Faire sortir un chat [fr]

[en] Many people without cats -- or with indoor cats -- wonder that I let my cats out (including at the chalet). Aren't you afraid they'll run off? Well, not too much. Here's how I proceed to introduce my cats to the outside.

J’ai des chats depuis à peu près 30 ans. J’ai toujours eu des chats qui sortaient. Pour moi, un chat, ça sort. Je comprends qu’on puisse voir les choses autrement, et ce serait peut-être mon cas si je n’avais pas la possibilité de vivre quelque part de “chat-compatible”. (J’ai choisi mon appartement exprès pour que mon chat puisse sortir, c’était une condition sine qua non quand je suis rentrée d’Inde avec Bagha.) Après, bien sûr, c’est tout à fait possible de s’occuper convenablement d’un chat d’intérieur — mais c’est du boulot!

Souvent, on me demande — et j’ai même entendu ça de gens habitant le même immeuble que moi! — “mais t’as pas peur qu’il se taille?”

Alors voilà, une réponse sous forme d’article. Non je n’ai pas peur (enfin pas trop peur), et voici pourquoi.

D’abord, les préliminaires. Avant de sortir, le chat doit

    1. être à l’aise avec moi et venir (au moins un peu) quand je l’appelle
    2. être bien dedans

Le chat est territorial. Si c’est clair pour lui que dedans c’est son territoire, là où il y a du chaud, du doux, du miam, du glou, du ronron et des câlins, il ne va pas prendre ses cliques et ses claques comme ça et foutre le camp.

Par contre, le chat est un animal de nature plutôt timide. Il faut en tenir compte.

Pour sortir un chat, il y a pour moi deux clés:

      • y aller graduellement, avec possibilité de retraite rapide
      • l’accompagner pour s’assurer qu’il continue de me “reconnaître” dehors

La plupart des chats, quand ils explorent un nouvel extérieur, ils font 20m en avant, puis reviennent 20m en arrière, puis repartent 30m, reviennent, repartent un peu plus loin, etc. Bien sûr il y a toujours des exceptions comme Tounsi qui filent droit devant eux — mais on peut faire avec, j’en reparle. Si quelque chose fait peur au chat, il va plutôt essayer de revenir en terrain connu plutôt que de partir droit devant lui (mais ça peut arriver).

J’ai gardé mes nouveaux chats Tounsi et Safran à l’intérieur 3 semaines à peine, et c’était peut-être un peu juste. Ils ne me connaissaient pas avant, donc n’étaient encore pas vraiment en confiance. Avec Bagha, j’ai attendu beaucoup moins longtemps, mais c’était un chat que je connaissais et avec qui j’avais déjà vécu de longs mois.

Apprendre à un chat à venir quand on l’appelle (quand il veut bien) ce n’est pas extrêmement compliqué, avec un petit sachet de friandises. (On peut même aller plus loin et faire un peu de clicker training, ce qui est une excellente façon de créer un lien avec le chat.) Si le chat pige la fonction du sachet de friandises à l’intérieur, il y a toutes les chances que ça marche aussi dehors.

Avant de mettre le nez dehors, le chat doit bien entendu être pucé (faites d’ailleurs pucer même vos chats d’intérieur — c’est quand ils se retrouvent dehors de façon imprévue que la puce est utile!). Personnellement je prends une précaution supplémentaire: je mets au chat un collier avec une étiquette indiquant son nom et mon numéro de téléphone.

What are you looking at like that?

Pour Bagha, comme vous voyez ci-dessous, ça m’a été extrêmement utile pour indiquer aux gens chez qui il allait s’installer qu’il ne fallait pas le nourrir ni le garder longtemps dedans (il était vraiment sans-gêne, sans être tout à fait aussi envahissant que Tounsi).

Collar-label making process Bagha and his collar -- both sides!

Ensuite, il faut commencer par le début. La porte d’entrée. Pour que le chat revienne, il faut qu’il soit super familier avec “l’extérieur” juste derrière la porte. Alors on ouvre la porte, on la laisse ouverte, on sort, on laisse sortir le chat, qui probablement filera dedans au premier bruit un peu inquiétant. Il faut le laisser ressortir à sa vitesse. Si c’est un chat craintif et visiblement trop flippé, l’attirer dehors à coups de friandises (mais pas trop loin).

Je ne fais pas des séances “extérieur” trop longues au début. J’accompagne le chat, primo pour garder un oeil sur lui, deuxio pour qu’il s’habitue à ma présence dehors aussi. De temps en temps je l’appelle et je lui présente une friandise, histoire qu’il associe ma présence “en extérieur” à une gâterie.

Une fois que le chat commence à être à l’aise, peut-être après quelques sorties, il va s’éloigner de plus en plus. Là aussi je l’accompagne, et je profite pour l’encourager à rester dans les zones extérieures que j’aimerais qu’il s’approprie. Par exemple, chez moi, il y a quand même des routes pas loin. Je passe donc beaucoup de temps avec les chats devant et autour de l’immeuble, pour être sûre qu’ils sont bien là. Quand ils partent dans une direction que je ne veux pas encourager, je les rappelle (friandise) et je les invite ailleurs. (C’est comme ça que je me retrouve à “promener les chats”, au grand amusement de mon entourage.)

Une fois que j’ai pu constater que le chat était à l’aise dans son environnement extérieur immédiat, qu’il connaît le chemin du retour (je l’aurai régulièrement appelé pour le faire rentrer, puis ressortir, puis rentrer, puis ressortir…), je commence avec les sorties non supervisées — ou supervisées depuis le pas de la porte.

Voilà en gros comment je m’y prends!

Avec Tounsi et Quintus, j’ai deux chats assez différents. Tounsi était probablement un chat voyageur: il n’avait aucune peur ou appréhension dans un environnement nouveau, par contre, revenait en courant comme un petit chien lorsque je l’appelais, et me suivait. Le souci ça a été les premières sorties sans supervision (il allait loin, et je l’ai laissé faire trop vite). J’ai donc rétrogradé aux sorties surveillées et fait beaucoup beaucoup de tours d’immeuble avec lui.

Quintus est plus peureux. Il a peur du couloir. Peu après qu’on ait commencé à le laisser sortir, il a “fugué”. J’étais en vacances et ma catsitteuse n’était pas très rassurée! (Pas malin de partir, mais j’avais des soucis “intérieurs” avec les chats et c’était vraiment important de le laisser sortir — et c’est un chat que je connaissais déjà un peu.) En fait il était planqué à une dizaine de mètres de l’immeuble, ne réagissait pas quand on l’appelait, et avait peur de l’entrée. A mon retour j’ai fait une grande opération “séduction en extérieur” pour qu’il comprenne que venir vers moi quand on était dehors était gustativement intéressant ;-). Quant à ses jours de fugue, on avait la chance de pouvoir lui laisser l’accès au bureau ouvert la nuit, avec eau et croquettes. Pas idéal, mais ça a marché.

La semaine dernière au chalet, j’ai sorti les deux chats d’un coup après 36h environ. Ils étaient bien peinards dans le chalet, et Tounsi commençait à faire la vie pour sortir (il fait normalement ses besoins dehors). Il n’y a pas de dangers immédiats autour du chalet, il me restait plusieurs jours avant de devoir redescendre, alors je me suis lancée. Je suis sortie avec Tounsi, j’ai laissé la porte ouverte, Quintus a suivi. Tounsi a filé assez vite chez les voisins, et je l’ai suivi — Quintus aussi. J’ai perdu de vue Quintus près de leur chalet. Après un moment j’ai appelé Tounsi pour le rentrer et je suis partie à la recherche de Quintus — en vain. De retour au chalet, je suis accueillie par deux chats: Quintus était en fait rentré tout seul au chalet bien avant, sans que je le voie! J’ai donc ensuite simplement pris soin de laisser la porte du chalet entrebâillée quand les chats étaient dehors, et d’aller les rapercher à coups de friandises après 15-30 minutes. (Sortie du chalet en photos et en vidéo. Premières sorties de Tounsi et Safran à la maison.)

Questions? 🙂

Similar Posts:

26 thoughts on “Faire sortir un chat [fr]

  1. Je flippe rien qu’à te lire. J’aurais trop peur que les chats ne reviennent pas! Ça tombe bien, je n’en ai pas, donc je n’ai pas à m’inquiéter, mais je trouve ça formidable que tu puisses faire tout ça! 🙂

  2. Même avec mes explications tu as quand même peur? Si tu te mets dans la peau du chat, il n’y a vraiment aucune raison pour aller filer ailleurs que là où tu es bien installé au chaud chez toi avec miam et câlins. Qu’est-ce qui te rassurerait? (Je te pose la question parce que c’était un peu le but de mon article et… visiblement ça a pas suffi!)

  3. Euh, d’avoir un chat qui ait pas envie de se barrer! XD
    Il me faudrait un chien, en fait, surtout. Je dois pas être une personne à chat. Je vois que ça.

  4. Quand j’étais en Allemagne, j’habitais dans une maison, donc rez de chaussée avec jardin, impossible d’empêcher les chats de sortir.

    Donc au delà des 2-3 semaines bloqués dans la maison pour les faire se sentir “chez eux”, c’était fenêtre ouverte en permanence, dans la “buanderie”, avec même petite échelle à chat pour rentrer (ben oui, fenêtre rez de chaussée, donc barreaux, et donc c’était plus facile avec une petite étagère ikea sur laquelle ils pouvaient rester bien tranquilles en plus)

    Ils se sont parfois baladés un peu longtemps, surtout les nuits d’été, mais sauf une fois où le Gazou est allé un peu loin, ils rentraient au moins deux trois fois dans la journée, et ils passaient pas mal de temps à la maison.

    La seule fois où j’ai vraiment failli en perdre un, c’était quand je suis passée en étage, et là, plus de sortie. La Maine Coon a sauté par la fenêtre, (du 3°), on ne s’en est pas aperçus tout de suite, elle a dû paniquer un peu, bref elle a mis deux jours à rentrer, on l’a récupérée un soir de pluie, trempée dégoulinante (et un maine coon trempé c’est ridicule), et encore il a fallu faire une manoeuvre d’encerclement pour la faire rentrer par la porte, puisqu’elle ne connaissait pas.

    Quand Pompon sort, ici, elle regarde tout le temps si je la suis, et si je ne bouge pas, elle ne va pas à plus de trente mètres.

    Comme tu dis, tant qu’il y a doux, chaud, calins, glou et miam, et qu’il sait où est son chez lui, un chat rentre.

    Après il y a tous les risques qu’il tombe dans une cave, etc…

    Malgré tout, je n’aime pas les enfermer. Ils sont trop heureux à sentir les odeurs, suivre un papillon, un vers de terre… ici on est au premier étage, mais j’ai une petite terrasse intérieure, avec pots de fleurs, c’est mieux que rien.

  5. Un chat, justement, ça n’a pas envie de se barrer. Ça aime explorer, mais ça cherche pas à se barrer, sauf si il est malheureux où il est!

  6. Bonsoir a tous…. Moi j’ai peur qu’elle se batte car il y a des chats dehors et des chiens … Elle a un an et je commence a peine a la laisser sortir sous ma surveillance … Je vois quelle est heureuse d’être dehors mais je n’arrive pas a passer le cap de la laisser aller librement!

  7. Marion: c’est vrai qu’un an c’est assez tard pour lui “apprendre à sortir” si tu l’as eue petite, mais ce n’est jamais trop tard pour apprendre! C’est possible qu’elle se batte, mais en général en chat n’en viendra aux griffes et aux dents que si toute la phase “impressionnante” destinée à décourager l’adversaire potentiel n’a pas suffi. En plus, une femelle va moins se battre qu’un mâle.

    Et même si elle se bat, ce n’est pas la fin du monde! Ça fait beaucoup de bruit, une bagarre de chats, mais ça fait rarement des dégâts autres que quelques griffures ou éventuellement une morsure (et déjà là, ça voudra dire que c’est allé loin).

    En ce qui concerne les chiens: soit ils vont l’éviter, soit elle va les éviter…

    Pour la laisser aller librement, comme c’est du travail que toi tu dois faire, voici ce que je te propose: je pense que tu vois déjà qu’elle reste avec toi quand tu es dehors, ou bien qu’elle vient à toi si tu l’appelles. Une fois qu’elle est dehors, rentre 5 minutes, puis ressors pour passer du temps avec elle. Tu feras l’expérience que tu la retrouves ou bien qu’elle revient. Puis passe à 10 minutes, 15, 30 minutes, 1h, etc. Tu verras, ça va aller!

  8. bonjour,
    vos remarques sont très intéressantes. Pourriez vous me dire à partir de qule age faites vous sortir les chats?

  9. Tous mes derniers chats étaient adultes. Pour les petits, il faut que les vaccins soient faits, donc normalement 3 mois (si primovaccination à 2 mois et rappel à 3).

  10. Je suis admirative, quand on peut procéder de cette manière c’est bien de pouvoir le faire _ Nos trois chats n’ont jamais connu l’extérieur, on les a eus tous petits, et on a toujours été en appartement, sans grande possibilité de choix. N’ayant pas de souci majeur de cohabitation, on n’a heureusement pas été contraints de les faire sortir, par contre ils ont le balcon, sécurisé, (ils prennent un peu l’air quand même :p). Tous tes conseils sont judicieux, mais ce qui continue à me faire peur, c’est l’environnement, plus que le comportement du chat : ma mère a récueilli une jeune chatte, rescapée d’un empoisonnement, elle sort mais ne va jamais très loin et revient toujours. Ça ne l’a pas empêcher de se faire choper par une voiture devant le portail de la maison, dans un quartier hyper calme pas loin de la campagne. Résultat, une patte avant brochée, mais paralysée. Et elle a eu du bol ! Le chien du voisin a été retrouvé mort au fond de son propre jardin, empoisonné. Et je ne parle pas des autres cas d’empoisonnements de chats et de chiens dans le quartier. Si le chat est habitué, effectivement, il reviendra pour plein de raisons, c’est pas ça qui m’affole, mais tout ce qui peut se passer à deux pas de chez soi 🙁 Par contre, je ferai lire ton article à ma mère qui a récemment adopté un chaton (encore un sauvetage !), pour le moment, tout est sécurisé pour qu’il ne sorte pas du jardin et s’habitue à la maison, qui est grande, mais vu l’engin et son énergie, il finira par aller plus loin, je pense que ta méthode pourra lui être utile, histoire de se rassurer au maximum, même si malheureusement on ne maîtrise pas tout 🙁

  11. Oui, la clé est là: on ne maîtrise pas tout. On ne peut pas contrôler la vie. Même en appartement, un chat court des risques. Ça me fait penser que pourrais écrire un article “pourquoi mes chats sortent” à l’occasion. Merci pour ton commentaire en tous cas.

  12. bonjour! moi je dois partir en vacances dans la maison de famille cet été, au moins deux semaines, avec mn chat que j’ai depuis un an. Je l’ai recueilli dehors, donc il etait tres habitué a sortir, et n’aime pas trop l’interieur. Je le promene facilement en laisse regulierement depuis mais je ne peux pas le laisser sortir ici (j’habite trop haut et routes tres passante juste a coté). Il n’a peur de rien et c’est un grand curieux et un grand chasseur. Penses tu que je peux le laisser sortir cet été dans la maison, en faisant ce que tu as dit ( en commencant a l’accompagner, deja en laisse etc…?) J’ai tellement peur qu’il revienne, c’est toute ma vie ce chaton, mais je n’aime pas le sentir malheureux, et dans la grande maison ca serait un calvaire de le laisser enfermé….
    Merci de ta réponse!

  13. Bonjour,
    je trouve votre collier pour chat très astucieux mais aussi très dangereux. Les chats ont tendance à s’accrocher aux barrières, voire à se pendre ou à se coincer la patte dedans … un des miens est resté coincé en s’accrochant à une barrière. Heureusement c’était dans mon jardin et je l’ai vu, mais beaucoup de chats se blessent, très gravement parfois. Mon véto m’a d’ailleurs formellement déconseillé de faire porter un collier à mon chat en cas de sortie. C’est la deuxième cause de mortalité chez le chat !!!
    (((Si malgré tout vous y tenez vraiment, il faut absolument en prendre un qui se déclipe en cas d’accrochage et vérifier qu’il fonctionne à la pression au risque de voir votre minou ne pas rentré parce que coincé quelque part)))

    C’est un risque certes pour vous qu’il s’habitue à une autre famille, mais c’est beaucoup plus sûr pour le chat de ne pas lui en mettre.

  14. Oui, je sais que les colliers sont risqués et les miens n’en portent d’ailleurs pas — sauf dans ces circonstances. Je choisis toujours des colliers avec sécurité et ils les perdent allègrement (donc quand j’ai eu mes deux nouveaux chats j’ai acheté une demi-douzaine de colliers…). C’est vrai qu’il faut faire attention à ça!

  15. Merci Stephanie pour cet article qui m’a beaucoup aidée lorsque j’ai commencé à faire sortir mon chaton!
    Nous avons commencé à le laisser sortir à 6 mois, juste après la stérilisation et le puçage, il a maintenant 7 mois et profite à fond! Pour moi aussi, un chat, ça sort: nous habitons un rez supérieur et les 3 premiers mois enfermé ont été un calvaire pour lui, même si nous avons déployé des trésors d’énergie pour être là le plus possible, jouer avec lui, lui trouver de nouvelles occupations etc. Imagine, nous avons vécu portes et fenêtres fermées un été de canicule!
    Malgré tout ce qu’on peut lire ici et là (petite parenthèse: oui, je voudrais bien que tu écrives un article “pourquoi je laisse sortir mon chat”! Je trouve épouvantable la manière dont les partisans du chat d’appartement nous jugent et nous condamnent, en brandissant l’espérance de vie de 3 ans du chat qui sort et en nous taxant de cruauté pour tous les dangers auxquels nous les exposons! J’en culpabilise encore parfois, et pourtant j’ai choisi mon camp), j’avais donc décidé que mon chat sortirait.
    Nous avons fait installer une chatière et laissé sortir le chat petit à petit, en l’accompagnant au début. Lorsqu’il est à l’extérieur, il est très excité par toutes sortes de sollicitations et ne répond donc que très moyennement à son nom, merci donc pour l’idée du clicker: nous avons fait un training sommaire en cliquant systématiquement au moment du repas, et le son du clicker suffit désormais à le faire rappliquer au galop…
    Cependant se posent maintenant de nouveaux problèmes: mon jeune chat intrépide va de plus en plus loin, et je l’ai récupéré l’autre jour par chance au terminus du bus que je prends pour rentrer du travail… Donc à la route! Il faisait déjà nuit, et manque de bol mon chat est noir, damned, pourquoi ne l’ai-je pas choisi blanc afin de pouvoir lui peindre de larges rayures à la peinture réfléchissante?? Ah, mais j’oubliais, je ne l’ai pas choisi… 😉 Cette crapule a ensuite suivi quelqu’un d’autre que moi en gambadant (sur la route! Alors que tout le quartier était en train de rentrer du travail en voiture, pressé et inattentif, et de nuit!), et sans clicker j’ai eu toute les peines du monde à l’attraper et à le ramener à la maison. Gros stress!
    Bref, bien qu’il soit effectivement attaché à son foyer et à ce qu’il représente en miam et en câlins (il rentre régulièrement et passe quand même beaucoup de temps à l’intérieur, la nuit il dort avec nous et ne ressort que vers 7h après avoir été nourri), il semble avoir un comportement très imprudent à l’extérieur, genre jeune ado intrépide qui n’imagine pas que quoi que ce soit puisse lui arriver… De caractère très (trop) confiant et très amical, il suit les gens (moi aussi, il m’a suivie une fois jusqu’au bus justement, la galère pour le ramener et partir enfin bosser – en retard!) et cela l’éloigne de son petit territoire sécurisé du jardin. Aurais-tu des conseils pour limiter ce type de comportement ou doit-on se résigner à attendre qu’il fasse une expérience négative, en espérant qu’elle n’ait pas une issue fatale? C’est flippant quand même…
    Ah, et nous avions eu l’idée du collier réfléchissant, ça ne nous semblait pas idiot pour protéger un chat noir lors de ses sorties nocturnes, et pour que les gens qu’il suit comprennent qu’il appartient à quelqu’un, mais ce coquin l’enlève dès sa sortie, je le retrouve régulièrement sur la terrasse (et comme l’a dit Cécile je sais d’ailleurs que le collier est controversé à juste titre pour les chats qui sortent).
    D’avance merci pour tes conseils éclairés, même si je me doute bien qu’il n’y a pas de solution miracle 😉

  16. Ravie que mon article t’ait été utile, Katherine! Le fait qu’il gambade partout et explore, je ne sais pas trop ce qu’on peut faire contre. Il est jeune et foufou on dirait. Et je crois qu’effectivement… il a besoin de faire ses expériences de vie. As-tu pensé à une chatière électronique que tu pourrais programmer pour qu’elle ne le laisse sortir que dans certaines tranches horaires? Peut-être temporairement le laisser sortir un peu moins en ton absence, et un peu plus en ta présence, pour le “garder” dans le jardin? Je ne suis pas sûre quoi te conseiller.

    Ce que tu racontes de son comportement semble en effet “normal”. Contre le fait qu’il suive les gens, la meilleure protection me paraît être de faire en sorte que ton voisinage le “connaisse” et sache a) qu’il est à toi b) qu’il ne faut pas le prendre chez eux ou le nourrir. Je sais qu’en me promenant dehors avec Tounsi (en le suivant) je rencontre des gens du quartier et ça me donne l’occasion de les lui présenter (“ah il est à vous? on se demandait…”).

    Tounsi aussi me suivait au début. Pour éviter ça je pars en marchant vite et sans me retourner. Et j’évite de sortir le chat au moment où je pars… Idéalement il est occupé à autre chose quand je m’en vais!

    Désolée si tout ça ne t’aide pas trop, mais je crois que c’est une phase un peu inévitable de “jeune chat dehors”…

  17. Merci Stephanie pour cette réponse!

    Pour la chatière, nous pouvons effectivement la programmer, mais il y a souvent un membre de la famille à l’extérieur (lorsque je l’ai “récupéré” sur la route mon mari et mon fils étaient pourtant à la maison), et les déplacements des uns et des autres changent chaque jour, difficile donc d’éviter ce genre de situation…

    Mes voisins le connaissent (ce qui n’empêche pas une voisine de le laisser entrer chez elle, ça me tue, mais c’est une autre histoire!), mais je ne peux pas non plus le présenter à tous ceux qui descendent du bus chaque soir, donc là encore pas évident.

    J’essaie aussi de sortir quand il est occupé à autre chose, mais il a le chic pour surgir alors que tu pensais qu’il était ailleurs, à se demander s’il n’a pas le don d’ubiquité! Quant à marcher vite sans se retourner, ça c’est une bonne idée, c’est vrai que quand on flippe parce qu’on le voit nous suivre, on aurait plutôt tendance à commencer à le calculer et à lui parler, ce qui l’encouragerait plutôt… Il a aussi suivi une voisine un matin, elle l’a chassé vers la maison en essayant de l’effrayer, apparemment ça a marché mais moi j’ai du mal 😉

    Bref ta réponse m’a quand même aidée à positiver: même si je me doute bien que tout ça est plus ou moins normal, rien que le fait de pouvoir partager ses expériences avec une autre “mamie à chats” plus chevronnée, ça fait du bien! Et je croise les doigts pour qu’il ne lui arrive rien jusqu’à ce qu’il se soit un peu calmé (la fameuse voisine en a un, noir aussi, qui sort et qui a quand même 5 ans, âge vénérable si tu en crois les fameuses statistiques du net… Ca doit donc être jouable!

    A bientôt peut-être (on pourrait même se croiser par hasard, je suis dans la même ville que toi), et merci encore!

  18. Bonjour,

    J ai 2 minettes de 11 mois et je vis dans une maison avec un grand jardin. L année dernière ma chatte de 10 ans est sortie quelques fois ( elle était en apparement jusque là) et s’est fait attaquée par les chiens du voisin qui l’ont tué. Elle s’était aventurée sur leur terrain pendant qu’ils étaient dans leur maison, ils sont sortis et l’ont attaqué…. Je ne l’ai évidemment pas vu aller la bas mais comment surveiller un chat qui se déplace sans cesse ? J’en ai été malade des mois et j’ai des envies de meutre face à ces 2 Jack Russell qui sont très méchants, aboient et nous grognent dessus sans arret. Ils mordent le grillage et sont très agressifs. Ma problématique est que j’aimerai faire sortir mes minettes car cela me paraîtrait cruel de les laisser tout le temps dedans mais j’ai bien évidemment très peur de ces saletés de chiens…. Comment puis je faire pour qu’elles aient peur des chiens et qu’elles ne s’approchent pas du terrain voisin ? Dois je les faire sortir quand les chiens sont à l’extérieur afin qu’elles voient tout de suite le danger? Comment est ce que je peux m’y prendre? J adore mes chats et je ne veux en aucun cas revivre ce que j’ai vécu l’année dernière. Merci pour votre future réponse. Cynthia

  19. Je suis propriétaire d’un petit matou de 15 mois. J’ai commencé à le lui laisser la bride sur le cou à 9 mois. A cet âge, il savait très bien obéir, à la maison. C’est à dire, répondre à son nom de façon certaine, venir quand on l’appelle, sans me faire courir dans l’appartement pour une activité toilette ou autre, apprendre à ne pas trainer dans l’immeuble (les voisins y veillent !), rapporter un jouet, ne pas ramasser n’importe quoi par terre quand ça tombe, etc … Un presque “aux pieds”, comme le chien, oui ça marche avec de la patience et bcp de câlins (sans exiger que ce soit systématique qd même, ça reste un chat). Ses sorties sont en fait, spontanément, très circonscrites, je sais où le trouver, il me suit quand c’est l’heure de rentrer. Il ne se risque en journée que depuis 3 jours. Auparavant, il ne sortait que le soir, après que tout se soit calmé, plus de passage, plus de voitures … Il reste normalement craintif et je crois qu’il ne se laissera pas caresser, qu’il ne suivra pas le premier venu … Je l’ai surpris en flagrant délit de course et bisous avec les copains chat du secteur. Lui est stérilisé. Cool.

  20. Bonjour ,
    j’envisage d’avoir un chat et comme toi je ne conçois pas de ne pas le laisser sortir . On a un jardin en bas de l’immeuble et je me dis que ce sera idéal pour qu’il puisse sortir et l’habituer progressivement . La question que je me pose c’est quelle option je vais choisir les jours où je vais bosser . Je travaille environ 3 jours par semaine ce qui me permet d’être souvent là , mais les jours où je travaille sont de longues journées : je pars vers 5h30 le matin et rentre vers 20h voir 20h30 maxi . Une fois que je l’aurai habitué à sortir je me demande quoi faire les jours où je travaille , qu’est ce qui sera le mieux pour lui : 15h dehors ou 15h dedans …J’ai peur que des 2 côtés ça fasse trop long .

  21. Hello,
    Je me permets une suggestion car je suis dans le même cas que toi, sauf que mes deux journées et demie de travail sont moins longues: est-il possible de faire installer une chatière électronique sur la porte d’entrée ou une porte-fenêtre, avec peut-être un escalier à chat contre le mur si tu es à l’étage? Le dispositif reconnaît la puce de ton chat, qui peut ainsi aller et venir librement. Perso je trouve effectivement que 15h seul à l’intérieur, ou coincé à l’extérieur en hiver, ça fait trop long. A moins de s’assurer la collaboration des voisins… Et pour les premières sorties, choisis peut-être des jours de congé, pour pouvoir l’accompagner dehors et lui faire découvrir son périmètre 😉

  22. Moi je vote pour les voisins avec une clé! Système le plus simple à mon avis. En plus ça permet de se faire des amis dans son immeuble, c’est toujours utile d’avoir de bonnes relations avec ses voisins 🙂

  23. Bonjour,
    J’ai une minette de 7 mois tatouée, pucée et opérée, je suis dans un appartement avec une grande terrasse au 1er étage, et j’essaie désespérément de cantonner son territoire à ma terrasse car il y a des grillages en bas et j’ai peur qu elle s’empale
    De plus ma résidence se situe entre 2 routes très passantes
    Elle est née dehors mais était en appartement depuis ses 2 mois et demi, donc ne connait pas les grands espaces;
    J’ai commencé par sortir avec elle sur la terrasse et au début tout se passait très bien mais de plus en plus elle voulait explorer, et un jour elle a sauté sur le balcon et est passée chez la voisine,et ne revenait plus quand je l’appelait, la voisine à du sortir pour me la rendre;
    j’ai tellement eu peur qu’elle tombe que depuis je la sors en laisse, mais je sens bien qu’elle voudrait être libre et elle n’écoute qu à moitié
    Si elle tombe elle une chance sur deux de mal tomber (grillage/route) et en plus elle n’a aucun accès pour remonter;
    Je ne sais pas comment faire pour lui faire accepter la laisse, si c’etait le cas je pourrais descendre avec elle pour promener sur de plus grands territoires, mais la ce n’est pas possible;
    J avoue ça me culpabilise un peu de la contraindre comme ça mais j’ai l’espoir d’habiter dans une maison avec jardin d’ici un an ou 2 grand max et j’aimerai qu’elle soit encore là pour en profiter
    Merci pour vos témoignages c’est très instructif de vous lire

  24. Ce qui rend votre situation difficile c’est que même si votre minette a été habituée à l’intérieur, en tant que chat elle a un besoin d’espace qui est sans doute plus grand que votre appartement. Vous pouvez “agrandir” son espace intérieur en travaillant sur la hauteur (arbre à chat jusqu’au plafond, meubles sur lesquels elle peut grimper pour être en hauteur). Assurez-vous aussi qu’elle puisse voir à l’extérieur pour surveiller le monde, et qu’elle ait assez d’activité pour qu’elle ne s’ennuie pas (ce n’est pas facile). Peut-être pouvez-vous sécuriser la terrasse? On peut le faire soi-même en bricolant un peu, ou il y a des entreprises spécialisées qui le font (mais ça coûte un peu). Avec de la patience vous pouvez peut-être l’habituer au harnais, mais gardez bien en tête qu’un chat “n’obéit” pas comme un chien. Vous pouvez lui apprendre à revenir vers vous, par exemple, toutefois, ça peut être utile! Bonne chance et concentrez-vous dans un premier temps à vous assurer que l’environnement intérieur que vous lui offrez est assez riche.

  25. Merci beaucoup pour votre réponse, j essaye d aménager l intérieur au max elle a un arbre à chat d 1,40m et elle grimpe en haut de ma bibliothèque dans mes plantes ou en haut de mon étendoir.
    Mais il lui arrive souvent de miauler devant la fenêtre…
    Je joue beaucoup avec elle mais je travaille et parfois il m arrive de partir une nuit ou une journée, il y a donc des moments où elle est seule. (Il paraît que les chats dorment beaucoup…).
    Je ne la sens pas malheureuse du tout mais je pense qu elle est un peu frustrée.
    Concernant ma terrasse j ai posé des canisses mais elle peut sauter au dessus, je vais voir pour poser du plexiglass en espérant que ça l a freine un peu…
    Pour lui apprendre à revenir quand je l appelle avez vous des astuces? Car le jeu ou une friandise ça fonctionne mais pas à chaque fois… comment fonctionne ce que vous appelez le click?
    Merci 🙂

  26. C’est bien qu’elle ait des endroits où grimper! 1m40, vous pouvez encore aller plus haut, je pense, il y a des arbres à chat qui vont vraiment jusqu’au plafond. Regardez aussi où vous l’avez mis: a-t-elle une bonne vue depuis en haut? Est-ce que ça lui permet bien de surveiller l’appartement, voire l’extérieur?

    On dit en effet que les chats dorment beaucoup, mais ce qu’on rate c’est que souvent les chats dorment pour passer le temps car ils s’ennuient. Il est aussi très difficile pour nous de juger comment vont nos chats car ils cachent leur souffrance, que celle-ci soit physique ou psychologique. Un chat qui reste tranquille et ne manifeste rien n’est pas forcément un chat qui va bien…

    C’est donc important de bien comprendre quels sont les besoins du chat (le lien que je viens de mettre vous donnera des pistes) et de s’assurer de lui proposer assez d’activités. C’est super que vous jouiez avec, et peut-être que vous pouvez mettre en place quelque chose pour qu’elle ait de l’activité durant vos absences? Soit avec des dispositifs de distribution de nourriture qui la font travailler (j’en parle un peu dans la vidéo), soit avec quelqu’un du voisinage qui pourrait passer lui faire un coucou et jouer ne serait-ce 5 minutes avec. Les chats n’ont pas besoin de longs moments d’activité mais de plein de petits moments répartis sur la journée (contrairement au chien).

    Pour votre minette, si elle miaule devant la fenêtre, regardez peut-être si vous pouvez sécuriser celle-ci afin de pouvoir l’ouvrir pour elle sans qu’elle sorte ou tombe? Les chats vivent avant tout dans un monde d’odeurs, et une fenêtre fermée pour eux est un peu comme un store baissé pour nous. Tounsi gratte souvent pour que je lui ouvre la fenêtre et c’est plus pour “sentir le monde” que pour sortir.

    Voici quelques infos sur le clicker training.

    Tenez-nous au courant!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *