Je regarde tomber ces hommes les uns après les autres [fr]

Il y a eu #metoo, et des histoires qui sont sorties concernant quelques hommes que je connais (et même apprécie) dans le milieu de la Silicon Valley. Maintenant, c’est Epstein, et là aussi, beaucoup trop de noms que je connais, et une personne en particulier que je tenais en haute estime, qui dégringole.

Ça m’atteint, tout ça. A plusieurs niveaux. Déjà, c’est la suite d’un gros éclatement qu’a subi ma vision du monde à l’élection du dernier président des Etats-Unis. Quelque chose s’est cassé, pour moi, à ce moment-là. J’avais toujours eu une foi assez inébranlable en la résilience de l’humain en général, de notre société, de notre civilisation — ou de celles qui suivraient. Je l’ai toujours, mais j’ai perdu une certaine naïveté concernant l’époque où nous vivons. Certes, si l’on est une femme, maintenant est la meilleure époque à laquelle avoir vécu. Il ne faut pas tout peindre en noir.

Mais on est en train de crever des abcès, et ce qui en sort est moche, moche, et je me retrouve, j’avoue un peu prise par surprise. De moins en moins, malheureusement, mais quand même.

Je crois que les gens, fondamentalement, sont relativement bons. (On laisse de côté les psychopathes, mais même là, il y a matière à discussion.) Après, il y a les parcours de vie, les décisions prises, les priorités mal mises, la souffrance qui s’exprime parfois de drôles de façons. Et surtout, on est faillibles.

Comme l’a dit une connaissance commune concernant la démission de Joi: suis-je certaine que j’à sa place, je n’aurais pas aussi pris l’argent? Né en 17 à Leidenstadt, et tout ça… Mais avant tout, on est faillibles.

Les erreurs doivent se payer. Je n’ai aucun doute à ce propos. Que des hommes riches et influents, même si je les admire et les apprécie, même si j’ai somme toute bénéficié de leur influence, voient leur carrière s’écrouler, leur réputation partir en fumée, c’est quelque chose avec lequel je peux vivre.

Mais quand on connaît les gens, c’est dur, je trouve. De réconcilier la personne qu’on connaît avec les squelettes qu’on découvre. La tentation est grande de tout couper, d’amputer ces relations devenues dérangeantes, de partir le dos tourné. C’est simple et c’est propre, mais est-ce juste? Peut-on appréhender l’autre dans sa complexité, failles, crimes, faiblesse morale et échecs éthiques y compris? Jusqu’où peut-on encore dire “tu as merdé, je ne te pardonne pas, mais je te garde dans ma vie”?

L’actualité met ces questions en relief à grande échelle pour moi juste maintenant, mais ce sont des questions du quotidien. Pour faire avancer les choses, il faut de l’intransigeance sur certains points. Où mettre la ligne rouge, là est toute la question. La question d’une vie, peut-être. Je sais que je me débats avec, ces temps, en tous cas.

Et là-dessous, il y a les hommes. Ma confiance dans le genre masculin, surtout sa version “influente”, est en chute libre, juste là. Oui, oui, #notallmen (merci de nous épargner ça). Mais de plus en plus, je commence à voir les hommes d’une certaine catégorie comme en sursis, en sursis du scandale sexuel ou financier qui va éclater, ou du squelette brinquebalant dans un placard. Je me prépare à être déçue. J’attends.

Et c’est très inconfortable. Parce que je veux croire qu’il y a des gens bien. Et chaque candidat à ce titre qui se casse la gueule me fait douter un peu plus.

Similar Posts:

Un partage n’est pas forcément une invitation au débat [fr]

Il y a des thématiques qui me tiennent à coeur. Des thématiques sur lesquelles j’ai une position assez établie, parce que j’ai plongé dedans, réfléchi, lu, discuté, et je me suis forgée une opinion. J’aime croire que mes opinions prennent racine dans les faits, dans une certaine rationalité, mais je ne suis pas dupe, je sais que comme pour tout le monde, la part de croyance et d’idéologie dans mes prises de position est certainement bien plus grande qu’il ne m’est agréable de l’admettre.

Ce sont des thématiques que je nomme parfois “religieuses” — celles qui ne génèrent le plus souvent que des débats stériles, qui polarisent, et qu’on évite soigneusement avec ses amis si l’on se trouve de part et d’autre du gouffre idéologique… parce qu’on veut rester amis malgré tout. Ou alors, ce sont les thématiques qui défont les amitiés. Ça arrive.

Largement, je ne suis pas intéressée à en débattre. Alors oui, j’adorerais convaincre les gens, parce que je pense que j’ai raison, mais je sais aussi que malheureusement ce ne sont la plupart du temps pas les arguments rationnels qui font changer d’avis.

Deux exemples parmi d’autres: les vaccins et les OGM. Pour moi, et je suis convaincue d’avoir la science et la raison de mon côté (et donc “l’objectivité” du monde), les vaccins sont sûrs et efficaces pour lutter contre toute une collection de maladies dont on a parfois oublié les horreurs (la polio, ça vous dit?). De même, il est clair pour moi que ce qu’on appelle les OGM, qui sont parmi les organismes les plus testés et contrôlés à finir dans nos assiettes, sont aussi sûrs (si ce n’est plus) que d’autres variétés obtenues par d’autres méthodes (mutagenèse, hybridation) que ne font sourciller personne.

Je crois aussi qu’il n’y a pas de dieux ou de Dieu, pas d’esprit indépendant de la matière, pas “d’ondes” ou “d’énergies” mystérieuses entre les êtres ou ceux-ci et la nature.

Donc de même qu’on ne me convaincra pas de croire en Dieu, et que je ne convaincrai pas un croyant d’abandonner sa foi, on ne me convaincra pas de rejeter les vaccins ou les OGM. (J’ai conscience que ces trois exemples ne sont pas tout à fait sur le même plan, hein. Je les mets côte-à-côte pour insister sur ce qui les rassemble, pas sur ce qui les sépare.)

Et donc, pourquoi “un partage n’est pas une invitation au débat”?

C’est autant un rappel pour moi qu’une annonce pour les autres: si je partage un article, ce n’est pas forcément pour convaincre celles et ceux qui seraient convaincus du contraire. C’est peut-être juste pour les curieux, pour ceux qui sont déjà d’accord, ou ceux qui cherchent encore. Ce n’est pas une invitation à tenter de réfuter le point de vue exposé.

Mais j’ai remarqué que sur Facebook, le message subliminal du partage est compris ainsi: ouvrez le débat. Tentez de convaincre l’autre qu’il a tort.

Alors non. Parfois, on ne veut pas débattre sur des sujets “religieux” ou sur lesquels on a un avis bien tranché. On veut juste mettre quelque chose à disposition, à prendre ou à laisser.

Ceci dit, j’aime les échanges où au-delà du désaccord, on peut être sereinement d’accord d’avoir des points de vue différents et tenter honnêtement de comprendre comment l’autre voit le monde et pourquoi. Sans juger, sans vouloir faire changer d’avis l’autre, juste regarder de plus près comment nos croyances et convictions se rejoignent et divergent.

Similar Posts:

I need to write [en]

I’ve felt in “survival mode” for the last few years. More on that later. I had a wonderful professional experience in Fribourg. More on that later. I’ve been largely off sports due to an injury that messed with my back, and that hasn’t helped. And I haven’t been writing, for various reasons.

I read Thierry yesterday. I remembered that I used to write, not just “talk” on Facebook.

It’s more silent around here. There is time to think while I write. It’s less immediate. There are less people hanging around ready to pounce on every word (though I have to say, I consider myself very lucky to be blessed with the “Facebook crowd” I have — smart, reasonable, intelligent people).

My old Quintus is still hanging in there, though he’s been a bit off lately. He’s going to be 19 in February. He has a lot of old man ailments but nothing that is killing him.

After six months silent, where do I start? A few articles have been knocking around in my head. One on voice messages. Another one, for the WDS blog, will be advice I would have liked to give 32-year-old me when I went freelance. I might do a French version for the eclau blog, if I haven’t written it already.

Eclau is empty, but I’m keeping the space, it’s still open, and I’m on the lookout for a small company or non-profit who would like to settle there. Let me know.

Let’s not overdo it. This will be enough for today.

Similar Posts:

Un bullet journal peut être simple (5 minutes chrono) [fr]

[en] A bullet journal can be simple. I just started one.

Ça fait longtemps que j’ai vu passer l’idée du Bullet Journal, qui n’est pas sans me rappeler le Hipster PDA d’antan, en passant. Instagram et Pinterest sont saturés d’images toutes plus belles et “design” les unes que les autres de ces journaux, et franchement, même si j’aime les belles choses, je ne suis pas douée pour les faire, et l’idée de passer autant de temps à reproduire sur papier l’agenda que Google Calendar gère si merveilleusement pour moi ne m’attirait pas.

Ce qui m’a mise pour de vrai sur la piste du bullet journal, c’est l’idée d’avoir un système pour “tracker” les habitudes que j’essaie de (re)mettre en place. L’équivalent de la croix dans le calendrier ou dans le cahier, de la chaîne à ne pas briser. De plus, avec la surcharge de ce deuxième semestre 2018, je me suis remise aux cahiers. Pendant des années, j’avais toujours un cahier que je trimballais avec moi pour tout y noter en vrac. Le smartphone l’a peu à peu remplacé, mais de temps en temps j’y reviens. Et là, j’y suis revenue.

Bref, je suis tombée sur un article qui insiste sur le fait qu’à la base, le bullet journal est sensé être un système simple, et qu’il ne faut pas se laisser décourager (ou influencer) par les oeuvres d’art qu’on voit passer. C’est clair que c’est les gens qui font des magnifiques journaux qui vont les mettre sur Instagram!

Après un peu de lecture, je me suis dit que ça valait la peine de tenter le coup, même si tout ce que j’allais mettre dans mon bullet journal était le fameux tracker. On verrait bien le reste, à l’usage.

A partir du moment où j’ai pris un cahier (qui trainait par là) et mon crayon, il m’a fallu environ 5 minutes pour avoir quelque chose de fonctionnel. Et assez vite, j’ai commencé à avoir d’autres idées de choses qui pourraient “habiter” dans mon journal (moche mais pratique).

Voici, donc.

J’ai pris un cahier quadrillé que j’avais acheté à la Migros (pas de Leuchtturm 1917 prévu exprès pour, trop de pression). Et un porte-mines, parce que c’est ce que je préfère pour écrire (j’écris comme un crabe), et je m’en suis félicitée, parce que j’ai aussi une gomme, et j’ai été bien contente de pouvoir gommer dans mon tout jeune bullet journal. J’ai suivi les instructions, avec un peu de trépidation. J’expliquerai après ce que j’ai compris en le faisant de l’intérêt de ces diverses instructions.

  1. numéroter les pages (je me suis arrêtée à 20)
  2. faire un index sur la première double page
  3. faire un future log sur la double page suivante (je vous avoue que j’ai laissé ça vide parce que ça me bloquait donc j’ai juste écrit “Future log” en haut des pages, et basta – mais après-coup j’ai trouvé quoi en faire)
  4. page suivante: monthly log pour le mois de décembre, avec tout simplement les nombres de 1 à 31 écrits en colonne pour pouvoir rajouter des choses à côté
  5. sur la page d’en face, j’ai fait un tracker (tout bête) pour décembre, avec les 2-3 choses qui me préoccupent en ce moment dans la liste (aller au judo, faire du gainage, de la méditation)
  6. sur la double page suivante j’ai écrit “Daily log” et comme on était le soir, j’ai écrit dessous “V 30 nov” et une mini-liste des tâches/rendez-vous importants de la journée
  7. j’ai complété l’index au fur et à mesure
  8. puis j’ai réalisé que ma liste de tâches (j’utilise plus ou moins le système Final Version) pouvait aller sur la page suivante – hop, un titre, puis rajouté à l’index
  9. puis une liste de films à voir ou livres à lire…

Bon, allez, ça m’a peut-être pris 10 minutes.

Vous remarquerez que j’ai sauté la “liste de tâches du mois” (parce que juste là ça me parle pas, je fonctionne plutôt par semaine ou en continu). Je ne me suis pas vraiment intéressée non plus aux “keys et signifiers“, ce système de symboles pour distinguer, classer, hiérarchiser, organiser tout ce qu’on note dans le Daily log. Je me souviens d’ailleurs que quand j’avais croisé le bullet journal pour la première fois c’était un des trucs sur lesquels j’avais bloqué. Ça me semblait trop compliqué.

Juste là, en cherchant pour vous, lecteurs francophones, j’ai trouvé cet article de Buzzfeed qui est assez bien fait. Il couvre les bases, va droit au but, et vous montre des tas de photos d’un bullet journal pas artistique pour vous décomplexer. Ici un autre article avec des explications simples mais moi je stresse rien qu’à voir comme l’écriture dans le bullet journal est propre et jolie. Parce que j’écris toujours comme un crabe et j’ai la flemme de prendre la règle pour souligner, ça m’avait d’ailleurs valu une très mauvaise note de tenue de cahier de sciences quand j’avais 12 ans.

Alors, quelques remarques.

L’index

Ça n’a l’air de rien, cet index, mais en fait c’est la clé de tout le truc. Grâce à l’index, le cahier n’est pas une suite un peu cacophonique au fil du temps de tout ce qui croise notre route. Il est organisé. Et organisé super souplement: pas besoin de mettre les choses dans l’ordre, si on veut arracher des pages on les biffe de l’index, si j’ai commencé une liste de films à voir sur la page 13 et que quand elle commence à déborder j’en suis à la page 25, pas de souci, j’ajoute dans l’index. Mon monthly log de décembre est à la page 6, mais celui de janvier sera peut-être à la page 28. Pas grave. Et du coup, on peut mettre tout ce qu’on veut dans notre journal, et le retrouver.

Le bullet journal est un canevas qui est fait pour être flexible, et s’adapter à vos besoins. Rappelez-vous, j’étais partie sur l’idée de faire un truc hyper minimaliste avec (limite) juste un tracker. Après un peu de lecture je me suis dit que ça valait peut-être la peine de rajouter 2-3 trucs, mais j’ai vraiment approché la chose sans grande ambition.

Le future log

Là, on entre dans le côté “bah, je suis en train de recopier mon calendrier”. Donc franchement, en démarrant le journal, parce que je voulais surtout arriver au tracker, j’ai fait la bonne élève et consacré deux pages à ça, mais rien mis dedans, en me disant que je pouvais le faire après. Ou pas.

Et effectivement, la nuit portant conseil, je me suis dit qu’avoir un moyen de voir au-delà de la semaine serait pas mal. J’ai tendance à vivre de semaine en semaine. Et ça fait longtemps que j’aimerais une vision un peu plus “grand angle” de ma vie.

Mais j’ai hésité: et si j’organisais mon future log par semaine plutôt que par mois? J’ai failli. Et finalement j’ai fait des mois, 8 mois, divisant chaque page en quatre, et j’ai noté un peu en vrac, les choses importantes (janvier: commencer à chercher du travail; juin: Bol d’Or), les dates déjà prévues (16 janvier: dentiste).

Je suis pas sûre de mon coup, mais c’est pas grave. Mon journal n’est pas une oeuvre d’art. Si dans deux semaines je me rends compte que cette double page avec les 8 prochains mois ne me sert à rien, je peux arrêter de l’utiliser, je peux même l’effacer (crayon!!), je peux faire un autre future log ailleurs dans le cahier et mettre à jour l’index. Flexible, flexible.

Le monthly log

Là, j’ai fait tout bête, parce que je ne savais (et ne sais pas encore vraiment) comment j’allais l’utiliser. En fait, c’est de ça qu’il faut se libérer: avant d’avoir un bullet journal, on ne peut pas vraiment savoir comment on va l’utiliser. Alors faisons une mise en place basique, et voyons ce que l’usage nous apprend.

Un exemple, ici: ce matin, j’ai mis des lignes pour mieux visualiser les semaines dans mon log de décembre. Du coup, j’ai sur la gauche de la page les dates, les unes sous les autres, avec les moments-clés. Et à droite, j’ai des petits “blocs” par semaine où je peux mettre des notes pour la semaine. J’ai fait ça parce que c’est comme ça que je fonctionne, je me dis “hmm, semaine prochaine je vais faire xyz, donc abc ce sera la suivante”.

Ce qui est cool c’est que si cette mise en page ne me convient pas, le prochain mois je peux le faire complètement autrement. Et même, en cours de route, si c’était la cata, je peux tuer cette page en refaire décembre ailleurs dans le cahier (en mettant à jour l’index).

Le tracker

Le clou du spectacle! A nouveau, j’ai fait simple de chez simple. Je dois pouvoir préparer une page en 30 secondes, une minutes. Alors oui, j’aimerais un tracker plein de couleurs et tout, mais soyons pragmatiques. J’ai mis 2-3 activités pour démarrer mais je pense que ça se remplira au fil des semaines et des habitudes/routines que j’essaie de mettre en place.

Le daily log

Normalement le daily log est l’endroit où on met, jour après jour, les événements, tâches, et choses importantes de la journée. Au fil des jours. Un premier point important que j’ai compris en lisant le fameux article mentionné ci-dessus c’est qu’un jour prendra autant ou aussi peu de place que ce qu’il lui faut. C’est libérant. Pas besoin de se caser dans une case.

Alors j’ai commencé: j’ai fait une liste des 2-3 choses que je voulais faire aujourd’hui, avec un point devant. J’avais deux rendez-vous, je les ai notés, avec un rond devant. J’ai noté le traitement avec lequel je suis sortie de chez le vétérinaire, avec un tiret devant. Jusque-là, c’est assez simple. Je pense qu’au fil du temps j’exploiterai mieux ce daily log, mais ça se fera en cours de route, au fil des jours.

Ce qui m’enquiquine c’est de ne pas vraiment pouvoir mettre le lendemain avant d’avoir fini la veille. Parce qu’on ne sait pas combien de place prendra aujourd’hui avant d’arriver au soir… Mais c’est pas grave. On verra.

Des idées

Maintenant que le système est en place, je commence à avoir des idées. Si j’ai des notes à prendre, je peux très bien les prendre dans mon bullet journal, et les rajouter à l’index. Je pourrais avoir une page par chat pour noter mes observations les concernant. Je pourrais avoir une page pour… noter mes idées. Tout est possible. Et ça, je ne l’avais pas vu, avant. Je voyais le bullet journal comme un système un peu contraignant. Mais non, en fait, il y a beaucoup d’espace dedans pour en faire ce qu’on veut.

Le temps

Au début je me disais… ça peut prendre un temps fou! Mais en fait, est-ce une si mauvaise chose? Du temps réflexif, du temps à faire des choses qui aident le cerveau à débrancher… Ce n’est pas forcément mauvais. Prendre un moment chaque jour pour préparer le lendemain, prendre du temps pour regarder les semaines et les mois à venir… C’est comme ça qu’on évite de finir le nez dans le guidon, ou dans le mur. Qui sait, dans 2 mois je serai peut-être en train de poster les photos de mon bullet journal sur instagram…

Similar Posts:

Des bribes [fr]

Il y a des moments où je pense à des choses à écrire, et puis ça s’en va. C’est un peu l’automne dans ma tête, avec des feuilles jaunes et rouges et brunes et parfois vertes qui volettent par-ci, par-là.

Ce matin, dans un podcast, un intervenant remarquait que l’on avait été tellement bien éduqués à être des consommateurs qu’on réagissait en consommateurs et non en citoyens aux problèmes politiques ou de gouvernement. Je pense que c’est une remarque très juste, et que c’est grave. On ne résout pas les problèmes politiques en agissant comme des consommateurs mécontents.

Ça me fait penser aux personnes qui “boycottent” les scanners à la Migros. Ça n’a aucun sens, autre que se donner bonne conscience. Ce n’est pas un problème de consommation, c’est un problème d’évolution technologique. On n’a pas sauvé les fiacres en boycottant les taxis. On n’a pas sauvé l’usine à glace en boycottant les frigos.

Ça me fait penser à Paléofutur, le podcast de Laurent. Un excellent podcast en français pour comprendre les enjeux de notre époque!

L’histoire, c’est important. C’est important de pouvoir prendre un minimum de distance historique et critique sur ce qui est sous notre nez. Au risque de répéter l’histoire aveuglément, de ne pas même voir que nous marchons dans les pas de ceux qui sont allés dans le mur bien avant nous. Oh! Un mur! Si on avait su…

L’histoire, c’est l’histoire de notre société et de notre civilisation, mais en tant qu’individus, nous avons aussi une histoire. Notre histoire personnelle. Et nous avons un regard sur celle-ci, qui n’est pas le même à 15, 20, 30, 50 ou 70 ans. Ou 100. Je pense beaucoup aux âges de la vie.

Mon regard sur le monde a beaucoup changé ces dernières années. Et je me demande combien de ce changement de regard est dû à ma mi-quarantaine, dû à mon âge de la vie, et non simplement aux événements récents qui semblent avoir chamboulé ma vision du monde.

Fin 2016, l’élection du 45e président des Etats-Unis, un dénouement impensable et qui m’a laissée dans un atmosphère de cauchemar pendant très longtemps. Pas tant pour le mal que je craignais pour le pays (même si j’y ai des amis et que je suis triste pour eux), mais parce qu’après Brexit, que je n’avais pas vu venir du tout, et ça, mon optimisme et ma foi en la résilience du monde en avait pris un grand coup. Sans compter que derrière tout ça, à un moment où ma carrière dans le domaine était en souffrance, il fallait bien se rendre à l’évidence du rôle important et grave qu’avait joué la désinformation via internet, qui est devenu tout entier “l’internet social/sociable” qui m’avait tant émerveillée il y a 15-20 ans.

Les réseaux sociaux ont le pouvoir de rassembler ceux qui ont des idées semblables, mais malheureusement, les complotistes et conspirationnistes auront toujours plus d’énergie pour faire circuler leur pourriture que les gens relativement raisonnables et sains d’esprit. On voit aussi, dans un environnement où tout est mesurable et où le profit est maintenant le maître-mot (droit derrière, car le profit en dépend, la course à l’attention), que l’exploitation du système est à présent un business, bien évidemment fort lucratif. Tu veux que je fasse circuler telle ou telle idée? Influencer l’opinion vers ici ou là? Polariser les gens sur des questions qui divisent comme l’avortement ou l’immigration? Pas de souci, balance les sous, on va payer des tas de gens dans des bureaux pas chers pour déséquilibrer l’information.

Ça me fout le moral en bas, ça. Et je me dis: est-ce que je vois ce genre de chose et ça me dérange parce que nous vivons effectivement une époque très particulière, ou bien est-ce que mon regard sur le monde est celui de mon âge, est-ce que c’est le propre de tout quarantenaire d’ouvrir les yeux sur le monde autour de lui et de se sentir découragé?

Alors j’en sais rien, vraiment, mais à la lecture du passage sur les âges de la vie dans le livre Comment rester vivant au travail, que j’ai lu il y a un an environ, j’ai pris conscience que l’âge colorait quand même beaucoup notre attitude face à la vie. J’ai perdu espoir que nous étions à l’abri (je pense à l’Iran, souvent), j’ai perdu confiance dans le jugement des hommes (humains), et je crains que les choses doivent maintenant devenir bien plus graves avant de s’arranger. Alors, est-ce parce que nous sommes dans une période plus sombre, ou simplement parce que j’ai l’âge que j’ai?

Parce qu’objectivement, si on prend un peu de recul, il n’a jamais mieux valu être une femme qu’aujourd’hui. Revenez en arrière ne serait-ce que 100 ans. Vraiment? Il vaut mille fois mieux vivre aujourd’hui. #metoo nous ouvre les yeux, mais n’a pas créé une nouvelle réalité. C’est un mouvement qui nous invite à voir et lire autrement ce qui était déjà là. Les choses bougent.

Alors malgré les anti-vaccins, les trumpistes, les voleurs de selle de vélo et les gens qui ne voient pas le problème avec #notallmen, j’essaie de me concentrer sur le verre à moitié plein. Mais c’est pas tous les jours facile.

Similar Posts:

J’écris pas [fr]

J’écris pas. C’est pas bon signe. Je fais pas à manger non plus. Enfin bon, là je suis en train d’écrire, donc c’est meilleur signe! Le rangement, c’est pas trop ça non plus. Mais hier soir j’ai fait de l’ordre dans la cuisine afin de pouvoir cuisiner une soupe aux pois jaunes… que je n’avais pas. (Note: passer à la Migros en rentrant.)

Il y a des périodes comme ça où on est en mode survie. Où certaines choses du quotidien deviennent insurmontables. Faire à manger. Où les contrariétés et les tuiles s’accumulent, parfois sans faute de notre part, parfois parce que c’est une conséquence inévitable de nager trop longtemps en mode survie. En vrac: une selle de vélo volée, un balcon à “dénuder” sans délai, une attaque de chat, des impôts qui commencent à chauffer, des proches malades, des imprévus professionnels… Rien d’ingérable, mais quand on n’a pas d’amortisseurs, ça fait vite un peu tape-cul et on s’en prend plein le dos.

Mais que vous ne vous inquiétiez pas. J’écris, là. Je suis allée au théâtre, aussi (voir Une chambre en Inde, que je recommande vivement — en allant 2h avant à Beaulieu, vous pouvez vous mettre en liste d’attente et avez toutes vos chances d’avoir une place), je retourne au cinéma (voire entre autres Les Dames, un film qui tape “juste” je trouve), je reprends le judo, je vais me promener avec mes voisines…

J’ai envie de prendre des cours de pilotage de drône. Oh, je sais que je peux apprendre toute seule (et je me suis déjà amusée un peu), mais faire un cours, ça me plait comme idée. Pour le fun.

J’essaie de me mettre au crochet et au tricotin. C’est sympa le tricotin. Et sur YouTube il y a Jimmy Tricotin.

J’apprends à me ménager un peu plus, au travail comme en dehors. Dire non, bon sang, c’est pas facile, surtout quand tout notre être crie “oui! oui! j’arrive!” J’apprends à me faire violence, du coup, pour me préserver. Ça semble paradoxal, mais c’est bien ça. Je vois à quel point ça ne me vient pas naturellement, de défendre mes intérêts.

J’ai pris conscience que je “cadre” une grande partie de mes activités. Même le plaisir. Sur ma liste de choses à faire, “aller au cinéma” côtoie “faire la compta 2017”. Parce que j’ai le sentiment que si je ne fais pas de me faire plaisir une obligation, je ne vais jamais le faire. Et c’est pas juste une impression. Vous avez vu comme c’est tordu? Je cherche encore la clé.

Je vais donc résister à la tentation de terminer cet article par une liste des choses que je veux faire. Autant je peine à me fixer des objectifs à long terme et à m’y investir, autant mon quotidien semble régi par une succession de mini-objectifs. J’essaie d’apprendre à faire autrement.

Similar Posts:

Être libre [fr]

Il faut courir, encore et toujours, mener une vie digne des jours-mois-années comptés qui nous sont donnés, que dis-je, que l’on arrache à coups de hasard au couperet de la mort.

La vie est courte. On ne sait pas de combien. On a la certitude du moment présent, mais après, plus rien. Une crise cardiaque, un caillot au cerveau, une camion qui passe ou un accident con. Une maladie qui d’un coup nous montre le bout de la route.

Alors il faut en profiter.

Mais comment?

Il faut faire, faire, construire des cathédrales gravées de notre nom, qui garderont durant des siècles la trace d’une petite vie vécue, petite vie insignifiante, comme tant d’autres, toujours trop courte avant de retourner au néant.

On s’accroche, on s’accroche. On l’aime bien, notre petite vie, même si on ne sait pas trop à quoi elle sert. Elle est là, on ne voudrait pas qu’elle ne soit plus.

Nous sommes les chanceux. Coupables survivants, condamnés à “faire quelque chose” de leur vie, à ne pas la gaspiller, chanceux, toi qui as ce que tant d’autres ont perdu, tu te dois d’avoir du sens, d’en fabriquer, de ne pas vivre en vain.

L’absence de mode d’emploi donne une liberté presque absolue, mais étouffée sous le poids du devoir, de l’obligation, de la peur de disparaître. La peur de ne pas être là pour voir notre souvenir s’effacer du quotidien de ceux qui nous étaient chers, de voir le monde continuer sans nous, impensable, en un battement de cils, on aurait presque pu ne pas venir du tout.

Quelque part, ma liberté, tu piaffes dans les starting-blocks en attendant que je fasse quelque chose de toi. De liberté tu deviens carcan, car il faut il faut il faut. Ce serait si dommage de ne pas en profiter.

Sois libre!

Cahin-caha, les années passent, que l’on sache ou non ce qu’on est en train de faire. Avancée inexorable sous le joug de cette injonction paradoxale, appel d’air qui nous embarque qu’on le veuille ou non. Il faut y aller. Pas le choix. Mais comment? Trop de choix.

Mieux vaut tout faire, de peur de laisser échapper ce qui enfin donnera sens à tout ça.

Similar Posts:

J’ai adoré le hammam [fr]

Quand je vais aux bains thermaux, ce que j’aime le plus c’est le “hammam”. Chaud mais pas trop, plein de vapeur, juste comme il faut. Mais je n’étais jamais allée dans un “vrai” hammam. Aujourd’hui, c’est chose faite. Avec une amie, on est allées ce matin au hammam “Le charme de l’Orient” à Pully.

C’était super, et j’ai bien envie d’y retourner et d’y entrainer toutes mes copines (vous êtes prévenues!).

Comme j’avais un poil d’anxiété “saut dans l’inconnu” par rapport à me rendre dans un hammam la première fois, j’ai décidé de mettre par écrit ce que j’aurais aimé pouvoir lire avant d’y aller. Je précise que tout s’est bien passé, justement, et qu’il n’y avait pas de raison de s’inquiéter! Mais l’inconnu me fait toujours un peu peur.

D’abord, on appelle pour réserver (se pointer comme ça peut se faire, mais risque de se faire refouler à la porte s’il n’y a pas de place). C’est comme le coiffeur ou l’esthéticienne, on prend rendez-vous. On peut y aller seule ou en groupe (je recommande de prendre des copines avec).

A l’entrée, on met des chaussons sur ses chaussures, et on va aux vestiaires. Un casier, un peignoir, des pantoufles, un ligne et un petit slip en papier par personne. On peut donc ranger ses affaire en sécurité, et il n’y a rien besoin d’amener de spécial. Je recommande d’ôter colliers, montre, bracelets, boucles d’oreilles.

On nous mène ensuite dans la salle pleine de vapeur. Petite douche (avec le slip en papier et sans savon), la dame nous enduit le corps de je-ne-sais-quoi (debout), et on va s’installer sur le petit linge préparé à notre intention sur le banc, les pieds dans une bassine d’eau chaude.

Une citronnade à la main, mon amie et moi papotons, papotons, papotons, pendant que la salle se remplit progressivement de plus en plus de vapeur. On finit par ne plus rien y voir! La vapeur diminue ensuite, on touche le fond de la citronnade, et la dame revient pour le gommage.

Ça c’est le bout qui m’inquiétait un peu et me semblait très “l’inconnu”. L’idée, c’est qu’après avoir bien gogé dans la vapeur, on va ôter les cellules mortes à coups de gant de crin. L’idée me faisait frémir un peu. Mais en fait, c’est surtout un massage assez vigoureux et très agréable, certes avec gant de crin, mais ça craint pas autant (il fallait que je la place) que dans mon imagination. Ma peau de blonde fragile a survécu, ça n’a pas fait mal, rien.

Il faut savoir qu’on se fait masser sous toutes les coutures, y compris les fesses, l’intérieur des cuisses, les seins, sous les bras, bref, la totale. Mais c’était vraiment le “clou” de la séance, pour moi. Elle fait le visage aussi, mais doucement, et de nouveau, ma peau a supporté, la vôtre n’a rien à craindre.

Après avoir laissé la moitié de son épiderme sur la table de massage, on se douche (shampooing et gel douche à disposition), on remet son peignoir et ses pantoufles, on sort de la vapeur et on va larver sur les canapés (prévus pour s’y allonger!) avec une petite théière de thé marocain.

Ça aussi c’est super: quand on va quelque part pour un massage, généralement, une fois la séance finie, on se rhabille et on sort. Là, on peut continuer à végéter et papoter, à choix. Je me suis en fait endormie!

Mon amie a ensuite fait une épilation. Moi je suis restée à ne rien faire, ce dont j’avais bien besoin. C’était vraiment une très bonne expérience, et je vais y retourner 🙂

 

Similar Posts:

Ralentir [fr]

[en] About slowing down after a few intense months of work.

Depuis fin juin, j’ai mis les bouchées doubles. Et le site est en ligne. Mais moi, j’ai besoin de ralentir. Je cours-cours-cours, comme je l’ai fait tout l’été, moins quelques semaines début juillet où j’ai levé le pied un peu car mon cerveau avait frisé la surchauffe. La ligne d’arrivée est franchie mais je me sens emportée par mon élan.

Des fois, je me souviens d’un conseil qu’il m’avait donné: marcher lentement. Bouger lentement. Moi qui ne vais nulle part ou presque sans courir, qui fais tout le plus vite possible, qui enchaîne pour ne pas perdre de temps.

En fait, je sais prendre le temps. Mais parfois j’oublie, quand je suis lancée, à quel point c’est important. Là, ça fait une dizaine de jours que je suis en décélération. Enfin, que j’essaie. Ça marche, parfois, parfois pas. Comme tout à l’heure quand je suis rentrée avec mes courses et que je sentais l’urgence de vite-vite les sortir de la voiture les amener à l’appart les ranger–

Ben non en fait. Pas besoin. Je peux trainer.

Comme tant de choses c’est une question de regard et de perspective. De la prise de conscience nécessaire, alors que je suis engluée dans le moment présent, que l’urgence c’est moi qui la crée, que je peux en fait ralenter mon pas, monter les escaliers un à un, respirer, ou même m’asseoir un moment sans rien faire.

C’est dur, de ne rien faire. Vous avez essayé? Pas de méditer, non, ça c’est déjà faire quelque chose. Juste de ne rien faire. J’ai vite la bougeotte quand je tente ça. Oh là là, il faut faire ci, il faut faire ça, et si je faisais truc, ah, je sais, je vais arroser les plantes, je me lève–stop, non, je reste assise et je continue cet extraordinairement difficile exercice de ne rien faire.

Dans deux semaines, si tout va bien, je suis dans l’avion pour l’Inde. Je n’ai pas acheté mon billet, encore. Demain. Mais sinon, ma journée n’est pas trop pleine. Je dis pas trop, parce qu’une journée de week-end vide, comme j’aimerais en avoir, juste là maintenant on n’y est pas encore.

Mais ça vient.

Je ralentis.

Similar Posts:

Sleep With Me Podcast [en]

It’s 11pm. It’s 30 degrees on my windowsill. The cat is dripping off the couch like a Dali watch. I slept all afternoon, because of a short night, and woke up at 8.30pm.

Tomorrow I take my car and go to work. It feels a little unreal, because it’s so hot that Switzerland is turning into a tropical country, and I’m thinking of installing a ceiling fan, and mosquito nets, because even though mosquitoes aren’t a problem now, in a few years they will.

Caught in a mildly dystopian SF short story.

There is a warm breeze that sometimes makes it onto the balcony where I’m writing. Sometimes. Tonight I will sleep with the fan on.

On Wednesday morning I will flee to the chalet, where it’s 10 degrees cooler. I will work from up there. I will sleep. The cats won’t like the commute but I know they’ll appreciate the temperature change too.

The other day I was listening to the episode The Shipping Forecast on the 99% invisible podcast. I like this podcast because it’s super interesting, and also because (paradoxical, I know), I use it to go to sleep when I have a hard time falling asleep. I’m not alone (listen to the episode). It’s a bit annoying because I end up having to relisten to episodes I fell asleep to, but it works really well.

Seems many enjoy falling asleep to the sound of the shipping forecast. Roman Mars does a reading at the end of his episode, and indeed, I was almost asleep by the end. On this episode, he introduced us to Sleep With Me, a podcast designed on purpose to help people go to sleep. I’ve used it a few times and it’s wonderful. I can’t make head or tail of what Drew is talking about, but it works great. The added bonus is that I don’t feel bad about falling asleep in the middle of the story, as that’s what it’s designed for! From a storytelling point of view I’m fascinated by how meandering the narration is. All over the place, just like your brain when it wanders off before pulling the curtains for the night.

If you have trouble going to sleep, whether because of the heat or thoughts running around in your head, I definitely recommend trying it.

 

Similar Posts: