Hanging out Online: Why it's Important for me [en]

[fr] Aux abonnés absents: le temps passé à trainer en ligne sans but précis. La faute à trop de travail, peut-être, à trop de structure dans mon travail, et à une fuite de l'ordinateur lorsque je cherche à me détendre. Il y a un équilibre à retrouver -- parce que trainer en ligne, c'est quand même fun, et c'est ce qui m'a amené à faire le métier que je fais!

One thing I realized shortly after writing my article on downtime is that I have stopped “hanging out online”. And I think that “downtime” activity plays a more important role in my life balance than I’d realized until now.

I think two or three things led to this.

First, I’ve had lots of work this spring (nothing new, but I like to keep repeating it). I managed to preserve most of my “off the computer” downtime, and I realize now that what I sacrificed was the aimless tinkering-chatting-reading-writing-hanging-out online.

More importantly, I started using Paymo in April to give myself an idea of how much time I’ve been spending on what — and how many hours of actual work I was doing. It’s been really useful and has helped me gather precious info on my work, but it has had a side effect: I have started thinking more about what I spend my time on, and being more “monotask” in the way I work.

When I know I have the timer running on preparing my SAWI course, for example, or working on LeWeb blogger accreditations, I don’t feel free to drift off into something else, or read an article or check out Tumblr while I’m working. This is kind of twisted, because the only person who cares how much time I spend on something in this case is me.

So, I’ve changed the way I work, and I’m not sure it’s entirely a good thing. I think I’ve lost my balance.

Using the Pomodoro Technique has made it “worse”. I mean, it has accentuated this trend. It’s been really good for my productivity, it’s been really good to help me be less stressed, and it’s been really good to help me beat my procrastinative tendancies. But I think it hasn’t been good for my overall satisfaction about my work. Something is missing — that’s what I’ve been telling people all these last months. Everything is fine with my work, I have enough of it (more than enough!), it’s interesting, but something is not quite right.

And I think that part of this “not quite right” is that I’ve become too focused on just getting the “work work” done (the one that pays), and I’ve neglected the fun part of work, which is my interest for the online world and the people who inhabit it. I also suspect this can have something to do with my lack of blogging — there hasn’t been much to feed that part of me recently.

So, maybe I have to come back in part to how I was working before. Find a balance. This is not a new preoccupation of mine: for a few years now I’ve been lamenting the fact that I’m not managing to set aside enough time to tinker online, write, do research. But I think it’s become more extreme since I started focusing more exclusively on my client work.

Maybe what I need to do is do tomatoes in the morning, and work more “loosely” in the afternoon (or the opposite). Tinker, get stuff done, write, whatever I feel like doing (including dealing with emergencies or “too much work” if I feel the daily rythm of morning tomatoes isn’t cutting it). Maybe I need to have “tomato days” and “non-tomato days”. Maybe I need to watch less TV (haha!) in the evening and spend more time hanging out online on Google+. Maybe I need to find a way to allow myself to multitask more (!) when I’m working. I’m not sure what the answer is yet.

What hanging out online does for me is the following, as far as I can make out:

  • gives my brain time to wander around (cf. Downtime post)
  • allows me to keep in touch with what’s going on in the social media world, and the people who are part of it
  • gives me food for thought a something to do with those thoughts (if all I do is work and consume fiction, chances are I won’t have much to blog about, right?)
  • it’s a space to tinker with tech and new toys (something I like doing per se)

And more importantly (this is something I think I’ve already written about somewhere regarding blogging and its relation to my work), “online” is a space I enjoy. I like being there. It’s part of the reason I made my job about it. So, just as it is a warning light if my job prevents me from blogging, it’s a warning light if the way I organize my work life prevents me from hanging out online.

Now, as I’ve already said: it’s all a question of balance. Spending my whole life tinkering online and working does not work either.

But these last months (and maybe years), the balance has been off. And right now, I think I’m starting to get unstuck, and am on my way to finding (building?) more balance.

Similar Posts:

Je suis vraiment si difficile à joindre? [fr]

[en] Am I really that hard to reach?

L'intimité au travail (Stefana Broadbent) — à lire absolument [fr]

[en] A great read, if you understand French: "L'intimité au travail" by Stefana Broadbent. If you wan't read her book, at least watch her TED talk.

IMG_1749.jpgJe viens de finir de lire “L’intimité au travail”. Stefana Broadbent fait une lecture fine et pertinente des enjeux liés aux nouvelles technologies à la place de travail, et met le doigt sur ce que je “sens” et tente d’exprimer maladroitement depuis des années. Les problèmes ne sont pas ces technologies en elles-mêmes: elles dérangent (comme le téléphone mobile et facebook à la place de travail) en tant qu’elles rendent visible des transgressions du contrat social à la place de travail, par exemple.

A lire absolument pour tous ceux qui s’intéressent:

  • aux médias sociaux et aux nouvelles technologies à la place de travail
  • à l’intégration des TIC en milieu scolaire (un splendide exemple vers la fin du bouquin)
  • à la question de la frontière entre vie privée et vie professionnelle, et son effilochement
  • à contrer l’argument-massue-bidon de la “perte de productivité” si on donne accès aux médias sociaux dans l’entreprise
  • aux réels facteurs de danger et de risque dans les incidents impliquant l’usage abusif de la technologie
  • à l’évolution de la notion de “travail” et des mesures de contrôle variables en fonction de sa nature
  • je pourrais continuer…

Ce sera en tous cas une lecture chaudement recommandée aux étudiants de la formation de Spécialiste en médias sociaux et communautés en ligne!

Similar Posts:

Nouvelles musiques: adieu la radio [fr]

[en] Years ago, when I sold my car, the radio stopped being my source for new music. Now it's TV series, Facebook, and Tumblr.

Il y a des années de cela, lorsque j’avais une voiture, je passais chaque jour du temps sur la route à écouter de la musique et… à chanter avec. Des périodes CD (c’était avant l’iPhone!) et des périodes radio. J’aimais la radio qui ne parlait pas, qui passait simplement de la musique.

C’était là que je découvrais de nouveaux artistes. Grâce à la radio que j’achetais des CDs (toujours ou presque dans les bacs à 10-15 balles).

Quand j’ai vendu ma voiture en 2007, j’ai perdu non seulement mon local de chant préféré (heureusement je chante avec Café Café, sinon mes pauvres cordes vocales se ratatineraient) mais aussi ma source de nouvelle musique.

En fait, j’ai aussi perdu mon lieu principal d’écoute de musique. J’aime travailler dans le silence, je n’arrive pas à lire ou écrire en musique. Alors j’écoute de la musique quand je fais le ménage ou quand je retouche des photos mais… c’est vrai que j’aime le silence.

Aujourd’hui, piétonne, j’écoute aussi de la musique en marchant ou dans les transports publics, mais c’est très frustrant pour moi de devoir “la fermer” et de ne pas chanter à plein poumons comme j’en ai envie. (Non, je ne suis pas “celle-là” dans le train qui chante pour tout le wagon avec son casque dans les oreilles…)

En plus, merci iPhone, la musique a maintenant une rude concurrence: les podcasts. Je suis accro à On The Media et à Radiolab, par exemple. (Si vous avez des émissions de qualité comparable à me proposer en français, je suis preneuse, hein.)

La radio a donc complètement disparu de mon radar — si ce n’est sous forme de ces podcasts, ou lorsque j’y passe 😉

Depuis quelques années, donc, j’ai conscience que mon “répertoire” musical stagne. Je n’achète plus de CDs depuis longtemps (un des derniers était Back to Bedlam de James Blunt) et malgré ce que pourraient croire certains, je ne suis pas une grande pirate: trop paresseuse pour télécharger “illégalement”, je me contente d’acheter des morceaux isolés sur iTunes. En passant, j’ai la sensation de payer pour le service plus que pour la musique (vous m’entendez, là-bas?)

Source première de nouvelles musiques? Les séries TV (et films), Grey’s Anatomy en tête. Un petit coup de Shazam pour identifier le morceau qui passe, et hop, j’achète.

Deuxième source? C’est ça qui me fait écrire aujourd’hui: mes fils d’actualité sur Facebook et Tumblr. Mes amis qui partagent vidéos et morceaux qu’ils aiment. Parfois, j’achète.

Similar Posts:

Brain Downtime [en]

[fr] On a besoin de débrancher son cerveau -- avez-vous assez l'occasion de le faire?

My brain needs downtime. So does yours.

We’ve managed to make our lives so efficient that we’ve removed all the downtime that used to be part of them. We can work on the train, listen to podcasts while we clean and cook, why, we even read on our iPhones as we walk through town.

Sleeping just doesn’t cut it. Of course, we need sleep (that’s also body-downtime), but we need awake-downtime.

What’s your downtime?

For me, reading fiction and watching TV series qualify as brain downtime. My conscious mind is immersed in fiction, though I’m sure a lot is going on in the background. Sailing and judo qualify to, as does riding my exercise bike if I’m listening to music rather than a podcast.

When I’m on the bus and reading FML or flicking idly through my Twitter stream, is that brain downtime?

When I’m walking in the mountains, drinking a cup of tea on my balcony, watching the sun set, taking a bath, or meditating, that’s definitely brain downtime.

Do you get enough brain downtime?

Similar Posts:

Supports de cours: notre philosophie (formation MCMS) [fr]

[en] For the course I'm co-directing, we decided to make course materials available through the website instead of handing students a big fat file at the beginning of the course. Here's an explanation of why we're doing things this way.

J’ai publié sur le blog du cours MCMS une explication sur notre philosophie concernant les supports de cours. Je pense qu’il est intéressant de la reproduire ici.

Il est coutumier, lors d’une formation d’une certaine ampleur, de démarrer le premier jour avec la distribution d’un gros classeur bien lourd servant de support de cours.

Nous avons fait le pari de fonctionner différemment — pari qui n’est pas très difficile à faire, au fond, puisqu’il reflète par les actes la matière de cette formation: mettre les supports de cours à disposition des étudiants ici, sur ce site.

Premièrement, il s’agit d’une occasion de mettre un peu plus les « doigts dans le cambouis » et de se familiariser avec l’information numérique, et d’en découvrir les avantages. Parfois, c’est le support physique qui présente un avantage, et rien n’empêche dans ce cas d’imprimer le support numérique.

Deuxièmement, fonctionner ainsi nous permet plus de flexibilité et de réactivité. Dans le milieu des médias sociaux, tout bouge très vite, et préparer des mois à l’avance un support de cours imprimé au sujet de Facebook (par exemple) tient du suicide pédagogique — il y a de fortes chances qu’il soit en partie obsolète avant même d’être utilisé. Le support de cours numérique peut être maintenu à jour (et modifié) à tout moment et pour tous.

Troisièmement, nous sommes conscients que les supports de cours ainsi mis à disposition vont circuler, y compris en-dehors de notre public cible premier, les personnes inscrites au cours. Renonçant à un protectionnisme encore trop répandu (« c’est mon travail et je ne le partagerai pas! »), nous avons confiance d’une part que notre valeur en tant que formateurs n’est pas réductible à un support de cours, et d’autre part qu’en mettant à disposition de la communauté, nous recevrons en retour.

Chaque intervention fait donc l’objet d’un article dans ce blog, avec liens vers les supports de cours (ici ou parfois hébergés par l’intervenant lui-même), et parfois des notes prises lors du cours. Il est aussi possible à l’intervenant de publier directement dans ce blog, s’il le désire.

Similar Posts:

Log-Out Day: Victims of Technology, or a Chance to Grow? [en]

[fr] Les initiatives de "déconnection" comme le Log-Out Day en Corée sont à mon avis symptomatiques d'une immaturité dans l'utilisation des nouvelles technologies, aussi bien à l'échelle personnelle que sociétale. Nous pouvons nous voir comme les victimes de la technologie et la rejeter avec fracas (pour toujours ou pour un jour) ou bien la voir comme une opportunité d'évoluer et de grandir en tant que personnes.

The last link from Laurent‘s post Defriendization is the future of social networks that I want to comment upon is about Log-Out Day in Korea. (Read my first two articles about his post: Defriending, Keeping Connections Sustainable and Maybe Superficial and Scale in Community and Social Media: Bigger is not Always Better.)

We need to be able to disconnect, but again, I’m not sure it’s really worth making a statement about, or taking a stand for. Do we have “electricity-free” days? We do have “car-free” days here, but they’re rarely followed. All this reminds me of the Addicted to Technology meme.

For me, the existence of things like a “Log-Out Day” is a symptom that we (as a society, as individuals) have not yet come to terms with the new technology in our lives. We are not mature in our usage of these tools. We haven’t learned to set boundaries that make sense for us, and we’re not good at enforcing them.

Do you take non-critical work phone calls when you’re taking time off? Do you let new e-mail interrupt you when you’re deep in something else? Do you have trouble saying “no” to the almost infinite requests of the connected world? Do you face difficulties in your relationships with other people, and take the “easy way out” of moving almost all your social life online? I could go on and on.

We can be victims of technology, and resort to rejecting it in sometimes dramatic knee-jerk ways (Log-Out Day, deleting one’s Facebook account, shutting down one’s blog, etc.) — or we can seize the opportunity to grow as human beings.

I do not have to leave my cellphone at the entrance to ignore incoming calls, or not use it (like when I’m on holiday, or during the week-end). I can be lazy about responding to friend requests, rather than deleting my Facebook account because I can’t keep up. I can spend a “technology free” week up in the mountains without checking my e-mail even though I have my iPhone and computer with me. I can decide to not turn back to fetch the cellphone I forgot at home, and go out without it instead.

I can be a hyper-connected person without letting it eat my life away.

Similar Posts:

Defriending, Keeping Connections Sustainable and Maybe Superficial [en]

Yesterday I read Laurent Haug‘s post Defriendization is the future of social networks. (Laurent organizes the Lift conference, next month in Geneva — are you going? Here’s why you should.) I’m not sure I’m with Laurent about defriending. I guess I’m more of an advocate of being lazy about friending. That’s why I have 200+ people waiting in friend request purgatory on Facebook.

It is true, however, that with an online social network, you keep on dragging your past connections with you unless you defriend. In offline life, connections loosen with time, you stop seeing people, stop calling, stop writing, lose track of where they live… and connect again on Facebook. We have two movements here:

  • the fact that people tend to drift out of each other’s lives, and online social networks do not really have a way to reflect that
  • the fact that in a way, we like “collecting” our contacts, even if they’re not active anymore, as a way of making present or tangible some part of our past lives.

Sometimes, reconnecting with people who have drifted out of your life can be a great thing. I think that’s because in many cases, there is no real reason (like conflict, for example) for having drifted apart. It’s more a combination of circumstances and the absence of a strong incentive to not let the relationship dissolve.

I think that one of the obsessions with defriending has to do with having excessively high expectations about what one owes one’s connections. One of my keys to social media survival is “you can’t read everything”, which as far as relationships go translates to “you can’t have an active relationship with all your connections”.

It sucks, I know. I do believe that there is a psychological limit to the number of people we can handle in our lives (cf. Dunbar’s number). I also believe that social media, in a way, allows us to cheat with this — but it’s only cheating. It makes it easier to keep loose ties alive, and reactivate old relationships, but it doesn’t fundamentally change how many people in our lives we can really care about on a regular basis.

If you try to keep your online social network connections as meaningful as “regular friendships”, you can only fail.

I think this is part of the explanation of what I’d like to call “social media burnout” and that we’re seeing popping up all over the place. The links I’ve collected in relation to this theme are of high-profile social media people, but this happens to “normal” people too. They go wild about Facebook for a few months or a year, and then drop it all because they got sucked into it too much. Now, the people I’ve linked to above are not doing the “all-or-nothing” thing, and they might very well not be properly burned out, but they have in common that at some point, they have realised that their social media “life” was not sustainable as is. This happens outside social media too — but I think there is something specific to social media here, in the way that it dramatically lowers the energy necessary to establish and maintain connections.

Though one must never forget that the people at the end of our social media connections are real people, we must also acknowledge that it does not automatically entitle them to a deep, meaningful relationship with us. It’s OK to keep things superficial. It’s necessary, or your brain will fry.

Coming back to Laurent’s article, he points to three links that I would like to comment upon, in my typical rambly and disjointed blogging style ;-). I initially wrote a huge long post, and then decided to chop it up. Keep reading (after the lunch break):

Similar Posts:

La technologie qui nous pousse à grandir [fr]

[en] I write a weekly column for Les Quotidiennes, which I republish here on CTTS for safekeeping.

Chroniques du monde connecté: cet article a été initialement publié dans Les Quotidiennes (voir l’original).

Depuis bientôt dix ans que je fréquente des blogueurs, j’en vois régulièrement qui succombent à la pression de leur lectorat. C’est ainsi qu’ils le présentent, en tous cas. Ils ne peuvent plus tenir le rythme de publication. Les commentaires de leurs lecteurs les minent. Leur public a des attentes, et ils n’arrivent pas ou plus à y répondre. Ils sont trop sollicités.

Alors ils arrêtent de bloguer, se fendant d’un long (ou très bref) billet explicatif.

Et à chaque fois, je lis, un peu médusée, et je peine à comprendre. Tout l’attrait du blog, pour moi, c’est la liberté qu’il confère à son auteur. Les seules contraintes sont celles que le blogueur s’impose. S’il cesse d’écrire à cause des attentes de son public, n’écrivait-il que pour celui-ci en premier lieu? N’avait-il pas peut-être lui aussi, des attentes peu réalistes (d’une certaine forme de reconnaissance, à tout hasard) pour son lectorat? Le problème est-il vraiment avec ses lecteurs, ou est-il plutôt entre lui et lui?

Ceci n’est qu’une situation parmi d’autres où je vois que les avancées technologiques nous offrent l’occasion de grandir en tant que personne — plutôt que d’en devenir l’esclave (à l’image des blogueurs dont il est question ci-dessus) ou de les rejeter un bloc (mouvement de retour de balancier, parfois).

Le téléphone mobile nous rend joignable en tous temps? On apprend à ne pas y répondre juste parce qu’il sonne. On le met sur silence. On l’éteint. On filtre les appels. On reprend le contrôle.

Le chat nous permettrait de bavarder à longueur de journée? On apprend à se discipliner, à mettre des priorités sur certaines activités (travailler, peut-être?), à dire gentiment mais fermement que l’on n’est pas disponible maintenant. A approcher les autres avec un peu de retenue, aussi.

Les e-mails arrivent dans notre boîte de réception à toute heure du jour et de la nuit? On apprend à filtrer, à ne pas répondre à tout dès que possible, à basculer vers un autre mode de communication lorsque c’est plus adéquat.

Le blog et la publication en ligne ont fait de nous un micro-célébrité? On apprend à voir plus loin que la satisfaction un peu compulsive de l’attention reçue, à reprendre contact avec les motivations profondes et saines qui nous poussent à faire ce que l’on fait, et à mettre des limites aux sollicitations quasi-infinies du monde extérieur.

Un fil rouge, ici: être au clair de ses attentes, connaître ses besoins et ses limites, les faire poliment respecter lorsque c’est nécessaire. Dans le monde ultra-connecté qui devient le nôtre aujourd’hui, les compétences que l’on regroupe souvent sous l’expression un peu réductrice “savoir dire non” sont une question de survie. Et ce n’est pas plus mal.

Similar Posts:

Suis-je toujours l'amie de mes amis? [fr]

[en] I write a weekly column for Les Quotidiennes, which I republish here on CTTS for safekeeping.

Chroniques du monde connecté: cet article a été initialement publié dans Les Quotidiennes (voir l’original).

Les réseaux sociaux sont asymétriques.

Je ne parle pas des réseaux sociaux en ligne, mais bien des réseaux de relations et de gens, les vrais réseaux que les sites comme Facebook, MySpace, LinkedIn et autres cherchent à modéliser.

A mon sens, la grande majorité de ces sites nous proposent un modèle de relations comportant une erreur fatale: les liens entre les gens y sont symétriques, alors que ce n’est pas le cas dans la réalité.

Pensez aux gens qui font partie de votre monde: il y a fort à parier que vous trouverez sans difficulté des personnes qui sont plus importantes pour vous que vous pour elles — et vice-versa. On aimerait, idéalement, que les gens que l’on aime nous aiment autant en retour, que ceux que l’on admire nous admirent en retour, que ceux que l’on enrichit par notre présence nous enrichissent pareillement en retour. Mais souvent, et à des degrés divers, ce n’est pas le cas.

Et dans le monde professionnel, encore moins.

Pour qu’un lien soit établi entre deux utilisateurs de Facebook ou LinkedIn, chacun doit l’approver. Chacun doit dire “oui, je le veux”.

Du coup, un tel réseau social ne capture que les relations symétriques, ou bien (et c’est ce qui a tendance à arriver) fait passer des relations parfois fortement asymétriques pour des relations symétriques, parce qu’au bout d’un moment, on “cède”, et on accepte également comme amis les gens que l’on connaît peu, voire ceux que l’on ne connaît pas mais qui voudraient nous connaître.

Il existe cependant des réseaux sociaux en ligne (ou presque) qui permettent de rendre compte de ces asymétries.

Twitter est celui qui occupe le devant de la scène ces temps. Sur Twitter, vous pouvez suivre qui vous voulez, sans que cette personne doive vous suivre en retour (c’est d’ailleurs ce qui en fait un outil de veille si puissant, bien plus que Facebook).

Dopplr, un service permettant de partager ses déplacements et projets de voyages avec son réseau, vous laisse simplement décider qui peut accéder à votre profil — la réciprocité n’est pas requise.

Plus ancienne, la liste de contacts d’un service de messagerie instantanée permet également l’asymétrie, même si la pratique penche vers la réciprocité: je peux apparaître sur la liste de contacts d’une personne et avoir supprimé celle-ci des miens.

L’ensemble des blogs peut également être considéré comme un immense réseau social peu formalisé, où les “blogrolls” (listes de liens vers d’autres blogs appréciés du blogueur) révélaient les relations entre blogueurs, avant de tomber en désuétude (les blogrolls, pas les blogs).

Plus proche de chacun, peut-être, et pas tout à fait en ligne, la liste de contacts dans son téléphone mobile. Vous avez enregistré mon numéro, mais ce n’est pas pour autant que j’ai le votre.

Facebook, d’un certaine manière, tente de se rattraper avec les “listes d’amis”. Chacun peut maintenant en effet classer ses amis dans diverses listes (qui restent privées) que l’on peut utiliser pour donner ou non accès à certaines parties de son profil. Ainsi, je peux être connectée à Jules, à qui je donnerai le droit de voir tout mon profil, alors que lui ne me donnera qu’un accès limité au sien.

Sans ce genre de subtilité, les réseaux sociaux qui imposent la réciprocité parfaite finissent par devenir invivables avec la multiplication des contacts de tous bords, ce qui amène à leur désertion par ceux qui les faisaient vivre.

Similar Posts: