De la “blogosphère suisse romande”

[en] Rant about the "French-Swiss blogosphere". There is a group on Facebook with that name and it is filled with 20-something fashion bloggers for whom "participating" means link-dropping their every post in the group. Needless to say I'm already at odds with the group founder.

Il y a quelques semaines, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir sur Facebook un groupe intitulé un peu pompeusement “Blogosphère Suisse Romande“. Je demande à le rejoindre, j’y connais une poignée de personnes sur la centaine qui le composent. Activité principale dans le groupe: balancer des liens auto-promotionnels vers ses propres articles, généralement mode/lifestyle/fashion avec un peu de cuisine, et quelques extraterrestres qui parlent d’autre chose.

Raph et moi jetons quelques petits pavés dans cette mare composée majoritairement de jeunes blogueuses mode, et nous entendons dire qu’on ne fait que râler et qu’on ferait mieux d’échanger (entendre: balancer des liens vers nos articles, si j’ai bien compris).

Michelle demande à juste titre: La blogosphère suisse romande existe-t-elle? A mon sens, elle existe en tant que “ensemble des gens en suisse romande qui bloguent”, mais vu la diversité d’expression que recouvre le terme “bloguer”, il va sans dire qu’elle est extrêmement fragmentée et qu’elle n’a aucune existence en tant que communauté.

Ce groupe Facebook est un excellent exemple de la myopie “egocentrée” qui consiste à nous faire croire que notre réseau = le réseau, notre communauté = la communauté, l’ensemble des blogueurs qu’on peut atteindre/connaître = les blogueurs. La personne à l’origine du groupe étant une jeune blogueuse lifestyle/fashion (enfin d’après mes catégories), il est évident qu’elle allait attirer d’autres blogueurs au profil similaire. J’en ai d’ailleurs découvert la richesse de cette scène que je ne connaissais pas du tout (et qui malheureusement m’intéresse assez peu). Tout comme, d’ailleurs, quand j’organise pour ma part des rencontres de blogueurs, on y retrouve une relativement forte proportion de geeks et de professionnels du web. Mais j’ai bien conscience qu’il y a des tonnes de blogueurs de la région qui n’ont jamais entendu parler du Bloggy Friday, malgré ses xy années d’existence (je ne compte plus, quelqu’un se souvient?).

Donc bref. Moi qui caressais ce printemps l’idée de remettre en branle quelque chose pour les blogueurs romands (un annuaire, successeur de Swissblogs, ou un groupe Facebook), j’ai espéré un moment avoir trouvé le wow-génial-quelqu’un-a-fait-avant-moi. Vraiment. Mais bon, j’ai vite déchanté.

Peu de volonté d’ouverture, pas de recherche de la diversité, admission des nouveaux membres qui prend des plombes (moi c’est allé vite mais j’en connais qui ont attendu des semaines), et finalement une magnifique plate-forme d’auto-promo où on balance ces posts en espérant que ça va nous rapporter quelques lecteurs. Le groupe pourrait tout autant s’appeler “fashionistas-blogueuses et amis”. Je vous laisse prendre connaissance du “compte-rendu” (il paraît que plus va suivre et que je dois être patiente) de la rencontre d’il y a deux semaines qui devait être entre autres l’occasion de discuter de la vision et de la direction du groupe (moi j’étais en vacances, sinon vous pensez bien que je serais allée mettre mon grain de sel). Je sais pas vous, mais moi, lire “la Blogosphère Suisse Romande se rencontrait” pour ce genre de contexte ça me donne des boutons. Est-ce que je prétends que les Bloggy Fridays sont des rencontres de “la Blogosphère Suisse Romande”, moi?

Bon, j’imagine bien qu’il y a des gens très sympas dans ce groupe, et que le tableau n’est pas aussi noir que je le peins, mais je ne m’y reconnais pas du tout et qui plus est, la jeune fondatrice semble m’avoir d’ores et déjà pris en grippe. A sa décharge, c’est vrai que quand on me prend de haut je ne suis pas toujours agréable. Mais bon faut pas pousser non plus — je bloguais déjà qu’elle ignorait encore tout des subtilités de l’accord du participe passé avec avoir.

Alors à côté de ça, il y a blogueurs.ch, qui mériterait qu’on lui insuffle un peu de vie. Je suis en train d’échanger (pour de vrai!) avec Dave pour voir quelle est sa vision pour ce groupe (et j’ai déjà bien plus de réponses que quand j’ai posé la question dans l’autre groupe). A ce stade, ce qui me retient un peu de m’impliquer dans ce groupe, j’avoue que c’est:

  • l’accent mis sur “les pros du net” (moi je suis pour faire un truc autour des blogs de vrais gens)
  • l’appellation “Suisse” (ça m’énerve prodigieusement quand les Suisses Allemands font des machins “suisses” sans nous inclure, et idem dans l’autre sens — assumons qu’on fait un machin “suisse romand”)
  • et, c’est con, mais “blogueurs” élicite en moi la réaction “et les blogueuses”?

Mais on parle, et je suis sûre qu’il y a quelque chose à faire. Mais si on cherche à créer un groupe ou une communauté qui soit vraiment représentative de la blogosphère romande (= l’ensemble des gens qui ont un blog par ici) et où des blogueurs et blogueuses de tous bords peuvent se reconnaître, il y a un véritable travail à faire pour encourager la diversité.

#back2blog challenge (6/10, ah ouais j’ai tartiné aujourd’hui, mais c’est dimanche; et oui, visiblement je suis dans une phase articles-coups-de-gueule — désolée :-/):

Similar Posts:

This entry was posted in Blogging, My corner of the world and tagged blogosphère suisse romande, blogs, blogueurs, communauté, fashion, suisse romande. Bookmark the permalink.

14 Responses to De la “blogosphère suisse romande”

  1. Marc says:

    Wouah! On dirait un agrégateur de flux RSS ce groupe. Trop bien! Tu vas quand même te faire flinguer à force de gueuler! ;-) Mais sur le fond t’as plutôt raison.

  2. bibiweb says:

    Juste quelques réactions, en vrac et à chaud :

    Je confirme que l’admission des nouveaux membres dans ce groupe FB prend des plombes… je suis en attente depuis des semaines !

    Je connais l’existence du Bloggy Friday depuis un moment, mais franchement, Lausanne ça fait un peu loin quand on habite Genève (c’est surtout le retour qui me gêne). Peut être qu’on pourrait lancer l’idée de faire ça une fois à Lausanne et une fois à Genève (ou ailleurs). Ou bien alors, de temps en temps faire un truc le week-end à l’échelle Suisse Romande ? Juste des idées comme ça…

    Je ne connaissais pas blogueurs.ch… Mais est ce bien nécessaire d’utiliser une plateforme dédiée ? J’avoue que j’ai un peu de peine à me sortir de FB car c’est vraiment le réseau où “il y a tout le monde” (ou presque).

    Perso, je ne me considère pas comme une blogueuse “pro”, dans le sens où pour moi c’est juste un passe temps et rien d’autre… ;)

  3. Bibi: le Bloggy Friday n’a pas de prétention en-dehors de Lausanne, je sais à quel point c’est dur de faire des trucs inclusifs entre Lausanne et Genève! Il y a Blog°bar qui tourne dans diverses villes. Je suis aussi un peu sceptique quant à la plateforme dédiée pour blogueurs.ch — j’aurais tendance à vouloir commencer juste avec un groupe facebook :-)

  4. Marc: oui promis, le prochain article sera positif-constructif et tout. Faut que j’arrête la série râlage.

  5. Charlotte says:

    Parfois je me dis qu’il y a comme un clivage entre les gens qui bloguent un peu à l’ancienne, pour qui c’est avant tout un plaisir/un hobby, et les gens qui tendent vers la professionnalisation et la monétisation. J’observe de loin la blogosphère française féminine type mode-beauté-mamans et j’ai l’impression que l’argent qu’il y a à se faire (et/ou les cadeaux en nature) font envie à pas de monde: “pourquoi pas pareil en Suisse??”. Mais je suis peut-être mauvaise langue et trop schématique.

  6. D’accord avec Marc, “Un flux RSS”, pour l’auto-promotion, c’est exactement ça, ce groupe dont le nom est pour le moins pompeux!

    Mais quel intérêt d’avoir un groupe dédié au blogueurs d’une région, sur Facebook ou ailleurs? Pour certains, c’est peut-être de gagner un backlink ou un “like” voire des lecteurs, mais bon, il y a d’autres outils pour ça. Mais peut-être je suis encore trop influencée de mon époque Dmoz, celle où l’on répertoriait des sites et pas des pages. Facebook et Google+ changent tout ça, mais le groupe n’est pas nécessaire, du point de vue du lecteur en tout cas.

    Je suis une blogueuse francophone point. Des rencontres ne peuvent avoir un intérêt que si un minimum de centres d’intérêt sont partagés. Et déplacer des blogueurs d’une région à l’autre du pays, c’est pas facile, sauf si c’est central comme Lausanne ;-)

  7. “l’argent qu’il y a à se faire (et/ou les cadeaux en nature) font envie ” très juste! Même les gars s’y mettent, c’est surement un signe ;-)

    L’autre jour, je suis tombée sur un blog d’un joli garçon dont le titre du billet m’avait fait penser qu’il traitait du dernier James Bond. C’était le cas, mais pour nous dire quel vêtement il avait le jour où il allait voir le film, quel sac il portait à l’épaule, sac photographié sur toutes les coutures. Jolies photos d’ailleurs! Du coup, j’ai même zappé l’URL de son blog! ;-)

  8. En fait, ils feraient peut-être mieux d’installer un Planet pour vraiment agréger tous les articles!

  9. Comme Michelle, je me définis “blogueur francophone” avant tout. Parce que j’écris en français depuis la Suisse romande ou d’ailleurs. Je suis blogueur en fonction des thématiques sur lesquelles je blogue et en cela je déborde même, dans certains cas, de la sphère francophone pure au niveau de mes interlocuteurs et visiteurs. Je suis donc principalement un blogueur historien, éducatif, geek, politique et amateur de photos. J’ai néanmoins un flux de suivi rss spécifique pour des blogs romands et une liste «Suisses 2.0» sur Twitter. Je me suis inscrit à blogueur.ch pour voir… Par contre, je ne me suis pas inscrit au groupe Facebook mentionné. Enfin, j’apprécie le Bloggy Friday, même si cela fait des lustres que je n’y ai pas participé.

  10. julien says:

    D’après ton propre site, le premier Bloggy Friday remonte à septembre 2004. :-) Il a donc pu souffler ses huit bougies tout récemment !

    @Charlotte : selon une amie qui s’est fait inviter à une soirée blogueuses suisses organisée par un magazine romand, il y a déjà moyen de se faire de l’argent en Suisse dans le créneau fashionista / mode… Mon amie a eu la nette impression d’être la seule là au milieu à ne pas gagner sa vie grâce à son site.

  11. Julien: merci d’avoir trouvé! Avant les bloggy fridays, il y avait les Lemanic Bloggers Night… la première était il y a très très très longtemps!

  12. Lyonel: oui, faudrait que tu reviennes au Bloggy Friday! Quand je pense à faire quelque chose axé “blogueurs romands”, c’est pas vraiment dans le sens où on aurait vraiment quelque chose en commun autre que l’appartenance géographique. Donc du coup, l’idée c’est plus de rassembler des gens qui bloguent dans la région, et voilà…

  13. Jose says:

    Salut, Je suis bien heureux de lire cet article car bloggàt depuis un peu plus d’un an depuis Lausanne, j’étais assez deçu de voir qu’il n’y avait pas grand chose de fait en termes de réseau. Je milite beaucoup pour une blogosphère de qualité, multi-thématique et Suisse si possible. Je constate que Paris, Berlin et Londres font pas mal de choses en ce sens et La Suisse pourrait en faire autant. J’avoue ne pas connaitre Bloggy friday ni blogueurs.ch mais je veux bien y dédier un peu de temps pour que les choses se forment. Tiens moi au courant! Merci.

  14. kalvin says:

    Bon article Steph. Ces petits jeunes ne savent pas trop ce qu’ils font, mais comme disait l’autre, “pardonnez-leur …” Ceci dit, je crois que le blogueur type n’existe pas vraiment, et que l’une de ses caractéristiques est son individualisme. La Romandie, c’est petit, mais c’est grand aussi et ça ne facilite pas forcément les contacts du monde réel, quand on a “envie” de travailler à côté. Je crois plus aux regroupements de blogs par thématiques que par région, mais ça n’est que mon avis de vieux machin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>