Is This Why I Stall? [en]

[fr] Peut-être j'ai besoin d'un dé pour être plus active quand j'ai trop de choix.

I am not very good at prioritising. Well, not always good at it. If there is an emergency, if we’re under pressure, if hard decisions need to be made, I can be decent to good at it, depending on the circumstances.

Ciel

I am not good at prioritising my wants and desires, actually. Here is the second edge to my sword of freedom. What do I want to do today? What should I start with? Nobody is tapping their foot waiting for something from me (except my accountant, that is), nobody is forcing me to do anything, I can choose.

And I want to do many things. Too many. It’s already noon, but here is what I’d like to do with my Sunday:

  • go for a walk
  • write blog posts
  • continue sorting/tidying clothes so I can get rid of my chest of drawers and move my third cupboard to its new place
  • cook so I have food ready for the week
  • do some accounting (!)
  • go to the cinema

I can’t do all that. And choosing one means I don’t get to do the others. Cake, having it, eating it. It sounds silly, but it’s an emotionally difficult place for me. So I put off the decision by flipping through Facebook, for example.

And if I’m not careful, it will soon be too late to do any of these things I wanted.

Feuilles 3

So today I did things differently. I figured I probably had time for two of these things. So I numbered them. And I rolled a die. Twice.

I went for a walk by the lake. I took photos there. The weather was splendid, windy and sunny and changing. I didn’t have time for accounting, but I wrote this blog post and roughly sorted my photos (FB) instead.

Octobre 2016 au bord du lac

I’ll do the accounting tomorrow.

Similar Posts:

Musiciens romands: 5 ateliers de développement de carrière en 2016 [fr]

[en] A 5-evening series of career development workshops specially designed for local musicians with my friend Elisabeth Stoudmann.

Quelles clés pour continuer à faire de la musique avec plaisir et en vivre autant que possible?

Cet automne, on vous propose d’apprendre à tirer profit de la transformation de l’industrie musicale cette dernière décennie.

mains cadrées

Je commence par le plus important:

Ce printemps me reprend l’envie d’organiser des workshops. Je sais qu’Elisabeth est parfois sollicitée par les artistes qu’elle côtoie dans le cadre de son travail, et je me dis qu’il y aurait peut-être là l’opportunité de faire quelque chose ensemble.

Quelques discussions plus tard, c’est en route: nous organisons 5 ateliers en soirée pour les musiciens de notre région. En alliant nos domaines d’expertise respectifs, on met sur pied un programme de développement de carrière sur deux axes qui se rejoignent magnifiquement:

  • les spécificités du “business musical” romand en 2016
  • le rôle que les outils numériques jouent dans la “nouvelle manière” de mener une carrière musicale.

Au risque d’aller à contre-courant de ce qu’on devrait faire avec une formation sur ce thème, on veut rester résolument terre-à-terre et réalistes par rapport aux perspectives de vivre de sa musique dans nos contrées. On ne fera pas miroiter les promesses du succès interplanétaire. On s’intéressera plutôt à comment monter quelque chose de solide, même si c’est moins glamour, en s’appuyant sur la force des relations qui nous entourent, la distribution amplifiée que permet le numérique, et les nouvelles opportunités de monétisation.

Je sens que je m’envole dans des propos un peu stratosphériques, alors revenons sur terre sans attendre avec le programme de ces cinq soirées. C’est bien sûr idéal de suivre les 5, mais c’est aussi possible de se servir à la carte.

04.10: les mythes du music business

L’ancien modèle du music business perdure mais d’autres approches sont possibles, prenant souvent appui sur des outils numériques. Grâce à ce premier atelier, vous saurez à quoi vous en tenir.

Est-ce qu’un agent m’est utile? Dois-je faire une newsletter? Et les subventions? Comment est-ce que je me présente en ligne?

18.10: les nouvelles pistes

Gagner sa vie en vendant des CDs, c’est révolu. Si l’on n’est pas une superstar, comment vivre de sa musique? On parlera crowdfunding, médiation musicale, home concerts… Malgré la “crise” de la profession musicale, il y a des tas d’opportunités excitantes à développer.

01.11: clarifier son objectif de carrière

Parmi les diverses possibilités de concilier création artistique et nécessité de gagner sa vie, il faut faire des choix. Il existe des méthodes très concrètes pour clarifier ses objectifs et les atteindre. Notre intervenant Jean-Christophe Aubry, coach en performance, vous guidera pour apprendre ces techniques et les appliquer à votre carrière.

15.11: comment se rendre visible en ligne (I)

Une présence en ligne peut se gérer de façon naturelle et devenir un prolongement de la salle de concert, un espace où être en lien avec son public. Apprenez comment fonctionnent les relations et communautés en ligne, et comment vous pouvez utiliser ces outils pour que votre musique touche plus de monde.

29.11: comment se rendre visible en ligne (II)

Concrètement, je fais quoi? Cette session permettra de mettre en pratique les principes abordés dans l’atelier précédent. Il vous donnera du temps pour travailler sur votre clavier, avec notre soutien: évaluer la pertinence de l’utilisation de telle ou telle plate-forme dans votre situation, ouvrir des comptes, obtenir un retour sur votre présence existante… et poser toutes les questions que vous voulez!

On a aussi fait un magnifique flyer que vous pouvez télécharger, envoyer à vos amis, ou admirer ci-dessous en modèle réduit:

flyer musiciens_p1
flyer musiciens_p2

Vous avez des questions, vous êtes pas sûrs si c’est pour vous ou pas, ou vous voulez simplement un contact avant de vous inscrire? N’hésitez pas à nous envoyer un message ou un mail (ou même nous lancer un coup de fil!), soit à Elisabeth, soit à moi.

On se voit le 13 septembre à la Datcha?

Similar Posts:

Swiss Monsoon: Ashley Madison Leaks, Minimum Wage, And Healthcare [en]

[fr] Les fuites de comptes Ashley Madison et pourquoi je ne participe pas aux réjouissances concernant la mise à nu des infidèles. Mes petites théories perso sur le salaire minimum (fausse bonne idée) et le système de santé suisse (bon équilibre des pouvoirs).

After a tropical summer, the monsoon. It’s pouring all its worth outside. No, it’s not very pretty.

Swiss Monsoon

Ashley Madison leaks. Another opportunity to drag “nobodies” into the spotlight and shame them. Oh, the horror of the affair! I don’t have proper stats handy, but cheating is something roughly half of people do at some point, if my memory serves me right. If it’s not more. It’s a small crime. Yes, it’s ugly, it’s a betrayal, a breach of trust, and can even endanger your partner if you’re having unprotected sex. Lying is ugly (don’t I know it). But in the grand scheme of things, it’s a commonplace transgression. That usually has a story. Anyway, my purpose is not to discuss adultery in length or excuse it (go read Dan Savage again), but to invite those who may be perched there to descend from their moral high horses.

Does being on the Ashley Madison leaks list mean you should be outed to all those who know you as a cheater, maybe ruin your marriage beyond repair, and even damage your career? (And just sayin’ — not all those with Ashley Madison accounts are cheating scumbags.)

So, I will not gloat about these possibly lying and cheating people who are now outed to the world. Not because I think they have done no wrong, but because I do not think that the public square should be the one to judge their crimes. (Read my patchwork post from the chalet for some background.)

And then there is this:

Josh Duggar? I will allow myself some schadenfreude, given the guy has made a career shaming others for their sexual orientations, preferences, or even gender. He’s not a nobody. He’s a celebrity with a big PR machine. Different can of fish.

I didn’t just want to talk about Ashley Madison — I actually took notes of the various things I would blog about in my “next post, this week, oh next week, ouch another week has gone by”.

There’s a very interesting Planet Money episode on the birth of the minimum wage. It’s funny that for the US it is so obvious that there must be a minimum wage. Yeah, guys — it didn’t always exist. Here in Switzerland, there is no minimum wage. On the one hand I think it’s important to ensure people are paid fairly. But on the other hand it seems to me that setting a minimum wage makes us run two systemic dangers:

  1. The first is “tampering with the system” of offer and demand. This is not a very palatable point of view, and it’s certainly shaped by the fact Switzerland has a very low employment rate. I like to believe that if something is really underpaid, people will not take the job. But I know this is wishful thinking, to some extent. When you are desperate, you will even take a bad deal. But does artificially raising the bar for the price of labour solve the underlying issue, which might simply be that there is just not enough work for everybody anymore, which may call for much more radical solutions than a minimum wage?
  2. The second, way less far-fetched, is priming. When there is a minimum wage, this in a way sends a signal that if you’re paying that amount, you’re “OK”. What are you complaining about, you’re getting the minimum wage! I worry that if we do set a minimum wage, salaries which used to be just above might end up being “attracted” to that theoretical minimum. If everybody is paying minimum wage, you don’t have much choice but minimum wage. With no “reference point”, employers will probably be more free to compete to attract employees by varying how much they pay. I realise this is coming back to my first argument, and assuming a system in which there is “enough work”, so I’m not sure how things hold up when employees are competing for just any kind of employment.

Does anybody know of research around these questions? I’d definitely be interested in reading more on the topic.

This slightly “political” topic brings me to one of my little theories about the world. It has to do with healthcare. Healthcare has always been of a particular interest to me, probably because I use medical services quite a bit, and maybe also because I had heart surgery when I was a little girl and quite liked my hospital experience then.

I have people close to me in various countries, not the least my grandparents in the UK, and close friends in the US (and we hear enough horror stories about US healthcare, don’t we). I’ve lived in India (OK, extremes). I am in love with the Swiss healthcare system. And I have my little theory about why it is so good.

First, here’s how it works:

  • basic insurance (which actually covers a lot, determined by law) is compulsory; if you’re really too broke to pay for it (300-400 CHF/month roughly) your town will normally pitch in
  • when you go to the doctor, you pay the bill directly, then send it to your insurance which reimburses 90% of it; every year, you pay the first 300-2000CHF of your bills before getting reimbursed (you choose the “franchise” and your monthly insurance bill is reduced if you take a higher one)
  • for fancy stuff like alternate healthcare, private rooms in private clinics, etc, there are optional “complementary insurances”; they can refuse to take you on, but once you’re on, you’re on

So, it’s quite expensive, but the quality of care is really good. The reason I think it works well is that there is a balance between those parties who have a vested interest in costs being high (doctors etc.) and those who have a vested interest in keeping it low (insurance companies).

This means:

  • nobody can get dropped by their insurance because they get sick, or some “preexisting condition” BS
  • your insurance is not tied to your employer
  • “everybody” has insurance (quotes, because it’s probably not the case for a tiny marginalised fraction of the population)
  • you are free to see the doctor your want
  • no huge waiting lists for specialists, or hospitals, or doctors, or whatever
  • no quotas (your “GP” has more than 8 minutes to see you, and will just charge more if you end up needing a 45 minute consultation)
  • you get the bills, so you have an awareness how much your healthcare is costing
  • the quality of healthcare is high pretty much everywhere.

It’s not perfect. Ask Swiss people, they will complain about the healthcare system all day if you let them.

For me, the US is an example of a system where the people who have a vested interest in raising the costs have too much power. That’s how you end up with ghastly expensive bills for things like a drip, and insurances which have no incentive to defend your interests, as they can seemingly easily get rid of you if you become too expensive.

We see this in two areas here in Switzerland:

  • dental care
  • pet insurances.

Dental care insurances are not compulsory and not regulated. We are used to paying our dentists out-of-pocket. Having anybody in this country look at your teeth costs an arm and a leg, and insurances are commonly perceived as “not interesting” to have. Easier to drive to France (that’s what I do).

As for pets, we have seen insurances show up these last years. I got one for Tounsi as he was young enough, and it did serve me well as I ended up with thousands of francs of vet bills a couple of summers back. But the insurance has a clause for “chronic conditions” where they only pay for care during the three first months, and then they don’t cover it anymore. Sounds a lot like something one might find in human insurances on the other side of the pond?

As for the UK, it suffers from the opposite problem. As everything is state-run, and paid for by taxes, the parties looking to minimise the cost of healthcare end up having too much power. You end up with ridiculous quotas, sub-standard care, huge waiting lists. Sure, it costs less, but the quality of healthcare takes a dive.

What do you think of my “perfection in the balance of power” theory? Specially interested in your views if you’re an expat and have first-hand experience of different healthcare systems.

Similar Posts:

18 mai: ne votez pas oui par ignorance (NON à l'initiative "anti-pédophiles") [fr]

[en] Swiss votations stuff. NO to the so-called "anti-pedophile" initiative which is extremist, badly-designed, and useless when we have laws now in place which do a better job.

Le moment d’envoyer son bulletin pour les votations du 18 mai approche. Et je l’ai “là” comme on dit en pensant à toutes les personnes qui voteront oui à l’initiative de la Marche Blanche, croyant bien faire, parce que bien sûr, il faut être “contre les pédophiles”, mais quelle idée.

Alors qu’en réalité:

  • la loi qui entrera en vigueur en 2015, développée d’ailleurs sous l’impulsion de la Marche Blanche à l’époque, met déjà à l’ordre du jour l’interdiction de travailler avec des enfants pour les pédophiles condamnés et avec des personnes dépendantes pour des personnes en ayant abusé
  • l’initiative bafoue le principe de proportionnalité de la peine au crime, avec une interdiction à vie automatique contraire aux droits de l’homme (ça vous chicane pas juste un petit peu, qu’Amnesty se positionne contre?)
  • les arguments “il ne faut reculer devant rien pour protéger nos enfants” est dangereux, et va dans le sens d’une société et d’une éducation suprotectrices qui s’avère en fait extrêmement dommageable pour l’équilibre de notre jeunesse
  • l’initiative met dans un même sac les amours de jeunesse ou impliquant des ados (genre, 15-21, voire 16-32, on en connaît tous) et la “véritable” pédophilie, ainsi que l’abus de personnes dépendantes; elle est mal écrite, ratisse à la fois trop large et pas assez (abus en milieu familial ou associatif? que dalle, alors qu’on sait que c’est dans le contexte privé qu’il y en a le plus)
  • mettre en place des mesures de prévention ou de protection inutiles est bien pire que de ne pas en mettre: on se donne bonne conscience mais on ne change rien au problème (imaginez qu’on encourage les gens à mettre un grigri à leur rétroviseur plutôt qu’une ceinture de sécurité pour se protéger en cas d’accident… pas dommageable?)
  • je ne parlerai même pas (mais si j’en parle) de la mise au pilori des opposants à l’initiative; je me suis moi-même fait lyncher en bonne et due forme sur Facebook quand j’ai essayé d’introduire un peu de nuance dans le débat.

Je vais voter NON et je vous engage à en faire de même. Les sondages donnent l’initiative gagnante, largement, mais il ne faut pas perdre espoir. Mobilisez-vous. Mobilisez les autres autour de vous. N’acceptez pas la victoire du populisme, de la peur et de l’ignorance.

Certains ont développé bien mieux que moi les arguments contre. Lisez-les.

Et je vous rassure, on n’est pas pédophile ou pro-pédophilie parce qu’on refuse cette initiative.

Similar Posts:

Initiative de l'UDC contre les familles [fr]

[en] Swiss politics. I'm against the UDC so-called "for families" initiative, and you should be too. OMG I can't believe I'm writing a political post.

Sans rentrer dans les détails, j’ai réalisé qu’il n’allait pas de soi pour tout le monde qu’il fallait voter contre la soi-disant “initiative pour les familles” de l’UDC. Alors hop, moi qui me tiens généralement bien à l’écart de tout ce qui sent la politique, je vais sauter les deux pieds dedans.

Un peu de contexte: je ne suis affiliée à aucun parti, vu que ça me fait vite mal à la tête, toute cette politique, mais je suis clairement de sensibilité gauche-verte, avec toutefois quelques idées un peu plus de droite parsemées ici et là, probablement parce que je traine trop dans le milieu du business et de l’entrepreneuriat.

Un peu de contexte concernant l’initiative. C’est une initiative de l’UDC, et les autres partis se sont alliés pour lutter contre. Ça, si on ne partage pas de façon général les vues de l’UDC, ça devrait déjà être un gros drapeau rouge. Certes, l’initiative semble séduisante (qui ne voudrait pas soutenir les familles?), mais n’oublions pas que l’UDC sont les as du marketing politique et de la communication, qu’ils ont de gros moyens et qu’ils sont extrêmement efficaces.

Oui, ce serait super si on pouvait valoriser d’une façon ou d’une autre le travail des parents qui renoncent à travailler (tout ou partiellement) pour s’occuper de leurs enfants. Ou bien le travail des enfants qui ont à charge leurs parents âgés, au détriment de leur carrière. Mais l’initiative de l’UDC ne fait pas ça.

Déconstruisons un peu.

Si je travaille et que je fais garder mon enfant, j’ai des frais de garde, et je peux déduire une partie de ceux-ci lors du calcul de mes impôts. La logique de la chose telle que je la comprends, c’est que ces frais sont en quelque sorte des frais d’acquisition du revenu: pour pouvoir travailler, gagner plus, et donc payer plus d’impôts, je dois dépenser de l’argent. Donc le calcul de l’imposition en tient compte, de la même manière qu’on peut déduire des frais d’entretien d’immeuble si on est proprio. (Vous me corrigez si je dis des bêtises, mais je crois que le parallèle est bon.)

Si je ne travaille pas et que je n’ai pas de frais de garde, je n’ai pas non plus de salaire (le ménage a moins de revenus et je paie moins d’impôts).

N’oublions pas que les revenus modestes paient déjà peu d’impôts. Un ménage qui tourne avec un seul salaire médian, ça lui fera probablement une belle jambe qu’on puisse déduire encore quelque chose.

Ensuite, il y a toute la problématique “féministe”. Là aussi, je reste généralement loin du débat, mais c’est clair pour moi qu’une initiative comme celle-ci favorise un modèle familial où la femme reste à la maison pour s’occuper des enfants. Et ça, c’est inacceptable en 2013. Je ne dis pas que je désapprouve des femmes qui font le choix de s’arrêter de travailler pour s’occuper de leurs enfants. Mais la société devrait faire en sorte que le choix entre carrière et famille soit un vrai choix. Alors qu’on sait que les femmes sont toujours moins payées que les hommes, que dans le monde du business les qualités qu’on apprécie chez les hommes sont perçues comme des tares chez les femmes, inscrire dans la constitution quelque chose qui valorise la femme au foyer au détriment de la femme professionnelle, c’est tellement rétrograde que ça me met en rage.

Je reprends: il n’y a rien de mal à élever ses enfants. Mais il n’y a rien de mal non plus à vouloir une carrière, et ça fait des générations que les femmes se battent pour que nous ayons un vrai choix là-dessus. Ce n’est pas le moment de revenir en arrière.

Ensuite, imaginons que l’initiative passe. Certaines familles (aisées, à deux parents dont un seul travaille) paieront moins d’impôts. Pour le canton de Neuchâtel, par exemple, un trou de 40 à 80 millions. Un trou qu’il faudra bien combler d’une façon ou d’une autre. Plus d’économies (et on sait qu’on économise sur le social et l’éducation), et probablement simplement une réduction des déductions de frais de garde, pour tout le monde. La super initiative pour soutenir les familles aurait donc pour effet de péjorer la situation des familles qui dépendent de structures d’accueil pour pouvoir assurer un revenu suffisant pour le ménage.

Si l’initiative était appelée “pour la suppression des déductions pour frais de garde”, je pense pas qu’elle aurait autant de succès, mais en pratique, c’est à ça qu’elle aboutit: si j’ai des frais pour faire garder mes enfants afin de maintenir mon activité professionnelle, je ne pourrai pas déduire plus que si je n’ai pas de frais. Vous voyez le problème?

Oui, c’est complexe, et compliqué. Je vous ai dit que ça me faisait mal à la tête, la politique. Et c’est là qu’ils sont forts, l’UDC: ils simplifient. Rendent simpliste, même.

L’enjeu de cette initiative, ce n’est pas de soutenir ou non les familles et de valoriser les parents (=les mères) qui font le choix de ne pas travailler.

L’enjeu de cette initiative, c’est:

  • promouvoir un modèle familial où la femme ne travaille pas
  • réduire les déductions pour frais de garde pour les ménages où les deux parents travaillent
  • réduire les déductions pour frais de garde pour les familles monoparentales
  • donner des déductions fiscales à ceux qui ont un revenu confortable, sans améliorer la situation de ceux qui peinent à joindre les deux bouts.

De plus, comme cette initiative parvient à séduire même des personnes habituellement de gauche, j’y vois un véritable risque d’UDCisation de la Suisse (on est déjà bien en chemin). Est-ce la Suisse de l’UDC que vous désirez soutenir? Parce que si cette initiative passe, si vous votez pour alors que vous ne soutenez pas les idées de l’UDC en général, vous êtes en train de faire un pas dans leur direction. Ça, c’est l’argument méta-idéologique.

Mais revenons à l’initiative: prenez le temps de réfléchir aux réelles conséquences et implications de cette initiative dont les avantages sont présentés de façon simpliste par ses partisans. Ne soyez pas dupe. Soutenir les petites gens n’a jamais été dans le programme de l’UDC.

Si on cherche une solution pour soutenir les familles, le RBI (revenu de base inconditionnel) qui se retrouvera prochainement sur nos bulletins de vote est une solution beaucoup plus intéressante — et réaliste, contrairement à ce qu’on pourrait croire de premier abord. Ça sera d’ailleurs le sujet d’un de mes prochains articles.

En attendant, n’oubliez pas de voter. Même moi je vais y penser, pour le coup.

Edit: lisez cet excellent résumé de la situation par Samuel Bendahan.

Similar Posts:

Vendredi, Bloggy Friday [fr]

[en] Bloggy Friday this Friday July 5th.

J’aurai passé ce #back2blog à publier des articles un peu tard le soir et à l’arrache. C’est pas grave, ça le fait aussi.

Ce matin en route pour le train, je vois que Xavier a publié un article annonçant le prochain Bloggy Friday lausannois. Vendredi 5 juillet. Punaise, moi qui n’ai même pas encore créé l’événement Facebook! C’est chose faite, assise par terre sur le quai de la gare Prilly-Malley, mon ordi sur les genoux et mon iPhone le reliant à internet.

Et j’ai bien fait, parce qu’il y a déjà 8 inscrits, on dira qu’on va avoir droit à un Bloggy Friday d’anthologie.

Si vous n’êtes jamais venu, c’est l’occasion. Si ça fait longtemps que vous n’êtes pas revenu, c’est l’occasion aussi!

Annoncez-vous simplement sur Facebook que je sache pour combien réserver.

(Pis jeudi, rappel, à faire tourner SVP: la séance d’info pour “ma” formation en médias sociaux et communautés en ligne.)

3e #back2blog challenge
(8/10), avec: Brigitte Djajasasmita (@bibiweb), Baudouin Van Humbeeck (@somebaudy), Mlle Cassis (@mlle_cassis), Luca Palli (@lpalli), Yann Kerveno (@justaboutvelo), Annemarie Fuschetto (@libellula_free), Ewan Spence (@ewan), Kantu (@kantutita), Jean-François Genoud (@jfgpro), Michelle Carrupt (@cmic), Sally O’Brien (@swissingaround), Adam Tinworth (@adders), Mathieu Laferrière (@mlaferriere), Graham Holliday (@noodlepie), Denis Dogvopoliy (@dennydov), Christine Cavalier (@purplecar), Emmanuel Clément (@emmanuelc), Xavier Bertschy (@xavier83). Follow #back2blog.

Similar Posts:

J'aime mes paniers de légumes (lejardinpotager.ch) [fr]

[en] I get a veggie basket of local products every week.

Chaque jeudi je reçois un panier de légumes bios de la région. C’est grâce à la coopérative Le Jardin Potager. Je suis fan.

3rd and last basket of veggies for the summer

Tout à démarré en août de l’an dernier. C’est la faute à Pierre Crevoisier, qui demandait si qui que ce soit était intéressé à reprendre les paniers de coopérateurs en vacances. J’ai sauté sur l’occasion et le test était concluant. Ce printemps, je suis devenue coopératrice à mon tour.

Le “petit” panier me coûte 19.80 CHF par semaine. Pas énorme:

  • c’est bio et local (vous avez vu le prix du bio à la Migros?)
  • ça couvre mes besoins de légumes pour la semaine, plus ou moins (parfois j’ai trop et je donne, parfois il me manque ceci ou cela et j’achète)

Il y a des points de distribution un peu partout. Le mien est juste de l’autre côté de la route.

J’aime le fait qu’on ne choisit pas le contenu de son panier. Je passe mon temps à choisir ce que j’achète, comment je le cuisine, ce que je mange — j’aime bien pouvoir déléguer une partie de ces décisions. Le contenu du panier de la semaine suivante est annoncé sur le site. Il y a une liste des légumes avec fiches description et recettes (histoire de savoir quoi faire avec les panais, les radis noirs, les scorsonères, l’aïl d’ours, les orties et autres topinambours). J’ai découvert des tas de nouveaux légumes.

Si vous avez envie de tester, profitez de l’été et des coopérateurs en vacances pour reprendre un, deux, trois ou quatre paniers. J’ai la liste et je vous forwarde l’e-mail sur demande!

La seule chose qui manque? Un groupe facebook, ou au moins une page. Un groupe serait mieux, parce qu’on pourrait y échanger recettes et tuyaux pour les légumes du panier de semaine en semaine. Je connais deux autres coopérateurs, pas tout à fait assez pour démarrer un groupe, mais si on est plus, je lance l’affaire!

20.09.2013: le groupe est lancé!

Similar Posts:

Bol d'Or Mirabaud 2013 avec le Farrniente [fr]

[en] YouTube video and Storify of my three days sailing on the lake with the Farrniente for the Bol d'Or.

C’était mon troisième Bol d’Or, le week-end dernier. Genève-Bouveret-Genève à la voile. Ça va pas forcément vite (29h de course pour le Farrniente) mais ça donne un peu le même sentiment de satisfaction qu’une longue randonnée en montagne: tout ce chemin parcouru sans source d’énergie extérieure!

J’ai posté quelques photos et séquences vidéo en cours de route, jusqu’à ce que mon iPhone rende l’âme (malgré le chargeur de secours que j’ai vidé aussi). Grâce à Storify, voici donc le Bol d’Or 2013 du Farrniente presque comme si vous y étiez. J’ai pris pas mal de photos que je dois encore trier (avec celles des éditions 2009 et 2012!) et en attendant de faire mieux, j’ai collé bout à bout les séquences vidéo pour en faire le film d’une quinzaine de minutes que vous pouvez voir ici:

Moins pénible peut-être que la vidéo, le Storify mentionné plus haut (et il paraît que les liens vers les vidéos dans Facebook marchent quand même, même si on n’a pas de compte Facebook!):

[View the story “Bol d’Or Mirabaud 2013 sur le Farrniente” on Storify]

J’ai profité de l’engouement provoqué par la possibilité de suivre le Farrniente live durant la course pour créer une page Facebook pour le bateau. Click click!

Similar Posts:

Fausse alerte enlèvement qui tourne (Granges-Marnand) [fr]

[en] Fake SMS doing the rounds here.

Reçu par SMS tout à l’heure:

Evernote%20Camera%20Roll%2020130522%20112834

une petite fille de 2 ans a ete enlevee a Grange Marnand Village par un homme de 30 ans barbu. Il etait vetu tout en noir cet homme est de peau noir. Conduisant une voiture bleu foncee plaque : 27B 138 fait Tourner ce message, ca pourrait sauver la vie de cette petite fille. Fait passer a tous tes contacts ! ca te prendra que 2 minutes! Fais le pour la petite

 

Soupçons de canular:

  • c’est un message en chaîne (déjà rien que ça)
  • pas de date
  • numéro de plaques qui est pas vaudois
  • le suspect est noir, bien sûr!
  • insistance à la fin du message pour faire passer
  • pas de source
  • je cherche en ligne, je ne trouve rien

Je vais sur la page Facebook de la Police vaudoise et je trouve ceci:

Screenshot%205/22/13%2011:25

Un autre témoignage corroborant:

Screenshot%205/22/13%2011:25

Mon réseau me renseigne:

Screenshot%205/22/13%2011:28

Il semble bien que ce message soit une version “suissifiée” d’un autre message français qui faisait référence à Sarcelles-Village (exemple trouvé rapidement avec Google).

Rappel: les messages qui “tournent” sont quasi tous des fakes. Avant de “transmettre à tous vos contacts” cherchez une source crédible pour votre info. Dans le cas de ce message qui est en train de tourner, en le transmettant à vos contacts vous contribuez par vos bonnes intentions à renforcer des stéréotypes racistes et augmenter la “peur de l’enlèvement” qui est déjà démesurée face au risque réel.

Update: Le Matin dénonce aussi le canular.

Similar Posts:

Mes bons plans "restaurant" à Lausanne [fr]

[en] Restaurants I like in Lausanne.

L’autre jour, un post de Laurent sur Facebook recommandant un restaurant lausannois a déclenché une série de commentaires pleins de bons restaurants lausannois. Voici les endroits où j’aime manger à Lausanne, sans ordre particulier:

  • L’Indochine, près de chez moi, pour manger vietnamien (bon repas en soirée)
  • La Bossette, où je ne suis pas retournée depuis trop longtemps (miam à midi et le soir, y compris le dimanche)
  • La Brasserie du Château, pour leurs pizzas
  • Le Lyrique, à midi quand j’enseigne au SAWI
  • Le Coccinelle Café, au centre de Lausanne
  • Chez Rony, pour la fondue et les plats très délicieux du Bangladesh, généralement lors d’un Bloggy Friday
  • L’Abyssinia pour manger éthiopien/érythréen au Valentin, et il y a aussi Lalibela de l’autre côté de la route, même proprio
  • Délices Indiens aussi au Valentin — moi qui ne mange indien quasi nulle part en Suisse, j’y mange et j’aime (buffet de midi et lunch à l’emporter pour 10.-)
  • Le Baz’Art, pas loin de chez moi non plus, pâtes et pizzas et plat du jour à midi, petite carte mais tout est excellent (ils livrent aussi)
  • Découvert récemment grâce à une de mes étudiantes, le Vapiano en face de la gare, où je retournerai (pâtes et pizza, système innovant de carte pour l’addition qui permet de ne pas se prendre la tête, on cuisine devant vous, aussi ouvert le dimanche)
  • Café Saint Pierre pour le brunch du week-end
  • à Morges, il faut absolument aller manger au Balzac à midi et y goûter leurs merveilleux cacaos — ils font également brunch le week-end.

Bon, je vais certainement devoir rajouter un restau ou deux à cette liste après avoir publié, mais c’est déjà un début!

2ème Back to Blogging Challenge, jour 5. Bloguent aussi: Nathalie Hamidi(@nathaliehamidi), Evren Kiefer (@evrenk), Claude Vedovini (@cvedovini), Luca Palli (@lpalli), Fleur Marty (@flaoua), Xavier Borderie (@xibe), Rémy Bigot (@remybigot),Jean-François Genoud (@jfgpro), Sally O’Brien (@swissingaround), Marie-Aude Koiransky (@mezgarne), Anne Pastori Zumbach (@anna_zap), Martin Röll (@martinroell), Gabriela Avram (@gabig58), Manuel Schmalstieg (@16kbit), Jan Van Mol (@janvanmol), Gaëtan Fragnière (@gaetanfragniere), Jean-François Jobin (@gieff). Hashtag:#back2blog.

Similar Posts: