Ateliers pour musiciens: quelques vidéos (séance d’info et interview) [fr]

[en] Virginie very kindly filmed the info session of our workshops for musicians, and interviewed Elisabeth and I on the project. Here are the first excerpts for your (francophone) enjoyment.

Mardi, ce sera la coup d’envoi pour les ateliers de développement de carrière qu’on organise avec Elisabeth. Mini-bilan préalable: les ateliers sont super bien reçus, ils se remplissent (c’est la dernière seconde pour saisir une des quelques places restantes pour le premier atelier, si jamais), la préparation se passe bien, on commence à réfléchir à la suite, bref, on est contentes.

La séance d’info a été l’occasion d’un chouette premier contact avec les participants et d’autres personnes intéressées. Mention spéciale à Virginie qui a très aimablement accepté de filmer la séance d’info, et qui a même fait une petite interview d’Elisabeth et moi. Les premières séquences sont en ligne sur son blog. Du côté des publications autour de cet atelier, Michelle écrit un article où elle montre clairement à quel point la visibilité/disponibilité en ligne d’un artiste est cruciale: ça fera la différence entre assister ou non à un concert.

J’ai aussi découvert avec intérêt le blog Créatif Productif de Renaud Delay et Yvan Richardet, deux compères musiciens férus d’organisation et de productivité, et qui abordent ces thématiques au fil de leurs articles — à l’attention d’autres artistes. C’est très bien et je trouve que ça vient joliment complémentariser (“compléter” ça le faisait pas, là, sorry) les sujets plus “stratégie business et communication” que recouvrent nos ateliers.

Je vous laisse donc consulter les quatre vidéos déjà à disposition. En premier, l’introduction aux ateliers et la présentation de la première séance (“Les mythes du music business”), celle de mardi (aussi sur Facebook):

Ensuite, sans grande surprise, les ateliers 2 et 3 (“Les nouvelles pistes” et “Clarifier son objectif de carrière”):

Puis les ateliers 4 et 5:

Dans cet extrait de l’interview qu’on a donné à Virginie la semaine après la séance d’info, on raconte la genèse du projet et on rentre un peu plus dans les détails du concept de ces ateliers (vidéo sur Facebook):

Finalement, on s’essaye un peu à la concision, avec plus ou moins de bonheur, du moins pour l’une d’entre vous (je vous laisse deviner mais je crois qu’il n’y aura pas de grande surprise, vous connaissez ma tendance à m’étendre!)

Vous pouvez aussi trouver cette dernière vidéo sur Facebook (c’est plus commode pour partager à l’intérieur de Facebook).

Pour le moment, on n’a pas de site dédié pour ces ateliers, donc le meilleur endroit pour rester en contact et nous suivre c’est la page Facebook des ateliers qu’on a mise en place il y a peu.

Similar Posts:

Musiciens romands: 5 ateliers de développement de carrière en 2016 [fr]

[en] A 5-evening series of career development workshops specially designed for local musicians with my friend Elisabeth Stoudmann.

Quelles clés pour continuer à faire de la musique avec plaisir et en vivre autant que possible?

Cet automne, on vous propose d’apprendre à tirer profit de la transformation de l’industrie musicale cette dernière décennie.

mains cadrées

Je commence par le plus important:

Ce printemps me reprend l’envie d’organiser des workshops. Je sais qu’Elisabeth est parfois sollicitée par les artistes qu’elle côtoie dans le cadre de son travail, et je me dis qu’il y aurait peut-être là l’opportunité de faire quelque chose ensemble.

Quelques discussions plus tard, c’est en route: nous organisons 5 ateliers en soirée pour les musiciens de notre région. En alliant nos domaines d’expertise respectifs, on met sur pied un programme de développement de carrière sur deux axes qui se rejoignent magnifiquement:

  • les spécificités du “business musical” romand en 2016
  • le rôle que les outils numériques jouent dans la “nouvelle manière” de mener une carrière musicale.

Au risque d’aller à contre-courant de ce qu’on devrait faire avec une formation sur ce thème, on veut rester résolument terre-à-terre et réalistes par rapport aux perspectives de vivre de sa musique dans nos contrées. On ne fera pas miroiter les promesses du succès interplanétaire. On s’intéressera plutôt à comment monter quelque chose de solide, même si c’est moins glamour, en s’appuyant sur la force des relations qui nous entourent, la distribution amplifiée que permet le numérique, et les nouvelles opportunités de monétisation.

Je sens que je m’envole dans des propos un peu stratosphériques, alors revenons sur terre sans attendre avec le programme de ces cinq soirées. C’est bien sûr idéal de suivre les 5, mais c’est aussi possible de se servir à la carte.

04.10: les mythes du music business

L’ancien modèle du music business perdure mais d’autres approches sont possibles, prenant souvent appui sur des outils numériques. Grâce à ce premier atelier, vous saurez à quoi vous en tenir.

Est-ce qu’un agent m’est utile? Dois-je faire une newsletter? Et les subventions? Comment est-ce que je me présente en ligne?

18.10: les nouvelles pistes

Gagner sa vie en vendant des CDs, c’est révolu. Si l’on n’est pas une superstar, comment vivre de sa musique? On parlera crowdfunding, médiation musicale, home concerts… Malgré la “crise” de la profession musicale, il y a des tas d’opportunités excitantes à développer.

01.11: clarifier son objectif de carrière

Parmi les diverses possibilités de concilier création artistique et nécessité de gagner sa vie, il faut faire des choix. Il existe des méthodes très concrètes pour clarifier ses objectifs et les atteindre. Notre intervenant Jean-Christophe Aubry, coach en performance, vous guidera pour apprendre ces techniques et les appliquer à votre carrière.

15.11: comment se rendre visible en ligne (I)

Une présence en ligne peut se gérer de façon naturelle et devenir un prolongement de la salle de concert, un espace où être en lien avec son public. Apprenez comment fonctionnent les relations et communautés en ligne, et comment vous pouvez utiliser ces outils pour que votre musique touche plus de monde.

29.11: comment se rendre visible en ligne (II)

Concrètement, je fais quoi? Cette session permettra de mettre en pratique les principes abordés dans l’atelier précédent. Il vous donnera du temps pour travailler sur votre clavier, avec notre soutien: évaluer la pertinence de l’utilisation de telle ou telle plate-forme dans votre situation, ouvrir des comptes, obtenir un retour sur votre présence existante… et poser toutes les questions que vous voulez!

On a aussi fait un magnifique flyer que vous pouvez télécharger, envoyer à vos amis, ou admirer ci-dessous en modèle réduit:

flyer musiciens_p1
flyer musiciens_p2

Vous avez des questions, vous êtes pas sûrs si c’est pour vous ou pas, ou vous voulez simplement un contact avant de vous inscrire? N’hésitez pas à nous envoyer un message ou un mail (ou même nous lancer un coup de fil!), soit à Elisabeth, soit à moi.

On se voit le 13 septembre à la Datcha?

Similar Posts:

Fuzzy Vision [en]

[fr] Encore du vrac!

Watch, if you haven’t watched it yet, the video on managing unconscious bias at Facebook.

And, just because I thought of it right now this second, this documentary on Yusuf Islam, the artist formerly known as Cat Stevens. He tells a very moving story of his religious journey, from the early days when he was “a pop star” to now. (Remember the “Salman Rushdie incident“? Not surprisingly, it’s not what you thought it was, just like the story of the lady suing McDonald’s for spilling hot coffee on her lap is not what you thought.)

Note to Self” was formerly called “New Tech City“, and it’s a podcast on the human side of the digital world. Exactly what has been of interest to me these last fifteen years. I recently liked this episode about reading. There are two different types of reading skills we need to develop in today’s world:

  • slow reading: the type we learned at school and practiced before the internet. Reading a novel. Reading complex, complicated stuff we need to digest.
  • skim & skip reading: the type we do online, always interrupted, always jumping off to something new, going through large quantities of information quickly.

Both need training. But our brain adapts to the second type so well… we need to remember to practice the first type. It will come back. I still read books (Kindle…) and I’m going to make sure I set aside some regular phoneless reading time in future.

Hiking yesterday, I realised that there really is a technique to walking on a mountain trail. Specially going downhill. I don’t know how I learned this, if somebody taught me or if I figured it out alone. Shift weight gently, don’t just dump all your weight on the next foot as soon as it hits the ground. Do it in a way that you can backtrack if you start slipping. Remember your knees (and ankles) are there to absorb shock (too many concussions have taught me to be sensitive to this). So bend your knees. Don’t plonk your foot down with a locked knee.

Vue depuis le Chamossaire

And when it’s too steep, or there is a really big step to go down, and your back leg is not willing (or strong enough) to let you down gently? Squat first on both legs. Then take a step down from that squatting position. Easy!

Fuzzy eye? Articles need titles, don’t they. I seem to have managed to sunburn one of my eyes two days ago, and my vision out of it is still fuzzy. Probably nothing serious, but as it’s about an eye, I’ll do what my vet says and not mess around. Doctor today or tomorrow.

Similar Posts:

A Bunch of Links [en]

[fr] Pelote de liens.

Linkball time.

Now that you’re nice and depressed, let Kim Wilde lift your spirits with an impromptu performance on the train home the other night.

Similar Posts:

Orange invite des blogueurs à Caprices, 11-14 avril 2012 [fr]

[en] Blogger/podcaster? Want to go to Caprices Festival and blog/podcast about it? Orange has a free pass for you, and a few other nice things. Details and form in French.

Cher ami lecteur! Aimes-tu les loisirs? te divertir? aller à des concerts, peut-être même à des festivals — comme Caprices, au hasard? Ou bien tu cherches simplement une excuse pour aller à Crans sans prendre ton équipement de ski?

Si tu es blogueur ou podcasteuse, lis bien ce qui suit (et lis bien si tu connais des blogueuses ou des podcasteurs). Orange offre à une poignée de blogueurs la possibilité d’aller gratuitement au Caprices festival entre le 11 et le 14 avril 2012, à Crans-Montana.

En plus:

  • accès aux conférences de presse (car c’est un pass presse qu’on vous fournit)
  • 2 entrées journalières gratuites en plus par personne (pour vos lecteurs ou vos amis, jour à fixer)
  • on vous avertit directement dès qu’on sait qu’il y a une possibilité de rencontre backstage avec un des artistes du festival
  • on vous offre aussi une rencontre exclusive avec les gagnants du New Talent Contest
  • le contenu multimédia de Caprices TV est à votre disposition pour illustrer vos publications, et celles-ci seront en lien depuis la page Facebook de Orange.

On demande aux blogueurs d’être présents au stand Orange mercredi 11 avril 2012 à 18h30 pour un accueil en bonne et due forme, avec une petite intro à la présence Orange à Caprices par Yann, responsable partenariats et événements.

Ce qu’on aimerait de vous: un bel article dans les règles de l’art autour de votre expédition à Caprices. Le contenu est bien entendu libre, signalez juste que vous prenez part à l’opération Blogueurs à Caprices de Orange.

Ça vous intéresse? Faites-le nous savoir rapidement en remplissant ce formulaire. On vous tient au courant pour vous dire si ça joue de notre côté!

Loading…

Similar Posts:

Swiss Vibes: faire connaître la musique suisse à l'étranger, from jazz to pop [fr]

[en] Swiss Vibes is a project I worked on -- a musical compilation to help the rest of the world discover upcoming Swiss artists. Listen to it, read the blog (if you understand French) and join our Facebook page!

Lors de ma conférence sur les médias sociaux à Montréal le mois passé, j’ai mentionné parmi les exemples que j’ai présentés un chouette projet auquel j’ai collaboré tout récemment: Swiss Vibes.

Swiss Vibes, from jazz to pop.

Swiss Vibes, c’est une compilation musicale présentant des artistes suisses, ayant pour vocation de les faire connaître au-delà de nos frontières. L’opération, qui a déjà eu lieu il y a deux ans, a été mise sur pied par Pro Helvetia et le magazine Vibrations — et cette année, sur l’initiative d’Elisabeth Stoudmann, Swiss Vibes prend pied fermement dans le monde numérique, avec un blog, une page Facebook (à “liker” SVP! ;-)), etc.

Sur le blog, interviews (Stefan Rusconi par exemple), vidéos (le “derrière la scène” de Imperial Tiger Orchestra), et toutes sortes d’infos sur ces artistes dont on ne parle pas assez.

Bref, allez écouter la compile (c’est varié!), allez lire le blog pour en savoir plus sur ces artistes helvètes, et parlez-en autour de vous, histoire qu’on sache qu’on fait de la chouette musique en Suisse, et pas juste du chocolat (si c’est valable pour les startups, ça l’est aussi pour la musique!)

Pendant que je suis dans le chapitre “musique suisse”, j’en profite pour attirer votre attention sur Jval Festival, qui a lieu à Begnins (vue superbe!) du 25 au 27 août, et dont le programme contient nombre d’artistes suisses (il y avait l’année dernière entre autres Oy et Anna Aaron, par exemple, qui font partie de la compile Swiss Vibes). Et n’oublions pas non plus de mentionner mes amis Laurent Brunetti et Mario Pacchioli. Ce dernier chante d’ailleurs toute cette année à Paris, accompagné d’Astrid Alexandre!

Similar Posts:

Nouvelles musiques: adieu la radio [fr]

[en] Years ago, when I sold my car, the radio stopped being my source for new music. Now it's TV series, Facebook, and Tumblr.

Il y a des années de cela, lorsque j’avais une voiture, je passais chaque jour du temps sur la route à écouter de la musique et… à chanter avec. Des périodes CD (c’était avant l’iPhone!) et des périodes radio. J’aimais la radio qui ne parlait pas, qui passait simplement de la musique.

C’était là que je découvrais de nouveaux artistes. Grâce à la radio que j’achetais des CDs (toujours ou presque dans les bacs à 10-15 balles).

Quand j’ai vendu ma voiture en 2007, j’ai perdu non seulement mon local de chant préféré (heureusement je chante avec Café Café, sinon mes pauvres cordes vocales se ratatineraient) mais aussi ma source de nouvelle musique.

En fait, j’ai aussi perdu mon lieu principal d’écoute de musique. J’aime travailler dans le silence, je n’arrive pas à lire ou écrire en musique. Alors j’écoute de la musique quand je fais le ménage ou quand je retouche des photos mais… c’est vrai que j’aime le silence.

Aujourd’hui, piétonne, j’écoute aussi de la musique en marchant ou dans les transports publics, mais c’est très frustrant pour moi de devoir “la fermer” et de ne pas chanter à plein poumons comme j’en ai envie. (Non, je ne suis pas “celle-là” dans le train qui chante pour tout le wagon avec son casque dans les oreilles…)

En plus, merci iPhone, la musique a maintenant une rude concurrence: les podcasts. Je suis accro à On The Media et à Radiolab, par exemple. (Si vous avez des émissions de qualité comparable à me proposer en français, je suis preneuse, hein.)

La radio a donc complètement disparu de mon radar — si ce n’est sous forme de ces podcasts, ou lorsque j’y passe 😉

Depuis quelques années, donc, j’ai conscience que mon “répertoire” musical stagne. Je n’achète plus de CDs depuis longtemps (un des derniers était Back to Bedlam de James Blunt) et malgré ce que pourraient croire certains, je ne suis pas une grande pirate: trop paresseuse pour télécharger “illégalement”, je me contente d’acheter des morceaux isolés sur iTunes. En passant, j’ai la sensation de payer pour le service plus que pour la musique (vous m’entendez, là-bas?)

Source première de nouvelles musiques? Les séries TV (et films), Grey’s Anatomy en tête. Un petit coup de Shazam pour identifier le morceau qui passe, et hop, j’achète.

Deuxième source? C’est ça qui me fait écrire aujourd’hui: mes fils d’actualité sur Facebook et Tumblr. Mes amis qui partagent vidéos et morceaux qu’ils aiment. Parfois, j’achète.

Similar Posts:

Venez m'écouter chanter… [fr]

[en] I'm singing on Saturday with Café-Café, come and listen to us!

…en compagnie d’une centaine d’autres chanteurs 🙂

Je ne fais pas normalement de la pub comme ça, mais le concert de ce samedi 12 juin (20h) à Châtel-Saint-Denis est en faveur de Terre des Hommes, donc ce serait bien que la salle soit pleine à craquer! Sans compter que ce qu’on fait chez Café-Café, c’est pas mal quand même

Pour réserver, appelez vite le 021 948 77 54. J’espère vous croiser samedi à la sortie du concert!

Similar Posts:

SWITCH Conference, Coimbra: Didgeridoo Demonstration [en]

I shot a quick video of the didgeridoo demonstration we were given at the SWITCH conference (which you can follow live, by the way). Unfortunately my batteries gave out and I was not able to film the second part of demo with the toilet-roll didgeridoo 😉

Similar Posts:

Donner 80%, ou la loi de Paréto appliquée aux métiers des idées [fr]

On est tous familiers avec la loi de Pareto: 20% d’effort pour 80% de l’effet, etc.

L’an dernier, à SoloCamp, Dennis Howlett nous en a proposé une application en réponse à la question (qui torturait plusieurs d’entre nous): sachant que donner gratuitement est une forme de marketing très efficace, surtout dans les métiers des social medias, où mettre la limite? Combien donner? Quand commencer à faire payer? Comment ne pas se faire avoir, sans pour autant devenir radins?

Eh bien, sa réponse m’a stupéfaite, j’avoue, et bien tranquillisée. D’après lui, quand on est dans les métiers de la “propriété intellectuelle” (en gros, ce qu’on offre à nos clients, ce sont principalement des idées), une bonne ligne de conduite est de considérer qu’on va donner gratuitement (ou presque) 80% et faire payer (cher) les 20% restants.

Donner 80%!

Je suis presque tombée de ma chaise.

Puis, sachant que Dennis est quelqu’un qui réussit plutôt bien en affaires, que j’avais depuis un moment le sentiment désagréable que je donnais de moins en moins et que mon business en pâtissait, je me suis un peu détendue, et j’ai décidé de garder en tête ce principe.

Et si j’y réfléchis et que je fais un peu l’inventaire de mon “travail gratuit”, je me rends compte qu’on y est assez vite:

– tout ce que je publie sur ce blog et ailleurs sur internet
– les Bloggy Fridays
– l’eclau
– les repas, pots, “petites discussions” où je fais du “consulting gratuit” en échange d’une pizza ou de la reconnaissance éternelle de mon interlocuteur
– organiser Going Solo et SoloCamp (c’était pas censé, mais ça a fini par l’être, du travail “gratuit”)
– les personnes que je dépanne à l’oeil, en ligne et hors ligne
– les interviews accordés aux journalistes, participations non rémunérées à tables rondes et autres événements…

Je pourrais continuer encore la liste.

Bien entendu, il y a un retour sur investissement, là. C’est mon budget marketing, si on veut, toute l’énergie que je mets dans ces diverses activités. C’est “ce qui me fait”, aussi, et j’en suis bien consciente. Mais rien de tout ça ne remplit directement le compte en banque: ça fait partie des 80% grosso modo de mon temps-énergie que je ne facture à personne, et durant lequel je “travaille gratuitement”, suivant quelle définition on donne à “travailler” et “gratuitement”.

Me voici donc à répondre enfin à M. Fontana d’Universal, mon interlocuteur contradictoire lors du “débat” sur le piratage à la RSR1 il y a quelques mois, lorsqu’il demandait (ironiquement et sûr de sa réponse) si j’avais l’habitude de travailler à 100% et de n’être payée qu’à 50%. (L’homme de paille favori de mes détracteurs concernant les questions de partage de fichiers semble être que je ne veux pas que les artistes soient payés pour leur travail…)

Oui, oui, Monsieur — et même plus que ce que vous imaginez. C’est comme ça que ça fonctionne, dans mon métier.

Vous me voyez venir: si l’on accepte de sortir d’une mentalité d’employés (ou pire, de rentiers), on pourrait sans beaucoup de difficulté appliquer ce genre de raisonnement au monde des oeuvres de l’esprit en général, y compris la musique. Pour les détails, il faudra repasser, car je ne les ai pas (j’en entends déjà qui hurlent) — mais n’y a-t-il pas là quelque chose à creuser?

Similar Posts: