedule. Or of cooking. Or of taking initiative for the holidays. Or of keeping up with movies to see. Breaking up (or losing that important other in any way) is traumatizing also because of the “data loss”. It’s a slightly utilitarian and mechanical view of relationships, of course, but it’s onto something.

The feeling of disconnect we have when away from technology (almost like a missing limb) has some kinship with the feeling of lack of access when we’re aware from our external data storage humans. “Oh, if only Andy were here, I’d just ask him X/he’d know what to do.”

Right, enough of confusing humans with machines.

The second thing that’s been on the top of my mind for the last couple of years is the question of boundaries. In an always-connected world, providing better and better interfaces with all the data out there and the spaces we store it in (machine or human), we are forced to learn boundaries. Boundaries with humans, especially when there are too many of them, and boundaries with technology.

For many of us, technology is closely linked to work, and learning to be offline is also learning to disconnect from work. Should we learn to be offline? Is it something we need? It seems obvious to us today, but I’m not sure it will be seen as that important in 10-20 years.

Do we think it’s important to spend days without electricity? Without cars (yes, but once a year)? Without cooking food? Without a roof over our head? Without newspapers or books? It’s different, you’ll say. Not that different — just that those are technologies that were born before us, and we don’t question them as much as those that appear during our adult lifetime.

Disconnecting is a radical way of avoiding the issue of having to set boundaries with technology and people. But we do not owe it to people to be available when they try to reach us. In most of our lines of work, nobody is going to die if we don’t check our e-mail. We can learn to say no, to not respond to certain requests, to not pick up the phone.

Of course we need disconnection at times. E-mail sabbaticals should become an acceptable thing in companies. For that, we need more people who have the guts to do it (responsibly of course). I found that spending a week offline helps reset normalcy. It’s easier to resist the temptation to check your e-mail first thing in the morning when you’ve spent a week without it. It’s easier to slow down when you’ve been offline for a week. I think it’s particularly useful to take these breaks when “online” and “work” are related. In a way, it just comes down to taking a “real” holiday. Just as needing time off work doesn’t mean we should aim to purge work from our lives, needing breaks from tech doesn’t mean we need to try and remove it from our lives.

I believe it is possible to remain connected and at the same time to preserve our personal space and time. Yes, that requires being able to say no, and set boundaries, but that’s simply healthy human behaviour.

Answering when addressed is etiquette that holds in a world where the physicality of space and time already sets boundaries for us — in the digital world, it needs to be rethought.

I remember this researcher who was interviewed in a Radiolab episode (probably “Deception“). He strived to not lie — you know, those social lies you say all the time. “Oh, sorry I can’t meet you for dinner next week, I’m too busy.” Instead, he would say things like (quoting from memory) “I’m sorry, but I’m not actually looking to pursue new friendships right now.” I think this kind of attitude requires courage and diplomacy. And I think that more and more, we’re going to have to learn it.

In a connected world, these social lies become more difficult. I might end up having to own up to the fact that yes, I’m there, at home, watching a DVD, available for my friends and family, but not for my clients. It’s not easy, but it’s doable.

So, I think we should go for balance, and boundaries, rather than rejection and disconnection.

Similar Posts:

Du désengouement pour les réseaux sociaux (et tout le reste) [fr]

[en] Social media losing speed? Nope, it's just normal that after a few months or years of using a new toy intensely, many people move on. To a new, similar toy or a completely different one.

Je lis un article (parmi bien d’autres) dans lequel on réfléchit aux causes d’un certain essoufflement dans l’usage des réseaux sociaux.

Pour moi, on est à côté de la plaque avec ce genre de questions.

Ce n’est pas une problématique liée aux réseaux sociaux. Ça a à voir avec la façon dont la nouveauté nous stimule. On est sur la bonne piste avec les lamentations concernant les “effets de mode”, mais on trivialise la problématique en l’étiquetant ainsi. Parce que ce n’est pas juste que nous sommes de superficiels moutons victimes de la mode. Il s’agit de la façon dont fonctionne nos cerveaux d’animaux humains — et on n’y échappe pas.

J’ai beaucoup réfléchi récemment au lien entre la nouveauté et l’efficacité d’une méthode ou d’une stratégie. J’en ai compris l’importance capitale en lisant The How of Happiness — dans le contexte des activités qui nous rendent heureux (on sait tous que trop de routine crée l’ennui, et que le bonheur ne se trouve pas dans l’ennui, n’est-ce pas?) — mais je vois depuis ce même phénomène à l’oeuvre dans une multitude de domaines.

Voici l’exemple qui m’a marqué. L’équipe de recherche de Sonja Lyubomirsky, l’auteur du livre, avait démontré que prendre régulièrement du temps pour sentir ou exprimer de la reconnaissance rendait les gens plus heureux. Les chercheurs se sont ensuite attelés à identifier la meilleure façon de sentir ou d’exprimer cette reconnaissance.

L’expérience est assez simple. On sépare les sujets de l’expérience en deux groupes, qui prendront une demi-heure pour mettre par écrit ce pour quoi ils sont reconnaissants:

  • le premier groupe le fera chaque dimanche soir
  • le deuxième groupe chaque lundi, mercredi, vendredi.

On regarde ensuite dans quel groupe le bonheur des gens a le plus augmenté après l’expérience.

Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, c’est la méthode du premier groupe (une seule fois par semaine) qui est la plus efficace. Mais pourquoi donc? On suppose qu’à faire l’exercice trois fois par semaine, un phénomène d’habituation intervient

L’habituation, c’est ce qui fait que même après un terrible accident ou le décès d’un être cher, on finit par retrouve le goût de vivre, une nouvelle normalité. C’est assez sain, en fin de compte. Mais ça a ses inconvénients: les changements positifs dans notre vie subissent le même sort (leur effet s’atténue assez vite avec le temps).

Mais quand on y pense, ça explique beaucoup de choses. En particulier, ça explique pourquoi quand on croit avoir trouvé la solution à un problème qui nous enquiquine, ça marche souvent au début, mais assez vite, ça ne marche plus. Si vous êtes comme moi, vous avez peut-être essayé toute une série de méthodes pour mieux vous organiser ou mieux gérer votre temps ou votre argent ou votre poids ou votre efficacité ou… A chaque fois, on croit enfin avoir trouvé “ce qui marche”, pour déchanter quelques semaines ou mois plus tard, quand on se retrouve “immunisé” contre la solution magique qu’on croyait avoir trouvée.

Sommes-nous donc condamnés à chercher “toujours une meilleure solution”, à courir derrière la nouveauté? Pas nécessairement, mais il faut avoir conscience que pour tenir sur la durée, il faut introduire de la variété. L’exemple bateau et que tout le monde connaît, c’est celui du couple. Si vous voulez que ça dure, il faut (entre autres) éviter de sombrer dans la routine. Certes, on a des habitudes, mais celles-ci peuvent évoluer au fil du temps, et on peut chercher aussi à garder de la fraîcheur à la relation en y introduisant de la nouveauté.

Pourquoi je vous raconte tout ça?

Parce que je crois que les réseaux sociaux ne font pas exception. Ce sont des outils, qui servent à ceux qui les utilisent. Pour communiquer avec certaines personnes, s’exprimer, s’informer, “être ensemble”. A un certain niveau, ils sont donc une “solution” à “quelque chose” (que je n’appellerai pas nécessairement un “problème” — mais ils jouent un rôle). Aussi, ce sont des outils que l’on utilise souvent quotidiennement ou presque. Il est normal qu’une certaine routine s’installe, une fois passée la phase de découverte, l’arrivée des gens de notre entourage, l’excitation liée à l’arrivée de nouvelles fonctionnalités.

Il est donc parfaitement normal que ces outils perdent de leur attrait à un certain point. On s’y habitue. Ils deviennent du coup moins efficaces à remplir leur rôle pour nous — même si c’est un rôle social ou d’information. On connaît déjà ça, hors ligne. On a des “phases”. Pendant un an ou deux, on va régulièrement au même bar. Puis on s’en fatigue, et on va ailleurs. Ou bien on lit un magazine religieusement, ou on regarde une émission télé, et un jour on réalise qu’on a passé à autre chose. On voit certains amis beaucoup, plus plus du tout. Ainsi va la vie.

Les choses qui durent sont une exception. Et si on regarde de près, peut-être bien que dans ces choses qui durent, il y a plus de variété qu’il n’y semble à premier abord (je pense aux feuilletons télé: leur contenu est fait pour nous stimuler constamment en nous assaillant de rebondissements, imprévus et nouveaux personnages).

Les gens se lassent de Facebook? Mais bien sûr. C’est “normal”, Facebook, maintenant. L’e-mail, c’est normal, ça n’émerveille plus personne (enfin par ici). Internet aussi, sauf pour ceux qui le découvrent. Facebook et Twitter, aussi. Les blogs, je n’en parle même pas. On s’enthousiasme pour le nouveau, le différent, et pas pour le normal. C’est ainsi que notre cerveau est conçu. On n’y échappe pas.

Les outils sociaux, nouveaux par essence lors de leur apparition, se trouvent rapidement pris dans une course effrénée aux nouvelles fonctionnalités, pour maintenir justement ce sentiment de nouveauté et de fraîcheur innovatrice — cela d’autant plus, à mon avis, que les premiers utilisateurs sont en général encore plus sensibles que la majorité à cet attrait de la nouveauté (et à la lassitude qui accompagne le connu).

A m’entendre, vous pourriez penser que je ne vois pas de problème dans notre société sur-saturée de stimulations, qui nous distribue du nouveau comme de la drogue. Alors oui, je dis que le neuf et la variété représente un attrait indéniable pour notre cerveau de mammifères, et qu’il faut l’accepter. Mais le problème avec une société qui nous en donne à manger à la petite cuillère, c’est que l’on ne développe peut-être pas suffisamment la capacité à générer de la nouveauté de nos vies nous-mêmes. On attend que la stimulation vienne de l’extérieur.

Se prendre la tête sur les raisons d’un “désengouement” pour les réseaux sociaux, c’est à mon avis l’expression d’une vision et d’une compréhension un peu réduites du monde et du fonctionnement de l’humain. Ça n’a rien à voir avec les réseaux sociaux. Ça a à voir avec les humains.

Bien sûr qu’après un pic d’enthousiasme pour quelque chose, il faut s’attendre à une baisse d’utilisation. Rien de nouveau sous le soleil, passez votre chemin!

Similar Posts:

Intracom: comment intégrer les médias sociaux à sa stratégie? [fr]

[en] Prezi and rough notes of the keynote I gave this morning at Intracom, Montréal, on how to integrate social media to your strategy.

J’étais invitée aujourd’hui à donner une keynote à l’occasion d’Intracomm 2011 à Montréal, et c’est avec grand plaisir que je suis venue faire profiter le public québécois de mon accent vaudois. Je vous remercie d’ailleurs tous pour vos retours élogieux sur ma prestation!

L’outil que j’utilise pour mes présentations, vous avez été nombreux à me le demander, c’est Prezi. Un outil en ligne (“in the cloud”) et gratuit. Mais pourquoi diable les gens utilisent-ils encore Powerpoint? Il y a plus d’un an, je prédisais la mort du monstre, mais il n’a encore pas dit son dernier mot, visiblement.

Voici donc mon prezi, suivi de quelques notes de présentation un peu en vrac mais légèrement retravaillées pour être blog-publiables.

 

Le tout a été capturé en vidéo par Christian Aubry (qui s’est vaillamment mis à Prezi pour l’occasion) et ne tardera pas à être mis en ligne (je l’ajouterai à cet article).

Mes notes, donc, un peu brutes.

Idée-force: les médias sociaux sont un outil qui s’intègre à tous les niveaux de sa stratégie
Public: cadres d’entreprises/organisations moyennes à grandes

Je voudrais partager avec vous ce que j’ai appris durant ces cinq dernières années à conseiller entreprises et organisations sur l’adoption des médias sociaux.

Deux grandes tendances se dessinent quand on parle d’adoption des médias sociaux:

– d’un côté les experts (dont je fais partie) vous diront à quel point il est important, capital, indispensable d’avoir une stratégie
– de l’autre côté, bien des exemples donnés en modèle vous diront qu’ils n’avaient pas de stratégie, il savaient pas ce qu’ils faisaient — mais que c’est capital d’en avoir une.

Je suis donc un peu partagée: j’avoue que je crois à l’approche “se lancer” et c’est la plupart du temps celle que je pratique. Néanmoins, je suis consciente qu’elle n’est pas applicable à tous les contextes, et qu’elle repose plus sur la personnalité des intervenants dans l’histoire que sur une méthode au sujet de laquelle il serait possible de dire quelque chose d’un tant soit peu intéressant — ce qui est par contre le cas pour la stratégie.

C’est pour ça qu’aujourd’hui je vais tenter de vous donner quelques éléments pour intégrer intelligemment les médias sociaux à votre stratégie — de toute façon, je ne crois pas que j’arriverais à vous tenir en haleine durant 45 minutes en vous disant “il faut juste vous lancer” 😉

1/ Aujourd’hui, en 2011, clair que:

Les médias sociaux sont là “to stay”, il faut faire avec, ce n’est pas une mode qui va s’en aller — pas plus qu’internet n’était une mode qui s’en est allée

2/ Les organisations sont en train d’avancer dans l’adoption des médias sociaux.

Modèle de maturité de l’utilisation des médias sociaux en entreprise d’Alban Martin (source)

  1. canal “remontant” non pris en compte
  2. médias sociaux écoutés et inclus dans la veille
  3. l’entreprise réagit à certains messages clés
  4. attitude proactive d’encouragement à la discussion
  5. intégration des médias sociaux dans les processus d’innovation et le service client

où sont vos partenaires? où sont vos concurrents? où en êtes-vous?

=> On n’en est plus à “faut-il?” (absolument) ou “pourquoi?” (ce sont les outils de communication de notre temps, et si vous êtes dans les médias, votre core business va être touché) mais à “comment?”

C’est à cette question que j’aimerais tenter de répondre aujourd’hui.

Voici ce qui rend ce “comment” compliqué:

– caractéristiques des médias sociaux qui tirent dans l’autre sens que la communication traditionnelle => rupture de paradigme, clash culturel
“on veut contrôler ce qui est dit de nous sur facebook”

– considérer que les médias sociaux sont un monde séparé (instance de “internet comme lieu d’altérité”)
“on va engager un community manager pour mettre à jour notre page facebook et Twitter”
(le placer dans l’organigramme)

– manque d’expertise en matière de médias sociaux chez les décideurs
(soit expertise de l’organisation, soit médias sociaux, mais il faut une rencontre des deux pour faire de la stratégie)

– vulnérabilité au hype et aux marchands de vent (ça va résoudre tous nos problèmes)
“on va faire une campagne virale dont tout le monde va parler”

– inadéquation entre solutions “social media” proposées et les problèmes qu’elles sont censées résoudre (fausses solutions à des problèmes mal identifiés)
“on va écrire un blog pour vendre plus de savons”

– histoires de succès qui semblent déconnectées de la réalité dans laquelle on se trouve
(décourageant, les font sembler irréalistes)

=> échecs et déception que l’on rejette sur l’outil (les médias sociaux) plutôt que sur le véritable problème

Donc, compte tenu de tout ça, comment s’y prendre?

La solution est assez simple:

– les médias sociaux sont un outil, comme le téléphone ou l’informatique
– cet outil s’intègre à tous les niveaux, comme on rajoute du chocolat dans un cake (photo gâteau au choc)
– pour introduire un nouvel outil, il faut que ce soit en réponse à un problème ou un besoin réels et concrets

En pratique?

– d’abord, il faut avoir un bagage en médias sociaux: l’essentiel en quelques minutes
– ensuite, il faut comprendre le contexte (l’entreprise) et identifier la problématique: la démarche sceptique
– puis, il faut mettre ensemble tout ça: voir comment d’autres l’ont fait

1/ que sont vraiment les médias sociaux? que font-ils? quelle forme ont-ils aujourd’hui?

outils qui connectent les gens
permettent de publier/diffuser du contenu

=> espace d’échange, de conversation et de réseau

Pour comprendre les médias sociaux et leur culture, ça aide de comprendre le réseautage: pour prendre ça le fait pas — réseauter, c’est mettre les autres en relation, leur apporter quelque chose

social media: pervasive, just like the phone is now pervasive — it is a communication channel

Ce sont des outils qu’il faut pratiquer.

2/ démarche sceptique: le plus simple mais le plus dur à expliquer

– revenir à la base: identifier les vrais problèmes, et voir si les médias sociaux peuvent faire partie de la solution
– ne pas faire des médias sociaux “pour les médias sociaux”

poser les questions qui font mal, creuser, démarche intellectuelle qui exige l’explication (e.g. “comment est-ce qu’écrire un blog va nous faire vendre plus de savons?”)

3/ exemples d’intégration médias sociaux

métiers émergents qui nous disent aussi comment les médias sociaux commencent à prendre place dans la hierarchie organisationnelle, et nous donnent des pistes sur des cas de figure type:

social media marketing
social media manager
social media strategist
community manager
blogger relations
social media optimisation

– comprendre certains fondamentaux de la gestion du changement
– ouvrir des portes, petit à petit
– communication interne et externe

exemple: Lego (communauté)

point de départ: oh mon dieu ils parlent de nous!
rejoindre la communauté humblement
mettre en place canal remontant, encourager ce qui se fait, jusqu’à en tenir compte dans le développement produit

exemple: Leclerc (crise)

un blog comme canal de communication direct
jouer le jeu de la transparence
gestion de crise en supprimant les intermédiaires (sur le blog comme ici, ou plus récemment en vidéo)

exemple: Old Spice (marketing)

campagne marketing en ligne
vidéo YouTube
réactions sur Twitter etc.
dialogue

exemple: Swiss Vibes (campagne)

objectif: faire connaître la musique suisse à l’étranger (France surtout)
compilation
en plus de la compilation, on fait un blog avec des coups de projecteurs sur les artistes présentés, et une page facebook, et on encourage tout ce monde à se connecter en ligne
petite campagne de pub pour “lancer” la page
présence sur MySpace et MX3 (plateforme locale) pour se rendre présent/visible où sont les gens

Pour terminer, j’aimerais revenir sur le message fondamental que je veux vous communiquer ce matin:

– les médias sociaux sont aujourd’hui un ingrédient de toute stratégie
– pour intégrer les médias sociaux à sa stratégie, on a besoin d’amener dans la même réflexion une expertise en médias sociaux et en stratégie de l’entreprise (un ou plusieurs cerveaux)
– chercher un problème réel et concret (qui peut être aussi petit ou grand que l’on veut) où les médias sociaux apportent une véritable solution

Merci!

Similar Posts:

Real-Time is Burying History on the Web [en]

I am somebody who believes that history is an extraordinarily important asset in trying to understand our present. Unfortunately, when we are too focused on the future, and innovation, and moving ahead, it’s very easily to neglect history.

I’ve seen it as a characteristic of developing countries (sweeping generalization here, stop me if I’m wrong), with the thoughtless chopping down of centenarian trees and bulldozing of historical monuments in Bangalore. What’s important is where we’re going — we don’t really care about where we came from, and in some cases, would rather forget.

And we’re seeing it now in the hyper-technological cutting-edge world of the internet, where web history is being sacrificed on the altar of instant (do read Suw Charman‘s excellent post and then come back here).

A year and a bit ago, the theme of LeWeb’09 in Paris was “Real-Time Web”, and indeed, everybody was a-buzz with everything real-time. So much so that I had to give that year’s official bloggers a little wake-up call (I blogged it later) a day before the conference, because I was hearing increasingly worrisome comments (to my “official bloggers’ mom” ears) along the lines of “well, I actually don’t think I’ll blog much this year, I’ll mainly be tweeting”. I was interviewed about something along the lines of “curating the real-time stream” by my friend Cathy Brooks (there’s a priceless moment in that video, watch it), and overall, everything was about now, now, now, now now nownownownownownow.

I’m tired of real-time.

It feels to me as if we’re driving with our nose in the steering-wheel, never stopping long enough to look behind us and see what road we’re on and where it’s really heading. I’ve noted over the last year or so that a lot of our content is migrating into these real-time flowy presency streamy services, and that some of the precious tools we had to make sense of our online publications are all but dead, like Technorati.

But link rot aside, it’s all still there online. And that makes it all the more frustrating to know that we just don’t have a way of getting to it in a useful way, as Suw describes very well in her article. In response, Reg Chua points out that search is skewed towards speed and the present — a perfect corollary to our obsession with real-time and progress.

My tweets from day 1 (December 8, 2006 with a lot of enthusiasm) are still online somewhere. Here’s the oldest one I could lay my hands on (the podcast in question was Fresh Lime Soda), thanks to the wayback machine (if you go down that alley, note how we get a peek at what early tweeting was like in pre-hashtag times). It makes it all the more maddening that they are impossible to access if I don’t have a link to them. Twitter has them, they’re there, but they’re not organized in a way that makes them of any use.

Sidenote: this blog post is moving from “lack of access to general online history” to “lack of access to personal online history”, which is a subset of the problem.

Within that “personal online history” subset of the problem, let me state that I find it a disgrace that Twitter will not even let its users download a copy of their own data in the service, barring the last 3000 tweets.

I understand the need to restrict access to the huge number of tweets in the database for general use. I get that. But I don’t get why I should not be able to do a one-time download of what I put in the service.

I hate the expression data theft because when you take data, you always leave a copy somewhere (and theft removes the copy), but in this case, this is what it feels like. Twitter has my data and can do stuff with it, and I can’t. That just doesn’t feel right. (And don’t wave the “Twitter is free, don’t complain” argument in my face: just like Suw, I would be more than ready to pay for Twitter as a service, but they won’t let me.)

Away from Twitter and back to our obsession with real-time and what it is doing to our history: where are the online historians? who is going to build the tools we need to dig through the tremendous wealth of data online? the buzzword of 2011 seems to be “curator”: well, we don’t just need curators to avoid getting knocked over by the firehose of the real-time web — we also need curators (preferably machines) to help us organise and sort through our online history.

 

Similar Posts: