LIft13, Mobile Stories: Geoffrey Dorne

Here are my live notes of the Lift Conference session “Mobile Stories.” Keep an eye open for mistakes, inaccuracies, and other flakiness due to live-blogging.
Geoffrey Dorne

Créativité mobile et évolutions sociales que ça engendre. Technologies de plus en plus intimes (on dort, mange avec son téléphone). Proximité et individualisation. Jeux et applications qui n’existent que dans le téléphone.

“There’s an app for that.” Il y a toujours une application pour répondre à un besoin.

Applications comme signaux faibles, signaux faibles comme applications. Photos dans les musées. Parents qui photographient leurs enfants pendant le concert scolaire. Filmer et enregistrer les concerts auxquels on assiste. Belkin qui a sorti un grip pour tenir son iPhone pendant les concerts. Outlisten (montage d’un concert via tous les enregistrements crowdsourcés).

Retour à l’animisme, au côté sensible et émotionnel. Applications vivantes: calendrier avec animations, magazine complètement interactif (au sens fort du mot). Il est une expérience tactile également. Plutôt qu’un album, Philip Glass fait une application qui permet presque de toucher la musique à travers les visualisations graphiques qui l’accompagnent. OKO, application où il faut manipuler des photos de la NASA mouvantes pour reconstituer le puzzle. Application qui envoie des messages/photos via un son audible que n’importe quel autre téléphone peut capter (avec la même app).

Retour à la matérialité. Au revoir le skeuomorphisme. Boujour tangibilité! On envoi une vraie carte postale à travers une app. steph-note: love what has to do with binding together the online and the offline worlds

Ouvrir les frontières de l’écran, faire glisser quelque chose d’un devise à l’autre. Social mirror: le téléphone comme réceptacle (LiquiData) — on le pose sur une grande table dont il devient un élément.

Popslate. Ecran e-ink derrière son téléphone (coque qui change tout le temps). Objet plutôt que l’écran. Jeu avec de vrais pions qui utilise l’iPad comme plateau de jeu (social).

Dématérialisation du téléphone. Il existe encore, capteurs embarqués, mais on le voit plus. iPad caché sous un plateau de jeu qu’il rend vivant. Un élément de l’ensemble, ce n’est plus “un iPad”. Petit théâtre 3D dans lequel on place son iPhone pour voir un film en 3D. Impression de tous ces objets numériques, retour au support papier.

Jeu de rôle où le téléphone nous dicte l’espace de jeu, on le dessine, et ensuite le téléphone nous fait jouer dedans.

  • de plus en plus de proximité entre l’objet téléphone et l’intimité
  • on observe dans les apps les signaux faibles des évolutions sociales
  • s’oublier et regarder les usages alternatifs et les gens

Demain le téléphone restera dans la poche et on regardera autour de soi.

Similar Posts:

This entry was posted in Live Blogging and tagged geneva, lift, lift conference, lift13, mobile, mobile stories. Bookmark the permalink.

2 Responses to LIft13, Mobile Stories: Geoffrey Dorne

  1. Un grand merci pour ce compte rendu qui résume bien ma conférence et ma pensée ! See you in next Lift ? ;-)

  2. Même à celui-ci si tu n’as pas déjà fui ;-)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>