Où j’en suis [fr]

J’en suis que ça va. Je crois que je me suis habituée à cette nouvelle normalité et que je m’y fais bien (parce que j’ai la chance que la version qui m’est proposée ne soit pas trop pénible). Ce qui me fait un peu flipper, c’est la possibilité que l’immunité après infection ne soit pas bonne, ou qu’on ne parvienne pas à produire un vaccin efficace. C’est pas du tout dit qu’on soit dans ce cas de figure, il faut patienter en attendant que la recherche avance, mais je sais que c’est une possibilité et c’est celle qui m’inquiète.

Je suis fatiguée des réactions outrées concernant les déclarations faites lors du point presse du CF sur la capacité des enfants à être infectés et vecteurs de la maladie. Pour moi ils ont clairement merdé la comm sur ce point, et on voit déjà quelques tentatives de rattrapage. Je pense que ça continuera en début de semaine – ce serait sage, en tous cas, vu les réactions que je vois dans mon entourage. Alors bon, avec “l’oreiller de paresse” l’histoire des enfants va peut-être passer au deuxième plan… C’était pas malin, cette expression-là, pour dire le moins.

M’enfin, je trouve que nos dirigeants font dans l’ensemble un très bon boulot, je pense qu’ils bossent comme des malades depuis plus longtemps qu’on ne l’imagine, et comme une amie à moi l’exprimait dans un tout autre contexte, le seul moyen de ne pas faire d’erreurs c’est de ne rien faire, et plus on fait, plus il y a des chances de béder quelque part. Ce que j’ai compris c’est qu’on va vers un assouplissement des mesures un peu “agile”, dans le sens où on fera quelques changements, on observe les résultats, on valide les prochains changements, on regarde ce que ça donne, etc. Et parmi ces changements il y a le fait de rendre aux cantons le pouvoir qu’ils ont perdu lorsque le Conseil Fédéral a déclaré que nous étions en “situation extraordinaire”. Il aura fallu cette crise pour que je commence à m’intéresser d’un peu plus près (et à suivre) la politique suisse!

J’ai découvert (redécouvert, en fait, j’avais oublié) qu’une de mes “maxime morales” était en fait le rasoir de Hanlon. Ma façon de le formuler c’est que quand on a le choix entre la maladresse et la malveillance, ou bien l’ignorance/l’incompétence ou le complot, on se trompe moins souvent en choisissant systématiquement le premier, jusqu’à preuve du contraire. Ce qui explique que je sois très peu complotiste (ce qui ne m’empêche pas d’être convaincue que les Russes, entre autres, fourrent les doigts dans nos médias sociaux pour accroitre la polarisation politique et idéologique dans la population, afin de servir leurs intérêts).

Hier j’ai fait ma première pizza maison (à passé 45 ans, c’est le moment, vous me direz) avec le surplus de mon levain. J’ai fait du sérieux rangement dans ma salle de bains (nouveau meuble de rangement, merci IKEA Clic&Collect), continué à avancer avec ma cuisine et mes réserves, j’ai enfin réussi à reprendre la lecture du livre que j’avais entamé… il y a tellement longtemps que je ne sais plus quand c’était. Je réalise que moins de contacts humains dans ma vie signifie plus de temps pour moi. Je trouve ça reposant et ça m’effraie un peu. Est-ce que je risque de découvrir qu’en fait j’aime l’isolement, après toutes ces années d’abord à fuir la solitude, quand j’étais jeune, puis à me perdre dans une overdose effrénée d’interaction humaine?

En cherchant dans mes photos quelque chose pour illustrer cet article, j’ai eu l’idée d’aller regarder mes photos d’il y a un an (vu qu’aujourd’hui je n’en ai pas encore faites). Et je tombe sur les photos de mon accident de voiture. Oui, mon accident de voiture, c’était il y a un an exactement, le 19 avril.

Un an.

Un an et ce n’est toujours pas complètement derrière moi. J’ai de la chance évidemment, car ça aurait pu être bien pire et il y a des gens qui trainent les conséquences d’accidents pendant bien plus longtemps que ça, mais à l’échelle de ma vie, cet accident a quand même été une bien grosse pourriture.

Mon chirurgien a déclaré que j’étais suffisamment “réparée” pour reprendre le travail (enfin ma recherche de travail) début mai. Qu’on s’entende, je suis entièrement d’accord avec cette décision, mais pour ce qui est du “reste” de ma vie, mon poignet n’a pas fini sa convalescence. J’ai encore mal (pas tout le temps, pas quand je suis à l’ordi, mais il suffit que je le plie ou torde un peu hors de sa zone de confort et c’est douloureux). Le sport qui sollicite le poignet (judo, voile), on n’y pense pas encore. J’arrive à me mettre à quatre pattes, mais avec le poids entier sur le poignet, c’est limite. L’autre jour j’ai perdu l’équilibre sur mon balcon (le sol était un peu encombré et je me suis encoublée), je me suis rattrapée à la barrière avec ma main droite, et j’ai compris ma douleur.

Cet accident, qui m’est tombée dessus sans crier gare Vendredi Saint 2019, il est encore là aujourd’hui. Heureusement les séquelles ne sont que physiques (et financières… parce que j’y ai laissé ma voiture) et limitées au poignet. Mais à cause de cet accident je n’ai pas pu poursuivre ma reprise du judo, pas fait de voile la saison passé, je n’ai pas pu skier cet hiver, j’ai eu mal au quotidien, j’ai subi une intervention lourde au poignet droit dont la convalescence n’a pas été une mince affaire et m’a valu presque six mois d’incapacité de travail. Je me souviendrai toute ma vie du premier mois après l’opération, où j’attendais l’heure de ma prochaine prise de tramadol, l’arrivée du soir où je pourrais dormir, le jour de ma prochaine séance de physio, le tout dans un brouillard médicamenteux total et sur fond de douleur constante au moindre mouvement – et parfois même sans mouvement.

Je me souviendrai aussi de l’anxiété constante (maintenant disparue) concernant ma récupération. Se retrouver avec le poignet de sa main dominante qui ne tourne plus, qui ne plie plus, qui fait mal… mine de rien j’ai eu peur pendant de longs mois, même si je réussissais à m’accrocher aux (lents) progrès et à la confiance de ma merveilleuse physio que tout allait bien aller.

Être sur la touche, aussi, ça n’a pas été facile – d’autant plus que je l’étais doublement, l’opération étant arrivée alors que j’étais en recherche d’emploi, après la fin de mon contrat à durée déterminée à Fribourg. J’ai du apprendre à vivre dans les limbes. C’est jamais agréable, les limbes.

Là, on est un peu tous dans les limbes, collectivement. Personne ne sait vraiment où on va. A quoi ressemblera notre vie dans un mois, dans trois mois, dans six mois? Dans un an ou deux, même? Il faut accepter de ne pas pouvoir se projeter, ou alors de ne pouvoir se projeter qu’avec incertitude, en suspens.

Si on y réfléchit bien, la vie au fond est comme ça, en temps normal. On est toujours à la merci d’une voiture qui nous bille dedans dans un giratoire. Alors certes, la part d’imprévisible aujourd’hui est augmentée, mais elle n’était pas inexistante avant. On choisit simplement de vivre comme si elle n’était pas là – parce qu’avoir le contrôle nous rassure.

Similar Posts:

La normalité reprend ses droits [fr]

L’habituel commence gentiment à reprendre ses droits. Le temps reste mou; hier j’étais convaincue qu’on était samedi, au point que quand une personne que je devais voir lundi m’a dit “à demain!” j’étais à deux doigts de la rectifier. La sensation de crise aiguë m’a quittée. J’ai trié mes tupperware.

Mes objectifs quotidiens sont modestes: m’installer pour lire mon roman, finir ma journée assez tôt pour regarder ma série, faire des boulettes de viande avec le kg de viande hâchée que j’ai achetée en action à la Migros. Et, la normalité revenant au galop, je procrastine. Bref, je me retrouve face aux mêmes challenges qu’il y a 2 mois, qu’il y a deux ans.

Je fais partie des grands privilégiés de cette crise, vu que je peux me payer le luxe de me débattre avec mes difficultés habituelles.

Ce qui n’est pas habituel, par contre, c’est que je me trouve extrêmement irritable. Je pars au quart de tour. Alors que d’habitude j’arrive à garder une saine distance émotionnelle par rapport aux choses qui ont tendance à m’énerver (les gens “qui font faux”, “qui ont tort”, “qui réfléchissent pas”, bref, vous voyez le schéma, c’est pas très glorieux), maintenant c’est un peu comme si je n’avais plus de fusible pour ça. Un effet de bord du confinement, rien d’anormal, mais c’est ennuyeux. La solution est assez simple, heureusement. Dormir assez (j’ai le luxe de pouvoir), sortir et bouger assez (idem), garder un rythme au quotidien (plus difficile). Et limiter un peu les contacts sociaux.

Je suis clairement sortie de ma phase “tout lire, tout apprendre” au sujet de coronavirus. Maintenant, ça m’ennuie même un peu. Je crois avoir fait le tour, j’attends surtout que la science avance (mais ça, ça sert à rien d’être au taquet dessus chaque jour), les décisions au niveau politique ont été faites et je me doute bien de ce qui nous attend, encore des semaines ou des mois de la même chose. Sur Vaud les chiffres commencent à se stabiliser, ce qui veut dire que la courbe grimpe moins raide, alors on tient bon, on pense fort à ceux qui sont au front, on évite de prendre des risques ou d’en faire courir à autrui, et on attend. Je suis consciente que c’est facile pour moi de dire ça, je n’ai que ça à faire, de toute façon, attendre, pas d’urgence.

J’ai fait des semis. Je suis allée chercher du levain, qui bulle à côté de celui que je tente de démarrer ici. J’essaie de me mettre chaque matin au soleil sur mon balcon, avec les chats. J’essaie de manger correctement, ni trop ni trop peu.

A ce propos, j’ai installé MyFitnessPal. Alors c’est très bien, la base de données de nourriture est super (on y trouve même les brownies de la Migros), on peut scanner les codes-barres… Mais le problème est que même si je me suis dit que j’allais juste noter ce que je mange pour prendre meilleure conscience de où sont les calories (je n’ai jamais fait de régime de ma vie, donc je suis assez peu au fait de la densité énergétique de ce que je mange), je me retrouve à regarder cet objectif total journalier et à me stresser pour essayer de l’atteindre. Et ça, c’est pas le but. Alors j’ai changé mon fusil d’épaule: je rentre les choses mangées le soir, après-coup. Et j’arrête d’essayer de faire attention – juste manger raisonnablement, comme je fais d’habitude (et comme je ne l’ai pas fait cette dernière année…).

Je trouve difficile de ne pas me mettre de pression, de façon générale. Tant pis si je ne “profite” pas de cette période. Ça aussi, c’est pas le but. Le but c’est de vivre. Et c’est pas si facile.

Similar Posts:

Mes top tips pour les courses en temps de pandémie [fr]

Histoire d’éviter les crises cardiaques, cette photo date du 16 mars 2020

Par les temps qui courent, faire les courses pour plusieurs personnes quand on y va (seule ou seul!) c’est une bonne idée. Ça permet aux personnes à risque d’éviter une sortie, ça fait une personne de moins qui se balade dans le magasin, bref, les courses groupées ont la cote.

Deux petits “trucs” pour vous simplifier la vie:

  1. Utilisez Google Keep pour les listes de courses. On peut y faire une liste avec des petites cases à cocher, et partager cette liste avec qui on veut. La personne peut mettre à jour sa liste quand elle veut, et on a toujours accès à la dernière version à jour. Quand on fait les achats, on coche, et les achats cochés disparaissent de la liste. Super pratique!
  2. Demandez aux personnes pour qui vous faites les courses de vous envoyer un bonne photo du code-barres de leur Cumulus (ou Supercard, ou…) et utilisez-les pour prendre autant de scanners que de personnes. Cela permet de scanner séparément, de faire des tickets de caisse séparés, et d’éviter (littéralement!) des comptes d’épicerie une fois les courses faites.

Sinon, pour les personnes que mes “pratiques d’hygiène” intéresseraient:

  • Je me lave les mains avant de partir de chez moi, je les désinfecte à l’entrée du magasin avec le désinfectant fourni, je passe aux WC les laver après avoir chargé la voiture, je les lave en arrivant chez moi, et encore une fois après avoir rangé mes courses.
  • Je ne désinfecte pas mes courses.
  • Je ne porte pas de gants. Le virus s’accroche mieux et survit plus longtemps sur les gants que sur la peau, et il ne peut pas rentrer dans le corps via la peau.
  • Je ne porte pas de masque. Dans un contexte où nous manquons de masques, il faut les laisser en priorité aux soignants, qui de par leur métier, ne peuvent respecter la distanciation sociale dans leur travail, et sont en contact avec des personnes malades ou particulièrement vulnérables (hôpitaux, EMS, soins à domicile), et aux personnes malades (pour éviter de contaminer autrui ou de faire paniquer l’assemblée en toussant). Ce serait différent si nous avions un stock de masques suffisant pour couvrir toute la population, en plus des soignants.
  • Je scanne et je paie avec Twint.
  • Je fais les courses une fois par semaine au max pour limiter mon exposition.

Pour terminer, un tuyau “rangement”: pour vos denrées non périssables, si vous fonctionnez comme moi un peu aux stocks, rangez-les par année de date de péremption (un étage pour 2019 et avant – oui vous pouvez sans autres manger une conserve “périmée”, un autre pour 2020, puis pour 2021, et 2022 et plus ça peut aller dans le placard du couloir ou la réserve de la cave). Ça vous aidera à utiliser les aliments les plus anciens en premier.

Similar Posts:

La texture du confinement [fr]

Ce qui a changé, c’est la texture du temps qui passe. Ce n’est plus un temps qui me file entre les doigts et que je cherche désespérément à retenir. C’est un temps bien plus immobile, qui ressemble un peu à celui du premier mois après mon opération, où il n’y a pas grand chose d’autre à faire que d’attendre qu’il passe, en tentant de vivre agréablement son quotidien. C’est un temps sombre, et au bout il y aura de la lumière, donc ce sera bien, après, mieux, probablement, mais si, un jour, plus tard.

C’est un peu le temps de l’attente, l’attente peu agréable d’un futur qui va nous en libérer.

Et dans ce temps un peu étrange, bizarrement, je me trouve fort capable de vivre.

Similar Posts:

Un jour ordinaire de confinement [fr]

Aujourd’hui, j’ai réorganisé mon armoire à épices (j’en ai beaucoup), et j’ai pleuré en écoutant Joan Baez chanter “Hello in There” (une chanson qui m’émeut toujours en temps normal), dédiée à son ami John Prine, chanteur que j’ai découvert via une interview de Terry Gross dans Fresh Air, qui est dans un état critique, victime du Covid-19.

On est tous en deuil, sous une forme ou une autre, même sans avoir perdu personne. On est en deuil de notre normalité, de notre vie d’avant qui ne sera jamais plus, de notre liberté, de notre sécurité physique soudainement compromise, de notre quotidien avec les enfants à l’école et le travail au bureau, des nos rencontres avec nos proches et nos amis, d’un avenir dont on ne sais plus précisément de quoi il sera fait.

L’état de stupeur, le sentiment d’irréalité, le temps qui passe lentement, la perte de conscience du jour qu’on est, le déni à divers degrés, l’incapacité de se concentrer, de bien fonctionner… tout ça c’est du deuil.

Adieu le monde qu’on tenait pour acquis. Adieu aussi, le sentiment de sécurité qu’on avait ici, vivant dans un pays ultra privilégié, de ne pas courir grand risque de choper une saleté de maladie qui pourrait nous terrasser.

J’ai l’impression d’être le jour de la Moisson dans les Hunger Games. On attend tous, plus ou moins tétanisés, de savoir où le couperet va tomber. Chaque semaine qui passe, le bilan s’alourdit, les personnes touchées se rapprochent. La grande majorité, sans gravité, heureusement. Mais pas toutes.

Ça commence à me faire peur. Mon déni commence à fléchir. La réalité rentre, insensiblement. Mais fermement.

Alors j’ai pleuré en pensant à John Prine, à Joan Baez qui chante pour un ami qu’elle risque de perdre, à tous les autres proches ou lointain qui sont touchés ou le seront. Je me recentre sur mon petit canton, ma petite ville, ma petite personne, en espérant très fort qu’on s’en tirera le moins mal possible.

J’essaie de ne pas trop penser au reste du monde, à l’Italie, à l’Inde, parce que juste là c’est trop dur.

Alors je vais aller me promener dans mon voisinage désert, parce que même si “je refuse de me réjouir“, cela ne veut absolument pas dire que je suis incapable de voir et de prendre plaisir au positif.

Et demain, je rangerai mon armoire à thés.

Similar Posts:

Je refuse de me réjouir [fr]

Je refuse de me réjouir. Je refuse de me réjouir de l’air plus clair, des animaux plus libres, du silence et du calme, du rythme de vie moins frénétique, des changements que vit notre société, des remises en question de nos décisions politiques.

Je refuse de me réjouir de ce “positif” que l’on paie de tant d’angoisse, de détresse, et de mort.

Nous sommes en crise. Evidemment, en crise, il y a des changements radicaux. Evidemment, le soleil continue à briller à travers les nuages, et il y a des bonnes choses à regarder pour nous aider à supporter la réalité du monde.

Mais comment peut-on se réjouir de la baisse de la pollution alors que des économies entières sont mises à genoux, des populations entières sont paralysées, les morts se comptent (pour le moment encore) en dizaines de milliers? Il faut aimer bien peu l’humanité pour se réjouir ainsi du désastre qui nous frappe.

Oui, résolvons les problèmes du monde en stoppant toute l’industrie, en plongeant dans la récession tête la première! Les gens qui tiennent ce genre de discours “positif” comprennent-ils vers quoi nous nous dirigeons? C’est bien une planète plus verte, je suis à 100% pour, mais quel prix sommes-nous prêts à payer? Faisons mourir de faim et de maladie les gens, ralentissons l’économie, ça fera moins de monde sur notre planète et moins d’émissions, c’est super.

Alors non, je refuse de me réjouir. Je trouve ça indécent.

Quand l’immeuble qui me bouchait la vue brûle et s’effondre, je ne vais pas crier de joie parce que je revois enfin les montagnes.

Similar Posts:

Ça fait combien de temps, déjà? [fr]

Cette semaine j’ai passé plus de temps hors ligne, et c’est bien. Depuis hier, facebook me gonfle un peu. Je pense que j’ai fait le tour de ce que j’avais besoin de savoir pour ma tranquillité d’esprit. Je pense que cette histoire va durer, je ne porterai pas de gants dans les magasins, les masques oui ça sert mais si toute la population en porte, sinon de grâce laissez-les aus soignants et ne les gaspillez pas pour vous protéger en faisant vos courses (restez à distance des gens plutôt), la chloroquine j’attends sagement de voir les résultats de vraies études, restez chez vous, confinement, isolement…

En fait je me rends compte que je ne suis pas trop mal dans cette période de distanciation sociale, pour le moment. Moins de contact, ça me convient, on dirait.

Donc facebook me gonfle: le confinement et la réalité de l’épidémie ce n’est plus nouveau. La chloroquine et Raoult me sortent par les oreilles. La paranoïa autour de la contamination des surfaces aussi. Les grands cris à plus de sévérité, plus de masques, plus de tests… allô le principe de réalité, les gens? Les gens qui obsèdent sur des chiffres qui ne veulent pas forcément dire grand chose. Les témoignages de patients et de soignants. Les articles plus ou moins complotistes et plus ou moins fumeux. Alors moi aussi je fais l’épidémiologiste et la politicienne de salon, j’en ai conscience, mais je crois que j’ai plus ou moins dit ce que j’avais à dire, et je commence à me répéter, et j’en ai marre.

Hier j’ai rangé mes réserves alimentaires. J’ai toujours des réserves en temps normal. Je dis souvent en rigolant que je tiens un mois facile avec ce qui est dans les armoires et le congel. En voyant l’épidémie arriver, je me suis simplement assurée que mes réserves étaient à jour. Et hier, en rangeant, j’ai trouvé des tas de vieilles conserves (c’est pas grave hein ça tient des années), et je me suis dit que ce serait peut-être intelligent de les ranger par date et non par sorte. Donc j’ai un rayon “2019 et avant”, un rayon 2020, un 2021, et un 2022 et après. A différents endroits. Alors bien sûr s’il me faut une boîte de thon et que la seule que j’ai est bonne jusqu’en 2022, je vais la prendre. Mais comme ça je peux facilement regarder d’abord dans la pile 2019, puis 2020, puis 2021… Même si ça se garde des années, autant commencer avec les plus vieilles.

J’entends des récits de personnes qui galèrent avec le télétravail. J’imagine bien que c’est pas simple pour tout le monde (surtout avec des enfants dans les pattes). Je vais faire un petit Live sur facebook tout à l’heure avec quelques conseils (plus de 10 ans à mon compte… je vous promets qu’on apprend des choses). Peut-être je ferai un article, aussi, on verra.

Cette semaine a passé plus vite que les précédentes. Je me dis que c’est bon signe, ça veut dire que le choc se dissipe, que je m’habitue. Ma peur de tomber malade ou de perdre des proches augmente, par contre (indicateur qui va dans le même sens: le choc/déni se relâche). Je connais des personnes malades, personne gravement à ma connaissance, et je connais des gens qui ont perdu des connaissances. Ça se rapproche.

Similar Posts:

Le dimanche perpétuel [fr]

Je viens de faire un petit tour dans le quartier avec mes jambes et mes bâtons. Peu de monde, beaucoup de calme. J’ai toujours aimé les dimanches et les jours fériés, ici, où tout est fermé et rien ne bouge.

Cette période c’est comme un dimanche, mais tous les jours.

C’est trompeur, pourtant. En fait, cette crise n’est pas également distribuée. Elle nous touche tous, nous bouleverse tous, mais alors que certains se trouvent ralentis voire arrêtés, d’autres ne savent plus où donner de la tête. Je pense aux soignants évidemment, mais aussi aux parents télétravailleurs, aux employés des supermarchés, aux profs qui doivent du jour au lendemain apprendre à enseigner à distance (si possible autrement que “je donne des exercices, ils font, je corriger”), à tous ceux dont le revenu est en train de s’évaporer et qui doivent dare-dare trouver des solutions pour payer les employés et les charges, ou simplement remplir le frigo.

On commence à le lire, femmes et hommes ne sont pas non plus frappés équitablement. Les femmes assument la plus grande part des soins et de l’aide à autrui. (Oui je sais qu’il y a des hommes aidants, mais regardons les choses à l’échelle de la population.)

La maladie non plus ne frappe pas équitablement: ça va de rien du tout à la mort, en passant par la petite toux, la vilaine pneumonie et les soins intensifs. Les seniors, les jeunes.

Je vous préviens, je risque de répéter des choses que j’ai déjà dites. Parce que là, j’écris parce que ça me fait du bien d’écrire.

Donc, je reviens de ma petite promenade sous un soleil radieux, sans croiser personne. Paradisiaque pour moi, mais avec un arrière-goût amer parce que je ne peux pas oublier pourquoi la rue est si calme. J’avoue avoir du mal avec ceux qui se réjouissent du confinement ou des conséquences de l’arrêt global de notre monde. Je trouve qu’il y a là quelque chose d’indécent.

Qu’on cherche pour soi du positif, par contre, évidemment qu’il faut. Pour moi, j’avoue que le ralentissement dans lequel on est plongés (tant qu’on ne bosse pas dans un hôpital ou un supermarché ou un service de distribution) m’aide à mieux supporter l’inactivité et “l’inutilité” qui m’accompagne depuis des mois. Donc moi, je le vis assez bien. Et les oiseaux chantent, même si les dauphins ne sont pas en train de se balader dans les canaux de Venise.

Je suis en train de réussir à prendre un peu de distance avec l’océan d’informations dans lequel nous baignons en ligne. J’ai fait du rangement, hier. J’ai décrété que le matin serait consacré autant que possible aux activités hors ligne. J’essaie de me poser la question “qu’est-ce que j’ai envie de faire?” même si ça ne donne généralement pas grand-chose. Je reste fatiguée, et je me demande au bout de combien de doses matinales de 2000UI de vitamine D celle-ci commencera à sortir de ses chaussettes. (Oui, bilan sanguin il y a quelque temps, vitamine D dans les chaussettes, ce qui explique probablement la fatigue que je traine… depuis loooooongtemps.)

Je me demande évidemment quel rôle je joue dans cet écosystème de partages et de communication frénétique. Je lis beaucoup, je partage beaucoup, je commente beaucoup… je me rends bien compte que si pour moi, être informée au max me rassure, pour d’autres, trop d’information est anxiogène. En fait, j’ai aussi mes “infos anxiogènes”: j’évite d’aller lire les récits de gens malades, les témoignages “première personne”… les chiffres, les analyses, les faits scientifiques, voilà ce qui me convient. La détresse à la première personne, j’en reste bien loin. Je sais qu’elle est là et ça m’est déjà assez difficile.

Ces jours j’aime lire Thierry Crouzet, un “énervé” (ses mots) qui écrit et pense bien. Je vous recommande aussi d’écouter les podcasts “Radiographies du coronavirus” (France Culture), un bel exemple de journalisme scientifique avec les pieds sur terre, et “La vie aux temps du coronavirus” (RTS, oui le “aux” me dérange mais c’est comme ça), un peu plus narratif-première-personne, mais qui donne la parole à des spécialistes divers, chaque fois sur une thématique différente. En anglais, il y a “Coronavirus Daily” (NPR), une dizaine de minutes chaque jour pour être à la page.

J’essaie de lâcher face à la chloroquine, à Raoult, aux gants, aux masques portés de travers dans les magasins, aux appels aux tests généralisés alors que c’est juste pas possible. J’essaie de ne pas trop penser aux “anti-vaccins” et à ce qu’on va entendre quand on aura enfin un vaccin contre ce virus. Je n’arrive pas toujours bien. Je me demande comment être utile au-delà de mon entourage immédiat pour notre petit monde romand qui se retrouve trainé de force dans le numérique, bon gré, mal gré. Je découvre le plaisir des appels vidéo, moi qui les snobais plutôt (je préfère mille fois mieux “voir en vrai” les gens). Je m’inquiète un peu pour mon vieux chat qui n’a plus ses traitements “doux” pour son arthrose et commence à peiner en montant et descendant son petit escalier pour accéder au lit.

Mais dans l’ensemble ma vie s’est simplifiée, juste là. C’est comme si la pression de me conformer à certaines attentes concernant comment je devrais vivre ma vie s’étaient envolées. Parce que tout le monde maintenant est en train de faire du mieux qu’il peut, le fait que moi aussi, je suis juste en train d’essayer de faire du mieux que je peux avec ce que j’ai, eh bien ça me pèse beaucoup moins. J’ai plus d’indulgence avec moi-même.

Restez dedans, sauf quand il faut. Restez loin des gens que vous voyez, même si vous les connaissez. Il me semble avoir constaté que les gens restent bien loin des étrangers, mais que cette détermination à maintenir la distanciation sociale se ramollit un peu quand la personne à garder à distance est un proche. Je vois des gens qui se baladent ensemble à moins de 2m, et qui certainement ne vivent pas ensemble. N’oublions pas que chaque “contact” relie non seulement deux personnes, mais toutes les personnes avec qui ces deux personnes sont en contact. L’enfant qui a le droit de jouer avec “un unique copain” et qui ne reste pas assez à distance, eh bien ce sont les deux familles qu’il relie. Ayons conscience de qui on “porte” avec nous dans nos interactions, et de qui ces personnes-là “portent”. Rester dedans règle toutes ces questions.

Similar Posts:

Should I Stay Or Should I Go [fr]

Chalet ou appartement? Montagne ou plaine? J’ai de la chance que ceci soit ma seule préoccupation vraiment importante en ce moment. “Tout le monde” me dit de rester au chalet. Mais mon appartement est plus grand, j’ai un balcon, de la bande passante, un troisième chat, des tas de choses à ranger… Je pense que ce sera une façon “facile” de m’occuper. Ici évidemment je peux “faire” des choses, j’ai pris mon crochet et mon tricotin mais… comment dire. Ranger me semble plus cathartique.

Aujourd’hui ça va. Hier soir j’ai eu un gros coup de tristesse. Je pense que notre monde ne sera plus jamais le même. J’espère avoir tort, et je suis parfois pessimiste, mais si je n’ai effectivement pas peur pour l’humanité, qui s’en sortira d’une façon ou d’une autre, j’ai peur pour notre mode de vie, notre société, peut-être même notre civilisation.

C’est peut-être le moment de me mettre à écrire sérieusement, catégorie roman d’anticipation dystopique. A quoi ressemblera le monde de demain, avec un virus qui peut tuer et qui traine partout, qu’on peut porter et répandre autour de soi sans qu’aucun indice soit visible… Un monde ou la rencontre en chair et en os est une transgression, où l’on ne se touche plus, où nos mouvements et notre température sont surveillés en permanence… Il y a à faire avec ça, je trouve.

Je manque de patience avec les gens qui ne respectent pas les mesures de distanciation sociale. Heureusement ici au chalet je ne les vois pas (ou presque). Est-ce que ce sera différent en plaine? Je manque aussi de patience avec les personnes qui s’enthousiasment pour la chloroquine (ou l’hydroxychloroquine) alors que les résultats sont tellement préliminaires qu’on peut juste dire “faut investiguer plus”. Oui, on est désespérés, oui, on aimerait un remède miracle, oui, on veut croire que le confinement tel que nous le vivons maintenant ne durera que quelques semaines… mais il ne faut pas se leurrer.

Alors oui, quand quelqu’un est en train de mourir, on va tenter le tout pour le tout, mais ça ne veut pas dire qu’on a un traitement. Et un vaccin encore moins. Il y a des gens qui travaillent d’arrache-pied aux deux – traitement et vaccin – et tôt ou tard, il y a aura des résultats. Mais ça va prendre des mois. Des longs mois. Pas mal de mois probablement. Des mois durant lesquels notre vie restera cette nouvelle vie déconnectée de celle d’avant, une vie d’isolement et de conversations vidéo, de promenades solitaires et de rues vides. J’espère que ce ne sera que des mois.

Comme je serai heureuse d’avoir tort dans mes sombres prédictions et de pouvoir profiter des terrasses cet été. Me préparer au pire, c’est mon mode de fonctionnement, j’avoue. Mais j’essaie de faire une évaluation informée des situations avant de me préparer. J’avale les articles et les analyses, j’essaie de comprendre les tenants et les aboutissants. Et ce que je comprends, jusqu’ici, c’est que d’une part ça va être catastrophique (du point de vue sanitaire et économique), et d’autre part ça va durer. Longtemps.

Le Conseil Fédéral fait le choix, pour l’instant, de ne pas prononcer de confinement obligatoire. Il interdit les réunions de plus de 5 personnes et impose de respecter les mesures de distanciation sociale lors de celles-ci. (Ecouter la conférence de presse du 20.03.2020, vers 5 min après le début.) Je suis tiraillée. Toute la population de respecte pas les mesures. Mais est-ce que renforcer l’obligation et réduire encore nos libertés changera quelque chose pour ces personnes? Berset explique le choix (7min environ après le début). Il va falloir tenir sur la durée. Et la santé n’est pas que physique, elle est également mentale.

Nous devons donc tous prendre sur nous. Respecter ces mesures et les faire respecter autour de nous. Je ne parle pas juste des enfants mineurs qui “doivent” (!) obéissance. Je parle de notre entourage, nos proches, nos moins proches. Chacun d’entre nous a un rôle à jouer, non seulement en restant chez soi au maximum et en respectant les mesures, mais en prenant position dans notre entourage pour que tout le monde le fasse. Si on connaît des gens qui ne prennent pas les choses au sérieux, il est de notre devoir, à mon sens, de déployer argumentation, persuasion, et même pression pour amener à la prise de conscience. Alors oui, je sais, on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, mais là il ne s’agit pas de la sécurité individuelle, mais collective. On doit essayer autant que possible.

Pour changer de sujet, avec l’augmentation de l’activité en ligne, et l’arrivée de toute une population “peu numérique” sur le réseau, il est important de ne pas négliger les questions de cybersécurité. Si vous êtes “lettré du numérique”, prenez soin de ceux qui vous entourent, encore plus que d’habitude. Installez des gestionnaires de mots de passe. Utilisez Teamviewer pour vous connecter à distance, installer des applications, montrer comment faire des choses (lancer un skype vidéo ou faire ses courses en ligne… quand le service reprendra). Activez l’authentification à deux facteurs partout où vous pouvez (et si possible avec Google Authenticator ou équivalent plutôt que des codes par SMS).

La sécurité “utilisateurs” est l’affaire de tous. Et dans un monde où le présentiel s’est réduit comme peau de chagrin, l’intégrité de notre identité numérique compte encore plus. Pour la grande majorité des gens, être la cible explicite d’une attaque n’est pas le scénario qui doit inquiéter. Etre une victime collatérale d’une attaque à large échelle: voilà la réalité du risque que nous courons, vous et moi.

J’aimerais aussi attirer votre attention sur l’importance de faire preuve d’esprit critique face à toutes les informations qui nous parviennent en ligne. C’est valable en tout temps, mais d’autant plus maintenant, où l’anxiété est l’émotion dominante, où la peur nous motive à chercher des réponses. Si l’info vous parvient par “copier-coller” sur WhatsApp ou Messenger, il y a toutes les chances que vous puissiez l’ignorer. Contrôlez-la dans Hoaxbuster par exemple, ou au pire, envoyez-moi un message pour me demander. Il y a assez de raisons réelles d’avoir peur aujourd’hui sans s’en rajouter encore des fausses.

Toutes les sources d’information ne se valent pas. Privilégiez les sources officielles, les grands médias sérieux ou spécialistes. Recoupez les informations. Essayez de remonter à la source première d’une info. Vous avez le monde entier de l’information au bout des doigts! Quand quelque chose est plein d’adjectifs alarmistes, anxiogènes, ou au contraire victorieux, c’est une raison de vous méfier. Si c’est trop beau pour être vrai, ça l’est probablement.

On a vu que la crise actuelle pouvait avoir un impact sur le bon fonctionnement de nos plate-formes sociales, avec les soucis de modération dont a été victime Facebook. Les processus et outils en place pour essayer de trier en amont le vrai du faux sont faillibles. Imaginez une boîte mail sans filtre à spam! Il n’est donc pas impossible que nos fils soient plus pleins que d’habitude de fake news et autres intox. Faites gaffe.

Autre sujet: les magasins ne vont pas manquer de vivres, on ne va pas mourir de faim, par contre l’accès tant aux magasins qu’à certains produits peut manquer temporairement. Ayez un peu de marge. N’attendez pas d’être à sec. Soyez proactifs. De même avec vos animaux et la nourriture et les médicaments dont ils ont besoin. Les services de livraison en ligne sont saturés, les commandes ont du retard ou sont donc même parfois carrément annulées. Donc sans paniquer, sans faire des stocks apocalyptiques, organisez-vous pour avoir “un peu plus” et “un peu plus tôt”.

Au rayon des choses sympas et positives, j’ai démarré un petit groupe Messenger avec des personnes intéressées, pour se soutenir et se motiver mutuellement à garder une activité physique malgré le confinement. Faites-moi signe si vous voulez nous rejoindre. Et si vous avez besoin d’aide pour votre “transformation numérique expresse”, je suis là aussi.

Similar Posts:

Notes du chalet [fr]

Je suis au chalet. Pour la première fois depuis un an à peu près (sans compter une petite visite sans nuit il y a peu). Mon vieux Quintus, 19 ans, aveugle et chancelant sur ses petites pattes arthritiques, a du mal à retrouver ses marques – mais ça va aller. Oscar a fait le tour sur ses trois pattes et a déjà tenté de s’installer “à la place” de Quintus. De 11 degrés, la température est maintenant montée à 14. Le poêle à bois est à fond et le brûleur à mazout aussi. Il fait moche.

Mais bon, je suis contente d’être là. J’aime la montagne, et cet endroit en particulier. Aujourd’hui je ne bouge pas trop, demain je dois déjà retourner à Lausanne pour des rendez-vous (qu’est-ce que c’est qu’une heure de route, au final), vendredi je prendrai peut-être la cabine pour aller voir à quoi ça ressemble en haut.

Il y a maintenant plus de cas de COVID-19 identifiés dans le canton qu’il n’y en avait dans le pays entier lorsque j’ai écrit la semaine dernière. Plus de 600 cas en Suisse, ça nous paraît énorme mais ça va encore grimper, grimper. L’Italie a placé tout son territoire en “isolement”. Ici, on cesse de tester systématiquement, on cesse aussi de remonter les chaînes de transmission. Les symptômes sont souvent trop peu marqués, et puis bon, il faut se rendre à l’évidence, le virus est maintenant “partout”, donc à quoi bon. Mieux vaut concentrer les ressources sur maintenir le bon fonctionnement des hôpitaux et du système de santé, communiquer auprès de la population pour que les mesures de précaution continuent d’être appliquées (car ralentir la progression a encore un sens, et ça, c’est dans nos gestes du quotidien à tous que ça se joue), que les personnes vulnérables se protègent et qu’on les protège.

Enfin, c’est comme ça que je comprends les choses.

Pour ma part je ne suis ni plus ni moins “inquiète” qu’il y a une semaine ou dix jours. Mes nouvelles habitudes de lavage de mains commencent à devenir, justement, des habitudes. J’essaie d’éviter les transports publics si je peux. Je me demande si la petite toux que je traine depuis 2-3 semaines justifie que je me mette en auto-isolement. Elle date “d’avant”, c’est courant pour moi d’avoir ce genre de petite affection respiratoire, et je n’ai pas de fièvre, mais vu qu’il semble de plus en plus clair que le virus se propage également de façon asymptomatique ou peu symptomatique, je me pose des questions. Mais j’hésite à engorger la hotline pour ça, j’avoue. Coronacheck me dit que oui, mais coronacheck n’a pas mon contexte. Si c’est ma toux “normale”, ça peut durer des semaines et des semaines…

Bon, du coup j’ai appelé la hotline. Et non, petite toux superficielle (je toussote en fait), ça ne justifie pas que je m’enferme. Par contre si ça s’aggrave, si c’est une toux qui commence à m’empêcher de respirer, là oui. Ce qui me mène à la réflexion suivante: vu qu’on a des porteurs asymptomatiques ou peu symptomatiques… est-on plus contagieux si on a de la fièvre et la super-méga-toux? Vu qu’on n’isole pas les porteurs sains ou peu malades (il faudrait tester la population entière à tour de bras et souvent pour les identifier tous), quel est le sens d’isoler les “gros tousseurs”?

Sur ce, le chalet se réchauffe et le soleil est sorti, je vais aller faire un tour au jardin avec Quintus!

Similar Posts: