Faire sortir un chat

[en] Many people without cats -- or with indoor cats -- wonder that I let my cats out (including at the chalet). Aren't you afraid they'll run off? Well, not too much. Here's how I proceed to introduce my cats to the outside.

J’ai des chats depuis à peu près 30 ans. J’ai toujours eu des chats qui sortaient. Pour moi, un chat, ça sort. Je comprends qu’on puisse voir les choses autrement, et ce serait peut-être mon cas si je n’avais pas la possibilité de vivre quelque part de “chat-compatible”. (J’ai choisi mon appartement exprès pour que mon chat puisse sortir, c’était une condition sine qua non quand je suis rentrée d’Inde avec Bagha.) Après, bien sûr, c’est tout à fait possible de s’occuper convenablement d’un chat d’intérieur — mais c’est du boulot!

Souvent, on me demande — et j’ai même entendu ça de gens habitant le même immeuble que moi! — “mais t’as pas peur qu’il se taille?”

Alors voilà, une réponse sous forme d’article. Non je n’ai pas peur (enfin pas trop peur), et voici pourquoi.

D’abord, les préliminaires. Avant de sortir, le chat doit

    1. être à l’aise avec moi et venir (au moins un peu) quand je l’appelle
    2. être bien dedans

Le chat est territorial. Si c’est clair pour lui que dedans c’est son territoire, là où il y a du chaud, du doux, du miam, du glou, du ronron et des câlins, il ne va pas prendre ses cliques et ses claques comme ça et foutre le camp.

Par contre, le chat est un animal de nature plutôt timide. Il faut en tenir compte.

Pour sortir un chat, il y a pour moi deux clés:

      • y aller graduellement, avec possibilité de retraite rapide
      • l’accompagner pour s’assurer qu’il continue de me “reconnaître” dehors

La plupart des chats, quand ils explorent un nouvel extérieur, ils font 20m en avant, puis reviennent 20m en arrière, puis repartent 30m, reviennent, repartent un peu plus loin, etc. Bien sûr il y a toujours des exceptions comme Tounsi qui filent droit devant eux — mais on peut faire avec, j’en reparle. Si quelque chose fait peur au chat, il va plutôt essayer de revenir en terrain connu plutôt que de partir droit devant lui (mais ça peut arriver).

J’ai gardé mes nouveaux chats Tounsi et Safran à l’intérieur 3 semaines à peine, et c’était peut-être un peu juste. Ils ne me connaissaient pas avant, donc n’étaient encore pas vraiment en confiance. Avec Bagha, j’ai attendu beaucoup moins longtemps, mais c’était un chat que je connaissais et avec qui j’avais déjà vécu de longs mois.

Apprendre à un chat à venir quand on l’appelle (quand il veut bien) ce n’est pas extrêmement compliqué, avec un petit sachet de friandises. (On peut même aller plus loin et faire un peu de clicker training, ce qui est une excellente façon de créer un lien avec le chat.) Si le chat pige la fonction du sachet de friandises à l’intérieur, il y a toutes les chances que ça marche aussi dehors.

Avant de mettre le nez dehors, le chat doit bien entendu être pucé (faites d’ailleurs pucer même vos chats d’intérieur — c’est quand ils se retrouvent dehors de façon imprévue que la puce est utile!). Personnellement je prends une précaution supplémentaire: je mets au chat un collier avec une étiquette indiquant son nom et mon numéro de téléphone.

What are you looking at like that?

Pour Bagha, comme vous voyez ci-dessous, ça m’a été extrêmement utile pour indiquer aux gens chez qui il allait s’installer qu’il ne fallait pas le nourrir ni le garder longtemps dedans (il était vraiment sans-gêne, sans être tout à fait aussi envahissant que Tounsi).

Collar-label making process Bagha and his collar -- both sides!

Ensuite, il faut commencer par le début. La porte d’entrée. Pour que le chat revienne, il faut qu’il soit super familier avec “l’extérieur” juste derrière la porte. Alors on ouvre la porte, on la laisse ouverte, on sort, on laisse sortir le chat, qui probablement filera dedans au premier bruit un peu inquiétant. Il faut le laisser ressortir à sa vitesse. Si c’est un chat craintif et visiblement trop flippé, l’attirer dehors à coups de friandises (mais pas trop loin).

Je ne fais des séances “extérieur” trop longues au début. J’accompagne le chat, primo pour garder un oeil sur lui, deuxio pour qu’il s’habitue à ma présence dehors aussi. De temps en temps je l’appelle et je lui présente une friandise, histoire qu’il associe ma présence “en extérieur” à une gâterie.

Une fois que le chat commence à être à l’aise, peut-être après quelques sorties, il va s’éloigner de plus en plus. Là aussi je l’accompagne, et je profite pour l’encourager à rester dans les zones extérieures que j’aimerais qu’il s’approprie. Par exemple, chez moi, il y a quand même des routes pas loin. Je passe donc beaucoup de temps avec les chats devant et autour de l’immeuble, pour être sûre qu’ils sont bien là. Quand ils partent dans une direction que je ne veux pas encourager, je les rappelle (friandise) et je les invite ailleurs. (C’est comme ça que je me retrouve à “promener les chats”, au grand amusement de mon entourage.)

Une fois que j’ai pu constater que le chat était à l’aise dans son environnement extérieur immédiat, qu’il connaît le chemin du retour (je l’aurai régulièrement appelé pour le faire rentrer, puis ressortir, puis rentrer, puis ressortir…), je commence avec les sorties non supervisées — ou supervisées depuis le pas de la porte.

Voilà en gros comment je m’y prends!

Avec Tounsi et Quintus, j’ai deux chats assez différents. Tounsi était probablement un chat voyageur: il n’avait aucune peur ou appréhension dans un environnement nouveau, par contre, revenait en courant comme un petit chien lorsque je l’appelais, et me suivait. Le souci ça a été les premières sorties sans supervision (il allait loin, et je l’ai laissé faire trop vite). J’ai donc rétrogradé aux sorties surveillées et fait beaucoup beaucoup de tours d’immeuble avec lui.

Quintus est plus peureux. Il a peur du couloir. Peu après qu’on ait commencé à le laisser sortir, il a “fugué”. J’étais en vacances et ma catsitteuse n’était pas très rassurée! (Pas malin de partir, mais j’avais des soucis “intérieurs” avec les chats et c’était vraiment important de le laisser sortir — et c’est un chat que je connaissais déjà un peu.) En fait il était planqué à une dizaine de mètres de l’immeuble, ne réagissait pas quand on l’appelait, et avait peur de l’entrée. A mon retour j’ai fait une grande opération “séduction en extérieur” pour qu’il comprenne que venir vers moi quand on était dehors était gustativement intéressant ;-) . Quant à ses jours de fugue, on avait la chance de pouvoir lui laisser l’accès au bureau ouvert la nuit, avec eau et croquettes. Pas idéal, mais ça a marché.

La semaine dernière au chalet, j’ai sorti les deux chats d’un coup après 36h environ. Ils étaient bien peinards dans le chalet, et Tounsi commençait à faire la vie pour sortir (il fait normalement ses besoins dehors). Il n’y a pas de dangers immédiats autour du chalet, il me restait plusieurs jours avant de devoir redescendre, alors je me suis lancée. Je suis sortie avec Tounsi, j’ai laissé la porte ouverte, Quintus a suivi. Tounsi a filé assez vite chez les voisins, et je l’ai suivi — Quintus aussi. J’ai perdu de vue Quintus près de leur chalet. Après un moment j’ai appelé Tounsi pour le rentrer et je suis partie à la recherche de Quintus — en vain. De retour au chalet, je suis accueillie par deux chats: Quintus était en fait rentré tout seul au chalet bien avant, sans que je le voie! J’ai donc ensuite simplement pris soin de laisser la porte du chalet entrebâillée quand les chats étaient dehors, et d’aller les rapercher à coups de friandises après 15-30 minutes. (Sortie du chalet en photos et en vidéo. Premières sorties de Tounsi et Safran à la maison.)

Questions? :-)

Similar Posts:

This entry was posted in Animals and tagged accompagner, bagha, chat, collier, dedans, dehors, dresser, extérieur, friandises, intérieur, puce, quintus, safran, sortie, sortir, tounsi. Bookmark the permalink.

11 Responses to Faire sortir un chat

  1. Je flippe rien qu’à te lire. J’aurais trop peur que les chats ne reviennent pas! Ça tombe bien, je n’en ai pas, donc je n’ai pas à m’inquiéter, mais je trouve ça formidable que tu puisses faire tout ça! :)

  2. Même avec mes explications tu as quand même peur? Si tu te mets dans la peau du chat, il n’y a vraiment aucune raison pour aller filer ailleurs que là où tu es bien installé au chaud chez toi avec miam et câlins. Qu’est-ce qui te rassurerait? (Je te pose la question parce que c’était un peu le but de mon article et… visiblement ça a pas suffi!)

  3. Euh, d’avoir un chat qui ait pas envie de se barrer! XD Il me faudrait un chien, en fait, surtout. Je dois pas être une personne à chat. Je vois que ça.

  4. Marie-Aude says:

    Quand j’étais en Allemagne, j’habitais dans une maison, donc rez de chaussée avec jardin, impossible d’empêcher les chats de sortir.

    Donc au delà des 2-3 semaines bloqués dans la maison pour les faire se sentir “chez eux”, c’était fenêtre ouverte en permanence, dans la “buanderie”, avec même petite échelle à chat pour rentrer (ben oui, fenêtre rez de chaussée, donc barreaux, et donc c’était plus facile avec une petite étagère ikea sur laquelle ils pouvaient rester bien tranquilles en plus)

    Ils se sont parfois baladés un peu longtemps, surtout les nuits d’été, mais sauf une fois où le Gazou est allé un peu loin, ils rentraient au moins deux trois fois dans la journée, et ils passaient pas mal de temps à la maison.

    La seule fois où j’ai vraiment failli en perdre un, c’était quand je suis passée en étage, et là, plus de sortie. La Maine Coon a sauté par la fenêtre, (du 3°), on ne s’en est pas aperçus tout de suite, elle a dû paniquer un peu, bref elle a mis deux jours à rentrer, on l’a récupérée un soir de pluie, trempée dégoulinante (et un maine coon trempé c’est ridicule), et encore il a fallu faire une manoeuvre d’encerclement pour la faire rentrer par la porte, puisqu’elle ne connaissait pas.

    Quand Pompon sort, ici, elle regarde tout le temps si je la suis, et si je ne bouge pas, elle ne va pas à plus de trente mètres.

    Comme tu dis, tant qu’il y a doux, chaud, calins, glou et miam, et qu’il sait où est son chez lui, un chat rentre.

    Après il y a tous les risques qu’il tombe dans une cave, etc…

    Malgré tout, je n’aime pas les enfermer. Ils sont trop heureux à sentir les odeurs, suivre un papillon, un vers de terre… ici on est au premier étage, mais j’ai une petite terrasse intérieure, avec pots de fleurs, c’est mieux que rien.

  5. Un chat, justement, ça n’a pas envie de se barrer. Ça aime explorer, mais ça cherche pas à se barrer, sauf si il est malheureux où il est!

  6. Marion says:

    Bonsoir a tous…. Moi j’ai peur qu’elle se batte car il y a des chats dehors et des chiens … Elle a un an et je commence a peine a la laisser sortir sous ma surveillance … Je vois quelle est heureuse d’être dehors mais je n’arrive pas a passer le cap de la laisser aller librement!

  7. Marion: c’est vrai qu’un an c’est assez tard pour lui “apprendre à sortir” si tu l’as eue petite, mais ce n’est jamais trop tard pour apprendre! C’est possible qu’elle se batte, mais en général en chat n’en viendra aux griffes et aux dents que si toute la phase “impressionnante” destinée à décourager l’adversaire potentiel n’a pas suffi. En plus, une femelle va moins se battre qu’un mâle.

    Et même si elle se bat, ce n’est pas la fin du monde! Ça fait beaucoup de bruit, une bagarre de chats, mais ça fait rarement des dégâts autres que quelques griffures ou éventuellement une morsure (et déjà là, ça voudra dire que c’est allé loin).

    En ce qui concerne les chiens: soit ils vont l’éviter, soit elle va les éviter…

    Pour la laisser aller librement, comme c’est du travail que toi tu dois faire, voici ce que je te propose: je pense que tu vois déjà qu’elle reste avec toi quand tu es dehors, ou bien qu’elle vient à toi si tu l’appelles. Une fois qu’elle est dehors, rentre 5 minutes, puis ressors pour passer du temps avec elle. Tu feras l’expérience que tu la retrouves ou bien qu’elle revient. Puis passe à 10 minutes, 15, 30 minutes, 1h, etc. Tu verras, ça va aller!

  8. karine says:

    bonjour, vos remarques sont très intéressantes. Pourriez vous me dire à partir de qule age faites vous sortir les chats?

  9. Tous mes derniers chats étaient adultes. Pour les petits, il faut que les vaccins soient faits, donc normalement 3 mois (si primovaccination à 2 mois et rappel à 3).

  10. Je suis admirative, quand on peut procéder de cette manière c’est bien de pouvoir le faire _ Nos trois chats n’ont jamais connu l’extérieur, on les a eus tous petits, et on a toujours été en appartement, sans grande possibilité de choix. N’ayant pas de souci majeur de cohabitation, on n’a heureusement pas été contraints de les faire sortir, par contre ils ont le balcon, sécurisé, (ils prennent un peu l’air quand même :p). Tous tes conseils sont judicieux, mais ce qui continue à me faire peur, c’est l’environnement, plus que le comportement du chat : ma mère a récueilli une jeune chatte, rescapée d’un empoisonnement, elle sort mais ne va jamais très loin et revient toujours. Ça ne l’a pas empêcher de se faire choper par une voiture devant le portail de la maison, dans un quartier hyper calme pas loin de la campagne. Résultat, une patte avant brochée, mais paralysée. Et elle a eu du bol ! Le chien du voisin a été retrouvé mort au fond de son propre jardin, empoisonné. Et je ne parle pas des autres cas d’empoisonnements de chats et de chiens dans le quartier. Si le chat est habitué, effectivement, il reviendra pour plein de raisons, c’est pas ça qui m’affole, mais tout ce qui peut se passer à deux pas de chez soi :( Par contre, je ferai lire ton article à ma mère qui a récemment adopté un chaton (encore un sauvetage !), pour le moment, tout est sécurisé pour qu’il ne sorte pas du jardin et s’habitue à la maison, qui est grande, mais vu l’engin et son énergie, il finira par aller plus loin, je pense que ta méthode pourra lui être utile, histoire de se rassurer au maximum, même si malheureusement on ne maîtrise pas tout :(

  11. Oui, la clé est là: on ne maîtrise pas tout. On ne peut pas contrôler la vie. Même en appartement, un chat court des risques. Ça me fait penser que pourrais écrire un article “pourquoi mes chats sortent” à l’occasion. Merci pour ton commentaire en tous cas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>